Navigation – Plan du site

Les apports d'un monde synthétique pour l'apprentissage du vocabulaire en langue étrangère

Christine Rodrigues et Ciara R. Wigham

Résumés

Dans l'apprentissage d'une L2 (langue étrangère), les problèmes de vocabulaire rencontrés par les apprenants peuvent concerner diverses caractéristiques d'une UL (unité lexicale), que nous désignons comme des PVP (Points de Vocabulaire Problématiques). Notre intérêt se porte particulièrement sur les potentialités des mondes synthétiques, tels que Second Life, pour l'aide à la résolution de ces PVP. Nous présentons notre analyse des apports de cet environnement à partir d'une formation pilote, menée en février 2011 dans une approche Emile (Enseignement d'une Matière par l'Intégration d'une Langue Etrangère), au cours de laquelle des étudiants, encadrés par des tuteurs d'architecture et par des tutrices de langue, ont procédé à la construction collaborative d'objets virtuels en L2 (deux groupes en anglais et deux groupes en Français Langue Étrangère) et à la réflexion sur leur formation. Nous constatons que : i) les besoins en vocabulaire concernaient une variété de PVP et ont été exprimés dans Second Life en majorité dans l'audio, ii) les interventions tutorales ont consisté en majorité en reformulations, pour des PVP de signification, iii) ces régulations pédagogiques ont favorisé la résolution immédiate de certains PVP, notamment via le mode audio.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous reprenons la terminologie définissant le mot comme un " objet multifacette " (Pelissier, 2003)

1Une UL (unité lexicale) est caractérisée par différents aspects, qui en font un objet multi-facettes1. Cette caractéristique fait du vocabulaire une richesse dans l'apprentissage d'une L2 (langue étrangère), elle en est par là-même source de difficultés multiples possibles pour un apprenant. L'étude de l'enseignement / apprentissage des langues dans les dispositifs intégrant des outils de la CMO (Communication Médiatisée par Ordinateur) a déjà montré qu'il est possible de soutenir l'apprenant dans sa tâche, par des régulations pédagogiques variées (utilisation d'un forum de discussion pour demander des explications et pour faire de la correction explicite, utilisation de l'UL correcte lors d'une session de clavardage) qui peuvent aider à surmonter des difficultés liées à la compréhension et à l'utilisation des UL (Rodrigues, 2012).

2Pour la présente étude, nous nous interrogeons sur les potentialités des mondes synthétiques tels que l'environnement 3D Second Life pour l'apprentissage lexical en L2. Nous commençons par décrire notre contexte théorique, concernant l'apprentissage du vocabulaire, l'approche Emile (Enseignement d'une Matière par l'Intégration d'une Langue Étrangère) et l'enseignement/apprentissage dans les mondes synthétiques. Nous analysons ensuite les interactions lors des activités menées dans Second Life pour un public d'étudiants en architecture et apprenants d'anglais ou de français comme L2 dans une approche Emile afin de déceler les potentialités de cet environnement pour l'apprentissage lexical. Nous essayons ainsi de répondre aux questions suivantes :

  • quels besoins liés au vocabulaire ont émergé dans ce contexte, et de quelle manière ont-ils été exprimés dans Second Life, lors des activités menées ?

  • les modes verbal, para-verbal et non-verbal ont-ils joué un rôle dans l'identification et l'explication des PVP ?

  • quels PVP semblent avoir été résolus dans ce contexte, pour ce public spécifique, et de quelle manière ?

Contexte théorique

Points de vocabulaire problématiques en L2

3Diverses recherches, notamment en lexicologie (Boggards, 1994 ; Galisson, 1979 & 1989 ; Martinet, 1973 ; Mel'cuk, 1984 ; Picoche, 1992) mettent en évidence des points de langue qui peuvent être problématiques lors de l'apprentissage d'une L2 (Brudermann, 2010). Nous les appelons Points de Vocabulaire Problématiques (PVP : Rodrigues, 2012).

4Ainsi, la signification (qui peut être actualisée par le contexte et / ou la charge culturelle), la syntaxe (place de l'UL dans un énoncé), le genre (féminin, masculin, neutre dans certaines langues), les formes écrite, orale (en particulier les aspects phonétiques / phonologiques, porteurs de sens en anglais) et dérivée(s) de l'UL, le thème, le registre de langue, les liens sémantiques, morphologiques et thématiques entre certaines UL d'une même langue ou entre différentes langues sont autant de difficultés possibles, qu'il faut être en mesure d'identifier, afin d'aider à la compréhension, à la mémorisation et au réemploi du vocabulaire (figure 1).

Figure 1 – Caractéristiques d'une unité lexicale dans l'apprentissage des L2.

Figure 1 – Caractéristiques d'une unité lexicale dans l'apprentissage des L2.

5Pour chaque PVP, il est possible de déterminer une ou plusieurs sous-catégories, c'est-à-dire des causes constatées ou supposées d'une erreur. Dans une précédente étude consacrée aux PVP produits dans un dispositif hybride intégrant forum de discussion et clavardage (Rodrigues, 2012), nous avions par exemple relevé trois sous-catégories de PVP pour la forme écrite (tableau 1).

Tableau 1 – Exemple de catégorisation de PVP liés à la forme écrite d'une UL.

PVP

Sous-catégorie de PVP

Cause constatée ou supposée

Forme écrite

Orthographe incorrecte

Lettre(s) en trop

Erreur dans l'ordre des lettres

Lettre(s) utilisée(s) à la place d'une autre

Lettre(s) manquante(s)

Erreur de forme écrite à cause d'une UL proche par la forme et / ou sens

Erreur dans la transcription d'un son

Transcription erronée de l'oral

Liens L1 ou L2 / L2

UL en L1 ou L2

6Cette catégorisation, qui ne prétend pas être exhaustive (notamment parce qu'elle doit être appliquée à des cas concrets de situations d'apprentissage, comme dans les exemples du tableau 1), montre toutefois à quel point l'apprentissage lexical peut être complexe pour les apprenants. Il ne s'agit en effet pas seulement de comprendre le sens d'une unité lexicale à travers une définition, bien que ceci soit généralement la première préoccupation d'un apprenant concernant le vocabulaire. Elle présente également une variété d'aspects lexicaux sur lesquels les enseignants doivent porter leur attention pour une aide adaptée.

L'approche Emile

7L'approche Emile concerne l'enseignement double d'une matière et d'une L2. Elle désigne

des situations d'apprentissage bivalent dans lesquels une langue seconde ou étrangère sert de véhicule à l'enseignement et à l'apprentissage de disciplines non linguistiques. Cet apprentissage est double car même si l'attention peut être focalisée successivement sur l'une ou l'autre des deux composantes, les deux vont toujours de pair (Marsh, 2003).

  • 2 Mis en italique par les auteurs de l'ouvrage.

8L'approche Emile vise donc l'enseignement d'une matière en L2, l'attention se portant aussi bien sur le contenu que sur la L2. La matière est en effet considérée comme étant aussi importante que la langue : un enseignement / apprentissage Emile est "a dual-focused educational approach in which an additional language is used for the learning and teaching of both content and2 language" (Coyle, Hood & Marsh, 2010 : 1).

9Comme le souligne la Commission européenne (n.d.), cette démarche présente un intérêt notamment pour les publics qui font déjà face à des programmes d'apprentissage lourds et disposent donc de peu de temps à consacrer aux L2, alors que le Conseil de l'Europe recommande la connaissance d'au moins deux langues. Cette approche est d'autant plus intéressante que la mise en place de telles formations peut amener à une collaboration entre des spécialistes de la matière et des formateurs en L2, chacun étant spécialiste dans les deux disciplines à enseigner.

Les mondes synthétiques

Définition d'un monde synthétique

10Un monde synthétique – ou monde virtuel3 – est un environnement interactif et persistant, à interface graphique en 3 dimensions, partagé par les utilisateurs qui peuvent se connecter à travers un réseau et interagir par avatars en mode synchrone : "a synchronous, persistent network of people, represented as avatars, facilitated by networked computers" (Bell, 2008 : 2). On peut citer par exemple : Active Worlds, Habbo Hotel, Whyville, Moove, Second Life ou encore VZones4.

11Dans un monde synthétique, l'utilisateur est amené à se déplacer dans un environnement 3D à l'aide d'un avatar, dont il peut choisir l'apparence et dont il contrôle la majorité des mouvements et déplacements. Il peut également communiquer par la voix, à l'aide d'un microphone et d'enceintes ou d'un casque audio, et par un système de clavardage public ou privé. Les mondes synthétiques produisent ainsi des données multimodales, consistant en actes verbaux (parler, communiquer par le clavardage), non-verbaux et para-verbaux réalisés au travers des avatars (Wigham & Chanier, 2013).

Intérêt des mondes synthétiques pour la formation

12Du point de vue des Tice, il a déjà été démontré que les mondes synthétiques fonctionnant sur un mode en 3D ouvraient de nombreuses perspectives pour l'enseignement / apprentissage, qu'il s'agisse d'environnements à visée sociale, comme Second Life, ou de jeux en ligne massivement multijoueurs tels World of Warcraft (Thorne & Fischer, 2012). À la différence de jeux en ligne, qui proposent la réalisation de quêtes prédéfinies, un monde synthétique à visée sociale comme Second Life permet de réaliser librement des scénarios, autorisant ainsi une adaptation aux tâches pour l'apprentissage des L2.

13Permettant non seulement le travail collaboratif (Dalgarno & Lee, 2010), mais également les échanges à distance avec des natifs, ces environnements, qui sont de ce fait un support didactique de la perspective actionnelle (suivant les préconisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, 2001), présentent également la particularité d'ajouter une dimension visuelle et spatiale (en comparaison des dispositifs de type plateformes d'apprentissage), à travers la manipulation d'un avatar qui interagit dans et avec cet espace virtuel et les autres utilisateurs. De plus, il semblerait qu'ils rassurent les apprenants (Teoh, 2007), qui ont l'impression de prendre moins de risques que dans le monde réel.

14Pour synthétiser les avantages d'un monde synthétique pour l'apprentissage, nous reprenons ici les six caractéristiques que Dillenbourg (2000) et Dillenbourg et al. (2002) lui attribuent : c'est un espace d'information construite, social, représenté de manière explicite, co-construit par les apprenants, qui sont actifs et acteurs, utilisé autant en présentiel qu'à distance, intégrant des technologies hétérogènes et des approches pédagogiques multiples, et se superposant généralement aux environnements physiques. Ceci, nous le verrons, a été pris en compte dans l'élaboration de notre scénario pédagogique, en proposant notamment des activités de co-construction de modèles par des apprenants dans l'environnement synthétique, une utilisation de cet environnement à distance pour la L2 et en présentiel pour l'architecture à travers des modes de communication variés (clavardage, audio).

15Dans notre étude, nous nous intéressons en particulier à Second Life. Créé en 2003 pour faciliter les échanges et rencontres entre utilisateurs (selon un fonctionnement de type réseau social), Second Life a rapidement suscité un intérêt pour l'enseignement. Ainsi, l'usage qui avait été défini et préconisé initialement a été élargi à des fins d'enseignement :

il a très vite été intégré dans les pratiques éducatives grâce aux caractéristiques suivantes : un environnement immersif avec des objets en 3D et la présence des avatars ; des contenus générés par les utilisateurs ; la possibilité d'intégration de ressources externes (vidéos, liens Internet...) ; des échanges avec d'autres utilisateurs du monde entier en temps réel avec les outils de chat à l'écrit et à l'oral (Tang, 2011 :2).

