Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Autographes et documentsAutographes et documents

Autographes et documents

Autographes et documents

Irène Passeron et François Prin
p. 369-417

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Notre rubrique, compte tenu des ambitions et de l’influence de l’Encyclopédie, des réactions qu’elle a suscitées et de l’importance du réseau de connaissances de ses auteurs, n’accueille pas que des documents émanant des seuls encyclopédistes ou les concernant exclusivement. Afin de faciliter la consultation de cet ensemble nécessairement hétérogène, nous avons retenu un classement alphabétique. Chaque élément est suivi d’une référence renvoyant à une liste détaillée de catalogues qui se trouve à la fin du répertoire et d’un numéro renvoyant au catalogue cité. Les éventuelles interventions de la rédaction, qui ne peut garantir l’exactitude de toutes les copies de documents, sont entre crochets. Nous indiquons les remarques complémentaires des chercheurs sollicités et nous remercions chaleureusement tous ceux qui nous signalent des autographes passant en vente. Rappelons les abréviations usuelles des catalogues : L. pour lettre, A. pour autographe, M. pour manuscrit, S. pour signé(e), P. pour pièce.

Texte intégral

Bailly Jean-Sylvain (1736-1793) astronome, premier Maire de Paris

1– L.A.S., « Bailly » à « Mon cher et illustre ami » [le mathématicien italien l’Abbé Frisi]. Paris, 27 novembre 1784. 1 p. 1/2 in-4. Excellente conservation [petit manque à l’ouverture du cachet de cire]. Après avoir soutenu ardemment l’élection de Paolo Frisi à l’Académie royale des Sciences de Paris, Bailly apprend la maladie de son confrère et ami. En réalité, Paoli Frisi est déjà mort [le 22 novembre] lorsque Bailly lui écrit cette lettre : « … J’ai été affligé, en recevant votre lettre, d’apprendre que vous avez été si longtems malade. Une vie comme la vôtre consacrée au travail devroit bien être exemte de ces souffrances ; mais la célébrité qui nous éleve, qui souvent nous expose à des maux nouveaux ne nous sauve point de ceux qui affligent l’espece humaine. Les bonnes nouvelles que vous me donnez me donnent cependant l’esperance que ma lettre vous trouvera rétabli […]. Je suis bien aise que vous ayez exemplaires sous le couvert de Mr le Comte de Vergenne [Secrétaire d’État aux Affaires étrangères] […]. Je presenterai avec grand plaisir votre éloge de M. d’Alembert à l’Académie française [l’encyclopédiste et mathématicien Jean le Rond D’Alembert venait de mourir (en 1783)]. En étant pensionnaire surnuméraire à l’Académie, je n’aurai point encore de pension, j’aurai seulement le droit de vous donner ma voix ; c’est le plus digne usage que j’en puisse faire. Je me concerterai avec M. le Duc de la Rochefoucault et j’espère que, soit cette fois-ci, soit une autre, nous réussirons. Un de mes amis traduit les Lettres Américaines ; si nous croyons que cela puisse réussir à Paris nous pourrons les faire imprimer […] ». [Éminent astronome des Lumières, le découvreur des satellites de Jupiter se classe parmi les plus grands scientifiques du XVIIIe siècle. Sa monumentale Histoire de l’astronomie lui ouvrit les portes de l’Académie française en novembre 1783. Membre de l’Académie Royale des Sciences depuis 1763, nommé par le Roi. La brillante carrière politique et intellectuelle de Bailly s’acheva tragiquement sur l’échafaud : il fut guillotiné en 1793 pour avoir pris la défense de la Reine Marie Antoinette lors de son procès.
(Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. juin 2018, lot n° 3)

Bernoulli Johann (1667-1748) mathématicien

2– L.A.S., Bâle 27 juillet 1728, à Gabriel Cramer, « Professeur en Mathématique », à Londres ; 2 pages in-8, adresse (légères rousseurs). Lettre scientifique à son jeune élève. [Le jeune mathématicien genevois Gabriel Cramer (1704-1752), particulièrement doué, était déjà titulaire d’une chaire de mathématiques à Genève, mais depuis 1727 il voyageait auprès des grands mathématiciens européens ; il avait passé ainsi cinq mois à Bâle auprès de Bernoulli, dont il éditera en 1742, à sa requête, les Opera omnia.] Il lui a écrit jeudi passé « quelques reflexions generales sur la piece de Mr Robins, et une reponse à l’objection tirée de l’experience avec la plaque de cuivre sur laquelle étant en oscillation on laisse tomber un poids de plomb. J’ai fait voir que cette experience ne prouve rien contre la Theorie des forces vives, et qu’elle est semblable à celle qu’on fesoit avec deux corps sans ressort dont l’un en mouvement choqueroit directement l’autre en repos, auquel si le choquant étoit egal, ne lui communiqueroit que la moitié de sa vitesse et iroit avec lui après le choc de compagnie, en sorte que la moitié de la force vive paroitra être perdue » […] Il ne sait si Cramer a reçu sa très longue lettre du 23 mai : « vous y aurés trouvé bien des choses pour la confirmation de la Theorie des forces vives et une ample solution de votre difficulté, qui consistoit à me demander, d’où vient que c’est l’increment de la vitesse, et non pas celui de la force vive, qui dans un temps infiniment petit est proportionel à ce temps et à la pression : c’est-à-dire, pourquoi il faut faire du = pdx/u, et non pas df = pdx/u ? » […] En post-scriptum, il transmet les compliments de son neveu [le mathématicien Nicolas Bernoulli (1687-1759)] […]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 19 novembre 2018, lot n° 786)

Bernoulli Daniel (1700-1782) physicien en hydrodynamique

3– L.A.S., Bâle 1er juin 1740, à Fabrice Mallet de Tudert, à Genève ; 1 page in-4, adresse. « J’ai deux complimens bien differens à vous faire, car vous devez etre tres sensible tant à la perte que vous venez de faire d’un aussi bon oncle qu’à l’aquisition d’un bien aussi considerable. Comme vous êtes philosophe j’espere qu’aprez les premiers regrets vous n’aurez plus pour la mémoire de feu Mr. votre oncle que les sentimens de veneration et de reconnoissance et que vous jouirez cependant tranquillement et genereusement des biens qu’il vous a laissez. Je sai, Monsieur, qu’il ne vous faut point d’exhortation pour cela et que vous n’etes point fait pour accumuler, quand il verseroit tous les jours de nouveaux heritages : aussi auriez-vous grand tort, puisqu’il est impossible que vous puissiez avoir pour heriter un aussi digne neveu, que celui de feu Mr. votre oncle » […]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 19 novembre 2018, lot n° 787)

4– L.A.S., Bâle 25 décembre 1758, [à l’astronome Jean-Paul Grandjean de Fouchy, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences ?] ; 1 page in-4. « La Connoissance des tems, que vous avez encore eu la bonté […] de m’envoyer, m’est tous les ans d’un nouveau prix par les nouvelles assurances dont vous l’accompagnez, de votre amitié et de vos bontés pour moi ; agréez que je vous fasse de tout cela mes tres humbles remercimens et que je vous renouvelle à mon tour les assurances de ma parfaite veneration et des vœux que je fais pour votre conservation. La mort de notre cher M. Bouguer m’aflige toujours bien vivement : je laisse à la Republique des lettres de regretter le savant ; pour moi je ne saurois encore regretter que l’ami. Cependant, Monsieur, vous soulagez sensiblement ma douleur en vous faisant de notre perte un motif pour resserrer nos liens ; vous jugez bien par le grand avantage qui m’en revient, que j’y correspondrai de toutes mes forces. Je vous ai toujours été un serviteur fort inutile mais toujours parfaitement devoué et egalement penetré d’estime pour vos belles qualités de cœur et pour vos rares merites. Si tous les savans savoient comme vous allier ces deux choses, on pourroit vivre en paix malgré les excellens ouvrages qu’on donne au Public » […]
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 10-11 décembre 2018, lot n° 450)

Bossut Charles (1730-1840) mathématicien, collaborateur de l’Encyclopédie

5– L.A.S., Paris 1783 ; 1 page in-fol. 30 mars 1783. « Monseigneur, vous ne laissés échapper aucune occasion de donner des marques de bienveillance aux membres de l’académie des Sciences. […] j’en ai été très souvent l’objet ; et je suis en particulier pénétré de la plus vive reconnoissance de la bonté que vous avez eue d’engager Sa Majesté à faire imprimer mon Traité d’Hydrodynamique » […] (ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 10-11 décembre 2018, lot n° 451)

Bouguer Pierre (1698-1758) astronome et mathématicien

6– L.A.S., « Bouguer », Paris 30 octobre 1750, à M. Le Père, « Directeur des Postes et associé litteraire à Auxerre » ; 2 pages et demie in-4, adresse avec cachet de cire rouge brisé. Lettre sur le calcul du méridien et l’utilisation de son ouvrage Détermination de la Figure de la Terre. Il a reçu sa lettre à son retour du Croisic. « Il me parois que vous resolvez parfaitement bien le problème geographique que vous vous estes proposé […] La maniere dont vous réduisez la longueur méridienne en degrés est toute simple et doit être admise dans la Pratique, en faveur de la promptitude de l’exécution et vû l’exactitude plus que suffisante du calcul. On pourroit aussi, puisque vous vous permettez l’usage de la table de la page 305 du livre de la figure de la Terre, accumuler assez de degrés du meridien pour former le nombre de toises qui sont étendues dans le sens Nord et Sud, et si le compte n’étoit pas complet, on joindroit de plus la fraction de degré nécessaire ». La méthode de calcul de son correspondant est sans doute plus courte que la sienne, ce qui ne lui semble pas être le cas pour le calcul de la distance au méridien : « Je réduirois donc les 47 506 toises dont Auxerre est éloignée de la Méridienne de Paris, à raison des degrez de grands cercles qui sont marqués dans la table de la page 305 ; et je chercherais pour cela vis à vis 47°48’ qui est la latitude que vous trouvez pour le point L. Les 47 506 toises évaluées de cette sorte repondront au rayon LZ, et le point Zsera le centre de l’arc sur lequel elles auront été comptées. Vous aurez après cela un triangle sphérique rectangle dont vous connoitrez les deux côtés qui forment l’angle droit, et il ne vous restera plus qu’une analogie à faire pour obtenir la différence en longitude ou la valeur de l’angle b. […] En employant la table, on évite la résolution de tout triangle rectiligne ». Il est flatté « de voir que le livre de la figure de la Terre mérite l’attention de personnes éclairées comme vous : c’est une preuve que j’ay rempli à peu près l’objet que j’ai dû me proposer » […]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 4 mai 2019, lot n° 782)

Bougainville Louis Antoine comte de (1729-1811) navigateur

7– L.A.S., « de Bougainville », Paris 21 février 1774 ; 3 pages in-4. Lettre sur ses démarches en faveur de l’Académie. Le ministre a fait demander à l’abbé Rochon « s’il vouloit renoncer aux fonctions pour lesquelles il avoit des emolumens. Il a repondu que non et qu’il partoit pour Brest, dans l’intention de les y exercer » ; s’il s’acquitte réellement de ses charges de bibliothécaire, « on ne peut lui en contester les appointemens. J’ai ensuitte presenté le desir que l’Academie auroit que le Roi se chargeat de faire la dépense de la gravure des planches du dictionnaire. Il m’a répondu qu’il lui paroissoit à propos que le Roi fit non seulement graver les planches par le meilleur graveur, mais se chargeoit encore de faire imprimer l’ouvrage même par les imprimeurs gagés à l’hotel de la guerre, dans le format que decideroit l’Academie ; qu’elle envoyeroit ici les cahiers redigés et que l’impression seroit suivie par quelques uns de ses membres residens a Paris ou a Versailles ». Il suggère de donner un exemplaire des mémoire de l’Académie au duc de Chartres « qui a pris a Brest et qui conserve au corps de la marine un tendre attachement » […]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 4 avril 2019, lot n° 1002)

Bouvart Michel-Philippe (1707-1787) médecin, professeur au Collège de France

8– L.A.S., Paris 3 janvier 1761, à M. Des Essarts, docteur en médecine à Villers-Cotterêts ; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge (brisé). Lettre médicale sur le traitement des coliques hépatiques. Il a toujours regardé les coliques hépatiques de l’abbé Des Pierres comme « l’effet d’une humeur soit goutteuse, soit rhumatisante, qui était sujette à se déposer de tems en tems sur l’estimac et le foie qui étoient alors dans un état de froncement et d’iritations excessif. Ces accès ont toujours été aigris par tout ce qui pouvoit agacer, et terminés heureusement par tout ce qui étoit capable de détendre, […] faire couler la bile avec abondance » […] Il serait porté à ne pas arrêter le flux, qui pourrait dégorger le foie, mais de tenir le malade à un régime sévère, et si le flux durait encore quelques semaines, d’effectuer une purge au catholicum et de faire prendre au coucher « un demi-gros de thériaque, dans la vue de fortifier l’estomac, d’exciter la transpiration, et en même tems de calmer et de rendre le sommeil » […] Il faut toutefois éviter la constipation, « la chose la plus facheuse et la plus capable de ramener des accès de colique » […] On pourrait aussi donner avant le dîner et le souper, 20 grains de « kinkinna en poudre », et des bouillons apéritifs « aiguisés avec le sel de Duobus », et encore, avant les bouillons, des « pilules composées avec une partie de gomme ammoniac et deux parties de savon blanc » […] Il ne prescrit rien pour les accès, car « Mr l’abbé a les entrailles si sensibles que le moindre purgatif augmente ses douleurs et les autres accidents » […] On joint une minute de lettre du Contrôleur général Bertin concernant Pierre Poivre (1779).
(ALDE, cat. 07 juin 2019, lot n° 257)

Buffon Georges Louis Leclerc, comte de (1707-1788) naturaliste et écrivain

9– L.S., « Paris 5 janvier 1774, [à Louis-Bernard Guyton de Morveau] ; 2 pages in-4 (portrait gravé joint). Sur l’impression de son Histoire naturelle des oiseaux. Il n’a pu encore voir le Chancelier pour l’affaire de Guyton dont il s’occupera. « L’imprimerie Royalle va si lentement qu’il reste encore quinze feuilles à imprimer de mon volume en sorte que je ne suis pas sur de pouvoir donner mon livre avant mon retour à Montbard, ce qui me fache assés. Ma santé n’est pas aussi bonne ici qu’en Bourgogne, car à Montbard et surtout à Dijon quand j’etois auprès de vous je me portois beaucoup mieux en dépit du procès et malgré la trop bonne chère. Vos expériences sur la purification de l’air me paroissent extrêmement importantes et vous ne sauriés trop, Monsieur, les publier, ce seroit un crime de lèze humanité que de les laisser ignorer ; vous pouriés même par l’autorité que vous avés à Dijon engager la police à faire un reglement a cet égard. J’ai rencontré Mme de St Fargeau et je lui ai dit que vous m’aviés chargé de lui chercher des petites pompes hollandoises […]. À l’égard de l’oiseau déchiré de Mme Hébert il est arrivé un petit malheur ; c’est que je l’ai laissé à Montbard et que je n’en ai pas retenu le numéro. Je sçai seulement que c’est un oiseau de proie mais il sera aisé à Mme Hébert de reconnoître quel est le numéro de la planche qui manque à sa collection » […]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 19 novembre 2018, lot n° 796)

Condorcet Jean Antoine Nicolas Caritat, marquis de (1741-1794) mathématicien et philosophe

10– L.S., « de Condorcet » et L.A., [Paris] 1789, à Jacques-Pierre Brissot de Warville ; 1 page et quart et 1 page in-8, adresses. Sur les travaux de membres de la Société des Amis des Noirs. Hôtel des Monnaies 7 novembre 1789. « M. le comte de Mirabeau a proposé de lire a quelques amis des noirs non membres de l’assemblée nationale sa motion sur la traite. Je crois que M. de Claviere M. de Bourge vous et moi devant y être il peut n’etre pas nécessaire dy en ajouter plus d’un ou deux autres. Voyez ceux que vous croyez plus convenable d’y appeler. Comme c’est une conferance particuliere nous sommes les maîtres du choix » […] – Dimanche [8 novembre 1789]. « Le jeudi ne peut convenir a M. le Duc de La Rochefoucauld, il m’a chargé, Monsieur de vous proposer mardi, samedi, ou dimanche. […] Je vous prie d’avertir aussi M. de Bourges, je me chargerai de M. l’abbé Seyes et de M. Petion de Villeneuve. L’assemblée a fait hier un decret [interdisant aux membres de l’Assemblée de passer au ministère, pendant la session actuelle] qui pour l’honneur de ses lumieres a sans doute des motifs particuliers. J’en suis moins faché pour la chose même que pour l’esprit qu’il annonce » […]

11– M.A., [Aux étrangers sur la Révolution françoise, 1791] ; 7 pages et demie in-4 d’une petite écriture, avec de nombreuses ratures, corrections et additions. Brouillon de premier jet, abondamment raturé et corrigé, d’un texte publié sous la signature « La Vérité » à deux reprises dans des journaux auxquels Condorcet collaborait, en juillet 1791 dans Le Républicain (n° 1, p. 12-16) puis en mai 1792 dans La Chronique du mois (p. 36-40). Hélène Delsaux, dans son Condorcet journaliste (Champion, 1931, p. 54, 92) avait supposé que ce texte était de Condorcet, ce que prouve notre manuscrit. En tête, une note au crayon de Condorcet précise : « Ce n’est pas une suite mais un morceau qu’il faut copier à part ». Nous ne pouvons ici que résumer les grandes lignes de ce long texte. « Les hommes ne se sont réunis en société, que pour s’assurer la jouissance entière et paisible des droits qui resultent de leur nature. L’égalité est un de ces droits, et seule elle suffit pour garantir la conservation de tous les autres, puisque personne ne peut être tenté d’introduire une oppression dont le poids retomberait sur lui-même ». Tout peuple est maître de conserver ou recouvrer ses droits […] « Si donc un peuple a recouvré ses droits, s’il a pu remonter jusqu’à l’égalité naturelle, les chefs des autres nations qui s’uniraient pour lui ravir sa liberté, pour le forcer à rétablir l’inégalité ou à conserver les formes corruptrices de la monarchie seraient non les ennemis de ce peuple seul mais ceux de toute la grande famille humaine » […] etc. L’Allemagne n’a donc pas le droit d’exiger que les Alsaciens « restent sous le joug de la féodalité » […] Les peuples ont également le droit de « changer la constitution sous laquelle ils vivent […] Les habitants de la Germanie ont donc le droit de détruire aujourd’hui la féodalité, de se réunir dans une grande république » […] etc. Condorcet rappelle aux « descendans d’Arminius et de Vetikond, compatriotes de Kepler et de Leibnitz » leur « antique amour de la liberté […] L’Europe vous doit l’imprimerie ce boulevard éternel des Droits de l’espèce humaine » […] Condorcet rappelle aussi l’exemple de Luther qui a combattu « la tyrannie par la raison et la superstition par le ridicule » […] Condorcet laisse aux Germains la sagesse de fixer l’époque de la reconquête de leur liberté, mais les conjure de ne pas combattre la République : « Laissez du moins vos princes, vos maîtres, vos prêtres et vos nobles nous faire seuls une guerre qui ne peut être utile qu’à eux seuls ; ne nous forcez pas à répandre le sang des hommes, quand nous voudrions ne combattre que leurs ennemis ». Provenance : ancienne collection Philippe Zoummeroff (Crimes et châtiments, 16 mai 2014, n° 130).

12– L.A., [10 mars 1792], à Jacques-Pierre Brissot, député à l’Assemblée nationale ; 1 page in-8, adresse. Lettre politique faisant allusion à la démission des ministres de la Marine et de la Justice, Bertrand de Moleville et DuportDutertre (10 mars 1792), et au décret d’accusation de l’Assemblée contre le ministre des Affaires étrangères, Valdec de Lessart. « M. Talleirand viendra demain dejeuner avec nous […] Voila le Bertrand parti. Concedez-vous d’après cela l’insolence purement gratuite de la lettre d’hier. Il faut tacher cette semaine de se debarasser de Duport afin de delamethiser tout à fait le pouvoir exécutif. C’est le comité de législation que cela regarde. D’ailleurs tant qu’ils auront le ministre de la Justice, ils conserveront l’esperance se faire rendre Lessart par quelque ruse de procureur. Vous avez commencé votre feuillet par une ligne qui vaut mieux que bien des discours. Je voudrais qu’on l’envoiât à tous les directoires, et même aux municipalités. »
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 4 avril 2019, lots n°1131 à 1133)

13– M.A., (sans lieu ni date1785) 1 p. in-12. Intéressant manuscrit dans lequel il cite à plusieurs reprises le mathématicien Euler (1707-1783) lettre publiée par la Société Diderot dans « Autographes et documents » Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie n° 35. Ecrit au dos d’une demande du baron de Dietrich. « Il est d’usage en Russie d’accorder des titres militaires à des hommes très étrangers au service ; c’est rendre hommage au préjugé qui faisait regarder cet état comme la seule profession noble et avouer en même temps qu’on en reconnaît toute la fausseté. Quelques savans ont obtenu jusqu’au grade de major général, M. Euler n’en voulait point avoir aucun. Quel titre pouvait honorer le nom d’Euler ? Et alors le respect pour la conservation des droits naturels de l’homme impose en quelque sorte le devoir de donner l’exemple d’une sage indifférence pour ces hochets de la vanité humaine si puérils mais si dangereux ».
(Binoche & Giquello, autographes, vente du 30 mai 2018, lot n° 160)

D’Alembert Jean Le Rond (1717-1783)

14– M.A., avec additions et corrections autographes, Article COLLÈGE, dans l’Encyclopédie, [1753-1764] ; cahier cousu de 24 pages in-4 sur 6 doubles feuillets de papier vergé plus 3 pages entièrement autographes petit in-4 sur 2-ff ajoutés. Manuscrit d’un article de l’Encyclopédie, enrichi d’annotations autographes inédites. Il correspond au texte imprimé en 1753 de l’Encyclopédie, dans le tome III, depuis la fin de la page 634, jusqu’à la fin de la page 637. Il commence ainsi : « Nous n’entrerons point ici dans le détail historique de l’établissement des différens colleges de Paris ; ce détail n’est point de l’objet de notre ouvrage, et d’ailleurs intéresseroit assez peu le public : il est un autre objet bien plus important dont nous voulons ici nous occuper ; c’est celui de l’éducation qu’on y donne à la jeunesse. » Il se termine ainsi (nous signalons les corrections portées sur le manuscrit) : « Voilà ce que l’amour du bien [public biffé] m’a inspiré de dire ici sur l’éducation, tant publique que privée : [d’où il s’ensuit biffé et corrigé] il en resulte que l’éducation publique ne devroit être la ressource que des enfans dont les parens ne sont [malheureusement biffé] pas en état de fournir à la dépense d’une éducation domestique. Je ne puis penser sans regret au tems que j’ai perdu dans mon enfance : c’est à l’usage établi, et non à mes maîtres, que j’impute cette perte irréparable ; et je voudrois que mon expérience pût être utile à ma patrie. Exoriare aliquis. » Le manuscrit de cette partie de l’entrée COLLÈGE, complet en soi, a été soigneusement calligraphié sous forme de cahier, en ménagant de belles marges dans lesquelles D’Alembert a porté des additions et corrections autographes ; il a également porté de nombreuses corrections interlinéaires. En tête, D’Alembert a ajouté devant le titre Collège le mot « Article » et, à la suite, la mention « dans l’Encyclopédie », qu’il a ensuite biffée et fait suivre d’un astérisque qui renvoie à cette addition marginale autographe : « Note. Cet article, écrit et imprimé en 1753, est uniquement relatif à l’état où les collèges se trouvoient alors. Quant aux études et à la manière d’enseigner, nous ignorons si depuis cette époque on a réformé les abus dont nous nous plaignons ici ; nous le désirons du moins, pour l’honneur de ceux qui président à l’éducation de la jeunesse ». Dans ce texte qui fait suite à la définition du terme collège « corps ou compagnie de personnes occupées des mêmes fonctions » et à des exemples historiques et particuliers, D’Alembert examine si l’éducation publique doit être préférée à l’éducation privée comme le croyait déjà Quintilien, « un des hommes de l’antiquité qui ont eu le plus de sens et le plus de goût » […] Il examine successivement les Humanités, la Rhétorique, la Philosophie, et enfin les Mœurs et Religion, pour déplorer qu’« un jeune homme après avoir passé dans un collège dix années […] en sort […] avec la connoissance très imparfaite d’une langue morte, avec des préceptes de rhétorique et des principes de philosophie qu’il doit tâcher d’oublier, souvent dans une corruption de mœurs dont l’altération de sa santé est la moindre suite ; quelquefois avec les principes d’une dévotion mal entendue, mais plus ordinairement avec une connoissance connoissance de la religion si superficielle, qu’elle succombe à la première conversation impie ou à la première lecture dangereuse. » Il dresse ensuite un « plan d’études » détaillé […] Les corrections autographes sont nombreuses : D’Alembert a, avec le plus grand soin, apporté une quarantaine de corrections dans le texte ou en marge, biffant des mots et les remplaçant, ou pratiquant des additions fort intéressantes, pour compléter ou préciser sa pensée, certaines plus développées sous forme de notes. Ainsi au 2e feuillet, il ajoute cette note (postérieure à 1764) : « Les jesuites subsistoient encore dans le temps qu’on écrivoit cet article, et avoient dans Paris un collège très achalandé ». Au 3e feuillet : « L’auteur de cet article a eu des maitres qui vouloient lui faire lire, au lieu d’Horace, et de Virgile, le poëme de St Prosper sur la grace, S. Augustin & Tertullien au lieu de Ciceron, et ainsi du reste ». Deux feuillets entièrement autographes ont été en outre insérés dans le cahier pour ajouter deux notes. La première évoque l’envoi, par « un homme de lettres étranger », de « tables historiques imprimées, et rédigées d’après les vues que je propose ici. Elles me parurent très bien entendues, et c’est avec beaucoup de regret que je les ai égarées ». La seconde est plus développée et abondament corrigée, et remplit deux pages, en se référant à l’article CLASSE de l’Encyclopédie, rédigé par César Dumarsais, qui « préfère l’éducation publique à l’éducation privée, mais l’éducation publique, faite comme l’entend et le prescrit Quintilien, c.à.d. bien differemment de l’éducation publique ordinaire ; et dans ce cas, nous ne serions pas éloignés d’être du même avis. On trouve aussi dans cet artice un passage curieux et interessant du même auteur sur les chatimens honteux et serviles dont on punit les Ecoliers trop souvent » […] Etc. [I. Passeron : Il ne s’agit pas des manuscrits originaux de l’Enc. ; depuis le XIXe siècle une dizaine de tels articles, copies du texte imprimé de l’Encyclopédie faites par le secrétaire de D’Alembert et corrigées par D’Alembert dans les années 1770, sont passés en vente. D’Alembert avait en vue une publication, projet resté inabouti et conservé dans ses papiers personnels. Voir Pleins et déliés dans les manuscrits de D’Alembert, O. Ferret, A. Guilbaud, I. Passeron, Genesis 34, Brouillons des Lumières, mars 2012, p. 67-82. Ce manuscrit était déjà passé en vente en 2012, voir RDE 48].

15– L.A., signée en tête, 7 août [1770], au notaire Guillaume-Claude Delaleu ; 1/3 page in-4, adresse. « Mr d’Alembert a l’honneur d’envoyer à Monsieur Delaleu 2 louis pour Mr Mercier, auteur de divers ouvrages. » [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 70.73 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). D’Alembert transmettait au notaire Laleu (Delaleu) les souscriptions pour la statue de Voltaire (voir aussi les lettres 69.75, 70.33, 70.35, 70.39, 70.41, 70.47, 70.53, 70.54, 70.55, 70.57, 70.63, 70.89, 70.92, 70.94, 70.119, 71.32, 71.91, 73.08, 73.54, ainsi que les archives notariales, par exemple MC/RS//670, 10 mai 1776). Cette lettre, passée en vente en 1996, est revenue sur le marché après le procès Aristophil. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/​Correspondance/​
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n°75 et 76)

16– L.A.S., « D’Alembert », Paris 2 juillet 1773, au comte de Guibert ; 3 pages in-4 (copie ancienne jointe). « Vive votre éloquence, Monsieur ! […] vous avez donc obtenu ce que vous desiriez tant, d’assister aux Revues que le Roi de Prusse doit faire » […] D’Alembert va écrire à Frédéric II pour l’engager à entendre la tragédie de Guibert : « je lui en reparlerai encore, & je ne negligerai rien pour lui donner cette curiosité, ne doutant point qu’il ne me remercie quand il l’aura satisfaite. Je l’engagerai, supposé qu’il veuille m’en croire, a se delasser par cette lecture de ses revues de Silesie, et ce sera d’ailleurs encore un moyen de vous approcher de lui ; plus il vous verra, plus il sentira tout ce que vous valez ; & independamment du tendre interêt que je prends à tout ce qui peut vous toucher, mon amour propre est interessé à recevoir de ce Prince des remercimens de vous avoir fait connoître à lui ». Il prie Guibert de le rappeler au souvenir du Prince Louis à Vienne : « je ne sais pas s’il m’aime toujours ; il a mieux a faire que de me le dire, mais je vous prie d’etre auprès de lui l’interprète des sentimens de respect et d’attachement que je lui ai voués » ; ainsi qu’à l’abbé Georgel « secretaire d’ambassade, dont l’obligeante activité pourra vous être très utile pour les objets d’instruction que vous vous proposez ». Il parle enfin de Julie de Lespinasse, dont la santé n’est pas très bonne : « Nous parlons souvent de vous, nous vous aimons, nous vous regrettons, & nous vous attendons avec impatience. Revenez bien vite, chargé, non comme Auguste, des depouilles de l’orient, mais de celles du nord, qui entre vos mains, deviendront des dépouilles bien prétieuses » […] Archives du comte de Guibert (vente 14 octobre 1993, n° 73). [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 73.74 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Cette lettre, passée en vente en 1996, est revenue sur le marché après le procès Aristophil. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie- sciences.fr/Correspondance/

17– L.A., Paris 9 octobre 1774, au comte de Guibert, « colonel commandant de la legion corse à Montauban en Quercy » ; 3 pages in-4, adresse, cachet de cire noire à son chiffre couronné (légères rousseurs ; copie ancienne jointe). Il sait que Guibert reçoit de Julie de Lespinasse « des lettres mille fois meilleures en tout sens que les miennes. Nous avons été inquiets de votre santé, et des accès de fievre assez violens que vous avez eus. […] je me flatte que vous en etes tout à fait delivré, & je me fais d’avance un grand plaisir de vous revoir dans un mois. Il me semble que les honnêtes gens ont plus de choses à se dire que jamais. En lisant l’arrêt sur les bleds, ils ont dit comme les matelots, Terre, terre, et si on laisse faire à Mr Turgot tout le bien qu’il desire et qu’il medite, nous dirons dans quelques années à peu près ce que Piron a dit du Pere de ce ministre Peuple, qui vivez à Gogo, Rendez grace à Monsieur Turgot Il me semble que le Roi regnant [Louis XVI] a fait par ce seul choix plus de bien que son predecesseur en 60 ans de regne. Je ne puis voir actuellement la couverture même de toutes les oraisons funebres du feu Roi, dont on nous inonde, sans que le cœur me souleve, & depuis tout le bien que sa mort a produit, je ne sais pas si j’aurois même le courage de lire celle de l’abbé de Boismont. Les fripons sont dans un état violent, les uns tremblent et ne s’en vantent pas, les autres sont assez bêtes pour murmurer ; & je crois que la méchanceté humaine ne negligera rien pour traverser les operations bienfaisantes du nouveau ministere. Mais j’espere que le Roi prendra dans Mr Turgot assez de confiance pour sentir combien un tel homme est pretieux à son royaume, & necessaire pour le tirer de l’agonie où il etoit. Voilà, monsieur, de quoi j’aime à m’occuper ; voilà de quoi j’aimerai à causer avec vous ; voilà ce que je voudrois dire, imprimer et affcher par tout. J’espere que l’arrêt sur les bleds servira de modèle à tous ceux du nouveau regne, et qu’au lieu de dire dorenavant car tel est notre plaisir, le Roi dira, car telle est la justice. Cette formule vaudra bien l’autre. Revenez donc vite, Monsieur, pour vous rejouir avec vos amis du temps heureux qui commence à naître. Revenez parler à des gens qui vous entendent, & surtout qui vous aiment ; je conçois votre malaise et votre peine dans la disette de société où vous languissez ; vous n’êtes en bonne compagnie que quand vous êtes seul ; mais cette compagnie vous dedommage bien de toutes celles que vous n’avez pas, & qui regrettent tant la vôtre. Rapportez nous les graques [Les Gracques, tragédie en vers de Guibert] que je me fais un grand plaisir de voir ; revenez consoler une amie qui vous est tendrement attachée, et que vous aidez à vivre. Revenez enfin voir l’homme du monde qui est le plus penetré d’estime, d’attachement et de respect pour vous ». Il ajoute, à propos de la mort du pape Clément XIV (22 septembre 1774) qui avait signé le bref de suppression de Jésuites, et des rumeurs de son empoisonnement : « On assure que la mort du Pape est un des chefs d’œuvre de l’apothicairerie jesuitique. J’en ferai compliment au Roi de Prusse [Frédéric II] leur protecteur, et je lui demanderai s’il n’etablira pas dans leur college une chaire de Pharmacie. Voilà une année fertile en evenemens interessans, sans compter ceux que nous attendons encore. » Archives du comte de Guibert (vente 14 octobre 1993, n° 74). [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 74.70 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009), une des trois lettres connues de D’Alembert à Guibert. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/​Correspondance/​

18– L.A., Paris 29 juin [1776], au comte de Guibert, « colonel du regiment de Neustrie à Douai » ; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge à son chiffre (petit manque par bris de cachet ; copie ancienne jointe). Lettre après la mort de Julie de Lespinasse, survenue le 23 mai. [En écrivant cette lettre, d’Alembert, amant malheureux ayant découvert la passion de Julie pour le marquis de Mora, ignore encore que Guibert était devenu l’amant de Julie de Lespinasse, et donc son rival.] Il évoque d’abord les livres que Julie de Lespinasse a légués à Guibert […] « À légard de mon injuste & malheureuse amie, qui létoit de tout le monde excepté de moi, que ne donnerois-je pas, Monsieur, pour que votre amitié pour elle et pour moi ne se trompât point dans les assurances que vous me donnez de ses sentimens ? Mais malheureusement pour moi, et malheureusement même pour sa memoire, la voix publique ne s’accorde point avec la vôtre ; je crains bien que vous ne vous y reunissiez, si j’ai la force de vous instruire un jour de mille détails qui ne prouvent que trop combien la voix publique a raison, quoique le public les ignore, & que vraisemblablement vous les ignoriez vous même. Après cela, Monsieur, comment aurois-je le courage de m’occuper d’un monument qui presque à tous les yeux me rendroit ridicule, malgré le sentiment qui m’entraineroit à l’ériger ? Helas ! tout ce que je puis faire, c’est de concourir à ce monument avec les dix ou douze personnes qu’elle aimoit mieux que moi. Plaignez moi, Monsieur, plaignez mon abandon, mon malheur, le vuide a¯t reux que je vois dans le reste de ma vie. Je l’ai aimée avec une tendresse qui m’a rendu le besoin d’aimer necessaire ; je n’ai jamais été le premier objet de son cœur ; j’ai perdu seize ans de ma vie, & j’ai soixante ans. Que ne puis-je mourir en ecrivant ces tristes mots, & que ne peuvent ils être gravés sur ma tombe ! Ils inspireroient pour moi tout l’interêt dont j’ai le malheur d’etre digne. […] Mais que me font les regrets du Public ? Helas ! je n’aurois desiré que les siens, et elle est morte persuadée que sa mort seroit un soulagement pour moi ! C’est ce qu’elle me disoit la surveille de sa mort ! Adieu, Monsieur, j’étou¯t e, & je ne puis en écrire davantage. Conservez moi votre amitié. Elle feroit ma consolation si [j’en] etois susceptible. Mais tout est perdu pour moi, & je n’ai plus qu’a mourir. » Archives du comte de Guibert (vente 14 octobre 1993, n° 75). [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 76.33 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009), une des trois lettres connues de D’Alembert à Guibert. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/​Correspondance/​

19– M.A., Aux manes de Mlle de Lespinasse, 22 juillet 1776 ; 20 pages petit in-4, montées sur onglets et interfoliées, reliées en un volume petit in-4 maroquin rouge, double encadrement de palmettes et fleurons sur les plats, titre doré sur le plat sup., dos orné (Devauchelle). Émouvant témoignage du chagrin de d’Alembert à la mort de Julie de Lespinasse (23 mai 1776), et de son désespoir de découvrir l’amour malheureux de son amie pour le comte de Guibert. Le manuscrit présente des ratures et corrections, ainsi que des additions marginales. « O vous, qui ne pouvez plus m’entendre, vous que j’ai si tendrement & si constamment aimée, vous dont j’ai cru etre aimé quelques momens, vous que j’ai preférée à tout, vous qui m’auriez tenu lieu de tout si vous l’aviez voulu ; helas ! S’il peut vous rester encore quelque sentiment dans ce sejour de la mort après lequel vous avez tant soupiré, & qui bientôt sera le mien, voyez mon malheur et mes larmes, la solitude de mon âme, le vuide affreux que vous y avez fait, et l’abandon cruel où vous me laissez. Mais pourquoi vous parler de la solitude où je me vois depuis que vous n’etes plus ! Ah ! mon injuste et cruelle amie, il n’a pas tenu à vous que cette solitude accablante n’ait commencé pour moi dans le temps où vous existiez encore. Pourquoi me repetiez vous dix mois avant votre mort que j’etois toujours ce que vous cherissiez le plus, l’objet le plus necessaire à votre bonheur, le seul qui vous attachât à la vie, lorsque vous etiez à la veille de me prouver si cruellement le contraire ? Par quel motif, que je ne puis ni comprendre, ni soupçonner, ce sentiment si doux pour moi, que vous eprouviez peut être encore dans le dernier moment où vous m’en avez assuré, s’est il changé tout à coup en éloignement et en aversion ? Qu’avois-je fait pour vous déplaire ? Que ne vous plaigniez vous à moi, si vous aviez à vous en plaindre ? vous auriez vu le fond de mon cœur, de ce cœur qui n’a jamais cessé d’être à vous, lors même que vous en doutiez, et que vous le rebutiez avec tant de dureté et de secheresse ? Ou plutôt, ma chere Julie (car je ne pouvois avoir de tort avec vous) aviez vous avec moi quelque tort que j’ignorois, et que j’aurois eu tant de douceur à vous pardonner si je l’avois scu ? » […] Il n’a pas osé solliciter sa confiance, ces derniers mois, craignant sa froideur, craignant encore plus d’aggraver son état affaibli, et, comme Phèdre, il s’est privé de ses pleurs […] Il a fait une découverte cruelle, en exécutant ses dernières volontés. « Pourquoi ne m’avez vous pas ordonné de bruler sans l’ouvrir, ce manuscrit funeste, […] qui m’a appris que depuis huit ans au moins je n’etois plus le premier objet de votre cœur, malgré toute l’assurance que vous m’en aviez si souvent donnée ? Qui peut m’assurer après cette aÍigeante lecture, que pendant les huit ou dix autres années que je me suis cru tant aimé de vous, vous n’avez pas encore trompé ma tendresse ? Helas ! n’ai-je pas eu sujet de le croire, lorsque j’ai vu, que dans cette multitude immense de lettres que vous m’avez chargé de bruler, vous n’en aviez pas gardé une seule des miennes ? […] Pourquoi dans ce testament dont vous m’avez fait le malheureux éxécuteur, avez vous laissé à un autre ce qui devoit m’etre le plus cher, ces manuscrits qui vous auroient rappellée sans cesse à moi, et où il y avoit tant de choses ecrites de ma main et de la vôtre ? […] Adieu, adieu, pour jamais (helas ! pour jamais) ma chere et infortunée Julie ? Ces deux titres m’interessent bien plus que vos fautes à mon égard ne peuvent m’offenser ; jouissez enfin (& pour mon malheur jouissez sans moi) de ce repos que mon amour et mes soins n’ont pu vous procurer pendant votre vie. Helas ! pourquoi n’avez-vous pu m’aimer ni etre aimée en paix ! […] Pourquoi a til fallu que l’amour, fait pour adoucir aux autres les maux de la vie, fut le tourment et le desespoir de la vôtre ? […] Vous me faites eprouver, ma chere Julie, que le plus grand malheur n’est pas de pleurer ce qu’on aimoit, mais de pleurer ce qui ne nous aimoit plus, et ce que pourtant on ne peut plus retrouver. Helas ! j’ai perdu avec vous seize ans de ma vie ; qui remplira et consolera le peu d’années qui me restent ! » […] Il évoque avec émotion le souvenir de sa nourrice, qui eût su le consoler de cette solitude amère, et rappelle douloureusement tout ce qui le rapprochait de Julie : « Tous deux sans parens, sans famille, ayant eprouvé des le moment de notre naissance l’abandon, le malheur et l’injustice, la nature sembloit nous avoir mis au monde pour nous chercher, pour nous tenir l’un à l’autre lieu de tout, pour nous servir d’appui mutuel, comme deux roseaux qui battus par la tempête se soutiennent en s’attachant l’un à l’autre. Pourquoi avez vous cherché d’autres appuis ? » […] Il ne lui reste qu’une espérance, et un « pressentiment secret, qui penetre et adoucit mon ame, m’avertit que cette fin n’est pas éloignée. Mais hélas ! quand je fermerai mes yeux pour la derniere fois, ils ne retrouveront plus les vôtres, ils n’en verront pas même qui donnent des pleurs a mes derniers momens. Adieu, adieu, ma chere Julie, car ces yeux que je voudrois fermer pour toujours se remplissent de larmes en traçant ces dernieres lignes, et je ne vois plus le papier sur lequel je vous écris » […] Ancienne collection R.G. [Robert GÉRARD] (19-20 juin 1996, n° 2). [I. Passeron : Ce manuscrit faisait partie des papiers personnels de D’Alembert, passés en vente au XIXe siècle et sur le marché des autographes depuis. Entre les deux, il fait partie des textes de D’Alembert restés inédits à sa mort que Charles Pougens a publiés, Œuvres posthumes de D’Alembert, vol. II, 1799, p. 43-56.]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n° 173, 175, 184 et 185)

20– L.A.S., à M. Stoupe, imprimeur-libraire. A Paris, ce 1er mars. 1 pp. bi-feuillet petit in-4, adresse au verso avec cachet de cire, route et marques postales ; petites taches. Au sujet d’une recommandation : « J’ai été chez Mr l’archevèque de Toulouse sans le trouver. J’y retournerai dans quelque temps ; mais en attendant, je lui ai écrit pour votre affaire avec tout l’intérêt que vous m’avez inspiré […] ». Il lui fera part de sa réponse dès qu’il l’aura vu. On joint une quitance de 675 £ sur les rentes viagères constituées par le duc d’Orléans (P.S. « Le Rond d’Alembert », Paris, 8 juillet 1779. 1 pp. in-12 sur vélin oblong, timbre, encre très pâle). [I. Passeron : Cette lettre de D’Alembert à Stoupe, prote puis successeur de Le Breton en 1773, n’est pas datée. La raison de l’intervention de Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse, en faveur de Stoupe restant mystérieuse, cette lettre est difficile à dater. On peut néanmoins supposer qu’elle est antérieure à 1776, date à laquelle les rapports de Loménie de Brienne avec les philosophes se détériorent. Cette lettre n’a aucun rapport avec la quittance relative à la rente viagère établie par le duc d’Orléans en faveur de D’Alembert et Mme Geoffrin à partir de 1772 (pour 1 300 livres tournois annuelles, payable par semestre), dont différents reçus, entre 1772 et la mort de D’Alembert, sont passés en vente sur le marché des autographes.]. (Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 17 octobre 2018, lots n° 5)

Diderot Denis (1713-1784)

21– L.A.S., « Diderot », [milieu de 1755 à André Le Breton] ; 1 page in-8 (portrait joint). À l’éditeur de l’Encyclopédie, au sujet de la préparation du tome V. « Puisque mes affaires sont entre les mains de Mr David, je connois de longue main combien il est disposé à me rendre de bons offices ; quoi qu’il en arrive, je vous remercie très sincèrement de tout ce que vous avez eu la bonté de faire. J’aurai l’honneur de passer demain chez vous. Il seroit bien facheux que ce scelé de l’abbé Lenglet différât beaucoup à se lever. Ne soiez point inquiet de trouver quelqun qui suplée à l’abbé du Fresnoy ; je le ferai non pour vos affaires, mais pour vous que j’estime et que j’obligerai tant que je le pourai » […] [Il s’agit des papiers de l’abbé Nicolas Lenglet du Fresnoy, mort le 16 janvier 1755.] Il faut aussi faire rentrer les articles de César Du Marsais. « Je garde les trois cahiers ; mais que Mr Brulé ne s’en allarrne point pour l’avenir. Je les renverrai dans la suite un à un. Il falloit necessairement intercaller dans le premier l’article Docteur en theologie ; et je ne fais que de le recevoir de l’abbé Mallet à l’instant. Je travaille autant que le defaut de planches me le permet. Dieu veuille que cela ne tire point à consequence pour la suite » […] Correspondance, éd. G. Roth, T. I, p. 195 (n° 51).

22– L.A.S., « Diderot », dimanche [novembre 1758], à Jean-Baptiste Suard ; 1 page in-8, adresse avec cachet de cire rouge brisé. Au sujet de la publication de sa pièce Le Père de famille. [La comédie de Diderot Le Père de famille venait d’être publiée à Paris par Michel Lambert (sous la fausse adresse d’Amsterdam) avec un Discours sur la Poésie dramatique. On accusa Diderot d’avoir plagié Goldoni, dont on venait de traduire Le Véritable Ami et Le Père de famille ; ces éditions étaient accompagnées d’épitres dédicatoires persifleuses qu’on atrribuait à tort Diderot.] Il s’excuse d’avoir fait venir Suard trois fois chez lui en vain, alors qu’il aurait dû le prévenir. « Mais c’est plus la faute de Mr Lambert que la mienne. Imaginez que je n’ai reçu le petit nombre d’exemplaires dont nous étions convenus qu’hier au soir, qu’ils ont été envoyés chez M. GrimM. J’y vais à l’instant et, comme il demeure dans votre voisinage, je mettrai à votre porte un exemplaire de mon Père de famille, que je vous prie d’accepter ; un autre que je vous prie de faire passer à M. Deleyre, avec un exemplaire des deux pièces Italiennes traduites. Je suis bien faché qu’un des suffrages qui me flatteroit le plus, si je l’avois mérité, soit un des derniers que j’obtiendrai, si je l’obtiens » […]
Correspondance, éd. G. Roth, T. II, p. 78 (n° 100).

23– P.A.S., « Diderot », Paris [1765] ; demi-page oblong in-8. Reçu pour le tome VIII de L’Encyclopédie. « Reçu de Mr Le Breton pour le meme objet porté dans les billets précédents, et pour le huitième volume, et pour l’explication des Planches ; trois cent livres. A Paris ce [en blanc] Diderot » [André Le Breton (1708-1779), éditeur parisien, fut à l’origine du projet de l’Encyclopédie, dictionnaire des sciences, des arts et des métiers, dont Diderot dirigea la rédaction en compagnie de D’Alembert. La préparation du huitième volume fut achevée à la fin de 1762, comme Diderot l’annonce le 26 septembre 1762 à Sophie Volland : « Le huitième volume de discours tire à sa fin. Il est plein de choses charmantes et de toutes sortes de couleurs […] Cet ouvrage produira sûrement avec le temps une révolution dans les esprits ». Le volume parut avec les tomes 9 à 17 en décembre 1765.]

24– L.A., [fin décembre 1766, à Mademoiselle Marie-Madeleine Jodin, à Varsovie] ; 3 pages in-8 (quelques très légères salissures). Longue lettre de conseils à la comédienne, qui veut quitter Varsovie pour Paris ; Diderot s’efforce de l’en dissuader, car elle a encore des progrès à faire. [Marie-Madeleine Jodin (1741-1790), fille d’un horloger qui collabora à l’Encyclopédie, devint après la mort prématurée de son père la protégée et « filleule » de Diderot, qui, outre son rôle de tuteur moral, prodigua nombre de conseils à la jeune actrice.] « Il est tres difficile, Mademoiselle, de vous donner un bon conseil. Je vois presqu’égalité d’inconvénients aux différens partis que vous avez à prendre. Il est sur qu’on se gâte à une mauvaise école, et qu’il n’y a que des vices à gagner avec des comediens vicieux. Il ne l’est pas moins que vous profiteriez plus ici spectatrice, qu’en quelqu’endroit que ce soit de l’Europe, actrice. Cependant c’est le jugement, c’est la raison, c’est l’étude, la reflexion, la passion, la sensibilité, l’imitation vraie de la nature qui suggerent les finesses de jeu ; et il y a des defauts grossiers dont on peut se corriger par toute terre. Il suffit de se les avouer à soi meme, et de vouloir s’en defaire. Je vous ai dit, avant votre depart pour Varsovie, que vous aviez contracté un hoquet habituel qui revenoit à chaque instant, et qui m’étoit insupportable ; et j’apprens par de jeunes seigneurs qui vous ont entendue, que vous ne scavez pas vous tenir, et que vous vous laissez aller à un balancement de corps très deplaisant. […] Cette action est sans dignité. Est-ce que pour donner de la vehemence à son discours, il faut jetter son corps à la tete. Il y a partout des femmes bien nées, bien élevées, qu’on peut consulter et dont on peut apprendre la convenance du maintien et du geste. Je ne me soucierois de venir à Paris, que, dans le tems où j’aurois fait assez de progrès pour profiter des leçons des grands maitres ; tant que je me reconnaitrois des defauts essentiels, je resterois ignorée et loin de la capitale. Si l’intérêt se joignit encore à ces considerations ; si par une absence de quelques mois je pouvois me promettre plus d’aisance, une vie plus tranquille et plus retirée, des études moins interrompues, plus suivies, moins distraites ; si j’avois des preventions à detruire, des fautes à faire oublier, un caractere à etablir, ces avantages acheveroient de me determiner. Songez, mademoiselle, qu’il n’y aura que le plus grand talent qui rassure les comediens de Paris, sur les épines qu’ils redoutent de votre commerce ; et puis le public qui semble perdre de jour en jour de son gout pour la tragedie, est d’une difficulté egalement effrayante et pour les acteurs et pour les auteurs. Rien n’est plus commun que les debuts malheureux. Étudiez donc, travaillez, acquerez quelqu’argent, defaites vous des gros defauts de votre jeu, et puis venez ici voir la scene et passez les jours et les nuits à vous conformer aux bons modeles. Vous trouverez bien quelques hommes de lettres, quelques gens du monde prets à vous conseiller ; mais n’attendez rien des acteurs ni des actrices. N’en est-ce pas assez pour elles du degout de leur état, sans y ajouter celui des leçons, au sortir du theatre, dans les moments qu’elles ont destinés au plaisir ou au repos ». Il lui donne des nouvelles de sa mère, qui a loué un logement : « il ne lui reste plus qu’à se conformer à vos vues, selon le parti que vous suivrez. […] J’accepte vos souhaits ; et j’en fais de très sinceres pour votre bonheur et vos succès. » Correspondance, éd. G. Roth, T. VI, p. 377 (n° 426).

25– L.A., [janvier 1767, à Mademoiselle Marie-Madeleine Jodin, à Varsovie] ; 4 pages in-8 (fente au pli intérieur). Il la félicite d’abord avec humour de ses bonnes dispositions. « Quoi, mademoiselle, ce seroit tout de bon ; et en depit de l’etourdissement de l’etat, des passions, et de la jeunesse, il vous viendroit quelque pensée solide, et l’yvresse du present ne vous empecheroit pas de regarder dans l’avenir ! Est-ce que vous seriez malade ? […] J’ai peu de foi aux conversions ; et la prudence m’a toujours paru la bonne qualité la plus incompatible avec votre caractere ». Mais si elle persiste à placer quelque argent, Diderot promet de s’en occuper : « Je tacherai de répondre à cette marque de confiance, en vous cherchant quelqu’emploi avantageux et solide. […] Il n’y a presqu’aucune fortune particuliere qui ne soit suspecte et il m’a semblé que dans les plus grands bouleversements des finances, le roi avoit toujours respecté les rentes viageres constituées sur lui. Je donnerois donc la preference au roi ; à moins que vous ne soiez d’une autre opinion » […] Puis il en vient au théâtre. « Vous scavez pour moi, que si l’interet que je prens à vos succès, à votre santé, à votre consideration, à votre fortune, pouvoit servir à quelque chose, il n’y auroit sur aucun theatre du monde, aucune femme plus honorée, plus riche et plus considérée. Notre scène françoise s’appauvrit de jour en jour. Malgré cela, je ne vous invite pas encore à reparoitre ici. Il semble que ce peuple devienne d’autant plus difficile sur les talents, que les talents sont plus rares chez lui ». L’Impératrice de Russie Catherine II veut former une troupe française : Mlle Jodin aurait-elle « le courage de passer à Petersbourg, et d’entrer au service d’une des plus étonnantes femmes qu’il y aient au monde » […] Il lui conseille d’étudier « surtout la scene tranquille. Jouez tous les matins, pour votre priere, la scene d’Athalie avec Joas ; et pour votre priere du soir, quelques scenes d’Agrippine avec Neron [Britannicus]. Dites pour benedicite, la scene 1ère de Phedre et de sa confidente ; et supposez que je vous ecoute. Ne vous maniérez point, surtout. Il y a du remede à l’empesé, au roide, au rustique, au dur, à l’ignoble. Il n’y en a point à la petite maniere ni à l’affeterie. Songez que chaque chose a son ton. Ayez quelquefois de l’emphase, puisque le poete en a. N’en ayez pas aussi souvent que lui, parce que l’emphase n’est presque jamais dans la nature. C’en est une imitation outrée. Si vous sentez une fois que Corneille est presque toujours à Madrid, et presque jamais dans Rome ; vous rabaisserez souvent ses échasses, par la simplicité du ton ; et ses personnages prendront dans votre bouche un heroisme domestique, uni, franc, sans appret, qu’ils n’ont presque jamais dans ses pieces. Si vous sentez une fois combien la poesie de Racine est harmonieuse, nombreuse, filée, chantante, et combien le chant cadencé s’accorde peu avec la passion qui declame ou qui parle, vous vous etudierez à nous dérober son extreme musique ; vous le rapprocherez de la conversation noble et simple, et vous aurez fait un grand pas, un pas bien diffcile. Parceque Racine fait toujours de la musique, l’acteur se transforme en un instrument de musique. Parceque Corneille se guinde sans cesse sur la pointe de piés, l’acteur se dresse le plus qu’il peut. C’est à dire qu’on ajoute au defaut des deux auteurs. C’est le contraire qu’il falloit faire ». Il rapporte pour finir des commentaires de l’acteur anglais David Garrick qui lui disait « qu’il lui seroit impossible de jouer un role de Racine ; que ces vers ressembloient à de grands serpents qui enlaçoient un acteur et le rendoient immobile. Garrick sentoit bien et disoit bien. Rompez les serpents de l’un ; brisez les echasses de l’autre. » Correspondance, éd. G. Roth, T. VII, p. 11 (n° 427).

26– L.A.S., « Diderot », [Sèvres décembre 1777, à Suzanne Necker] ; 3 pages in-4. Lettre à l’épouse du Contrôleur général des finances. [Suzanne Curchod (1737-1794) avait épousé Jaques Necker, qui était devenu Contrôleur général des finances en juin 1777 ; elle est la mère de Germaine de Staël.] « C’est moi. Je ne suis pas mort ; et quand je serois mort, je crois que les plaintes des malheureux remueroient mes cendres au fond du tombeau. [Voici une lettre d’un homme qui n’est pas trop personnel, et qui sera toute pleine de Je]. Je jouis d’une santé meilleure qu’on ne l’a à mon age ; toutes les passions qui tourmentent, m’ont laissé, en s’en allant, une fureur d’étude telle que je l’éprouvois à trente ans. J’ai une femme honnete que j’aime et à qui je suis cher, car qui grondera-t-elle, quand je n’y serai plus ? S’il y eut jamais un pere heureux dans ses enfants, c’est moi. J’ai tout juste la fortune qu’il me faut, tant que j’aurai des yeux pour me passer de bougie, et ma femme, des jambes pour monter et descendre d’un quatrieme etage. Mes amis ont pour moi et j’ai pour eux une tendresse que trente ans d’habitude ont laissée dans toute sa fraicheur. Hebien, direz-vous, avec tout cela, que manque-t-il donc à votre bonheur ? ce qu’il y manque ? ou une ame insensible ou le coffre fort d’un roi, et d’un roi dont les affaires ne soient pas derangées. Avec une ame insensible ou je n’entendrois pas la plainte de celui qui souffre, ou je ne soufrirois pas en l’entendant ; avec le coffre fort, je lui jetterois de l’or à poignée, et j’en ferois un reconnoissant ou un ingrat, à sa discretion. Mais faute de ces deux ressources, ma vie est pleine d’amertume. Je donne tout ce que j’ai aux indigents de toute espèce qui s’adressent à moi, argent, tems, idées ; mais je suis si pauvre relativement à la masse de l’indigence, qu’après avoir tout donné la veille, il ne me reste rien pour le lendemain, que la douleur de mon impuissance ». Après ce « long preambule », il réclame la faveur de Mme Necker pour Mme Pillain de Val du Fresne, qu’il a empêchée de partir pour Pétersbourg avec son mari, « car c’est un pais où il ne faut pas aller, quand on n’y est pas appellé. […] si j’ai jamais desiré d’être utile, c’est dans ce moment. Les lèvres de cette femme trembloient ; elle ne scavoit ce qu’elle disoit ; elle ne scavoit ce qu’elle vouloit dire ; je n’ai jamais eprouvé plus fortement l’effet de l’éloquence, de la modestie, de la honte, de la pudeur, et du desordre que ces sentimens jettent dans le discours. […] Elle est jeune, elle est d’une figure agréable ; elle a quelque talent ; je ne vous conjurerai pas par la crainte que la misère ne dispose d’elle ; je crois qu’elle mourroit plutot de faim que de cesser d’être honnete […] Songez, madame, que la Providence vous a fait naitre, pour son apologie – c’étoit son dessein, lorsqu’elle vous prit par la main, et qu’elle vous conduisit au rang où vous êtes élevée. Elle vous plaça sur la hauteur, afin que votre œil embrassat une plus grande partie de l’espace sur lequel elle a distribué les malheureux. C’est un assez beau role ». Quant à lui : « Je vis à la campagne, j’y vis seul ; c’est là que j’abrege les jours et que j’allonge les années ; le travail est la cause de ces deux effets qui semblent opposés. Le jour est bien long pour celui qui n’a rien à faire ; et l’année bien longue pour celui qui a beaucoup fait. Puissiez vous entre le premier janvier et le dernier decembre, intercaller trois cent soixante cinq bonnes actions ; cela seroit bien au dessus de trois cent soixante belles pages. Je voulois vous ecrire trois lignes, et voila bientot quatre pages ; et cela me rapelle un tems qui n’est pas eloigné, où je me proposois de ravir à Madame Necker trois minutes, et où je lui ravissois trois heures ; mais j’ai là sur ma table, un certain philosophe ancien, homme dur, stoicien de son métier [Sénèque] qui m’avertit de finir et de n’etre pas indiscret » […] Je suis avec respect, madame, etc. Correspondance, éd. G. Roth, T. XV, p. 76 (n° 895 ; texte inexact).

27– L.A.S., « Diderot », Paris 21 septembre 1779, à l’abbé Galiani, à Naples ; 1 page in-4, adresse avec petit cachet de cire rouge. [L’abbé Ferdinando Galiani (1728-1787) s’était lié avec Diderot lors de son séjour à Paris comme secrétaire de l’ambassade de Naples ; Il initia Diderot à la politique et à l’économie. Jean-Nicolas Démeunier (1751-1814) avait publié en 1776 L’Esprit des usages et des coutumes des différens peuples, ou observations tirées des voyageurs et des historiens.] « Monsieur et tres aimable abbé Mr De Meunier qui vous presentera ce billet est là, debout, à coté de ma table, en bottes, le fouet à la main, tout pret à partir, et bien resolu de ne partir qu’avec un mot de moi qui vous le recommande. Mr De Meunier est homme de lettres, homme d’esprit, honnête homme. C’est l’ami de vos amis. Il voyage par curiosité. Je vous supplie de lui rendre tous les bons offices qu’un de vos protégés obtiendroit de moi. Je vous salue. Je vous embrasse. Si vous ne pensez pas quelquefois à des hommes qui ne vous oublieront jamais, parce que personne ne remplira jamais le vuide que vous avez laissé dans leur société, vous etes le plus ingrat de la race humaine ». Correspondance, éd. G. Roth, T. XV, p. 153 (n° 906).
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n° 123 à 129)

28– L.A.S., [adressée à Christian Frédéric Charles Alexandre, margrave d’Anspach et de Bayreuth]. « À Paris/ ce 18. 10.bre 1776 » Paris, 18 décembre 1776 ; 3 pages in-4° (20,5 × 15,5 cm). « Je gagerais bien que Votre Altesse me trouve fort impoli, M. Diderot dit qu’il aime le vin du Rhin ; on lui en envoye ; et l’on entend point parler de lui. Monseigneur le philosophe Diderot qui ne peut disposer d’un moment à la ville, où son temps, ses soins, ses idées, et même sa bourse sont abandonnés au premier venu, n’a trouvé contre tant d’indigents auxquels il n’a pas la force de se refuser, que l’asile des champs. C’est là qu’il a passé huit mois de l’année dernière ». Rentré dans sa famille, il a bu gaîment et fort bien, mais ayant appris qu’il avait à remercier Son Altesse, il décoiffe de nouveau une bouteille pour célébrer « l’excellent prince que ni son rang, ni sa naissance, ni la cour, ni la richesse, ni aucune des séductions du monde, n’avaient corrompu, dont tous les hommes étaient restés les frères malgré l’éloignement de la première tige ». Pourtant ce prince a-t-il pensé que ce vieux vin du Rhin qui a conservé une fois la vie de Diderot pourrait bien la lui conserver encore […] « Et savez-vous ce qu’il arrivera ? C’est que vous répondrez de toutes les folies que je ferai et que je n’aurais pas faites sans le vieux vin du Rhin. Si sur mes vieux jours, lorsqu’on n’a plus ni chaleur ni vie, je m’avisais d’aller faire une mauvaise comédie ou tragédie et que je fusse sifflé […] C’est le vieux vin du Rhin qui en serait la cause » ! Il tremble aussi à la pensée qu’il pourrait indiscrètement remuer quelque question de philosophie et être envoyé méditer à la Porte SaintAntoine « par un Ministère qui n’est rien moins que tolérant ». Pourtant il prie Son Altesse de n’en avoir pas de remords : il est devenu si sage « que ses amis en sont alarmés pour sa santé […] J’avais autrefois de commun avec l’Éternel de ne connaître ni le temps, ni l’espace. J’ai perdu ces attributs divins et je me suis fait homme tout platement comme un autre ». Il termine cette belle lettre en présentant les respects des pères, mères, enfants et petits-enfants et en suppliant Son Altesse de le rappeler au souvenir de Mlle Clairon « et nous continuerons jusqu’à la dernière goutte de faire commémoration de votre altesse. Pères, mères, enfants, et petits-enfants joignent leur respect au mien. C’est avec ce sentiment profond que je suis,/ Monseigneur/ De votre altesse sérénissime/ le très humble et très/ obéissant serviteur/ Diderot./ À Paris/ ce 18. 10.bre 1776/ Oserai-je suppléer votre altesse de me rappeler au souvenir de Mademoiselle Clairon ; et de lui faire agréer mon respect ». Cette lettre provient du catalogue de vente Victor Degrange du 15 mars 1934, n° 7924 (de Booy, CV, n° 291) : « Diderot, L.a.s. à Son Altesse sérénissime […] 3 p. in-4° », reproduction de la p. 3. Signalé avec les seules références du catalogue dans Corr., XV, 39, n° 884 bis. Vendu par la librairie Georges Blaizot avant la guerre.
(Art et Autographes, cat. 86, lot n° 31589) et (Librairie Blanchet, cat. 26 octobre 2018, lot n° 54)

29– P.S., avec apostille aut. S.I.n.d. 1 pp. in-folio. Mémoire dans lequel Diderot présente un « Etat des livres » qu’il a fournis à la bibliothèque du roi et dont il réclame le paiement qui lui avait été promis par le conservateur Caperonier. Pour « un Virgile in-folio, manuscrit en écriture gothique avec des notes […], une collection complette de livres russes […], une bible hébraïque in-folio et la Vie de Ste Geneviève, en vers, in-quarto […] ». Il avait déjà présenté un mémoire auprès de Amelot, lui demandant le catalogue des Livres de la Bibliothèque du Roi ; il demande d’appuyer encore ses remontrances auprès du ministre, ainsi que celles du baron d’Holback, « mon ami de quarante ans ». Diderot ajoute de sa main : « J’ai oublié deux ouvrages. L’un est une très vieille édition de Sophocle, et l’autre est un Diogène de Lacretelle, avec notes manuscriptes ». (Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 17 octobre 2018, lots n° 40)

Frédéric II dit Frédéric le Grand (1712-1786) roi de Prusse

30– L.A.S., « Frederic », Potsdam 22 février 1747, à Voltaire ; 2 pages et demie in-4. Réflexions sur l’histoire et l’Europe. Voltaire n’a donc pas fait sa Sémiramis pour Paris : « On ne se donne pas non plus la peine de travailler avec soin une Tragedie pour la laisser vieillir dans un portefeuille ; je vous devine avouez donc que cette piece a été composée pour notre Teatre de Berlin ? […] c’est une galanterie que vous me faites […] j’atans la piece pour l’aplaudir, car on peut aplaudir d’avanse quand il s’agit de Vos Ouvrages […] Voila donc votre gout decidé pour l’histoire ? […] L’ouvrage qui m’ocupe [L’Histoire de mon temps] n’est point dans le genre des memoires ny des comantaires, mon personel n’y entre pour rien, c’est une fatuité en tout homme de se croire un etre assez remarcable une créature assez rare pour que tout l’Univers soit informé du detail de ce qui conserne son individue. J’ai peint en grand le boulversement de l’Europe, je me suis apliqué à crayoner les ridicules et les contradictions qu’on peut remarquer dans la conduite de ceux qui la gouvernent, j’ai rendu le precis des negotiations les plus importantes, des faits de guerre les plus remarcables, et j’ai asaisonné ces résits de reflextions sur les causes des evenemens et sur les diferens efets qu’une meme chose produit quand elle arive en d’autres tems ou chez diferentes nations ». Il est d’accord avec Voltaire sur les détails des guerres qui sont souvent « la longue enumeration de cent minusies et de cent inutilités », mais il pense que « de grans faits de gueres ecrits avec consision et verité où on s’aplique principalement à developer les raisons qu’un Chef d’armée a eu en les fesant, et ce qui a été l’ame de ses operations […] doivent servir d’instructions à tout ceux qui font profesion des Armes. […] tout les arts ont des exemples et des preceptes pourquoi la Guerre qui defend la Patrie et sauve les peuples d’une ruine assurée n’en auroit-elle pas ? » Mais son ouvrage n’est pas fait pour le public. Il a failli mourir d’une apoplexie : « mon temperament et mon age m’ont rapelléz à la vie, si j’étois desendu labas, j’aurois guetté Lucrece et Virgille jusqu’au moment que je vous aurois vû ariver car vous ne pouréz avoir d’autre plasse dans l’Elisée qu’entre ces deux Messieurs la, j’aime cependant mieux vous apointer dans ce monde ci, ma curiosité sur l’Infiny et sur les principes des choses n’est pas assez grande pour me faire hater le Grand Voyage ». Il espère sans trop y croire la venue de Voltaire dont il cite trois vers […] « Le duc de Richelieu a vu des Daufines, des fetes, des ceremonies et des fats, c’est le lot d’un ambassadeur, pour moy j’ai vû le petit Polmy [Paulmy], aussi doux qu’aimable et spirituel ; nos beaux esprits l’ont devalisé en passant, et il a été obligé de nous laisser une commedie charmante qui a eu de grands succèz à la representation ». Il informe Voltaire que la duchesse de Wurtemberg a fait copier dans la nuit La Pucelle que Voltaire lui avait prêtée : « voila les gens à qui vous vous confiez, et les seuls qui meritent votre confience ou plustot à qui vous deveriez vous abandoner tout entier sont ceux avec lesquels vous etes en defience. Adieu puisse la Nature vous donner assez de force pour venir dans ce Païs ici et vous conserver encore de longues années pour l’ornement des Letres et pour l’honneur de l’esprit humain. »
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lot n° 133)

31– L.S., « Frederic » avec 6 lignes autographes, Ruppin 6 mai 1735, à Samuel von Marschall, ministre d’État ; 1 page in-4 ; en allemand. [En conflit permanent avec son père le Roi-Sergent Frédéric-Guillaume Ier, le futur Frédéric II vit au château de Ruppin, dans le Brandebourg, entouré de beaux esprits et de beaux jeunes gens. Il s’adresse ici au ministre d’État de son père, le baron Samuel von Marschall (1683-1749).] Il remercie le ministre de ses efforts pour satisfaire à ses désirs concernant les recrues (« Recruten »). Il est persuadé qu’il fera de son mieux pour recruter de jeunes gens aux qualités physiques certaines (« daß ich denselben versprochener maaßen erhalten möge »). En post-scriptum, il lui fait entièrement confiance pour en obtenir d’autres, car jusqu’à ce jour il n’a qu’un seul homme sur la liste […]

32– L.A.S., « F. », [Potsdam octobre 1752, à Voltaire] ; 3/4 page in-4. Lettre à Voltaire sur le Dictionnaire philosophique. « Si vous continuéz du train dont vous alléz le Dictionnaire sera fait en peu de tems. L’article de l’ame que je resois est bien fait celui du batheme y est superieur, il ni touche pas, il semble que le hazard vous fait dire ce qui pourtant est la suite d’une meditation. Votre dictionnaire imprimé je ne vous conseille pas d’allér a Romme, mais qu’importe Rome, Sa Sainteté, l’Inquisition et tous les chefs imbûs des ordres ireligieux qui criront contre vous, l’ouvrage que vous faites sera utile pour les choses et agréable par le stile, il n’en faut pas davantage. Si l’amme de vos nerfs demeure dans un état de quietude je serai charmé de vous voir a ce soir, sinon je croirai qu’elle se vange sur votre corps du tord que votre esprit lui fait. Ce quilya de sur c’est que je ne crois pas que moi ni persone ne soit double, les grands en parlant d’eux dissent nous, ils ne s’en sont pas multipyéz pour cela, metons la main sur la confiance et parlons franchement, et lon avouera de bonne foy que la pensée et le mouvement dont notre corps a la faculté sont des atributs de la matiere animée formée et organisée comme l’homme » […]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 4 avril 2019, lots n° 1038 et 1039)

Guibert Jacques-Antoine-Hippolyte, comte de (1743-1790), officier

33– M.A., sur la mort d’Éliza [Julie de Lespinasse]. Mes insomnies après la mort d’Eliza, [1776] ; 25 pages in-4, cachet de cire rouge au verso de la dernière page, reliure cartonnée. [Lorsque Julie a disparu, Guibert relit ses lettres dont il n’a conservé qu’une partie, lui en ayant renvoyé le reste à sa demande expresse. Il doit maintenant lui rendre hommage : est-ce le désespoir ? l’immense regret ? l’illusion de l’amour ? la culpabilité ? Il écrit face à cette tristesse infinie qui le dévore : l’Éloge d’Éliza voit le jour. Julie (qu’il nomme Éliza par référence au Voyage sentimental de Sterne qu’elle aimait tant) ne pouvait disparaître, elle était « si active, si animée, si vivante », et elle l’avait tellement aimé] (Philippe de Flers). Le feuillet liminaire porte le titre : Sur la mort d’Eliza, et le texte lui-même commence sous le titre : Mes insomnies après la mort d’Eliza, titres qui seront supprimés lors de la publication pour celui d’Éloge d’Éliza lors de la publication en 1806 par les soins de la veuve de Guibert : Éloges du maréchal de Catinat, du chancelier de l’Hospital, de Thomas de l’Académie française, suivis de l’éloge inédit de Claire-Françoise de Lespinasse (Paris, D’Hautel, 1806). Ce manuscrit présente, outre les titres, des variantes avec le texte publié ; mis au net par un copiste, il a été soigneusement corrigé par le comte de Guibert, qui a également complété de sa main des blancs laissés dans la copie. « Quelle nuit ! quelle solitude ! affreux emblême de mon cœur ! Helas ! demain ces ténèbres qui m’entourent se dissiperont et la nuit qui enveloppe Éliza est éternelle ! demain l’univers se reveillera, Éliza seule ne se réveillera plus ! Ame sublime où donc es-tu passée ? dans quelle région ah vers ta source, dans ta patrie sans doute : tu étois une émanation du ciel. Le ciel t’a réclamée. Il t’avoit laissée trop longtems habiter parmi les hommes. […] Éliza n’est plus ! qui animera ma vie, qui éclairera mon jugement, qui échauffera mon imagination, qui m’enflammera pour la gloire ? qui aimerai-je et qui m’aimera comme Éliza ? O mon cœur rapelles à ma pensée ce que fut Éliza. Je veux la célébrer, et pour la célébrer il ne faut que la peindre. Éliza ne mourra jamais dans la mémoire de ses amis, mais ses amis mourront un jour comme elle, et je veux qu’elle vive dans l’avenir. Je veux qu’après moy quelque âme sensible en lisant cette complainte funèbre regrette de ne l’avoir pas connue, et s’attendrisse doucement sur le malheur que j’eus de lui survivre » […] Il évoque le mystère de sa naissance, la mort prématurée de sa mère. Il décrit son apparence ingrate et cependant son irrésistible séduction : « Éliza n’étoit rien moins que belle, et ses traits furent encore défigurés par les ravages de la petite vérole. Mais sa laideur n’avoit rien de repoussant du premier coup d’œil, au second on s’y accoutumoit, et dès qu’elle parloit on l’avoit oubliée. Elle étoit grande et bien faite. Je ne l’ai connue qu’à l’âge de 38 ans, et sa taille étoit encore noble et facile. Elle avoit la bouche fraiche, les dents belles, la gorge bien formée, le pied agreable. Mais ce qu’elle possedoit, ce qui la distinguoit par dessus tout, c’étoit ce premier charme sans lequel la beauté n’est qu’une froide perfection, la physionomie ; la sienne n’avoit point un caractère particulier, elle les reunissoit tous. Ainsi on ne pouvoit pas précisement dire que sa phisionomie fut ou spirituelle, ou vive, ou douce, ou noble, ou fine, ou gracieuse […] La phisionomie vient du dedans. Elle nait de la pensée. Elle est mobile, fugitive, elle échappe à l’œil et trompe le pinceau. O Éliza Éliza, qui n’a pas eû le bonheur de vivre dans ton intimité, dans celle de tes affections, de tes mouvements, de ta confiance ne peut savoir ce que c’est que la phisionomie. J’ai vû des visages animés par l’esprit, par la passion, par le plaisir, par la douleur, mais que de nuances m’étoient inconnu es avant que je connusse Éliza ! […] On n’approchoit pas de son ame sans se sentir attiré. J’ai connu des cœurs apathiques qu’elle avoit électrisés. J’ai vu des esprits mediocres que sa société avoit formés. Éliza, lui disois-je en lui voyant opérer ce phénomene, vous faites aimer le marbre, et penser la matiere. Que dût être cette ame céleste pour celui qu’elle avoit fait son premier objet, pour celui qui l’anima à son tour » […] Guibert se présente lui-même sous le nom de Gonsalve, aimé d’Éliza. Malgré ses souffrances et ses malheurs, Éliza aimait ses amis, et les comblait du « charme de l’amitié ». Guibert tente de définir ce charme : « Elle étoit toujours exempte de personnalité, et toujours naturelle. […] Elle savoit que le grand secret de plaire est de s’oublier pour s’occuper des autres, elle le faisoit sans cesse. Elle étoit l’ame de la conversation, et elle ne s’en faisoit jamais l’objet. Son grand art étoit de mettre en valeur l’esprit des autres, et elle en jouissoit plus que de montrer le sien. Naturelle, elle l’étoit dans sa démarche, dans ses mouvemens, dans ses gestes, dans ses pensées, dans ses expressions, dans son style, et ce naturel avoit en meme tems quelque chose d’élégant, de noble, de doux, d’animé » […] Elle n’était pas savante, mais instruite, et son instruction était dominée par son esprit ; elle savait l’anglais et l’italien, avait « le don précieux du mot propre », détestait la prétention […] Guibert évoque ses goûts littéraires : Rousseau, Prévost, Le Sage, et surtout « l’immortel Richardson » et Sterne la comblaient : « c’étoit elle qui avoit fait à Paris la réputation du Voyage sentimental » […] Elle était aussi sensible aux arts et à la musique, s’intéressait à la philosophie […] Guibert rappelle l’influence profonde exercée sur ses amis et le cercle littéraire qu’elle avait su créer. Il regrette les manuscrits qu’elle écrivit mais ne voulut jamais publier, et craint qu’ils ne soient perdus, surtout ses Mémoires ; elle demandait qu’on rapportât ses lettres, ou qu’on les brûlât : « Enfin ce qu’il faut regreter par dessus tout parce que cela eut formé la collection la plus immense, la plus variée, la plus précieuse, ce sont ses lettres. Elles avoient un caractère, une touche, un style qui n’avoit point de modele, […]le mouvement et la chaleur de la conversation » ; et il les juge supérieures à celles de Mme de Sévigné ou Mme de Maintenon […] Il loue son âme et son caractère, et cite deux lettres qu’il avait recues d’elle, et qu’il a baignées de larmes en les retrouvant, avant de conclure : « Ah Éliza Éliza ! que cette esquisse de toy est foible et imparfaite encore ! Étoit-il quelque sentiment exquis, quelque vertu qui honore l’humanité qui ne fut pas dans ton cœur ! Si je fais jamais quelque chose de bon, d’honnete, si j’atteins à quelque chose de grand ce sera parce que ton souvenir perfectionnera et enflammera encore mon ame. O vous tous qui fûtes ses amis […], soyons nous au nom d’Elle chers encore les uns aux autres, faisons en présence de sa mémoire le bien que nous eussions voulu faire devant elle. Que du haut du Ciel, où son ame est sans doute remontée elle le voye et y applaudisse, que les hommes disent alors en nous distinguant il fut ami d’Élisa, et que cet eloge soit gravé sur nos tombeaux ». Guibert décrit alors le tombeau qu’il souhaite pour Julie, « un monument simple comme elle », près d’une petite colline « au bas de laquelle jaillira une source limpide », un « marbre recemment mouillé de nos larmes » pour lequel il rédige cette épitaphe : « à la mémoire de Claire Françoise de l’Espinasse enlevée le à ses amis, dont elle faisoit le bonheur à une société nombreuse dont elle étoit le lien aux Lettres qu’elle cultivoit sans prétention aux malheureux qu’elle n’approcha jamais sans les soulager. Elle mourut à l’âge de 42 ans. Mais si penser, aimer et souffrir est ce qui compose la vie, elle vécut dans ce petit nombre d’années plusieurs siècles ».
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n° 186)

Lalande Jérome de (1732-1807) astronome

34– L.A.S., à M. de Malesherbes. S.l.n.d. (1775). 1 pp. in-4. Adressée à ChrétienGuillaume de Lamoignon de Malesherbes qui vient d’être nommé par Louis XVI, Secrétaire d’État à la Maison du Roi. Lalande demande à l’Académicien et ministre de financer ses travaux d’astronomie. « Il y a vingt ans que j’attens de trouver un ministre qui aime et qui protège l’astronomie (. ). Le quart de cercle de M. Bergeret que je vous supplie de m’accorder est le premier secours que j’aurai obtenu pour travailler efficacement au progrès de l’astronomie, j’y ai glané toute ma vie, sans aide et sans moyens ; 23 volumes et 80 mémoires à l’Académie semblent autoriser, Monseigneur, votre bonne volonté en ma faveur ; un observatoire tout préparé, un élève ou adjoint entretenu à mes frais, n’attendent que cette grâce pour nous mettre en activité. M. le Contrôleur général fait des difficultés il est vrai, mais je vois que vous les vaincrés aisément, votre qualité d’Académicien depuis 25 ans, de savant, de ministre de l’Académie, vous autorise suffisamment à y mettre quelque chaleur ; et il n’en faut pas beaucoup pour réussir, pour consacrer votre nom dans les registres de l’Astronome, dans nos mémoires et dans nos livres […]. On ne demande pas de l’argent quant à présent, on peut en tirer meilleur parti que 18 mille francs. M. d’Alembert, M. de Condorcet, M. le chevalier de Borda, M. Pingré, M. Messier, vous attesteront l’utilité de la chose et le zèle de la personne. Il est honteux pour l’Académie et pour la France, que nous n’ayons point de bons instrumens, ayant tant d’astronomes […] ».
(« AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 22 février 2019, lot n° 271)

Lespinasse Julie de (1732-1776) organisatrice de Salons philosophiques

35– L.A., samedi [11 décembre 1762], à Turgot, intendant de Limoges ; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire rouge. La pièce de Michel de Chabanon (Éponine) n’a pas été un succès : « Ses amis l’ont bien mal servi en annonçant sa tragedie avec tant d’emphase ; une grande partie des spectateurs etoient resolu de la trouver mauvaise, tous les petits auteurs avoient formé une cabale, et il a été jugé avec rigueur au point qu’il a cru sa piece tombée et vouloit la retirer ». Julie de Lespinasse fait la critique détaillée de l’ouvrage. Chabanon a apporté des retouches, mais il y eut peu de monde à la seconde représentation, et la pièce ne durera pas longtemps. Après avoir parlé de la nomination de M. de Condom [Loménie de Brienne] comme archevêque de Toulouse, elle en vient au discours du duc de Nivernois au Roi d’Angleterre à l’occasion de la paix (fin de la Guerre de Sept Ans) : « ses amis vouloient d’abord la vanter comme un chef d’œuvre, mais le public leur a imposé silence en trouvant cette harangue entortillée sans dignité et sans simplicité, quelque gens vont plus loin et trouvent que c’est l’ouvrage d’un ecolier de rhetorique qui ne seroit pas même competent dans sa classe ». On est mécontent à Versailles, et « M. le duc de Choiseuil qui ne l’aime pas en est bien aise ». Puis elle cite et commente la lettre de Frédéric II de Prusse au Prince Ferdinand au sujet de la paix : « Hé bien mon cher prince, voila donc les deux grands monarques qui ont fait la paix ; il n’y a plus que les polissons qui fassent la guerre. Quel polisson que ce prince là. On dit que toute l’Allemagne tremble actuellement et quil a deja levé des contributions immenses jusqu’en Franconie. M. d’Alembert est enragé contre les Anglois qui a ce quil pretend ont abandoné indescemment les interets du roi de Prusse, il m’a voulu prouver cela par les preliminaires imprimé, mais je n’y ai rien entendu ». Elle termine sa lettre en évoquant « un nombre infini de mariages qui je pense ne vous interesseraient point du tout », et en informant que M. de Chabanon a finalement retiré sa pièce.

36– L.A., « ce dimanche soir 8 may » [1774], au marquis de Condorcet à Ribemont ; 3 pages in-4, adresse avec beau cachet de cire rouge à la devise « Sans toi tout homme est seul ». Deux jours avant la mort de Louis XV, parlant de sa sensibilité et de son amant le marquis de Mora. « Ha ! mon dieu qu’il s’en faut bien que le roi soit hors de danger. Les nouvelles de cette après diner, cinq heures, sont plus allarmantes que jamais » ; mais Condorcet doit avoir des nouvelles par Turgot […] « Je suis ravie que vos yeux aillent mieux, au moins vos amis me le disent, car vous ne m’en dites mot ; vous ne me dites pas si vous vous baignés. Vous voulés que je vous parle de moi et pour m’y encourager vous vous taisés sur vous. Cependant je vous defie de douter de mon vif et tendre interet ». Elle n’est pas allée voir Mélanie : « vous savés bien que pour les choses de dissipation, et de mouvement je n’ai que la force du projet, et quand le moment de les executer arrive je n’ai de desir et de plaisir que d’y manquer. Ho ! que non je n’ai pas besoin de sortir de chez moi pour trouver de quoi exercer ma sensibilité et d’une maniere souvent bien douloureuse ». Puis à propos du marquis de Clausonnette : « l’amitié adoucit tous les chagrins et je crois qu’il en a, ou quil en aura beaucoup. Hélas ; il n’est que trop vrai, tout mortel est chargé de sa propre douleur, et nul de nous na vecu sans conoitre les larmes. Vous ne conoitrés pas celles dont javois voulu faire un sinonyme ; je l’ai relu et je l’ai déchiré, tant je l’ai trouvé mauvais. Il étoit je vous assure à faire pleurer d’ennui : long, lache et froid et cela c’est sans me vanter, ni m’humilier, c’est la vérité exacte, et il est tout aussi vrai que je ne serai jamais tentée d’avoir avec vous le ton que j’ai eu une fois avec l’abbé Coyer […] je trouve que le persiflage est une perfidie basse et ignoble ». Puis elle parle de son amant le marquis de Mora qui devrait bientôt arriver : « mais il etoit enrhumé, il etoit foible ses crachats avoient été teints de sang peu de jours avant ; si bien que dans cette situation je ne suis bien sure que de sa volonté et de son desir, mais tant de choses peuvent être contre quil faudra que je le voye pour croire à son retour. Il est si malheureux, et moi si peu acoutumée à voir acomplir mes desirs que je me sens toujours cette defiance attachée au malheur ». D’Alembert « embrasse tendrement » Condorcet, et elle le prie de pardonner ce « griffonage effroyable » […]

37– L.A., Samedi 4 mai [1771], au marquis de Condorcet, à Ribemont ; 3 pages in-4, adresse (légère mouillure, bris de cachet sans perte de texte). « […] je suis tombée dans un etat d’hebetement qui fait que je ne saurois plus souffrir ni de lire, ni d’ecrire, il me semble que les livres ne m’aprenent rien et ne m’amusent point et quant a ce que je peux ecrire, je suis bien sure que rien ne vaut la peine d’etre dit ; je me demande presque toujours avant que d’agir a quoi bon et je n’y trouve rien a repondre, la plume tombe des mains et je reste sans mouvement […] mon ame est morte a toute espece de dissipation. Il y a une certaine heure dans la journée, ou je monte ma machine morale comme je monte ma montre tous les jours, et puis le mouvement une fois donné cela va plus ou moins bien. J’entends dire que je suis gaye et cela me ravit que sans y mettre de fausseté, mais seulement le projet de conserver ma societé, je puisse parvenir a vaincre ma disposition au point de me faire croire gaye ; ce qu’ilya de singulier, cest que personne ne demêle l’effort qu’il me faut pour paroître ce qu’on me juge etre reellement ; mais c’est qu’on n’observe gueres dans la société et c’est bien fait, car il n’y a pas grand chose a gagner » […] Elle parle de leurs amis : l’abbé Arnaud qui sera reçu à l’Académie le lundi 13, les d’Héricourt, M. de Saint-Chamans […] « Mr D’Alembert est mieux, parce qu’il ne travaille point, il etoit au moment de retomber dans l’etat ou il a ete l’année dernière » […] Elle ira tout à l’heure à Bayard [Gaston et Bayard, tragédie de Pierre-Laurent de Belloy], où elle est presque sûre de s’ennuyer, quoique cette pièce ait presque le même succès que le Siège de Calais : « ce qu’il y a de bon, cest que tous les gens qui ont l’ame un peu elevée y pleurent a chaudes larmes » […] Ancienne collection Dina Vierny (28 octobre 1996, n° 89).

38– L.A., samedi 28 septembre [1771], au marquis de Condorcet, au château d’Ablois ; 3 pages et quart in-4, adresse avec cachet de cire rouge aux armes (petite déchirure à un coin par bris de cachet). [Condorcet séjourne à Ablois chez les Meulan depuis le 11 septembre.]. « Vous etes insuportable bon Condorcet de me dire que vous serés bien aise d’avoir de mes nouvelles avant que de quiter Ablois, avec cette maniere vous m’otés la liberté de vous refuser et cependant je suis acablée d’ecriture, de rhume, et de betise ; il me restera pourtant la force de vous gronder, il me semble que c’est un tort en vous que d’être malade, avec un peu de courage votre ame et votre corps seroient en meilleur etat ; vous etes en fait d’experience comme lorsque vous etes sorti du colege ; cependant la reflexion devroit y supléer ; en un mot il y a une sorte de foiblesse, qui fletrit l’ame, a attacher son bonheur a un objet qui ne sera rien pour vous tant que vous ne vous reduisés pas a la simple amitié ; oui allés ches vous, faites de la geometrie, il n’y a rien qui ne vous soit meilleur que la conduite que vous tenés depuis deux mois ; soyés de bonne foi avec vous même, dites vous bien qu’il faut que vous guerissiez, et ne revenés a Paris que lorsque vous croirés y avoir reussi. N’allés pas despenser inutilement votre sensibilité et detruire votre santé, ayés un peu de force pour etre si non heureux, du moins calme. Tous vos amis gemissent et s’aÍigent de la disposition ou vous vous livrés » […] Elle donne ensuite des nouvelles de Turgot, des Choiseul, et de divers autres amis […] Ancienne collection R.G. [Robert Gérard] (19-20 juin 1996, n° 57).

39– L.A., « ce vendredi » [8 mai 1772], à Madame Jean-Baptiste Suard ; 2 pages in-8, adresse avec cachet de cire noire aux armes brisé. (7 mai 1772) : « je partage votre plaisir avec tant de verité et d’interet que je serois presque tentée de croire que vous me devriés aussi des felicitations ; ayés du moins asses de bonté pour être bien persuadée qu’il n’y a que vous au monde a qui je cede l’avantage de mieux aimer, et de prendre un interet plus tendre a tout ce qui touche Monsieur Suard […] Notre ami le bon Condorcet sera sans doute instruit par vous, Madame, de l’élection de Monsieur Suard ; il merite de partager tout ce qui vous interesse par son attachement pour vous » […] [Cette élection sera refusée par Louis XV à cause des amitiés de Suard avec les encyclopédistes ; sa seconde élection le 26 mai 1774 sera validée.]

40– L.A., jeudi 24 août [1774], à Turgot ; 2 pages in-8 (la fin manque). « Je ne veux pas vous acabler, Monsieur, de notre joye, de notre contentement. Vous voila justement où tous les honêtes gens vous desiroient, vous allés nous prouver ce qu’il etoit si dificile de croire jusqu’à vous, que l’espece humaine est susceptible de perfectibilité, et surtout faite pour le bonheur ; mon dieu que vous allés etre beni, et du mal dont vous delivrés et du bien qu’on vous devra ; que les jours vont couler lentement jusqu’au moment où l’on poura jouir des bons effets de votre administration ». Elle conjure Turgot de prendre soin de sa santé « […] si vous le pouvés dites un mot au bon Condorcet sur l’affaire qui interesse Mr de Guibert, il est parti pour Montauban persuadé, que vous auriés la bonté de delivrer cet homme de l’opression où l’a mise l’injustice […] cet homme est malheureux, il est en prison, il souffre ».

41– L.A., vendredi 24 mars [1775], à Malesherbes ; 3 pages in-4. « Enfin monsieur, vous voila gueri, je ne vous ai point importuné de mon chagrin, de mon inquietude ; j’aurois pourtant soulagé mon amitié en vous parlant de vos souffrances et du tendre interet que j’y ai pris ; je la satisfais en vous disant la joye que je sens de vous savoir presque en bonne santé. Je me flatte que vous reviendrés bien tot a Paris ; je ne vous verrai gueres davantage, mais au moins je pourai esperer de vous voir plus souvent ». Elle le remercie de lui avoir « envoyé du beurre excellent, et cependant on ne poura pas dire que vous donnés plus de beurre que de pain ; la semaine derniere vous m’aviés envoyé des dragées. J’avois bien prié le bon Condorcet de vous en remercier, mais il pouroit bien se faire qu’après les avoir mangées il les eut oubliées, cependant il s’etoit chargé de vous faire souvenir de l’horrible consomation de bonbons qui se fait ches moi, et de vous prier en consequence d’être quelques fois notre pourvoyeur ; mais ce bon Condorcet aura été retenu par la pensée que vous êtes acablé de demandes, et il n’aura pas voulu que je grossisse la foule des importuns ; au moins je n’ai pas à me reprocher d’être du nombre de ceux qui vous ecrivent, je sais qu’il n’y a que deux manieres d’ecrire aux ministres, ou pour des affaires, ou pour leur dedier des ouvrages, et je prens ce dernier parti, je vous dedie non pas un ouvrage, mais un portrait dont je desire que votre amitié soit contente ; j’en serai d’autant plus flattée, qu’en peignant je n’ai songé qu’a etre vraie, et point du tout à vous faire homage de cette caricature ; si vous ne la croyés pas trop indigne de l’original, vous voudrés bien la lui montrer, vous serés mon premier juge, et quel que soit votre jugement, je mengage à passer condamnation ; vous exalteriés même infiniment mon amour propre, si vous daigniés me faire quelques critiques ; pardon de vous detourner si long tems ; mais vous ne devriés point travailler après diner, et je fais en sorte que tout ce grifonage ne vous arrive que dans le moment ou vous ne devés rien faire. Je porte envie à tous les gens qui sont asses heureux pour pouvoir aller à Versailles sans être à charge à personne, pour moi je suis condamnée a rester à ma place sous peine de me rendre importune. Adieu, monsieur, portés vous bien c’est le desir de mon cœur et ce doit être le vœu de tous les honêtes gens. Mr d’Alembert qui est au moins dans la classe des gens honêtes, et des honêtes gens se rejouit de toute son ame de votre meilleur etat et il a un grand desir de vous voir. »

42– L.A., « ce lundi au soir 15 may » [1775], au marquis de Condorcet ; 4 pages in-4. Il y avait longtemps qu’elle n’avait reçu de nouvelles directes de Condorcet […] « Mon dieu oui j’ai souffert, et beaucoup ; j’ai été frapée de terreur, mon ame ne conoit plus de mouvement moderé, je croyois tout ce que je craignois, et pendant huit jours il y avoit pretexte a tout craindre ; je distinguois pourtant notre ami [Turgot] de la chose publique, mais je tremblois que sa santé ne succombasse ; oui oui il leur a appris qu’avec beaucoup de vertus, et beaucoup d’esprit, il avoit un grand caractere et une ame aussi forte qu’élevée ; mais ne croyés pas, qu’il ait vaincu tous ses ennemis, mon ami, personne sur la terre ne vaincra les sots et les fripons, on les fait trembler quelques fois, mais rien ne les fait taire, si vous entendies quelles betises, quelles mechancetés remplissent les soupers delicieux de Paris ! Je benis le ciel qui ma fait prendre le parti de me retirer du monde, ce qui m’en revient m’en donne un dégout mortel ». Elle n’est pas allée à la campagne, pour pouvoir avoir des nouvelles de Turgot « dix fois par jour et elles m’étoient necessaires ; et puis voila le mois de may passé, c’est ce mois que j’aurois voulu jouir du bon air, et vivre seule. D’ailleurs j’ai sû que Mr d’Alembert me cachoit la peine que je lui faisois, cela m’ote le courage de remplir mon projet et il me deviendroit d’autant plus penible à remplir que je crois votre retour assez prochain ». Elle raconte ensuite la réception à l’Académie du duc de Duras dont le discours « court, simple, noble et convenable à tous egards » a été très applaudi ; « celui de Mr de Buffon moins mauvais que le dernier, mais voila tout. L’abbé Delille a lu le chant de Didon qui a été fort aplaudi ; mais ce qui l’a été à l’excès, c’est l’éloge de Bossuet, Mr d’Alembertavait eu l’adresse d’y faire entrer de justes louanges de la lettre de L. de Toulouse [Loménie de Brienne] à ses curés, et cet endroit a été saisi avec transport par le public, qui a aplaudi à enfoncer la salle ; je regrette de n’avoir pas entendu cet homage rendu à un homme de merite, qui fait le bien, et avec les vertus de son etat, et avec les lumieres d’un homme d’etat ; c’est le plus beau moment de sa vie, car le public ne le voit point dans le ministere. Ainsi l’éloge est pur et, quoi qu’il arrive, il n’y aura rien à y retrancher » […] Puis elle parle de son amant le comte de Guibert qui [à la veille de son mariage] « est malade, il a la fièvre tres fort, et presque une inflamation d’entrailles, vous croyés bien que son sang est bien près de cette disposition, même en santé. Il n’a pas encore donné son eloge à la censure » […] Elle termine : « Bonsoir, Mr d’Alembert vous embrasse de tout son cœur ; et moi je vous aime comme il vous embrasse ».

43– L.A., lundi 9 octobre 1775, au marquis de Condorcet ; 4 pages in-4. « […] L’histoire de la princesse de Poix ma charmée et la circonstance du souflet y ajoute un interet infini. Ce que vous dites de ce prince de Croï, ce melange de vertus et de sotises contrastent d’une maniere singuliere. Mais comme vous dites, il est bien facheux d’être forcé de se moquer de ce qu’on estime » […] Elle parle des réparations que Condorcet fait faire à sa maison, et souhaite qu’il n’y laisse pas sa santé : « Il n’y a plus de bonheur avec de certaine privation, et quand ce n’est plus qu’a force de vertu, ou de philosophie qu’on supporte la vie, ce n’est pas trop la peine d’y rester » […] Elle a fait ses commissions auprès de M. d’Aranda, et lui recommande de s’adresser au chevalier de Magallon, qui est conseiller ou président du Conseil des Indes, à Madrid. Le comte de Guibert « a passé huit jours ici en revenant de Mets, il a emporté cent volumes inquarto pour repondre a M. du Meni Darand, il va ecrire sur l’art de s’egorger avec plus ou moins de celerité. Mrs de Broglies et toutes les troupes sont entraînés par l’avis de Mr de Meni Darand, cependant le procès n’est pas encore jugé. Mr de Guibert va faire le metier de raporteur et d’avocat general, je lui ai recomandé de se rendre aussi interessant que Mr Seguier » […] Elle parle encore de Jean-Baptiste Suard qui a été au Havre avec M. et Mme de Vaines, de Turgot que Julie n’a point vu depuis un siècle et qui a été se délasser au Tremblai chez sa sœur, de Trudaine, de M. de Saint-Chamans, et du comte de Crillon qui n’écrira sans doute pas, car il n’a le temps de rien, sa fortune et sa femme rempliraient l’éternité entière « il faut que vous sachiés que Mde de Crillon nous disoit il y a deux jours, qu’elle n’avoit point trouvé d’amour dans Clarisse ; n’est il pas bien ravissant d’etre aimé par une ame aussi bien exercée, et qui se connoit si bien en passion ! Son mari fut de son avis ; et ce quilya de facheux, c’est que ce ne fut point par complaisance qu’ils sont heureux ! » […] Ancienne collection R.G. [Robert Gérard] (19-20 juin 1996, n° 67).

44– L.A., « Ce mercredi au soir [1775] », [à Jean-Baptiste Suard] ; 4 pages in-8. Elle est « vraiment allarmée » de n’avoir point de nouvelles de son ami M. de Vaines [Jean Devaines, premier commis de Turgot], dont l’état lui « fait un mal sensible ». Elle s’inquiète surtout des paquets que Devaines doit recevoir de Libourne [où se trouvait le comte de Guibert, lequel venait, au grand désespoir de Julie de Lespinasse, d’épouser Alexandrine de Courcelles]. L’un d’eux contient en effet « des corrections pour cet éloge de Catinat [que Guibert devait présenter à un concours de l’Académie], d’après les bêtes critiques des docteurs de Sorbonne, et comme il n’y a pas un moment à perdre pour cette afaire, j’ai pensé que Mr de Vaines me pardoneroit la precaution que j’ai prise » ; d’autant qu’il y en aura d’autres, qu’elle prie qu’on lui fasse porter « D’après votre avis je me suis adressée à l’abbé Copette, et lui, et son confrere Docteur de Navarre, sont tout aussi intraitables, mais à la verité un peu moins absurdes que les docteurs de Sorbonne, j’ai encore envoyé ces corrections, et de tant de soins et de tant de censeur, je crois que cela finira par manquer le concours ; ce ne sera pas ma faute mais bien celle de M. le chevalier de Chaleton qui lui a gardé deux mois son ouvrage, pour lui faire ses observations, c’est à cette ocasion que j’eus hier une conversation avec lui, et je vous assure que si Voltaire m’avoit dit les mêmes choses, je vous aurois mandé que les talents, et le genie de Voltaire ne pouvoient pas lui faire pardoner son impertinente vanité ». Elle a dîné chez Mme Geoffrin ; on a bien regretté Suard […] « Le roi a écrit à Mr de Maurepas d’une maniere pleine de bonté et d’amitié. On ma dit que Mr Turgot revenoit demain ».

45– L.A., « ce jeudi six heures du matin » [1775], à Condorcet ; 2 pages in-8, adresse. « Je n’ai pas encore dormi, j’ai souffert toute la nuit, et j’avertis le bon Condorcet que je n’irai surement pas diner à la campagne. Je me sens une repugnance effroyable pour les indifferents et je ne trouverois que cela à Courbevois. S’il n’y a point de course de chevaux au Colisé le bon Condorcet est prié de venir plus tot que l’heure indiquée, car je ne sortirai point du tout. Je le prie aussi d’engager Mr l’abbé Arnaud à venir entendre Mr d’Alembert, il nous fera grand plaisir […] Bon jour, ou bon soir, car je vais essayer de dormir, je me sens triste jusqu’à la mort. Oui bon Condorcet le someil eternel me seroit encore meilleur que le plaisir et la consolation que j’ai à vous voir et cependant j’en ai beaucoup. Votre bonté, votre amitié soutiennent mon ame ».

46– L.A., [1775?], à Jean-Baptiste Suard ; 2 pages in-4 avec adresse et cachet de cire rouge aux armes, et 1 page in-8 avec adresse. – Dimanche au soir. « J’étois avec Mde Geoffrin lorsque j’ai reçu votre lettre. Je n’ai pu vous repondre. Elle ma dit qu’on avoit conté cette plaisanterie à St Ouen et j’en suis fachée, si lon vous en demande la suite dites que vous l’ignorés, il faut que cela reste là ; dites la même chose à Mrs St Arnaud et Morellet ; toute plaisanterie qui sort de la societé où elle a été faite devient ou une platitude, ou une mechanceté, laissons donc là cela, et repetons sans cesse avec Mde Geoffrin, voila qui est bien, mais n’en parlons plus. Je vais écrire un mot à M. de Marmontel et à M. de Vaines et puis je ne plaisanterai plus, je ne ferai plus de gayté car en verité c’est forcer nature ». Elle s’inquiète des problèmes de Suard : « Au nom de dieu interessés vous à ce qui vous regarde, je crains que vous n’y apportiés une grande negligence et cette pensée me fait souvent mal ; je vous desirerois du bonheur si je croyois qu’il y en eut dans cette triste vie, mais je me souviens quil peut y avoir du calme et du repos et je voudrois que le vôtre ne fut pas troublé par les inconvenients attaché à la mauvaise fortune. Ce n’est pas pour moi que je crains la pauvreté, elle ne me paroit que la privation d’un avantage et d’un bonheur, mais pour mes amis je la sens comme la douleur et j’ai souvent besoin de me distraire de cette pensée, elle penetre mon ame d’une tristesse qui l’abat, parce que je sens mon impuissance d’agir ; mon dieu à quoi sert donc d’aimer, je vous aime de toute mon ame et cela ne vous sera jamais bon à rien, je ne vous ferai jamais eprouver que le plaisir qu’une ame sensible et honete, comme la votre, goute à adoucir les maux d’une creature souffrante, malheureuse et qui seroit tombée dans le decouragement si votre amitié n’étoit venue à son secours » […] – Ce mardi. « Vous etes bien aimable de repondre a ma pensée. Dans linstant même je donois ordre qu’on allat savoir si vous eties de retour, je ne pouvois pas atendre à diner à m’en assurer ». Turgot « s’est conduit a merveille il sest mis a la place de Mr de Vaines et cest que bien peu de gens savent faire. Mais je crois que le cœur de Mr de Vaines reste bien oprimé ». Elle va aller au Salon, et aimerait y rencontrer Suard. Elle termine par ces mots : « J’ai souffert ces jours ci et beaucoup ».

47– M.A., 2 pages oblong in-12. Suite de pensées ou de vers. « Je suis comme un docteur helas ! je ne sais rien. Je ne sais que souffrir et non pas murmurer. Ce monde, ce theatre et d’orgueil et d’erreur est plein d’infortunés qui parlent de bonheur tout se plaint tout gemit en cherchant le bien être […] Le passé n’est pour nous qu’un triste souvenir. On me dit je vous aime et je crus comme un sot qu’il etoit quelque idée attachée à ce mot. […] Plus d’amour et l’ennui detruisoit l’univers ».

48– L.A.S., « Lespinasse », « à 6 heures du matin jeudi » [16 mai 1776], à D’Alembert ; 3 pages in-4, adresse avec cachet de cire noire aux armes. Bouleversante lettre testamentaire, une semaine avant sa mort, à son fidèle soupirant D’Alembert, dans le souvenir de son amour pour le marquis de Mora. « Je vous dois tout, je suis si sure de votre amitié que je vais employer ce qui me reste de force à suporter une vie où je n’espere, ni ne crains plus rien ; mon malheur est sans ressource, comme sans consolation, mais je sens encore que je vous dois de faire effort pour prolonger des jours que j’ai en horreur. Cependant comme je ne puis pas asses compter sur ma volonté, et qu’elle pouroit bien ceder à mon desespoir, je prens la precaution de vous ecrire pour vous prier de bruler sans les lire tous les papiers qui sont dans un grand portefeuille noir, je n’ai pas la force d’y toucher, je mourrois en revoyant l’écriture de mon ami [le marquis de Mora]. J’ai aussi dans ma poche un portefeuille couleur de rose où il y a de ses lettres que je vous prie de bruler, ne les lisés pas ; mais gardés son portrait pour l’amour de moi. Je vous prie aussi de faire executer ce que je demande dans mon testament que vous avés entre les mains. Je ne laisse dargent que 50 louis », et elle doit mille livres à D’Alembert ; mais on lui doit encore beaucoup d’argent, dont les pensions de M. de La Borde, du duc d’Orléans et de M. d’Albon (son demi-frère) […] « J’entre dans ce detail parce que je serois fachée que mes dettes et les petits legts que je fais ne fussent pas acquittés. Je ne me rappelle pas si j’ai disposé du secretaire où vous trouverés cette lettre ; mais dans ce doute, je vous prie de l’envoyer chez Mr de Guibert, en le priant de le recevoir comme une marque de mon amitié. Adieu, mon ami, ne me regrettés pas, songés qu’en quitant la vie je trouve le repos que je ne pouvois plus esperer. Conservés le souvenir de Mr de Mora comme de lhomme le plus vertueux, le plus sensible et le plus malheureux qui exista jamais ». Elle demande de tâcher de récupérer ses lettres au marquis de Mora : « si elles peuvent vous revenir brulés les sans les lire. Encore une fois oubliés moi conservés vous, la vie doit encore avoir de l’interet pour vous ; vos vertus doivent vous y attacher. Adieu, le desespoir a seché mon cœur et mon ame, je ne sais plus exprimer aucun sentiment. Ma mort n’est qu’une foible preuve de la maniere dont j’ai aimé Mr de Mora ; la sienne ne justifie que trop quil repondoit à ma tendresse plus que vous ne l’avés jamais pensé. Hélas ! quand vous lirés ceci, je serai delivrée du poids qui m’acable. Adieu mon ami adieu ». Elle ajoute : « Un mot de moi à Mde Geoffrin elle aimoit mon ami ». Ayant inscrit l’adresse « A Monsieur/Monsieur Dalembert », elle clôt sa lettre d’un cachet de cire noire aux armes et ajoute à côté : « Je veux etre enterrée avec la bague que j’ai au doigt. Faites remetre tous ces paquets à leur adresse. Adieu mon ami pour jamais ». [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 74.37 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Charles Henry, en publiant cette lettre en 1887, la datait, de façon compréhensible, du jeudi précédent la mort de Mlle de Lespinasse survenue le mercredi 22 mai 1776, soit le jeudi 16 mai. J’ai émis une autre hypothèse, à l’origine de la datation proposée par l’Inventaire : cette lettre de dernières volontés aurait été écrite par Mlle de Lespinasse, non juste avant son propre décès, mais au moment où venant d’apprendre le décès du marquis de Mora (mort de la tuberculose à Bordeaux le 27 mai 1774), désespérée, elle envisageait de se donner la mort, le jeudi 2 juin 1774. La lettre aurait été destinée à D’Alembert si elle n’avait pu résister à la tentation du suicide, mais Mlle de Lespinasse aurait continué à vivre. Il est certain que D’Alembert ne l’a pas lue avant la mort de Julie, et sans doute même ne l’a-t-il jamais lue, car c’est la version contenue dans le testament à laquelle il fait référence. Julie aurait pu confier la lettre de 1774 à Condorcet dans les papiers duquel elle se trouvait fin XVIIIe siècle, avant de passer sur le marché des autographes. Une copie de cette lettre faite par Eliza O’Connor, la fille de Condorcet, est conservée à la bibliothèque de l’Institut. L’original de la lettre, vendu au XIXe siècle, repassée en vente en 1996, vient donc de revenir sur le marché après le procès Aristophil.]
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n° 166, 167, 169, 170, 171, 174, 176 à 183)

Lespinasse Julie de (1732-1776) et D’Alembert Jean Le Rond (1717-1783)

49– L.A., écrite sous sa dictée par D’Alembert, « ce 18 » [septembre ? 1770], au marquis de Condorcet, à Ribemont ; 2 pages et quart in-4, adresse. « Allons, Monsieur, vous estes si docile, que mon secretaire et moi continuerons à vous donner de bons avis. Souvenez vous, comme un grand Geometre que vous etes, & n’oubliez jamais, quand vous parlez aux personnes, que la ligne droite est la plus courte qui puisse être menée depuis les pieds jusqu’à la tête. Je suis bien aise que vous ayez écrit à madame d’Ablois, je voulois vous le mander ; tout ce qu’elle aime au monde c’est à ecrire ; ainsi elle vous mandera toutes les nouvelles, et les votres lui ont fait grand plaisir. Je vous ai donc fait une querelle avec Mlle d’Ussé, ce n’étoit pas mon intention, mais je voulois seulement lui faire sentir tout doucement qu’on ne doit attendre des soins et des attentions que de ses amis. Lui mandez vous beaucoup de nouvelles de Ribemont ! » […] Elle lui reproche de ne pas donner de nouvelles de sa mère. Quant à elle, elle n’en donne point à Condorcet, « d’abord parce que je n’en sais point, en second lieu parce que je pense que vous ne vous en souciez gueres, en 3e lieu parce que cela est fort ennuyeux, et qu’au pis aller en se donnant patience on fait tout ; en quatrieme lieu parce que mon secretaire est pressé d’aller dîner chez des commeres au Marais ; car chacun a ses commeres ». Mme de Brienne craint une fausse couche. « Adieu, monsieur, mon secretaire ne veut pas que je vous dise un mot de plus, mais il ne m’empechera pas de vous aimer de tout mon cœur ; et il vous dit vale en son nom car l’amitié n’exige pas tant de verbiage. » Ancienne collection Dina Vierny (28 octobre 1996, n° 88). [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 69.35 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Cette lettre, passée en vente en 1996, est revenue sur le marché après le procès Aristophil. Une copie de cette lettre faite par Eliza O’Connor, la fille de Condorcet, est conservée à la bibliothèque de l’Institut. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie- sciences.fr/Correspondance/I

50– L.A., écrite sous sa dictée par D’Alembert, Paris « ce vendredi » [10 juillet 1772], au marquis de Condorcet à Ribemont ; 3 pages in-4, adresse (petite mouillure à un angle inférieur). « Mon secretaire et moi nous vous écrivons en commun, bon et très bon et trop bon Condorcet. Nous sommes charmés que votre santé soit meilleure ; mais nous ne serons pas contens qu’elle ne soit parfaite, & en consequence nous vous exhortons, & si besoin est, nous vous enjoignons de travailler au moral du moins autant qu’au physique ». Le marquis de Mora « continue à se mieux porter, il mène même à peu près sa vie ordinaire ». Mme de Meulan a fait une fausse couche mais va bien. « Mon secretaire [D’Alembert] recevra & lira avec attention et avec interêt ce que vous vous proposez de lui envoyer. Je voudrois que vous lussiez le discours preliminaire de l’ouvrage de Mr de Guibert [Essai sur la Tactique], je suis sure qu’il vous feroit grand plaisir ; cela est plein de vigueur, d’élévation et de liberté. Nous avons actuellement une pièce de Voltaire, intitulée le Dépositaire, vous la connoissez, & vous savez ce qu’elle vaut » […] Elle évoque la réception à l’Académie de deux nouveaux académiciens : Bréquigny « a été court et froid, Mr de Beauzée a très bien reussi. La Condamine a lu une traduction en vers du discours d’Ajax dans Ovide pour les armes d’Achille, et il a été fort applaudi. On se divertit d’ailleurs à merveille & à faire bailler, il y avoit ces jours-ci 4 000 personnes au Colisée. L’actrice nouvelle tragique a été très mal d’une fluxion de poitrine ; elle est convalescente, mais elle ne pourra pas jouer de longtemps. Le tonnerre est tombé le 27 à Paris, chez made Ledroit, il n’a tué personne, mais il n’a pas laissé de faire du dégât. […] J’ai vu Mr de Guibert chez moi, il continue à me plaire infiniment ; j’ai fait connoissance aussi avec Mr du Tillot, ministre de Parme, qui surement sera fort à votre gré, comme au mien. […] Vous manquez bien à Mr Turgot qui est bien mal instruit de ce qui se passe depuis votre depart ». [I. Passeron : Il s’agit de la lettre 72.33 de l’Inventaire analytique, Œuvres complètes de D’Alembert, vol. V/1 de la correspondance de D’Alembert (CNRS Éditions, 2009). Elle est écrite par D’Alembert, plus ou moins sous la dictée de Mlle de Lespinasse, et figure à ce titre dans la correspondance de D’Alembert, illustrant un type d’écriture à deux (voir aussi les lettres 69.28, 69.35, 69.46, 70.35, 69.50, 69.55, 69.61, 71.77, 71.79, 72.39, 72.40, 74.43, 74.58, 74.59, 75.65, 75.76). Cette lettre, passée en vente en 1996, est revenue sur le marché après le procès Aristophil. Voir le site D’Alembert en toutes lettres : http://dalembert.academie-sciences.fr/​Correspondance/​ (AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n° 168 et 172)

Mercier de Saint léger Barthélemy (1734-1799) abbé et bibliographe

51– L.A.S. et P.A.S., Paris 1er février 1775, à Jean Tonnelet, chanoine régulier dans l’abbaye de Toussaint, à Angers ; 3 pages in-4 et adresse, et 1 page et demie in-8. Lettre sur ses recherches sur l’histoire de l’imprimerie. Depuis des mois il est cloué à son bureau, et son livre, enfin sous presse, est « fort ennuyeux, fort dégoutant pour le commun des lecteurs. Le sujet est aussi peu intéressant que le fond est sec, car c’est sur l’histoire de l’imprimerie que je suis revenu, c’est-à-dire l’histoire des premiers progrès de cet art qu’il m’a falu suivre, indiquant les éditions antiques, donnant leurs titres fort exactement, relevant tous les auteurs qui les ont mal connues, qui en ont mal parlé &c » […] Mais il avait les matériaux, et M. d’Alembert lui a témoigné que l’Académie des sciences désirait un précis historique sur l’art de l’imprimerie. Il lit et corrige la dissertation d’un ami sur un manuscrit de l’Imitation de J.-C., et ayant relu a Kempis, il va se mettre à un travail sur les anciennes versions françaises, et sollicite l’aide de Tonnelet pour découvrir des exemplaires dans les bibliothèques d’Angers. Il résume ce qu’il dit dans son livre sur l’imprimerie à Angers, parlant notamment d’éditions de Cicéron et Saint Augustin […] – Sur un feuillet à part, figurent des précisions bibliographiques et bibliophiliques sur une édition d’opuscules de saint Augustin (Angers, 1498 ?) avec lettre liminaire de Josse Bade […] – On joint 2

52– L.A. (minutes) 1787 et s.d., de Jean Tonnelet. (ALDE, cat. 26 juin 2018, lot n° 91)

Rousseau Jean-Jacques (1712-1778) écrivain

53– M.A., réponse à la poligamie ; 6 pages sur 5 feuillets in-4, sous chemise avec titre de la main de Mme Dupin. Curieuses notes sur les femmes et la polygamie. Ces notes se rattachent à l’ouvrage sur les femmes que Rousseau entreprit dès 1746 et jusqu’en 1751 pour sa protectrice Madame Louise Dupin de Chenonceaux (1706-1799), et qui ne vit jamais le jour. Le dossier s’ouvre sur une brève note d’après Jean Bodin [César dit que chez les Anglois une femme avoit quelque fois jusqu’à dix ou douze maris]. Les quatre autres feuillets sont rédigés d’après « St Aubin », probablement le Traité de l’opinion, ou Mémoires pour servir à l’histoire de l’esprit humain de Gilbert-Charles Le Gendre, marquis de SaintAubin (première édition en 1733 en 6 volumes). Rousseau y relève notamment une loi de Babylone qui « obligeoit les femmes de se prostituer une fois en leur vie aux Etrangers » […] Chez les Perses, « parmi les sectateurs de Zoroastre », les mariages incestueux étaient révérés : « ceux qui étoient nés du mariage d’un fils avec sa mère, qui est le plus infame de tous les incestes étoient regardés comme les plus dignes d’être élevés aux plus éminentes dignités du sacerdoce ». Une longue note, dont deux passages sont biffés, relève des cas de bigamie à Athènes ; chez les Iroquois, « la Polygamie n’est pas permise aux hommes, mais les femmes ont plusieurs maris » ; chez les Ausses, les femmes étaient communes ; « Strabon rapporte que parmi les Mèdes, on regardoit une femme comme assés mal pourvue quand elle n’avoit que cinq maris » ; en Arabie, « tous les hommes d’une même famille n’avoient qu’une femme entre eux » […]

54– M.A., avec notes autographes de MMe Dupin, État de l’Église […] ; 26 pages in-4 sur 14 feuillets in-4 numérotés 1-12 (avec un f. 3 1/2, et une p. 6 1/2). Sur la situation des femmes et le pouvoir des Papes dans l’Église, du IVe au XVIe siècle. Ces notes se rattachent à l’ouvrage sur les femmes que Rousseau entreprit dès 1746 et jusqu’en 1751 pour sa protectrice Madame Louise Dupin de Chenonceaux (1706-1799), et qui ne vit jamais le jour. Elles suivent l’ordre chronologique, ponctué par des rubriques marginales : « Etat de l’Eglise avant Clovis », puis « 6e siècle » […] jusqu’au « 16e siècle ». Le manuscrit est soigneusement écrit sur la moitié droite de la page, avec des additions dans la marge de gauche, dont deux de la main de Mme Dupin. Les informations concernant les femmes diminuent après les premiers siècles.

55– Correspondance de 61 lettres autographes, 1754-1758, à la marquise d’Épinay ; environ 110 pages la plupart in-8 (ou in-4 et in-12), 42 adresses avec quelques cachets de cire rouge (rousseurs, petites déchirures à 2 lettres par bris du cachet), chaque lettre montée sur onglet sur des feuillets de papier vélin fort, le tout relié en un volume in-4 (26 × 21 cm), plats souples en huit lames articulées de bois d’acajou, bordés en gouttière d’une baguette d’ébène, pièces d’attaches trapézoïdales en galuchat noir, appuyées en tête et queue sur une pièce polygonale d’ébène bouchardée, couture sur deux nerfs noirs, dos requin noir, doublures de nubuck châtaigne, gardes de papier noir (signé J. de Gonet 2002). Importante correspondance de Jean-Jacques Rousseau à son amie et protectrice Madame d’Épinay, qui accueillit Rousseau à son château de la Chevrette et le logea dans l’Ermitage près de Montmorency, jusqu’à leur brouille et rupture.

56– M.A., lettres de deux amans, habitans d’une petite ville aux pieds des Alpes [La Nouvelle Héloïse]. Troisième partie, [vers 1760-1762] ; [1]-110 feuillets petit in-4 (23,8 × 18 cm ; plus 8 ff. margés au crayon restés vierges) écrits au recto, dont 32 portent des additions au verso, non rogné (quelques petites rousseurs, sur le feuillet de titre surtout) ; reliure du XIXe siècle dans le goût du XVIIIe, chagrin rouge, plats ornés d’une dentelle dorée, bordée de filets maigres et gras, titre en lettres dorées au centre du plat sup., dos à nerfs orné, dentelle intérieure, doublures et gardes de papier peigné, étui bordé. Très précieux manuscrit de la troisième partie de La Nouvelle Héloïse, complète de ses 26 lettres, dans sa première rédaction avec de nombreuses corrections, « copie personnelle » de Rousseau.

57– L.A.S., « JJRousseau », Paris 20 septembre 1770, [à Madame Louise Dupin de Chenonceaux] ; 1 page in-4. Lettre à sa protectrice. Rousseau a inscrit en tête de la lettre ce quatrain : « Pauvres aveugles que nous sommes ! Ciel demasque les imposteurs, Et force leurs barbares cœurs À s’ouvrir aux regards des hommes. » Il remercie de l’envoi de « l’immense provision de caffé » qu’elle lui a envoyé : « le respect ne me permettra jamais de disputer avec vous sur rien : mais je ne puis vous dissimuler que je suis plus reconnoissant que flaté de ce cadeau. Combien j’ai désiré que tout mon tems put vous être de quelque usage ! j’aurois été trop heureux de pouvoir l’employer à vous servir, bien éloigné de craindre que vous voulussiez m’en payer l’inutile emploi, ou plustot que cet emploi prétendu ne servit que de pretexte à votre libéralité. Je suis affligé, Madame, je suis navré, que vous m’otiez la douceur de vous rendre des soins par attachement ; mais je n’en veux rendre à qui que ce soit, pas même à vous, à tout autre prix » […] Lettres, tome VI, n° 2209.

58– P.S., « JJRousseau par Duplicata », 1er janvier 1771 ; 1 page oblong in-8, adresse au dos. Reçu d’une rente de son éditeur. « Je reconnois avoir reçu de Madame la Ve Duchesne la somme de trois cents livres pour pareille somme d’une rente viagere qu’elle et son mari m’ont faite le 29 avril 1765 par devant Me Nau et son confrere notaires, laquelle rente est echue le premier de ce mois de Janvier dont quittance et de toutes choses jusqu’à ce jour » […] Au dos, adresse de « Monsieur Guy rue St Jacques chez Me Ve Duchesne ». [Marie-Antoinette Cailleau, veuve de Nicolas-Bonaventure Duchesne, continua l’activité de son mari libraire-éditeur, avec son commis et associé Pierre Guy ; elle a édité le Dictionnaire de musique de Rousseau.]

59– L.A., « ce Lundi à midi » [3 ou 10 février 1772, à Mme Louise Dupin de Chenonceaux] ; 1 page in-4 (déchirures et petits manques à un bord, avec perte de quelques lettres). Elle a eu la bonté de lui donner « une grenade d’Italie ; permettez que je vous envoye un melon d’Espagne, cueilli dans un jardin du Royaume de Valence. Ce sont des melons d’hiver dont l’espèce vient de Barbarie. Ils n’ont ni la finesse ni le parfum des autres, ils en sont dédomagés par un sucre et une eau d’une fraicheur charmante, et ils se gardent tout l’hiver ; mais celui-ci a été un peu maltraité dans la route. Goutez-en, Madame, sans vous arrêter à la mine, et si vous le trouvez bon je pardonnerai à M. le Du [c] d’ALBE qui vient de me l’apporter de l’avo [ir] fait venir de si loin. Je vous prie de vouloir bien me faire garde [r] un peu de la graine. » [Don Fernando de Silva y Alvarez de Toledo, duc d’Albe (1714-1776), qui avait été ambassadeur à Paris, y était de retour en 1772 ; il se lia d’amitié avec Rousseau et d’Alembert.] Note ancienne au verso de la lettre : « Cette lettre de J.-J. Rousseau a été écrite à Mme Dupin et donnée par le Cte de Villeneuve son neveu à M. de Cousin-Courchamps. Rousseau avait été précepteur du fils aîné de Mme Dupin ainsi qu’il est assez connu. » Lettres, tome VI, n° 2286.

60– Manuscrit Musical autographe, Le Duo des roses ; 6 pages oblong in-fol. sur 2 bifeuillets, avec envoi autographe sur la 8e page (marque de pli). D’un duo de Jean-Jacques Rousseau, qui sera recueilli dans Les Consolations des misères de ma vie. Un autre manuscrit de ce Duo des Roses figure dans le Recueil de nouveaux airs sur d’anciennes chansons avec accompagnement, rassemblant des manuscrits musicaux trouvés dans les papiers de Rousseau après sa mort et déposés à la Bibliothèque royale en 1781 (BnF, Musique, Rés. Vm7.667, fol. 293-301, pagination de Rousseau 132-140).
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n°203 à 211)

Voltaire François Marie Arouet, dit (1694-1778)

61– L.A.S., « Voltaire », Cirey par Vassy en Champagne 9 novembre 1736, à Jean-Jacques Dortous de Mairan ; 4 pages in-4 (légères piqures). Longue lettre scientifique sur les forces motrices et sur l’optique, illustrée d’un croquis.

62– L.A.S., « V » (le début manque), [Cirey vers le 10 juin 1744, au duc de Richelieu] ; 3 pages in-4 (petites réparations au pli, une petite tache). Lettre inédite sur la préparation du livret de la comédie-ballet La Princesse de Navarre que Rameau va mettre en musique.

63– L.A.S., « Voltaire », Paris rue Traversière 22 mai 1746, [à Claude-Henri Feydeau de Marville ?] ; 3 pages in-4 (quelques légères taches). Lettre inédite sur l’affaire des libelles.

64– L.A.S., « Voltaire », Paris 18 août 1746, [au R.P. François Jacquier] ; 2 pages in-4 (taches et rousseurs) ; en italien avec post-scriptum en français. Lettre en italien, en son nom et celui de la marquise Du Châtelet, au mathématicien et physicien François Jacquier.

65– L.A.S., « V », [Sceaux] « ce samedy » [novembre-décembre 1747], à François-Augustin Paradis de Moncrif, « l’un des quarante de l’academie lecteur de la reine etc. à Versailles » ; 1 page in-8, adresse (rousseurs ; portrait gravé joint). Lettre lors de son séjour à Sceaux chez la duchesse du Maine.

66– L.A.S., « V », Potsdam 24 octobre 1750, [au marquis Henri de Thibouville] ; 4 pages in-4 (quelques fentes aux plis et réparation à un coin). Lettre sur le début de son séjour à Potsdam chez Frédéric II, et sur son théâtre.

67– M.A., autographe, Remarques historiques. Eglise ; 2 pages grand in-fol. sur les deux faces d’un feuillet de registre comptable (36 × 24 cm ; un peu taché, légères effrangeures, pli un peu fendu). Notes historiques qui semblent inédites ; elles pourraient se rattacher à la préparation de l’Essai sur les mœurs.

68– L.A.S., « V », Plombières 7 juin [juillet 1754], à Michel Lambert, « libraire pres de la comedie française à Paris » ; 1 page in-4, adresse. Lettre relative au tome III de l’Histoire universelle, imprimé chez Schoepflin, à Colmar.

69– L.A.S., « V », Prangins pays de Vaud 12 janvier [1755, à François de Chennevières] ; 1 page in-8.

70– L.S., « V » avec compliment autographe, Prangins 3 janvier 1755, à JeanVincent Capperonnier de Gauffecourt, chez le comte de Bellegarde, envoyé de Pologne, à Paris ; la lettre est écrite par son secrétaire Cosimo Collini ; 2 pages in-4, adresse (légères rousseurs). Lettre littéraire, saluant les philosophes de l’Encyclopédie.

71– L.A.S., « V », aux Délices 4 juin [1756], à Nicolas-Claude Thieriot ; 4 pages in-4 (infime déchirure marginale sans toucher le texte). Sur l’édition de ses « petits sermons » : le Poème sur le désastre de Lisbonne et le Poème sur la loi naturelle.

72– L.A.S., « V », aux Délices 22 avril 1757, à Marie-Anne du Boccage ; 1 page in-4 (bas un peu fendu et déchiré avec petit manque affectant le V de la signature). Lettre à la poétesse, successivement en vers, en italien et en anglais.

73– 8 L.A.S., « V » et 1 L.A., juillet-août [1758], à sa nièce Mme Marie-Louise Denis, aux Délices, à Genève ; 20 pages in-4, 7 pages in-8, 4 adresses (petite fente à une lettre). Belle correspondance à sa nièce Mme Denis, en partie inédite, pendant son voyage et son séjour à Schwetzingen chez l’Électeur Palatin ; il y rédigera Candide.

74– L.A.S., « V », [vers le 15 mars 1759], au « ministre » Jacob Vernes ; 1 page in-4, adresse (coins réparés avec perte de deux fins de ligne). Lettre, en partie inédite, où Voltaire nie être l’auteur de Candide.

75– L.S., « Voltaire », aux Délices près de Genève 4 juin 1759, à Antoine Le Bault, conseiller au Parlement de Bourgogne, à Dijon ; la lettre est dictée à son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages in-4, adresse, cachet cire rouge aux armes (brisé). Spirituelle lettre sur un procès.

76– L.A., [septembre-octobre 1759], à Mme d’Épinay ; 1 page in-8, adresse (fente au pli central). Lettre sur sa lutte contre l’infâme.

77– L.A.S., « Voltaire », [aux Délices] 11 octobre [1759], à Jean-François Guillet, baron de Monthoux, en son château à Monthoux ; 1 page in-4, adresse.

78– L.A., [aux Délices 24 ou 25 janvier 1760], à Louis-Gaspard Fabry, « maire et subdélégué, en diligence » ; 2 pages in-4, adresse. Voltaire dénonce les sbires de Saconnex qui se livrent à la contrebande, et veut libérer le pays de Gex de la gabelle.

79– L.S., « Voltaire » avec ajout autographe du lieu : « aux Délices » 20 juin 1760, [à François de Lassalle-Cézeaux] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-4 (légères rousseurs).

80– L.S., « Volt », aux Délices 16 août 1760, au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages in-4 (un coin déchiré sans perte de texte). Amusante lettre sur ses adversaires Lefranc de Pompignan, Fréron et Palissot.

81– L.S., « V » avec date et 3 lignes autographes, « a Ferney par Geneve » 12 novembre [1760], au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 3 pages in-4. Lettre au nouveau gouverneur de Bitche, parlant de ses ouvrages historiques.

82– L.A.S., « Voltaire », Ferney 6 mai 1761, [à Louis Quarré de Quintin] ; 3 pages in-4. Lettre en partie inédite, sur son élection à l’Académie de Dijon.

83– L.A.S., « V », Ferney 7 octobre 1761, au cardinal de Bernis ; 4 pages in-4. Lettre au cardinal de Bernis, parlant de son travail sur Corneille.

84– M.A., 1 page et demie in-fol. (31 × 21,6 cm, bord légèrement effrangé, et le haut légèrement rogné sans toucher le texte). Manuscrit de notes et pensées, qui semble inédit, notamment sur l’Orient, avec un extrait du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau.

85– L.A.S., « V », [aux Délices] 13 juin [1764], à Madame Constant Pictet à Lausanne ; 1 page in-4, adresse avec restes de cachet de cire rouge (fentes aux plis du feuillet d’adresse). Sur l’affaire Calas.

86– L.A.S., « V », Ferney 24 janvier [1765], au comte d’Argental, « envoyé de Parme etc » ; 3 pages in-4, adresse (légères effrangeures sur les bords, pli médian fendu). Amusante lettre citant une lettre de Frédéric II, et traitant de fou Jean-Jacques Rousseau.

87– L.S., « Voltaire » avec 2 lignes autographes, Ferney 19 janvier 1767, à Antoine Le Bault, conseiller au Parlement de Bourgogne, à Dijon ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-4, adresse avec cachet de cire rouge aux armes (brisé).

88– L.S., « V », Ferney 28 février 1767, au comte de Tressan ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis WAgnière ; 4 pages petit in-4. Lettre sur le Portrait historique de Stanislas le Bienfaisant de Tressan, et sur Newton.

89– L.S., « V », 12 février 1768, [au comte de Rochefort et à Madame] ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 3 pages in-4. Lettre à de jeunes mariés, les remerciant d’un envoi de champagne, et désavouant son dialogue philosophique Le Dîner du comte de Boulainvilliers.

90– Lettre dictée, [Ferney] 6 novembre 1770, au marquis de Voyer d’Argenson ; 3 pages in-4 (petit trou). Lettre de discussion philosophique.

91– L.S., « Voltaire gentilhomme ordinre du Roy », « au chateau de Ferney, païs de Gex » 17 juin 1771, [à Pierre-Étienne de Boynes] ; 3 pages in-4. En faveur des horlogers de Ferney.

92– M.A., Precis du livre de Dumarsai qu’il faut refuter ; 1 page in-4. Notes philosophiques sur la religion, qui semblent inédites.

93– L.S., « V », [Ferney] 28 juillet 1774, à la marquise du Deffand ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 3 pages in-4. Lettre du « vieux malade de Ferney » à la marquise du Deffand.

94– L.S., « V » et 2 lettres dictées, [Ferney] février-mars 1776, au comte de Tressan ; les lettres sont écrites par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 2 pages, 2 et 2 pages et demie in-4. Voltaire prend la défense de Delisle de Sales, condamné au bannissement à vie pour sa Philosophie de la nature.

95– P.A.S., « Voltaire gentilhomme orde du Roi », « au château de Ferney » 25 avril 1777 ; 1 page oblong in-8.

96– L.S., « Voltaire », Ferney « 10e auguste 1777 », à Félix de La Sauvagère, « ancien officier du Roi, etca en son château des Places » ; 1 page et demie in-4, adresse avec marque postale de Lyon et cachet de cire rouge (rousseurs, petits trous et fentes réparées, déchirures au feuillet d’adresse).

97– L.S., « Voltaire », [Paris] 2 avril 1778, à M. Bonnard, avocat ; la lettre est écrite par son secrétaire Jean-Louis Wagnière ; 1 page in-8, adresse. Lettre inédite, moins de deux mois avant sa mort (30 mai).
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lots n°240 à 277)

98– L.S., « Voltaire », Ferney 13 janvier 1766, à la baronne de Monthoux, à Annemasse ; la lettre est écrite par Jean-Louis Wagnière ; 1 page petit in-4, adresse avec beau cachet de cire rouge à ses armes. « Toute la maison de Ferney vous remercie et est à vos ordres, si ma vieillesse et ma santé me le permettaient, j’aurais l’honneur de venir moi même les prendre chez vous » […] Correspondance (Pléiade, T. VIII, p. 335).
(ALDE, cat. 07 juin 2019, lot n° 250)

99– Minute de lettre de la main de son secrétaire Jean-Louis Wagnière, aux Délices près de Genève 15 avril 1762, à une demoiselle ; 2 pages et demie in-4. Lettre sur les débuts de l’affaire Calas. Il a demandé auprès de M. de Chazel « des éclaircissements sur l’avanture horrible de Calas, dont le fils a excité ma douleur, autant que ma curiosité », et sur laquelle il ne s’est pas encore fait d’avis, ne connaissant encore que « les factums faits en faveur des Calas, et ce n’est pas assez pour oser prendre parti. J’ai voulu m’instruire en qualité d’historien. Un évênement aussi épouvantable que celui d’une famille entière, accusée d’un parricide commis par esprit de religion, un père expirant sur la roue pour avoir étranglé de ses mains son propre fils, sur le simple soupçon que ce fils voulait quitter les opinions de Jean Calvin ; un frère violemment chargé d’avoir aidé à étrangler son frère, la mère accusée, un jeune avocat soupçonné d’avoir servi de boureau dans cette exécution inouïe ; cet événement, dis-je, appartient essentiellement à l’histoire de l’esprit humain, et au vaste tableau de nos fureurs et de nos faiblesses, dont j’ai déjà donné une esquisse ». Il persiste à souhaiter que « le parlement de Toulouse daigne rendre public le procez de Calas, comme on a publié celui de Damiens. On se met au dessus des usages dans des cas aussi extraordinaires. Ces deux procez interessent le genre humain ; et si quelque chose peut arrêter chez les hommes la rage du fanatisme, c’est la publicité et la preuve du parricide et du sacrilège, qui ont conduit Calas sur la roue, et qui laissent la famille entière en proye aux plus violents soupçons » […] La lettre est écrite par Wagnière et porte le numéro caractéristique à l’encre verte montrant que cette copie a été utilisée pour l’édition de Kehl. Correspondance (Pléiade), T. VI, p. 861.

100– 2 P.A.S., de la main de son secrétaire Jean-Louis Wagnière, la première avec note autographe de Voltaire, 15 février 1759 ; 1 page in-4 chaque. À propos du paiement et de la cession du château de Tournay. En 1758 Voltaire achète au Président de Brosses, du Parlement de Bourgogne, le château de Tournay, sous forme de bail à vie avec le titre comtal qui y est attaché. Ces pièces traitent du contentieux qui oppose les deux parties, notamment pour le paiement du centième denier. Le premier document porte cette note de la main de Voltaire : « Memoire pr le centieme denier » : « Le Sieur de Voltaire, gentilhomme ordinaire du Roy, étant mieux informé, représente, que non seulement il ne doit pas le centième denier pour la promesse par lui faitte au Sieur Président de Brosses, d’emploïer douze mille Livres à sa propre volonté, et convenances dans trois ans en reparations au chatau de Tournay, mais qu’il ne doit pas non plus le centième denier pour le bail à vie avec ledit sieur Président » […] Le second document précise que la cession de cette terre doit être effectuée le 22 février 1759, et que le contrat stipule que « l’acquéreur fera au bout de trois années des réparations qui monteront à douze mille livres », etc. On joint une P.S. de François Arouët (père de Voltaire), 18 janvier 1693 (vélin oblong in-8 avec cachet fiscal).

101– L.A.S., [cette lettre n’est pas de Voltaire mais écrite par Chappu (ou Chappuz)], Gex 29 septembre [1766 ?] ; 4 pages in-4. Lettre de témoignage d’une grande soirée chez Voltaire à Ferney. Chappu (ami des Amelot de Dijon) fait en Suisse un voyage agréable, assistant à des fêtes continuelles, notamment celle organisée par la République de Genève, qu’il raconte en détails. Avec ses amis Amelot, il assiste à de belles cérémonies, et de somptueux repas, où il découvre notamment des poissons aussi étonnants que délicieux, comme la truite saumonée et l’omble chevalier […] Enfin, ils ont été invités à souper chez M. de Voltaire au château de Ferney. La soirée a commencé par la représentation d’une comédie, avec une centaine d’invités : « Mr de Voltaire, quoiqu’avec un air cassé, est fort honette et bien spirituel, il fut fort gai je n’ai jamais vu une si brillante compagnie, il y avoit un prince russe avec son épouse parente de l’impératrice couverte de pierreries », des princes russes, allemands, italiens, « et des premiers seigneurs de France. Voltaire a dans ce château de Ferney une cour bien plus flatteuse que celle des souverains qu’il ne doit qu’à ses talens ; je voulus savoir comment il s’en tireroit pour le souper. Il y eut trois tables soixante quatre couverts tous en vaisselle platte ». Un jésuite auquel il confia sa surprise du grand train de cette maison lui expliqua que M. de Voltaire avait près de 200.000 livres de rente, et qu’il devait cette fortune au maréchal de Saxe. La maison est très belle mais trop petite pour cette grande compagnie : « mon jésuite me disoit qu’il y voyoit passer toute l’Europe en revue […], il donne des emplacemens à tous ceux qui veulent s’établir à côté de chez lui, il fait même des avances pour bâtir. Il a deux nièces mariées chez lui plus la petite fille du grand Corneille qu’il a mariée avec un capitaine des dragons fort riche, il y a un ingénieur et sa femme, tout cela compose ses acteurs, un fameux Cramer libraire de Genève homme d’esprit avec quelques seigneurs voisins. Il n’a que quatre lits à donner chez lui, les chevaux et les domestiques sont à l’auberge, son cabinet de compagnie est pour ainsi dire tapissé de belles peintures ; on donna un petit feu d’artifice après le souper ; chacun se retira ».
(ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 10-11 décembre 2018, lots n°295 à 297)

ADDENDA

102Notre rubrique, déjà largement ouverte, ne saurait évidemment recenser tous les documents relatifs au XVIIIe siècle venus à notre connaissance et passant en vente ou sur catalogue. Encyclopédies, ouvrages originaux de Diderot ou D’Alembert et documents exceptionnels se rapportant à notre période sont signalés dans ce supplément à notre rubrique principale.

Angelo Domenico (1716-1802) maitre italien en escrime

103– L’École des armes, avec l’explication générale des principales attitudes et positions concernant l’escrime. Londres, R. & J. Dodsley, 1763. In-folio oblong, maroquin vert, large dentelle dorée composée de roulettes et de fers floraux en encadrement et aux angles, dos richement orné, pièce de titre rouge, dentelle intérieure dorée, tranches dorées (Reliure de l’époque). Édition originale de ce splendide traité d’escrime illustré de quarante-sept planches de gardes et de passes d’armes, dessinées par Gwyn et gravées au burin par Grignion, Ryland, Chamber, Hull, etc. Livournais d’origine, Domenico Angelo Malevolti Tremamondo, dit simplement Angelo (1716-1802), pratiquait l’escrime française, qu’il avait étudiée à l’École royale de Paris auprès de Teillagory. Entièrement composé en français, son traité fut publié à Londres, où l’auteur avait fondé The Angelo’s School of Arms, à Soho, une salle d’armes de grande réputation qui accueillit notamment Casanova et le chevalier d’Éon. « This work and its illustrations were considered so excellent that when Denis Diderot and Jean Le Rond d’Alembert were compiling their Encyclopédie, they obtained Angelo’s permission to use the full treatise and its illustrations for the encyclopaedia’s fencing entry. It should be noted that much of the fencing depicted by Angelo resembles, in form, fencing as it is practiced today. » (Encyclopædia Britannica). Très bel exemplaire en grand papier somptueusement relié en maroquin à dentelle destiné à être offert aux princes et autres personnages illustres. Thimm, 9 – Gelli, 21-22 et 480 – Vigeant, 28-29 – Pardoel, n° 116.01 – Garcia Donnell, n° 26.
(« ALDE, cat. 15 février 2019, lot n° 58) »

Dictionnaire de Bayle

104Dictionnaire Historique et Critique. Amsterdam, Compagnie des libraires, 1734 ; 5 volumes in-folio. Plein veau brun, dos à nerfs richement ornés, pièces de titres et de tomaisons en maroquin rouge. Portrait gravé de Pierre Bayle. Intéressante note manuscrite en début de tome 1.
(Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 21 février 2019, lot n° 53)

D’Alembert Jean Le Rond (1717-1783)

105– 3 Manuscrits avec corrections autographes. S.I.n.d. 20-11-3 pp. in-8 carré, ratures et corrections. Réunion de 3 articles de d’Alembert rédigés pour l’Encyclopédie : « Aveugle » « Chronologie » « Ecclésiastique ». Le premier article est le plus connu pour la polémique qu’il a suscitée, et a souvent été attribué à Diderot qui s’était déjà fait remarquer sur le même sujet avec sa Lettre sur les aveugles, éditée en 1749. Pour échapper à la censure, d’Alembert écrira l’article luimême mais en reprenant les réflexions de son ami Diderot. […] « On peut être aveugle de naissance ou le devenir, soit par accident, soit par maladie. Notre dessein n’est point ici de traiter des maladies ou des causes qui occasionnent la perte de la vue, et qu’on trouvera dans l’Encyclopédie à leurs articles » ; nous nous contenterons de faire des réflexions philosophiques sur la cécité, sur les idées dont elle nous prive et sur l’avantage que les autres sens peuvent en retirer […] M. Diderot a publié sur le sujet en 1749, un petit ouvrage très philosophique et très bien écrit […] Nous allons donner […] l’extrait de cette lettre dont la métaphysique est partout très fine et très vrais […]. »
(Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 17 octobre 2018, lots n° 6)

106– Histoire des membres de l’Académie française, morts depuis 1700 jusqu’en 1771. Paris, Moutard, 1787. 6 volumes in-12, veau marbré, triple filet doré, dos lisse orné d’une alternance de six pièces de maroquin rouge, vert, bronze et citron alternées, tranches mouchetées (Reliure de l’époque). Remise en vente de la première édition publiée par Condorcet. Le premier volume avait d’abord paru seul, en 1779, sous le titre Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie françoise. En frontispice, un portrait de l’auteur gravé par Savart d’après une peinture de Mlle Lusurier, élève de Drouais. D’Alembert s’attacha à écrire cette histoire de l’Académie française, faisant suite à celles de Pelisson et d’Olivet pour le XVIIe siècle, après avoir été nommé secrétaire perpétuel de l’institution, en 1772. Bel exemplaire dans une attachante reliure de l’époque. De la bibliothèque Henri Debard, avec cachet ex-libris. Petites marques d’usure aux coiffes et aux coins.
(ALDE, cat. 25 octobre 2018, lot n° 3)

107– Œuvres philosophiques, historiques et littéraires […]. Paris, Jean-François Bastien, An XIII (1805). 18 volumes in-8, plein veau raciné de l’époque, dos lisses ornés d’un décor consulat de compartiments entièrement garnis d’une résille et palettes dorées, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et bleu, roulette d’encadrement sur les plats, filets dorés sur les coupes, portrait gravé de l’auteur en frontispice et une planche dépliante. Première édition collective complète des œuvres de d’Alembert, qui demeurent une source importante pour les toutes les éditions postérieures. [Ces œuvres de d’Alembert que le libraire-imprimeur Jean-François Bastien fit paraître à Paris en 18 volumes, tous datés de 1805, se voulaient une édition soignée : une partie du tirage s’est faite sur papier vélin ; un portrait gravé de D’Alembert est placé en frontispice du tome I ; en tête de l’ouvrage figurent les notices autobiographiques de l’auteur et divers textes biographiques, signés de La Harpe, de Marmontel et de Condorcet. Le titre rappelle celui des Mélanges publiés par D’Alembert de son vivant, mais la distribution des matières a été réorganisée et Bastien n’a pas manqué d’incorporer à cette première édition complète (ainsi qu’il la qualifie lui-même dans sa dédicace) les textes publiés en dehors des Mélanges avant et après la mort de l’auteur] (Irène Passeron, Les œuvres complètes de d’Alembert, Introduction, P. xxxiv-xxxvii). Bien complet de la planche dépliante « Système figuré des connoissances humaine » avec son explication. (Brunet, II, 471. France littéraire, I, 27. Cioranescu, 7 499). Accidents aux reliures et accrocs, sinon exemplaire solide, intérieur frais. (Librairie Hatchuel, cat. 69, lot n° 1)

D’Alembert Jean Le Rond & Diderot Denis

108– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Paris, chez Briasson, David, Le Breton & Durand, 1751-1780. 35 vol. In-folio. Veau granité de l’époque, dos à nerfs orné. Double filet sur les coupes. Pièces de titre rouge et de tomaison verte. Mouillures marginales avec restauration aux tomes du texte et des volumes du Supplément. Faibles mouillures aux planches. T.7 Galeries de vers en marges basses n’atteignant pas les planches.
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018, lot n° 27)

109– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Recueil de planches. – Nouveau dictionnaire pour servir de supplément. – Suite du recueil de planches. – Table analytique et raisonnée des matières. Paris, Briasson, e.a., [puis] Neuchâtel, Samuel Faulche, [puis] Paris et Amsterdam, Panckoucke, e.a., 1751-1780. 29 volumes in-folio (sur 35), demi-veau fauve avec coins, tranches mouchetées (Reliure de l’époque). Exemplaire incomplet de six volumes (les VIe, IXe, XIe et XIIIe vol. de texte et les Xe et XIe vol. de planches). Épidermures, manques et légères traces de moisissure aux reliures, défauts d’usage.
(ALDE, cat. 25 octobre 2018, lot n° 48)

110– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. 1-7, Paris, Briasson, etc., 1751 – T. 8 à 17 Neuchatel, Faulche, 1765 – Supplément – Paris, Panckoucke, Amsterdam, Rey, 1776-1777 – 4 volumes – Ensemble 21 volumes in-folio : reliures dépareillées veau ancien, dos orné à nerfs, (mors fendu au T. 1 reliure plus foncée au T. 6, les tr. sont dorées à partir du T. 7, reliures différentes pour le T.4 du Supplément. Sans les planches). 1re édition. –1-7, Paris, Briasson, etc., 1751 – T. 8 à 17 Neuchatel, Faulche, 1765 – Supplément – Amsterdam, Rey, 17761777 – 4 (/5) volumes – Planches 10 (/11) volumes dont 1 suite des pl. – Table : 2 vol – reliures très usagées en particulier au vol. 7 des pl.. Les volumes 1 et 10 de pl. sont déreliés – Ensemble 31 (/33) vol., 1 volume de pl. et 1 volume du supplément manquent. 1re édition. Non collationné.

111– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Genève, Pellet, 1777-79 – 36 volumes in-4 et 3 vol. de pl. : port. – veau ancien, dos orné à nerfs. (1 volume reliure dépareillée, dos en état médiocre) + 4 (/6, sans 2 et 3) volumes de table (trouvés dans la 1re chambre). Ex-libris Annibal Massot à 2 vol. des pl. : 443 pl. (quelques salissures et rousseurs).
(Blanchy-Lacombe, vente de la Bibliotheque du chateau de Bazadais, Bordeaux 15 juin 2018, lots n°82, 83 et 177)

112– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. – Genève, Pellet, 1773-1777 – 38 vol. in-4, dont 2 de planches. – Veau marbré ancien, dos orné à nerfs, p. de titre rouge et fauve. Incomplet du T.2 des planches. (Frotté, coiffes parfois faibles ou arrachées). – 36 vol. in-4. – Veau marbré ancien, dos orné à nerfs, pièces de titre bordeaux et pièces de tomaison vertes. (Incomplet des 3 tomes de planches, coiffes accidentées, 3 départs de mors fendus, manques de cuir sur le caisson de tête et sur le plat supérieur).
(Blanchy-Lacombe, vente Hôtel des Chatrons, Bordeaux 13 juin 2019, lots n°92 et 93)

113– [Diderot – D’Alembert] – Procès à l’encontre des éditeurs et libraires de l’Encyclopédie. Paris, de l’imprimerie de Grangé, et Cellot, 1770-71. In-4° de 14-8-152 pages, veau, dos à nerfs orné (reliure de l’époque). Mémoire et consultation pour P. J. F. Luneau de Boisjermain, souscripteur de l’Encyclopédie, dans lequel il démontre que les libraires associés doivent restituer à lui et à chaque souscripteur, 457 £ par exemplaire, soit trois millions sept cent quatrevingt mille trois cent cinquante-deux livres […]. Relié avec d’autres factums (Édits royaux, mandements divers, mémoire pour le Marquis de Gouy,..). Reliure manipulée.

114– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, Stoupe, Panckoucke, Brunet : Neufchatel, Faulche [En réalité Paris], 1751-1780. 35 volumes in folio, veau brun, dos à nerfs orné (reliure de l’époque). Édition originale qui se compose de 17 volumes de texte et 11 volumes de planches publiés par Le Breton de 1751 à 1772 ; de 4 volumes de supplément et 1 volume de planches. Enfin 2 volumes de tables alphabétiques publiés par Panckoucke en 1780. Les planches sont au nombre de 3099 (sur 3129), (30 planches, Lutherie, marbrerie et papeterie n’étant pas été reliées dans cet exemplaire). L’exemplaire est cependant complet des 3 planches d’hermaphrodites, qui manquent souvent, du grand tableau dépliant « Essai d’une distribution […] » et surtout des 2 magnifiques frontispices différents, dessinés par Cochin, l’un avec la presse et l’autre sans elle. Quelques différences de reliure, restaurations à de nombreux volumes (coiffes, coins, charnières).
(De Baecque, cat. vente à Lyon, 13 décembre 2018, lot n° 14 et 15)

115– Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres. Paris, Neuchâtel, 1751-1780 ; 35 vol. in-folio, reliures de l’époque veau marbré, dos à nerfs ornés de motifs dorés, accidents mineurs à quelques coiffes. Détail : Texte, 17 volumes ; Planches, 11 volumes, ces 28 volumes publiés par Diderot ; il s’y ajoute : 5 volumes de Suppléments (dont un de planches) et 2 volumes de Tables, ces derniers volumes publiés de 1776 à 1781 par l’éditeur Panckoucke.
(Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 7 juin 2018, lot n° 109)

Dictionnaire de Trévoux

116– Dictionnaire universel françois et latin. Paris, 1752 ; 7 vol. et 1 vol. de supplément, soit 8 vol. in-folio, veau blond jaspé orné de l’époque. (Petits défauts de reliure).
(Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 21 février 2019, lot n° 15)

Diderot Denis (1713-1784)

117Jacques le Fataliste et son maître. Paris, Buisson, 1797. 2 tomes en un volume in-8, demi-basane fauve avec coins de vélin, dos lisse orné, non rogné (Reliure de l’époque). Édition originale. Complexe et déroutant, Jacques le Fataliste avait d’abord paru en feuilleton dans la Correspondance littéraire de Grimm, entre 1778 et 1780. Il fut ensuite publié en allemand, dans la traduction de Schiller en 1785 et dans celle de Mylius en 1792, et fit l’objet d’éditions françaises retraduites de l’allemand et tronquées. Le texte original de Diderot ne fut édité qu’en 1797, sur une copie manuscrite provenant vraisemblablement de la bibliothèque de Grimm, et connut plusieurs éditions la même année. Exemplaire grand de marges, avec témoins. De la bibliothèque des Chapelles, avec cachet ex-libris. Petit frottement à la coiffe de tête. Adams, JF1 – Tchemerzine, II, 965. – On joint : Jacques le Fataliste et son maître. Paris, Maradan, 1798. 2 tomes en un volume in-12, basane racinée, guirlande dorée, dos lisse orné, tranches marbrées (Reliure de l’époque). Nouvelle édition, ornée de deux frontispices de Challiou gravés par Baquoy et Patas. Deux coins émoussés. Adams, JF9.
(ALDE, cat. 15 février 2019, lot n° 82) »

118Lettre sur les sourds et muets, A l’Usage de ceux qui entendent & qui parlent. S.l. [Paris, Bauche], 1751. In-12 de × pp., 400 pp., (6) ff. pour l’errata et la table, 5 planches hors-texte. Relié en plein veau marbré, filet à froid autour des plats, dos lisse orné de fleurons dorés, filet or sur les coupes, tranches marbrées rouges. Reliure de l’époque. 154 × 84 mM. Édition originale de ce traité important, publié sans nom d’auteur, dans lequel Diderot pose les principes esthétiques qu’il développera dans l’article « Beau » de l’Encyclopédie dont le prospectus venait d’être répandu dans le public en octobre 1750. Tchemerzine, II, 931 ; Adams, Bibliog. des œuvres de Diderot, II, LH4, p. 230. Notre exemplaire appartient à l’état ultime du texte, le plus complet, de quatrième émission, avec 1 feuillet d’errata et une table des matières qui ne l’accompagnent pas normalement (exceptés dans les exemplaires Cambridge et B.n.F.). (Librairie Sourget Amélie, cat. 29, lot n° 32)

119– Le père de famille, comédie en cinq Actes, et en Prose, avec un discours sur la poésie dramatique. Amsterdam, 1758. – 2 parties en un volume in-8, 195 × 120 : xxiv pp. mal chiffrées xxjx, 220, xij, 195 pp. Veau marbré, dos lisse orné, tranches rouges (reliure de l’époque). Adams, II, PF1, pp. 297-298. Édition originale de cette très importante pièce de Diderot, suivie, avec pagination séparée, d’un essai sur le théâtre dédié à Grimm, intitulé Discours sur la poésie dramatique. Publiée en 1758 mais créée à Marseille en novembre 1760 et jouée par la Comédie française pour la première fois le 18 février 1761, cette pièce fut le premier drame bourgeois à être représenté en France. Malgré des débuts difficiles, il obtint un très grand succès lors de sa reprise en 1770 et fut régulièrement joué jusqu’au début du XIXe siècle, si bien que l’on recense plus de 45 éditions séparées publiées entre 1758 et 1800. Exemplaire bien conforme à la description donnée par Adams, comprenant bien tous les cartons mentionnés. Petits travaux de vers à un mors, coins très légèrement émoussés. (Librairie Pierre Bergé, cat. 30 mai 2018, lot n° 210)

120– Le père de famille, comédie en cinq Actes, et en Prose, avec un discours sur la poésie dramatique. Amsterdam, 1758. In-8 de xxiv pp. [la p. xxiv est chiffrée xxix], 220 ; xii pp., 2 cartons pour les pp. 113-114 et 127-128 reliés avec ces ff. préliminaires, 195 pp. Relié en plein veau marbré, filet à froid encadrant les plats, dos lisse orné de filets, fleurons et étoiles dorés, pièce de titre de maroquin rouge, filet doré sur les coupes, tranches rouges. Reliure de l’époque.192 × 122 mM. Édition originale de cette pièce inspirée par l’amour de Diderot pour sa future femme, mademoiselle Champion. Adams, PF1 ; Cioranescu 24151 ; Tchemerzine, II, 942. « Selon Wilson, entre 1758 et 1800, trente-deux éditions parurent en français. En fait, la pièce remporta un succès encore plus éclatant pour l’époque, avec plus de 45 éditions séparées, sans compter celles qui furent publiées dans des recueils ou éditions collectives » (Adams). Notre exemplaire comporte bien les 22 cartons mentionnés par Adams : Père de famille : E3, E6 ; O4, O5 ; De la poésie dramatique : C1, C8 ; D2-D6 ; E4, E5 ; H1, H2, H8 ; I1, I3-I6 ; K3.
(Librairie Sourget Amélie, cat.17, lot n° 25)

121– Œuvres philosophiques de Mr. D***. Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1772. 6 vol. in-8, 3 front., 22 pl. h. t. (9 fig., 12 pl. techniques et une pl. de musique), bas. fauve de l’ép., dos lisses ornés frottés, triple fil. dor. sur les plats, qqs. coiffes abîmées avec petit manques, qqs. épid., qqs. coins émoussés. Tch II, 957. Cohen 303. Contient : I. Essai sur le mérite et la vertu – Code de la Nature ou véritable esprit de ses loix. –Mémoire pour servir à la Béatification d’Abraham Chaumeix, illustre anti-philosophe de nos jours. – II. Pensées philosophiques. – Pensées sur l’interprétation de la nature. – Lettre sur les aveugles, à l’usage de ceux qui voient. – Lettre sur les sourds et muets à l’usage de ce qui entendent et qui parlent. – III. Le Père de famille. – De la poésie dramatique, à mon ami M. GrimM. – IV. Le Fils naturel ou les épreuves de la vertu. – V. Les Bijoux indiscrets. – VI. Traité du Beau. – De la philosophie des chinois. – Mémoires sur differens sujets de mathématiques : Principes d’acoustique – Examen de la developpante du cercle – Examen d’un principe mécanique sur la tension des cordes – Projet d’un nouvel orgue – Lettres sur la résistance de l’air au mouvements des pendules. Deux titres sont faussement attribués à Diderot : Le Code de la nature de Morelly et le Mémoire pour Abraham Chaumeix de Morellet.
(Librairie Blanchet, cat. 26 octobre 2018, lot n°265)

122– Pensées Philosophiques. Aux Indes, chez Bedihuldgemale, 1749. In-16 de 65-(7) p. Reliure du XIXe siècle demi-chagrin rouge, dos lisse orné (quelques petites épidermures). Edition publiée sous une adresse fictive de ce recueil d’aphorismes paru pour la première fois à Paris en 1746. https://www. benl.ebay.be/itm/1817-Manuscript-Radical-Philosophy-Diderot- Dalembert)

123– Pensées Philosophiques. La Haye, Aux dépens de la Compagnie [i.e. Paris, Laurent Durand], 1746. In-12, plein veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, filets d’encadrement à froid sur les plats, filet doré sur les coupes, tranches rouges (2), 136 p., (12) p. de table, planche frontispice gravée. Édition originale illustrée d’une planche gravée en frontispice : « La vérité arrache le masque à la superstition ». L’œuvre fulgurante d’un jeune philosophe à la recherche de lui-même » (R. Mortier). Dans ce volume scandaleux, Diderot s’attache, par aphorismes, à explorer les voies d’une morale fondée sur la raison, la réhabilitation des passions et la libre pensée, affranchie du joug de la religion. Ce livre mérite d’être considéré, vu les polémiques et les échos qu’il suscita, comme l’un des plus importants du XVIIIe siècle » (Wilson, Diderot, p. 47). « La pensée qu’il n’y a point de Dieu n’a jamais effrayé personne ; mais bien celle qu’il y en a un, tel que celui qu’on me peint » (Aphorisme n° IX, p. 13). Selon Adams, exemplaire de second tirage, en tout point semblable au premier, à l’exception des feuillets A2 (p. 3-4) et H2 (p. 91-92) corrigeant deux fautes du premier tirage. L’ouvrage fut condamné au feu par arrêt du parlement de Paris, le 7 juillet 1746. (Adams, Bibliographie des œuvres de D. Diderot, II, PD2. Tchemerzine-Scheler, II, 919). Bel exemplaire bien relié à l’époque, imprimé sur papier fort, grand de marges (153 × 88 mm).
(Librairie Hatchuel, cat. 69, lot n° 18)

124– Pensées Philosophiques. La Haye, Aux dépens de la Compagnie, 1746. In-12 de (1) f.bl., 1 frontispice, (1) f. de titre, 136 pp., (6) ff. de table, le dernier restauré en marge inf., (1) f.bl., ex-libris manuscrit sur le titre. Plein veau marbré, dos à nerfs orné de fleurons dorés, coupes décorées, tranches marbrées. Reliure de l’époque. 145 × 85 mM. Édition originale du premier grand traité philosophique de Diderot. Tchemerzine, II, 919 ; David Adams, Bibliographie des œuvres de Denis Diderot, II, PD3 ; Niklaus (1965). Exemplaire sur papier fort du premier état selon Niklaus et Tchemerzine, avec les erreurs d’imposition mentionnées par celui-ci aux pp. 31 à 34 et 43 à 46 ; du troisième état selon David Adams. Le premier tirage, rare, contient des erreurs d’imposition aux pp. 31 à 34 et 43 à 46 » (Tchemerzine). Le présent ouvrage est illustré en premier tirage d’un frontispice gravé représentant la Vérité, debout à droite arrachant le masque à la Superstition qui, renversée, tient un sceptre brisé. (Librairie Sourget Amélie, cat.29, lot n°31)

Diderot Denis et Jaucourt Louis de (1704-1780)

125– Article « Jésuite », tiré de l’Encyclopédie par Main de Maître [Denis Diderot], Où on trouve l’Histoire Abrégée Chronologique de l’Établissement, des Vices, des Vertus, de la décadence & de la ruine de cette société dans plusieurs Royaumes & États d’Europe &c. &c. Suivi de l’article « peuple », tiré du même livre [par le chevalier Louis de Jaucourt]. Londres, Aux dépends [sic] de la Compagnie [i.e. Lausanne, F. Grasset], 1766. In-8, cartonnage papier marbré tourbillon à la Bradel, pièce de titre de maroquin rouge (rel. moderne), 50 p. Édition originale de premier tirage imprimée à Lausanne par Antoine Chapuis probablement pour le compte de François Grasset (cf. S. Corsini, BCU Lausanne, Biblos 18). Dans cet essai érudit composé après la suppression de la Compagnie de Jésus en 1762, Diderot s’appuie sur des sources historiques abondantes pour justifier l’élimination de l’ordre et dresser un réquisitoire contre les jésuites, le caractère despotique de leur constitution et leur projet de domination universelle. Au cours de sa démonstration, il analyse plus largement l’action néfaste du pouvoir religieux sur la société civile. Cette œuvre de Diderot est, ainsi, donnée comme une bonne synthèse de sa conception de la tolérance civile et de sa vision des rapports entre l’Église et l’Etat (cf. J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie, p. 494 sq.). L’article « Jésuite » est paru dans le tome III de l’Encyclopédie et l’article « Peuple » dans le tome XII (1766). (Adams, G26. De Backer-S., XI, 196, 1407. Tchemerzine-Scheler, II, 947). (Librairie Hatchuel, cat. 69, lot n°19)

Diderot Denis et Shaftesbury Antony Ashley, comte de (1671-1713)

126– Principes de la philosophie morale ; ou Essai de M. S*** [Shaftesbury] sur le mérite et la vertu. Avec Réflexions. Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1745. In-8, plein veau de l’époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, triple filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, roulette intérieure, tranches rouges, xxx, 297 p., (1) bl., (9) p. de table et errata, (1) p. bl., (1) f. bl., 2 planches gravées hors texte. Édition originale du premier essai philosophique du jeune Diderot, illustrée de 2 planches gravées hors texte, fleuron et 2 vignettes de Durand gravés par Fessard. Cet exercice auquel se livra Diderot sur un original anglais fut davantage une paraphrase qu’une traduction. C’est un travail fort important pour saisir l’évolution de sa pensée. Il s’agissait de An Inquiry concerning Virtue and Merit de Lord Shaftesbury […]. Il y avait quelque danger à présenter au public français, un ouvrage qui affirmait aussi franchement l’existence d’une morale naturelle, indépendant des sanctions d’une religion ou d’une Église données » (Wilson p. 44). Sur cet « ouvrage capital pour saisir l’évolution de la pensée de Diderot », cf. A. Wilson, p. 43 sq. et Venturi, La jeunesse de Diderot, passiM. (Adams, PY1. Cohen, 306. Tchemerzine-Scheler, II, 916). Petites traces de restauration aux coiffes. Bel exemplaire dans sa première reliure de veau blond.
(Librairie Hatchuel, cat. 69, lot n°17)

Du Châtelet Émilie (1706-1749), mathématicienne, femme de lettres

127– M.A., « Loix du mouvement assés bien déduites » : manuscrit autographe [S.l., après 1732] 17 p. sur 16 f. in-8 (20,3 × 14,2 cm) broché. Abondamment corrigé, de notes de lectures des communication faites à l’Académie des sciences et des listes d’ouvrages à consulter ou à relire concernant les mathématiques et la physique, particulièrement la pesanteur et le mouvement. Les lectures de la marquise du Châtelet comprenaient tout ce que son époque pouvait ofrir à ce sujet : Descartes, Newton, Duhamel ou encore Fontenelle. On joint : des notes autographes de travail comportant des équations et des schémas, 37 p. sur 10 f. simples et 7 f. doubles et 2 cartes à jouer (dimensions diverses).

128– M.A., « Cours de géométrie » : manuscrits autographes [S.l. vers 1734 ?] Ens. 264 p. sur 154 feuillets en 8 cahiers in-8 (19,6 × 15,6 cm) et 3 f. doubles. Abondamment corrigés et augmentés, avec des équations, relatif à l’étude de la géométrie. Étudiante méthodique et acharnée, Émilie du Châtelet reçoit son éducation en géométrie de Moreau de Maupertuis entre 1730 et 1734, sur les conseils de son premier amant, le duc de Richelieu. C’est Alexis-Claude de Clairaut qui prend le relais à partir de 1737 : leur relation dure j usqu’à la mort de la marquise et elle lui demande régulièrement de corriger ses manuscrits et exercices. Elle aborde aussi dans ce cours divers problèmes de mathématiques tels que les fractions, les puissances numériques, le calcul incorporant des incommensurables complexes etc.

129– 7 M.A., manuscrits autographe de mathématiques [S.l.n.d.] Ens. 191 p. sur 104 f. en 4 cahiers et feuillets volants in-8 et in-folio (dimensions diverses). Etudes et notes mathématiques, abondamment corrigés et augmentés, avec équations et schémas. Chacun porte sur des thèmes diférents et sont parfois décomposés en plusieurs parties : – De la réduction et de la construction des équations du second degré » – Des fractions » – Exemples des 4 règles en nombres entiers » – Proposition fondamentale des lignes et des angles » – Division des équations » – Extraction des racines » etc.

130– M.A., « Anatomie de l’oreille » [suivi de :] « Anatomie de l’œil » et notes diverses : manuscrits autographes [S.l., vers 1735-1738] Ens. 70. p. sur 37 f. en 1 cahier in-8 (23,3 × 18,1 cm), vélin à double lacet, dos portant la mention manuscrite « Métaphysique » (reliure de l’époque). Abondamment corrigés et augmentés, concernant l’anatomie détaillée de l’oreille et de l’œil, suivis de notes diverses sur l’astronomie, l’optique, la médecine et la chimie. Il s’agit probablement d’un travail préparatoire à ses Abrégé de l’optique de Mr Newton et Essai sur l’optique qui restèrent longtemps inédits malgré leur popularité dans les milieux scientifiques. Outre son contenu, ce manuscrit est révélateur des habitudes de travail de la marquise qui note régulièrement ses interrogations et les barre lorsqu’elle y a répondu. On retrouve également ses listes de lectures : Fontenelle, Newton, Huygens […] On joint : un ensemble de notes autographes diverses (5 p. sur 2 f. in-16 et 1 f. double in-8).

131– M.A., problèmes mathématiques [S.l., vers 1735-1740] Ens. 75 p. sur 62 f. en cinq cahiers in-8 (environ 22,5 × 18,1 cm) et trois f. (dimensions diverses). Manuscrit de travail sur divers problèmes de mathématiques, abondamment corrigé, avec équations et figures géométriques. Ces exercices témoignent de la façon de travailler de la marquise du Châtelet : définition du problème et de ses données, accompagnée d’un dessin si nécessaire, résolution et commentaire. Sa rigueur et son application à cette étude s’y dessinent en filigrane.

132– M.A., « Systême du monde » : manuscrit autographe [S.l., vers 1745-1749] Ens. 20 p. sur 20 f. en 3 cahiers in-8 (22,7 × 18,4 cm) et 1 f. libre, chemise de papier bleu. Manuscrit probablement entièrement de la main d’Émilie du Châtelet, comportant les figures reprises dans l’édition originale française des Principes mathématiques de la philosophie naturelle, traduits par Émilie du Châtelet et publiés par Voltaire après la mort de celle-ci, en 1756. Ce sont environ 85 figures qui sont reprises dans les planches II, VII, VIII et IX du premier tome des Principes, et les planches I et II du second. Elles attestent de la volonté didactique de la marquise du Châtelet, qui voulait par ses travaux introduire les idées newtoniennes dans une France encore toute cartésienne. On joint : un tiré-à-part de Giuseppe Boscovich ([De annuis stellarum fixarum aberrationibus, Rome, 1742], 17 p. et 1 planche sur 10 f. in-8).

133– Réunion de M.A., « Abrégé de l’optique de Mr Newton » [suivi de :] « Essai sur l’optique » : manuscrits en partie autographes [S.l., vers 1738-1739] Ens. 717 p. sur 388 f. in-4 et in-folio (dimensions diverses) en 20 cahiers brochés, 1 volume cartonné et 16 f. libres. Importante réunion de manuscrits en partie autographes, abondamment corrigés et augmentés, relatifs aux travaux d’Émilie du Châtelet sur les observations en optique de Newton publiées dans Optiks (Londres, 1704). L’ensemble se divise en deux parties distinctes : – l’« Abrégé de l’optique de Mr Newton » dont le manuscrit contient une préface, une introduction et treize chapitres (le 7e chapitre, manquant, a été découpé anciennement) ; – une version complète de l’« Essai sur l’optique » comprenant une introduction, treize chapitres, un index, une table des chapitres, neuf planches, six feuillets de tables et une table des parties de l’œil relié en un cahier et deux autres versions incomplètes de l’introduction, des quatre premiers chapitres, des tables et des planches. Les deux présents manuscrits se démarquent par leur volonté didactique et leur destination à un public éduqué mais non spécialiste. La marquise du Châtelet entend également lutter contre les préjugés de son époque envers son sexe ; ainsi dans sa préface à l’« Abrégé », elle affirme : « On escrit ordinairement p [ou]r l’utilité des autres et p [ou]r sa gloire, moy j’escris p [ou]r mon instruction particuliere et p [ou]r la gloire de mon sexe, et p [ou]r celle de mr Newton, les hommes lui ont rendu lhomage qu’ils devoient a celui qui fait la gloire de l’humanité, mais la moitié du genre humain manque encore à son triomphe. » Si une partie de l’« Essai sur l’optique » est finalement publié en 1947 par Ira O. Wade, grâce à un manuscrit retrouvé parmi les papiers de Voltaire en Russie, la première édition du texte complet ne le sera qu’en 2011, après sa découverte par Fritz Nagel dans les archives Bernoulli à Bâle. L’« Abrégé » quant à lui est, à notre connaissance, toujours inédit.

134– M.A., Exposition abregée du sisteme du monde selon les principes de Mr Neuton » : manuscrits en partie autographes [S.l., vers 1745-1749] Ens. 842 p. sur 436 f. en 35 cahiers in-8 (environ 22,1 × 17,1 cm) et 6 chemises (dimensions diverses), chemise à lacets de l’époque. Exceptionnelle réunion de manuscrits, en partie autographes, de travail abondamment corrigés et annotés, parfois à l’aide des becquets (certains, étant de la taille d’un feuillet ont été comptés comme tel), pour l’« Exposition », première partie du second volume de Principes mathématiques de la philosophie naturelle (Paris, 1759). Témoignage du travail monumental entrepris par la marquise du Châtelet quelques années avant sa mort en couches, il est composé de plusieurs manuscrits des cinq chapitres de l’ouvrage et d’un ensemble de commentaires, seule la section concernant les comètes n’est pas représentée. La marquise travaille sans relâche à son projet, reprenant sans cesse jusqu’à sa satisfaction (de nombreux passages ont été modifiés à cet efet), on peut ainsi observer l’avancement, du premier jet à des mises au propre qui sont également abondamment corrigées, parfois augmentées de nombreux becquets. Ces diférents états sont restés inédits. Émilie du Châtelet meurt avant la publication de son ouvrage et ce sont Voltaire et Clairaut, son ancien professeur de mathématiques, qui le feront publier une dizaine d’années plus tard. Elle avait néanmoins déposé à la Bibliothèque royale ses manuscrits pour le premier volume des Principes mathématiques ainsi qu’une partie de la « Solution analytique », seconde partie du second volume (aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous les cotes : Français 12266-12268).

135– M.A., « De la géométrie » [suivi de] « Principes d’aritmétiques » : manuscrits autographes [S.l.n.d.] Ens. 121 p. sur 63 f. en 6 cahiers in-folio (dimensions diverses). Manuscrits de travail autographes à l’étude des mathématiques : « La méthode mathématique est l’ordre que les mathématiciens suivent en démontrant les vérités mathématiques. Ils commencent par les définitions, des définitions ils tirent des axiomes et des définitions et des axiomes combinés, ils tirent des théorèmes. » Ces pages forment un témoignage précis de sa rigoureuse méthode de travail.
(AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 19 novembre 2018, lots n°681, 683 à 690)

Eisenberg Friedrich Wilhelm, Baron de (1685-1764), écuyer

136– Description du manège moderne dans sa perfection. [Londres], 1727 (1728) ; gr. in-folio, reliure ancienne veau brun, usagée, dos à nerfs réparé sommairement. Édition originale de ce bel ouvrage dédié « Au Roi » [d’Angleterre George II]. Il est accompagné de 60 planches gravées d’après les dessins de l’auteur, « artiste accompli » et gravées sur cuivre par Bernard Picart : frontispice, 55 de chevaux et de cavaliers, 4 de mors. (Le papier de quatre d’entre elles a bruni). [Les planches ont certainement été une excellente référence pour celles de l’Encyclopédie de Diderot-d’Alembert].

137(Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 7 juin 2018, lot n° 112)

Girard Pierre-Jacques-François, maître d’armes

138– Nouveau traité de la perfection sur le fait des armes […] la manière de combattre, de l’épée de pointe seule, toutes les gardes étrangères, l’espadon, les piques, hallebardes, bayonnettes au bout du fusil, fléaux brisés et bâtons à deux bouts. Paris, Moette ; vve Jouvenel ; Girard […], 1736 ; pet. in-folio oblong, veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné, coiffes élimées. Édition originale et premier tirage : frontispice de E. Herblat, beau portrait de l’auteur par J. de Favanne et 116 planches hors texte de maniements le tout gravé sur cuivre. Le feuillet de titre renmargé porte cette inscription manuscrite sur l’onglet : « Souvenez-vous de votre fidel ami Joseph von Hulthem 1752 ». [Les planches ont certainement été une excellente référence pour celles de l’Encyclopédie de Diderot-d’Alembert]
(Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 7 juin 2018, lot n°118)

Hélvétius Claude-Adrien (1715-1771) philosophe

139– De l’esprit. À Paris, chez Durand, Libraire, Rue Du Foin, 1758. Avec Approbation et Privilège du Roi. Grand in-4 de (2) ff., xxii pp., 643 pp., (1) p. Plein maroquin vert bronze, triple filet doré autour des plats, dos à nerfs orné, filets or sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées. Reliure en maroquin de l’époque. 253 × 193 mM. « De l’esprit eut un énorme succès de scandale. Il est considéré aujourd’hui comme l’une des formes les plus systématiques et les plus absolues du matérialisme français du XVIIIe siècle. » (Jacques Guérin). Diderot considérait que ce livre était « un furieux coup de massue porté sur les préjugés ». L’ouvrage dédié à la famille royale, fut repoussé par cette dernière, et le 10 août, peu de jours après la parution, le privilège, donné le 12 mai, fut révoqué. Malgré la Lettre au révérend père […] [Berthier ou Pleix), qui constitue une apologie et une rétractation, suivie d’une autre rétractation plus explicite, le livre fut blâmé par le clergé. Helvétius en remit alors une troisième à Joly de Fleury, avocat général, le 22 janvier 1759 ; le 31 parut la lettre du pape, le 9 avril, la censure de la Faculté de Théologie. Dès le 23 janvier Fleury avait prononcé ses réquisitions, tout en ménageant l’auteur lui-même, et le Parlement, le 6 février 1759 rendit son jugement ; le livre fut brûlé le 10. Helvétius se défit de sa charge de maître d’hôtel de la reine ; le censeur démissionna. Bel exemplaire relié en maroquin vert de l’époque provenant de la célèbre bibliothèque de Madame de La Borde avec ex-libris.
(Librairie Sourget Amélie, cat.29, lot n° 34)

Malouin Paul-Jacques (1701-1778) médecin-chimiste

140– Chimie médicinale, contenant La Maniere de préparer les Remedes les plus usités, et La Méthode de les employer pour la guérison des Maladies. Paris : d’Houry père, 1750. – 2 volumes in-12, 163 × 97 : xvj, 550 pp. ; (1 f.), ix, 546 pp., (3 ff.). Veau marbré, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure de l’époque). Provenances : ex-libris manuscrit ancien sur le faux titre du premier volume. – Viollette, prénom porté à l’encre au verso des premières gardes blanches. Edition, dédiée au comte d’Argenson, la première sous ce titre, de cette pharmacopée chimique du médecin et chimiste, professeur au jardin du roi, Malouin fut notamment l’auteur de 71 articles sur la chimie et l’alchimie pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et 75 pour l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke. Pour Malouin, la chimie et l’alchimie étaient liées, c’est ce que rapporte notamment Rémi Franckowiak dans son article (La Chimie dans l’Encyclopédie : une branche tour à tour dépréciée, réévaluée et autonome, in : Les branches du savoir dans l’Encyclopédie, octobre 2006). (ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 18 octobre 2018, lot n° 9)

Liste des Catalogues utilisés :

141ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 18 octobre 2018. ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 10-11 décembre 2018.

142ADER Nordmann, vente aux enchères salle Favart, Paris, 16 mai 2019. AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 14 novembre 2018. AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 19 novembre 2018. AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 22 février 2019.

143AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 4 avril 2019. AGUTTES, cat. vente aux enchères Aristophil, Paris, 4 mai 2019. ALDE, cat. 26 juin 2018.

144ALDE, cat. 27 septembre 2018.

145ALDE, cat. 17 octobre 2018.

146ALDE, cat. 25 octobre 2018.

147ALDE, cat. 15 fevrier 2019.

148ALDE, cat. 28 mai 2019.

149ALDE, cat. 07 juin 2019. Art et Autographes, cat. 84. Art et Autographes, cat. 85. Art et Autographes, cat. 86.

150Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 7 juin 2018. Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 17 octobre 2018. Autographes & Manuscrits, vente Hôtel Drouot, 21 février 2019.

151Binoche & Giquello, autographes, vente du 30 mai 2018.

152Blanchy-Lacombe, vente de la Bibliotheque du chateau de Bazadais, Bordeaux 15 juin 2018.

153Blanchy-Lacombe, vente Hôtel des Chatrons, Bordeaux 13 juin 2019. De Baecque, cat. vente à Lyon, 13 décembre 2018.

154Librairie Blanchet, cat. 26 octobre 2018. Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. juin 2018.

155Librairie de l’Abbaye-Pinault, cat. septembre 2018. Librairie Hatchuel, cat. 69.

156Librairie Hatchuel, cat. 70. Librairie Hatchuel, cat. 71.

157Librairie Pierre Bergé, cat. 30 mai 2018. Librairie Sourget Amélie, cat.15.

158Librairie Sourget Amélie, cat.17. Librairie Sourget Amélie, cat.21. Librairie Sourget Amélie, cat.26. Librairie Sourget Amélie, cat.27. Librairie Sourget Amélie, cat.28. Librairie Sourget Amélie, cat.29.

159Livres et Manuscrits, vente aux enchères Châtellerault, 5 octobre 2018. https://www. benl.ebay.be/itm/1817-Manuscript-Radical-Philosophy-Diderot- Dalembert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Passeron et François Prin, « Autographes et documents »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 54 | 2019, 369-417.

Référence électronique

Irène Passeron et François Prin, « Autographes et documents »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rde/6294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.6294

Haut de page

Auteurs

Irène Passeron

Articles du même auteur

François Prin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search