Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Présentation

Présentation

Franck Salaün
p. 3-5

Texte intégral

1Le seizième Congrès de la Société Internationale d’Études du 18e siècle (SIEDS), qui s’est tenu à Rome du 3 au 7 juillet 2023, a confirmé la vitalité de la recherche sur cette période et l’intérêt des approches transdisciplinaires. Il a aussi permis, lors d’une table ronde organisée par Sophie Audidière, de faire le point sur l’avenir des revues savantes en langue française. Comme d’autres, en particulier Dix-Huitième-Siècle, notre revue est confrontée à des choix cruciaux : Faut-il renoncer à la version papier, dans la mesure où la version numérique, moins coûteuse, est très bien diffusée ? Faut-il maintenir une rubrique Comptes rendus, alors que le site de notre société permet une publication « au fil de l’eau » sans limitation du nombre de signes et en variant les formes (recension classique, article sur plusieurs ouvrages à la fois, portrait, entretien, etc.) ? Faut-il opter pour la langue anglaise, garantie d’une plus large diffusion ? À ce stade, nous avons opté pour la formule la plus exhaustive : notre revue est disponible à la fois dans une version imprimée et dans une version numérique, nous fournissons des compléments en ligne sur le site de la Société Diderot (comptes rendus, entretiens, bibliographie), y compris des comptes rendus en anglais. En outre, le succès des journées jeunes chercheurs organisées par notre société en collaboration avec la Société Voltaire, la richesse des communications présentées lors des séances « Diderot avec et contre les modèles » (dir. Stéphane Lojkine) à l’occasion du Congrès de Rome et, bien entendu, le passionnant travail mené autour de l’ENCCRE démontrent la pertinence de notre champ de recherche. À leur manière, les articles réunis dans ce numéro en apportent une nouvelle confirmation.

2Dans la première section de cette livraison, consacrée à Diderot, Claire Serrano livre les résultats d’une enquête sur une question apparemment secondaire, l’évocation de l’ex-voto de Bourbonne-les-Bains, mais qui est riche d’enseignements, car si le véritable rôle joué par Diderot est anecdotique, les informations auxquelles il a eu accès et l’usage limité qu’il en a fait sont révélateurs des modalités de la circulation des savoirs à cette époque. De leur côté, Clara de Courson et Yves Desrichard examinent à nouveaux frais deux fictions de Diderot, respectivement Les Bijoux indiscrets, envisagés sous l’angle de l’euphémisation signifiante, et La Religieuse, relue à partir de ses adaptations cinématographiques. Enfin, Philippe DÉan développe une interprétation audacieuse de l’esthétique de Diderot, dont les enjeux se dégagent de l’expérience du dégoût vécue par le spectateur face à certains tableaux.

3La seconde partie de cette livraison porte sur l’Encyclopédie. Gerhardt Stenger s’attaque au premier article du dictionnaire encyclopédique, l’article A, afin d’y repérer la façon de travailler de Diderot : on attend la suite avec impatience… Marie Leca-Tsiomis revient sur une affirmation de D’Alembert selon laquelle, défi ou non, certains articles seraient proprement impossibles à écrire, avant de détailler, non sans malice, la réponse des encyclopédistes, car ces articles ont bel et bien été écrits et publiés. Dans une perspective complémentaire, Mitia Rioux-Beaulne s’interroge sur la méthode de Diderot en tant que directeur de l’Encyclopédie et sur la connaissance qu’il avait de l’Histoire de l’académie royale, et plus particulièrement de ses Tables alphabétiques. Les recherches sur les collaborateurs de l’Encyclopédie et certains domaines du savoir ne sont pas en reste. Colette Le Lay explore l’emploi des œuvres de l’astronome Ismaël Boulliau repérable dans une quinzaine d’articles de l’Encyclopédie, d’ALMAGESTE à VARIATION, en passant par ÉCLIPSE et GÉOMÉTRIE. Quant à Malou Haine, poursuivant ses recherches avec ténacité – on se souvient de son très utile bilan critique des travaux sur les études concernant sur les planches de l’Encyclopédie (RDE 57) – et revenant à la musique, elle propose cette fois une étude très fouillée sur les sources des explications accompagnant les planches de Musique.

4Dans la rubrique Glanes, nous publions les résultats de la nouvelle enquête menée par nos fidèles détectives : Emmanuel Boussuge et Françoise Launay. Après avoir localisé la boutique, l’imprimerie et les magasins du libraire Le Breton (RDE 57), ils exhument un acteur essentiel de la réalisation des gravures de l’Encyclopédie : Gabriel Huquier. Quant à la lettre des libraires (Le Breton, Briasson et Durand) à Malesherbes du 28 juillet 1759, publiée en Annexe, elle rend plus perceptible encore le danger encouru par l’entreprise encyclopédique à ce moment précis. De leur côté, David Adams et Daniel Droixhe, deux grands spécialistes de l’histoire du livre, mobilisent leur érudition afin d’identifier l’édition du théâtre de Diderot imprimée à la demande de Pierre Machuel vers 1770.

  • 1   S’agissant de la rubrique Comptes rendus, elle a été remplacée par une revue des parutions (respo (...)

5La précieuse rubrique Autographes et documents1, préparée par Emmanuel Boussuge et Valérie Neveu, vient clore le tout.

  • 2   On trouvera sur le site de la Société Diderot, l’entretien avec Jean Mayer réalisé par Gerhardt S (...)
  • 3   On trouvera sur le site de la Société Diderot, l’entretien avec Jean Ehrard réalisé par Stéphane (...)

6Nous dédions ce numéro à la mémoire de trois grands dix-huitièmistes disparus cette année : Jean Mayer2, éminent spécialiste de Diderot, qui avait la particularité, comme le rappelle très justement Gerhardt Stenger, de réunir les compétences d’un mathématicien, d’un musicologue et d’un excellent connaisseur de la littérature du 18e siècle ; Jean Ehrard3, auteur d’une thèse monumentale sur L’Idée de nature en France dans la première moitié du 18e siècle (1re éd. 1963), érudit engagé auquel la communauté scientifique doit tant, et à Andrew Brown, éditeur héroïque des éditions critiques de deux œuvres essentielles à la compréhension du mouvement des Lumières, la Correspondance littéraire et l’Histoire des deux Indes, et de nombreux autres livres, parmi lesquels plusieurs ouvrages de référence sur Diderot, en particulier, la Bibliographie des œuvres de Diderot, 1739-1900 (2000), de David Adams, et La Bibliothèque de Diderot. Vers une reconstitution (2014), de Sergueï V. Korolev, dans la remarquable collection « Archives de l’est » créé et dirigée par Georges Dulac.

Haut de page

Notes

1   S’agissant de la rubrique Comptes rendus, elle a été remplacée par une revue des parutions (responsables Clara de Courson, Laurence Mall et Marianne Albertan-Coppola) en accès libre, hébergée par le site de la Société Diderot.

2   On trouvera sur le site de la Société Diderot, l’entretien avec Jean Mayer réalisé par Gerhardt Stenger.

3   On trouvera sur le site de la Société Diderot, l’entretien avec Jean Ehrard réalisé par Stéphane Pujol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Salaün, « Présentation »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 58 | 2023, 3-5.

Référence électronique

Franck Salaün, « Présentation »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 58 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rde/7326 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.7326

Haut de page

Auteur

Franck Salaün

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search