Navigation – Plan du site
Dossier | Diderot et l'argent

« Quelle si grande importance cette énorme fortune ? »

La curieuse palinodie de Diderot sur la richesse de Sénèque
‘Is this enormous fortune so very important ?’ Diderot’s curious reversal on Seneca’s wealth
Charles Vincent
p. 71-86

Résumés

La richesse de Sénèque a alimenté à travers les siècles la polémique autour de la vie et l’œuvre du stoïcien. Dans l’Encyclopédie, le jeune Naigeon regrette que Sénèque l’ait conservée, en plein débat sur le luxe autour de Rousseau et Voltaire. Diderot, d’abord très violent contre Sénèque, légitime totalement, à la fin de sa vie, cette richesse, arguant du comportement exemplaire du stoïcien mais laissant des points d’ombre sur la nécessité d’une si « énorme » fortune. La méritocratie qu’il défend à la fin de sa vie, fondée sur des inégalités naturelles et le travail, légitime en partie Sénèque, de même que la tempérance du philosophe, loin du goût insatiable de l’époque pour l’argent. Diderot le situe ainsi entre l’utopie d’une opulence généralisée et le combat contre les injustices de son temps.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La palinodie
Une rhétorique de l’offuscation
Quelques arguments embarrassants
Le contexte anthropologique et politique

Aperçu du début du texte

Sénèque est un personnage intrigant : affilié au courant stoïcien, dont il est l’un des représentants romains les plus importants, il fut d’abord précepteur, puis ministre de l’effrayant Néron, qui le contraignit finalement à se donner la mort, ce qu’il fit avec courage. En outre, Sénèque, quoique stoïcien, avait une fortune familiale importante, et l’augmenta encore dans des proportions considérables pendant son ministère, notamment par des dons que lui fit l’empereur. Un polémiste contemporain, Suillius, l’accusa publiquement d’hypocrisie, prônant le désintéressement dans ses écrits mais s’enrichissant en même temps par sa charge. Le philosophe lui répondit dans son traité De la Vie heureuse en arguant du peu de cas qu’il faisait de la fortune. Cette accusation de Suillius, si suspecte que puisse en être l’origine, participa à jeter le discrédit sur la pensée morale du stoïcien, le moraliste étant resté bien longtemps aux côtés de celui qui était considéré comme le symbole même du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Vincent, « « Quelle si grande importance cette énorme fortune ? » », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 54 | 2019, 71-86.

Référence électronique

Charles Vincent, « « Quelle si grande importance cette énorme fortune ? » », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rde/6212 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.6212

Haut de page

Auteur

Charles Vincent

Université de Lille-3

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals