Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58DiderotSublime dégoût : l’esthétique tra...

Diderot

Sublime dégoût : l’esthétique transgressive de Diderot

Sublime disgust: Diderot’s transgressive aesthetic
Philippe Déan
p. 83-114

Résumés

Contre la tendance en esthétique à opposer goût et dégoût ou à épurer le jugement de goût, l’esthétique « non conformiste » du sublime développée par Diderot est repensée à partir de la notion de « malaise », qui fonde le sublime chez Burke, et avec l’Anthropologie de Kant pour intégrer le dégoût dans le sublime. À cette condition, on peut rendre au sublime de Diderot sa dimension transgressive, blasphématoire et dialectique. Ainsi repensé, le sublime, loin d’élever le jugement hors des passions, participe d’une pensée qui n’opère pas selon un système ordonné de catégories esthétiques mais défend la relation fondamentale entre images et émotions. L’imagination y apparaît comme la faculté critique par excellence, et la stratégie de la transgression suscite les malaises, enchevêtre l’inconvenant avec la norme, le bas matérialisme avec l’idéal, la sexualité avec la sainteté. Cette esthétique affirme l’impur de nos jugements de goût contaminés d’affects, contribue à déclasser le conformisme iconographique des images, dynamise les rapports entre formes et affirme leur caractère d’incessante décomposition et recomposition.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Sublime non conformiste
L’impur jugement de goût : trancher dans le visible
Le sublime comme transgression des limites
Le dégoût contre l’artialisation
Voir, toucher, être touché
Un sublime qui ne sublime rien
« Action et réaction » des images
Parfait mauvais goût
Malaise dans l’esthétique : les hétérotopies diderotiennes

Aperçu du texte

Pour comprendre les enjeux du dégoût mis en scène dans les Salons, on peut en situer la question dans une perspective historique et téléologique ayant pour cadres théoriques, d’un côté l’empirisme intégral de Du Bos, et de l’autre, la critique kantienne de la faculté de juger. Ces deux pôles cernent la question du goût et de la faculté de juger esthétique, dans une perspective critique qui a naguère imprégné la manière dont Ernst Cassirer avait pensé l’émergence de l’esthétique dans le chapitre qu’il consacrait à ses « problèmes fondamentaux », avant qu’Annie Becq y consacre à son tour une grande partie de sa somme sur la genèse de l’esthétique française à l’époque des Lumières, dans laquelle elle complexifiait singulièrement, et rebattait fondamentalement, les enjeux de l’esthétique des Lumières, en conférant à l’imagination toute l’importance qu’une perspective kantienne réduite à la critique de la faculté de juger ne pouvait que minorer.

Cette démarche historique légitime demeure ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Déan, « Sublime dégoût : l’esthétique transgressive de Diderot »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 58 | 2023, 83-114.

Référence électronique

Philippe Déan, « Sublime dégoût : l’esthétique transgressive de Diderot »Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 58 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rde/7364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rde.7364

Haut de page

Auteur

Philippe Déan

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search