Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17-2Comptes-rendusDroit de réponse au compte-rendu ...

Comptes-rendus

Droit de réponse au compte-rendu fait par Valentin Feussi de l’ouvrage La crise de l’apprentissage en Afrique francophone subsaharienne

Bruno Maurer et Laurent Puren

Entrées d’index

Par rubriques :

Comptes rendus
Haut de page

Notes de la rédaction

La ligne éditoriale de RDLC se veut débattante : il est demandé aux auteur.e.s des comptes rendus de prendre en compte cette visée.
Le présent droit de réponse s'appuie sur un compte-rendu publié dans un précédent numéro de notre revue (16-2).
https://journals.openedition.org/rdlc/7146

Texte intégral

1On se plaint souvent que nos disciplines soient si peu l’objet de débats. Nous-même (Maurer) avons regretté que notre ouvrage polémique de 2011 ne s’attire pas plus de volées de bois vert, de celles qui montrent qu’au moins vous avez été lu et qui vous permettent de revenir sur quelques points méritant correction ou… plus amples développements. Nous ne pensions pas que ce soit un ouvrage collectif co-dirigé, un livre en forme de bilan/perspectives sur la situation de l’enseignement-apprentissage des langues en Afrique qui nous donnerait l’occasion d’entrer dans une saine controverse ! Mais soit ! Un compte-rendu a été fait de notre livre collectif et il l’a été de manière assez particulière, par un mélange de survol à très haute altitude de son contenu, de manipulations, de procès d’intention étranges et de plaidoyer pro domo… ou pro épistémologie phénoménologique herméneutique, ce qui était pour le coup assez inattendu vu le terrain qui était le nôtre, celui de l’école africaine.

2Nous développerons notre droit de réponse en cinq points.

1. Retour sur la présentation bien peu factuelle de l’ouvrage

3Une lecture attentive du « compte rendu » de Valentin Feussi montre à quel point son texte ne rend pas compte de l’ouvrage que nous avons coordonné. Ainsi, l’articulation du livre en trois parties n’est pas du tout présentée, ni la nature de cette crise de l’apprentissage qui est dans le titre et qui occupe pourtant le cœur de l’ouvrage collectif, ni aucune de ses manifestations concrètes, que nous (Puren/Maurer) avons posées de manière pourtant détaillée dans le préambule, et sur laquelle nous sommes revenus dans une postface d’une quinzaine de pages. Le lecteur ne pourra se faire aucune idée des problématiques abordées, éléments factuels dont il devrait en premier lieu avoir connaissance.

4La liste des auteurs (25) qui ont contribué est également un minimum pour commencer à se faire une idée de l’ouvrage. Les auteurs de deux chapitres de l’ouvrage (Koia Jean-Martial Kouamé et Thibaut Lauwerier, soient 35 pages dans le recueil) ne sont pas mentionnés, La présentation des autres contributions est expédiée par allusions :

  • Quelques lignes, à peine, pour les textes de Kouassi Gérard Abaka, de Thierry Gaillat, Christian Ollivier, Sylvie Wharton et Issa Youssouf et de Muriel Nicot-Guillorel ;

  • Deux notes de bas de pages suffisent à rendre compte de la réflexion menée par Guy Romuald Ouedraogo et Afsata Pare-Kabore ;

  • Quelques mots seulement pour Adjoua Valérie Djè (5 mots pour résumer 17 pages), Moira Laffranchini Ngoenha et Harouna Diallo (13 mots pour 18 pages) ;

  • Le renvoi rapide, sans plus de développement, vers une page du texte d’Iramène Destin et de Georges Daniel Véronique.

5Si l’on raisonne en termes géographiques, les dix-sept études de cas, déployées sur un grand nombre de situations précises, nationales ou régionales, sont avalées à travers quelques rapides allusions à ces contextes : on trouve deux fois le mot Burkina Faso, une fois Sénégal, une fois Côte d’ivoire (quand trois chapitres sont consacrés à ce seul pays), une fois Niger, etc. On voit là aussi que le CR est un survol fait à très très haute altitude, avec la hauteur de vue un peu fautive des héros de Jules Verne dans Cinq semaines en ballon

2. Compte-rendu ou distribution de (bons et de) mauvais points ?

6La rédaction d’un CR exige un minimum de prudence et de retenue, sans éviter les critiques fondées. Au lieu de cela, Feussi a choisi d’adopter un positionnement surplombant en délivrant, le plus souvent gratuitement, les mauvais points sous la forme de jugements lapidaires. Il dit « regretter » le « ton d’excuses » dont nous (Puren) aurions fait preuve dans le chapitre sur les Comores, alors que dans nos propos il n’est évidemment aucunement question de nous excuser. La distance que nous prenons vis-à-vis d’IFADEM, les critiques formulées sur la démarche globale, les productions et résultats auxquels ce projet a abouti, ne nous empêchent pas de reconnaître : 1) l’importance du travail accompli sur le terrain et l’intérêt de certaines productions ; 2) plus globalement, la difficulté que constitue la mise en œuvre de projets de cette ampleur, notamment au niveau de l’animation, dans le cadre d’un travail d’expertise, d’une équipe de concepteurs.

7Dans le chapitre que nous (Maurer) avons consacré aux réformes curriculaires au Niger, Feussi note, sans plus de justifications, une absence de « questionnement de fond ». Cette critique est d’ailleurs étendue à l’ensemble de l’ouvrage accusé de « négliger les arrière-plans politiques, idéologiques et historiques des démarches proposées » ou encore de ne pas proposer de « problématisation pertinente et argumentée » (au sujet du statut du chercheur). Nous réfutons bien entendu ces critiques, une importance toute particulière étant précisément accordée dans la plupart des contributions aux enjeux politiques, historiques et institutionnels liés aux différents contextes éducatifs décrits et analysés. Mais peut-être n’est-ce pas là ce que Feussi appelle des questions de fond. Au fond se trouvent sans doute… les mystérieuses racines : nous y reviendrons au point 5.

8Une autre critique récurrente est liée à l’absence d’originalité des solutions ou approches proposées dans l’ouvrage pour faire face à la crise de l’éducation dans ces pays. Là encore, l’auteur fait fausse route. L’originalité de l’ouvrage, s’il y en a une, a consisté à proposer, modestement, une réflexion de fond, à travers un bilan qui n’avait alors jamais été effectué sous cette forme et à cette échelle, sur les dysfonctionnements éducatifs en Afrique francophone subsaharienne (désormais AFS) et quelques pistes susceptibles d’améliorer la situation, sans qu’à aucun moment celles-ci aient pu être mises en avant comme totalement originales ou radicalement novatrices. Il n’existe évidemment pas de solution miracle ni de baguette magique pour résoudre la crise éducative que traverse l’AFS. Il est d’ailleurs assez cocasse de constater que, tout en adoptant une position critique envers toute prétention à l’innovation ou à l’originalité en didactique, Feussi en vienne lui-même à se targuer de proposer « une option émancipatrice et originale », sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir plus loin (point 5). Ailleurs, l’auteur s’adonne à un pinaillage stérile. Ainsi, dans la contribution pourtant riche de Fandy et Vigouroux, il se focalise sur un détail terminologique, reprochant aux auteures leur choix du terme « translanguaging » (qui ne présente pourtant qu’une seule occurrence dans leur texte...) en lieu et en place de « compétence plurilingue » consacré par Danièle Moore. La belle affaire...

3. Quelques procès (gratuits) d’intention

9Un autre procédé de l’auteur consiste, sous forme d’insinuations, à nous prêter des intentions inavouables.

  • 1 Note de bas de page n° 7 du CR publié sur HAL, élément apparemment expurgé de la version publiée da (...)

10Ne serions-nous pas tout d’abord des suppôts de ce libéralisme effréné qui nuit tant à l’Afrique ? Nous avons en effet commis le crime impardonnable d’effectuer une référence « plutôt élogieuse », d’après l’auteur, à la Banque mondiale, celui-ci regrettant « l’adossement de cet ouvrage au point de vue de le (sic) poids de la banque mondiale »1 et s’interrogeant pour savoir si l’ajout de cette référence n’avait pas été initié par notre éditeur... Mais de quoi s’agit-il exactement ? Feussi fait référence à une citation de quelques mots - « Schooling is not the same as learning » - figurant sur la quatrième de couverture et extraite du rapport 2018 de ladite Banque mondiale - Learning to realize education’s promise - consacré aux questions éducatives. Nous confirmons tout d’abord que le choix de cette citation est bien le nôtre, et non celui de l’éditeur. Ensuite comme le souligne Patrick Chardenet, directeur de la collection « Champs didactiques plurilingues », chez Peter Lang, dans laquelle cet ouvrage a été publié, « sur le plan de l’énonciation, il [...] semble difficile de voir dans la phrase [citée] plus qu’une référence tout court. Il n’y a là rien d’élogieux du strict point de vue discursif. » (Voir son droit de réponse dans ce même numéro). Ajoutons que ce rapport n’a évidemment pas été rédigé par une entité anonyme nommée « Banque mondiale » mais qu’il est le fruit de la synthèse de travaux pluridisciplinaires d’une trentaine de chercheurs internationaux (éducateurs, économistes, spécialistes du développement dans les pays émergents, etc.). Au nom de quel principe ou de quelle doctrine devrions-nous nous priver de lire ou de citer un rapport, dès lors que son contenu nous semble en mesure d’éclairer notre problématique ?

11Autre élément incriminant et accusation suprême pour des chercheurs travaillant sur l’Afrique : notre projet éditorial et les propositions que nous y faisons ne seraient-ils pas entachés de néo-colonialisme ? Ainsi la recherche-action dans laquelle nous nous inscrivons dans l’ouvrage « ne serait adossée », indique Feussi, « qu’à la perspective rationaliste et diffusionniste caractéristique de l’enseignement-apprentissage (du français) en Afrique depuis la période coloniale ». Ailleurs, l’auteur évoque, concernant une proposition que nous (Puren) effectuions concernant le développement dans la formation de formateurs de l’analyse de pratiques professionnelles, « une importation de modèles venus d’ailleurs » qui « pourrait être reçue comme du colonialisme méthodologique sous-jacent au « dispositif de scolarisation » ». Le concept de langue, tel qu’il apparaîtrait dans notre ouvrage, serait défini selon des « catégories prioritairement occidentales ». Enfin, Feussi appelle de ses vœux une « décolonisation des savoirs », sans que l’on sache à quels savoirs il fait allusion, ni en quoi les dits savoirs seraient aujourd’hui sous l’emprise d’un quelconque pouvoir colonial. Pour répondre à ces accusations sans fondements, rappelons tout d’abord, comme nous l’avions souligné dans le préambule de l’ouvrage (p. 23), que sur les dix-sept chapitres composant cet ouvrage, « sept émanent d’auteurs africains comme uniques rédacteurs, quatre associent chercheurs africains et européens ou nord-américains, six sont le fait de chercheurs européens seulement (cinq d’universités françaises, un de Suisse). » Et nous ajoutions : « ll y a lieu de s’en réjouir : une bonne part des analyses vient du continent africain et est le fait de chercheurs encore jeunes, parfois doctorants ou fraîchement docteurs. » Nous serions curieux de savoir comment Feussi pourrait expliquer à nos collègues de l’Université Félix Houphouët-Boigny à Abidjan (Côte d’Ivoire), de l’Université Mouloud Mammeri à Tizi-Ouzou (Algérie), de l’Université Norbert Zongo à Koudougou (Burkina Faso), de l’Université de Ngaoundéré (Cameroun), de l’Université des Comores/IFERE à Moroni, du Ministère de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation (MENA) à Ouagadougou (Burkina Faso), en quoi leurs propositions, analyses et modèles seraient des résurgences ou des continuités de l’idéologie coloniale. Rappelons par ailleurs que la recherche OPERA, conduite au Burkina Faso, que nous citons en modèle pour ce qui est de l’importance, à notre sens, d’un travail sur l’analyse des pratiques dans la formation de formateurs, est le fruit d’un travail d’équipe entre une chercheuse française, Marguerite Altet (voir son chapitre dans l’ouvrage) et deux collègues d’Afrique : Afsata Paré-Kaboré, du Burkina Faso (également auteure dans notre ouvrage) et Nacuzon Sall, du Sénégal.

  • 2 Qu’il nous explique d’ailleurs comment devrait se décliner le concept de langue selon des catégorie (...)

12Il n’a bien sûr jamais été question dans nos propositions d’imposer des « modèles venus d’ailleurs », c’est au contraire tout ce que nous dénonçons à travers notamment les critiques réitérées portées contre l’APC (contributions de Berkaine, Destin & Véronique, Puren). Réfléchir à des méthodes pédagogiques, des dispositifs de formation, des curricula, etc. susceptibles d’améliorer la situation éducative de ces pays ne revient pas à opposer de manière caricaturale, comme le fait Feussi, dans sa vision clivante et dogmatique, approches/conceptions africaines versus occidentales de la langue2 et de l’éducation. Il est d’ailleurs ici également cocasse de noter que les propositions hors-sol de l’auteur sont inspirées de la phénoménologie herméneutique, qui est un courant de pensée on ne peut plus occidental, et dans une version interprétée par un laboratoire lui même très occidental... Comment peut-il à la fois condamner l’importation en Afrique de modèles allogènes tout en promouvant, pour ce continent, des démarches inspirées des philosophies humboldtienne et heideggerienne qui, jusqu’à preuve du contraire, ne sont ancrées dans aucune tradition africaine, alors que telle semble pourtant être la condition sine qua non posée par l’auteur pour la mise en œuvre d’une approche didactique sur ce continent. Feussi, qui pense avoir relevé des paradoxes, contradictions et ambiguïtés à chaque page, ou presque, de notre ouvrage, n’en est lui-même pas à un/e près…

4. Une détorcation sans vergogne de la pensée des contributeurs

13Parmi les procédés auxquels Feussi recourt pour la rédaction de son CR, il en est un particulièrement retors qui consiste à déformer la pensée d’un auteur au point de faire tenir à celui-ci des propos qu’il n’a pas eus, allant souvent jusqu’au contre-sens, essentiellement dans le but de servir sa propre argumentation et d’alimenter son idéologie. Un terme ancien qui a presque disparu de la langue française rend parfaitement compte de ce procédé malhonnête : détorquer, du latin detorquerer (« détourner »), d’où notre archaïsme, détorcation.

14L’exemple le plus frappant apparaît dans la présentation (tronquée) qu’il effectue de la contribution de Muriel Nicot-Guillorel sur une application de la démarche OPERA en Casamance, au Sénégal. L’auteure y présente l’utilisation de tablettes numériques pour filmer et analyser des pratiques de classe dans le cadre d’une formation continue. Plutôt que de critiquer lui-même ce recours au numérique, Feussi, dans un exercice douteux de ventriloquie, préfère faire parler l’une des autres auteures de l’ouvrage à laquelle il prête des propos qu’elle n’a jamais tenus… sur ce sujet précis :

« [...] ailleurs dans le volume, Michèle Verdelhan-Bourgade (p. 298-299) ne manque pas de souligner que le recours aux outils informatiques n’apporte rien de pertinent dans la résolution des problèmes liés à l’école en Afrique. »

15Premièrement, dans sa contribution, Michèle Verdelhan-Bourgade parle des manuels, pas des limites des approches réflexives recourant au numérique dans la formation des enseignants et elle évoque les limites des TICE dans les ressources pour la classe, ce qui n’est évidemment pas comparable. Ensuite sur la question du numérique, elle indique simplement qu’en raison de la rareté des outils informatiques et des supports d’apprentissage dématérialisés, de la qualité pédagogique encore peu probante de ces derniers et de différentes considérations, notamment matérielles, le manuel papier lui semblait préférable à d’autres solutions de type tablette. À aucun moment, elle n’indique sur le ton péremptoire que Feussi lui prête, que les TICE ne contribuent pas à l’amélioration de la situation éducative en Afrique !

16Cette manie qu’a Feussi de vouloir, de manière tout à fait artificielle et simpliste, opposer entre elles des contributions ou mettre dos-à-dos certains de leurs auteurs/eures se retrouve encore dans cette « incohérence » qu’il pense relever dans la troisième partie de l’ouvrage. Alors qu’Afsata Pare-Kabore et Guy Romuald Ouedraogo s’attachent à analyser la situation de l’enseignement bilingue au Burkina Faso sous l’angle de la formation initiale et continue des enseignants, Cosme Zinsou Fandy et Cécile B. Vigouroux, s’intéressent, pour leur part, à la mise en œuvre, au Bénin, de l’initiative ELAN (École et Langues Nationales), visant à promouvoir l’enseignement bilingue. Feussi pense relever une contradiction entre ces textes, les auteurs du premier présentant, selon lui, l’éducation bilingue « comme une des solutions pour améliorer la qualité de l’enseignement du français au Burkina Faso » tandis que les auteures du second « pensent, au contraire, que la mise en place d’un enseignement bilingue ne résout pas tous les problèmes ». (nous soulignons) S’il avait lu attentivement chacune de ces contributions, Feussi aurait compris que/qu’ :

  • Afsata Pare-Kabore et Guy Romuald Ouedraogo n’affirment, évidemment, à aucun moment (il faudrait être bien naïf pour cela) que l’enseignement bilingue « résout tous les problèmes ». Bien au contraire, comme annoncé dès leur titre - Crise de l’enseignement bilingue français/Langue nationale, crise de l’enseignant au Burkina Faso... (nous soulignons) - les auteurs mettent en avant les nombreux dysfonctionnements de ce dispositif.

  • Cosme Zinsou Fandy et Cécile B. Vigouroux, tout en relevant elles aussi les défis auxquels est confrontée l’éducation bilingue au Bénin, insistent par ailleurs sur l’importance des L1 comme médium d’instruction : « l’enseignement en langue africaine relève d’une nécessité et mérite d’être inscrite comme priorité pour tout gouvernement africain soucieux du développement et de l’épanouissement de ses citoyen.ne.s. » (p. 337)

17Il n’y a, par conséquent, aucune espèce de contradiction ou d’opposition entre ces deux contributions et quant bien même il y en aurait eu, l’objectif de l’ouvrage n’était pas de faire défiler les contributeurs d’un même pas sous une bannière unique mais de proposer une mise en perspective de points de vue pluriels. L’attitude de Feussi nous semble à ce titre contraire à l’esprit scientifique 1) en n’admettant pas que dans un ouvrage traitant d’un problème aussi complexe, il puisse y avoir quelques divergences d’appréciation de la part d’auteurs venus d’horizons différents, mais pourtant tous engagés (ou l’ayant été) dans la tâche d’améliorer l’enseignement du français ; 2) en refusant de concevoir que les spécificités propres à chaque contexte exigent des réponses adaptées qui ne seront pas nécessairement identiques. Ajoutons qu’en pédagogie, les solutions n’ont pas à être mutuellement exclusives mais doivent relever d’un éclectisme obligatoire.

18Ailleurs, Feussi oppose les positions de cinq des auteurs à une prétendue position de Maurer, co-coordonnateur de l’ouvrage :

« Une autre orientation serait soit de « développer la capacité des enseignants à interagir pour apprendre et faire apprendre, notamment en s’appuyant sur la/les langues de scolarisation des élèves » (Christian Ollivier, Thierry Gaillat, Sylvie Wharton et Youssouf Issa, p. 93-118), soit de « contextualiser » les apprentissages (Adjoua Valérie Djè, p. 55-71). La conception de l’élaboration du savoir sous-jacente à ces propositions est alors soit constructiviste soit contrastive, options dont on connait déjà les limites dans les situations africaines et ailleurs, grâce notamment à la lecture critique de la pédagogie convergente au Mali qu’effectue Bruno Maurer (2007). »

19Si nous (Maurer) faisions bel et bien une critique vive des positions de la pédagogie convergente dans notre ouvrage de 2007, ce n’est pas du tout le constructivisme de Wambach que nous critiquions (lequel n’est que très vaguement constructiviste… mais l’eût-il été plus que nous n’aurions rien trouvé à y redire), ni a fortiori des positions contrastives qu’il adopterait : notre critique de Wambach portait précisément sur le fait que cet auteur ne pensait jamais les rapports entre les langues ; comment aurions-nous pu dès lors regretter une attitude contrastive chez lui ?

20Autre passage, qui est un scandaleux détournement de notre pensée (Maurer) :

« Ces contradictions s’observent également dans les approches par situations telles que révélées par la « lecture systémiste » qu’effectue Bruno Maurer (p. 257-284) de la situation de l’école. À partir du Programme d’études élaboré au Niger entre 2006 et 2015, il constate en effet que « les contenus proposés dans les programmes éducatifs correspondent [plus] aux standards internationaux », ce qui l’amène à se demander en toute cohérence ce qui ferait le caractère situé de ce curriculum. »

21Le problème est que ce n’est pas Maurer qui constate que « les contenus proposés dans les programmes éducatifs correspondent [plus] aux standards internationaux », c’est une citation qui est faite de Jonnaert, un des auteurs de ce curriculum. Et au contraire, c’est une assertion que tout le reste de l’article conteste violemment.

22Nous finirons d’analyser cette entreprise de détorcation de la pensée des auteurs/eures en commentant un dernier passage :

« Toutefois, pourquoi ne pas mener de réflexion sur les fondements épistémologiques des différentes approches curriculaires dans la formation des enseignants et dans les pratiques enseignantes notamment ? J’y reviendrai infra car on peut se demander et en toute légitimité comment sortir de ce schéma de pensée, puisque certaines contributions de ce volume découlent de projets (LASCOLAF, ELAN, IFADEM) financés par des institutions internationales (OIF, AUF pour les plus importants) ? N’est-ce pas là une des contradictions non visibilisées de façon argumentée dans cet ouvrage ? »

23Passons sur le fait que l’auteur nous reproche de ne pas nous intéresser à l’épistémologie, ce que nous faisons pourtant à plusieurs reprises, mais sans doute pas, péché mortel, dans l’acception phénoménologie herméneutique du terme… Ce que nous contestons précisément dans ce passage, c’est l’affirmation que des contributions « découlent » de projets internationaux financés, avec donc le sous-entendu d’une inféodation : mais Feussi a-t-il remarqué que, loin d’en « découler », elles les analysaient sans condescendance, de manière très critique ?

5. Hors de la phénoménologie herméneutique (PH), point de salut

24Si l’auteur se montre si peu loquace sur le contenu de l’ouvrage (cf. 1), s’il réduit la pensée des différents contributeurs à quelques propos laconiques souvent déformés (cf. 4), quand il n’omet pas purement et simplement de les mentionner, en revanche, il ne fait pas dans l’économie lorsqu’il s’agit de développer les théories de son laboratoire qui, en réalité, occupent la place principale de son texte. Le rôle d’un « compte rendu » n’est-il pas d’abord et avant tout de « rendre compte » d’un ouvrage plutôt que d’instrumentaliser celui-ci en s’en servant comme d’un prétexte pour publier un manifeste célébrant les théories d’un groupe ?

25Une des attitudes disqualifiantes de Feussi consiste à poser, sans plus de preuves, que nous ne faisons jamais de réflexion épistémologique : en quelque sorte nous manquerions de profondeur de vue. En voici un premier exemple :

« Il est également cohérent de dire que certaines autres causes de la crise de l’apprentissage sont d’ordre politique et économique (le soft-power). Toutefois, pourquoi ne pas mener de réflexion sur les fondements épistémologiques des différentes approches curriculaires dans la formation des enseignants et dans les pratiques enseignantes notamment ? »

26Et un second :

« Etant donné qu’un des buts de cet ouvrage s’inscrit dans la perspective de la « recherche-action » qui vise « l’amélioration » (Laurent Puren et Bruno Maurer, p. 448) ou la recherche d’efficacité de l’action à la fois des apprenants, des enseignants, des institutions (éducatives) et probablement des chercheurs, ne peut-on pas penser que l’absence de réflexion épistémologique révèle une conception pragmatiste de l’enseignement des langues qui semble réductrice (Castellotti, 2017) ? »

27Les arguments semblent imparables : que répondre ? On répondra qu’il s’agit d’un procédé rhétorique relativement malhonnête qui consiste à dire que l’autre n’est même pas dans la bonne position pour débattre, qu’il n’est scientifiquement pas qualifié. Pour cela, rien de tel que d’utiliser la bonne vieille métaphore des racines et des feuilles, un classique bio-didactique de l’argumentaire dynadivien que Feussi attribue à Debono :

« On pourrait alors réfléchir aux situations didactiques plus globales, sans se limiter aux feuilles de l’arbre mais en s’intéressant prioritairement aux dimensions épistémologiques, qui en constituent les racines (pour reprendre la métaphore de Debono, 2018). »

28Le même procédé rhétorique est utilisé par Castellotti, Debono et Huver, quand, à propos d’écrits traitant de la FOAD dans une optique sociocritique, ils/elles affirment : « [...] ces travaux ne touchent que les feuilles de l’arbre, sans aller jusqu’aux racines [...] » (2017 : 123). On l’aura compris, pour Feussi, la pensée des Béotiens non PH ne saurait être assez profonde : aux « bas du front », les feuilles, aux esprits supérieurs, les racines qui leur ouvrent l’accès à la compréhension du monde dans toute sa complexité. Qu’on se le dise : une pensée critique non estampillée PH n’en sera jamais une...

29Pour le détail des contre-propositions, le lecteur ira voir les longs passages de la fin de son écrit où des positions humboldtiennes sont suggérées : toutes ces suggestions de Feussi censées proposer une alternative à nos analyses nous sembleraient belles et bonnes si elles n’étaient d’une grande naïveté au fond, furieusement déconnectées du réel, sans jamais aucun ancrage didactique, ni réel fondement théorique en dehors de quelques noms jetés comme des mantras (Manessy à la rescousse), et toujours colorées de procès d’intentions. Nous pourrions reprendre ses assertions phrase à phrase mais l’exercice serait peut-être lassant.

30Pour terminer cette polémique, en lieu et place de la conception de l’épistémologie fermée, exclusive, qui nous est opposée, nous préférons largement cette autre conception que propose Christian Puren (1994 : 89), en faisant référence à l’épistémologie de la complexité d’Edgar Morin (1990) :

« L’épistémologie complexe d’E. Morin se veut donc ouverte et accueillante, à l’opposé de l’« épistémologie gendarme » de certains, qui la considèrent comme un point stratégique à occuper pour contrôler souverainement toute connaissance, rejeter toute théorie adverse, et se donner le monopole de la vérification, donc de la vérité (idem, p. 67). L’épistémologie complexe, au contraire, « est le lieu à la fois de l’incertitude et de la dialogique. En effet, toutes les incertitudes [...] doivent se confronter, se corriger les unes les autres, entre-dialoguer sans toutefois qu’on puisse espérer boucher avec du sparadrap idéologique la brèche ultime. »

31Puren poursuit en rappelant que pour Morin, paradoxalement, l’épistémologie complexe est dépourvue de fondement (1990 : 24), dans le sens où, à l’opposé du positivisme logique, elle prend en compte le fait qu’il n’existe aucun fondement certain pour la connaissance :

« Si l’épistémologie complexe prenait forme, elle constituerait, non pas une révolution copernicienne, mais une révolution hubbléenne en épistémologie. Hubble a montré que l’univers était dépourvu de centre. [...] Ainsi se comprend la révolution méta-copernicienne qui s’impose : l’épistémologie n’est pas le centre de vérité, elle doit tourner autour du problème de la vérité en passant de perspective en perspective, et, espérons-le, de vérités partielles en vérités partielles. »

32Mieux vaut en rester à cette épistémologie ouverte, non surplombante, si l’on veut ouvrir réellement l’espace d’un débat. C’est par cette invitation que nous refermons le présent... débat.

Haut de page

Bibliographie

Castellotti Véronique, Debono Marc & Huver Emmanuelle (2017) : « Une « tradition de l’innovation » ? Réflexion à partir du corrélat innovation / créativité en didactique des langues », TRANEL - Travaux neuchâtelois de linguistique, n° 65, pp. 113-129. URL : http://www.unine.ch/files/live/sites/tranel/files/Tranel/65/113-130_Varia_def.pdf (consulté le 10/10/19)

Maurer Bruno (2011) : Enseignement des langues et construction européenne. Le plurilinguisme, nouvelle idéologie dominante. Paris : Éditions des Archives Contemporaines.

Morin Edgar (1990) : Introduction à la pensée complexe. Paris : ESF.

Puren Christian (première édition papier : 1994 ; troisième édition électronique : octobre 2013) : La didactique des langues à la croisée des méthodes. Essai sur l’éclectisme. Paris : Didier, collection CREDIF-Essais.

Puren Laurent & Maurer Bruno (Éds) (2018) : La crise de l’apprentissage en Afrique francophone subsaharienne. Regards croisés sur la didactique des langues et les pratiques enseignantes. Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford, Wien : Peter Lang, Collection Champs didactiques plurilingues.

Haut de page

Notes

1 Note de bas de page n° 7 du CR publié sur HAL, élément apparemment expurgé de la version publiée dans les RDLC. cf. https://www.researchgate.net/publication/333809020_Compte_rendu_de_Laurent_Puren_et_Bruno_Maurer_2018_La_crise_de_l'apprentissage_en_Afrique_francophone_subsaharienne_Regards_croises_sur_la_didactique_des_langues_et_les_pratiques_enseignantes_Peter_La

2 Qu’il nous explique d’ailleurs comment devrait se décliner le concept de langue selon des catégories prioritairement non occidentales, en l’occurrence africaines (si cette dernière globalisation a un sens).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Maurer et Laurent Puren, « Droit de réponse au compte-rendu fait par Valentin Feussi de l’ouvrage La crise de l’apprentissage en Afrique francophone subsaharienne »Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 17-2 | 2020, mis en ligne le 27 avril 2020, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/7972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdlc.7972

Haut de page

Auteurs

Bruno Maurer

Articles du même auteur

Laurent Puren

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search