Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17-1Pour une revue favorisant la rech...

Pour une revue favorisant la recherche collaborative, indépendante et pluraliste

Véronique Castellotti, Emmanuelle Huver, Élodie Oursel et Camille Noûs

Texte intégral

Edito

1RDLC est une revue qui, tout en valorisant les travaux de recherche en didactique des langues (DDL) d’où qu’ils viennent, est intrinsèquement liée à l’association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères (ACEDLE). Elle est en effet la continuité des Cahiers de l’ACEDLE, fondés en 2004.

2En faisant paraître un numéro blanc, avec d’autres revues en sciences humaines, les responsables de l’association et de la revue ont choisi de participer de façon active au mouvement de contestation des projets actuels pour la recherche et l’enseignement supérieur (projet de LPPR), contre lesquels les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche se mobilisent depuis plusieurs semaines.

3Ces projets, d’inspiration néolibérale, visent à accentuer un mouvement déjà amorcé en France depuis les années 1980, en promouvant une organisation, des dispositions intellectuelles et des modes de financement déjà en vigueur dans de nombreux pays, en particulier ceux d’Amérique du Nord.

4Sous couvert de favoriser une recherche de qualité, de niveau international, en valorisant l’excellence scientifique, ces projets visent à soumettre l’enseignement supérieur et la recherche à des impératifs de rentabilité, en créant une forte disparité dans les statuts futurs des universités (et donc, dans le travail et les moyens de leurs personnels), entre un petit nombre d’établissements « d’excellence » et la plupart de « seconde zone ». Ils fixent des exigences prioritairement quantitatives, accentuent la concurrence entre les personnels et rendent leurs statuts de plus en plus précaires.

5En ce sens, ces projets mettent en danger le principe selon lequel sont élaborées, organisées et gérées les revues comme RDLC, à savoir de façon entièrement bénévole, dans un esprit de coopération et de collégialité, qui se trouve directement menacé par la mise en concurrence et l'individualisation induites par la LPPR.

6Tous ces objectifs sont en contradiction profonde avec les valeurs défendues par l’ACEDLE. En effet, depuis ses débuts, notre association a toujours œuvré à la collaboration entre personnes de statuts souvent différents (chercheurs – enseignants – doctorants et étudiants), a toujours défendu les liens et articulations entre recherche « académique » et terrains d’intervention, et a toujours favorisé des travaux diversifiés portant sur des langues variées et des approches différentes, en incluant des formes d’interdisciplinarité.

7La recherche en didactique des langues est en quelque sorte « par définition » une recherche où la concurrence n’a pas lieu d’être, dans la mesure où ce qui est étudié vise non pas à démontrer une quelconque hiérarchisation entre les personnes ou les idées, mais à approfondir la réflexion, tant conceptuelle qu’expérientielle, sur la diversité des situations d’appropriation et de transmission des langues. Et cette réflexion sera d’autant plus qualitativement « excellente » qu’elle s’élaborera dans un débat exigeant, argumenté et constructif entre les différents points de vue qui ne manqueront pas de s’exprimer – cela repose de fait sur une confiance et une réciprocité aux antipodes d’une concurrence généralisée. C’est en tout cas ce dialogue en confiance qui fait l’esprit de la revue et qui sous-tend les avis portant sur les contributions proposées pour publication.

8Certes, en DDL, la question de l’utilité sociale des recherches se pose, à l’évidence, comme dans la plupart des sciences « humaines et sociales », ce qui pourrait conduire à envisager l’intérêt de recherches « sur projet ». Mais ce type de recherche ne peut se faire de manière éthique qu’en se mettant à l’écoute critique de la demande sociale et en valorisant les formes de collaborations qui permettent d’y répondre et/ou de la questionner, et non en instaurant un système de recherche de plus en plus soumis à des objectifs utilitaristes, court-termistes et économicistes, destructeurs du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

9Plus de 150 revues en sciences humaines et sociales (SHS), à ce jour, se sont déjà jointes à la mobilisation, avec des modalités variées : insertion de bandeaux sur leurs sites, appels à contribution aux actions en cours, publications de témoignages, de numéros thématiques, suspension de l’activité, voire de la disponibilité de la revue, etc.

10RDLC est partie prenante de cette mobilisation et son comité de rédaction participera à la réflexion pour mettre en œuvre des actions communes, progressives et graduées avec d’autres revues, dans la perspective de continuer à défendre et œuvrer à une recherche indépendante, de qualité, fondée sur et affirmant des valeurs véritablement humaines.

Pour information

11Quelques liens utiles si vous souhaitez vous renseigner sur la LPPR :

12La LPPR et les revues

13Mobilisation des personnels d’OpenEdition :

14NB : inventaire effectué en janvier 2020 et non mis à jour depuis. Pour un inventaire à jour des actions entreprises : cf. : https://universiteouverte.org et https://academia.hypotheses.org.

Explication

15L’éditorial commun qui précède ce texte est le fruit d’une mobilisation collective de nombreuses revues. Les pages blanches qui suivent, en revanche, témoignent de ce que nous ne pourrions sans doute plus produire dans un système qui ferait plus de place encore à la concurrence et à la précarité.

16Nous vous proposons de vous approprier ce numéro, de le garder intact ou d’en faire un journal de lutte face aux réformes en cours, et de vous joindre aux réflexions, aux actions et aux rencontres que suscite et suscitera cette mobilisation jamais vue des revues scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Castellotti, Emmanuelle Huver, Élodie Oursel et Camille Noûs, « Pour une revue favorisant la recherche collaborative, indépendante et pluraliste »Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 17-1 | 2020, mis en ligne le 06 avril 2020, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/7207

Haut de page

Auteurs

Véronique Castellotti

Articles du même auteur

Emmanuelle Huver

Articles du même auteur

Élodie Oursel

Articles du même auteur

Camille Noûs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search