Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30"Celui qui prendrait ce que j'écr...L’« histoire » chez Diderot

"Celui qui prendrait ce que j'écris pour la vérité serait peut-être moins dans l'erreur que celui qui le prendrait pour une fable"

L’« histoire » chez Diderot

Thierry Ottaviani
p. 81-92

Résumés

Diderot, co-auteur de l’Histoire des Deux Indes, constate le déclin de l’histoire naturelle et prédit un grand avenir à l’histoire philosophique. Ce jugement, déjà préfiguré dans l’Interprétation de la nature, s’inscrit dans une conception cyclique de l’intérêt du public pour les sciences. Pour Diderot lui-même, le tournant se situerait vers 1770 : il conçoit alors l’histoire comme largement anthropologique, tournée vers l’utile, et politique, combattant les tyrannies politiques et religieuses. S’il condamne les anciennes annales, confuses, tendancieuses et contradictoires, il n’en admire pas moins (voir son Essai sur Sénèque) les antiques figures de héros et grands hommes, d’un point de vue moral aussi bien qu’esthétique. Quoi qu’il en soit, des articles de l’Encyclopédie à l’Histoire des Deux Indes, se dessine nettement son évolution vers une histoire « expérimentale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Ottaviani, « L’« histoire » chez Diderot »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 30 | 2001, 81-92.

Référence électronique

Thierry Ottaviani, « L’« histoire » chez Diderot »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 30 | avril 2001, mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rde/66 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.66

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search