Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Linn Holmberg, The Maurists’ Unfinished Encyclopedia

Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2017. ISBN 978-0-7294-1191-2/ISSN 0435-2866
David Eick
p. 306-308
Référence(s) :

Linn Holmberg, The Maurists’ Unfinished Encyclopedia, Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2017. ISBN 978-0-7294-1191-2/ISSN 0435-2866

Texte intégral

1Linn Holmberg étudie un manuscrit pour un projet de dictionnaire encyclopédique connu des chercheurs spécialisés dans la métalexicographie du xviiie siècle, situantce dictionnaire inachevé des Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur dans les guerres de dictionnaire des années 1750. Dans les deux premiers chapitres, L. Holmberg raconte ses enquêtes de détective éruditedansles archives de la Bibliothèque Nationale de France. En nous renseignant sur l’aspect matériel des manuscrits, elle explique comment elle a pu discerner les sept ou huit contributeurs du texte en comparant leur écriture et leur rhétorique et nous éclaire au passage sur les pratiques de conservation de la Bibliothèque Nationale de France.

2Le chapitre III « The History of a Dictionary in the Making » approfondit les origines contre-Réformistes de la Congrégation de Saint-Maur à Paris. Au milieu du xviiie siècle, les Mauristes avaient adopté des approches caractéristiques des Lumières vis-à-vis du savoir : liberté intellectuelle et importance de l’utilité, et leur abbaye, à Saint-Germain-des-Prés, était devenue l’un des centres intellectuels de l’Europe. L. Holmberg nous apprend beaucoup sur l’un de leurs savants, Pernety – moine éclairé et sous-estimé par ses contemporains aussi bien que par les chercheurs actuels – qui dirige le travail du dictionnaire. Ce personnage fascinant voyage plus tard avec Bougainville aux Malouines pour finir esotériste.

3L. Holmberg étudie aussi les origines du dictionnaire mauriste comme simple traduction par Brézillac d’un dictionnaire mathématique de Christian Wolff et nous renseigne sur le marché des dictionnaires en France durant les années 1740. Curieusement, celui qui devait éditer le dictionnaire, Jombert, était un cousin issu de germain de Le Breton, éditeur de l’Encyclopédie. L. Holmberg fournit la reproduction d’une lettre de Jombert qui, craignant la compétition que représente le projet de son cousin, prie le chancelier de France de ne pas accorder le Privilège à ce qui devendra l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert. L. Holmberg note aussi les similarités frappantes entre le dictionnaire proposé par les Mauristes et l’Encyclopédie : les origines comme traduction peu ambitieuse d’un dictionnaire étranger, l’importance accordée aux sciences expérimentales et aux connaissances utiles et concrètes, la richesse des planches et la portée universelle. Le chapitre se termine par la décision de Jombert d’abandonner le dictionnaire encyclopédique des Mauristes en faveur d’un dictionnaire « portable », format à la mode durant les années 1750 et 1760, puisque moins risqué pour les éditeurs et moins cher pour les lecteurs que les ouvrages à grand format telle l’Encyclopédie.

4Le chapitre IV compare les manuscrits des Mauristes avec ses principaux rivaux, pointant les caractéristiques qui distinguent les premiers. Dieu est partout dans le Dictionnaire de Trévoux, qui fournit comme exemples d’usage des aphorismes religieux et inclut des entrées sur des créatures mythiques telles que les unicornes, les plantes qui se transforment en animaux et les abeilles qui surgissent des estomacs des vaches soixante jours après la mort de celles-ci. À l’opposé du dictionnaire des Jésuites, le dictionnaire mauriste ne fait guère référence à Dieu et se montre plus sceptique vis-à-vis des sources, pourtant plus fiables et plus actuelles. Si le dictionnaire mauriste ressemble en cela à l’Encyclopédie, il s’en distingue en revanche par son style, neutre et non polémique en matière de religion, de politique, d’éthique et de droit.

5C’est précisément ce « juste milieu » qui pourrrait expliquer pourquoi le projet de dictionnaire des Mauristes n’a pas vu le jour. Linn Holmberg suit les avis de Dale Van Kley et de Jeffrey Burson d’après lesquels l’affaire de l’abbé de Prades en 1751-1752 fut le tournant qui a divisé les apologistes chrétiens et les philosophes. Selon l’hypothèse évocatrice et convaincante de Linn Holmberg, le dictionnaire fut abandonné car il n’y eut plus de terrain médian pour un ouvrage neutre et unique, qui refuse de choisir entre Lumières, Contre-Lumières ou Lumières catholiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Eick, « Linn Holmberg, The Maurists’ Unfinished Encyclopedia », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 53 | 2018, 306-308.

Référence électronique

David Eick, « Linn Holmberg, The Maurists’ Unfinished Encyclopedia », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rde/5837

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals