Navigation – Plan du site

Quelles médiations en didactique des langues et des cultures ?

Démarches et dispositifs
Joanna Lorilleux et Emmanuelle Huver

Texte intégral

1Du 19 au 21 janvier 2017 se tenait à Bordeaux le colloque de l’ACEDLE, consacré à la médiation en didactique des langues, à ses formes, ses fonctions, ses usages. Fidèle à sa tradition de débats et de rencontres, l’association a permis une fois de plus que s’expriment des chercheurs d’orientations et de sensibilités différentes autour d’une notion choisie pour sa centralité dans notre domaine et ainsi que pour sa forte présence, depuis une trentaine d’années, au sein des sciences humaines et sociales en général. La centralité de la notion dans le domaine est liée, comme le souligne l’appel à communication du colloque, au fait qu’elle sous-tend toutes les situations et processus de contacts linguistiques et culturels facilitant (ou non) la circulation d’informations, les relations interpersonnelles et l’intégration sociale. Cette dynamique, qui reflète la complexité de la société actuelle et, en retour, la complexité de la didactique des langues, amène également à s’intéresser aux rôles endossés par les acteurs –initiateurs ou récepteurs– de la médiation ainsi que par les objets médiatisés, en portant une attention particulière aux médias et aux technologies numériques.

2La présente publication –en deux volumes– fait suite à ce colloque et laisse apparaitre une pluralité d’acceptions de la notion dans notre domaine. Pluralité liée au fait que les disciplines connexes à la didactique des langues et des cultures, auxquelles cette dernière se nourrit –sociologie, psychologie, pragmatique interculturelle, traductologie, philosophie, etc.) ont-elles-mêmes développé des réflexions et des compréhensions diversifiées de la médiation. Il en découle que « la » médiation en didactique des langues revêt une diversité de formes et recouvre des enjeux pluriels eux aussi. Elle peut, en effet, être envisagée comme un objectif d’enseignement, un moyen pour développer d’autres compétences. Elle peut être considérée comme une qualité de l’enseignant ou une activité de celui qui apprend, ou encore comme la raison d’être de certains outils.

3Le n°2 du volume 15 de Recherches en Didactique des Langues et des Cultures : Les Cahiers de l'Acedle –premier des deux numéros consacrés à l’édition de textes faisant suite au colloque présente un ensemble de textes regroupés sous le titre Enjeux théoriques et formatifs ; le n°3 du volume 15 rassemble, quant à lui, 11 textes réunis sous le titre Démarches et dispositifs qui illustrent le caractère protéiforme de cette notion en didactique des langues et des cultures, y compris pour ce qui concerne les démarches d’enseignement et les processus d’appropriation.

4Nous avons choisi d’organiser ce volume en l’ouvrant sur trois textes qui présentent des dispositifs ouvrant une perspective plurielle sur la médiation :

5Laurence Schmoll fait discuter médiation ludoéducative et médiatisation des situations d’apprentissage scolaire par le jeu vidéo. L’artefact technologique qu’est le jeu vidéo constitue un médium pour l’apprentissage des langues, qui doit faire l’objet de la médiation de l’enseignant et, en amont, du concepteur du jeu.

6Nathalie Auger, Brahim Azaoui, Christel Houée et Frédéric Miquel envisagent, à l’occasion du projet Romtels, la médiation en didactique des langues et des cultures sous ses aspects culturels et interculturels, identitaires, linguistiques et numériques. C’est l’invitation au musée d’élèves roms et de leur famille qui permet aux chercheurs d’interroger ces diverses dimensions de la médiation, avec, comme pivot de ce texte, l’accès à des œuvres d’arts conservées au musée de Sète.

7L’œuvre d’art est également au centre du texte de Nathalie Borgé, qui explore d’une part le rôle de médiateur culturel de l’enseignant, et d’autre part la façon dont les arts chorégraphiques, par la « mise en mouvement des corps favorise[nt] une construction du répertoire linguistique de l’apprenant[e], grâce à l’étayage des autres acteurs » de la session.

8Trois textes suivent qui interrogent la place de l’enseignant comme médiateur : celui de Laura Uribe présente le dispositif de la « duette » « dont l’organisation repose sur la présence simultanée des deux enseignants de langue différente, réunis dans la même salle de classe pour étayer conjointement les apprentissages linguistiques et disciplinaires de l’enfant », dans le cadre de l’enseignement bilingue du réseau AEFE au niveau primaire en Amérique latine.

9Malory Leclère étudie la médiation de l’enseignant dans le double cadre de l’élucidation du sens et de l’élaboration du discours, au prisme des outils et de la place qui leur est faite, tantôt centrale, tantôt périphérique.

10Florimond Rakotonoelina se penche sur la double médiation qu’implique le traitement de l’actualité en classe de langue : médiation entre l’évènement et le texte opéré par l’auteur, et médiation entre le texte et l’apprenant opéré par l’enseignant.

11Sílvia Melo-Pfeifer et Anna Schröder-Sura prennent pour support d’analyse les manuels de FLE du secondaire en Allemagne, elles y étudient les tâches proposées aux élèves allemands pour développer une compétence de médiation.

12Shuming Qiu mobilise ce qu’elle identifie comme des contrastes philosophiques entre la France et la Chine pour étudier les manuels de FLE utilisés en Chine. Ces derniers, qu’ils soient chinois ou importés de France sont considérés comme des espaces de médiation interculturelle et abordés selon une approche comparative.

13Les trois textes qui viennent clore ce volume sont centrés sur différentes formes que peut revêtir la médiation opérée par celui-là même qui apprend. Marie Burgain mobilise l’album de littérature de jeunesse en cours de langue pour montrer les relations en jeu entre le texte et son lecteur. Elève - lecteur qui, par le biais de pratiques transfictionnelles peut à son tour devenir médiateur.

14Hara Papasaika aborde l’étude de l’histoire en classe de français langue étrangère dans un collège grec, de manière à placer les élèves face à des textes offrant des perspectives différentes, voire divergentes sur un évènement historique donné. C’est l’interprétation que les élèves font de ces textes qui les place en situation de médiateurs.

15Enfin, l’article de Léa Courtaud offre une réflexion sur « les relations entre l'appropriation des langues et des connaissances en contexte formatif universitaire et les rapports à la diversité des langues des étudiants et enseignants ». L’accent y est mis notamment sur la médiation entre leurs langues que pourraient opérer des étudiants plurilingues.

16Loin de chercher à unifier la notion, nous espérons que les articles regroupés ici permettront aux lecteurs d’avoir un aperçu assez large de l’empan que recouvre la / les médiations en didactique des langues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanna Lorilleux et Emmanuelle Huver, « Quelles médiations en didactique des langues et des cultures ? », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 15-3 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/3224

Haut de page

Auteurs

Joanna Lorilleux

Articles du même auteur

Emmanuelle Huver

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • OpenEdition Journals