Navigation – Plan du site
Glanes

Le « feu électrique » selon Diderot

Franck Salaün
p. 279-285

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

En avril 1773, quelques semaines avant son départ pour la Russie, Diderot participe à un dîner chez le baron d’Holbach, en compagnie des chimistes Jean Darcet et Augustin Roux. Il est ce jour-là question d’électricité. Galiani a, en effet, demandé à Louise d’Épinay de soumettre à Diderot et d’Holbach l’idée qui lui est venue après avoir assisté à des « expériences électriques » à Naples. Il formule son hypothèse en ces termes :

L’électricité est à mon avis l’inflammation que l’on cause par le frottement d’une matière qui est dans l’air, tout comme avec le frottement on allume du bois etc. Or cette matière électrique des physiciens ne serait-elle pas la même chose, que l’acide vitriolique répandu dans toute l’atmosphère, et même dans toute la nature selon les chimistes ?

Mme d’Épinay, qui s’est acquittée de sa « mission », lui rapporte, dans sa lettre du 24 avril, les réactions suscitées par ses « doutes » :

Il y a eu un dîner en forme chez le baron avec M. Darcet et M. Roux pour traite...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Salaün, « Le « feu électrique » selon Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 53 | 2018, 279-285.

Référence électronique

Franck Salaün, « Le « feu électrique » selon Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rde/5738

Haut de page

Auteur

Franck Salaün

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals