Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19-2Comptes-rendusLe français et les langues. Histo...

Comptes-rendus

Le français et les langues. Histoire, linguistique, didactique. Hommage à Jean-Louis Chiss, sous la direction de Jacques David et Corinne Weber, Lambert Lucas, 2021, 248 p

Jean-Pierre CUQ

Texte intégral

1Quoi de plus normal, de plus attendu même, que Jean-Louis Chiss soit honoré par un de ces livres qu’on appelle d’hommage. Celui-ci, à vrai dire, dépasse la performance ordinaire de ce genre en lui-même difficile et délicat. Jacques David et Corinne Weber, qui ont tant travaillé avec lui, ont su concocter un ouvrage qui réveille chez son lecteur tout l’empan des réflexions que ses propres lectures des travaux de Jean-Louis Chiss (JLC) avait déjà ouvert depuis tant d’années.

2Oserais-je dire que pour ce qui me concerne, quand je lis JLC (et cela fait maintenant près de 35 ans !) ou quand je l’entends en conférence, je suis toujours frappé par une impression à vrai dire difficile à définir, et pour laquelle je n’ai pas trouvé mieux que la formulation suivante : cet homme a l’art de la nuance fondamentale. J’entends par là qu’il propose une pensée non péremptoire, qui évite les formules choc, mais qui laisse voir peu à peu sa cohérence, par petites touches, en invitant toujours son lecteur ou son auditeur à voir les choses autrement, à se dire : « tiens, je n’y avais pas pensé comme ça. » Et surtout : « je ne peux plus maintenant les envisager tout à fait comme avant. » « Quelle nuance m’a échappé, mais qu’il a remise, lui, au centre du jeu ? » Et j’ai bien l’impression que c’est exactement ce qui s’est passé aussi chez chacune et chacun des contributeurs de cet ouvrage.

3Ici donc pas de panégyrique, pas de grandiloquence, mais partout, à chaque coin de page, la trace de l’admiration discrète et reconnaissante que JLC a su inspirer à chacun des auteurs et surtout les marques de l’empreinte intellectuelle qu’il a imprimée sur chacun d’entre eux et dont ils ont su, chacun à sa manière, profiter pour construire leur propre chemin.

4Et justement les auteurs de chacun des chapitres du livre sont d’anciens étudiants, des doctorants devenus collègues, et des collègues liés à JLC par une amitié et une connivence intellectuelle de très longue date : quand on voit la liste prestigieuse des participants et le parcours personnel de chacun d’eux, on comprend l’influence qu’un universitaire du calibre de JLC exerce aujourd’hui dans les domaines qui sont les nôtres. Et quelle plus belle récompense peut-il y avoir pour un universitaire que de regarder le chemin parcouru par celles et ceux qu’il a pu, à un moment ou à un autre, aider à découvrir et à y faire leurs premiers pas ?

5Dans leur présentation sobre et sincère, Jacques David et Corinne Weber ont su, après avoir naturellement rappelé l’objectif d’hommage de l’ouvrage, en dresser immédiatement le cadrage et l’ossature construite autour de la trajectoire scientifique et du parcours professionnel et universitaire de JLC comme spécialiste de l’histoire de la linguistique et chercheur en didactique, comme universitaire engagé dans des responsabilités de haut niveau, mais surtout autour des prolongements en histoire de la didactique et de la linguistique que ses travaux ont inspirés et où les didacticiens d’aujourd’hui savent puiser à profit. C’est pourquoi ils ont organisé le livre en trois axes qui « résument », si on peut dire, le spectre des sujets d’intérêt majeurs de JLC, mais qui, par la force des choses sont aussi réducteurs, tant on aurait aimé voir d’autres thèmes traités : la bibliographie de JLC, en fin d’ouvrage, montre qu’il aurait fallu un livre de plus !

6Le premier axe, Historicité des approches linguistiques et didactiques, a été confié à Valérie Spaëth (histoire intellectuelle et institutionnelle de la discipline), Jérémi Sauvage (épistémologie et théorie du langage), Véronique Castellotti (idéologie, représentations, politique et éthique), Lucile Cadet (épistémologie encore et transferts didactiques), Coraline Pradeau (politiques linguistiques francophones) et enfin à Serge Martin qui explicite l’influence de Meschonnic sur la pensée de JLC.

7Dans le deuxième axe, Du français langue maternelle au français langue seconde et de scolarisation, Nathalie Auger traite elle aussi d’éthique et donne sa conception d’une démarche didactique ascendante et descendante, Martine Marquillo-Larruy propose un affinement de la notion d’erreur en « variantes d’apprentissage » et « variétés d’apprentissage », Fatima Chnane-Davin montre la constante nécessité de faire évoluer, en France, le FLS et le FLSsco en lien avec les politiques linguistiques et enfin, Christianne Benatti Rochebois, Dario Pagel et Maria Lucia Jacob Dias de Barros illustrent par des histoires de vie les enjeux disciplinaires au Brésil.

8Le troisième axe, Questions de didactique : plurilinguisme, littératie, formation, voit une nouvelle pléiade de chercheurs reprendre à leur manière ces thèmes chers à JLC que sont la littératie, le plurilinguisme et la formation des enseignants. Muriel Molinié et Danièle Moore (Plurilinguisme et « plurilittératies »), Laurent Gajo (les fondements d’une didactique du bi-plurilinguisme conçu comme un objet d’apprentissage), Laurence Le Ferrec (accès des élèves allophones à la littératie), Mariella Causa et Monica Vlad (la place de la langue dans les DNL) et, pour finir, Laura Uribe qui montre avec une analyse de terrain comment peut se former d’une culture éducative en contexte de didactique intégrée (français-espagnol).

9En fait, dans chaque chapitre, se répondent des thèmes en écho : plurilinguisme, épistémologie, didactique, formation… mais surtout, et c’est pour moi majeur, le souci de l’éthique en didactique.

10Ce que ce livre montre, c’est que JLC a non seulement contribué à l’émergence de quelques-uns des concepts qui organisent le champ de la didactique du français d’aujourd’hui (Didactique du français langue maternelle, mais aussi du français langue étrangère et du français langue seconde), mais qu’il a su donner à d’autres chercheurs les moyens de réexaminer ce qui les relie au-delà des contingences universitaires et institutionnelles.

11S’il y a réussi, c’est sans doute parce que JLC est un des rares chercheurs à pouvoir assurer le lien entre la linguistique et son histoire, mais aussi entre les théories d’enseignement de la langue et de sa littérature : tel est l’empan intellectuel que cet ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud n’a cessé de parcourir pour lui donner une nouvelle mesure, depuis sa thèse soutenue avec J.-C. Chevalier et à l’orientation de laquelle il est resté fidèle : Théories du langage et pédagogies de la langue et des discours. Aspects théoriques et épistémologiques de la constitution d’une didactique du français. Quand pour certains une thèse de doctorat est un aboutissement, on ne peut s’empêcher de lire dans chacun des mots du titre comme le programme d’une vie de recherche.

12Est-ce cet ancrage initial dans l’histoire des théories et la pratique d’une épistémologie critique qui ont amené JLC à éclairer au cours des dernières décennies les questions vives soulevées par les idéologies linguistiques et didactiques incessamment confrontées aux concepts, aux représentations ou aux problématiques plus intrinsèquement universitaires et scolaires (langue maternelle, langue étrangère, crise du français, disciplinarisation…) ? Sans doute : c’est à cela que sert l’érudition quand elle est au service d’une intelligence réfractaire à tout dogmatisme.

13Dans la belle tradition universitaire, ce parcours de chercheur est étroitement lié à celui d’enseignant : de professeur d’école normale à professeur d’université directeur de la prestigieuse UFR Littérature, linguistique, didactique de Paris 3 Sorbonne nouvelle et du Diltec auquel il a donné son intitulé et son orientation : didactique des langues, des textes et des cultures. C’est cette cohérence au long cours, dont tout universitaire mesure la difficulté, qui s’illustre dans chacune des contributions de ce livre.

14Ce qui frappe en premier à la lecture de ce livre c’est que chacun des quinze chercheurs qui y ont contribué montre comment il a appris ou cultivé au contact de Jean-Louis Chiss ce qui est la qualité première d’un chercheur : la liberté de pensée. Loin des contraintes dogmatiques d’une école, une liberté que chacun (je pense bien sûr surtout à ses anciens doctorants) s’est construite et a développée sur son chemin propre, mais structurée par une ossature de savoir et des principes épistémologiques et méthodologiques que JLC les a sans doute aidés à forger pour eux-mêmes et pour leurs propres étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre CUQ, « Le français et les langues. Histoire, linguistique, didactique. Hommage à Jean-Louis Chiss, sous la direction de Jacques David et Corinne Weber, Lambert Lucas, 2021, 248 p »Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 19-2 | 2022, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/11073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdlc.11073

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre CUQ

Aujourd’hui professeur émérite à l’université Côte d’Azur, JPC a également enseigné la didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université Stendhal-Grenoble 3 et à l’Université Aix-Marseille 1 après avoir aussi enseigné au Maroc et en Tunisie. Il a été de 2008 à 2016 président de la Fédération Internationale des Professeurs de Français.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search