Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Autographes et documentsAutographes et documents

Autographes et documents

Autographes et documents

Irène Passeron et François Prin
p. 349-391

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Notre rubrique, compte tenu des ambitions et de l’influence de l’Encyclopédie, des réactions qu’elle a suscitées et de l’importance du réseau de connaissances de ses auteurs, n’accueille pas que des documents émanant des seuls encyclopédistes ou les concernant exclusivement.

Afin de faciliter la consultation de cet ensemble nécessairement hétérogène, nous avons retenu un classement alphabétique. Chaque élément est suivi d’une référence renvoyant à une liste détaillée de catalogues qui se trouve à la fin du répertoire et d’un numéro renvoyant au catalogue cité. Les éventuelles interventions de la rédaction, qui ne peut garantir l’exactitude de toutes les copies de documents, sont entre crochets. Nous indiquons les remarques complémentaires des chercheurs sollicités et nous remercions chaleureusement tous ceux qui nous signalent des autographes passant en vente. Rappelons les abréviations usuelles des catalogues : L. pour lettre, A. pour autographe, M. pour manuscrit, S. pour signé(e), P. pour pièce.

Texte intégral

Bailly Jean-Sylvain (1736-1793) astronome, premier Maire de Paris.

1– L.A.S., L.A., et L.S., Chaillot 1780, à son « illustre confrère » le comte de Tressan ; 4 pages in-4. – 18 janvier. Il remercie son confrère de prendre sa défense, et bénit l’auteur qui l’attaque puisqu’il lui procure cette marque d’amitié et d’estime. « Je porterai moi meme votre lettre a Mr de La Harpe »… Il lui adresse aussi un volume de Lettres sur l’Atlantide : « C’est un enfant que vous daignez proteger »… – 20 mars. Il lui envoie l’ouvrage d’un aimable auteur : « C’est un hommage anonime qu’il est flatté de vous rendre. Il a lu votre Amadis et il a aimé l’ouvrage et l’auteur. Il veut que vous le lisiez à son tour et que vous le jugiez sans le connaître. Je m’intéresse infiniment à lui. Je souhaite que ce roman réussisse. […] J’ai lu votre Petit Jehan de Saintré, je vois que la goutte ne vous ote ni la grace de votre stile, ni les agrémens de votre esprit. Vous embelissez, vous vous rendez propre tout ce que vous traduisez. Vous enchantez les femmes et les philosophes »… Il a rencontré deux « autres » de ses enfants, l’abbé de Tressan et la marquise de Maupeou… – 12 mai. Il a porté sa charmante lettre à l’auteur de St.Phanie [Fanny de Beauharnais], « qui l’a gardée precieusement. Elle est très affligée de la mort de l’ami qu’elle a perdu. Elle a l’ame douce, sensible et faite pour l’amitié […]. Elle a fait des vers infiniment touchans, et qui exhalent une douleur sombre et vraie »…
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 121)

Bernoulli Daniel (1700-1782) physicien bâlois

2– L.A.S., Bâle 29 décembre 1750, [au comte de Tressan] ; 4 pages in-4. Il présente ses hommages pour le nouvel an. « L’application que vous me faîtes […] de l’Eadem mutata resurgo de feu mon oncle m’est bien glorieuse ; pour moi j’envisagerai sa spirale comme un emblème de votre gloire qui s’étendra continuellement davantage et qui ne sauroit finir »… Il voit « la superiorité de votre genie » dans tous les domaines comme emblématique des qualités de la Cour de France et du règne de Louis XV : « Qui pourroit croire de trouver dans un general d’armées les connoissances d’un médecin, d’un anatomiste, chymiste, botaniste, mechanicien, astronome, philosophe, physicien &c. Vos raisonnemens sur l’electricité en particulier m’ont paru fort ingenieux. Je vous avouerai cependant […] que j’ai encore de la peine à croire, que la force electrique du soleil puisse faire cette force qui retienne les planetes dans leurs orbites ; il me semble qu’il faudroit dire de la meme maniere que la lune est retenue dans son orbite par la vertu electrique universelle de la terre ; cependant Mr Newton a demontré, que ce qui retient la lune dans son orbite est precisement la pesanteur naturelle, et les phenomenes sur la pesanteur sont si differens d’avec ceux qu’on remarque avec l’electricité, qu’à mon sens il n’est pas vraisemblable qu’elles reconnoissent une seule et meme cause »… Il espère être le premier à goûter les fruits de ses recherches sur les sources thermales de Plombières et sur les coquillages fossiles du pays, et il rend compte de ses eorts pour lui procurer des curiosités, pétrifications et productions naturelles de la Suisse, par le biais de M. Bavier ; ce connaisseur a déjà reçu « de pareilles commissions et tout nouvellement de Mr le marquis de Paulmy, Ambassadeur aupres du Corps helvetique. Il doit y avoir dans cette collection des pièces assez rares »…
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 122)

Bernoulli Jean II (1710-1790) mathématicien.

3– 4 L.A.S., dont une (incomplète) à la suite d’une L.A.S. de son fils Jean III Bernoulli (1744-1807), Bâle 1755-1782, [au comte de Tressan] ; 12 pages in-4. – 23 novembre 1755. « Glorieux » d’être son confrère, il lui sait gré, ainsi que son frère, d’avoir indiqué qu’il était d’usage que de nouveaux élus écrivent au directeur et au secrétaire de la Société royale… Puis il recommande un compatriote à Toul, M. Guernler, dont la sœur, grande amie de sa femme, « paroît avoir encore beaucoup d’amitié pour lui, malgré l’étourderie qu’il a eue de changer de religion, qui, comme on sait, n’est pas ordinairement le moyen de se conserver les bonnes grâces de ses parents, ni même, de s’attirer l’estime des honnêtes gens de la communion qu’on embrasse »… Il ajoute : « Je ne doute pas que Mr le marquis de Paulmy ne soit aussi de votre société […], lui qui est bon catholique »… – [Vers 1760 ?]. La lettre est commencée par Jean III, qui remercie Tressan d’avoir permis de lui écrire, lui « qui brille également par ses éminentes vertus et par son rang et sa naissance »… Après un feuillet manquant, Jean II, « point assés au fait de l’anatomie pour raisonner sur la conjecture que vous voudriés hazarder d’une double matrice dans Me Borwslaska », donne quelques faits pittoresques sur les grossesses, fausses couches et enfants nombreux de sa femme… – 18 mars 1782. Il fait part de la mort de son frère Daniel, sûr de l’intérêt que Tressan porte à toute sa famille : « je me rappelle les marques les plus affectueuses que vous nous avez données à chaque occasion […] Avec quel empressement vous m’avez sollicité à consentir que mon fils le berlinois, qui, pour ainsi dire, étoit encore enfant, fut aggrégé, malgré sa jeunesse, à l’Académie à laquelle vous faisiez encore l’honneur d’en être le Président », jusqu’à employer l’autorité du protecteur royal, et à faire espérer de recevoir le jeune homme « à la première des académies des sciences ! »… – [Après le 18 mai 1782]. « Rien n’est plus flatteur pour une âme sensible que la manière dont s’est passée mon élection, mais ce que j’y distingue le plus, c’est le zèle qu’y ont fait paroître Mr d’Alembert, de Condorcet et l’abbé Bossut ; les dignités ne sont pas toujours des preuves de mérite, mais les suffrages de tels juges sont irréprochables, et il n’est pas étonnant qu’ils ayent entraîné les autres »… Il est particulièrement flatté du surage du comte d’Angiviller, et d’avoir eu comme concurrent M. Priestley ; il a écrit à M. de La Rochefoucauld comme président de l’Académie et craint d’avoir commis une méprise…
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 123)

Bossut Charles (1730-1840) mathématicien.

4– L.A.S., (à la 3e personne), 6 octobre, à Charles-Joseph Panckouke ; 2 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge aux armes. « L’abbé Bossut a l’honneur de faire un million de compliments à Monsieur Panckouke ; il travaille de toutes ses forces à l’encyclopedie ; il a été detourné de ce travail, pendant près d’un an, par le gouvernement ; il va l’etre encore un peu par les examens ; mais il n’a dailleurs aucun autre objet ; il va faire tous ses efforts pour contenter promptement Monsieur Panckouke »…
(ALDE, cat. 13 décembre 2017, lot no 241)

Buffon Georges Louis Leclerc, comte de (1707-1788) naturaliste et écrivain

5– L.A.S., [fin 1757 ou début 1758], au comte de Tressan, à Toul ; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge aux armes (brisé). Lettre inédite sur Diderot, D’Alembert, l’Encyclopédie et la polémique des Cacouacs, et sur la succession de Réaumur. Il regrette de ne pouvoir lui écrire plus souvent et longuement. « Occupé d’affaires, de tracasseries même au sujet des arrangements d’académie et de cabinets, pressé d’ailleurs de finir pour retourner à Montbard où je voudrais être et où on se lasse de m’attendre. […] Nous déménageons les cabinets Reaumur à grand force et il y en a deja plus de la moitié icy ; le Cadet Daubenton en est profondément occupé du matin au soir ». Les formalités juridiques l’ont beaucoup accaparé. « Vous savez qu’on a mis obstacle à ce que Diderot entre à l’Académie, mais ce que vous ne savez peut-être pas […] c’est que D’Alembert est brouillé avec Duclos. Tous les gens qui aiment le bien des choses ont blâmé D’Alembert d’avoir quitté l’encyclopédie, […] je l’ai exhorté de mon mieux pour l’engager à reprendre, il n’entend point raison et m’a paru très decidé à n’en rien faire ; Diderot se conduit on ne peut mieux dans cette circonstance, quoique mécontent de d’Alembert il continue de le voir, il voudroit même le raccommoder avec Duclos mais tout cela est difficile et je crois que cela finira par tacher de remplacer d’Alembert qui s’est fait des ennemis de gayeté de cœur ». Puis il évoque la polémique anti-philosophes : « Je n’ai pas lu les Cacouacs quoiqu’on m’ait dit que j’y étois – si d’Alembert eut pris le même parti de ne pas lire les critiques il n’auroit pas quitté dans un temps surtout où ses ennemis en triomphent »… Au sujet de la distribution des fonds que Réaumur avait légués par testament à l’Académie des Sciences, « rien n’a été fait […]. Le ministre veut attendre que l’année soit révolue »… Buon remercie Tressan pour son envoi : « la caisse ne contenait que des cones d’épiceas, mais en revanche le sac étoit bien gros et bien rempli de bonnes graines épluchées de vrai sapin ». Quant à sa proposition d’envoi de fœtus, il en a déjà à disposition, « et meme une suitte de fœtus de tous les ages. Mr Daubenton vous enverra au premier jour des yeux d’émail, un cameleon quelques papillons & un casque avec quelqu’autres drogues ». Il termine en déplorant le renvoi de M. de La Porte, premier commis des colonies : « c’etoit l’homme de France qui avoit le plus de capacité dans cette partie »…

6– L.S., Montbard 10 mai 1773, au comte de Tressan ; 1 page in-4. Sur le mariage de la fille de Tressan, Marie-Stanislas, avec le marquis René de Maupeou. « Je ressens, Monsieur et très respectable ami, la joie la plus pure des grandes et bonnes nouvelles que vous m’apprenés. Votre bonheur fera toujours une partie du mien et celui de Madame votre fille se répandra sur nous deux. J’irai vous embrasser et lui demander la liberté d’en faire autant à mon retour »… Il félicite le marquis de Maupeou « sur son bon gout et sur l’heureux choix qui fera la satisfaction de sa vie »…

7– L.A.S., 11 décembre 1774, au comte de Tressan ; 1 page in-4. Il a lu « pour la seconde fois et avec tout autant de plaisir qu’à la premiere » son discours académique : « la seconde partie surtout est traittée bien philosophiquement et le tout est ecrit avec autant de facilité que de noblesse ; produisez toujours en six jours d’aussi grandes œuvres et soiez sur qu’aucun prince meme de ceux de l’Academie n’en produiroit autant en six mois, souvenez vous donc de ce que vous m’avez dit aujourd’huy et sentez à quel point je dois admirer votre modestie »… On joint une lettre dictée, au Jardin du Roi 5 avril 1775, (1 page in-4) remerciant Tressan pour ses beaux vers : « je désirerois que M. de Voltaire qui doit vous regarder comme son disciple vous donnat sa recommendation pour être son confrere. Il peut tout à l’académie et chacun doit s’empresser de lui donner des marques, surtout dans sa vieillesse, de la vénération qu’on a pour lui »… (AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 124, 125 et 126)

8– L.A.S., 10 mars, à Étienne-François Dutour, receveur des tailles à Riom ; 3 pages in-4, adresse. Lettre scientifique sur l’optique et sur les Éléments de la philosophie de Newton de Voltaire. Il répond tardivement à sa lettre : « j’espere que vous pardonnerez à la paresse philosophique surtout quand j’en sortirai pour vous dire que je suis charmé de vous voir Newtonien, et Newtonien par raison et non par authorité, refusant de croire ce qui ne vous paroit pas possible ; en effet Voltaire en habillant le pauvre Newton à la françoise luy a mis un masque qui souvent le fait meconnoitre ; il ne faut pas croire que ce philosophe ait jamais pensé que le vuide fait rejaillir la lumiere et que ce n’est que des pores des corps dont les parties lumineuses puissent être reflechies ; des experiences mal entendues ont donné lieu à ce galimathias ; un raion de lumiere solaire tombant sur un prisme produit comme vous le saves par la differente refrangibilité les couleurs du Spectre, si l’on tourne le prisme jusqu’à ce que ce raion ou faisceau de lumiere se trouve fort incliné à la surface du prisme par laqu’elle il sort le raion violet qui est le plus refrangible et par consequent le plus près de cette surface inferieure est le premier saisi par la sphere d’attraction de cette surface et il est contraint de rentrer dans le verre et par consequent obligé par sa vitesse de projection de se reflechir au lieu de se rompre comme les autres ; ensuitte le raion indigo se porte comme le violet au plafond tandis que les autres restent peints sur la muraille » ; Buon décrit le comportement des autres couleurs, et montre que « c’est cela mal entendu qui a fait croire à Voltaire que le vuide reflechit la lumiere tandis qu’il ne fait que rendre la refraction plus parfaitte et la liberté de l’attraction plus entiere. La lumiere se reflechit donc comme tous les autres corps à ressort par la reaction de son ressort contre les parties solides et les raisons qu’il donne contre ce sentiment ne me paroissent pas avoir meme l’air de la vraisemblance. À l’égard de l’analogie des sons et des couleurs […] Newton a mesuré et fait mesurer par d’autres sur les cotes rectilignes du spectre solaire où les couleurs sont pures et sans melange la largeur des sept couleurs sensibles. Il s’est trouvé que la proportion de ces intervalles s’est trouvée la meme que celle des intervalles d’une corde d’un instrument de musique ; c’est-à-dire la meme à peu près autant que l’œil en peut juger »… Il poursuit et termine avec un développement sur la réfrangibilité des couleurs.
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 8 décembre 2017, lots no 482)

9Cassini de Thury César-François (1714-1784) cartographe.

10– L.A.S., et 3 L.A., au comte de Tressan ; 3 pages et demie in-8 et 1 page et quart in-4, une adresse. Il cite les vers louangeurs que Voltaire avait adressés à Tressan, et lui donne ce conseil : « vous etes encore dans lage de la jeunesse, il vous faut une fanchon, mais donnés luy plutôt des bonbons que des vers, et elle vous rajeunira »… [1776] Le prince l’a envoyé chercher à propos du livre de Delisle de Sales (Philosophie de la nature) : « Je laisse liberté à tout le monde de penser comme il veut, mais non d’écrire, il faut être conséquent, s’il est question de la nouvelle philosophie, que je puis croire bonne, mais qui attaque les principes de la religion, tel que les pretres le soutiennent, je ne puis me declarer protecteur de M. de Lisle, mais sil n’est point question de la religion, je ferai ce que vous voudrés »… – l’académie 9 juillet [1777] Il demande un service : « les intendans des finances sont supprimés » ; il apprend que M. de Trudaine « a abandonné le détail des ponts et chaussées, et que M. Necker se réserve l’administration » ; Cassini voudrait être chargé « de la partie qui regarde les routes, parce que cela me mettroit à portée de terminer la Carte de France, en employant les ingenieurs des ponts et chaussées. […] ce ne sont point les appointemens qui me touchent, mais c’est une place qui convient plus à moy que tout autre, puisque mes cartes ont fourny les meilleures materiaux pour les grandes routes » ; Mme d’Houdetot pourrait le recommander… S.d. Ils vieillissent : « vous allez avec deux bequilles, et vous navez point de chevaux ; je ne peux pas marcher et j’ai donné mes chevaux à mes commissaires »… Il aimerait dîner avec lui… On joint un feuillet autographe avec trois poémes (2 pages in-8) : à M. de Voltaire en luy envoyant la relation de son Voyage en Allema[gne] ; – Epitre à la chienne de Madme Tauvay ; – Reponse a une dem[…] d’un certain age qui me soupçonne detre jaloux de mon fils.
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 127)

11– L.A.S., « Le Cte de Cassini ». S.l., 6 mai 1779. 1 p. 1/3 in-4. Deux globes terrestres doivent être installés dans la Bibliothèque du Roi, pour lesquels son avis est sollicité. Il exprime son enthousiasme « à la vue de ces deux superbes globes […]. Parmi les projets moitié fous, moitié sensés qui se forment tous les jours dans ma tête pour l’Observatoire, j’avois celui d’en faire un Celeste de semblable grandeur. Je n’ai pu voir qu’avec une satisfaction extrême […] l’intention ou vous êtes de faire rétablir et mettre en place ces deux globes, leur beauté, leur richesse méritte qu’on y apporte toute l’attention et qu’on les fasse valoir tout ce qu’il est possible. On pourroit les rendre plus complets, y ajouter des nouvelles découvertes, enfin les rendre de plus en plus dignes des soins qu’on y va prendre et du lieu ou ils vont être exposés, mais il est essentiel que le tout soit dirigé par quelqu’un d’instruit »…
(Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. 363, lot no 19)

Cassini IV Jean-Dominique (1748-1845) astronome.

12– L.A.S., « Le Cte de Cassini », 1er décembre 1780, au comte de Tressan ; 1 page et quart in-4. Il apprend avec joie l’élection de Tressan à l’Académie Française. « J’en fais mon compliment à vous et à l’academie dont le choix, pour cette fois, recevra la sanction et l’approbation du public. À quand votre reception ? J’espère que vous nous le ferez scavoir, je vous previens même que Mme de Cassini ose se flatter d’un billet de votre part pour aller vous entendre ; elle n’a jamais assisté à une seance de l’académie françoise »… Il apprend la publication de son Arioste [Roland furieux. Poême héroïque de l’Arioste. Nouvelle traduction par M. le comte de Tressan, Pissot, 1780] : « Je ne vous en dirait rien ne l’ayant pas encore lû, mais je ne doute pas du succez qu’une pareille traduction doit avoir »…
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 128)

Condorcet Jean Antoine Nicolas Caritat, marquis de (1741-1794) mathématicien et philosophe.

13– L.A.S., « de Condorcet » au mathématicien milanais Paolo Frisi. Lisieux, 9 février 1768, 4 pp. in-4 sur vergé filigrané. En 1765, Condorcet avait présenté devant l’Académie des Sciences de Paris un Essai de calcul intégral qui lui valait l’approbation de ses pairs. Il prie d’abord Frisi de l’excuser de son « étourderie impardonnable en ne vous disant point ou je fais mon sejour ordinaire. C’est a Ribemont en Picardie [son village natal] près de St Quentin. Je n’y suis pas actuellement [il situe sa lettre à Lisieux où son oncle était évêque], j’ignore même quand j’y serai, mais lorsque vous voudrez bien me donner de vos nouvelles, vous pouvez m’y adresser vos lettres ; elles me seront toujours rendues. Je suis charmé que mon livre ait fait quelque plaisir, à Mr le Marquis Lomellini. Il a laissé à Paris la réputation d’un amateur très éclairé. J’ignore si son ancien ami Mr Fontaine [le mathématicien Alexis Fontaine des Bertins, 1704-1771] lui a fait parvenir son recueuil ; il est actuellement occupé a un mémoire sur le calcul de maximis et minimis ; je crois que c’est la géneralisation et le développement de celle dont il a donné un essai et quelques éxemples. Il m’a dit que Mr le Mis Lomellini avoit pris autrefois la peine de la vérifier sur tous les cas resolus par Mr Euler [Leonhard Euler], et qu’elle s’y appliquoit »… Condorcet indique que son futur ouvrage sera bientôt imprimé et espère le lui communiquer par l’intermédiaire du comte d’Argental, un grand ami de Voltaire, ambassadeur de Parme en France, et recevoir en retour les travaux des mathématiciens italiens intéressés « au progrès du Neutonianisme […]. Je ne saurois regarder la géometrie comme l’essentiel d’une science dont le calcul ne soit que le supplément. Il me paroit plus naturel de régarder le calcul comme la science, et la Géometrie comme une application de la science […]. Le Calcul Intégral d’ailleurs est tel qu’il y a très peu de cas ou les solutions géometriques soient completes, par ce que celles-ci sont naturellement déterminées, et que les équations intégrales demeurent indéterminées à cause des constantes. Le Problème n’en est point moins élégament résolu pris tel qu’il est proposé pour un cas particulier, mais on ni voit point toute l’étendue possible de la solution, ce qui peut être indiferent dans la pratique mais ne l’est point a considerer la science en elle-même. Enfin, si la Géometrie s’applique à tous les problèmes, c’est que tous se peuvent résoudre par l’usage de la ligne droite et des arcs de cercle et des aires hyperboliques, mais c’est le calcul qui demontre que toutes les intégrales pouvant s’y reduire la méthode géometrique est génerale »… Il s’enquiert du moraliste et homme politique milanais, le comte Alessandro de Verri et du marquis de Beccaria, un disciple de Verri [fondateur avec lui et P. Frisi d’« Il Caffè » publication milanaise qui donnait libre cours à la propagation des idées héritées des Lumières]… « l’accueuil que son livre à recu des gens de lettres, et l’enthousiasme qu’il a excité dans toutes les belles ames, devroient bien l’encourager. Il s’occupe d’une manière trop generalement utile pour n’être point comptable a l’humanité de tous ses momens. J’écrirai demain à Mr Cousin pour lui donner de vos nouvelles et en faire donner à Mr du Séjour [Dionis du Séjour 1734-1794, astronome] »… Il regrette de l’avoir vu seulement… « quelques instans, mais l’estime et l’attachement que je vous ai voués dureront toute ma vie […]. Ma correspondance avec vous en est une sorte de consolation, qui m’est infiniment pretieuse »…
[Lettre inédite déjà passée en vente en 2015, voir RDE 51 pour la transcription revue sur le manuscrit par Nicolas Rieucau]
(Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. 363, lot no 32)

14– M.A., [Droit d’établir des usines] ; 6 pages in-4 sur 2 bifoliums. Ce brouillon, qui présente de nombreuses ratures et corrections, avec d’importantes additions dans la marge de gauche, se rattache au travail de Condorcet sur les assemblées provinciales ; on en retrouve des traces dans l’Essai sur la Constitution et les fonctions des assemblées provinciales posthume. « La propriété d’une rivière appartient aux riverains, toutes les fois qu’elle n’est pas assez grande pour que l’on puisse y naviguer sans nuire à leurs possessions. Mais cette propriété doit être considérée sous deux points de vue ; la totalité des riverains a un droit commun sur la rivière et il existe un droit particulier pour chaque individu. Le droit de chaque individu se borne à faire soit du bord de la rivière qui lui appartient soit de son eau tout usage qui ne nuit ni à la propriété particulière d’autrui, ni à cette propriété qui doit être commune entre tous les riverains. Les usages d’une rivière que l’on peut regarder comme communs sont la navigation, l’arrosage, le rouillage, et les usines »… Le droit d’établir une nouvelle usine ne peut se concevoir « à moins que les nouvelles ne puissent nuire phisiquement aux anciennes. Le régime féodal étant aboli, le droit exclusif des propriétaires actuels d’usines doit donc se borner à s’opposer à l’établissement de celles qui seraient jugées devoir les empêcher les anciennes d’agir avec une force égale, de produire les mêmes effets. Mais ce droit ne doit pas s’étendre à empêcher la construction des usines qui par la concurrence feraient baisser le profit de celles qui existent »… « Les propriétaires ont aussi le droit de perfectionner ou d’agrandir leurs usines, mais sans nuire aux riverains. Ils doivent notamment construire des déversoirs pour éviter les inondations »… Etc.

15– M.A., [1792-1793], observations que l’on prend la liberté de proposer à Monsieur l’abbé Sieyès, 4 pages in-4. Condorcet présente ici des observations sur divers articles. « Art. 39. Le scrutin ne me parait pas assez sévère 1° parce qu’il n’exclut qu’un juge même dans le cas où l’opinion qu’il y en a trois ou quatre qui méritent d’être changés serait unanime ; 2° parce que pour être exclus il faut être jugé à une pluralité absolue […]. Et il termine : « Voilà ce que j’ai trouvé de mieux jusqu’ici, je le soumets aux lumières de Monsieur l’abbé Sieyès ».

16– M.A., [1792], questions principales auxquelles peuvent se réduire les discussions sur la Constitution, 16 pages in-4 sur 4 bifoliums chirés1à5 (manque le 4). Importantes questions préalables pour la préparation de la Constitution de l’an III, reposant sur l’égalité, et sur la question du respect de la souveraineté du peuple par ses représentants. Il pose ici 24 questions ; puis, après un manque, il livre des réflexions sur l’élection. Ce manuscrit présente de nombreuses ratures et corrections, avec des additions dans la marge de gauche. « 1re L’égalité de droits entre les hommes qui ont l’usage entier de leur raison ne permet pas d’établir pour admettre à l’exercice des droits des citoyens aucune condition dépendante de la possession de propriétés foncières, de la richesse &c ». Sur le feuillet 5, Condorcet réfléchit au système électoral, qui ne doit pas être « exposé à l’influence de la corruption et de l’intrigue », afin d’obtenir ce « degré de tranquilité intérieure, et par conséquent d’ordre public et d’obéissance aux loix sans lequel une société ne peut exister longtems, sans lequel une nation tomberait necessairement dans la faiblesse et la misère et marcherait à grand pas vers sa destruction »… Etc.
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 92, 93 et 94)

17– L.A., « Ce Mercredi » [1783], au comte de Tressan ; 1 page in-4 (taches). Au sujet de l’Éloge de feu M. Bernard de Fontenelle (1783) par Tressan. « J’ai lu avec un grand plaisir, mon cher et illustre confrere, ce que vous avez bien voulu faire en l’honneur de mon grand père Fontenelle. Je me permettrai que bien peu d’observations. Je ne trouve pas juste ce que vous dites que si M. de Fontenelle n’eut pas été cartesien nous aurions perdu les mondes [Entretiens sur la pluralité des mondes], non plus que ce que vous dites ensuite que les mondes sont en grande partie fondés sur le cartesianisme. M. de Fontenelle eut pu faire les mondes etant neutonien car telles qu’ils sont il n’y a pas plus d’une 20e de pages où il soit question de tourbillons. Je n’aime point la comparaison qui est vers la fin, je ne puis voir Fontenelle come un rocher, ce n’est pas qu’il n’eut une grande constance, et une veritable immobilité, mais il est si ingenieux si doux qu’il y a dans l’idée de ce rocher je ne sais quoi de trop imposant »… On joint une L.A. (2 p. in-4, adr.) du comte de Tressan à Condorcet, liste d’ouvrages sur la comparaison de la langue romane et du picard.
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 129)

18– L.A., 28 juin, à Turgot, « intendant du Limousin, à Limoges » ; 2 pages et demie in-8, adresse avec marque postale. Condorcet est allé voir Voltaire à Ferney. « J’ai lu à Ferney, la plus grande partie des deux nouveaux volumes [L’Encyclopédie]. Il y a des articles qu’il n’aurait pas du faire comme quelques-uns qui roulent sur les sciences. Il y en a d’autres qui nous sont assurément fort inutiles, mais les sont-ils pour tout le monde ? ». Condorcet fait le rapprochement avec les cruelles satires contre Lefranc de Pompignan : « Il n’a cessé que lorsque tout le public a été las de rire aux dépens du psalmiste, et que les ennemis mèmes ont crié grâce ». Il ajoute qu’une traduction de l’Arioste lui parait une entreprise de longue haleine : « La lutte contre l’intolérance et la superstition est le seul sentiment qui puisse lui donner la force d’écrire encore de longs ouvrages ». Condorcet craint qu’il en soit de la nouvelle ordonnance publiée comme de celle de 1667 [ordonnance touchant à la réforme de la justice] « et que nous ne soyons réduits bientôt à dire du monstre de la chicane : Et ses griffes en vain par Maupeou raccourcies / Se rallongent déjà toujours d’encre noircies ». Il s’inquiète de la santé de Turgot : « Vous travaillez trop et vous croyez que votre corps ne cherchera pas à se venger de la préférence que vous accordez à la tête ».
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 8 décembre 2017, lot no 81)

19D’Alembert Jean Le Rond (1717-1783).

20– L.A.S., 27 décembre 1755, au comte de Tressan, à Toul ; 2 pages et demie in-4, adresse avec sceau de cire rouge à son chire couronné (brisé). Sur Jean-Jacques Rousseau ridiculisé par Palissot dans sa comédie Les Originaux, représentée à Lunéville, qui tournait en ridicule les Philosophes, et particulièrement Rousseau (marchant à quatre pattes et mangeant de l’herbe). Tressan, grand maréchal du Roi Stanislas, voulait le faire punir. Il avait envoyé la lettre de Tressan à Jean-Jacques Rousseau : « je vois par sa reponse, que je ne luy ay nullement dictée, qu’il se conduit comme j’aurois fait à sa place, & que je me suis conduit de mon côté comme il auroit fait s’il eut été à la mienne. En qualité de son ami j’ai du vous exciter à demander justice pour lui, en qualité de philosophe il desire qu’on pardonne à celui qui l’a insulté, et je suis tout à fait de son avis. Peutetre ce procédé corrigera til l’auteur plus efficacement que tout le mal qu’on pourroit lui faire ; qu’il employe ses talens, s’il en a, à quelque chose de meilleur et de plus honorable qu’à de mauvaises satyres. Ceux qui se sont si indecement déchainés contre M. Rousseau apprendront du moins par là que sa façon de penser n’est pas moins estimable que ses talens, que nous avons fait tout ce que nous devions dans cette affaire, et que nous nous reunissons, comme de raison, avec l’offensé, au parti de la douceur et de la modération »…
[Il s’agit de la lettre 55.23 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Une copie de cette lettre est conservée à la bibliothèque de l’Arsenal. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/​Correspondance/​]

21– L.A., dimanche 27, au comte de Tressan ; 1 page in-4. Comme le duc de Brancas, il supplie Tressan « de deserter Franconville, & de ne pas attendre que l’épidemie vienne vous y saisir ». Il sera heureux de le revoir : « nous parlerons en détail de nos tracasseries académiques. En attendant recevez l’hommage de ma tendre amitié, de mon devouement à tout ce qui peut vous être agréable, & de ma vive reconnoissance, qui ne finira qu’avec ma vie ». Il ajoute, à propos de la Bibliothèque des romans : « Votre collection est charmante, je l’ai presque entièrement achevée, & toujours avec un nouveau plaisir ». On joint une L.A.S. du comte de Tressan à D’Alembert, Paris 20 juin 1771, à propos de l’Encyclopédie (3 p. in-4).

22[Il s’agit d’une lettre inédite, ne figurant pas dans l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Editions, 2009). Elle porte désormais le no d’inventaire 82.54a, la date ayant pu être restituée au dimanche 27 [octobre 1782] d’après le contenu. La justification de cette datation se trouvera sur le site D’Alembert en toutes lettres lors de la prochaine mise à jour. La lettre du comte de Tressan a été publiée par Charles Pougens en 1799, et figure sous le no 71.48 de l’Inventaire analytique]
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 119 et 120)

23– L.A., au Président Hénault. Genève, 18 août [1756]. 2 pages 1/2 in-4. Suscription. Marque postale. Lettre inédite de D’Alembert, de passage à Genève, au président Henault d’Armorezan, dans laquelle il se moque de Voltaire. « Je me flatte que vôtre rhume sera à présent parfaitement gueri. Dieu vous préserve de la bise que j’ai essuyée le 8 de ce mois dans les montagnes de Bugey en venant de Lyon ici. Il a fallu se chauffer comme à Noël. En traversant tout ce vilain pays, je ne m’attendois pas que celui ou je suis dût estre aussi agreable, je ne m’accoutume point à le voir, et je me plais fort avec les habitans, quoiqu’il n’y ait point de bouffons. Car soit jalousie de métier, soit autre raison, le consistoire n’en veut point. Je voudrois bien qu’il fut vrai que ce sont les bouffons qui m’ont retenu à Lyon, mais je ne suis pas assez raisonnable pour cela… J’ai vû plusieurs fois Voltaire qui se porte très bien en disant toujours qu’il est mort. Depuis les Syndics jusqu’aux libraires, tout le monde l’aime, le considère, et le recherche ; il n’a pas ici un ennemi, il est même assez bien avec les ministres du S. Evangile ; le professeur de droit me disait l’autre jour qu’il l’avoit trouvé profond sur tout, excepté sur la jurisprudence ; il fait assez bonne chose, autant que je puisse m’y connoître, et surtout meilleur qu’on ne devoit souvent parlé de vous, il vous regrette, vous aime toujours, et vous prie de vous souvenir quelquefois de lui »… Il lui envoie les compliments du grand maître de l’Artillerie de Genève, évoque sa rencontre avec l’amiral préposé aux embarcations « qui servent à passer le lac »… et l’informe avoir écrit au marquis d’Argenson. D’Alembert termine sa lettre en espérant que son « … Election se sera faite hier, et que nous aurons donné à la France un bel esprit de plus. Je vous embrasse et vous aime de tout mon cœur »…

24[Il s’agit d’une lettre inédite, ne figurant pas dans l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Elle porte désormais le no d’inventaire 56.17a, la date étant aisée à restituer au 18 août [1756] d’après le contenu. La justification de cette datation se trouvera sur le site D’Alembert en toutes lettres lors de la prochaine mise à jour.]
(Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. no 1, mars 2018, lot no 2)

25– L.A.S., « à Paris ce lundi 16 juillet 1770 » au notaire Guillaume Claude de Laleu (1712-1775). Regarding a subscription started by the philosophical club, then extended to anyone, to erect a statue of Voltaire in Ferney. The minimum oer of two Louis allowed many people to join the subscription, which will result in a marble statue of a semi-naked Voltaire being made by Jean-Baptiste Pigalle in 1776, now at the Louvre Museum. Started in April 1770, this letter lists the subscribers in July : we can read the names of the writer Suzanne Curchod-Necker (1739-1794) wife of Jacques Necker and mother of Madame de Staël, the poet Antoine-Léonard Thomas (1732-1785) and the actor and dramatist, author of the play Le Siège de Calais, Pierre-Laurent de Belloy (1727-1775). « Quoique vous m’ayez fait l’honneur de me mander, Monsieur, que la souscription était fermée, je crois cependant que vous devez continuer à recevoir celles qu’on vous enverra, premièrement parce que 12 000 livres ne seront peut être pas suffisans, et qu’il vaut mieux avoir plus que moins ; en second lieu parce que plusieurs personnes considérables, et plusieurs gens de mérite à qui je vous propose de souscrire, n’ont pas souscrit encore, – qu’il importe à la gloire de Mr de Voltaire que le nombre de souscripteurs soit le plus grand qu’il est possible. Si ce nombre excède les frais de la statue, il sera aisé de faire de l’excedent un emploi convenable à Mr de Voltaire et aux souscripteurs […] j’ai l’honneur, Monsieur, de vous envoyer 18 louis, savoir pour M.r & Madame Necker 10 louis, Pour M. Thomas De l’Acad française 6 louis, Pour M. de Belloi auteur du Siege de Calais 2 louis. J’espere vous envoyer encore d’autres d’ici à quelque temps. je vous prie en attendant de recevoir celles-ci, et de me croire avec les sentiments les plus distingués. […] D’alem[bert] ».

26[Cette lettre, déjà passée en vente en 1995, est décrite sous le no 70.63 dans l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/​Correspondance/​] (L’Autographe, Genève, Cat. 56, lot no 18)

Damilaville Étienne, Noël (1723-1768), premier commis au Vingtième (impôt), ami de Voltaire.

27– L.A.S., « E.D. », 31 juillet 1766, à Voltaire, « mon tres illustre Maître » ; 4 pages in-4. Sur l’arrestation de La Chalotais, l’exécution du chevalier de La Barre, et l’aaire Sirven. « Hier ce sont des enfants de 20 ans immolés au fanatisme, à la cupidité et à la jalousie, aujourdhui c’est un vieillard de 65 que la calomnie précipite chargé de fers dans des cachots. L’âge, les talents, les vertus, le mérite, les services rendus, l’estime publique, rien n’y fait, au contraire tout cela excite la rage des méchants et l’homme de bien est proscrit. On dit que le Roi a lu ces mémoires, qui lui ont fait verser des larmes de sang, je ne le crois pas, puisque M. de La Chalotais a été arrêté sur la dénonciation de ses accusateurs […] C’est un bonheur inoui que le mémoire de M. de La Chalotais ait pu percer les murs de sa prison et parvenir jusqu’au public. Il fait une sensation terrible, il n’est personne qui ne pleure sur son sort et j’ose espérer que cet effet pourra le changer. Ô M. de Calonne, où cacherez-vous l’infamie dont votre trahison doit vous couvrir ? qui pourra jamais réparer les outrages et maux que l’homme de bien a souffert ? Quels monstres que les hommes ! »… Il attend « Platon [Diderot] qui va venir diner et conferer avec moi plus particulièrement que nous n’avons pu le faire encore sur l’affaire en question. J’en ai beaucoup causé hier au soir avec Protagore [d’Alembert], personne ne dit non mais cela vaut la peine d’y penser. Platon pense bien comme vous sur la révolution que cela pourrait produire et il est sûr que rien ne seroit plus capable d’accélérer les progrès du bien »… Il évoque ensuite l’exécution du chevalier de La Barre le 1er juillet pour sacrilège : « Vous avez su l’affreuse tragédie d’Abeville, tout ce qu’il est possible d’avoir, l’annecdote du Cardinal Le Camus est bien singulière et mérite d’être consacrée, son sort et celui de son parent forment un étrange contraste et qu’il ne faudra pas oublier, comme la fatalité se joue des hommes ! » Puis il en vient à l’aaire Sirven (protestants faussement accusés d’avoir tué leur fille, et en fuite) : « La générosité du Roi de Prusse [Frédéric II] pour Sirven, nous a fait à tous un plaisir bien vif et bien doux. Touttes les ames ne sont donc pas attroces, nous rou ons, nous emprisonnons, nous brulons, nous pendons, nous dépouillons les innocens. Les étrangers les secourent ! Nous persecutons le merite et la vertu, ils leurs offrent des aziles. Quelle honte pour la nation et quelle gloire pour eux ! Élie de Beaumont est actuellement occupé à terminer le mémoire de Sirven, il ne le quittera point qu’il ne sera entièrement fini […] Ô Dieux quelle liste de crimes, on passe d’indignation en indignation […] Gemissons, et soyons prudents »…
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 8 décembre 2017, lots no 344)

Deparcieux Antoine (1703-1768), mathématicien.

28– L.S., Paris 18 mai 1768 ; 1 page et demie in-4. Quelques mois avant sa mort, il fait campagne pour la place de Pensionnaire de l’Académie Royale des Sciences (en replacement de Camus) : l’Académie est partagée entre Vaucanson et Deparcieux, et ce dernier plaide ici sa cause. Il a besoin « de vos bontés et de vôtre fermeté », car M. de Saint-Florentin vient à l’Académie vendredi : « il est à craindre que sa présence ne fasse croire aux foibles que son plan est pris pour faire absolument passer M. Vaucanson. Pesés je vous prie l’utilité de l’un et de l’autre à l’académie. J’ai bien été au moins 3 ou 4 fois plus assidu que lui, et6à7 fois plus chargé de rapports. Depuis qu’il est de l’académie il a donné cinq mémoires d’assés médiocre mérite, et moi 14 dont la plupart de la plus grande utilité publique. Il y a 3 ou 4 votans de l’académie qui demandent qu’on ne me nomme pas, ou qu’on nous nomme au moins tous les deux. Vous scavés qu’en nommant les deux c’est ne servir ni desservir personne. Je me recommande à vôtre justice »… [Jacques Vaucanson sera élu au poste de Pensionnaire le 9 juin, bien que certains espéraient qu’il demanderait la vétérance et cèderait son rang à Deparcieux, qui mourra quelques mois plus tard le 2 septembre].
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 94)

– Duclos Charles Pinot (1704-1772), romancier et moraliste

29– L.A., 9 janvier 1762, [à Voltaire] ; 1 page 3/4 in-4. Lettre relative aux Commentaires de Voltaire sur Corneille, que Voltaire soumettait un à un à l’Académie. « Quoique la lettre que vous venez d’adresser a l’Academie, Monsieur, ne soit pas destinée a l’impression, come votre comentaire ; elle y est telement relative, que la Compagnie me charge de vous comuniquer quelques observations a ce sujet. – 1° L’Academie persiste a vous laisser absolument libre de deferer ou non a ses avis sur tous les objets de votre comentaire. – 2° L’enchantement de Medée est fondé sur la fable, il est téatral, et ne se passe qu’en recit. Celui de Machbet est plat et dégoutant. Dailleurs Medée étant une piece a machines, il y avoit déjà bien du goust dans Corneille a ne metre qu’en recit ce que Shakespear met en spectacle. Votre reflexion sur Quinault et Boileau est tres bone. – 3° Le morceau de Cinna vaut au moins celui de Schakespear faisant parler Brutus. L’auteur Anglois n’etoit dailleurs point conu de Corneille, ni peut être d’aucun françois. 4° Le mot du Ml de La Feuillade n’est en efet qu’une saillie, et non pas une critique éxacte. – 5° L’Academie persiste dans son avis au sujet de l’endroit de Cinna ou vous etes en schisme avec elle. C’est principalement ici que nous sentons come vous la dificultéz de s’expliquer de si loin. Si vous eussiez été present et acteur dans nos discussions academiques, peut être seriez vous de notre avis. – 6° Je vous envoie d’avance sur Heraclius une note qui vous decidera, je crois, sur l’anteriorité de la piece de Corneille. – 7° L’Academie vous exhorte a choisir la derniere édition de 1738 pour le texte de la vôtre, en rapelant dans les notes toutes les variantes tant de Pierre que de Thomas. Vous aurez ainsi toutes les ocasions de faire vos observations, même sur les sentimens de l’Academie. Je vous envêrai bientôt les notes sur Heraclius. Vous pouvez envoyer et renvoyer tout ce que vous jugerez a propos de proposer a l’Academie »…
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 101)

Duhamel du Monceau Henri-Louis (1700-1782), botaniste et Le Roy Jean-Baptiste (1719-1800), géomètre.

30– P.S. par les deux, 19 février 1752 ; 2 pages et demie in-4 (portrait lithogr. de Duhamel du Monceau joint). Désignés par l’Académie Royale des Sciences, ils ont fait un rapport sur un mémoire « de Mr Pommier Ingénieur du Roy pour les Ponts et Chaussées, contenant la description et l’usage d’un nouveau ventilateur rectifié d’après celuy de Mr Hales ». Examinant attentivement ce ventilateur, ils concluent : « il a un ventilateur qui chasse deux fois plus d’air ce qui ne peut être que fort utile sur les vaisseaux où l’on ne peut trop ménager la place »
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 102)

Frédéric II dit Frédéric le Grand (1712-1786) roi de Prusse.

31– L.A.S., Lettre de la main du secrétaire signée à son ami Voltaire « Du Roi de prusse à Mr de Voltaire ». Potsdam ce 11eme d’octobre 1777 ; 2 pages in-4. « Je vois donc que les Suisses pensent sérieusement à réformer leurs Loix : le Code Carolin m’est connu, j’ai fourré mon nez dans ces anciennes Législations, lorsque j’ai cru nécessaire de réformer les Loix des habitans des bords de la Baltique : ces Loix étoient des Loix de sang, ainsi qu’on nommoit celles de Dracon, et à mesure que les Peuples se sont civilisés, il faut adoucir leurs Loix, nous l’avons fait, et nous nous en sommes bien trouvé. J’ai cru, en suivant les sentiments des plus sages législateurs, qu’il valoit mieux empêcher et prévenir les crimes que de les punir ; cela m’a bien réussi, et pour vous en donner une idée nette, il faut vous mettre au fait de nôtre Population qui ne va qu’à 5 millions 200 000 ames. Si la France a 20 millions d’habitans, cela fait à-peu-près le quart. Si l’Angleterre en a 8 millions, cela fait environ les trois quarts. Depuis donc que nos Loix ont été modérées, nous n’avons année commune que 14 tout-au-plus 15 arrêts de mort. Je puis vous en répondre d’autant plus affirmativement, que personne ne peut être arrêté sans ma signature, ni personne justicié à moins que je n’aye ratifié la sentence. »… « Parmi ces Délinquants la plûpart sont des filles qui ont tué leur Enfant ; peu de meurtres, encore moins de vols de grand chemin. Mais parmi ces créatures qui en usent si cruellement envers leur postérité, ce ne sont que celles dont on a pû avérer le meurtre qui sont éxécutées. J’ai fait ce que j’ai pû pour empêcher ces malheureuses de se défaire de leur fruit. Les maitres sont obligés de dénoncer leurs servantes dès qu’elles sont enceintes. Autrefois ont avoit assujeti ces pauvres filles à faire dans les Eglises des penitences publiques ; je les en ai dispensées. Il y a des maisons dans chaque Province, où elles peuvent accoucher, et où l’on se charge d’élever leurs Enfants. Nonobstant toutes ces facilités, je n’ai pas encore pû parvenir à déraciner de leur esprit, ce préjugé denaturé qu’elles ont de se défaire de leurs Enfants : je suis même maintenant occupé de l’idée, d’abolir la honte jadis attachée à ceux qui épousoient des créatures qui étoient meres sans être mariées ; je ne sais, si peut-être cela ne me réussira pas ; Pour la question, nous l’avons entierement abolie ; il y a plus de 30 ans qu’on n’en fait plus usage. Mais dans des Etats républicains, il y aura peut-être quelque exception à faire pour les cas qui sont des crimes de haute trahison : comme, par éxemple, s’il se trouvait à Geneve, des citoïens assez pervers pour former un complot avec le Roi de Sardaigne pour lui livrer leur Patrie ; Supposé qu’on découvrit un des coupables et qu’il fallût s’éclaircir nécessairement de ses complices, pour trancher la racine de la conjuration : dans ce cas, je crois que le bien-public voudroit qu’on donna la question au déliquent »… « Dans les matieres civiles, il faut suivre la maxime qui veut qu’on sauve plutôt un coupable que de punir un innocent. Après tout, étant incertain de l’innocence d’un homme, ne vaut-il pas mieux le tenir arrêté que de l’exécuter ? La vérité est au fond d’un pui ; il faut du tems pour l’en tirer, et elle est souvent tardive à paroitre, mais en suspendant son jugement jusqu’à ce qu’on soit entierement éclairci du fait, on ne perd rien et l’on assure la tranquilité de sa conscience : c’est à quoi chaque honnête homme doit penser. Pardon de mon bavardage de légiste, c’est vous qui m’avez mis sur cette matière, je ne l’aurois pas hazardé de moi-même. Ces sortes de matieres, font mes occupations journalieres. Je me suis fais des principes d’après lesquels j’agis, et je vous les expose. J’oublie dans ce moment que j’écris à l’auteur de la Henriade ; je crois adresser ma lettre à feu le Président de La Moignon ; mais vous réunissez toutes les connoissances, ainsi nulle matiere ne vous est étrangere. Si vous voulez encore du Cujas et de Bartole des Obotrites, vous n’avez qu’à parler, je vous donnerai toutes les notions que vous désirez. C’est en faisant des vœux pour la conservation du Patriarche de la tolérance, que le Solitaire de Sans-Souci espere qu’il ne l’oubiera pas. Vale ! ».
(Manuscripta, cat. avril 2018, lot no 21)

Grimm Frédéric Mélchior, baron de (1723-1807), écrivain allemand.

32– L.A.S., Paris 25 septembre 1782, à Georges-Louis-Marie de Buon fils ; 2 pages in4 (trace d’onglet, portrait gravé joint). Lettre au sujet du voyage en Russie du fils de Buon, alors âgé de 18 ans, que son père avait envoyé à la cour de Russie pour le représenter auprès de Catherine II (le baron de Grimm avait chargé le jeune Buon de quelques paquets pour l’Impératrice). Il le remercie ici de son exactitude et des soins qu’il a apportés à sa mission… « Je suis bien charmé que le séjour de Pétersbourg vous plaise, et je vous prie de ne pas douter du grand et véritable intérêt que je prends à vos succès. L’Impératrice m’a fait la grace de me mander qu’elle vous avait traité comme le fils d’un homme célèbre, c’est à dire sans façon en vous faisant diner avec elle. Vous avez rempli votre première jeunesse d’une manière si brillante et si intéressante que lorsque vous serez à l’âge de Monsieur votre pere, ces premieres scenes de votre vie vous paraitront un songe, et lorsque la postérité l’entretiendra des merveilles du regne de Catherine II, vous pourez lui dire, et moi j’ai été assis vis à vis d’elle et je l’ai vue face à face, et mes oreilles ont entendu le son de sa voix. Cette destinée n’est pas commune »[La lettre est écrite à Paris, car Grimm vécut en France dans le cercle des Encyclopédistes en y rédigeant sa Correspondance Littéraire].
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 139)

33– L.A., à la princesse de Galitzin ou Gallizin [Amélie von Schmettau, épouse du prince russe Dimitri Galitzine]. Paris, 11 décembre 1774, 3 pp. 1/2 in-8. Lettre dans laquelle il tente de se faire pardonner son silence… » Que n’êtes vous pas en droit, Princesse, de penser d’un homme que vous avez comblé de bonté, qui vous en parut pénétré, et qui depuis près de deux mois qu’il vous a quittée n’a pas pu trouver le moment de vous parler de son respect, de son attachement, de sa reconnaissance ? J’avoue que toutes les apparences sont contre moi, mais mon cœur n’est pas coupable »… Il se dit impatient de recevoir de ses nouvelles par Mme de Galouvin,… « mais j’aimerais mieux, Princesse, que ce fût vous qui m’en donnassiez sur la route de Delft à Rotterdam. Je n’oublierai pas sitôt cette journée, quoique notre philosophe vous en doive seul les sept huitièmes et demi de la reconnaissance. Reste un demi huitième à partager entre les Comités Romanowa et moi »… Après lui avoir demandé l’autorisation de lui écrire, il se flatte de sa « délicatesse » à ne pas lui réclamer… « ce Lucio Vero de Sacchini [opéra du compositeur italien Antonio Sacchini] que vous m’aviez si généreusement offert. Il m’aurait rappelé ces moments délicieux que vous avez passés à votre clavecin. Je me figure à quel point ce clavecin est négligé depuis notre départ. Vous l’abandonnez sans l’aimer moins, c’est comme le philosophe me traite depuis mon retour [Grimm s’était fâché avec Jean-Jacques Rousseau]. Je ne l’ai presque pas vu. Je ne sais s’il vous écrit plus souvent qu’il ne voit ses amis. En revanche, je parle souvent de vous avec M. le Baron d’Holbach [Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach, 1723-1789, savant et philosophe allemand] et même avec son fils. Jugez, Princesse, quel besoin j’ai de parler de vous »… Il s’enorgueillit de l’amitié que lui ore Mme Georin [une amie de Fontenelle et des Encyclopédistes], et,… « Si malgré mes torts, vous avez des ordres à donner en ce pays ci, je soutiendrai envers et contre tous, philosophe y compris, qu’il n’existe en ce siècle ni en ce monde, personne qui vous soit plus respectueusement, plus inviolablement, et j’allais me croire philosophe et ajouter, plus tendrement attaché que moi »… « De quoi s’avise donc ce bohémien, d’avoir plus d’esprit que nous » disait Voltaire au sujet du baron de Grimm, ce précepteur bavarois d’origine modeste, qui avait suivi les cours de l’université de Leipzig, introduit dans le monde littéraire français par le philosophe Jean-Jacques Rousseau.
(Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. 363, lot no 50)

La Condamine Charles-Marie de (1701-1774) mathématicien.

34– L.A.S., Paris, 4 mars 1767, au comte de Tressan ; 4 pages in-4. Il a essayé « des canonades electriques d’après l’avis de M. Van Swieten et je les ai continuées jusques à Lundi dernier, jai differé à vous répondre tant pour vous en dire des nouvelles comme physicien que de leffet que ce nouveau moyen auroit produit sur votre ami ». Il lui a écrit plusieurs fois « depuis la mort du Roi philosophe » [Stanislas], notamment « d’Aix la chapelle dont jai été prendre les eaux les bains et les douches et de là à Spa prendre les bains froids dont on me promettoit merveilles et qui n’ont pas eu plus d’effet que tous les autres remedes des Tronchin, des Mahy, des Pringle, des Gatti, des Van Swieten sans compter les esculapes de Paris, je vous ai fait le récit peut etre trop au long de mes maux, et de l’engourdissement de mes piés, mains, jambes et de toutes les parties inférieures, ce qui a diminué de moitié la sensibilité de ces parties, sans que j’en aye perdu les mouvements. Rien n’a opéré ni l’électricité non plus. Le tronc est sain mais les branches se dessèchent ». Il lui a envoyé des vers sur son état, « dont je sens les conséquences, mais qui ne me cause point de mélancolie »… Il est rentré à Paris après un séjour à Étouilli, « où j’ai végété dans le sein de ma famille entre ma sœur et ma femme qui me gardoient à vue et me cultivoient comme une plante de Borneo ou de Sumatra ». Le voyage des eaux l’a ruiné ; il a maintenant des chevaux, ne pouvant « plus marcher à pié dans les rues sans un risque évident. Il est tems de manger son fonds à 66 ans quand on n’a point d’enfans. […] on m’assure que je n’ai point d’apoplexie à craindre, mais jai vieilli sans savoir pourquoi de vingt ans depuis 18 mois jusques là je me portois comme à 40 ans. Aujourdhui en suposant que jai 86 ans je puis dire encore que je me porte asses bien pour cet âge ». Il loue le nouvel ouvrage de Tressan [Portrait historique de Stanislas le Bienfaisant], « écrit avec beaucoup de sagesse et de noblesse, sans prejudice de l’énergie qui regne dans tous vos ecrits. […] je le relirai avec le même plaisir et le même attendrissement. […] Je ne suis pas surpris que la Reine en ait désiré l’impression. Vous donnez adroitement et decemment un coup de patte à ceux qui ont tiré meilleur parti que vous de la faveur de votre défunt maître ». Il évoque ensuite les retards de la lecture de son troisième mémoire [sur l’inoculation de la petite vérole], qui devait être lu en novembre 1764, quand il reçut la nouvelle de l’inoculation du Prince de Parme ; puis Malesherbes lui avait promis la lecture à la Saint-Martin de 1765, quand est survenue la petite vérole de Mme de Boulers : « J’en ai dit un mot dans le Journal Encyclopedique de novembre 1964, ce qui ma fait une tracasserie à l’academie où jai été un an sans mettre le pié ». Puis sa maladie a retardé la publication de ce 3e mémoire, « quoique le nouveau Duc de Parme m’ait fait inviter de le lui dédier ou plustot ait renouvellé l’invitation que m’avoit faite feu l’Infant. Je ne songe plus qu’à végéter »… Il ajoute au bas de sa lettre deux quatrains oubliés dans l’édition de son poème…

35– 2 L.A., 6 mars et 18 mai [1749], au comte de Tressan à Boulogne ; 3 pages et quart in-4, et 2 pages et demie in-4 avec adresse (dessin d’une boussole à côté de l’adresse). Sur ses démarches pour obtenir à Tressan une place à l’Académie des Sciences, dans le contexte du nouveau ministère. – Paris 6 mars. Il a écrit au Roi et à son secrétaire des commandements « au sujet du Telescope microscope, il y en a un dans les transactions philosophiques de 1736 et sans aucune addition, mais la lentille oculaire ajoutée peut augmenter leffet ». Puis sur les manœuvres pour le remplacement de l’académicien honoraire Amelot qui vient de mourir ; on songe au maréchal de Lowendal… Puis il raconte ses discussions avec Réaumur qui semble opposé à Brandt, que défend La Condamine pour avoir communiqué « la face de la boussole derangée par le tonnerre, et qu’il avoit le premier fait connoitre en France les aimans artificiels du Dr Knight et le petit globe dont on change les poles » ; il tâche d’obtenir des certificats en sa faveur, de Jussieu, Clairaut, etc. Quant à Buon, « il ne songe qua sa femme et à ses affaires »… – Jeudy 18 may. « Vous reunissez, mon cher comte, les suffrages de gens qui ne s’aiment gueres […] mais ce ne sont pas les voix qui vous manqueront dans l’Acad[émi]e. Il faut que le ministre parle surtout pour faire une chose qui n’a point eu d’exemple »… M. d’Argenson est venu à l’Académie accompagné de M. de Maillebois (nommé membre honoraire) « qui a pris séance sans faire de harangue. Vous auriez peine à vous abstenir en pareil cas de jouer l’académicien françois avec la faconde que vous possédés ». La Condamine a lu à l’assemblée, en corrigeant quelques termes, « vos nouvelles expériences qui ont paru très jolies. […] L’exp[érienc]e de M. D’Awringhem a fait secouer la tête mais la fin a réconcilié avec l’électricité »… Buon a promis de parler à M. d’Argenson au sujet de la place d’associé libre surnuméraire : « J’ai pressé Reaumur. Il me paroit qu’il ne veut pas la demander »… Il tiendra le comte informé, « mais il faut voir le ministre et il est introuvable à ceux qui le cherchent »… Il lui renvoie son mémoire en regrettant de ne l’avoir pas lu en entier : « il me faudroit sept ou 8h au moins pour y faire quelques notes »… Il demande à Tressan de lui rendre les Tentamina Electrica de M. Bose de Wittenberg… « Je nentends pas trop quel est le desagrement dont vous vous plaignés. […] votre memoire et tout votre merite academique nest pas un titre pour etre honoré »… – On joint une L.S. de Louis-Léon Pajot d’Onsenbray à La Condamine, au Breuil 16 juin 1749, parlant du comte de Tressan.

36– L.A.S., Chaillot 23 juin 1771, au Comte de Tressan ; 2 pages in-4. Sur D’Alembert et l’Encyclopédie. Peiné d’apprendre les ennuis de Tressan, il souhaiterait « etre mieux que je ne suis avec M. d’Alembert pour vous servir plus efficacement. J’ai mal reussi à me disculper avec lui sans y etre obligé d’un tort imaginaire. Cependant je vais lui écrire et lui envoyer par forme de confidence votre lettre qui me paroit ostensible ». Il espère une prompte réponse. « Comment n’auriez-vous pas ignoré vous absent de Paris ce que jignorois moimême qu’il n’eut pas de part à l’édition des dix derniers volumes de l’encyclopédie, ce qui n’empeche pas que tous les articles de mathématique ne soient de lui ». Il vaudrait mieux envoyer la lettre de protestation de Tressan pour publication à Diderot : « Je m’en charge, ou de la faire remettre aux éditeurs des deux nouvelles encyclopédies soit de celle d’Yverdon soit de celle de Genève qui sera conforme à celle de Paris sans changement, mais à laquelle on joindra un suplement d’additions et de corrections qui ne paroitront que dans plusieurs années »… Il ne voit pas ce qui pourrait déplaire à D’Alembert dans le projet de lettre de Tressan [qui voulait répondre dans l’Encyclopédie (dont D’Alembert s’était retiré) aux attaques de Palissot contre les Philosophes]… [voir la lettre no 71.48 de l’Inventaire analytique de la correspondance de D’Alembert, citée plus haut dans cette rubrique] (AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 132, 133 et 134)

37– 3 L.A.S., de l’imprimeur Anisson-Duperron, Paris 1749-1750, avec quelques notes autographes de La Condamine ; 2 pages in-4 chaque. – 15 octobre 1749. Explication du refus de son frère de reproduire ses tables imprimées : « ce seroit une bigarure de caracteres qui depareroit votre livre »… – 5 octobre 1750. Il a reçu l’extrait de son mémoire et de celui de Bouguer, mais « son etendue qui passe les bornes ordinaires d’un extrait » dans les Mémoires de l’Académie des sciences, lui fait un devoir d’en avertir le ministre : « il m’est tres indifferent de quelle matiere le volume des memoires de l’Academie soit rempli, si votre extrait n’en faisoit pas une partie, ce seroit d’autres memoires qui le remplaceroient je crois que l’Academie ne manque pas de materiaux »… – 14 octobre 1750, [à Pierre Bouguer ?], sur sa décision d’écarter les deux mémoires du volume, « surtout le dernier qui est de M. de La Condamine, dont le livre en entier déjà imprimé a l’Imprimerie Royale contient en tout 270 pages, et l’extrait […] environ 100 »… Le ministre a paru désapprouver cette répétition : « l’intention de Mgr d’Argenson est de vous ecrire »…
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 16 au 17 mai 2018, lot no 574)

Lally-Tollendal Thomas Arthur de (1702-1766) gouverneur des Indes.

38– L.A.S. et 4 P.S., Grand Mont [près Madras] 2 février 1761, [à la Compagnie des Indes] ; 11 pages in-fol. (légers défauts marginaux à la première lettre). Annonce de la capitulation de Pondichéry. (Cette lettre est écrite par Lally deux semaines après la capitulation, alors qu’il est prisonnier de guerre des Anglais). « Après un blocus de dix mois par terre et par mer, investys pendant quatre mois et demy par une armée de quatre mil cinq cens blancs, et de dix mil noirs, canonés et bombardés pendant quarante jours, réduits à cinq cens cinquante hommes en état de combattre, abbandonnés totalement de notre flotte dont cinq vaissaux suffisoient depuis le mois d’octobre jusqu’au premier janvier pour nous sauver ; l’officier et le soldat épuisés n’ayant eu pour toute nourriture pendant les deux derniers mois que quatre onces de ris par jour, des chiens, des chats et des rats : j’ay remis la ville de Pondichery a l’ennemy le seize janvier dernier jour auquel il ne restoit pas une livre de grain dans la ville hors celuy que les Conseillers et quelques habitans principaux tenoient enfouy chez eux »… Il joint à sa lettre les pièces justificatives… Ces copies de lettres ou pièces justificatives sont toutes signées par Lally. – 24 décembre 1760. Lettre de Lally au brigadier de Landivisiau, commandant de la place : « alors que nous sommes a la veille de passer au pouvoir de l’ennemy », il l’invite à prendre des mesures pour empêcher que l’ennemi ne profite de leurs munitions ; à travailler à un projet de capitulation qui sauvegarde la famille de Raja-Saëb ; à proposer à Leyrit d’assembler un conseil mixte pour formuler des demandes à faire passer à M. Coote avec sa capitulation particulière (dont texte)… – 14 janvier 1761. Lettre du Conseil de Pondichéry à Lally, s’étonnant qu’il ait écrit à Leyrit et Landivisiau de travailler à la capitulation de la place, après s’être refusé aux moyens de sauver les restes de la colonie, et le sommant de faire demander immédiatement une suspension d’armes… – 15 janvier 1761. Déclaration de Lally au colonel Coote en lui remettant Pondichéry : il rappelle la violation de traités par les Anglais en prenant Chandernagor, et leur refus de remplir les conditions du cartel convenu entre leurs maîtres respectifs ; il annonce que les troupes du Roi et de la Compagnie se rendent prisonniers de guerre de S.M. britannique aux termes du cartel, qu’il réclame aussi pour les civils et les religieux, et il demande un asile pour la mère et les sœurs de Raja-Saëb en rappelant « la barbarie » de la mort de ce prince, sous la responsabilité d’un commandant anglais… – 15 janvier 1761. Réponse en anglais du colonel Coote qui écarte toute discussion de Chandernagor et du cartel, mais promet aux troupes de S.M.T.C. et de la Compagnie qui se rendront prisonniers de guerre de S.M. britannique, toutes les indulgences voulues par l’humanité ; il garantit la sécurité de la mère et des sœurs de Raja-Saëb…
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 163)

Le Cat Claude-Nicolas (1700-1786) chirurgien.

39– L.A.S., Rouen 31 juillet 1766, à son confrère le comte de Tressan ; 2 pages in-4. Il est heureux d’intervenir auprès de l’archevêque de Rouen en faveur de l’abbé, fils de Tressan : « cest le meilleur Prelat de la terre ; il a mille bontés pour moi et je ne le verray pas que je ne le presse de tenir la parole qu’il vous a donnée, qu’il a donnée à M. le Dauphin. Comptez sur lui. Cest un bien honnête homme et la bienfaisance incarnée. Il fait d’ailleurs grand cas des personnes de grande condition comme vous et dit que M. votre fils est de bonnes mœurs, je suis seur qu’il lui donnera un bénéfice. Que je serois content d’avoir quelque part à cette bonne œuvre ! Que je serois content de voir sur mes vieux jours, un Tressan grand-vicaire d’un archeveché où j’ay vû le grand oncle mon maître et mon protecteur ! J’aurai bien du plaisir à me revancher, si je le puis, sur le petit neveu des bontés que le grandoncle et le Papa ont eues pour moy »…
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 136)

Le Monnier Pierre-Claude-Charles (1715-1799) astronome.

40– 2 L.A.S., Paris 1749-1767, [au comte de Tressan] ; 3 et 1 pages in-4. – 27 mai 1749. Lettre analysant les chances d’une place pour Tressan à l’Académie des Sciences, dans le contexte du nouveau ministère : « vous avez demandé à M. d’Argenson la 1re place d’associé libre et d’etre surnumeraire supposé qu’il en vacque une bientost : mais outre que cela est peut-être fort éloigné, je doute fort que M. d’Herouville la demande. On m’a dit que du tems de M. de Maurepas, il avoit refusé cette place. Veritablement celles d’honoraires sont bien plus flateuses, par ce qu’on y peut presider et qu’un genie de premier ordre peut procurer bien des avantages reels aux sciences en moins d’une année que cette presidence peut l’occuper ; mais on nous avoit donné du tems de M. de Maurepas un genre d’honoraires et de presidents si singuliers, qu’il nous a semblé qu’on avoit eû dessein de les atteler avec nos pedants, plustost à l’ariere qu’au devant de la charrette »… L’éloignement du candidat devait cependant l’empêcher d’agir auprès du ministère, alors que Mme de Chaulnes et M. d’Hérouville ont tout fait pour réussir dans cette aaire, mais peut-être inutilement : « Il y a 4 jours qu’étant a St Germain a l’hotel de Noailles, M. le duc d’Ayen, me dit que le Roy s’étoit expliqué déjà à ce sujet, et que la place d’honoraire etoit destinée a M. le comte de Maillebois »… On ne connaissait pas à Maillebois de goût pour les sciences, et dans le peu de temps que Le Monnier l’a vu, « etant a moitié distrait dans le moment par des observations de la lune et d’etoiles qui passoient alors au meridien, je n’ai pu decouvrir pour quelle partie des mathematiques ou de phisique il avoit le plus de penchant »… L’Académie a aussi 8 associés étrangers, et 6 associés libres, mais M. de Maurepas n’a jamais souhaité augmenter le nombre de ceux-ci : ne pourrait-on pas solliciter le consentement de M. d’Argenson, à ce propos ? Il voudrait enfin son aide pour le réconcilier avec M. Folkes, à Londres… – 2 janvier 1767. « Avant les voïages faits en 1761 on ignoroit si la Parallaxe du soleil […] n’etoit pas de 6’ ou de 15’. Le 1er cas eloignoit excessivement le soleil. Ceux qui ont supposé 10’ seulement en ont deduit la distance à la Terre d’environ 33 millions de lieuës. Or l’on sçait aujourd’hui que la Parallaxe est de7à 10 secondes, d’où il s’ensuit que le soleil est plus loin que 33 millions de lieues. On a donc tort de la supposer anuellement de 27 à 28 millions […]. Quant a la 2e question, je trouve qu’on peut supposons les diametre de la Terre et du Soleil dans le rapport de 1 à 100 sans se tromper sensiblement, ce qui donneroit 286 500 lieues pour le demi diametre du Soleil. J’ignore sur quoi se fondent ceux qui le reduisent à 254 773 : peut-être corrigent-ils quelque chose avec Newton sur l’angle apparent, parce que nos lunettes nous le feroient voir trop grand. Mais cette conversion auroit besoin de preuves fondées sur l’optique »…
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 137)

Le Roy Jean-Baptiste (1720-1800) physicien.

41– 3 L.A.S., Paris août-novembre 1749, au comte de Tressan ; 16 pages in-4. Correspondance sur son projet d’électromètre, avec une lettre de Gowin Knight. – 28 août. Il le félicite « pour le noble courage que vous avez de cultiver la Philosophie dans un pays où une personne de votre rang est obligée d’être savante incognito. Il semble que parmi le grand monde, il ne soit encore permis qu’aux femmes de se mêler de Physique publiquement, apparemment que l’indulgence que l’on a pour le beau sexe fait qu’on leur passe ce travers ; car c’en est un dans ce pays que de vouloir savoir des choses que le vulgaire ignore »… À propos du mémoire et des dessins qu’il lui a fait parvenir sur son électromètre : « Je ne doute pas que vous n’entendiez parfaitement la nature de notre instrument ». Il aurait aimé qu’il contienne davantage de choses, mais étant destiné à être lu en séance publique, il a préféré n’exposer que quelques expériences parlantes, sur l’attraction des corps électriques, et la conséquence de l’augmentation de leur masse… Puis, à propos de l’importante découverte du Dr Knight sur le magnétisme, les phénomènes d’attraction et de répulsion : « J’ai une très grande impatience d’être au fait de toutes les découvertes de ce grand homme »… Il ne partage son avis sur M. de Riva « le valaisien », que Tressan, comme beaucoup d’autres, soupçonne de charlatanisme : « On ne peut disconvenir que ce ne soit un très habile homme, qui entend très bien l’horlogerie, et beaucoup de physique, et de mathématiques ; […] une personne qui a trouvé les longitudes, qui a découvert un agent dans la nature inconnu à tous les Physiciens »… – 29 septembre. « Nous nous flattons que ce que vous marquez au sujet de l’électromètre n’est point un compliment et que nous pouvons nous livrer au plaisir de voir que le mémoire et le dessin nous ont confirmé dans la bonne opinion que vous en aviez déjà conçue ». Il le prie de bien vouloir lui transmettre ses remarques sur son appareil et sur son mémoire. « Nous ne doutons plus que l’attraction des corps électriques ne soit comme les surfaces, et non comme les masses, depuis que nous vous avons gagné à notre opinion. Votre remarque est très juste au sujet des étincelles que l’on tire d’une grosse barre de fer, et d’un fil d’archal. Mais si vous voulez bien faire attention, que leurs surfaces sont très différentes ; vous verrez que cela ne détruit pas ce que nous avançons. Car dans tous les cas où vous aurez surface égale, nous prétendons qu’il y aura même étincelle […] Quant aux barres magnétiques du Dr Knight il se peut faire qu’étant d’acier trempé, les étincelles que l’on en tire soient plus vives ou d’une autre nature que celles que l’on tire d’une barre de fer ordinaire ; car il est très vraisemblable que ces étincelles varient selon la nature du corps, d’où elles partent, et qu’il ne nous manque des moyens pour nous apercevoir de ces variétés. Votre expérience sur les étincelles, dont l’intensité augmente à mesure que l’on approche de la partie supérieure d’un corps est fort curieuse. […] La conséquence que vous en tirez, que le feu tend toujours à s’élever, paroit assez naturelle ; quant à celle qui vous fait penser que le feu qui a perdu son mouvement de projectile, gravite vers le Soleil […], il est vrai […] qu’en regardant la terre comme élastique, et le feu comme le fluide électrique il pourroit être regardé comme l’atmosphère de la terre qui s’en éloigneroit toujours par la répulsion »… Mr d’Arcy et lui ont lu avec beaucoup d’attention son Système et souhaiteraient se procurer son mémoire afin d’en savoir plus. « On avait bien déjà pensé que l’Électricité pouvait être l’agent universel ou la cause qui retient les Planètes dans leur orbite »… – Paris 5 novembre 1743. Il s’inquiète de la chute de Tressan : « Si cette vilaine attraction fait tant de bien dans la nature elle y fait aussi bien des maux »… Il le félicite pour son nouveau commandement en Lorraine : « il y a longtems que je sais Monsieur que la Reine prend soin de votre fortune, on peut dire que c’est une princesse qui a le cœur excellent ». Le Roi Stanislas doit également se réjouir de « pareille acquisition »… Diminué par une fièvre, il ne perd pas de vue le mémoire sur son électromètre et envisage « d’envoyer à la Société Royale un précis de ce que nous pouvons découvrir par la suite ou de suite des expériences que j’ai commencées »… On joint une L.A.S. de Gowin Knight (1713-1772, physycien anglais, inventeur d’un procédé pour magnétiser l’acier), 4 décembre 1749, au comte de Tressan (2 p. in-4), annonçant qu’il a retardé son envoi de bars et de terrellas, pour Tressan et pour le duc d’Orléans, car de nouvelles épreuves ont entretemps donné des résultats. (AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 138)

Louise-Dorothée duchesse de Saxe-Meiningen-Gotha (1710-1767).

42– L.S., de Louise-Dorothée. Copies anciennes de 6 lettres, avec signatures rapportées « L.D.D.S. », Gotha 1752-1756, à Voltaire ; 12 pages et quart in-4.

43Ensemble de lettres à Voltaire par celle qu’il appelait « la Minerve de l’Allemagne ». – 17 février 1752. Admiration pour Le Siècle de Louis XIV : « j’en suis transportée », et le livre ne sort guère de ses mains : « jugés, Monsieur, si je ne dois pas souhaiter avec ardeur que mon fils en profite »… – 13 août 1753. Elle lit « jusqu’à me faire mal aux yeux pour attraper une seule de vos idées ; mais inutilement : vous êtes unique dans le siecle ou nous vivons ; connaissez vous, Monsieur, la Psycantropie, ou la Théorie de l’homme […] : et puis je continue la lecture de l’Arioste qui n’approche de beaucoup près à certaine pucelle ravissante ; la Grande Maîtresse des cœurs la conte le plus joliment du monde »… – 15 septembre 1753. Elle a prié le comte de Gotter, qui se rend à Berlin, de tout faire pour remettre Voltaire dans l’esprit du Roi, car ce qui se passe paraît « comme un dépit amoureux »… La duchesse donne écho à ce que le comte raconte du Roi « encore piqué », de sa sœur la margravine de Bayreuth désireux de leur « faire la paix », et des courtisans trop lâches pour parler en faveur de Voltaire, et demande s’il est l’auteur d’un Appel à toutes les universités d’Allemagne… – 10 avril 1754. Expression de plaisir et de « ravissement incomparable » à la lecture des Annales de l’Empire, dont le tome II est « signé du Père de l’aimable Jeanne ». « Je viens de faire la connaissance d’un de vos élèves qui idolatre véritablement votre génie et vos talents, c’est D’Arnaud »… – 15 août 1754. Sur le point de se rendre à Altenbourg, elle regrette de ne pouvoir l’y loger, mais compte lui écrire. « Bien des amitiés de ma part à Mad. Denis »… – 17 janvier 1756. Hommage à ses vers : « la grande maîtresse et moi, nous avons lu vôtre petit poëme ou sermon, avec une admiration, avec un saisisement, avec un fremissement inexprimable ; tout y est grand hardi et pathétique, c’est le fidèle tableau de la funeste catastrophe »… Elle regrette seulement de ne pas y voir rétablies les voies de la divine Providence, et elle partage son indignation « contre ce libraire qui a imprimé à votre inscu l’histoire de la guerre de l’année 1741 »…
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 16-17 mai 2018, lot no 368, 369 et 370)

Maupertuis Pierre-Louis Moreau de (1698-1759) mathématicien.

44– 2 L.S., (la 2e avec 3 lignes autographes), Berlin 1751-1754, au comte de Tressan ; 1 et 3 pages in-4. – 20 avril 1751. Il le remercie de l’envoi de son discours à l’Académie de Nancy : « Je ne suis plus, et n’ai jamais été juge du stile, mais il me semble que votre Discours est tres bien écrit : seulement trouvé-je comme vous que la litanie de tous les gens que vous y célébrés seroit un peu longue, si ce n’étoit pour vous conformer à la volonté d’un Roi que vous l’aves faite ainsi. Nous recevrons avec bien du plaisir tout ce que vous nous envoyeres, et l’Histoire Naturelle lorsqu’elle est traitée par un homme superieur devient une Science fort importante ; malgré ce que j’ai dit dans un ouvrage que j’ai fait imprimer depuis peu sur l’abus qu’en ont fait quelques Auteurs je voudrois pouvoir vous envoyer cet Essay de Cosmologie, mais je ne sais comment. Vous poussés plus loin que moi le ressentiment sur ce que m’a fait M. de Maurepas ; il n’a rien fait perdre à l’Academie, et ne m’a rien fait perdre non plus. Je ne vois plus dans un homme malheureux que le merite, et il en a »… Il espère pouvoir entreprendre un voyage en France dans l’année… – 7 septembre 1754. Il le remercie de ses lettres, qui l’assurent « que l’homme du monde que j’aime et que je respecte le plus continue toujours de m’aimer, et sont plus agréablement écrittes que celles de Pline ». Il a néanmoins été attristé d’apprendre le malheur de Triton : « Est-il possible qu’il se soit oublié au point de vous traiter comme un voleur de nuit ! La réflexion que vous faites est bien juste, tout homme est homme, et même tout chien est chien : outre ce qu’ilya de criminel dans son action, je crains qu’elle ne lui ait fait perdre les bonnes graces du Roy son maitre et des Dames de la Cour ; il est de votre magnanimité non seulement de lui accorder mais de lui obtenir son pardon ». Quant à Fréron, « c’est un homme qui est toujours prêt à avoir les plus grands torts avec tout le monde, et à sacrifier pour vendre ses feuilles jusqu’au privilège de les vendre ». M. de Solignac vient d’être reçu à l’Académie de Berlin : « Dans la lettre que je luy ai écrite pour le lui annoncer, je lui ay dit un mot du Père de Menoux ; ce n’est pas au fond que ce que ce bon Père a dit de moi me blesse ; car il n’entend pas un mot à la matière dont il a voulu parler, […] mais c’est que le procédé est indigne »… Il a envoyé il y a quelques temps au Roi de Pologne [Stanislas] « la suitte de nos mémoires. Vous y verrés les ouvrages d’un Roy, […] vous y verrez d’excellentes choses, et vous y en verrez qui ne le sont pas. Dans le volume qui contient l’Histoire de l’établissement et du rétablissement vous trouverez deux éloges que le Roy a daigné faire de ses Académiciens, vous en trouverez 3 de moy, le reste de notre amy Formey »… Il est heureux d’apprendre que ses ouvrages se lisent dans une « Cour où il y a tant d’esprit et tant de plaisir que dans la vôtre »… Trembley a fait une découverte qui fera peut-être plus longtemps durer son nom que tous les ouvrages de Réaumur : « cependant c’est un bien petit garçon auprès de luy. La plupart de ces sortes de découvertes échoiront plutot aux petits esprits qu’aux grands. Je passe toute ma vie avec mes poules et suis bien dégouté de tout travail d’esprit. Surtout depuis qu’on veut donner des sens dangereux à ce que jécris, qu’on me devine et qu’on me nomme pour auteur d’ouvrages qui n’avoient point paru sous mon nom »… Il évoque notamment l’interprétation et la critique sévère qu’a faites Diderot de son Système de la Nature
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 141)

Maurepas Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de (1701-1785) ministre.

45– L.S., Versailles 21 novembre 1744, à Jacques Anisson ; demi-page in-fol. Au directeur de l’Imprimerie Royale. « Je joins icy, Monsieur, un état de quelques livres de l’Imprimerie Royal dont le Roy a accordé un exemplaire a M. l’abbé de St Cyr, vous voudrez bien les luy faire remettre reliés a l’ordinaire »…
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 203)

Paulmy Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de (1722-1787) diplomate.

46– 2 L.A.S., 1 L.A. et 1 L.S., 1777-1778 au comte de Tressan, 13 pages et demie in-4. – Paris 4 février 1777, au sujet d’une commanderie vacante par la mort du maréchal de Conflans, d’une séance à l’Académie des Sciences et du mémoire de Tressan sur la goutte, et sur le roman de Cléomadés. – A l’Arsenal 28 avril 1778, au sujet des prochains volumes de la Bibliothèque universelle des romans et l’adaptation de Guerin de Montglave et Galien restauré, de la généalogie des douze pairs, les romans de Charlemagne… – 1er octobre 1778, félicitant Tressan de son Guerin de Montglave qu’il va donner à l’imprimeur et qui aura du succès : « il y a de tout de l’interet de la gayeté de la morale de la plaisanterie et des evenements merveilleux » ; sur d’autres projers de romans de chevalerie… S.d. Mise au point sur ses relations avec Tressan et l’édition de la Bibliothèque des romans, ses interventions limitées sur certains textes « si j’ay adouci ou supprimé des gaytés, cest parce que je les ay crues trop fortes pour etre imprimées »…, et son conflit avec Tressan qui « m’a cru un censeur trop severe, ou un homme de trop mauvais gout » et est allé porter sa « traduction des premiers Amadis » chez le libraire Pissot ; il décide de ne plus s’occuper de la Bibliothèque des romans : « je ny fourniray plus ni livres, ni secours, ni extraits »… On joint une L.A.S. du comte de Tressan, Paris 8 juin 1774, au sujet de Paulmy et de l’Arsenal (4 p. in-4).
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 142)

Saint-Pierre Bernardin de (1737-1814) écrivain.

47– L.A.S., au Port Louis 9 décembre 1769 ; 1 page in-4 (encre pâle). Rare lettre de l’Isle de France (île Maurice), où il était parti en 1768 comme capitaine-ingénieur. Il adresse à son correspondant copie des lettres échangées avec M. de Salins. « Les desagréments multipliés d’un etat qui ne me donne aucune retraitte en France et ici aucune occasion de m’avancer, m’ont décidé à retourner en Europe. Je desirerois cependant […] avant mon départ, que la situation de mes affaires prolongera quelque temps, etre utile au service de cette colonie dans la qualité d’ingenieur qu’il a plu au roy de me donner. Mon brevet que je vous prie d’examiner ne laisse aucun doutte sur la nature de mes fonctions. Cependant M. de Salins ne veut pas se reconnoitre pour mon chef parce que je l’ai prié de satisfaire à une question qu’un chef doit résoudre. S’il est possible Monsieur de conserver la paix et les prérogatives de mon état je vous prie d’en trouver les moyens »…
(Les Autographes, septembre 2017, cat. 146, lot no 266)

Tressan Louis-Élisabeth de la Vergne, comte de (1705-1783) écrivain et physicien.

48– 50 lettres au comte de Tressan. – Jean-François de Bastide (3 l.a.s., 1779-1780, louanges pour les écrits de Tressan et sa Bibliothèque des romans, partagées par Mme Riccoboni). – Laurent-Pierre Bérenger (2 l.a.s. et un poème autogr., L’Hiver, dédié à Tressan). – Louis Feudrix de Bréquigny (3 l.a.s., 1780-1782, éloge de son Petit Jehan de Saintré, de sa traduction de l’Arioste…). – François de Chennevières (l.s., 1754, avec poème). – François-Antoine Chevrier (l.a.s., 1756). – Jacques Delille (l.a.s.). – François-Antoine Devaux (2 l.a., Lunéville 1775-1776, sur le roi Stanislas, dont il est le lecteur, et Mme de Boulers). – Stéphanie-Félicité de Genlis (l.a., 1782, sur la visite du comte et de la comtesse du Nord à Saint-Leu, les Conversations d’Émilie, son Théatre d’éducation). – Élisabeth-Sophie Lalive comtesse d’Houdetot (2 l.a.s., 1 l.a. et 1 l.s., 1777 et s.d., évoquant d’Alembert, Morellet, Saint-Lambert, Diderot). – Jean-François de La Harpe (3 l.a.s.). – Jacques Le Brigant (l.a.s., Tréguier 1783, longue lettre sur la langue bretonne). – Antoine-Marin Lemierre (l.a.s., 1771, sur l’élection de Chamfort à l’Académie contre Bailly). Jean-François Marmontel (l.a.s., il sera heureux de recevoir le comte dans sa « bicoque » ; l.s., 9 avril 1786, il a présenté à l’Académie française son Essai sur le fluide électrique). – François-Augustin de Paradis de Moncrif (5 l.a. au « sublime mouton », charmantes, faisant l’éloge des écrits de Tressan, parlant de la Reine Marie Leszczynska, de Duclos, du comte d’Argenson, etc. ; plus une au R.P. de Menou, 1774, parlant de Tressan et du Roi Stanislas). – Louis-Jules duc de Nivernois (2 l.a.s et 1 l.s., 1778-1782). – Charles Palissot (3 l.a.s., longue lettre de 1769 contre les philosophes et l’article Parade de l’Encyclopédie, sur ses comédies Le Cercle et Les Philosophes, et sur ses projets en 1782). – Charles de Pougens (l.s., 1783, sur la mort de D’Alembert). – Jean-François de Saint- Lambert (5 l.a., lettres amicales, évoquant les écrits de Tressan, son vote à l’Académie en faveur de Condorcet…). – Louis Poinsinet de Sivry (3 l.a.s., 1776 ; plus une de son fils). – Jean-Baptiste Suard (l.a.s., 1780). – Antoine-Léonard Thomas (l.a.s., 783, sur l’éloge de Fontenelle). – Emmanuel de Toulongeon (l.a.s, parlant de la comtesse d’Houdetot). On joint une douzaine de manuscrits de poèmes et pièces fugitives adressés au comte de Tressan. (AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 139)

Tronchin Théodore (Genève, 1709 – Paris, 1781), médecin et physicien.

49– 3 L.A.S., « Tronchin », by the Swiss doctor, one of the first promoter of inoculation and personal doctor to Voltaire. For a total of ten pages (16 cm × 20 cm) – « Au Palais Royal Ce 30 May 1778 ». Tronchin writes to an Éminence (presumably the cardinal Carlo Vittorio Amedeo Delle Lanze), who is taking advices for curing gout, constipation and other health problems, in part (in French) : « Je pense pourtant qu’il conviendroit que V.E. reprit de temps en temps son vin composé pendant trois semaines ou un mois, en y mettant des intervalles de cinq ou six semaines et qui pour prévenir les enflures opiniâtres, qui surviennent après les accès de goutte […] Quant à la constipation, on ne peut être trop circonspect sur l’usage des purgatifs, mais peut être qu’une pilule de Staahl prise en se couchant, suffiroit. Si une ne suffisait pas V.E. pourrait en prendre deux. Il n’est pas question de purger, il faut tout simplement que le ventre soit libre… ». – « Au Palais Royal 4 7bre », in part : « Votre jambe, Monseigneur, à la suite de la goutte est restée enflée, et par consequent sa force organique est diminuée, ayant donc moins de resistance les humeurs se portent et s’arrêtent plus aisement […] vouloir dessécher la jambe par des moyens externes auroit des grands inconvénients. Il faut pourtant prendre garde que la charpie ne se sèche ne devienne adhérente, puis qu’alors en la détachant on enleveroit l’epidermie, à chaque pansement. On évite cet inconvénient en recourbant la charpie avec un sparadrap de cérat de Galien et de cirw blanchiw fondues ensemble et bien amalgamié, au moyen du quel la charpie reste humide, ou du moins ne devient pas adhérente… ». – « Au Palais Royal 9 8bre », in part : « Ce mouvement de fièvre bien marquée eut pour cause un reste d’humeur piccante, dont la bonne nature voulut encore se débarrasser. Ce reste d’humeur n’etoit point dans les viscères du bas ventre, dans ce qu’on nomme les premieres voyes, mais dans la masse du sang, puisque la selle après le lavement fut très naturelle, et que l’enflure de la jambe, jointe à un peu d’inflammation, augmenta, ainsi que l’humeur… combinée avec l’humeur purulente… ».
(L’Autographe, Genève, Cat. 56, lot no 18)

Voltaire François Marie Arouet, dit (1694-1778).

50– L.A.S., « V », Cirey 21 octobre [1736], au comte de Tressan ; 3 pages et demie in-4. La lettre commence par un poème de quatre sizains, faisant l’éloge de Tressan tout en raillant Jean-Baptiste Rousseau. « Tandis qu’aux fanges du parnasse / d’une main criminelle et lasse, / Roussau va cherchant des poisons… ». « Ah monsieur votre charmante epitre, vos vers qui comme vous respirent les graces meritoient une autre reponse. Mais s’il falloit vous envoyer des vers dignes de vous, je ne vous repondrais jamais. Vous me donnez en tout des exemples que je suis bien loin de suivre. Je fais mes efforts. Mais malheur à qui fait des efforts. Votre souvenir votre amitié pour moy, enchantent mon cœur autant que vos vers eveilleroient mon imagination. J’ose compter sur votre amitié. Il ny a point de bonheur qui n’augmente par votre commerce. Pourquoy faut il que je sois privé de ce commerce delicieux. Ah si votre muse daignoit avoir pour moy autant de bienveillance que de coqueterie, si vous daigniez m’écrire quelquefois, me parler de vos plaisirs, de vos succes dans le monde, de tout ce qui vous interesse, que je défierois les Rousseau et les Desfontaines de troubler ma félicité ». Il lui envoie son poème Le Mondain : « c’étoit à vous à le faire. J’y decris une petite vie assez jolie. Mais que celle qu’on mene avec vous est au dessus ! »… Correspondance (Pléiade), t. I, p. 858.

51– L.A.S., « V », aux Délices 18 août [1756], au comte de Tressan ; 4 pages in-4. Lettre, parlant de la Pucelle, de D’Alembert et de la Clairon. « Vous etes donc comme Messieurs vos parents que j’ay eu l’honneur de connaitre tres gourmands. Vous en avez été malade. […] Je m’interesse à votre santé, à vos plaisirs, à votre gloire, à tout ce qui vous touche. Je prends la liberté de vous aimer de tout mon cœur. Vous avez vraiment fait une œuvre pie de continuer les avantures de Jeanne et je serois charmé de voir un si saint ouvrage de votre façon. Pour moy qui suis dans un etat à ne plus toucher aux pucelles je serai enchanté qu’un homme aussi fait pour elles que vous l’etes, daigne faire ce que je ne peux plus tenter ». Il le prie de lui envoyer « cette honnette besogne qui adoucira ma cacochime vieillesse ». Il n’a pas eu la force d’aller à Plombières : « cela n’est bon que pour les gens qui se portent bien, ou pour les demi malades ». Il a la visite de D’Alembert, « votre ami et tres digne de l’estre. Je voudrais bien que vous fissiez quelque jour le meme honneur à mes petites délices ; vous etes assez philosophe pour ne pas dédaigner mon hermitage ». Quant aux Anglais, il ne peut « comprendre comment ces dogues la qui dittes vous, se battirent si mal à Dettingue, vinrent pourtant à bout de vous battre. Il est vrai que depuis ce temps la, vous le leur avez bien rendu. Il faut que chacun ait son tour dans ce monde ». Puis sur l’Académie : « Pour l’académie françoise, ou française, et les autres académies, je ne scai quand ce sera leur tour. Vous ferez toujours bien de l’honneur à celles dont vous serez. Quelle est la société qui ne cherchera pas à posséder celuy qui fait le charme de la société ? Dieu donne longue vie au Roy de Pologne [Stanislas], Dieu vous le conserve ce bon prince qui passe sa journée à faire du bien, et qui Dieu mercy n’a que cela à faire. Je vous supplie de me mettre à ses pieds. Je veux faire un petit batiment chinois à son honneur, dans mon petit jardin. […] Mademoiselle Clairon est à Lyon. Elle joue comme un ange des Idamé, des Méropes, des Zaïres, des Alzires. Cependant je ne vas point la voir. Si je faisais des voiages, ce serait pour vous, pour avoir encor la consolation de rendre mes respects à madame de Bouflers, et à ceux qui daignent se souvenir de moy. Vous jugez bien que si je renonce à la Lorraine, je renonce aussi à Paris, où je pourois aller comme à Geneve, mais qui n’est pas fait pour un vieux malade planteur de choux »… Correspondance (Pléiade), t. IV, p. 834.

52– L.A.S., « V », [aux Délices] 7 juin [1758], au comte de Tressan ; 3 pages et quart in-8. « Monsieur de Florian ne sera pas assurément le seul mon très cher gouverneur qui vous écrira du petit hermitage des Délices. C’est un plaisir dont j’aurai aussi ma part. Il y a bien longtemps que je n’ay joui de cette consolation. Ma déplorable santé rend ma main aussi paresseuse que mon cœur est actif. Et puis on a tant de choses à dire qu’on ne dit rien. Il s’est passé des avantures si singulieres dans ce monde, qu’on est tout ébahi, et qu’on se tait. Et comme cette lettre cy passera par la France c’est encor une nouvelle raison pour ne rien dire. Quand je lis les lettres de Ciceron et que je vois avec quelle liberté il s’explique au milieu des guerres civiles, et sous la domination de César, je conclus qu’on disait plus librement sa pensée du temps des romains que du temps des postes. Cette belle facilité d’écrire d’un bout de l’Europe à l’autre traine apres elle un inconvenient assez triste, c’est qu’on ne reçoit pas un mot de vérité pour son argent. Ce n’est que quand les lettres passent par le territoire de nos bons Suisses qu’on peut ouvrir son cœur. […] je peux au moins vous assurer que vous n’avez ny de plus vieux serviteur, ny de plus tendrement attaché que moy. Peutetre quand vous aurez la bonté de m’écrire par la Suisse me direz vous ce que vous pensez sur bien des choses. Par exemple sur l’Encyclopédie, sur La Fille d’Aristide [comédie de Mme de Graigny], sur l’Académie française. […] Pourquoy ma retraitte est elle si loin de votre gouvernement quand mon cœur en est si près ». Il signe « le Suisse V », puis ajoute un post-scriptum inédit sur la blessure au pied de Tressan. Correspondance (Pléiade), t. V, p. 147.

53– L.A.S., « V », aux Délices 12 janvier 1759, au comte de Tressan ; 3 pages et demie in-4. « Ouy, il y a bien quarante ans mon charmant gouverneur, que je vis cet enfant pour la premiere fois. Je l’avoue ; mais avouez aussi que je prédis des lors que cet enfant serait un des plus aimables hommes de France. Si on peut etre quelque chose de plus vous l’êtes encore. Vous cultivez les lettres et les sciences, vous les encouragez. Vous voyla parvenu au comble des honneurs. Vous etes à la tete de l’academie de Nancy. Franchement vous pouriez vous passer d’académies. Mais elles ne peuvent se passer de vous. Je regrette Formont tout indiférent qu’était ce sage. Il était tres bon homme mais il n’aimait pas assez. Madame de Grafigni [Graffigny] avait je croi le cœur plus sensible. Du moins les apparences étaient en sa faveur. Les voyla tous deux arrachez à la société dont ils faisoient les agrements. Madame Du Deffant devenue aveugle n’est plus qu’une ombre. Le president Henaut n’est plus qu’à la reine. Et vous qui soutenez encor ce pauvre siecle, vous avez renoncé à Paris. S’il est ainsi, que ferai-je dans ce pays la ? J’aurais voulu m’enterrer en Lorraine puisque vous y êtes, et y arriver comme Triptolème avec le semoir de M. de Chatauvieux. Il m’a paru que je ferais mieux de rester où je suis. J’ay combattu les sentiments de mon cœur. Mais quand on jouit de la liberté il ne faut pas hazarder de la perdre. J’ay augmenté cette liberté avec mes petits domaines. J’ay acheté le comté de Tournay, pays charmant qui est entre Geneve et la France, qui ne paye rien au roy et qui ne doit rien à Geneve. J’ay trouvé le secret que j’ay toujours cherché, d’être indépendant. Il n’y a au dessus que le plaisir de vivre avec vous. Les livres dont vous me parlez m’ont paru bien durs et bien faibles à la fois, prodigieusement remplis d’amour propre. Cela n’est ny utile ny agreable. Des phrases, de l’esprit, voyla tout ce quon y trouve. Oh qui esce qui na pas desprit dans ce siecle ! Mais du talent, du genie, où les trouve t’on ? Quand on n’a que de l’esprit avec l’envie de paraitre on fait un mauvais livre. Que vous etes superieur à tous ces messieurs là, et que je suis faché contre les montagnes qui nous séparent ! » Il prie de le mettre « aux pieds du Roy de Pologne [Stanislas] ; il fait du bien aux hommes tant qu’il peut. Le roy de Prusse [Frédéric II] fait plus de vers et plus de mal au genre humain. Il me mandait l’autre jour que j’étais plus heureux que luy. Vraiment je le crois bien. Mais vous manquez à mon bonheur »… Correspondance (Pléiade), t. V, p. 331.

54– P.A.S., par le comte de Tressan, avec note autographe de Voltaire au verso, Commercy 11 juillet 1759 ; 2 pages in-4. Certificat du Roi Stanislas sur l’Histoire de Charles XII. Voltaire a reproduit ce document, dont il était fier, en tête de l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand (1759), puis en tête de l’édition in-quarto de 1768 de l’Histoire de Charles XII. « Nous Lieutenant General des armées du Roy, Grand Maréchal des Logis de Sa Majesté polonoise et Comandant en Toulois les deux Barois &c. Certifions que Sa Majesté polonoise apres avoir entendu la lecture de l’Histoire de Charles douze écrite par Monsieur de Voltaire (dernière édition de Genève), après avoir lou é le stile enchanteur de cette histoire, et avoir admiré ces traits d’un grand Maître qui caracterisent tous les ouvrages de cet illustre autheur nous a fait l’honeur de nous dire qu’il étoit prest à doner un certificat à Monsieur de Voltaire pour constater l’exacte vérité des faits contenus dans cette histoire. Ce prince a ajouté que Monsieur de Voltaire n’a oublié ny déplacé aucun fait aucune circonstance intéressante, que tout est vray tout est en son ordre dans cette histoire, que Monsieur de Voltaire a parlé sur la Pologne et sur tous les événemens qui y sont arivez lors de sa premiere élection comme s’il en eut été témoin oculaire. Certifions de plus que ce prince nous a ordoné d’écrire sur le champ à Mr de Voltaire pour luy rendre compte de ce que nous venions d’entendre et l’assurer de son estime [et] de son amitié. Le vif interest que nous prenons à la Gloire de Monsieur de Voltaire et celuy que tout honeste homme doit avoir pour ce qui constate la vérité des faits dans les Histoires contemporaines, nous a pressé de demander au Roy de Pologne la permission d’envoier à Monsieur de Voltaire un certificat en forme de tout ce que Sa Majesté nous avoit fait l’honeur de nous dire. Le Roy de Pologne non seulement y a consenti mais mesme nous a ordoné de l’envoyer avec priere à Monsieur de Voltaire d’en faire usage touttes les fois qu’il le jugera à propos soit en le comunicant soit en le faisant imprimer s’il le faut »… Au dos de ce document, Voltaire a écrit de sa main : « certificat du Roy de Pologne Stanislas sur lhistoire de Charles 12 ».

55– L.S., « Volt », aux Délices 16 août 1760, au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages in-4. Il recommande au « cher gouverneur » deux Genevois, MM. Turretin et Rilliet, en jurant « que je n’envie nullement ni Pompignan, ni même Fréron, je ne voudrais être à la place que de ceux qui peuvent avoir le bonheur de vous voir et de vous entendre. Il me parait que ce Fréron vous a un tant soit peu manqué de respect dans une de ses malsemaines. Il faut pardonner à un homme comme lui enyvré de sa gloire et de la faveur du public. Mon cher Palissot est-il toujours favori de Sa M. Polonaise ? Comment trouvez vous la conduite de ce personnage et celle de sa pièce ? Notre cher frère Menou [Joseph de Menoux] m’a envoyé de la part du Roy de Pologne [Stanislas], l’Incr.dulit. combatue par le Simple. Essai par un roy ; essai auquel il parait que cher frère Menou a mis la dernière main »… Il va envoyer bientôt à Tressan le premier volume de son Histoire de Pierre premier : « Vous scavez que c’est un hommage que je vous dois ; je n’oublierai jamais certain petit certificat dont vous m’avez honoré [voir le no précédent] ; quoique je sois occupé actuellement à bâtir une église, je me sens encore très mondain ; l’envie de vous plaire l’emporte encor sur ma piété ; j’espère que Dieu me pardonnera cette faiblesse, et qu’il ne me fera pas la grace cruelle de m’en corriger. Je scais qu’il faut oublier le monde, mais j’ai mis dans mon marché que vous seriez excepté nommément ; plaignez moi, monsieur, d’être si loin de vous et de vieillir sans faire ma cour à ce que la France a de plus aimable »… Correspondance (Pléiade), t. V, p. 1069.

56– L.S., « V » avec date et 3 lignes autographes, « a Ferney par Geneve » 12 novembre [1760], au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 3 pages in-4. « Respectable et aimable gouverneur de la Lorraine allemande, et de mes sentiments ; mon cœur a bien des choses à vous dire ; mais permettez qu’une autre main que la mienne les écrive, parce que je suis un peu malingre. Premièrement, ne convenez vous pas qu’il vaut mieux être gouverneur de Bitch, que de présider à une Académie quelconque ? Ne convenez vous pas aussi qu’il vaut mieux être honnête homme et aimable, qu’hipocrite et insolent ? […] Je m’imagine pour mon bonheur que vous êtes très heureux, […] loin des sots, des fripons, et des cabales. Vous ne trouverez peut être pas à Bitch beaucoup de philosophes, […] mais en récompense, vous aurez tout le temps de cultiver votre beau genie » ; il partagera son temps entre Lunéville, Bitche, et Toul, et pourra faire venir près de lui « des artistes et des gens de mérite qui contribueront aux agréments de votre vie »… Il a su par Frère Saint-Lambert que « le Roy Stanislas n’était pas trop content, que je préférasse le Législateur Pierre au grand soldat Charles [après l’Histoire de Charles XII, roi de Suède, Voltaire a publié l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand] : j’ai fait réponse, que je ne pouvais m’empêcher en conscience de préférer celui qui bâtit des villes à celui qui les détruit, et que ce n’est pas ma faute si S.M. Polonaise elle même a fait plus de bien à la Lorraine par sa bienfaisance, que Charles 12 n’a fait de mal à la Suède par son opiniatreté. Les Russes donnant des loix dans Berlin, et empêchant que les Autrichiens ne fissent du désordre, prouvent ce que valait Pierre »… Il a joué « le Vieillard sur notre petit théâtre, avec notre petite troupe, et je l’ai fait d’après nature. Je suis enchaîné d’ailleurs au char de Cérès, comme à celui d’Apollon ; je suis masson, laboureur, vigneron, jardinier. […] je n’ai pas un moment à moi, et je ne croirais pas vivre, si je vivais autrement ; ce n’est qu’en s’occupant qu’on existe »… Il termine en ajoutant de sa main : « Recevez le tendre et respectueux témoignage de tous les sentiments qui m’attachent à vous pour toutte ma vie ; le Suisse V. » Correspondance (Pléiade), t. VI, p. 81.

57– L.S., « V », Ferney 28 février 1767, au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 4 pages petit in-4. Son ouvrage « a fait sur moi l’impression la plus tendre. Voilà comme je voudrais qu’on fît les oraisons funèbres. Il faut que ce soit le cœur qui parle. Il faut avoir vécu intimement avec le mort qu’on regrete. C’étaient les parents ou les amis qui faisaient les oraisons funèbres chez les romains. L’étranger qui s’en mêle a toujours l’air charlatan. Il y a même une espèce de ridicule à débiter avec emphase l’éloge d’un homme qu’on n’a jamais vu ; mais, où sont les Courtisans dignes de louer un bon roi ? il n’y a peut être que vous »… Il a su les revers de fortune de Tressan : « je croiais qu’on vous avait dédommagé. Vous comptez donc allez vivre en philosophe à la campagne. Je souhaitte que ce goût vous dure comme à moi. Ilya treize ans que j’ai pris ce parti dont je me trouve fort bien. Ce n’est guères que dans la retraitte qu’on peut méditer à son aise ». « Je signe de tout mon cœur votre profession de foi. Il parait que nous avons le même catéchisme. Vous me paraissez d’ailleurs tenir pour ce feu élémentaire que Neuton se garda bien toujours d’appeler corporel. Ce principe peut mener loin, et si Dieu par hazard avait accordé la pensée à quelques monades de ce feu élémentaire les docteurs n’auraient rien à dire ; on aurait seulement à leur dire qu eleur feu élémentaire n’est pas bien lumineux, et que leur monade est un peu impertinente »… Il parle encore de la goutte qui fait sourir Tressan, fait un complient poursafille, évoquelacourde Lorrainequi « vas’éparpiller, etla Lorrainenesera plus qu’une province »… Correspondance (Pléiade), t. VIII, p. 982.

58– L.S., « V » et 2 lettres dictées, [Ferney] février-mars 1776, au comte de Tressan ; les lettres sont écrites par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2, 2 et 2 pages et demie in-4. Voltaire prend la défense de Delisle de Sales, condamné au bannissement à vie pour sa Philosophie de la nature. – 11 février… « je vois que l’on commet une injustice ridicule et affreuse. Tout me persuade qu’il y a un parti pris d’oprimer ceux qui ont la vertueuse folie de vouloir éclairer les hommes ». Il rappelle la mésaventure du « pauvre La Harpe » l’année passée : « Jugez si l’homme [Voltaire lui-même] qui se plaignit à vous d’une épitre qu’on lui imputait, avait raison de se plaindre. Vous savez qu’il n’y a nul ouvrage qu’on ne puisse empoisonner, et nul homme qu’on ne puisse persécuter ». Il s’inquiète (sans le nommer) pour « l’infortuné » Delisle : « quel est le scélérat qui le poursuit ? pourquoi on l’accuse d’être l’auteur d’un ouvrage qui n’est pas sous son nom ? quelles procédures on a faites contre son ouvrage et contre sa personne. Est-il décrété de prise de corps ? […] Il faut, dans ces affaires, en agir comme en temps de peste […] Fuiez vite, allez loin, revenez tard. […] Votre homme fait fort bien d’adorer l’écho de Franconville ; les échos de ma retraite saluent très humblement ceux de la vôtre ». – 3 mars. « L’apôtre prétendu de la Tolérance pourait bien en être le Martyr. Il scait très bien que la cabale du fanatisme est plus animée et plus dangereuse que la cabale contre Mr Turgot. Le vieil apôtre est obligé dans le moment présent d’aller faire un petit voiage en Allemagne pour des affaires indispensables. Mais, en quelque endroit qu’il soit il prendra un intérêt bien vif à Monsieur De L. auquel il conseille de ne jamais exposer sa personne. L’effervescence est trop violente. On n’est que trop bien informé des résolutions prises par des assassins en robe noire, les uns tondus, les autres en bonnet quarré. Tout cela est affreux, mais très digne d’une nation qui n’a encor assassiné que trois de ses rois, qui n’a fait qu’une grande St Barthelémy, mais qui en a fait mille petites en détail. Les ministres, tout sages et tout éclairés qu’ils sont, ne pouraient s’oposer aux barbaries que les persécuteurs méditent ». – 17 mars. Il a pu faire agir M. d’Argental en faveur de Delisle de Sales : « il déteste la persécution, et chérit la philosophie. Il me parait qu’on ne persécute dans le moment présent que M. Turgot. Celui là se tirera d’affaire fort aisément ; il a du génie et de la vertu, son maître parait digne d’avoir un tel ministre ; et je ne crois pas que Messieurs veuillent faire la guerre de la fronde pour des corvées. Je dois à ce digne ministre la supression de toutes les gabelles, et de tous les commis qui désolaient mon petit païs, moitié français, moitié suisse »… Il parle des travaux de Tressan sur l’électricité : « Je me suis mêlé d’électriser le tonnerre dans le jardin que je cultive auprès de ma chaumière. Il y a longtemps que je regarde cette électricité comme le feu élémentaire qui est la source de la vie. [.] Continuez, philosophez dans votre retraitte. Votre printems a été orné de tant de fleurs, qu’il faut bien que votre automne porte beaucoup de fruits. Il n’y a plus de jouïssance pour moi qui suis dans l’extrême vieillesse ; mais vous me consolerez, vous me donnerez des idées, si je ne puis en produire ». Il parle enfin du livre de Bailly « sur l’ancienne astronomie. Il y a des vues bien neuves et bien plausibles [.] Ce livre recule furieusement l’origine du monde, s’il y en a une. Remarquez en passant que le petit peuple juif, qui parut si tard, est le seul qui ait parlé d’Adam et de sa famille, absolument inconnus dans le reste du monde entier ». Correspondance (Pléiade), t. XII, p. 428, 458 et 477.

59– L.S, « V », [Ferney] 11 novembre 1776, au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page. in-4. Il a vu l’historien Emmanuel de Toulongeon recommandé par Tressan, qui lui a donné « la plus grande envie de sa charmante société, mais mon age et mes maux ne me l’ont pas permis. Je ne suis plus de ce monde. [.] Mr de Toulongeon m’a paru infiniment aimable, et bien digne de votre amitié. Il a les graces, la politesse, les talents, que je vous ai connus. Avec tout cela on n’est pas toujours heureux. Il y a, comme vous savez, une distance immense entre être heureux et être aimable ». Il est heureux d’apprendre que Tressan passe sa vie avec Saint-Lambert. « Mais j’ai peur que l’hiver ne vous sépare. Il n’y a que nous autres ours des Alpes et du mont Jura, qui passions notre vie à la campagne. Les beaux oiseaux de vos cantons doivent se retirer à la ville quand les feuilles sont tombées ». Et il cite Horace, ajoutant : « J’aime à citer Horace à un homme de sa famille ». Il signe : « Le vieux malade V ». Correspondance (Pléiade), t. XII, p. 678.

60– L.S, « V », Paris 19 février 1778, au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-4. Trois mois avant sa mort (30 mai 1778). « Le vieux malade de Ferney est incapable d’avoir passé trois jours sans répondre aux bontés de Monsieur le comte de Tressan, et sans lui avoir témoigné sa tendre et respectueuse reconnaissance. Je suis entre les mains de Mr Tronchin. Mais quoi qu’il m’ait deffendu tout, il ne pourait m’empêcher de vous écrire. Je suis dans un tourbillon qui ne convient ni à mon age, ni à ma faiblesse. Mon ame serait plus à son aise à Franconville. Votre ami Mr de Villette a raison d’aimer le monde ; il y brille dans son étonnante maison, il l’a purifiée par l’arrivée d’une femme aussi honnête que belle. Je l’abandonnerai bientôt à son nouveau bonheur. Mais je compte bien être témoin du vôtre dans votre retraitte, si je puis disposer de moi un moment. Il y a longtemps que j’aspire après cette consolation. Je serai, jusqu’au dernier moment de ma vie, Monsieur le Comte, le plus attaché, le plus respectueux de vos serviteurs V. » Correspondance (Pléiade), t. XIII, p. 168.
(AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017, lot no 150 à 160)

61– L.A., [fin novembre ou décembre 1757 ?], à son éditeur Gabriel Cramer ; 1 page in-12, adresse. « Vous vous moquez de moy mon cher éditeur. Je n’entends point raillerie. Je vous dois je veux payer. Je veux des livres. Je veux un compte. […] Je vous dois un Shakespeare. Je vous dois d’autres livres. Je vous prie de me donner en livres largent que vous pourez me devoir. Voyez je vous en prie quels livres d’hist. et de belles lett. vous avez »… Cette lettre semble être inédite.

62– Minute de lettre, de la main de son secrétaire Jean-Louis Wagnière, 13 novembre 1765, à son ami Damilaville ; 2 pages in-4. Au sujet de D’Alembert à qui on a refusé une pension à l’Académie des sciences. « Plus je réfléchis sur la honteuse injustice qu’on fait à Mr d’Alembert plus je crois que le coup part des ennemis de la raison ; c’est cette raison qu’on craint et qu’on hait, et non pas sa personne ». Le ministre devrait lui procurer « non seulement l’étroite justice qui lui est due, mais les récompenses dont il est si digne. Je ne connais pas d’exemple de pension accordée aux académiciens de Petersbourg qui ne résident pas ; mais il mérite d’être le premier exemple ; et assurément cela ne tirerait pas à conséquence. Il faudrait que je fusse sûr qu’il n’ira point présider à l’académie de Berlin, pour que j’osasse en écrire en Russie. Rousseau doit actuellement être à Potzdam ; il reste à savoir si M. d’Alembert doit fuir ou rechercher sa société […]. J’agirai sur les instructions et les assurances positives que vous me donnerez. L’Impératrice de Russie [Catherine II] m’a écrit une lettre à la Sévigné. Elle dit qu’elle a fait deux miracles ; elle a chassé de son Empire tous les capucins, et elle a rendu Abraham Chaumeix tolérant. Elle dit qu’il y a un troisième miracle qu’elle ne peut faire, c’est de donner de l’esprit à Abraham Chaumeix »… Quant au capucin qui réside chez lui (une note de Wagnière précise que ce capucin vola Voltaire « et alla mourir de la vérole à Londres »), Voltaire fait « mieux que l’Impératrice, elle les chasse et je les défroque ». Puis il évoque la parution d’un livre à Genève qui lui est en quelque sorte dédié [La Vérité, ode à M. de Voltaire, suivie d’une dissertation historique et critique sur le gouvernement de Genève et ses révolutions (Londres, 1765), anonyme mais de Jean-Antoine Comparet], « une histoire courte, vive et nette des troubles passés et des présents ; […] il semble que l’auteur veuille me forcer par des louanges, et même par d’assez mauvais vers, à prendre le parti des citoiens contre le petit conseil ; mais c’est de quoi je me garderai bien. Il serait ridicule à un étranger, et surtout à moi, de prendre un parti. Je dois être neutre, tranquille, impartial, bien recevoir tous ceux qui me font l’honneur de venir chez moi »… Il évoque divers autres ouvrages, et enfin l’aaire Sirven, pour l’avancement de laquelle il charge Damilaville de faire passer à Élie de Beaumont « des actes que Sirven prétend essentiels à sa cause »… La lettre est écrite par Wagnière et porte le numéro caractéristique à l’encre verte montrant que cette copie a été utilisée pour l’édition de Kehl.

63– L.S, « Voltaire », Ferney 22 décembre 1767, [à Marc Duval, lieutenant général civil et criminel du bailliage de Gex] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages in-4. Lettre inédite. « Je suis très sensible à toutes vos bontés. J’espère encore que cette ridicule affaire n’aura point de suitte, et qu’elle apprendra aux Procureurs à ne jamais intenter un procez sans l’ordre exprès de leurs comettants. Il est clair que Balleidier [procureur à Gex et surintendant de Ferney] a fait tout le contraire de ce qu’il fallait faire. Il ne s’agissait que d’un chemin, il devait demander qu’il fut réparé par ceux qui sont accusés de l’avoir rendu impraticable ; c’était la chose du monde la plus simple. Une attestation des habitans suffisait. Balleidier au lieu de prendre cette voie courte et légale s’est avisé sans me consulter de faire une espèce de procez criminel. Il a accusé très injustement un habitant d’avoir volé des pierres. Je me flatte encore une fois que pareille illégalité ne se commettra plus »…

64– L.S, « Voltaire », Ferney 9 juillet 1769, [à Marc Duval, lieutenant général civil et criminel du bailliage de Gex] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages in-4. Lettre inédite. « Si la faiblesse à laquelle mes maladies me réduisent me permettait de venir vous rendre mes devoirs, il y a longtemps que j’aurais eu cet honneur. Quoique mon état m’empêche de me mêler de la moindre affaire, je dois pourtant vous dire un mot, Monsieur, de celle de made Denis avec le Sr Choudens de Genève. Il est très certain que cet homme n’a entrepris ce procez que pour attraper quelque argent de ma nièce. Il était parfaitement informé et son procureur aussi, que ma nièce était domiciliée à Paris depuis quinze mois ; qu’elle n’a point de domestique à Ferney, puisque je me suis réservé cette terre pour ma vie ; et de plus, je puis certifier que l’assignation n’a été donnée à aucun domestique de ma maison. Il parait évident que Choudens veut abuser de l’absence de made Denis, et de la faiblesse de mon état. On m’assure qu’il faut que made Denis soit assignée à Paris à son domicile, et que la loi y est formelle. Cette forme n’opère qu’un petit retardement, et made Denis viendra elle-même plaider sa cause. Je m’en rapporte entièrement, Monsieur, à votre décision »…

65– 4 L.S., « Voltaire », Ferney mars-avril 1774, [à Marc Duval, lieutenant général civil et criminel du bailliage de Gex] ; les lettres sont écrites (sauf la 3e) par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-8, 2, 3 et 1 pages in-4. Correspondance inédite sur Beaumarchais, et sur un procès de sa nièce Madame Denis. – 1er mars. « J’ai l’honneur d’envoier à Monsieur le Lieutenant général les mémoires du procez de Beaumarchais qu’il a paru souhaiter de lire. Il y a un quatrième mémoire qui fait beaucoup de bruit, et que je lui enverrai le plutôt que je pourrai »… – 18 mars. Envoi du quatrième mémoire du procès de Beaumarchais qui « mérite assurément vôtre curiosité ». Il le prie de bien vouloir lui renvoyer après examen les papiers « que Madame Denis a soumis à vôtre arbitrage et à vôtre décision […] Nous nous flattons que vous aurez vu quelle a été l’indécence du procureur Balleidier, et l’injustice de quelques unes de ses demandes. Il exige des fraix pour une petite affaire qui doit être paiée par le Roi selon les déclarations de Sa Majesté ; les seigneurs n’étant plus chargés des frais de justice. Vous aurez aperçu aussi quelques autres vexations. Il veut nous faire paier des fraix qu’il nous a faits de gaieté de cœur, dans le temps même que nous vous demandions d’avoir la bonté de régler cette affaire. On ne paie les fraix que lorsque l’on est condamné aux dépends et s’il a fait des écritures inutiles, à tant la page, ce n’est pas à nous de paier son bavardage. Enfin, Monsieur, nous avons consigné, et nous sommes prets de lui paier sur le champ ce que nous lui devons légitimement. Nous ne passons pas dans nos terres pour avoir fait des injustices »… – 4 avril. Il lui envoie la consultation de l’avocat Christin, que son correspondant lui avait recommandé : « Je vous supplie d’être en conséquence l’arbitre entre Madame Denis & le procureur Balleidier. Vous verrez qu’il demande ce qui ne lui est pas dû, en voulant faire payer à Madame Denis les frais des procédures insolentes qu’il a faites contre elle, dans le temps même que vous vouliés accommoder cette affaire. Et comme Madame Denis ne s’abaisse point à vouloir lui faire payer ses procédures, il n’est pas juste qu’elle lui paye celles qu’il a faites si indiscrètement ». Le mémoire du procureur Balleidier doit donc se réduire à 256 livres 16 sous : « De cette somme il faut retrancher dix livres d’une part pour une information inutile contre un nommé Marne, qui avait eu une rixe sur le grand chemin vers Tournex ; ce cas appartenant à votre Jurisdiction & non à la mienne ; & de plus, ces frais de justice n’étant plus à la charge des Seigneurs, mais à celle du Roi ». Douze livres sont également à retrancher pour les vacations de l’huissier Peney. « Et vous voudrez bien, Monsieur, remarquer que Balleidier, dans son premier écrit no 1, ligne 10, demandait onze années de gages, dans le temps même qu’on ne lui en devait que deux »… Madame Denis et lui s’en remettent entièrement au jugement de Duval… – 23 avril. Mme Denis et lui remercient Duval de son arbitrage. « Nous exécutons vos ordres sur le champ, car nous regardons vôtre arbitrage comme des ordres. C’est l’équité qui les a dictés ». Ils envoient 256 livres au procureur Balleidier. « Nous lui renouvellons la déclaration que nous lui avons faitte depuis si longtemps, que nous avons choisi un autre Procureur fiscal, et nous espérons que le Sr Balleidier traittera désormais avec plus de circonspection et de bonté les personnes qui l’emploieront »…

66– L.S, « Voltaire », Ferney « 4 de 1776 », [à Marc Duval, lieutenant général civil et criminel du bailliage de Gex] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-4. Lettre inédite. « J’obéirais sur le champ à vos ordres si j’avais quelque place à donner. Je n’ai que la voie de la représentation, et assurément je m’en servirai pour procurer au Sr Chabot un juste dédommagement. Je ne sais pas encor quel parti on poura prendre pour fournir à la province du sel à un bas prix qui la dédommage des trente mille livres qu’elle est obligée de donner aux fermiers généraux »…

67– L.S, « Voltaire », Ferney 5 avril 1776, [à Marc Duval, lieutenant général civil et criminel du bailliage de Gex] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-4. Lettre inédite. « Madame Denis lasse de plaider pendant tant d’années de suitte pour un mauvais coin de terre qui n’en vaut pas la peine, vous supplie instamment de vouloir bien terminer cette affaire avec le plus de célérité et le moins de formalités dispendieuses qu’il vous sera possible. Elle ne veut ni perdre son bien, ni avoir celui d’autrui. Elle en passera sans difficulté par la sentence que vous aurez portée »…
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 8 décembre 2017, lots no 342, 343 et 345 à 349)

68– 3 L.S., « Voltaire », Ferney septembre-décembre 1770, au chevalier Louis-Gaspard Fabry, subdélégué [de l’Intendance de Bourgogne] à Gex ; les lettres sont de la main de son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 4 pages et demie in-4, une adresse (petite tache brune sur les lettres). – 28 septembre 1770. Il le remercie « avec tout le païs » de la bonne nouvelle : « probablement vous serez à la tête d’un grand établissement ; vos places vous y appellent, et vos talents vous rendent nécessaires. Je sens bien qu’il faudra du tems pour mettre en train cette grande machine. Mais les délais auxquels on est forcé en affermiront les fondements »… – 11 octobre 1770. « Nous sommes résolus Made Denis et moi, à faire bâtir une maison dans Verson ; je n’en jouïrai pas, mais elle aura le plaisir d’être vôtre voisine. Vous savez que nous demanderons mille cinquante deux toises du numero un. Nôtre attachement à M. le Duc de Choiseul justifie nôtre empressement. Voulez vous bien avoir la bonté de supléer à nôtre ignorance sur la manière juridique dont il faut s’y prendre »… – 6 décembre 1770. « Le village de Ferney a plus que jamais besoin d’une fontaine publique. Elle est nécessaire non seulement à la communauté, mais à tous les voituriers et aux laboureurs, pour abreuver leurs chevaux et leurs bœufs. J’ignore s’il faut un arrêt du Conseil pour boire de l’eau. J’ai cru que Mr l’intendant pourait mettre d’un mot le village de Ferney en droit de dépenser son argent à un ouvrage si indispensable. […] Les cavaliers des fermes arrêtèrent hier douze coupes de bled conduites par un voiturier qui dit les porter à Cambassadez mais qui n’avait point de passeport. Je ne sais si on peut arrêter du bled sur le grand chemin ; mais il est bien triste que ce genevois soit le prétexte continuel de la cherté du bled que les français éprouvent, et du trouble où est notre pauvre petit canton. Le païsan est désespéré, pour moi j’espère en vous »…

69– 3 L.S., « Voltaire », Ferney juillet 1773, au chevalier Louis-Gaspard Fabry, subdélégué [de l’Intendance de Bourgogne] à Gex ; les lettres sont de la main de son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 4 pages in-4, une adresse. – 6 juillet 1773. « Nous vous remercions, Made Denis et moi, de la bonté que vous avez pour les Bramerels nos vassaux. Nous vous suplions de leur continuer vôtre protection, et d’empêcher qu’un étranger ne les ruine. Le décret de prise de corps contre deux hommes pour une querelle de femmes, est sans doute contre la raison et contre les règles. Il y a déjà pour environ cent francs de frais, et l’affaire ne valait certainement pas la peine que la justice a prise. Il paraît que le Sr Rendu n’est pas encor bien instruit des loix du roiaume »… – 10 juillet 1773. M. Rendu a été bien vite, et il est certain qu’« il n’y avait nulle raison de décreter deux citoiens de prise de corps parce que leurs femmes avait décoëffé d’autres femmes, que c’est faire un étrange abus de la dignité de juge de village que de faire d’un trait de plume pour plus de cinquante écus de frais à des laboureurs, de les détourner de leur travail, de les mettre en prison sans aucun sujet, de les interroger étant yvre, de prononcer devant eux et devant leurs femmes les mots les plus indécents et les plus grossiers »… Il y aurait de quoi faire condamner ce juge, mais Voltaire approuve l’idée d’« assoupir » l’aaire, en présumant qu’il fût ivre : « je pense comme vous, qu’il faut assoupir toutes ces petites affaires qui ne servent jamais qu’à ruiner les pauvres »… – 13 juillet 1773. « Vous êtes le conciliateur du païs, vous en êtes le père. Les Bramerels vous ont grande obligation, car ils sont bien pauvres. Il faut espérer que les femmes deviendront plus sages ; que le Sr Rendu s’instruira des loix, et qu’il ira moins au cabaret »…

70– L.S, Ferney 29 juin 1775, [au chevalier Louis-Gaspard Fabry, subdélégué de l’Intendance de Bourgogne à Gex] ; la lettre est de la main de son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages in-4. « Cet Abraham qui persécute Oulric n’est pas assurément le père des croiants. C’est un fripon qui s’est établi dans Ferney malgré nous, sous prétexte qu’étant né dans le païs de Gex, il est en droit d’éxercer son métier de boucher dans tous les villages. Nous sommes surpris et indignés, Madame Denis et moi, que nôtre procureur Morellet ait agi en faveur de cet Abraham sans nous en avertir »… Il lui remet un petit billet pour Morellet ; si cela ne suit pas, « je prends le Sr Martin pour Procureur de Made Denis dans cette affaire, et je prie le Sr Martin de faire toutes les diligences nécessaires contre ce mal vivant d’Abraham. En un mot, il n’y a rien que je ne fasse pour tirer d’opression vôtre protégé Oulric »…
(Livres et Manuscrits, vente Thierry de Maigret & Associés, Drouot 5 décembre 2017, lots no 62, 63 et 64)

71– Lot de lettres et copies relatif à Voltaire. – Copie de lettre du révérend père Tournemine à Voltaire, 3 p. in-4 : Tournemine lui fait part des réactions suscitées par les critiques de Rousseau sur sa « célèbre Marianne » (tragédie de 1722) « sa lettre est sifflée de tout le monde, même de ceux qui veulent vous critiquer, elle est escritte d’un style bas et ignoble, plein de fiel et vide de raison… son cœur n’est point fait pour aimer des mœurs si pures… » suivent de vives critiques puis « depuis que Rousseau a quitté la France il a perdu ce petit talent de l’épigramme, et du style marotique. Il ne lui est rien resté que cet esprit satyrique qui luy a attiré d’assez facheuses affaires… ne luy faites pas l’honneur de luy repondre… aujourdhuy on le puni par l’oubly. Ne le tirez pas… de cet oubly… » ; Copie de « lettre de La Baumelle à M. entre ce qui s’est passé entre lui et Voltaire » 14p. in-4 : quelques ratures et corrections : Intéressant récit de La Baumelle expliquant ses relations tumultueuses avec Voltaire lors de leur séjour à Berlin d’octobre 1751 à mai 1752 : Dans une de ses Pensées, citée, qui venaient de paraitre, Voltaire l’accuse de porter atteinte à Frédéric II, Maupertuis prend sa défense. La Baumelle décide d’écrire un ouvrage contre le siècle de Louis XIV dès son retour en France, qui lui vaudra une incarcération ; Manuscrit (8 p. in-4) intitulé « Mémoire de M. de voltaire apostillé par m de la Beaumelle francfort 1753 » : manuscrit, sous forme de lettre à Madame Denis, nièce de Voltaire, dans lequel il explique point par point sa querelle avec Voltaire à Berlin ; – Manuscrit intitulé « mémoire pour servir a la vie de M. de Voltaire écrit par luy même » Aux Délices 25 novembre 1759, 52 p. in-fol. Description de la vie de Voltaire : rencontre avec Mme Du Chatelet avec laquelle il partagea sa vie à Cirey, femme très intelligente : elle étudia Leibniz, Maupertuis, Bernoulli, traduisit Newton. À sa mort, envoyé par le roi il se rend chez Frédéric II de Prusse, il décrit la cour, son travail, ses querelles avec Maupertuis, son incarcération à francfort avec sa nièce. Il achète une maison en Suisse « après avoir vécu chez les rois, je me suis fait roi chez moi ». Il donne des éléments sur la situation politique de l’Europe et de la France. – Recueil de Copies de 4 lettres de Voltaire au marquis de Ximenes, 1766-1767, 11 p. in-4 : 18 mars : « …Je sais bien que Racine est rarement assez tragique, mais il est si intéressant, si adroit, si pur, si élégant… il a tant adouci et embelli notre langue rendue barbare par Corneille, que notre passion pour lui est bien excusable. Mr de la Harpe est tout aussi passionné que nous, il s’indigne avec moi qu’on ose comparer le minéral brut de Corneille, à l’or pur de Racine… »… Joint L.A.S. de l’éditeur de Voltaire Letellier, Kehl 20 octobre 1784, 1 p. in-4 :… « Me voilà enfilé dans la 1re livraison de Voltaire, qui me donne de l’ouvrage par-dessus les yeux… ». Letellier imprimera les œuvres complètes de Voltaire en 70 volumes de 1784 à 1789.
(Binoche & Giquello, autographes, vente du 7 février 2018, lot no 233)

72– L.S, « Voltaire gentilhome orde de la chambre du roy », château de Ferney par Genève 13 janvier 1765, à M. Bessin, curé à Plainvelle, près Bernay en Normandie ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ;¾ page in-4, adresse avec sceau de cire rouge aux armes (bords légèrement erangés). « Vous m’avez envoié des vers bien faits et bien agréables, Monsieur, et vous m’apprenez en même temps que vous êtes curé ; vous méritez d’avoir la première cure du Parnasse. Vous ne chanterez jamais d’antienne qui vaille vos vers. Si je ne vous ai pas répondu plutôt, c’est que je suis vieux, malade et aveugle. Je ne serai pas enterré dans vôtre paroisse, mais c’est vous que je choisirais pour faire mon épitaphe »… Correspondance (Pléiade), t. VII, p. 1000.

73– L.S, « V. » avec 3 lignes autographes, [Ferney] 16 avril 1767, [à Philippe-Antoine de Claris, marquis de Florian] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 3 pages petit in-4. « Le succez de l’affaire des Sirven me parait infaillible, quoi qu’en dise Fréron. La calomnie absurde contre cette pauvre servante des Calas ne peut servir qu’à indigner tout le conseil que cette calomnie attaquait vivement en suposant qu’il avait protégé des coupables contre un parlement équitable et judicieux. Plus la rage du fanatisme exhale de poison plus elle rend service à la vérité. Rien n’est plus heureux que de réduire ses ennemis à mentir »… Il signale une intervention de Frédéric II en faveur de Morival, compagnon de La Barre, « cette abominable aventure que j’ai toujours sur le cœur ». Puis il évoque des embarras à Ferney : vexations des commis, batailles continuelles avec les fermiers généraux : « il faut quelque fois savoir boire la lie de son vin »… Quant au Docteur Tronchin, il l’eût souhaité « plus médecin que politique ; qu’il se fut moins occupé des tracasseries d’une ville qu’il a abandonnée. S’il a pris parti dans ces troubles il devait me connaître assez pour savoir que je me moque de tous les partis. Quoi qu’il en soit, il est plaisant que Tronchin soit à Paris et moi aux portes de Genève, Rousseau en Angleterre, et l’abbé de Caveyrac à Rome. Voilà comme la fortune ballote le genre humain. Je demande à Monsieur le grand Turc pourquoi son Baron Du Tott est à Neufchatel. Dites moi, je vous prie, mon Turc, si ce Turc Du Tott vous a donné de bons mémoires sur le gouvernement de ses turcs ? N’êtes vous pas bien faché qu’Athènes et Corinthe soient sous les loix d’un Bacha ou d’un Pacha ? »… Puis il prend lui-même la plume : « Mille amitiés a tous. Le turc est prié d’écrire un mot, le jeune conseiller est prié de dire si le boiteux de procureur agit. V. » Correspondance (Pléiade), t. VIII, p. 1087.

ADDENDA

74Notre rubrique, déjà largement ouverte, ne saurait évidemment recenser tous les documents relatifs au xviiie siècle venus à notre connaissance et passant en vente ou sur catalogue. Encyclopédies, ouvrages originaux de Diderot ou D’Alembert et documents exceptionnels se rapportant à notre période sont signalés dans ce supplément à notre rubrique principale.

D’Alembert Jean Le Rond (1717-1783).

75– Dictionnaire. Copie manuscrite autographe de D’Alembert de l’article DICTIONNAIRE de l’Encyclopédie, avec de nombreuses corrections autographes. 87 pages calligraphiées à l’encre noire, cousues. Cet article a paru en 1754 dans le tome IV de l’Encyclopédie où il s’étend du milieu de la page 958 au haut de la page 970. D’Alembert distingue et analyse trois sortes de dictionnaires « dictionnaires de langue, dictionnaires historiques et dictionnaires de sciences et d’arts, ou, dictionnaires de mots, dictionnaires de faits et dictionnaires de choses ». Ce manuscrit original, riche de 87 pages, contient des centaines de mots soulignés ou raturés et de très nombreuses corrections autographes. « Tous les historiens travaillant sur l’Encyclopédie ont rêvé de retrouver les manuscrits de la grande entreprise des Lumières, que ce soit pour en comprendre la fabrication, en termes de construction à partir de ses matériaux composites, traductions, compilations, créations, ou la reconstruction en termes de travail éditorial et de censure. Quel regard les deux éditeurs, Diderot et D’Alembert, exerçaient-ils sur les articles de leurs collaborateurs ? Les manuscrits de D’Alembert n’orent aucune réponse à ces questions puisqu’ils portent essentiellement sur la période postérieure à 1770, et que D’Alembert a cessé son travail d’éditeur en 1758. En revanche, les quelques articles de l’Encyclopédie qui subsistent dans les papiers de D’Alembert contribuent à éclairer sa stratégie d’auteur. Il s’agit d’une dizaine d’articles, copiés proprement, avec une marge, par un secrétaire, et portant des corrections autographes qui les font très clairement passer du statut d’articles de dictionnaire à celui d’éléments de l’œuvre d’un auteur. Nous connaissons l’existence de quatorze articles autographes, copies corrigées de la main de D’Alembert : AVEUGLE, CHRONOLOGIE, COLLÈGE, DICTIONNAIRE, CALCUL DIFFÉRENTIEL, ECCLÉSIASTIQUE, ÉRUDITION, FORME SUBSTANCIELLE, FORMULAIRE, FORTUIT, FUTUR CONTINGENT, GÉOMÈTRE, GÉOMÉTRIE, GRAVITÉ, tous antérieurs à l’interdiction de 1759. Ces articles sont-ils particulièrement importants pour D’Alembert ? Sans aucun doute, pour lui comme pour ses contemporains : Collège et Dictionnaire ont marqué les esprits. Ce sont des articles dont D’Alembert est proprement l’auteur, sans qu’une traduction ou une autre source vienne (à notre connaissance) interférer » [Olivier Ferret, Alexandre Guilbaud et Irène Passeron, « Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert », Genesis, 34, 2012, p. 67-82].
(Librairie Sourget Amélie, cat.13, lot no 32)

76– Essai d’une nouvelle théorie de la résistance des fluides. Paris, David l’aîné, 1752, in-4, xlvj-212 pp., avec 2 planches dépliantes “in fine”, veau fauve marbré, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, pièce de titre cerise, double filet doré sur les coupes, tranches rouges (reliure de l’époque). Coies restaurées. Important essai d’hydrodynamique, écrit dans la continuité du Traité de dynamique de 1743.
(Librairie Teissèdre Fabrice, 2018, lot no 2)

77– Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie. Nouvelle édition augmentée de plusieurs Notes sur la Traduction de quelques morceaux de Tacite. Amsterdam, Zacharie Châtelain, 1773. 5 volumes in-12, plein veau marbré de l’époque dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, planche dépliante au premier tome. Exemplaire oert par D’Alembert comportant son ex-dono manuscrit autographe (« Ex dono autoris ») au neveu de Voltaire, Alexandre Jean Mignot (1725 ?-1791) (connu comme abbé Vincent Mignot), dont le grand ex-libris gravé et armorié figure aux cinq volumes.
(Librairie Hatchuel, cat. 68, lot no 1)

78– Recherches sur la precession des equinoxes, et sur la nutation de l’axe de la terre, dans le système newtonien. Par M. D’Alembert, des Académies Royales des Sciences de Paris et de Berlin, & de la Société Royale de Londres. Paris, David l’aîné, 1749. Bel exemplaire, grand de marges, de la plus rare des éditions originales de d’Alembert, conservé dans son élégante reliure en veau brun granité du xviiie siècle. In-4 de xxxviii pp., (2) et 184 pp., 4 planches gravées dépliantes. Veau havane granité, dos à nerfs orné, tranches jaspées, trou de ver marginal. Provenance : “The Earls of Macclesfield’s South Library at Shiburn Castel”, avec ex-libris et cote de bibliothèque. [Sur l’importance de cet ouvrage, voir son édition annotée, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. I/7, Michelle Chapront-Touzé et Jean Souchay éd., Paris, CNRS Editions, 2006]
(Librairie Sourget Amélie, cat.12, lot no 25)

D’Alembert Jean Le Rond & Diderot Denis.

79Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Paris, Neufchatel, 1751-1780. – 35 volumes in-folio, 401 × 252. Veau raciné, triple filet doré en bordure des plats, dos à nerfs orné (reliure du début du xixe siècle). L’édition comprend 17 volumes de texte publiés entre 1751 et 1765, 11 volumes de planches parus entre 1762 et 1772, 5 volumes de suppléments, qui virent le jour entre 1776 et 1777, et 2 volumes de table datant de 1780. L’exemplaire a été minutieusement collationné et toutes les planches sont bien présentes. Bel exemplaire en reliure uniforme, présentant comme toujours des défauts d’usage avec quelques manques notamment à certaines coies. Il manque comme souvent le beau frontispice dessiné par Cochin qui n’a été livré qu’en 1772, et le tome 7 du texte est incomplet du faux titre. Provenance : Baron de Moreau, avec ex-libris. (Librairie Pierre Bergé, cat. 18 octobre 2017, lot no 146)

80– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Paris, Le Breton, Briasson, David et Durand, 1751-1780, 35 vol. in-folio, comprenant 17 tomes de texte, 11 tomes de planches, 5 tomes de supplément dont 1 de planches et 2 tomes de table analytique. L’exemplaire a été collationné, il est bien complet des 3.131 planches (les planches doubles comptent pour 2, les triples pour 3 et les quadruples pour 4 ; les 3 planches d’hermaphrodites sont bien présentes), alors qu’en général il y en a 3.129 ; il est également complet du faux-titre du frontispice, du frontispice gravé par le Prévost d’après Cochin et du feuillet d’explication du frontispice, livrés en 1772 ; les tableaux dépliants des tomes I : « Système figuré des connaissances humaines » ; VII : « Tableau du manche de la « guittare » en grandeur naturelle » ; VIII : Tableau dépliant des « Mesures itinéraires anciennes » ; Supplément T.I : 3 tableaux dépliants « Division Générale de l’Afrique, de l’Amérique, de l’Asie » ; T.II tableau dépliant « Division générale de l’Europe » ; T.III : tableau dépliant « Système figuré des parties de la géographie » ; Table analytique T.I : très grande planche dépliante gravée « Essai de distribution généalogique des sciences et des arts principaux. » L’ensemble du tirage des planches est de très bonne qualité, ce qui n’est pas courant, la norme étant la présence de diverses planches plus ou moins usées et donc un peu grises. Etat : 6 coies inférieures et 6 supérieures sont légèrement usées, petite usure à quelques coins ; erreur de reliure aux tomes IV et IX des planches sans aucune perte. Grande coie du tome supplémentaire de planches restaurée. Exemplaire, imprimé en totalité sur beau papier, en reliure uniforme et avec une qualité exceptionnelle de tirage des 12 volumes de planches qui sont bien nettes et bien contrastées.
(CONAN, hôtel d’Ainay, vente de livres anciens du 1er février 2018, lot no 80)

81– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. (15 vol.) – Recueil de planches. (11 vol.) – Nouveau dictionnaire pour servir de supplément. (4 vol.) – Suite du recueil de planches. (1 vol.) – Table analytique et raisonnée des matières. (1 vol.) Paris, Briasson… [puis] Neuchâtel, Samuel Faulche [puis] Paris et Amsterdam, Panckoucke…, 1751-1780. 32 volumes in-folio (sur 35), veau brun moucheté, dos orné, tranches rouges (Reliures de l’époque). Édition originale, exemplaire incomplet de trois volumes (le Xe et le xiiie vol. de texte et le Ier vol. de tables), relié en deux fois de manière similaire. Épidermures et manques aux reliures, quelques moisissures et défauts d’usage, armes royales supprimées aux titres, manquent le frontispice et une planche au tome VII.
(ALDE, cat. du 11 mai 2017, lot no 28)

82– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Paris, Neuchâtel & Amsterdam, 1751-1780. Ensemble de 34 volumes in-folio, veau marbré, triple filet encadrant les plats, dos à nerfs orné (reliure de l’époque). 17 volumes de texte et 11 de planches, 4 de Supplément et 2 volumes de tables. Tableau replié du « Système figuré », reliure dépareillée du tome III des planches et des 4 volumes de Supplément.

83– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Paris, Neuchâtel & Amsterdam, 1751-1780. Ensemble 35 volumes in-folio, veau moucheté, dos à nerfs orné, pièces de titre en maroquin (reliure de l’époque). Reliure dépareillée avec quelques accidents et pièces de titre en déficit ; certaines planches légèrement roussies ou avec quelques petites taches ; galerie de vers dans le tome IV du texte ; quelques cahiers mal reliés ; une planche accidentée avec manques (no 21 du tome II : « Blasons »).
(Livres et Manuscrits, vente Thierry de Maigret & Associés, Drouot 17 janvier 2018, lots no 86 et 87)

84– Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, avec leurs explications. [Tome III]. Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, 1763. In-folio, demi-basane racinée avec coins, couronne héraldique dorée au centre du premier plat, dos lisse orné, pièce de titre orangée et de tomaison olive (Tome III), tranches rouges (Reliure de l’époque). Premier tirage du troisième volume de planches accompagnant l’édition originale de l’Encyclopédie, présenté seul. Il renferme 201 planches gravées, avec leur texte explicatif, relatives aux sections Charron, Chasses, Chaudronnier, Chimie, Chirurgie, Chorégraphie, Cirier, Ciseleur, Cloutier, Coretier, Confiseur, Corderie, Cordonnier, Corroyeur, Coutelier, Découpeur d’étoes, Dentelle, Dessin, Diamantaire, Distillateur, Doreur, Draperie. La section sur la chasse, notamment, se compose de 23 planches gravées par Bénard d’après Goussier. Exemplaire bien relié à l’époque. De la bibliothèque von Alvensleben, avec cachet armorié. (ALDE, cat. 15 février 2018, lot no 248)

Dictionnaire de Trévoux.

85– Dictionnaire universel françois et latin. Nancy, Pierre Antoine, 1740. 6 volumes in-folio, veau brun jaspé, dos orné, tranches rouges (Reliure de l’époque). Le Dictionnaire de Trévoux est un ouvrage charnière, puisqu’il ore, au XVIIIe siècle, une sorte de synthèse des travaux lexicographiques des XVIe et XVIIe siècle, par rapport à laquelle l’Encyclopédie se démarquera.
(ALDE, cat. 28 mars 2018, lot no 51)

Diderot Denis (1713-1784).

86Essais sur la peinture. Paris, Fr. Buisson, An IV [1795]. In-8, pleine basane de l’époque, dos lisse orné de roulettes dorées en place des nerfs, pièce de basane brique, roulette au noir sur les coupes, tranches jonquille, (1) f. de titre, iv, 415 p. (qqs rouss.). Le recueil contient des articles donnés pour la Correspondance littéraire de 1766, distribués en sept chapitres, suivi des Observations sur le salon de peinture de 1765. Le faux-titre manque.
(Librairie Hatchuel, cat. 69, lot no 38)

87– Jacques le Fataliste et son maître. Paris, Buisson, An cinquième de la République (1796). 2 volumes in-8 de I/ (2) ., xxii pp., [23-286] pp., (1) f. bl. ; II/ (2) ., 320 pp. Demi-veau fauve avec coins, dos orné de filets dorés, pièces de titre en maroquin rouge et de tomaison en maroquin vert, exemplaire non rogné. Précieux exemplaire, immense de marges (hauteur 210 mm), avec de nombreux témoins, conservé dans sa reliure de l’époque. De la bibliothèque littéraire Bernard Lolliée.
(Librairie Sourget Amélie, cat.12, lot no 45)

88– La Religieuse. Paris, Pigoreau, 1797. 2 tomes en un volume petit in-12, basane, filet à froid encadrant les plats, dos lisse orné (Reliure de l’époque). Édition publiée la même année que l’originale. Chaque tome est orné d’un frontispice gravé. De la bibliothèque Marcel Desjardin (2013, no 122), avec ex-libris. Reliure restaurée, un mors fendu, petit manque en queue.

89– La Religieuse. Paris, Deroy, Moller, Mongie ; Belleville, Dupréel, an VII [1799]. 2 tomes en un volume in-8, maroquin rouge à long grain, bordures de pampres dorés, dos richement orné aux petits fers pointillés, coupes pointillées, grecque intérieure, doublures et gardes de tabis vert, tranches dorées (Reliure de l’époque). Premier tirage de l’illustration composée d’un portrait gravé par Dupréel d’après Aubry, de 4 figures hors texte de Le Barbier gravées par Dupréel et Giraud. Exemplaire sur vergé enrichi d’un second état des figures, avant la lettre.
(ALDE, cat. 28 mars 2018, lot no 53 et 54)

90– Le neveu de Rameau. Dialogue. Ouvrage posthume et inédit par Diderot. Paris, Delaunay, 1821. In-8, demi-veau lavallière, dos lisse orné de filets dorés et à froid, tranches marbrées (Reliure de l’époque). Première édition française, retraduite par De Saur et Saint-Geniès sur la traduction allemande établie par Goethe en 1805 et ornée d’un portrait gravé du neveu de Rameau en frontispice. L’édition faite sur le manuscrit de l’auteur, sera publiée la même année chez Brière, dans les Œuvres inédites de Diderot. De la bibliothèque Félix Caye, avec ex-libris. Charnières et dos frottés.
(ALDE, cat. 26 septembre 2017, lot no 63)

91– Le père de famille, comédie en cinq Actes, et en Prose, avec un Discours sur la poésie dramatique. Amsterdam [i.e. Paris, Michel Lambert], 1758. In-8, plein veau de l’époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés, roulette sur le coupes (qqs épidermures et auréoles aux 30 prem. f.), xxjx [i.e. xxiv], 220 p. et xij, 195 p. Provenance : Joseph-Marie Brossays Duperray (1731-1794), avec ex-libris héraldique. Avocat à la cour en 1759.
(Librairie Hatchuel, cat. 68, lot no 39)

92– Le père de famille, Marseille : chez Jean Mossy, 1774 In-8, 90 pages (A-L4, avec quelques erreurs de pagination). Basane marbrée, encadrement doré sur les plats, dos à nerfs orné. Traces d’usages, petits manques de cuir. Adams, pf3 (la première édition parut en 1758). Relié avec 7 autres pièces de l’époque : – Goldoni. Le Bourru Bienfaisant, comédie. Paris : Veuve Duchesne, 1772. 72 pages. – Beaumarchais. Le Barbier de Séville, comédie. Paris : Ruault, 1775. 46-132 pages. – Palissot. Les Courtisanes, comédie. Paris : Moutard, 1775. 50 pages. – Rozoy. Henri IV, drame lyrique. Amsterdam : Jean Neaulme, 1774. 62 pages. – Voltaire. Le Caé ou l’Ecossaise, comédie. Avignon : Louis Chambeau, 1763. 54 pages. – Chamfort. Le marchand de Smyrne, comédie. Paris : Delalain, 1770. 31 pages. Edition originale. – Monvel. Julie, opéra comique. Paris : Veuve Duchesne, 1772. 71 pages.
(Livres rares, Michel Bouvier, cat. 75, lot no 56)

93– Les Bijoux indiscrets. Au Monomotapa, s.d. [Paris, vers 1748]. 2 volumes in-12, basane verte mouchetée, guirlande dorée en encadrement, dos lisse orné, tranches mouchetées (Reliure du XVIIIe siècle). Seconde édition, à la date de l’originale, ornée d’un frontispice, six figures hors texte et deux vignettes de titre gravés en taille-douce. Reliures frottées, dos passés, fentes aux mors, quelques rousseurs, un feuillet de table déchiré et restauré.
(ALDE, cat. 28 mars 2018, lot no 52)

94– Mémoires sur differens sujets de mathématiques. Par M. Diderot. Paris, Durand et Pissot, 1748. In-8 de (6) , 244 pp., 5 vignettes et 7 planches de figures géométriques. Veau marbré, dos à nerfs richement orné de filets et motifs dorés, pièce de titre en maroquin rouge, filet or sur les coupes, tranches rouges. Exemplaire conservé dans sa reliure de l’époque, provenant de la bibliothèque de l’abbé de Sellières, neveu de Voltaire. Provenance : bibliothèque Alexandre Jean Mignot, avec ex-libris.
(Librairie Sourget Amélie, cat.13, lot no 29)

95– Mémoires, correspondance et ouvrages inédits, publiés d’après les manuscrits confiés, en mourant, par l’auteur à Grimm. Paris, Paulin, Alexandre Mesnier, 1830-1831. 4 volumes in-8, demi-veau fauve, dos lisse orné, pièces de titre et de tomaison noires, tranches mouchetées (Reliure de l’époque). Édition originale. L’ensemble des textes recueillis – Le Paradoxe sur le comédien, Le Rêve de d’Alembert, La Promenade du sceptique, Voyage à Bourbonne, Voyage à Langres, les correspondances avec Sophie Volland et Étienne Falconet, etc. – ont été établis sur les manuscrits de la bibliothèque du château de L’Ermitage et paraissent pour la première fois dans cette édition.
(ALDE, cat. 15 février 2018, lot no 295)

96– Pensées sur l’interprétation de la nature. S.l.n.n., 1754. In-12, veau moucheté, triple filet doré avec petites étoiles aux angles, dos lisse orné, pièce de titre verte, coupes ornées, tranches rouges (Reliure de l’époque). Seconde édition, ou plus exactement seconde émission de l’édition originale, la première publiée dans le commerce. Le premier tirage l’édition originale n’est connu qu’à deux exemplaires. Il a été publié en 1753 sous le titre De l’interprétation de la nature. Bien que le texte du second tirage dière sensiblement du premier pour avoir été tantôt étoé, tantôt remanié, la composition des deux émissions dérive des mêmes formes typographiques. L’émission de 1754 a subi de nombreux changements en cours d’impression, de telle sorte que l’on peut trouver des variantes entre les diérents exemplaires. Celui-ci est conforme à l’exemplaire décrit par David Adams et présente les mêmes cartons, au nombre de huit. Reliure discrètement restaurée, un mors frotté.
(ALDE, cat. 26 septembre 2017, lot no 62)

Diderot Denis et Holbach Paul Thyry d’ (1723-1789)

97Système de la nature ou Des Loix du Monde Physique & du Monde Moral. Par M. Mirabaud, secrétaire perpétuel, & l’un des quarante de l’Académie françoise. Londres, 1770, s. n. [Amsterdam, M. M. Rey]. 2 volumes in-8 : [204 × 121 mm] de (5) ., 16 pp. pour le Discours préliminaire, (1) f. de table, 370 pp., (1) f. blanc ; (2) ., 412 pp. : maroquin bleu gris, dos lisses ornés à la grotesque, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, coupes filetées or, bordures intérieures décorées, tranches dorées sur marbrures (reliure de l’époque). Exemplaire exceptionnel complet du Discours Préliminaire attribué à André Naigeon (1738-1810), tiré à seulement 25 exemplai- res. Exemplaire de la bibliothèque d’André Morellet (1727-1819) qui divulgua le nom de l’auteur du Système de la nature dans ses Mémoires (I, p. 133). (Librairie Pierre Bergé, cat. 14 février 2018, lot no 91)

Diderot Denis et Raynal Guillaume-Thomas (1713-1796)

98Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce dans les deux indes. Genève, Jean-Léonard Pellet, 1780. 5 volumes in-4 ; maroquin rouge à grain long, filet doré encadrant les plats, dos lisse orné de fleurons dorés, double filet or sur les coupes, roulette intérieure dorée, tranches dorées, infimes restaurations à certaines coies. « Édition originale » de format in-4 de cet « ouvrage-clef de la crise de l’ancien régime », trué de morceaux de l’éloquence révolutionnaire, souvent dus à la plume de Diderot. Précieux exemplaire revêtu de reliures de l’époque en maroquin rouge à long grain. Provenance : bibliothèque John S. Pakington, avec ex-libris. Elle est illustrée d’un portrait frontispice de l’auteur dessiné par Cochin, gravé par De Launay, dans le premier volume, et de quatre estampes par Moreau le Jeune gravées par De Launay, Dambrun, et Romanet. Le cinquième volume formant l’Atlas est composé de 50 belles cartes gravées à double page.
(Librairie Sourget Amélie, cat.14, lot no 44)

Diderot Denis et Robinet Jean-Baptiste-René (1735-1820)

99De la Nature. Amsterdam, E. Van Harrevelt, 1761-1763-1766. 4 tomes en 3 volumes in-8 ; maroquin rouge, filet gras et maigre encadrant les plats, armoiries frappées or au centre, dos lisses ornés de filets et fleurons dorés, pièces de titre et de tomaison en maroquin citron, filet or sur les coupes, roulette intérieure dorée, tranches dorées. Exemplaire aux armes du tribun Mirabeau. édition originale de ce traité de philosophie matérialiste attribué à Diderot, interdite et mise à l’index des l’année 1762, rarissime complète des tomes II à IV, imprimés après la mise à l’index. Ces quatre tomes sont ornés de 2 curieuses vignettes de titre gravées en taille-douce, la seconde répétée trois fois, un frontispice non signé et 6 figures hors texte d’histoire naturelle, dont 5 signées J. Von Schley, pour le Traité de l’Animalerie.
(Librairie Sourget Amélie, cat.13, lot no 34)

Hélvétius Claude-Adrien (1715-1771) philosophe.

100De l’esprit. Paris, Durand, 1758. In-4, veau marbré, triple filet doré, armoiries au centre, dos orné, tranches rouges (Reliure de l’époque). Édition originale de second tirage, conforme à l’état 1B de la typologie de David Smith. Bel exemplaire relié aux armes de la princesse de Ligne, née Henriette-Eugénie de Béthizy de Mézières (1710-1787), épouse de Claude-Lamoral-Hyacinthe-Ferdinand, prince de Ligne, marquis de Moò et de Dormans. Ex-libris typographique de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Smith
(ALDE, cat. 15 février 2018, lot no 99)

Voltaire François Marie Arouet, dit (1694-1778).

101Questions sur l’encyclopédie par des amateurs. Nouvelle édition soigneusement revue, corrigée et augmentée. Première – Neuvième partie. 1771-1772. 9 volumes in-8, plein veau fauve granité, armoiries dorées au centre, dos lisse orné, pièce de titre en maroquin rouge, filet or sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées, quelques rousseurs. Volumes reliés à l’époque aux armes de Claude-Antoine-Clériadus de Choiseul-Beaupré.
(Librairie Sourget Amélie, cat.12, lot no 36)

Liste des Catalogues utilisés :

102ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 11 octobre 2017. ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 8 décembre 2017. ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 25 janvier 2018. ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 16-17 mai 2018. AGUTTES, cat no 1 de vente aux enchères Aristophil, Paris, 20 décembre 2017. ALDE, cat. 26 septembre 2017.

103ALDE, cat. 17 octobre 2017.

104ALDE, cat. 13 décembre 2017.

105ALDE, cat. 15 février 2018.

106ALDE, cat. 28 mars 2018.

107Art et Autographes, cat. 80.

108Art et Autographes, cat. 81.

109Art et Autographes, cat. 82.

110Binoche & Giquello, autographes, vente du 25 octobre 2017. Binoche & Giquello, autographes, vente du 7 février 2018. CONAN, hôtel d’Ainay, vente de livres anciens du 1er février 2018. L’Autographe, Genève, Cat. 56.

111L’Autographe, Genève, Cat. 57.

112Le Prosographe, autographes et manuscrits, juillet 2017.

113Les Autographes, septembre 2017, cat. 146. Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. 361.

114Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. 362. Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. 363.

115Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. no 1, mars 2018. Librairie Hatchuel, cat. 68.

116Librairie Hatchuel, cat. 69.

117Librairie Pierre Bergé, cat. 18 octobre 2017. Librairie Pierre Bergé, cat. 14 février 2018. Librairie Teissèdre Fabrice, 2017.

118Librairie Teissèdre Fabrice, 2018. Librairie Sourget Amélie, cat.12. Librairie Sourget Amélie, cat.13. Librairie Sourget Amélie, cat.14.

119Livres et Manuscrits, vente Thierry de Maigret & Associés, Drouot 5 décembre 2017.

120Livres et Manuscrits, vente Thierry de Maigret & Associés, Drouot 17 janvier 2018.

121Livres rares, Michel Bouvier, cat. 75. Livres rares, Michel Bouvier, cat. 76. Manuscripta, cat. décembre 2017.

122Manuscripta, cat. avril 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Passeron et François Prin, « Autographes et documents »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 53 | 2018, 349-391.

Référence électronique

Irène Passeron et François Prin, « Autographes et documents »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 53 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rde/6070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.6070

Haut de page

Auteurs

Irène Passeron

Articles du même auteur

François Prin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search