Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

La Mettrie. Philosophie, science et art d’écrire, sous la direction d’Adrien Paschoud et François Pépin

Paris, Éditions matériologiques, 2017. ISBN 9782373611298
Ann Thomson
p. 313-315
Référence(s) :

La Mettrie. Philosophie, science et art d’écrire, sous la direction d’Adrien Paschoud et François Pépin, Paris, Éditions matériologiques, 2017. ISBN 9782373611298

Texte intégral

1La Mettrie est un auteur qui suscite toujours autant d’intérêt que d’incompréhension et de confusion, en partie créées par l’auteur lui-même, qui s’amusait à brouiller les pistes et à provoquer l’opinion, et ne se souciait pas toujours de cohérence. De nombreux articles et quelques ouvrages, ainsi que des actes de colloque, lui ont été consacrés, mais nous ne disposons toujours pas d’ouvrage de référence sur l’ensemble de sa production ni d’édition fiable de ses œuvres complètes, malgré quelques éditions critiques solides de certains de ses textes. Le résultat en est que nous retrouvons toujours les mêmes erreurs qui se répètent de publication en publication, y compris des analyses fondées au moins partiellement sur des écrits dont on sait que l’attribution à cet auteur est erronée (L’homme plus que machine, Vénus métaphysique, Épître à Mlle A.C.P. ou la machine terrassée) ou dont l’attribution est pour le moins sujette à caution (la « Lettre à Mme la marquise du Châtelet » ou Saint-Cosme vengé). Ainsi, vouloir écrire sur La Mettrie veut dire s’avancer sur un terrain miné. Nous avons toujours besoin d’une publication qui fasse le point sur l’état de nos connaissances, tenant compte de la recherche la plus récente, sur les divergences d’interprétation, et qui dresse la liste fiable de ses écrits.

2Malheureusement le présent livre, étant simplement la publication des actes d’un colloque, ne peut pas remplir cette fonction. En outre, les éditeurs n’ont pas fait de tentative pour harmoniser les contributions (ni pour corriger les erreurs et les coquilles), et il n’y a ni bibliographie générale ni index ; ils se contentent d’évoquer rapidement dans leur introduction certaines des questions ouvertes et d’indiquer une partie de la littérature existante. Une des questions toujours ouvertes d’ailleurs, qui pourrait intéresser les lecteurs de RDE, concerne le rapport entre La Mettrie et Diderot, qui est évoquée dans certaines des contributions, mais pas vraiment de façon satisfaisante.

3L’ouvrage comporte des articles portant sur la science et la médecine (T. Verbeek, F. Pépin, F. Duchesneau, G. Barroux, G. Lambert, A Paschoud), sur des aspects de la pensée de La Mettrie et son rapport à certains philosophes (J.-C. Bardout, C. Fauvergue, J. Henry, t. Kaitaro) ou sur l’écriture (F. Markovits, C. Jacot-Grapa, M. de Mendonça), et sur sa réception en Allemagne (S. Buchenau). Ce dernier article, qui constitue une contribution intéressante sur un aspect méconnu du rôle joué par les écrits de La Mettrie dans le développement de l’anthropologie allemande, est malheureusement déformé par des erreurs concernant les textes de La Mettrie. D’autres chapitres, de même, tout en étant intéressants, démontrent une méconnaissance de la recherche sur La Mettrie ou des informations fournies et des problèmes textuels soulevés dans les éditions critiques existantes, très rarement citées d’ailleurs. Ainsi le chapitre de F. Duchesneau est très enthousiasmant et utile avant tout pour son étude de la théorie physiologique de Boerhaave. Certains des autres contributeurs se contentent de reprendre sans les nommer des études déjà faites (qu’ils ignorent peut-être). D’autres articles peuvent servir pour indiquer à ceux qui ne connaissent pas La Mettrie l’intérêt de la lecture de ses écrits, mais sans les informer des précautions à prendre.

4La contribution qui justifie avant tout qu’on consulte ce volume est celle qui l’ouvre, dans laquelle Theo Verbeek traite de « L’Histoire naturelle de l’âme. La Mettrie et Boerhaave ». Verbeek a publié en 1988 une édition critique méticuleuse et incontournable de ce texte dans sa version définitive intitulée Traité de l’âme, mais malheureusement cette édition, publiée confidentiellement en Hollande, est difficile à trouver. On regrette que l’auteur ne l’ait jamais publiée à nouveau dans une édition abordable, comme il en avait l’intention. Certains des autres auteurs du présent volume, en traitant notamment du rapport entre La Mettrie et Boerhaave ou La Mettrie et Leibniz, auraient pu en tirer profit. On ne peut donc que se réjouir que dans sa contribution à ce volume t. Verbeek reprenne les grandes lignes de son analyse de 1988 concernant l’utilisation assez peu cohérente faite par La Mettrie des écrits de Boerhaave. Il en profite également pour corriger certaines des erreurs concernant La Mettrie et la médecine qui se trouvent dans la biographie publiée par Kathleen Wellman en 1992. Le chapitre de t. Verbeek est un modèle de la façon dont il faut aborder l’œuvre de La Mettrie : l’analyse philosophique et scientifique, fondée sur une étude textuelle détaillée, est éclairée par une connaissance approfondie de la vie et de l’œuvre de l’auteur, de l’histoire de ses publications et de son rapport à ses contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ann Thomson, « La Mettrie. Philosophie, science et art d’écrire, sous la direction d’Adrien Paschoud et François Pépin », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 53 | 2018, 313-315.

Référence électronique

Ann Thomson, « La Mettrie. Philosophie, science et art d’écrire, sous la direction d’Adrien Paschoud et François Pépin », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rde/5886

Haut de page

Auteur

Ann Thomson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals