Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Comptes rendusÉditionsCorrespondance littéraire, tome X...

Comptes rendus
Éditions

Correspondance littéraire, tome X, 1763, éd. critique par Ulla Kölving et Françoise Tilkin

CIEDS, Ferney-Voltaire, 2016, lxxxiii, 621 p.
Marie Leca-Tsiomis
Référence(s) :

Correspondance littéraire, tome X, 1763, éd. critique par Ulla Kölving et Françoise Tilkin, CIEDS, Ferney-Voltaire, 2016, lxxxiii, 621 p., ISBN : 978-2-84559-117-2

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1On ne répétera pas à nouveau l’admiration que suscite l’excellence de cette édition de la Correspondance littéraire de Grimm qui, sous la direction d’U. Kölving, est un véritable modèle de toute entreprise d’édition critique de textes du XVIIIe siècle. À aborder chacun de ces volumes, on croit pénétrer de plein pied dans le siècle parisien tant les « Introductions » sont riches, fines, détaillées et précises.

2Pour rendre brièvement compte de ce volume-ci, dédié à la mémoire de Roland Mortier, on se limitera à la présence de Diderot au cours de l’année 1763.

3On y trouve d’abord deux feuilles « charmantes », comme l’écrit Diderot à Sophie Volland (14 oct. 1762). L’une concerne la religion : c’est la première version de ce qu’on a coutume d’appeler Addition aux pensées philosophiques, que le fidèle Naigeon publia d’ailleurs sous le titre de Pensées sur la religion, dans son Recueil philosophique ou mélange de pièces sur la religion et la morale, par différents auteurs, en 1770. On sait, depuis F. Venturi puis P. Vernière, que Diderot s’y inspirait des Objections diverses contre les récits de différents théologiens, et cette édition fournit en notes quelques extraits de ces Objections.

4L’autre est le compte rendu de l’ouvrage de Daniel Webb, paru en 1760, An Inquiry Into the Beauties of Painting : And Into the Merits of the Most Celebrated Painters, Ancient and Modern, dans lequel Webb diffusait, sans le dire selon Winckelmann, les idées de son ami Anton Raphael Mengs. Le compte rendu de Diderot fut publié dans la livraison de janvier 1763. L’édition fournissant en notes le texte (traduit) de Webb, elle permet ainsi de comparer ce texte à ce que Diderot en fit. Grimm et Naigeon insistent sur l’originalité profonde de Diderot par rapport au texte de Webb, et ils n’ont pas tort ! Malgré une note d’éditeur qui affirme le contraire, il suffit, me semble-t-il, de comparer les textes pour voir que c’est bien « un livre refait à [la] manière » de Diderot, comme le disait Naigeon.

5Toujours est-il que ces deux textes « charmants » bénéficient grâce à ce volume de la CLG d’une annotation des plus utiles.

6On lit, dans la livraison du1er fév. 1763) la lettre de Schouvallow à Diderot dont les échos furent vastes, grâce à Voltaire notamment, proposant avec élégance – « que la Russie soit honorée de l’impression de votre Encyclopédie » – la continuation de l’Encyclopédie à Riga et de l’argent pour subvenir aux frais.

7Méprisant le texte du « panégyriste officiel » et « borné », le détesté Caylus, c’est là que Diderot prononce son Éloge de Bouchardon (p. 72-77), 1er mars 63, et où on lit de « Pigal » qu’il était, « son collègue, son ami, son rival et son admirateur » et où on lit aussi : « Ne fît-on que des épingles il faut être enthousiaste de son métier, pour y exceller ».

8Le compte rendu (15 mai) du second volume de Planches détaille leur « quantité prodigieuse » concernant les arts et les métiers est la seule mention de l’Encyclopédie, sauf Voltaire qui la salue au passage dans un mot à Damilaville (p. 353).

9Le « Salon de 1763 », du 1er octobre au 15 décembre, est ici publié avec des annotations très instructives sur la réception du Salon dans les ouvrages contemporains, annotations qui permettent de situer utilement le jugement de Diderot. Cet apparat critique, plus abondant que celui du volume consacré à ce « Salon » dans DPV, nous en fait sentir les lacunes, datées, il est vrai, de 1984. Il est aussi heureux de pouvoir, dans cette édition, lire les propos intercalés par Grimm en désaccord avec Diderot, par exemple à propos de Deshays et de sa « Chasteté de Joseph ».

10Pour éclairer le vocabulaire de la peinture, appel est souvent fait judicieusement à l’Encyclopédie. Peut-on suggérer de profiter davantage encore de l’Encyclopédie, de sa grammaire, et donc souvent de Diderot lui-même ? On lit ici : « Ecacher, écraser, froisser, selon l’Académie 62 ». Dans l’Encyclopédie, c’est Diderot lui-même qui définit le verbe ECACHER : « Ce verbe marque une maniere de froisser, de briser par une pression violente. » et, pour illustrer son propos : « prendre son enfant par un pied et l’écacher contre la terre ». Rien ne conviendrait mieux que cette définition diderotienne à rendre la violence du terme.

11Des index abondants (titres et général) complètent l’édition.

12Nota bene. Au 15 décembre, Grimm note : « un maître de la chapelle de Salzbourg, nommé Mozart, vient d’arriver ici avec deux enfants »…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « Correspondance littéraire, tome X, 1763, éd. critique par Ulla Kölving et Françoise Tilkin »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 56 | 2021, mis en ligne le 04 janvier 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rde/7075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.7075

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search