Navigation – Plan du site

Matérialité de la médiation du sens en classe de langue pour enfants

Les outils didactiques au cœur de l’action d’enseignement
Malory Leclère

Résumés

Cette contribution étudie les conduites de médiation du sens déployées dans une classe d’immersion en français langue seconde pour enfants (6-7 ans). Ces pratiques de médiation sont constitutives de l’action d’enseignement et nous les analysons ici sous l’angle de leur matérialité. Nous nous demandons quelles places occupent les outils didactiques dans les conduites visant à étayer les processus d’élucidation du sens et d’élaboration du discours. En établissant une distinction entre outil central et outil périphérique, nous montrons comment l’anticipation par l’enseignante de certaines difficultés langagières et la planification de conduites ou supports de médiation permettent de faciliter la co-construction du sens dans la classe. Les outils périphériques constituent à ce titre des pivots dans l’élaboration des significations et des leviers pour passer de l’individuel au collectif dans l’interaction didactique. Nous nous interrogeons, pour conclure, sur les conditions d’une exploitation à des fins acquisitionnelles de cette médiation par les outils périphériques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La médiation est souvent appréhendée en didactique des langues sous deux angles complémentaires. Considéré comme une finalité d’apprentissage, le développement de la compétence de médiation (langagière ou linguistique) vise à rendre les apprenants aptes à « jouer le rôle d’intermédiaire entre des interlocuteurs incapables de se comprendre en direct », en mobilisant toutes les ressources de leur répertoire (Conseil de l’Europe, 2001 : 71). L’enjeu est alors de permettre le développement de comportements langagiers efficaces dans des situations sociales de contacts de langues et/ou dans des contextes où les interactants ne partagent pas les mêmes usages langagiers (même au sein d’un seul code) et ne parviennent, de ce fait, pas à accomplir conjointement une tâche donnée. Dans le paradigme des approches plurilingues et pluriculturelles, la médiation linguistique constitue alors, au sein de nos sociétés, au même titre que la médiation culturelle, une « compétence socle de l’interaction sociale » (Aden, 2012 : 268).

  • 1 Gajo et Grobet, reprenant Gajo (2005) établissent une distinction entre la médiation et la re-média (...)

2Parallèlement, dans l’intrication étroite que le CECRL dessine entre l’utilisateur et l’apprenant de langue, la médiation, en tant qu’activité langagière, constitue en contexte, un moyen de parvenir à accomplir une tâche d’apprentissage ou de formation. Ces processus de médiation, présents dans toute situation d’enseignement, sont particulièrement saillants dans les dispositifs d’enseignement bilingue ou immersif. Leur étude montre l’enjeu, pour les apprentissages langagiers comme pour les apprentissages disciplinaires, d’une articulation entre un travail sur des « savoirs [disciplinaires] ressentis comme denses » et un travail sur l’opacité linguistique des discours (Gajo et Grobet, 2008 : 115)1. Différents procédés de clarification des discours et d’explication des concepts (disciplinaires) ont ainsi pu être mis en évidence (Gajo, 2007) et situés dans la pluralité des contraintes et des préoccupations qui orientent l’activité de l’enseignant dans la classe (Bigot, Leclère et Romero, 2017).

3C’est à l’interface de ces grandes orientations que se situe notre contribution en appréhendant la médiation comme une compétence communicationnelle mise au service, en classe de français, de la réalisation d’activités didactiques et du processus d’enseignement-apprentissage. L’objectif est, plus particulièrement ici, d’analyser les modalités selon lesquelles se déploie cette médiation du sens en classe de langues pour enfants. En choisissant d’appréhender sous l’angle de la médiation les mécanismes de co-construction du sens dans l’interaction didactique, nous accordons une place centrale, d’une part à la dimension exolingue de cette situation de contacts de langues, d’autre part aux paramètres didactiques de la situation de classe que sont, entre autres, la finalité de transmission, l’asymétrie des rôles et la spécialisation des places interactionnelles qui en découle.

4Pour mener cette réflexion, nous nous appuierons sur un corpus recueilli dans une classe de Cours Préparatoire d’immersion (élèves de 6-7 ans) accueillant des enfants non francophones dans une école internationale parisienne. L’enseignement se fait exclusivement en français, langue que les enfants maîtrisent encore peu et inégalement. Outre l’apprentissage de la langue française, l’objectif dans cette classe de C.P. est l’apprentissage de la lecture et de l’écriture et le développement de savoirs et savoir-faire dans les autres disciplines scolaires. Nous étudierons plus particulièrement deux activités de français (lecture et production orale) et chercherons à comprendre quelles places occupent les ressources matérielles dans les conduites de médiation du sens qui jalonnent les interactions de classe.

Médiation du sens et matérialité dans l’action d’enseignement

5Dans tout processus de médiation, il y a, si l’on suit la définition étymologique de Pruvost (2012/3), au minimum trois éléments : deux entités disjointes et une personne, un objet et/ou une action qui intervient entre ces deux entités pour tenter de les réunir, de les réconcilier.

  • 2 En mettant en regard les pratiques interactionnelles de classe avec les discours que les enseignant (...)

6Dans le contexte de la classe de langues, les deux entités à « réconcilier » sont d’une part l’objet d’apprentissage (la langue-discours) et d’autre part celui qui l’utilise et l’apprend (l’élève). Pour réunir ces deux entités, un médiateur (une personne) peut intervenir en déployant des conduites de médiation (actions) et en mobilisant le cas échéant des outils spécifiques (objets) pour mener à bien cette action de médiation (Siblot, 2004). C’est à ces actions et à ces outils spécifiques que nous nous intéressons. Et notre approche de la médiation s’inscrit dans le cadre large de l’étude de la médiation linguistique, conçue comme « la transformation ou l’adaptation de tout message oral ou écrit pour le rendre intelligible à des interlocuteurs », pour reprendre les mots de Aden et Weissman (2012 : 265) qui ajoutent que les interlocuteurs en question ne partagent pas les mêmes langues-cultures et que la médiation a une visée pragmatique d’efficacité de la communication. Au sein de ce cadre large, nous focalisons notre attention sur les processus par lesquels les interlocuteurs de l’interaction didactique, et particulièrement l’enseignant, anticipent ou résolvent des difficultés de construction du sens (le sens est donc objet de la médiation), à des fins non seulement communicationnelles mais aussi d’apprentissage. Et nous demandons quels moyens ils déploient pour cela, c’est à dire quelles actions verbales comme non verbales mais également quels outils matériels ils mobilisent. Si la matérialité est, comme le montre Cicurel (2007), constitutive des savoir-faire encadrant ou accompagnant la pratique professionnelle de l’enseignant, il s’agit ici d’analyser comment elle se conjugue avec une autre préoccupation centrale de l’enseignant, celle d’assurer la compréhension mutuelle dans la classe, dans le but de faire apprendre2. L’évaluation des apprentissages effectivement réalisés sous la conduite de l’enseignant ne constitue pas le cœur de notre réflexion et n’est pas permis par les données dont nous disposons, mais il s’agit, à travers l’étude des séquences métalinguistiques de médiation du sens, d’éclairer les conditions de cette transmission et plus particulièrement sa matérialité.

7Nous nous demanderons, en outre, dans quelle mesure les choix didactiques (d’actions et d’outils) opérés par l’enseignant préfigurent les conduites et moyens à partir desquels les élèves pourront, à leur tour, chercher à remédier, par eux-mêmes, à des difficultés de construction du sens pour satisfaire des intentions communicationnelles dans l’interaction de classe.

Diversité et plurifonctionnalité des outils didactiques

  • 3 Notre attention se porte ici sur la matérialité, nous ne perdons pour autant pas de vue que les out (...)
  • 4 Cf. Leclère et al. (2014) pour une présentation de la diversité des supports mentionnés lors d’une (...)

8Les outils didactiques sont au cœur de l’action d’enseignement. A côté de la parole des enseignants, ils fournissent une large partie des données langagières (input) qui alimentent le processus d’apprentissage. Ces objets matériels3 de toute nature4, qu’ils soient conçus pour l’école (comme le manuel) ou importés par l’école (l’album jeunesse par exemple) et/ou constitutifs de l’environnement de la classe (le mobilier par exemple) sont, par les conduites discursives et gestuelles de l’enseignant, mis au service de l’apprentissage en classe. En les dénommant « outils », nous insistons sur le fait que ces objets matériels ne peuvent être détachés de l’usage qui en est fait et de leurs fonctionnalités in situ (Plane et Schneuwly, 2000 : 5). Ces outils sont ainsi des supports qui, en étant mobilisés ponctuellement ou régulièrement, à l’initiative des apprenants ou de l’enseignant, viennent étayer le processus d’enseignement/apprentissage. En devenant outil, grâce à l’intentionnalité de l’enseignant ou de l’apprenant, le support fait donc l’objet de manipulations matérielles et/ou mentales qui actualisent ses potentialités didactiques (Leclère et al., 2014).

9Quand ils sont effectivement utilisés en classe, certains supports ont été préalablement sélectionnés par l’enseignant pour être placés au centre de l’activité pédagogique, ils en constituent la ressource première. Leur choix, leurs modes de présentation et d’utilisation sont planifiés en amont de la séance. Ce sont des outils centraux, constituant le fil rouge des activités dans lesquelles ils interviennent. À l’inverse, d’autres supports ne sont mobilisés que de façon ponctuelle dans l’activité. Ils interviennent, à l’initiative de l’enseignant ou d’un apprenant, pour anticiper ou pallier une difficulté, ou plus globalement pour faire face à un événement qui survient dans la réalisation de l’activité : ce sont des outils périphériques (Leclère et Le Ferrec, 2014). Un même support matériel peut ainsi être tantôt mobilisé comme outil central, tantôt comme outil périphérique.

10Qu’ils soient centraux ou périphériques, ces outils viennent donc soutenir le processus de transmission. Et leur mobilisation, plus ou moins planifiée, se traduit par des discours (dénomination, présentation, mention, etc.) mais aussi par des déplacements, des postures (orientation du corps, du regard, etc.) et des gestes (pointage, saisie, manipulation, etc.) qui en font des objets d’attention conjointe dans l’interaction didactique. Nous faisons l’hypothèse que ces dimensions matérielles du processus de transmission jouent un rôle important dans les conduites de négociation du sens en classe, et que leur étude permettra de saisir plus finement les actions associées à une conduite clé du métier d’enseignant, la médiation du sens.

Une approche dialogique de la médiation du sens

11En parlant de médiation du sens dans les interactions didactiques, plutôt que d’aide à la compréhension par exemple, nous adoptons une position dialogique qui trouve ses origines dans les théories du dialogue, telles que celles développées en particulier par François et ses élèves en se fondant sur le concept de dialogisme développé par Bakhtine (1970, 1978).

12Dans cette logique, nous considérons avec François (1994, 1998) que le sens n’est pas exclusivement porté par les mots mais qu’il résulte de ce qui s’échange et se construit dans l’espace discursif. C’est dans leur interaction avec le contexte et dans les enchaînements que les énoncés prennent sens : dans leur relation aux discours environnants, aux discours antérieurs mais aussi à l’anticipation de la réaction d’autrui. Et les significations ne sont donc pas systématiquement dites mais elles se dessinent dans la dynamique du dialogue.

13Cette construction du sens résulte d’un double mouvement contextualisé et interdépendant entre les interlocuteurs : l’élaboration du discours d’une part et l’identification des significations d’autre part.

14Du fait de son caractère inégal, l’étude du dialogue exolingue ou interlingue (Vasseur, 2005), mettant en scène des locuteurs maîtrisant inégalement la langue de l’échange, a permis de mettre en évidence des conduites et stratégies interactionnelles qui contribuent à la lente mise en place de la compréhension mutuelle entre les interlocuteurs et donc à la construction conjointe du sens en dialogue (Roberts et al., 1999 ; Vasseur, 2005 ; Leclère, 2005). Les conduites interactionnelles déployées par les interactants contribuent à faciliter l’échange et à asseoir progressivement des éléments de sens. Leur analyse tend à montrer comment le locuteur plus expert de la langue cible peut, par ses reformulations, ses répétitions, ses décompositions de discours, ses gestes, mais aussi ses encouragements, ses marques de compréhension, parfois ses explications métalinguistiques, intervenir comme médiateur entre le locuteur novice et la langue pour favoriser la compréhension mutuelle et ainsi faciliter l’avancée du dialogue. Cette négociation interactionnelle du sens est également susceptible de contribuer, dans certaines conditions, à l’apprentissage de la langue par le locuteur moins expert (Bange, 1992 ; De Pietro, Matthey et Py, 1989).

15Dans l’interaction didactique en classe de langue, par définition exolingue, l’enseignant, en tant qu’expert de la langue et responsable statutairement de sa transmission, joue ce rôle de médiateur qui lui incombe pourrait-on dire par obligation professionnelle (Dabène et al., 1990). Il cherche à favoriser la production en langue étrangère par les apprenants et à assurer la compréhension des diverses productions langagières cibles, comme la compréhension mutuelle entre les membres du groupe. L’enseignant déploie, pour cette médiation du sens, des conduites qui sont orientées dans deux directions :

  • Certaines conduites visent à rendre les discours compréhensibles, c’est-à-dire à permettre à l’apprenant d’accéder au sens des discours reçus. On parlera de conduites d’élucidation du sens.

  • D’autres visent à faciliter la production, par l’apprenant, de discours compréhensibles. On parlera alors de conduites d’aide à l’élaboration des discours.

16Ces deux types de conduites ont pour finalité de venir étayer le processus conjoint de construction du sens, elles sont constitutives de l’action d’enseignement et nous faisons l’hypothèse que, parmi les moyens déployés dans ces séquences de médiation, les outils didactiques occupent une place importante.

Repérage des conduites de médiation du sens dans deux activités contrastées

17Notre analyse porte ici sur deux séances enregistrées à une semaine d’intervalle dans une classe parisienne de C.P. d’immersion constituée de 11 élèves de langues et cultures variées (japonais, coréen, anglais, allemand, espagnol). L’enseignante bénéficie d’une longue expérience dans ce même contexte et dans cette même salle de classe qu’elle a, au fil des années, aménagée, décorée, équipée.

Présentation des activités

18Nous focalisons notre attention sur deux activités organisées autour d’objectifs et de supports centraux contrastés. La première (44 minutes) vise à entraîner la compétence de production orale et d’interaction, elle prend appui sur des supports photographiques présentant des personnes qui réalisent des actions incongrues. Les photos sont ainsi conçues pour éveiller la curiosité des élèves, susciter leurs réactions et ainsi favoriser la production verbale.

  • 5 Ce support est extrait d’un ensemble pédagogique destiné au travail sur la production orale à parti (...)

Image 1 - Une des trois photographies servant de support central à l’activité de production orale5

Image 1 - Une des trois photographies servant de support central à l’activité de production orale5

19À partir de ce support photographique, les enfants sont invités, sur le modèle de ce que propose Yaiche (1986), à identifier, décrire, raconter, argumenter. Pour cette activité de production orale, les enfants sont tous regroupés en arc de cercle face au tableau sur lequel est posée l’image. Ils sont assis par terre ou sur les tables du premier rang tandis que l’enseignante est assise juste à côté du tableau.

20La seconde activité (26 minutes) est une activité de lecture collective portant sur les graphèmes « é » et « ê ». Le support central est une liste de mots dactylographiés inclus dans un livret de lecture confectionné par l’enseignante.

Image 2 - Support central de l’activité de lecture (création de l’enseignant)

Image 2 - Support central de l’activité de lecture (création de l’enseignant)

21Les mots à lire ne sont, dans cette liste, pas du tout contextualisés, ce qui peut conduire à s’interroger sur la place accordée au sens dans ce travail de décodage. Nous y reviendrons en analysant des extraits de cette séance. Pour cette activité de lecture, les enfants sont tous assis à leur place avec leur livre de lecture sous les yeux. L’enseignante est assise sur un coin de table à côté d’un enfant dont elle regarde le livre pour guider le déroulement de l’activité.

Démarche d’analyse des séquences de médiation du sens

22Pour identifier les actions et outils déployés dans les séquences de médiation du sens, nous avons, dans un premier temps, sélectionné tous les moments de classe au cours desquels la construction du sens fait l’objet d’une négociation. On ne retient donc pas ici les conduites étayantes visant « simplement » à encourager ou relancer la production (du type, oui, et ensuite, continue, c’est bien, on t’écoute). Sont retenues les séquences dans lesquelles le discours est orienté vers la production ou compréhension d’unités linguistiques identifiées, qu’elles soient isolées ou inscrites dans un énoncé. Une fois cette sélection opérée, nous avons codé l’orientation du mouvement de médiation : soit élucidation du sens, soit élaboration du discours (on inclut ici les mouvements de dénomination). Ont ensuite été identifiés les moyens déployés pour la médiation du sens afin d’évaluer la place occupée par les supports didactiques, notamment les supports périphériques dans ces séquences.

Premiers résultats : matérialité dans les conduites de médiation du sens

23On recense au total 54 séquences de médiation du sens : 25 au cours des 44 minutes de l’activité de production orale, 32 au cours des 26 minutes de l’activité de lecture.

24L’activité de lecture est donc plus dense du point de vue du travail sur le sens. Et sans surprise, on constate que, dans cette activité, les séquences d’élucidation dominent (22 sur 32) tandis qu’en situation de production orale, les mouvements de médiation du sens sont davantage orientés vers l’élaboration du discours (21 séquences sur 25, y compris de simples dénominations sollicitées par l’enseignante à l’aide de gestes, ou de pointage d’objets). L’activité de lecture donne toutefois lieu, elle aussi, à quelques séquences de médiation orientées vers l’élaboration (10 sur 32) et sur lesquelles nous reviendrons dans la partie suivante.

25Dans l’ensemble de ces séquences de médiation, toute activité confondue, s’il l’on observe les ressources mobilisées, trois démarches principales se dégagent.

Démarche 1 : Médiation du sens par le discours

26Cette première démarche, représentée dans 16 séquences (sur 54), ne fait intervenir aucun support extralinguistique. Tout est construit par le discours. Il faut toutefois préciser que des outils immatériels spécifiques sont mobilisés dans quelques séquences relevant de la première démarche. On recense ainsi un recours explicite à l’histoire interactionnelle du groupe, trois occurrences d’utilisation de langues maternelles d’enfants de la classe. Il s’agit à deux reprises d’un élève de langue japonaise qui, par le recours à la traduction, joue un rôle de médiateur entre un de ses camarades de même langue maternelle et l’enseignante. Dans le troisième cas, comme nous le verrons ultérieurement, le recours à l’anglais vient étayer l’élaboration d’un récit par un élève natif de cette langue.

27Les séquences ne mobilisant aucun support s’inscrivent très majoritairement (15/16) dans l’activité de lecture et portent principalement sur des mots fréquents de la langue française et déjà maîtrisés par les élèves (père, mère, frère, boulangère, cuisinière, fête, bête, forêt), avec des questions de l’enseignante du type Qui est la mère ?, C’est qui les élèves ?, etc., ou parfois des demandes d’élucidation indirecte (qu’est-ce qu’on trouve dans la forêt ? quand est-ce qu’on fait la fête ?).

Démarche 2 : Médiation du sens étayée par les gestes

28Dans 13 séquences (sur 54), les gestes sont au cœur de la médiation du sens. Il s’agit de gestes iconiques ou métaphoriques (MacNeill, 1992) intervenant exclusivement dans l’élaboration du discours et plus significativement dans l’activité de production orale. Nous ne distinguons pas ici les gestes de pointage qui sont systématiquement associés, dans notre corpus, à la mobilisation d’un support matériel, qu’il soit central ou périphérique.

Démarche 3 : Médiation du sens étayée par les outils matériels

29Dans cette dernière démarche (21 séquences sur 54), la médiation du sens s’organise autour d’un outil matériel. Dans 7 séquences, il s’agit de l’outil central, dans les 14 autres, c’est un outil périphérique qui est mobilisé, c’est-à-dire un autre outil que celui autour duquel l’activité s’organise principalement. Ces médiations du sens, par les outils périphériques, sont plus fréquentes (11/14) dans l’activité de lecture et relèvent majoritairement, toute activité confondue, de l’élaboration discursive. Ces recours à des outils périphériques sont en outre souvent assortis de gestes de pointage et/ou encore de manipulations physiques de l’objet.

30Nous focalisons notre attention, dans la suite du texte, sur cette dernière démarche faisant intervenir des outils périphériques dans les séquences d’élucidation du sens ou d’élaboration du discours qui jalonnent les deux activités considérées.

Des conduites de médiation du sens en production orale : contourner la difficulté d’élaboration individuelle et faciliter l’accès collectif au sens

31Dans l’activité de production orale, l’enseignante distribue la parole aux élèves, qui très enthousiastes, apportent leur contribution pour rendre compte de l’absurdité de la scène représentée sur la photo (cf. annexe 1). Les conduites de médiation du sens sont orientées dans deux directions complémentaires, l’une individuelle, l’autre collective. L’enseignante veille en effet d’une part, par la mise à disposition de moyens matériels ou la prise en compte des appuis matériels spontanément pris par les élèves, à encourager la prise de parole de celui-ci et à faciliter sa mise en discours. Elle s’attache d’autre part, sur le plan collectif, à faire accéder tous les enfants au sens des discours élaborés par les autres.

32Dans l’extrait qui suit, le recours au tableau est ainsi utilisé pour clarifier le discours d’une élève et faire entrer dans l’espace discursif partagé de la classe, le lexème, objet de la médiation.

  • 6 Les élèves sont identifiés par les trois premières lettres de leur prénom, l’enseignant par Ens. {x (...)

Tableau 1 - Extrait 16 : La loupe

Ens

1

Alors qu’est ce qui est un peu spécial sur cette photo ? Manuela ?*

* se tourne vers Manuela

Man

1

Parce que ça* c’est pour voir mieux de la montagne §

*pointage des jumelles sur l’image au tableau

Ens

2

§ c’est pour voir mieux dans la montagne

Man

2

de la montagne et et et il faut utiliser une l[y]pe pas ça*.

*pointage des jumelles sur l’image au tableau

<3s>

Ens

3

Il faut utiliser une ?

Man

3

une l[y]pe

Ens

4

une ?

Man

4

une l[y]pe

Ens

5

loupe. Qu’est ce que c’est une loupe ?

Man

5

Euh euh : : §

Ens

6

§tu peux la dessiner au tableau ?

Oui de la tête et se lève

Ens

7

Alors Manuela va nous dessiner une loupe

Se tourne vers tous es élèves

Commence à dessiner une loupe au tableau

<18s>

Dessine la loupe au tableau

Enft

1

lunettes

Continue son dessin

Lau

1

Non non

Continue son dessin

<2s>

Enfts

1

Han waouh

Ens

8

Oui. Et qu’est ce qu’on voit avec une loupe ?

Man

6

Euh on voit plus grand.

Geste d’agrandir avec les doigts

Ens

9

On voit plus grand. Mais avec ça* aussi on voit plus grand ?

*pointe les jumelles sur l’image.

Man

7

Oui* mais c’est pas* XXX

Oui de la tête.

Non de la tête

Ens

10

On voit pas plus grand ++

Non de l’index puis pointage des jumelles sur la photo

Tho

1

On voit plus petit

Ens

11

Nan*a on voit pas plus petit. ++ on voit plu :s*b

a Non de l’index en regardant Tho

b main en visière au dessus des yeux

Plusieurs élèves lèvent la main

Enfts

2

grand

non de l’index

Enfts

3

loin

Ens

10

Plus + loin. On voit plus loin. Ça s’appelle des + jumelles. Des + jumelles*

Mar se lève et se dirige vers le tableau.

33Le dessin au tableau de la loupe (sollicité par Ens 6) vient ici étayer la comparaison établie par Manuela entre les jumelles représentées sur l’outil central et un autre objet appartenant à la même catégorie des « objets pour voir ». En établissant cette comparaison, l’élève introduit un nouveau lexème, ce qui conduit l’enseignante à ouvrir une séquence de médiation, d’abord (Ens 5) par une reformulation corrective de la prononciation [lyp] de l’élève (Man 2) puis dans le même tour de parole par une interrogation sur le sens du lexème. Face au silence de l’élève, l’enseignante lui propose de contourner la difficulté tout en répondant à sa demande. Elle invite ainsi l’élève à dessiner au tableau cet objet « loupe » dont elle veut parler. Le passage du discours au dessin permet ainsi à l’élève de rendre compte de sa maîtrise du signe linguistique qu’elle a mobilisé, et ce malgré sa prononciation erronée et son incapacité, sur le moment, à le définir verbalement (cf. Man 5).

34La proposition de mobiliser le support que représente le tableau permet, en outre, à l’enseignante de sortir de l’échange duel avec l’élève et d’impliquer, en recourant au pronom nous, toute la classe dans ce travail de clarification sémantique (cf. Ens 7 : Manuela va nous dessiner une loupe). Et une fois le référent du mot loupe explicité par le support matériel, à l’attention de tout le groupe, s’engage un travail sur ce que recouvre ce concept en opposition à celui de jumelles représenté sur l’outil central. L’enseignante interroge les élèves sur les fonctions des deux objets pour arriver à d’abord à l’opposition voir plus grand / voir plus loin puis à la dénomination de l’objet représenté sur le support central, qui jusqu’alors avait été désigné par Manuela au moyen d’un déictique (ça, en Man 1 et 2). Ce sont alors, au fil de cette séquence latérale, non seulement des référents qui sont associés à des signifiants (du mot loupe vers sa représentation sous forme de dessin) ou inversement (de la photo des jumelles à leur dénomination) mais aussi des explications qui sont apportées sur les concepts (voir plus grand/voir plus loin).

35De l’élaboration individuelle d’une définition du mot loupe, on passe ainsi, par l’intermédiaire du dessin au tableau (outil périphérique ici), à la mise en circulation collective d’un nouveau lexème (loupe) mobilisable dans l’activité, puis d’un autre (jumelles). Et cette médiation par l’outil périphérique va alors fonctionner comme tremplin pour une nouvelle élaboration individuelle. Une nouvelle élève va, en effet, dans la suite de l’échange spontanément, mobiliser le dessin effectué par Manuela pour poursuivre l’exploration du champ des « objets pour voir » en établissant une comparaison entre la loupe et les lunettes. Elle mobilise pour cela, de façon spontanée, un nouvel outil périphérique : ses propres lunettes.

36Les outils périphériques constituent ainsi dans cette séquence une ressource permettant la circulation du sens et de la parole au sein du groupe classe. Les gestes professionnels de l’enseignante, en jeu dans cette dynamique, relèvent de conduites d’incitation directe et explicite d’utilisation d’un outil périphérique (le tableau) mais aussi de conduites plus diffuses par lesquelles l’enseignante crée un environnement de travail facilitant le recours à des supports périphériques. La disposition des élèves, la présence dans la classe de nombreux supports (affichages, livres -notamment imagiers-, objets divers), la mobilisation fréquente de ces supports constituent, en effet, autant de repères susceptibles d’offrir un cadre rassurant aux élèves et de leur fournir des ressources et des stratégies facilitantes pour intervenir en classe (Leclère et Le Ferrec, 2014).

37Sur le plan communicationnel, la séquence atteint son objectif, les ressources linguistiques nécessaires à la réalisation de l’activité ont fait l’objet d’un ajustement sous la conduite de l’enseignante : l’unité jumelles nécessaire pour décrire la scène a été fournie, l’unité loupe nécessaire pour rendre à la scène imagée une certaine vraisemblance a été introduite et une comparaison a été établie entre ces deux concepts. La question reste de savoir si des objectifs d’apprentissage étaient visés. Face à l’absence de reprise par les élèves des lexèmes introduits, on peut s’interroger sur les potentialités acquisitionnelles de ces séquences métalinguistiques. Les conduites et outils mobilisés par l’enseignante pour le traitement des questions linguistiques (la correction phonétique [y]/[u], la dénomination des objets pour voir, leurs nuances sémantiques) suffisent-ils à faire percevoir et saisir aux enfants les enjeux acquisitionnels de ce travail ? La suite de l’activité ne permet pas de le vérifier mais on peut supposer qu’une explicitation et une thématisation des corrections (phonétiques notamment) et des négociations sémantiques menées constitueraient une médiation cognitive propice à la saisie et l’intégration des connaissances linguistiques par les élèves. Le passage par une trace écrite (au tableau par exemple) pourrait ainsi permettre d’attirer l’attention des élèves sur les formes manipulées et peut être ainsi faciliter, déjà à court terme, la mobilisation par ces élèves (lecteurs) des unités linguistiques introduites.

Des conduites de médiation du sens en lecture : de l’anticipation des difficultés de compréhension à la facilitation de la mise en discours

38Nous focalisons ici notre attention sur trois extraits un peu distants dans le déroulement de l’activité mais révélateurs de la construction progressive de l’espace discursif et des stratégies interactionnelles de médiation du sens partagées par le groupe classe.

39La première étape de cette co-construction survient au moment où le mot panthère est lu, d’abord par des élèves, ensuite reformulé (suite à une erreur de déterminant pointée par l‘enseignante) puis repris à voix haute par l’enseignante qui interroge les élèves sur leur connaissance de ce mot (Ens 4).

Tableau 2 - Extrait 2 : La panthère

Ens

4

2La + panthère2. La panthère, vous la connaissez ?

Enfts

2

2la panthère2

Enfts

3

Oui

Ens

5

Oui ?* non ?

Ann fait non de la tête

<1s>

Ens

6

Non ?

Enfts

4

non

se lève et se dirige vers son bureau

Ann fait non de la tête

Kel

3

C’est un animal

Ens

7

Kelton ? Kelton, explique

Saisit et feuillette un imagier posé sur son bureau

Kel

4

C’est§

feuillette l’imagier

Ens

8

§ explique à Anna, elle ne connaît pas la panthère.

feuillette l’imagier

Man

1

Moi je sais§

feuillette l’imagier

Ens

9

§ c’est un animal qui :

feuillette l’imagier

Man

2

Moi j’ai vu dans la télé

feuillette l’imagier

Ens

10

À la télé ?

Lève la tête vers Man

Man

3

c’est la panthère

Lau

1

Anna, it’s a panther

Ann

2

oui

<3s>

Cherche dans l’imagier

Ens

11

Hmm elle est là

Montre aux élèves l’imagier ouvert à la page de la panthère et pointe la panthère

Enfts

5

Ahhh. panthère

40Face la méconnaissance du mot par certains élèves, l’enseignante prend l’initiative de se saisir d’un imagier déjà présent sur son bureau (Ens 7). Tout en allant prendre le livre, elle valide (Ens 9) un élément définitoire de la panthère donné par un élève (Kel 3 – c’est un animal), accuse réception, en les reformulant (Ens 10), des commentaires d’une élève (Man 2 – j’ai vu dans la télé) mais ne reprend pas la traduction en anglais proposée par une autre élève (Laur 1). Le fait de montrer l’image de la panthère intervient ensuite comme une concrétisation du signe qui a été identifié dans la liste de lecture. Ainsi l’imagier, qui a déjà été utilisé par l’enseignante plus tôt dans la lecture de la liste de mots, constitue une ressource privilégiée d’élucidation du sens. Sa mobilisation en permettant l’identification d’un référent coupe court aux initiatives de définition mises en œuvre par les élèves pour élucider le sens. Cela laisse penser que la finalité de la séquence métalinguistique est bien de clarifier le sens du mot lu plutôt que d’engager un travail définitoire avec les enfants. Dans l’extrait suivant, cette stratégie d’élucidation par la mobilisation d’un outil matériel est spontanément reprise par un élève.

41À l’occasion de la lecture du mot forêt et d’une demande d’élucidation indirecte par l’enseignante « Qu’est-ce qu’on trouve dans la forêt ? », les élèves font diverses propositions, notamment d’animaux. S’ensuit l’extrait suivant dans lequel une élève, cherchant à faire une proposition, ne parvient pas à trouver le nom français de l’animal auquel elle pense.

Tableau 3 - Extrait 3 : Le Bambi

Ann

2

Madame B. moi je sais un animal mais je sais pas le dire en français.

Ens

3

Tu sais pas le dire en français ?

Regarde orienté vers Ann

Ann

3

nan

Ens

4

Ben on va, on va essayer de t’aider. Il est comment cet animal ?

Ann

4

Il est euh :

Enfts (dont Tho)

<inaudible – 2s>

Oriente son regard vers Tho et pose sa main sur l’épaule d’Ann

Ens

5

Thomas, Thomas, elle connaît un animal mais elle ne sait pas son nom en français, alors on va essayer de l’aider. *Comment est-il ?

*Oriente de nouveau son regard vers Ann

Ann

5

Alors il a des cornes*a Le papa a des cornes mais la maman et le bébé ont pas*b

*b Commence à reproduire sur sa propre tête de geste de l’enfant

*a figure la forme des cornes au dessus de sa tête.

Ens

6

Le papa a des cornes

Man

1

Ah oui je sais dessiner

Joh

1

<en aparté à Ann sa voisine> a deer ?

Regarde Ann et Joh

Ann

6

yeah

Ens

7

Il est quelle couleur ?

Joh lève la main puis se lève, regard orienté vers l’enseignante.

Ann

7

marron

Ens

8

marron

Oriente son regard vers Joh qui se tient toujours debout

Ann

8

Et le bébé à des points sur le dos

Réoriente son regard avec Ann

Figure les points sur son dos

Ens

9

1Et le bébé a des points sur le dos1

Reproduit sur son propre dos, le geste de l’enfant figurant des points

Joh

2

1Deer anglais deer,1 2anglais anglais deer. 2

Joh se tient toujours debout

(…)

Ens

10

Le daim*a. *bLe daim c’est ça ?

*b réoriente son regard vers Ann

*aJoh s’assied

Man

3

Le Bambi.

Oriente son regard vers Man

Ens

11

C’est le Bambi ? ++ et son p- et sa maman ?

Oriente son regard vers Ann

Ann acquiesce de la tête.

Joh se lève et se dirige vers le bureau.

Ann

10

C’est la biche.

Ens

12

C’est la biche,*a voilà. *bEt le papa ? c’est le papa qui a *c

*aOriente son regard vers le groupe classe tout en faisant un geste de la main vers Ann.

*b Oriente son regard vers Ann

*c figure des cornes sur sa tête

*b Joh commence à feuilleter l’imagier resté sur le bureau de l’enseignant.

Ann

11

Des cornes

Ens

13

C’est pas vraiment des c- enfin c’est des cornes,* c’est du bois sur la tête, hein ?

Figure les cornes sur sa propre tête

Joh

4

Ça, ça

Se dirige vers l’enseignant avec l’imagier ouvert à la page où figure un daim.

<2s>

Se tourne vers Joh qui est derrière elle.

Montre l’imagier à l’ens en pointant le daim.

Ens

14

Voilà, montre montre à Anna, montre à tout le monde après

S’adresse à Joh et pointe Ann du doigt.

S’approche d’Anna en pointant toujours l’image du daim.

<2s>

Joh montre à Ann qui regarde l’image.

Ens

15

C’est le cerf.

42L’enseignante, qui a sollicité l’attention de tous les élèves (Ens 4 et 5), guide par des questions catégorielles la description faite par Anna. En initiant et en étayant la description, l’enseignante fait mettre en mots des caractéristiques physiques de cet animal (papa avec des cornes/bois, animal marron, bébé avec des points sur le dos) qui vont permettre aux élèves d’identifier le(s) référent(s) évoqué(s) et de proposer différents signifiants possibles : le mot anglais deer (Joh 2) qui est traduit par l’enseignante (daim), le nom français Bambi (Man 3) qui est resitué par l’enseignante dans le paradigme (père, mère, bébé) précédemment construit et qui amène à la sollicitation du nom de la maman (Ens 11 et Ann 10 : la biche). Maintenant l’objectif initial de la séquence, l’enseignante clôt ce détour en revenant à l’objet de la demande d’Anna : le nom du papa, le daim. La médiation est donc ici menée exclusivement par le discours, avec un recours ponctuel à l’anglais, langue partagée par plusieurs élèves mais pas par tous.

43Pendant que l’enseignante poursuit cette médiation avec l’élève qui avait initié la séquence, John prend l’initiative d’aller chercher dans l’imagier, précédemment utilisé, une illustration de l’animal en question. Il reprend ainsi l’action de médiation accomplie par l’enseignante quelques tours plus tôt et mobilise le même objet médiateur. Au regard des réactions des autres élèves, quand on leur montre l’illustration (exclamation puis reprise de la dénomination en anglais), on peut penser que, pour bon nombre d’élèves, c’est le recours à cet outil qui permet l’accès au sens et donc la compréhension mutuelle. John joue ici un rôle de médiateur à l’égard de sa camarade, d’une part en dénommant en anglais l’animal recherché, d’autre part en montrant une illustration de ce mot. Cette forme de médiation spontanée et entre apprenants, déjà mise en évidence par Nicolas (2012/3) dans une classe pour adultes, ne relève pas ici d’un aparté, elle est destinée au groupe et est largement acceptée par l’enseignante qui va valider la proposition d’illustration de John, tout en introduisant un nouveau lexème « cerf » dont la distinction avec le premier signifiant proposé (daim), ne sera finalement pas thématisée. Cette absence de thématisation peut s’expliquer ici par le fait que ce savoir (nuance conceptuelle entre daim et cerf) ne constitue pas, pour reprendre les termes de Gajo (2001), un savoir linguistique obligatoire, c’est-à-dire indispensable à l’accomplissement de l’activité en cours (lecture et compréhension du mot forêt).

  • 7 L’institutionnalisation a comme objet selon Brousseau une double reconnaissance : « la prise en com (...)

44Dans cet extrait, la médiation du sens menée par l’enseignante sur le plan discursif, grâce aux questions catégorielles, permet de faire participer l’ensemble des élèves à l’élaboration du discours (ici à la recherche du mot juste). Cette médiation langagière est doublée par une médiation matérielle initiée par un élève, qui reprend une stratégie de l’enseignante (le recours à l’imagier comme outil périphérique) et qui, ce faisant, manifeste sa compréhension des propos descriptifs de sa camarade. Cet extrait témoigne également de la dynamique instaurée par l’enseignante pour impliquer tous les élèves dans la médiation langagière. Ils élaborent collectivement les connaissances nécessaires pour lever l’obstacle communicationnel rencontré, sans pour autant que ce travail ne fasse ensuite l’objet d’une institutionnalisation7 qui permettrait de verbaliser et d’expliciter les savoirs construits. Cela soulève la question des visées poursuivies par l’enseignante et des potentialités acquisitionnelles de ce travail, question sur laquelle nous reviendrons en conclusion.

45Dans la suite de la séance, l’outil périphérique et l’élucidation de sens qu’il a soutenue vont fonctionner, à distance, comme tremplin pour l’élaboration discursive d’un récit.

46John, qui est un élève très discret en classe, peu participatif et plus en difficulté que ses camarades pour parler en français, va, le temps du changement d’activité (fin de la lecture de mots en « è/ê »), spontanément s’approcher de l’enseignante et se saisir de l’imagier déjà utilisé. L’enseignante lui ménage alors, dans le brouhaha de la classe lié au changement d’activité, un espace de parole (Ens 1 et 2).

Tableau 4 - Extrait 4 : Scène de chasse

Ens

1

Ohh, alors John voudrait nous dire quelque-chose à propos du cerf. On va écouter John.

Débout devant son bureau avec l’imagier ouvert à la page du cerf.

John se tient debout également à côté de l’enseignante qui le tient par l’épaule.

<1s>

Les élèves regagnent leur place

Ens

2

On va écouter John, il a quelque chose de très important à nous dire. ++ alors vas-y.

<3s>

Se penche vers John

Les élèves se sont approchés du bureau de l’enseignante.

Ens

3

Ton papa :, alors qu’est-ce qu’l a fait ton papa ?

Joh

1

< murmuré - inaudible– 5s>

John se penche vers ses camarades et murmure (en anglais ? inaudible)

Ens

4

Qu’est-ce qu’il a fait papa ? +++ montre nous, fais le toi.

Redresse le buste de John en le prenant par l’épaule.

S’ensuit un récit gesticulé par John, reformulé au fur et à mesure par Ens et ponctué par les onomatopées évaluatives des autres élèves. Par des questions de clarification, Ens relance et structure à plusieurs reprises le récit relatant une scène de chasse du père de John et la présence dans sa maison (aux États-Unis) d’un trophée de chasse (tête du cerf) au mur.

47Muni de l’imagier, qui a servi à la dénomination et la clarification du lexème daim, John prend l’initiative, très encouragé et très guidé par l’enseignante, de raconter une anecdote à propos du cerf/daim. Il mobilise, pour cela, à la fois l’outil périphérique (imagier) et beaucoup de gestes. Cette élaboration discursive, certes encore très limitée du point de vue des productions linguistiques de l’enfant, est rendue possible par la grande coopération de l’enseignante, à la fois globalement par l’espace de parole qu’elle ménage pour cet élève (Ens 1 et 2), et localement par ses conduites d’étayage et notamment la prise en compte des supports (le livre et les gestes) employés par l’élève. Dans cet extrait, comme dans un autre un peu plus tôt dans la même activité, on est frappé par le fait que les récits d’anecdotes, en lien avec les lexèmes étudiés dans la liste de lecture, n’interviennent qu’après le recours à un outil périphérique qui permet de visualiser un référent. En permettant ou en renforçant la compréhension, l’outil périphérique rend ici possible l’emploi du mot dans des discours d’ordre narratif et ainsi la mobilisation du concept en contexte.

48Cette tendance est toutefois à nuancer par le fait que les signifiants des concepts en question (daim/cerf dans les exemples 3 et 4 ou loupe et jumelles dans l’exemple 1) ne sont pas repris par les enfants dans leurs récits. Ils sont le plus souvent substitués par un pointage de l’image et associés ou non à l’usage du déictique « ça ». Ce à quoi l’enseignante, ne perdant pas de vue l’objectif d’apprentissage, réagit par une reformulation avec reprise du lexème. Elle fournit ainsi aux apprenants un modèle mais on peut se demander si cette visée supposée de l’enseignante est effectivement perçue par les élèves, en l’absence d’explicitation des savoirs linguistiques faisant l’objet d’une médiation. Les conduites adoptées permettent-elles le repérage nécessaire à l’apprentissage ?

49De la façon dont l’enseignante accueille, dans cette activité de lecture, les propositions de récit ou de commentaire des enfants, on peut penser que son guidage de l’interaction est doublement orienté :

  • d’une part vers l’identification/compréhension des mots lus, comme unité lexicale isolée, simplement mentionnée dans une liste, en dehors de tout contexte d’utilisation. C’est alors le travail de déchiffrage qui est central et notamment celui d’identification du phonème cible ;

  • d’autre part vers le réemploi du mot en contexte, qu’il soit passif (compréhension) ou actif (production). La mise en situation du lexème permet ainsi de passer du mot en simple mention au mot en usage (Cicurel, 1985).

50Et, à observer l’enthousiasme des enfants à réagir aux sollicitations de l’enseignante ou à relater spontanément des anecdotes, il semble que ce mouvement soit, dans ce contexte, volontairement engagé par les apprenants.

51Par l’analyse de la mobilisation des supports périphériques, ces extraits de l’activité de lecture permettent de mettre en évidence deux conduites notoires dans la médiation du sens par l’enseignante :

  • l’anticipation du risque d’incompréhension par la mise à disposition planifiée de supports périphériques ;

  • l’incitation implicite et indirecte par le recours à ces supports, à utiliser les lexèmes en discours.

52De façon transversale, l’enseignante, en construisant un environnement de classe riche et une dynamique interactionnelle ouverte à la mobilisation de ressources variées, crée un cadre sécurisant pour les enfants.

Conclusion

53L’étude de la matérialité de la médiation du sens menée ici permet de montrer que la mobilisation par l’enseignante d’outils didactiques périphériques, participe au processus d’enseignement/apprentissage. Elle permet en effet d’intégrer à l’espace discursif commun de la classe des éléments de signification qui, mis à disposition du groupe, sont ensuite repris dans une dynamique dialogique pour élaborer de nouveaux discours. Les outils périphériques fonctionnent alors comme des pivots dans la construction des significations en classe. Ils permettent le passage du processus d’élucidation du sens d’une unité à celui de sa mobilisation en discours. Ils constituent en outre un levier pour articuler les réponses de l’enseignant aux attentes individuelles des élèves avec le travail collectif en groupe classe.

54Malgré le caractère intrinsèquement métadiscursif de la médiation du sens, force est de constater que la focalisation métalinguistique est très peu explicitée dans l’ensemble des séquences observées. On peut émettre l’hypothèse que les outils (périphériques), en jouant un rôle médiateur dans la construction du sens, permettent un contournement de toute explicitation métalinguistique, tout en assurant une compréhension mutuelle au sein de la classe. Pour autant, sur le plan de l’apprentissage, le travail engagé à des fins communicationnelles sur les unités linguistiques ne saurait, à lui seul, permettre le repérage par les apprenants des aspects linguistiques ou langagiers qui leur posent problème ou leur font défaut (Narcy-Combes, 2009). Dans un travail de médiation du sens guidé par des finalités communicationnelles, si des enjeux d’ordre acquisitionnel sont visés, la mise en saillance des savoirs co-construits au cours des échanges grâce à la mobilisation d’outils matériels, est nécessaire à leur identification par les élèves et à leur appropriation. Cette mise en saillance passe notamment par une mise à distance dans le temps des phénomènes linguistiques par rapport au fait communicationnel dans lesquels ils étaient impliqués. Ainsi peut se construire un cadre réflexif propice à l’apprentissage (Gajo, 2005). L’outil, qu’il soit central ou périphérique est, du fait de sa matérialité, un candidat intéressant pour assurer cette continuité entre les deux temps du processus, celui de la production ou compréhension en contexte d’une part et celui de la réflexion sur les savoirs linguistiques en construction d’autre part : de la médiation à visée communicationnelle à la médiation cognitive.

55Enfin, dans notre corpus, la reprise par les élèves de conduites de médiation matérielle déployées par l’enseignante tend à montrer que ce qui est ici en jeu dans le processus de transmission ne relève pas exclusivement de la maîtrise de savoirs linguistiques mais également du développement par les élèves de compétences interactionnelles (et potentiellement d’apprentissage) leur permettant de faire face aux difficultés langagières en contexte ou le cas échéant de jouer eux-mêmes un rôle de médiateur dans la construction du sens en interaction. On passe alors de la médiation comme moyen pour accomplir une tâche à la médiation comme finalité d’apprentissage (Conseil de l’Europe, 2001). Ainsi les outils didactiques n’interviendraient pas de comme de « simples objets inertes » facilitateurs de l’accès au sens mais ils fonctionneraient davantage comme « des médiateurs qui agissent sur leur utilisateur en transformant sa manière de faire et sa manière d’être », ainsi que le souligne Plane (2014 : 101) à propos des outils d’écriture.

56Des investigations sont alors encore nécessaires, d’une part pour comprendre les motifs qui régissent, chez l’enseignant, la planification et la mobilisation de ces outils (périphériques) dans des séquences métalinguistiques, d’autre part pour saisir les conditions selon lesquelles la médiation matérielle peut contribuer conjointement à la compréhension mutuelle au sein de la classe, à la construction des savoirs et savoir-faire linguistiques ou langagiers des élèves et au développement de leur propres compétences de médiation.

Haut de page

Bibliographie

Aden, J. (2012/3). « La médiation linguistique au fondement du sens partagé : vers un paradigme de l’enaction en didactique des langues ». Études de linguistique appliquée, n° 167. pp. 267-284.

Aden, J. & Weissmann, D. (2012/3). « Présentation ». Études de linguistique appliquée, n° 167. pp. 265-266.

Bakhtine, M. M. (1970). La poétique de Dostoïevki. Paris : Seuil.

Bakhtine, M. M. (1978). Esthétique et théorie du roman. Paris : Gallimard.

Bange, P. (1992). « À propos de la communication et de l’apprentissage de L2 ». AILE, n° 1. pp. 53-85.

Bigot, V., Leclère, M. & Romero M. (2017). « Place des enjeux d’acquisition langagière dans le multi-agenda de l’enseignant de DNL : l’exemple d’un cours d’Histoire pour collégiens allophones ». Le français dans le monde - Recherches et Applications, n° 61. pp. 78-91.

Bucheton, D., Brunet, L.M., Dupuis, C. & Soulé, Y. (2008). « Voyage au centre du métier. Le modèle des gestes professionnels des enseignants et leurs ajustements ». In Bucheton, D. & Dezutter, O. (dir.). Le développement des gestes professionnels dans l’enseignement du français, Bruxelles, De Boeck Université. pp. 35-59.

Cicurel, F. (1985). Parole sur parole, le métalangage en classe de langue. Paris : Clé International.

Cicurel, F. (2007). « L’agir professoral, une routine ou une action à haut risque ? ». In Plazaola Giger I. et Stroumza, K. (dir.). Paroles de praticiens et description de l’activité. Bruxelles : De Boeck Supérieur. pp. 15-36.

Conseil de l’Europe. (2001). Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. Paris : Didier.

Dabène, L., Cicurel, F., Lauga-Hamid, M.-C. & Foerster, C. (1990). Variations et rituels en classe de langue, Paris, Crédif/Didier.

De Pietro, J.-F., Matthey, M. & Py, B. (1989). Acquisition et contrat didactique : les séquences potentiellement acquisitionnelles dans la conversation exolingue. In D. Weil & Fougier, H. (dir.), Actes du 3e Colloque Régional de Linguistique. pp. 99-124.

Cohen-Azria, C. (2007). « Outils ». In Reuter, Y. (dir.), Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques. Bruxelles : De Boeck. pp. 151-156.

Forget, A. (2008). « Importer le concept d’institutionnalisation en classe de français : peut-on créer les conditions d’une migration heureuse ? ». Les dossiers des sciences de l’éducation. Volume 20 / Numéro 1. pp. 75-88.

François, F. (1994). « Continuité et mouvements discursifs dans les dialogues ». Rééducation orthophonique 32, n° 120. pp. 211-241.

François, F. (1998). Morale et mise en mots. Paris : l’Harmattan.

Gajo, L. (2001). Immersion, bilinguisme et interactions en classe. Paris : Didier.

Gajo, L. (2005). « Interagir à l’école et interagir à l’hôpital : pour apprendre quoi ? », AILE n° 22. Pp. 131-163. URL : http://aile.revues.org/1721 [consulté le 25 avril 2017].

Gajo, L. (2007). « Enseignement d’une DNL en langue étrangère : de la clarification à la conceptualisation ». Tréma, n° 28. pp. 37-48. URL : http://trema.revues.org/448 [Consulté le 19 mai 2016].

Gajo, L., Grobet, A. (2008). « Interagir en langue étrangère dans le cadre de disciplines scolaires : intégration et saturation des savoirs disciplinaires et linguistiques dans l’élaboration des définitions ». In L. Filliettaz & Schubauer-Leoni, M.-L. (dir.). Processus interactionnels et situations éducatives. Bruxelles : De Boeck Supérieur. pp. 113-136.

Leclère, M. (2005). Dynamiques du dialogue et construction du sens : Analyses d’interactions exolingues franco-tamoules. Thèse de doctorat, Université Paris 5.

Leclère, M., Hidden, M.-O. & Le Ferrec, L. (2014). « Quels supports d’enseignement en classe de français pour enfants ? Au-delà des manuels, une dimension mal connue de l’action enseignante ». In Leclère, M. & Narcy-Combes, J.-P. (dir.). Enseigner les langues aux enfants en contexte scolaire : diversité des approches et outils d’enseignement. Paris : Éditions Riveneuve. pp. 105-127.

Leclère, M. & Le Ferrec, L. (2014). « Constituer des objets en outils d’enseignement dans la classe de langue : la partition invisible de l’action enseignante ? ». Recherches en didactiques, n° 18. pp. 77-100.

MacNeill, D. (1992). Hand and Mind: What gestures reveal about thought. Chicago: The University of Chicago Press.

Narcy-Combes, J.-P. (2009). « La correction dans l’enseignement/apprentissage des langues : un problème malaisé à construire ». Les Cahiers de l’APLIUT, vol. XXVIII, N° 3. pp. 26-38.

Nicolas, L. (2012/3). « L’apprenant-médiateur : enjeux et perspectives des traductions spontanées en classe de français langue étrangère », ELA. Études de linguistique appliquée, n° 167. pp. 369-380.

Plane, S. (2014). « Questions posées sur l’instrument d’écriture et ses effets. L’exemple de l’ordinateur comme outil d’écriture ». In Leclère, M. & Narcy-Combes, J .P. (dir.). Enseigner les langues en contexte scolaire. Diversité des approches et outils d’enseignement. Paris : Riveneuve. pp. 87-103.

Plane, S. & Schneuwly, B. (2000). « Regards sur les outils de l’enseignement du français : un premier repérage ». Repères, n° 22. pp. 3-17.

Pruvost, J. (2012/3). « Avant-propos. La médiation, un maître mot, un mot de maîtres ». ELA-Études de linguistique appliquée, n° 167. pp. 261-263.

Roberts, C., Grandcolas, B. & Arditty, J. (1999). « Acquisition des langues ou socialisation dans et par le discours ? Pour une redéfinition du domaine de recherche sur l’acquisition des langues étrangères ». Langages, n° 134. pp. 101-115.

Siblot, P. (2004). « L’entremise des mots ou la force des frappes idéologiques ». In Delamotte-Legrand, R. Les médiations langagières, vol. II, Des discours aux acteurs sociaux. Rouen : Presses de l’Université de Rouen. pp. 33-47.

Vasseur, M.-T. (2005). Rencontres de langues, question(s) d’interaction. Paris : Hatier.

Yaiche, F. (1986). Photos-Expressions. Paris : Hachette.

Haut de page

Notes

1 Gajo et Grobet, reprenant Gajo (2005) établissent une distinction entre la médiation et la re-médiation. La première touche au lien entre discours et savoirs disciplinaires et repose sur le fait que le discours met à disposition des apprenants des savoirs pertinents pour les apprentissages disciplinaires. On travaille alors sur la densité des savoirs. La re-médiation, au sens de deuxième médiation, relève quant à elle du lien entre discours et savoirs linguistiques, on touche au traitement de l’opacité des discours. S’agissant dans cette contribution d’analyser des activités de français L2 en classe d’immersion, les deux entités (savoirs disciplinaires et savoirs linguistiques) sont intriquées dans le discours. C’est pour cette raison que nous utilisons ici uniquement le terme de médiation, dans un sens générique.

2 En mettant en regard les pratiques interactionnelles de classe avec les discours que les enseignants tiennent sur ces pratiques a posteriori, au cours d’entretiens d’auto-confrontation, Cicurel (2007 : 31-32) identifie sept paramètres constitutifs de l’agir enseignant : « une action qui demande une médiation matérielle », « une action qui demande que soit assurée l’intercompréhension », « une action soumise au temps », « une action collective », « une action visant à catégoriser la langue », « une action susceptible de provoquer des émotions », « une action soumise à des normes sociales ».

3 Notre attention se porte ici sur la matérialité, nous ne perdons pour autant pas de vue que les outils didactiques peuvent également, comme le souligne Cohen-Azria (2007), être immatériels. Le numéro 22 de la revue Repères (2000) montre à ce titre la diversité des outils matériels et immatériels qui peuvent être mobilisées en classe (pas seulement de français).

4 Cf. Leclère et al. (2014) pour une présentation de la diversité des supports mentionnés lors d’une enquête réalisée auprès d’enseignants de français dans le cadre de la recherche dans laquelle s’inscrit le présent article.

5 Ce support est extrait d’un ensemble pédagogique destiné au travail sur la production orale à partir de photographies (références exactes non connues).

6 Les élèves sont identifiés par les trois premières lettres de leur prénom, l’enseignant par Ens. {xxx} pour les segments incompréhensibles ; <revenu ?> ou <vu/lu ?> : pour les séquences reconstituées par le transcripteur sans certitude de leur exactitude ; [ ] transcription phonétique ; - pour les interruptions de mot ; + pauses à l’intérieur d’un tour de parole ; <2s> durée d’un silence ; soulignement pour indiquer les chevauchements de TP avec recours à l’indexation (numéro en indice) en cas de chevauchements multiples ; § pour noter les enchaînements rapides (signe en fin de TP et au début du suivant). Les conduites non verbales sont notées dans les deux dernières colonnes (l’avant-dernière pour l’enseignante, la dernière pour les élèves) ; lorsque qu’un même TP est accompagné de plusieurs conduites non verbales effectuées par deux locuteurs différents, une indexation (*a, *b) marque l’association précise entre geste et conduite verbale.

7 L’institutionnalisation a comme objet selon Brousseau une double reconnaissance : « la prise en compte officielle par l’élève de l’objet de la connaissance et par l’enseignant de l’apprentissage de l’élève » (Brousseau, 1998 : 311, cité par Forget, 2008). C’est par cette phase que l’enseignant « donne à certaines connaissances le statut culturel de savoirs » (Brousseau, 1997 : 9-10, cité par Forget, 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 - Une des trois photographies servant de support central à l’activité de production orale5
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/3480/img-1.png
Fichier image/png, 258k
Titre Image 2 - Support central de l’activité de lecture (création de l’enseignant)
URL http://journals.openedition.org/rdlc/docannexe/image/3480/img-2.png
Fichier image/png, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malory Leclère, « Matérialité de la médiation du sens en classe de langue pour enfants », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 15-3 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/3480 ; DOI : 10.4000/rdlc.3480

Haut de page

Auteur

Malory Leclère

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, E.A.2288 DILTEC
Malory Leclère est maître de conférences au Département de Didactique du Français Langue Étrangère de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Ses recherches, menées au sein du Laboratoire de Didactique des Langues des Textes et des Cultures (DILTEC), portent sur les pratiques enseignantes et les dimensions interactionnelles en situation d’apprentissage de langues. Elle travaille plus particulièrement sur les situations d’enseignement aux enfants et de formation des (jeunes) adultes en parcours d’insertion.
malory.leclere[at]sorbone-nouvelle.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • OpenEdition Journals