Navigation – Plan du site
Dossier | Diderot et l'argent

Diderot et l’argent d’après sa correspondance des années 1767-1769

Diderot and money according to his correspondence from 1767-9
Geneviève Cammagre
p. 103-118

Résumés

Que nous livre la correspondance de Diderot de sa relation personnelle à l’argent dans les années 1767-1769, à un moment où les revenus du philosophe ont augmenté de façon notable à la suite du versement par l’impératrice de Russie de cinquante années de rente pour la constitution et la conservation des fonds de sa bibliothèque ? Trois séries d’échanges ont été privilégiés afin d’étudier avec précision comment Diderot s’occupe non seulement de son propre argent mais aussi de celui de protégés : les lettres à sa sœur Denise, la correspondance avec l’abbé Gayet de Sansale chargé du dossier d’une connaissance langroise en procès avec ses frères, celle adressée à la comédienne Marie-Madeleine Jodin. Ils sont révélateurs de la constance d’un souci éthique à la fois universel et adapté aux conditions, aux individus et aux circonstances.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Succession et partage des biens
Plaidoyer pour une compatriote langroise
Les finances de Marie-Madeleine Jodin

Aperçu du début du texte

Les recherches dans les archives », comme celles dont rend compte Émile Lizé dans « Notes bio-bibliographiques sur Diderot », permettent d’évaluer les revenus du philosophe dans les années 1767-1769. La vente de sa bibliothèque à l’impératrice de Russie en 1765, le versement qu’elle lui fait deux ans plus tard de cinquante années de rentes pour la constitution et la conservation du fonds dont il reste le dépositaire lui ont permis de placer 70 000 livres auprès du fermier général Jacques-Mathieu Augeard. Le contrat passé le 14 août 1767, renouvelé le 21 mars 1768 lors du nouveau bail des fermes générales – le bail Alaterre – et dont le procès-verbal est dressé en minute chez les notaires Le Pot d’Auteuil et Rouen, lui assure un revenu évalué à 4 200 livres par an. Si on y ajoute les revenus liés à l’Encyclopédie, les ressources qu’il tire de ses biens langrois, on peut dire avec Émile Lizé que Diderot se place dans la tranche des revenus bourgeois qui va, selon l’échelle établie par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Cammagre, « Diderot et l’argent d’après sa correspondance des années 1767-1769 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 54 | 2019, 103-118.

Référence électronique

Geneviève Cammagre, « Diderot et l’argent d’après sa correspondance des années 1767-1769 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 18 janvier 2020, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rde/6230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.6230

Haut de page

Auteur

Geneviève Cammagre

Université Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals