Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58DiderotLes adaptations cinématographique...

Diderot

Les adaptations cinématographiques de La Religieuse

The film adaptations of La Religieuse
Yves Desrichard
p. 57-81

Résumés

La première adaptation cinématographique de La Religieuse, Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot, date de 1966. Réalisé par Jacques Rivette, le film est l’objet, tout au long de sa production et lors de sa diffusion, d’une censure largement dénoncée, avant sa sortie en 1967. L’écho du scandale obère les qualités éminentes du film, liées tant à la finesse de l’adaptation qu’à ses vertus proprement cinématographiques. En 1986, On l’appelle Sœur Désir, de Joe d’Amato, est une exploitation pornographique des aspects les plus scandaleux du livre. En 2013, La Religieuse de Guillaume Nicloux, prenant de larges libertés avec le récit, propose une transposition féministe du propos diderotien, avec la volonté d’échos plus contemporains. Les trois adaptations inscrivent dans le temps de leur production les aspects les plus polémiques du « roman-mémoires » de Diderot.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot de Jacques Rivette
Cartons
La composition théâtrale et le souci des « tableaux »
Le « design sonore » de Michel Fano
Une véritable œuvre cinématographique
On l’appelle sœur Désir de Joe D’Amato
« Ne pas prendre de plaisir c’est sombrer dans la folie »
De l’exhibition à sa répression
La Religieuse de Guillaume Nicloux
Une appropriation aux limites du vraisemblable
Un choix judicieux d’interprètes
Un naturalisme révérencieux et référentiel

Aperçu du texte

L’histoire du manuscrit de La Religieuse est bien connue. La mystification concoctée par Diderot, avec la complicité de Grimm, et à destination du marquis de Croismare, dure de janvier à mai 1760, mais Diderot travaillera pendant plus de vingt ans à l’écriture de son « roman-mémoires », dont la version définitive, comme pour bien d’autres œuvres, ne sera établie qu’après sa mort, pour une publication en 1796.

Là où certains chefs-d’œuvre de la littérature ont été adaptés dès les premiers temps du cinématographe, La Religieuse aura attendu le mitan du xxe siècle pour être une première fois portée à l’écran par Jacques Rivette, avant une seconde « adaptation » par Joe D’Amato. La troisième version, signée Guillaume Nicloux, date quant à elle du début du xxie siècle.

Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot de Jacques Rivette

Le premier long-métrage de Jacques Rivette, Paris nous appartient, est sorti en 1961. C’est un échec commercial, et Rivette ne revient au long-métrage qu’en 1966 av...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Desrichard, « Les adaptations cinématographiques de La Religieuse »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 58 | 2023, 57-81.

Référence électronique

Yves Desrichard, « Les adaptations cinématographiques de La Religieuse »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 58 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rde/7358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.7358

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search