Navigation – Plan du site
Diderot

La religion de Diderot…

Diderot’s Religion
Georges Benrekassa
p. 5-36

Résumés

L’athéisme incontestable, que Diderot n’a cessé d’approfondir et qui, s’il trouve si on peut dire, une première forme accomplie, sous tous rapports, dans le Rêve de D’Alembert, n’est pas pour lui une question spéculative, réglée dès les Additions aux Pensées philosophiques, mais un mode permanent du combat philosophique centré sur ce qui est pour les hommes des Lumières l’essentiel, comme l’avait mis en évidence René Pomeau : la récusation d’un christianisme qui est une religion de l’incarnation, ce dont il tire tous ses prestiges et une part de sa force, et à quoi un penseur de la « corporéité » et de l’enthousiasme, n’a pu que se confronter. Cela peut aller du blasphème à l’exaltation de la vie, et même se ramener à une distance tolérante. Mais La Religieuse reste un témoignage de la puissance du « passionnel » sur ses victimes mêmes. Il doit rester que « ne pas croire », premier et ultime pas de la philosophie, déclara-t-il à Angélique, à la veille de sa mort, a été une longue et complexe entreprise dont on doit penser qu’elle trouve son problématique dernier acte dans la conclusion « lucrécienne » des Éléments de physiologie, mettant à bonne distance l’empire du « maître absolu », le scenario final ne faisant que pousser à l’extrême une règle constante d’insoumission première de toute la vie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

I.
II.
III.

Aperçu du début du texte

Nul ne saurait aujourd’hui contester la vigueur et la profondeur de l’athéisme de Diderot. Il n’a jamais été vraiment possible d’en douter, même si son admission définitive et tardive dans notre culture académique, avec tout ce qu’elle a dû à des hommes de savoir aussi considérables que Franco Venturi, Herbert Dieckmann ou Jean Fabre, a été longtemps accompagnée d’un contrepoint discret, atténuation des rigueurs de la « Lettre à Landois », interrogations sur les discordances évidentes entre son monde intellectuel et moral et celui de d’Holbach et Helvétius. Cela n’a jamais empêché de se développer et de s’imposer une figure originale de Diderot matérialiste et athée, qui s’imposait de toutes parts, consacrée dans son devenir et son originalité. À quoi il faut ajouter que si on a reconnu la puissance et l’efficacité de son questionnement très au-delà des interrogations nées des limites des déismes et des théismes, en marge de l’avènement complexe d’une pensée des sciences de la vie, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Benrekassa, « La religion de Diderot… », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 53 | 2018, 5-36.

Référence électronique

Georges Benrekassa, « La religion de Diderot… », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rde/5626 ; DOI : 10.4000/rde.5626

Haut de page

Auteur

Georges Benrekassa

Université Paris-Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals