Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron, Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières

Paris, EDP Sciences, 2017
Colette Le Lay
p. 316-317
Référence(s) :

Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron, Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières, Paris, EDP Sciences, 2017

Texte intégral

1Pour « entrer dans la forteresse » encyclopédique, à côté des monuments de la recherche universitaire, un ouvrage concis, synthétique et d’une haute tenue scientifique est indispensable à de nombreux lectorats (étudiants, enseignants, grand public). Le roman vrai de l’Encyclopédie (1990) de François Moureau, superbement illustré comme tous les items de la collection « Découvertes Gallimard », emplissait cet office. Mais la réédition la plus récente date de 2001. Quant au « que-sais-je ? » de Madeleine Pinault, base incontournable à sa sortie en 1993, on peut lui reprocher quelque vingt-six années plus tard de n’être plus au fait des derniers résultats de la recherche. La parution de Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières, rédigé par les meilleurs spécialistes actuels, est donc fort bienvenue et n’a pas été saluée, nous semble-t-il, à la hauteur de son apport incontestable.

2Conçu par l’équipe de pilotage de l’ENCCRE (Édition Numérique Collaborative CRitique de l’Encyclopédie) composée d’Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron, l’ouvrage est paru lors de la mise en ligne de l’interface, le 19 octobre 2017. Une exposition portant le même titre s’est déroulée du 20 octobre 2017 au 19 janvier 2018 à la Bibliothèque Mazarine. Et, de manière à le rendre accessible au plus grand nombre, pour célébrer le premier anniversaire de l’ENCCRE, Oser l’Encyclopédie est devenu gratuit en e-book (sur le site de l’éditeur edpsciences).

3Après une préface de Catherine Bréchignac, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, une frise chronologique limpide et une entrée en matière sur la question « Qu’est-ce que l’Encyclopédie ? », le propos s’organise en dix chapitres. Dans le premier, « l’histoire éditoriale mouvementée » de l’entreprise phare des Lumières est retracée. Le deuxième chapitre s’arrête sur le côté collectif de l’œuvre en soulignant, entre autres, le rôle central, réévalué par la recherche actuelle, du Chevalier de Jaucourt, et en s’arrêtant sur la question délicate des attributions d’articles non signés à laquelle l’ENCCRE apporte régulièrement de nouvelles réponses. Le chapitre III situe l’Encyclopédie dans « l’âge d’or des dictionnaires » et souligne « l’art de la compilation » de ses contributeurs. Au travers de plusieurs exemples empruntés à des domaines différents (mathématiques, médecine, électricité, étymologie, chimie, hippiatrie), le quatrième chapitre illustre la diffusion par le canal de l’Encyclopédie de « savoirs vivants », grandement favorisée par la présence de savants prestigieux parmi les rédacteurs. La place centrale est naturellement accordée à la critique (chapitre V), qu’elle soit politique, religieuse, morale, épistémologique et distillée dans les endroits les plus improbables, afin de contourner la censure. On sait le prix que Diderot accordait à la « description des arts » à laquelle il a grandement contribué. Les chapitres VI et VII développent cet aspect et apportent de nouveaux éclairages sur les volumes de planches, bénéficiant d’une numérisation d’une extrême qualité dans le cadre de l’ENCCRE. Dans le chapitre VIII, les auteurs reviennent sur l’organisation des connaissances dont le célèbre « Système figuré » ne constitue pas l’alpha et l’oméga en dépit de l’affichage initial des deux éditeurs. De nouvelles stratégies sont mises en action au fil des années afin de maintenir la cohésion cachée par l’ordre alphabétique. La politique éditoriale de l’ENCCRE, qui accorde une large place à l’étude des vedettes, désignants, renvois et autres constituants encyclopédiques, offre un fil d’Ariane pour le labyrinthe. Le bref chapitre IX traite des multiples « suites et métamorphoses », tandis que le chapitre final revient sur les caractéristiques novatrices de l’ENCCRE : le choix d’une édition originale, le respect de la matérialité, l’entreprise collaborative critique menée par une équipe internationale. L’ouvrage se conclut par une brève bibliographie regroupant les titres essentiels. Une bonne partie de la riche iconographie est fournie par la Bibliothèque Mazarine dont le directeur Yann Sordet, membre de l’équipe de l’ENCCRE, a également apporté son concours au livre.

4À l’ère des fake news, alors que les imposteurs de tout poil ont le vent en poupe, les auteurs d’Oser l’Encyclopédie défendent la raison et l’esprit critique et invitent à découvrir ou redécouvrir à la lumière de la recherche actuelle « ces 28 volumes publiés entre 1751 et 1772 par Diderot, D’Alembert et Jaucourt ». Tout usager devrait pouvoir en disposer dans sa bibliothèque universitaire, son CDI de lycée, sa bibliothèque municipale. À défaut, il pourra le télécharger gratuitement en e-book…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Le Lay, « Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron, Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 54 | 2019, 316-317.

Référence électronique

Colette Le Lay, « Alain Cernuschi, Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis et Irène Passeron, Oser l’Encyclopédie. Un combat des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 54 | 2019, mis en ligne le 18 janvier 2020, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rde/6409

Haut de page

Auteur

Colette Le Lay

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals