Navigation – Plan du site

Quelles médiations en didactique des langues et des cultures ?

Questions notionnelles et formatives
Emmanuelle Huver et Joanna Lorilleux

Texte intégral

  • 1 La médiation en Didactique des Langues. Formes, fonctions, représentations. Université Bordeaux Mon (...)

1Les numéros 2 et 3 de ce volume 15 de Recherches en Didactique des Langues et des Cultures : Les Cahiers de l'Acedle font suite au colloque international bisannuel de l’Acedle qui s’est tenu à Bordeaux en 2017 et qui avait pour thème la médiation en didactique des langues1.

2Comme le rappelle l’appel à communication du colloque, dans notre domaine, la médiation se révèle une notion centrale, car elle sous-tend toutes les situations et processus de contacts linguistiques et culturels facilitant (ou non) la circulation d’informations, les relations interpersonnelles et l’intégration sociale. Cette dynamique, qui reflète la complexité de la société actuelle et, en retour, la complexité de la didactique des langues, amène également à s’intéresser aux rôles endossés par les acteurs –initiateurs ou récepteurs – de la médiation ainsi que par les objets médiatisés, en portant une attention particulière aux médias et aux technologies numériques. Lors de ce colloque, les présentations étaient organisées autour de différentes thématiques afférentes à la notion : celles de la pluralité, du numérique, de l’écrit, de l’interculturel, ou encore de la formation, par exemple.

3C’est une autre structuration qui a été choisie pour organiser ces deux numéros : celui-ci (n°2 du volume 15) regroupe en effet des articles relevant d’une réflexion notionnelle ou s’intéressant plus particulièrement aux enjeux liés aux enseignants et à leur formation, tandis que le suivant (n°3 du volume 15) rassemble des articles appréhendant la notion sous l’angle des démarches et des dispositifs permettant de la prendre en compte et/ou de la développer, sous tout ou partie de ses différents aspects.

4Les quatre premiers articles du présent volume portent la réflexion sur la médiation au.x plan.s théorique et politique. Emmanuelle Huver cherche ainsi à situer le terme de médiation et ses conceptualisations dans les sciences humaines et sociales en général, et en didactique des langues en particulier. Sur cette base, l’auteure propose de considérer la notion sous l’angle de la diversité, et tire différentes implications de ce parti-pris pour la transmission et l’appropriation des langues. Marisa Cavalli et Daniel Coste reviennent sur l’élaboration, pour le Conseil de l’Europe, d’un modèle conceptuel construit autour des notions de mobilité, d’altérité et de communauté et le rapport de celles-ci à la médiation, dans ses dimensions langagières plus particulièrement. Après avoir présenté ce modèle, puis proposé plusieurs catégorisations de la médiation, les auteurs se livrent pour finir à un retour réflexif sur leur étude, pour la situer dans un cadre résolument pragmatique et argumenter ce choix au regard de l’actualité de la recherche en didactologie des langues. Emmanuelle Le Pichon-Vorstman envisage l’enseignement sous l’angle des politiques linguistiques éducatives. Elle plaide pour une conception inclusive, contextualisée et plurilingue de l’enseignement, notamment lorsque celui-ci est mis à l’épreuve de la diversité, par le biais, en l’occurrence, des mouvements migratoires actuels. Il est également question de politiques linguistiques dans l’article de Patchareerat Yanpaprasart, cette fois sous l’angle des politiques linguistiques universitaires, dans le cadre du processus contemporain d’internationalisation de la recherche et de la formation. L’auteure s’attache plus particulièrement aux représentations des étudiants quant à la place et la signification du plurilinguisme dans leurs études et réfléchit sur cette base aux enjeux d’une politique linguistique plurilingue à l’université.

5Les quatre textes suivants ont pour point commun de s’intéresser aux enseignants. C’est en effet à une réflexion sur la place et le rôle de l’enseignant, et plus particulièrement de l’enseignant de langue, que nous invite Véronique Dagues. Discutant les usages actuellement les plus répandus des notions de triangle didactique et de langue, elle en vient à interroger le « manque de motivation » à apprendre, qu’elle attribue à l’évacuation de la figure de l’enseignant et à la domination actuelle d’une conception utilitariste des langues et de leur enseignement. Ahmad Helaiss prend l’exemple de l’enseignement universitaire en Arabie Saoudite pour centrer son attention sur la dimension interculturelle de la médiation. Il s’interroge sur les conditions permettant de faire de l’enseignant de langue un « médiateur interculturel par excellence », tant au plan formatif (contenus de formation professionnelle) que méthodologique (manuels de langue, dont le caractère universaliste ne peut mener qu’à une prise en copte superficielle de l’interculturalité). Bénédicte Techti s’intéresse à l’enseignement du français dans des écoles primaires rurales de Côte d’Ivoire et observe, dans ce cadre, les stratégies de médiations linguistique et culturelles mises en œuvre par les enseignants : elle en tire la conclusion d’une nécessaire formation des enseignants à une approche plurilingue et interculturelle de l’enseignement. Séverine Behra, Dominique Macaire et Véronique Lemoine-Bresson nous emmènent dans un atelier de langage d’une école maternelle française. A partir d’observations de classes et du discours de l’enseignant sur son activité professionnelle, elles mettent en évidence les stratégies de médiation langagière et culturelle de l’enseignant et identifient des positionnements et des styles de gestion variés, y compris chez cet enseignant lui-même. Cette variation est interprétée comme la conjonction de dimensions personnelles et professionnelles.

6Un dernier ensemble de textes thématise plus spécifiquement la question de la formation des enseignants à / par la médiation. Ainsi, Cédric Brudermann, Jose Aguilar, Grégory Miras, Dagmar Abendroth-Timmer, Ramona Schneider et Lin Xue prennent appui sur un projet franco-allemand de formation de formateurs de français langue étrangère. La mise en œuvre d’un dispositif de formation hybride est pour eux l’occasion de réfléchir à une modélisation des apports conjoints, pour la médiation, des ingénieries de la recherche, de l’enseignement et de la formation. Jésabel Robin propose un état des lieux des dispositifs mis en œuvre dans les Hautes Écoles Pédagogiques suisses, pour accompagner les enseignants en formation lors de semestres d’échange académique. Elle note la grande disparité de ces dispositifs, à laquelle elle relie la persistance de certains discours culturalistes et binarisants de la part des enseignants. Isabelle Audras, enfin, part d’une analyse d’ateliers de « Jeunes praticiens » dans un Master de Didactique du Français langue étrangère / seconde pour mettre en évidence la diversité de leurs pratiques dans des situations de classe e FLS en France. Ce qui est appréhendé ici, c’est le dispositif formatif lui-même en tant que médiation des échanges réflexifs pour faire évoluer les représentations du métier et l’identité professionnelle des étudiants en formation.

Haut de page

Notes

1 La médiation en Didactique des Langues. Formes, fonctions, représentations. Université Bordeaux Montaigne, 9-21 janvier 2017. https://acedle.org/colloques-acedle/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Huver et Joanna Lorilleux, « Quelles médiations en didactique des langues et des cultures ? », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 15-2 | 2018, mis en ligne le 02 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/3084

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Huver

Articles du même auteur

Joanna Lorilleux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • OpenEdition Journals