16Enfin, l'idée d'utiliser des mondes synthétiques pour l'apprentissage du vocabulaire en L2 a déjà été appliquée dans certaines études (telles que Chover et al., 2002). Il s'agit par exemple d'applications proposant à un utilisateur, débutant dans une langue, de sélectionner des objets (chaise, table) ou des actions (courir, lire) et de faire afficher leur dénomination et prononciation. Les caractéristiques des mondes synthétiques, et en particulier la multimodalité de Second Life, nous semblent intéressantes pour proposer des activités et aider les apprenants du point de vue lexical. Il s'agira par exemple d'exploiter les possibilités communication orale et écrite, verbale et non verbale, ou encore la visualisation d'objets en 3D, pour répondre aux PVP pouvant se produire.

Problématique de recherche et démarche méthodologique

17Notre étude concerne l'intérêt que peut présenter un enseignement par Second Life, avec des apprenants et des tutrices de langue à distance, pour l'apprentissage du vocabulaire. Se pose ainsi la problématique suivante : étant donné les caractéristiques de l'environnement synthétique Second Life, en quoi un enseignement des langues dans ce monde synthétique permet-il d'apporter une aide aux PVP ?

18Afin d'apporter des éléments de réponse à cette question, nous analysons des données provenant d'une formation pilote dans un contexte Emile, focalisée sur l'apprentissage de l'architecture et d'une L2. Cette formation comportait des tâches qui n'étaient pas, nous le verrons, orientées de manière exclusive vers l'apprentissage lexical, mais elle constitue néanmoins un terrain intéressant pour appréhender les apports d'un dispositif d'enseignement intégrant un monde synthétique tel que Second Life pour les PVP puisqu'elle s'adressait à des apprenants d'anglais et de français comme L2.

Présentation de la formation

19L'expérimentation s'est déroulée de manière intensive (de 9h à 18h chaque jour) du 07 au 11 février 2011 à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture Paris-Malaquais (Ensapm, suivant un scénario pédagogique conçu par les tuteurs enseignants d'architecture de l'Ensapm et les tutrices de langue de l'université Blaise Pascal (UBP), pour répondre à des objectifs liés à l'approche Emile.

  • 5 Architectural and Design based Education and Practice through Content and Language Integrated Learn (...)

20Il s'agit d'un atelier d'architecture appelé "Building Fragile Spaces", mené dans le cadre du projet européen Archi215. À l'origine de la mise en place de cette formation pilote se trouvent des préoccupations concernant la maitrise d'une L2 par les étudiants d'architecture, nécessaire à la validation d'un niveau Master (Joint Quality Initiative, 2004) afin d'aider à la mobilité notamment en Europe. La mise en place de ce type de formation dans une approche Emile vise à pallier le manque de cours spécialisés dans ce domaine en L2 généralement observé dans les institutions d'enseignement de l'architecture. Bien entendu, cet atelier intensif n'avait pas la prétention d'atteindre à lui seul ces objectifs en cinq jours (on ne parlera notamment pas d'acquisition de la L2 en un délai si court) : il s'intègre à la formation générale proposée aux étudiants par l'école d'architecture, visant la maitrise d'une L2 et la validation de diplôme.

21La démarche choisie dans ce projet a consisté à élaborer un dispositif hybride, comportant séances en présentiel et à distance, utilisant notamment le monde synthétique Second Life. Cette situation d'apprentissage concernait l'anglais ou le français comme L2.

Participants

22La formation a intégré dix-sept étudiants d'architecture de niveaux Licence 1 à Master 2, neuf d'entre eux ayant le français comme langue maternelle, les huit autres l'espagnol (2), le chinois (2), le coréen (1), l'italien (2) et l'arabe (1, Figure 2). Quatre groupes de travail ont ainsi été constitués en fonction de la L2 des apprenants : deux groupes pour l'anglais (scenario et (e)spaces, de niveau B1 à B2) et deux groupes pour le FLE (avatars et land+scapes, de niveau A2 à B1). Chacun devait réaliser un modèle dans Second Life en s'exprimant dans leur L2.

23Deux enseignants d'architecture de l'Ensapm participaient en présentiel à la formation pour le contenu lié à cette spécialité. Deux tutrices de langue de l'UBP encadraient les étudiants à distance, l'une pour l'anglais, l'autre pour le français comme L2.

Figure 2 – Langues maternelles des participants étudiants.

Figure 2 – Langues maternelles des participants étudiants.

Le scénario pédagogique

24Lors de la formation, les étudiants étaient divisés en groupes de travail et devaient créer un modèle dans le monde synthétique Second Life en utilisant leur L2 comme langue de travail. Dans le domaine de l'architecture, un modèle est une représentation, illustrant une structure donnée. Il permet également les échanges avec d'autres spécialistes (notamment en vue d'obtenir des retours sur le modèle proposé) avec des clients et des organismes décisionnaires (Kvan & Thilakaratne, 2003).

25Le modèle demandé aux étudiants devait répondre à une problématique désignée par les enseignants d'architecture. La thématique de la problématique était différente selon le groupe. Par exemple, le groupe land+scapes, qui a réalisé le modèle représenté par la figure 3, devait répondre à une problématique concernant la manière de représenter, dans le monde synthétique, des constructions de manière simultanée mais toutefois distincte.

Figure 3 – Modèle (en cours de construction) du groupe land+scapes

Figure 3 – Modèle (en cours de construction) du groupe land+scapes

26Diverses activités ont ainsi été menées pour accompagner les étudiants dans la création de leur modèle en L2. Les enseignants d'architecture accompagnaient les étudiants dans des activités d'atelier dans l'environnement présentiel. Leur rôle était d'aider le groupe à cerner leur problématique et leurs conceptions architecturales, et de faire des retours sur les propositions de modèle. Les tutrices de langues menaient des activités à distance pour accompagner les groupes de travail. Ces activités comprenaient une séance d'initiation à Second Life dans laquelle les étudiants ont manipulé les différentes modalités de communication, une séance de construction collaborative d'un objet en groupe, ou encore des séances réflexives, dont des séances de réflexion individuelle ayant lieu dans VoiceForum (Fynn, 2007) et des séances de groupes de travail dans Second Life. Le choix de Second Life pour la formation pilote a été motivé par les possibilités de mise en place d'activités de construction architecturale collaborative, mais également pour sa multimodalité et ses possibilités d'enregistrement de données.

27Les séances de construction collaborative consistaient à reconstituer un modèle à partir de pièces détachées. La séance était scénarisée pour aider les étudiants à construire et à manipuler des objets et à développer leurs compétences en L2 pour parler des objets, leur forme et leur positionnement dans l'environnement. L'un des apprenants jouait le rôle de l'assistant, disposant d'un plan de l'objet à construire. Il orientait les apprenants-ouvriers (Kraut et al., 2003) qui n'avaient pas accès au plan et qui devaient donc poser des questions. Cette organisation de la tâche devait favoriser les interactions de type échange d'informations (Pica et al., 1993), puisque certains apprenants manquaient d'éléments essentiels à la construction et savaient que l'assistant avait connaissance de ces éléments (Long, 1981).

28Au cours des séances réflexives, également menées dans la L2 des apprenants, les étudiants devaient s'exprimer sur l'avancement de leur travail et leur contribution personnelle au projet ainsi que les retours faits par les enseignants d'architecture sur leur modèle et sur la façon dont ils allaient les prendre en compte dans l'avancement de leur travail. La tutrice proposait un ordre du jour, composé de thèmes à aborder, qui devaient amener des étudiants à donner leur avis à tour de rôle. Lors de ces séances, les avatars étaient assis en cercle. Ils disposaient de ressources telles qu'un tableau d'écriture collaborative sur lequel figuraient les instructions pour la séance en cours, ainsi qu'un tableau sur lequel les apprenants pouvaient afficher des photos de leur travail (Figure 4).

Figure 4 – Capture d'écran d'une séance réflexive.

Figure 4 – Capture d'écran d'une séance réflexive.

29Les séances ont eu lieu en fin de journée. Elles avaient comme objectif de développer la réflexion critique des étudiants, de les aider à discerner l'information critique concernant leur problématique, et à réfléchir à la façon dont ils allaient développer leur modèle le lendemain.

30Le point culminant de la formation a été la présentation des modèles en L2 par chaque groupe de travail. Cette présentation, qui a eu lieu le dernier jour, a été notée par les tuteurs d'architecture.

Méthodologie de recueil et d'analyse de données

Le recueil de données

31Les données recueillies lors de cette formation concernent les séances consacrées à la construction d'objets et des séances réflexives dans Second Life. D'autres données sont constituées des réponses aux questionnaires en ligne (pré-questionnaires sur le profil des apprenants, post-questionnaires concernant l'opinion des étudiants sur la formation) et des entretiens menés post-formation.

32Comme nous l'avons évoqué précédemment, l'environnement de Second Life entraine une interaction qui produit des données multimodales :

Il faut à la fois prendre en compte l'audio, le clavardage et la vidéo à travers les déplacements, les gestes… (Bayle & Foucher, 2011 : 8).

33Diverses solutions de captation des données dans Second Life ont pu être appliquées. Des avatars uniquement dédiés à l'enregistrement de données et limitant leurs mouvements à l'utilisation du zoom ont été créés. Des logiciels dédiés à l'enregistrement d'écrans ont été utilisés. Des parcelles ont été délimitées afin d'éviter de possibles interférences entre les groupes en cloisonnant le son. Le contenu des clavardages a été enregistré et sauvegardé automatiquement au format texte (grâce à une fonctionnalité intégrée à Second Life).

Méthodologie d'organisation et d'analyse des données

34Les données multimodales ont été transcrites suivant une méthodologie adaptée (Saddour, Wigham & Chanier, 2011) pour une organisation en corpus d'apprentissage Letec (LEarning and TEaching Corpora ; Chanier & Wigham, 2011, Dir.). Pour la présente étude, nous avons sélectionné les données concernant deux séances réflexives du groupe av (FLE, av-j2 et av-j3) et deux séances réflexives du groupe sc (EFL, sc-j2 et sc-j3), constituant trois heures d'enregistrement et 1003 tours de parole (tableau 2).

Tableau 2 – Tours de parole (audio et clavardage) pour les séances réflexives av-j2,av-j3,sc-j2et sc-j3.

Séances réflexives

Tours de parole

audio

clavardage

av-j2

158

9

av-j3

126

28

sc-j2

209

248

sc-j3

143

82

Total

636

367

35L'interaction des participants a été transcrite à l'aide du logiciel Elan, qui permet un export au format xml. Nous avons appliqué aux transcriptions une première couche d'annotations concernant notamment les problèmes en L2 au format xml (tableau 3). Ce format nous permet en effet d'utiliser des outils d'analyse de corpus et d'établir des liens entre différents tours de parole.

Tableau 3 – Codes des annotations concernant les problèmes en L2.

Code de l'erreur

Type d'erreur

typ

graphie

lex

vocabulaire

gram

grammaire

prag

pragmatique

idio

idiomatique

pron

prononciation

  • 6 La représentation au même niveau de la forme, du sens et du genre sur cette figure n'est pas en lie (...)

36À partir de ces annotations, nous avons inséré une deuxième couche d'annotations, axée sur les problèmes de vocabulaire, afin d'identifier les PVP produits. La première catégorie identifie le PVP suivant un problème de forme ou de signification (pvp1). Nous identifions également plus précisément chacune de ces difficultés avec des sous-catégories (pvp2 et pvp3, figure 56).

Figure 5 – Catégories de PVP utilisées dans l'analyse.

Figure 5 – Catégories de PVP utilisées dans l'analyse.

37Par ailleurs, nous nous basons sur les travaux de Bower & Kawaguchi (2011) pour observer le type de régulations pédagogiques (tableau 4). Nous avons également relevé et codé les interventions correctives des apprenants (tableau 4).

Tableau 4 – Codes des rétroactions correctives et des réponses

• Dans les actes des tuteurs

Code

Explanation

Adaptation terminologique à l'étude présente

rec

recast: erroneous output restated in targetlike form

reformulation

cr

clarification request

demande de clarification

rep

repetition of erroneous output

répétition de la production erroné

con

confirmation: check to see if understanding of student's utterance is correct

demande de confirmation implicite : le tuteur reformule ce que l'étudiant a dit

cck

comprehension check

demande de compréhension explicite : le tuteur reformule et demande si c'est ce qu'étudiant voulait dire

ec

explicit correction: type 'oh you mean..'

correction explicite

ml

metalinguistic comment

commentaire métalinguistique

ref

reinforcment: short statement of approval

renforcement

• Dans les actes des étudiants

rpt

repetition

répétition de la correction

inc

incorporation of feedback in targetlike form

production modifiée avec utilisation correcte de la correction

incnr

incorporation of feedback that needs repair

production modifiée mais utilisation incorrecte de la correction

sr

self-repair

auto-correction

pr

Peer correction

correction par un pair

ack

acknowledgment of feedback

accusé

38L'extrait suivant (tableau 5) montre un exemple du résultat de notre travail d'annotation. Les annotations an10 (correspondant à la première couche) et 502 (deuxième couche) indiquent que dans le groupe sc-j2, lors de la séance de réflexion le deuxième jour de la formation (slrefl-scj2), le participant Nathanrez utilise un terme en français au lieu de l'anglais (pvp="for" pvp2="liens" pvp3="fra") lors d'un acte audio (tpa), environ 17 minutes après le début de la séance (17:33-17:48). L'annotation n° 503 montre que la tutrice Tfrez2 intervient alors dans le clavardage (tpc), et procède par renforcement et reformulation (rec) par rapport à la production de l'apprenant (an10 an502).

Tableau 5 – Exemple d'annotations

• tpa_nathanrez, slrefl-scj2, 17:33-17:48

euh we have euh some search personal and after euh euh <anno id="an10"><anno id="an502" pvp="for" pvp2="liens" pvp3="fra"{réunion}</anno></anno>

• tpc_tfrez2, ,17:48-17:49 :

<anno id="an503" type="form" et="lex" function="rec ref" ref="an10 an502">a meeting ok</anno>

39Nous nous intéressons à la communication dans les interactions et le clavardage, suivant une approche qualitative (Huberman & Miles, 1991).

Analyse

40Notre analyse a pour but d'appréhender les apports de Second Life pour l'apprentissage lexical. Pour cette étude, nous axons notre analyse sur trois aspects : PVP et expression des besoins lexicaux lors des activités ; régulations pédagogiques (identification et explication des PVP) suivant les modes verbal, para-verbal et non-verbal ; résolution des PVP (moyens et efficacité). Notre objectif consiste en effet à repérer les difficultés lexicales apparues lors des séances, à identifier l'aide apportée face à ces difficultés et à mesurer l'efficacité des interventions correctives sur les PVP.

PVP rencontrés et expression des besoins lexicaux

41Les résultats montrent que les PVP rencontrés pour le FLE concernent la forme (forme orale incorrecte et utilisation d'une autre L2, par exemple share), la signification et le genre (figure 6). Concernant les groupes en apprentissage de l'anglais, les PVP sont liés à la forme (en particulier des UL utilisées en LM ou dans une autre L2) et à la signification des UL (en majorité des formes inappropriées, telles que make a presentation ; figure 7).

Figure 6 – PVP rencontrés en FLE.

Figure 6 – PVP rencontrés en FLE.

Figure 7 – PVP rencontrés en anglais.

Figure 7 – PVP rencontrés en anglais.

42Par ailleurs, on constate que les PVP se sont en majorité produits lors des actes audio (figure 8). On peut supposer que lors de la communication par clavardage, les apprenants prennent le temps de relire et corriger leur production, ce qui explique un nombre moindre de PVP dans ce cas.

43En outre, les résultats montrent que les apprenants ont rarement sollicité une aide pour les PVP lors des actes audio, et aucune dans le clavardage (figure 9). On peut se demander si cela est en rapport avec l'approche choisie pour cette formation, mettant en avant l'avancement de la tâche, les pistes à explorer pour la continuation du travail de groupe à travers l'interaction, plutôt que des exercices linguistiques. De plus, ces séances n'étant pas notées, les étudiants étaient ainsi moins concentrés sur la forme de leurs actes verbaux que sur l'interaction et la tâche de la formation.

Figure 8 – PVP produits sans demande d'aide audio (TPA) et clavardage (TPC).

Figure 8 – PVP produits sans demande d'aide audio (TPA) et clavardage (TPC).

Figure 9 – Demandes d'aide pour les PVP audio (TPA) et clavardage (TPC).

Figure 9 – Demandes d'aide pour les PVP audio (TPA) et clavardage (TPC).

Régulations pédagogiques

44Les résultats d'analyse des régulations pédagogiques montrent que les tutrices ont adopté deux stratégies différentes : de nombreuses interventions pour les PVP en anglais, et peu de régulations en FLE. Les apprenants sont également intervenus pour certains PVP (figure 10).

Figure 10 – Interventions des tutrices et des pairs pour les PVP.

Figure 10 – Interventions des tutrices et des pairs pour les PVP.

45En ce qui concerne les régulations pédagogiques, celles-ci ont surtout consisté en reformulations (pour le FLE et pour l'anglais). La tutrice a peut-être adopté cette stratégie afin de ne pas interrompre le déroulement de la tâche (c'est-à-dire la communication sur le projet) pour dévier sur une discussion linguistique : les reformulations donnent immédiatement la forme correcte et ne distraient peut-être pas autant de la tâche qu'une demande de clarification.

46On note également une variété d'interventions tutorales pour le groupe en anglais sc-j2, ainsi qu'une utilisation en parallèle de la reformulation et du renforcement (figure 11). En ce qui concerne les interventions des apprenants, il s'agissait d'autocorrection ou de répétition de la correction, mais également de correction ou de reconnaissance de la correction par un pair (figure 12).

Figure 11 –Formes d'interventions tutorales (d'après Bower & Kawaguchi, 2011) pour les PVP

Figure 11 –Formes d'interventions tutorales (d'après Bower & Kawaguchi, 2011) pour les PVP

Figure 12 – Formes d'interventions des apprenants pour les PVP

Figure 12 – Formes d'interventions des apprenants pour les PVP

47En ce qui concerne les modalités, l'analyse montre que les tutrices sont intervenues principalement par clavardage pour les PVP apparus dans l'audio (figure 13). Nous pouvons supposer que la stratégie d'intervention dans le clavardage a été adoptée d'une part pour laisser une trace de la forme correcte pendant quelques instants à l'écran, d'autre part, afin de ne pas risquer d'interrompre l'avancement de la tâche de reflexion à l'oral par une correction audio, qui pourrait amener les étudiants à oublier ce qu'ils voulaient dire ou ne plus oser s'exprimer.

48Dans un cas de PVP, la tutrice a utilisé le clavardage et l'avatar (hochement de la tête, tableau 6).

Figure 13 –Modalités d'intervention des tutrices pour les PVP apparus par audio.

Figure 13 –Modalités d'intervention des tutrices pour les PVP apparus par audio.

Tableau 6 – Exemple d'utilisation du clavardage et de l'avatar.

• tpc_tfrez2, slrefl-scj2,17:48-17:49 :

<anno id="an503" type="form" et="lex" function="rec ref" ref="an10 an502">a meeting ok</anno>

• kin_tfrez2, slrefl-scj2, 17:49-17:50 :

<anno id="an504" ref="an503">nod</anno>

49Pour les PVP apparus dans le clavardage, les tutrices sont intervenues par clavardage ou dans l'audio (figure 14). On relève également un cas d'utilisation de l'audio accompagnée de l'avatar (tableau 7). Toutefois, les mouvements de l'avatar ne sont pas toujours intentionnels, (Wigham & Chanier, 2013), ce qui ne nous permet pas de savoir si l'utilisation combinée de ces modes renforcent l'intervention tutorale.

Figure 14 –Modalités d'intervention des tutrices pour les PVP apparus par clavardage.

Figure 14 –Modalités d'intervention des tutrices pour les PVP apparus par clavardage.

Tableau 7 – Exemple d'utilisation de l'audio et de l'avatar.

tpa_tfrez1, slrefl-av-j2, 2:28-2:34:

euh d'accord + Maria vous explique là oui [_laughs] <anno id="an506" type="form" et="lex" function="rec" ref="an505">partager</anno>

kin_tfrez1, slrefl-av-j2, 2:30-2:32 :

<anno id="an507" type="form" et="lex" function="rec" ref="an505 an506>move(head)</anno>

Résolution de PVP

50Pour terminer notre analyse, nous avons relevé les PVP qui semblent avoir été résolus lors de l'activité en FLE (tableau 8) et en anglais (tableau 9). Pour cela, nous nous sommes basées sur les réponses données par les apprenants (reconnaissance, ou acknowledgement). Nous ne relevons pas de catégorie particulière de PVP dans les situations d'apprentissage sélectionnées pour cette étude. On constate toutefois que les interventions, qui semblent donc efficaces en tant que soutien pour les PVP, consistent majoritairement en reformulations, à travers le mode audio.

Tableau 8 – PVP relevés en FLE.

• UL cible

PVP

PVP1

PVP2

PVP3

Mode

Intervention

Mode

Image

picture

for

liens

eng

audio

Reformulation

Audio
on dit image

Mettre en relation

relationner

sign

inex

audio

Reformulation

Clavardage
mettre en relation

éphémère

[…]

sign

inconn

audio

Reformulation

Audio
éphémère

définissable

sign

inex

audio

Reformulation

Clavardage
définissable

Tableau 9 – PVP relevés en anglais.

UL cible

PVP

PVP1

PVP2

PVP3

Mode

Intervention

Mode

• meeting

réunion

for

liens

fran

audio

Reformulation Renforcement

Clavardage
a meeting ok

• global view

To see everything

sign

ina

audio

Reformulation Renforcement

Clavardage
to have a global view, ok

• speedway

motorbike

sign

inconn

audio

Reformulation

Audio
in english we often call this a speedway

Reformulation

Clavardage
speedway

• explore

explode

form

orth

clavardage

Demande de clarification

Clavardage
what do you mean by an explode perspective?

• movie

video

sign

ina

audio

Auto-correction

Clavardage
a movie

• Opposite approach

trying to find what wasn't possible

sign

ina

audio

Renforcement Reformulation

Clavardage
ok taking the opposite approach

Conclusion

51Notre étude a montré que, dans les activités analysées, des PVP variés, exprimés plutôt dans l'audio, sont apparus, et que très peu de demandes explicites d'aide ont été manifestées. Nous pouvons souligner le fait que la tâche demandée ne portait pas en particulier sur la langue mais sur l'architecture, ce qui peut expliquer que l'attention des apprenants n'était pas particulièrement portée sur leur expression et le vocabulaire en L2. Nous avons également constaté que dans le groupe en EFL, il y avait plus d'interventions dans le clavardage. Nous avons relevé quelques exemples de combinaison des modes dans les interventions. Les formes d'intervention étaient surtout constituées de reformulations, de quelques demandes clarification, en majorité pour des problèmes liés à la signification. Enfin, nous avons constaté une certaine efficacité des interventions tutorales, mais peu d'exemples viennent appuyer des résultats. Il sera donc intéressant de transcrire d'autres séances (réflexives et de construction) pour compléter notre analyse des PVP dans Second Life.

Haut de page

Bibliographie

Bayle, A. & Foucher, A.-L. (2011). "Comment étudier les interactions d'apprenants de langue dans les mondes virtuels ?" In C. Dejean, F. Mangenot & T. Soubrié (coord.) Actes du colloque Échanger pour apprendre en ligne (EPAL). Grenoble, 24-26 juin. Disponible en ligne. http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00630647

Bell, M. W. (2008). "Toward a Definition of “Virtual Worlds". Journal of virtual worlds research "Virtual Worlds Research: Past, Present & Future", vol. 1, n° 1. Disponible en ligne. http://journals.tdl.org/jvwr/article/view/283/237 ISSN:1941-8477.

Boggards, P. (1994). Le vocabulaire dans l'apprentissage des langues étrangères. Paris : Crédif, Hatier, Didier.

Bower, J & Kawaguchi, S. (2011). "Negotiation of meaning and corrective feedback in Japanese / English etandem". Language Learning & Technology, vol. 15, n° 1. pp. 41–71.

Brudermann, C. (2010). "Analyse de l'efficacité des stratégies de travail d'étudiants Lansad à distance dans un dispositif hybride – Étape d'une recherche-action". Alsic, vol. 13. Disponible en ligne. http://alsic.revues.org/1348. doi:10.4000/alsic.1348

CECRL (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues – Apprendre, enseigner, évaluer. Paris : Didier. Disponible en ligne. http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_FR.pdf

Chanier, T. & Wigham, C. R. (2011) (Dir.). Learning and Teaching Corpus (LETEC) of ARCHI21, Clermont-Ferrand, France: Clermont Université. oai:mulce.org:mce-archi21-letec-all. Disponible en ligne. http://repository.mulce.org

Chover, M., Belmonte, Ó., Remolar, I., Quirss, R. & Ribelles, J. (2002). "Web-based Virtual Environments for Teaching". Eurographics/ACM SIGGRAPH Workshop on Computer Graphics Education. July 6-7. Bristol University: UK. Disponible en ligne. http://virtual.inesc.pt/cge02/pdfs/chover.pdf

Commission européenne (n.d.) Politique européenne des langues et Emile/ CLIL. Direction générale de l'éducation et de la culture. Bruxelles : Belgique. Disponible en ligne. http://ec.europa.eu/languages/documents/clilbroch-xx.pdf_fr.pdf

Coyle, D., Hood, P. & Marsh, D. (2010). CLIL : Content and Language Integrated Learning. Cambridge: Cambridge University Press.

Dalgarno, B. & Lee, M. J. W. (2010). "What are the learning affordances of 3-D virtual environments?" British Journal of Educational Technology, vol. 40, n° 6. pp. 10–32. doi:10.1111/j.1467-8535.2009.01038.x

Dillenbourg, P. (2000). "Virtual learning environments". Paper presented at the EUN Conference 2000 "Learning in the new millennium: building new education strategies for schools". Disponible en ligne. http://tecfa.unige.ch/tecfa/publicat/dil-papers-2/Dil.7.5.18.pdf

Dillenbourg, P., Schneider, D. K. & Synteta, P. (2002). "Virtual Learning Environments". In A. Dimitracopoulou (Ed.). Proceedings of the 3rd Hellenic Conference "Information & Communication Technologies in Education". Greece : Kastaniotis Editions. pp. 3-18. Disponible en ligne. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/19/07/01/PDF/Dillernbourg-Pierre-2002a.pdf

Fynn, J. (2007). "Aide à l'apprentissage du discours oral dans un contexte de communication asynchrone", Alsic, vol. 10, n° 1. doi: 10.4000/alsic.586. Disponible en ligne. http://alsic.revues.org/586

Galisson, R. (1979). Lexicologie et enseignement des langues: essais méthodologiques. Paris : Hachette.

Galisson, R. (1989). "Enseignement et apprentissage des langues et des cultures, "évolution" ou "révolution" pour demain ? " Le Français dans le monde, n° 227. Paris : Hachette Edicef. pp. 40-50.

Huberman, M. & Miles, M. B. (1991). Analyse des données qualitatives : recueil de nouvelles méthodes. Bruxelles : De Boeck Université.

Kraut, R. E., Fussell, S. R. & Siegel, J. (2003). "Visual information as a Conversational Resource in Collaborative Physical Tasks". Human Computer Interaction, vol. 18, n° 1. pp. 13-49.

Kvan, T. & Thilakaratne, R. (2003). "Models in the design conversation: architectural vs. engineering". In C. Newton, S. Kaji-O'Grady & S. Wollan (eds.). Design + Research: Project Based Research in Architecture. AASA (Association of Architecture Schools of Australasia), Australie : Melbourne. Disponible en ligne. http://www.re-h.nl/koutamanis/image05/kvan/kvan%20Thilakaratne%202003%20models%20in%20conversation.pdf

Long, M. H. (1981). "Input, interaction and second language acquisition". In H. Winitz (ed.). Native Language and Foreign Language Acquisition. Annals of the New York Academy of Sciences, vol. 379. pp. 259–278.

Marsh, D. (2003). "Réaliser l'objectif 1+2 en Europe : la voie du CLIL / EMILE". Bulletin d'information du Conseil Européen pour les Langues, n° 9, avril. n. p. http://userpage.fu-berlin.de/~elc/bulletin/9/fr/marsh.html

Martinet, A. (1973). Eléments de linguistique générale. Paris : Armand Colin.

Mel'cuk, I. (1984). Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain. Recherches lexico-sémantiques I. Montréal, Canada : Les Presses de l'Université de Montréal.

Pelissier, C. (2003). "Caractérisation des interfaces porteuses d´information mises en ouvre dans un environnement informatique d´aide à l´apprentissage de la lecture". Alsic, vol. 6, n° 2. doi: 10.4000/alsic.2212. Disponible en ligne. http://alsic.revues.org/2212

Pica, T., Kanagy, R. & Falodun, J. (1993). "Choosing and using Communication Tasks for Second Language Instruction and Research". In G. Crookes & S. Gass (dir.) Tasks and language learning: Integrating theory and practice. Clevedon: Multilingual Matters.

Picoche, J. (1992). Précis de lexicologie française. L’étude et l’enseignement du vocabulaire. Paris : Nathan.

Rodrigues, C. (2012). "L'aide l'apprentissage du vocabulaire à distance : effets des outils de la CMO". IJTHE / RITPU (International Journal of Technologies in Higher Education / Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire), vol. 9, n° 3, pp. 25-42. Montréal, Canada : Université de Montréal.

Saddour, I., Wigham, C. R. & Chanier, T. (2011) Manuel de transcription de données multimodales dans Second Life. Disponible en ligne. http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00676230

Tang, W. J. (2011). "Utilisation des stratégies d'apprentissage d'une langue étrangère dans un environnement virtuel multi-utilisateurs en trois dimensions". In C. Dejean, F. Mangenot & T. Soubrié (coord.) Actes du colloque Échanger pour apprendre en ligne (EPAL). 24-26 juin. Grenoble : France.

Teoh, J. (2007). "Second Life, a simulation: barriers, benefits, and implications for teaching". Technology, Colleges & Community (TCC) Worldwide online conference 2007 Proceedings.

Thorne, S. L. & Fischer, I. (2012) "Online gaming as sociable media" Alsic, vol. 15, n° 1. Disponible en ligne. http://alsic.revues.org/2450

Wigham, C. R. & Chanier, T. (2013). A study of verbal and nonverbal communication in Second Life - the ARCHI21 experience. ReCALL vol. 25, n° 1. pp. 63-84. doi:10.1017/S0958344012000250. Disponible en ligne. http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00674138

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons la terminologie définissant le mot comme un " objet multifacette " (Pelissier, 2003).

2 Mis en italique par les auteurs de l'ouvrage.

3 Nous préférons le terme synthétique à virtuel pour designer des environnements 3D. Ce dernier est en effet souvent opposé à celui de réel. Or ce sont des situations d'interaction réelles qui prennent place dans ce type d'environnement.

4 http://www.activeworlds.com/ ; http://www.habbo.fr/ ; http://www.whyville.net/smmk/nice ; http://moove.com/ ; http://secondlife.com/ ; http://www.vzones.com/

5 Architectural and Design based Education and Practice through Content and Language Integrated Learning using Immersive Virtual Environments for 21st Century Skills. Projet européen, Education and Culture Lifelong Learning Programme, KA2 Languages, DG EAC/41/09, llp-eacea-KA2-MultProj-ARDNM.

6 La représentation au même niveau de la forme, du sens et du genre sur cette figure n'est pas en lien avec leur importance en L2, notamment du point de vue de la perspective actionnelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Caractéristiques d'une unité lexicale dans l'apprentissage des L2.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2 – Langues maternelles des participants étudiants.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3 – Modèle (en cours de construction) du groupe land+scapes
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4 – Capture d'écran d'une séance réflexive.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 – Catégories de PVP utilisées dans l'analyse.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6 – PVP rencontrés en FLE.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 7 – PVP rencontrés en anglais.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8 – PVP produits sans demande d'aide audio (TPA) et clavardage (TPC).
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 9 – Demandes d'aide pour les PVP audio (TPA) et clavardage (TPC).
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 10 – Interventions des tutrices et des pairs pour les PVP.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 11 –Formes d'interventions tutorales (d'après Bower & Kawaguchi, 2011) pour les PVP
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 12 – Formes d'interventions des apprenants pour les PVP
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 13 –Modalités d'intervention des tutrices pour les PVP apparus par audio.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 14 –Modalités d'intervention des tutrices pour les PVP apparus par clavardage.
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/1598/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Rodrigues et Ciara R. Wigham, « Les apports d'un monde synthétique pour l'apprentissage du vocabulaire en langue étrangère », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 10-2 | 2013, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/1598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdlc.1598

Haut de page

Auteurs

Christine Rodrigues

Christine Rodrigues est enseignante-chercheure au département de linguistique de l'université Clermont 2 et membre du Laboratoire de Recherche sur le Langage. Ses recherches portent sur l’apprentissage du vocabulaire en Français Langue Étrangère, les dispositifs de formation en langues intégrant les Tice, ainsi que les potentialités des mondes synthétiques pour la formation en ligne.
Courriel : christine.rodrigues@univ-bpclermont.fr
Toile : http://lrl.univ-bpclermont.fr/spip.php?rubrique44
Adresse : Laboratoire de Recherche sur le Langage, Université Blaise Pascal, Maison des Sciences de l’Homme – LRL, 4, rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand cedex 01.

Ciara R. Wigham

Ciara R. Wigham enseigne l'anglais à l'Espace langue hypermédia de l'UFR Langues appliquées, Commerce et Communication, Université Blaise Pascal. Elle est membre permanente du Laboratoire de Recherche sur le Langage. Sa recherche se focalise sur les situations d’apprentissage des langues étrangères partiellement ou totalement en ligne et étudie les interactions multimodales produites dans de telles situations.
Courriel : ciara.wigham@univ-bpclermont.fr
Toile : http://lrl.univ-bpclermont.fr/spip.php?rubrique137
Adresse : Laboratoire de Recherche sur le Langage, Université Blaise Pascal, Maison des Sciences de l’Homme – LRL, 4, rue Ledru, 63057 Clermont-Ferrand cedex 01.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals