Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursApprentissage formel et informel ...

Apprentissage formel et informel des langues : quelles articulations ?

Sophie Babault (Université de Lille, UMR 8163 STL), Monika Grabowska (Université de Wroclaw, Institut d’études romanes), Annick Rivens Mompean (Université de Lille et UMR 8163 STL)

Coordination

Sophie Babault (Université de Lille, UMR 8163 STL)

Monika Grabowska (Université de Wroclaw, Institut d’études romanes)

Annick Rivens Mompean (Université de Lille, UMR 8163 STL)

Présentation du numéro

Les travaux du Conseil de l’Europe sur le plurilinguisme ainsi que les recommandations en matière de politique linguistique ont conduit, en moins de vingt ans, à remodeler fortement le paysage de la didactique des langues, notamment en stimulant l’intérêt des chercheurs pour des pratiques élargissant l’espace d’apprentissage à des situations qui se trouvent hors de la salle de classe ou ne se déroulent pas nécessairement en face à face avec un enseignant : auto-apprentissage, autoformation guidée en Centres de Ressources, apprentissage en tandem avec ou sans supports numériques, approches actionnelles, démarches de didactique intégrée langue-discipline, etc. Au-delà de la modification des pratiques didactiques, du développement nécessaire de la méthodologie d’apprentissage, le “apprendre à apprendre” qui permet de mieux accompagner ces apprentissages (Rivens Mompean, A. et Macré N., 2017), on a par ailleurs assisté à une augmentation exponentielle des formes d’exposition aux langues étrangères, en particulier par le biais des mobilités internationales, des usages multilingues d’internet ou de l’accès facilité aux séries et films en VO. Sur le plan des processus d’apprentissage des langues, ces évolutions ont entraîné, entre autres, une importante porosité entre les frontières de deux catégories considérées jusqu’alors comme relativement étanches : les apprentissages formels, guidés par un enseignant en contexte institutionnel, et les apprentissages informels, développés dans le cadre de diverses formes de communication ne relevant pas d’activités didactiques (Cappellini et al., 2017). Cela prend la suite et approfondit, en fonction de ces évolutions récentes, des réflexions antérieures autour de la mise en question de la dichotomie acquisition / apprentissage (voir notamment Besse et Porquier, 1984) et l'idée d'un continuum entre ces deux processus (Porquier 1994).

Les travaux qui ont fait émerger la notion d’apprentissage informel sont relativement récents. C’est d’abord en sciences de l’éducation que cette forme d’apprentissage a commencé à être mise en relief, avec les travaux de Brougère et Bézille (2007) ainsi que ceux de Schugurensky (2007). Dans le champ spécifique de la didactique des langues, après les premiers jalons posés par les recherches sur l’autoformation, notamment à partir de Holec (1982 et 1988), les travaux sur l’apprentissage des langues en ligne ont conduit à un développement des analyses de l’apprentissage informel de l’anglais (Sockett, 2011 ; Sockett & Toffoli, 2012 ; etc.). Progressivement, les travaux fondateurs du CRAPEL se sont enrichis de la pléthore des sources anglo-saxonnes en lien avec les travaux de Little (2003), puis encore avec l’ajout de données propres au contexte d’apprentissage des langues étrangères en milieu exolingue. Au-delà des travaux de Mangenot (2011) ou de Toffoli (2018), il existe cependant encore peu d’analyses portant sur d’autres langues que l’anglais ou sur la prise en compte de l’apprentissage informel dans une perspective didactique plus générale. Le concept d’apprentissage informel semble d’ailleurs échapper à un cadrage épistémologique précis (peut-être à cause de l’apparente transparence du terme). En outre, il interfère avec des concepts bien ancrés dans le champ de recherche en didactique des langues. En témoigne la terminologie du CECRL dans lequel l’apprentissage informel n’est pas mentionné du tout. En revanche, on y évoque l’apprentissage autonome, autodirigé, l’apprentissage à l’autonomie, le développement de ses aptitudes, l’auto-apprentissage, l’apprentissage sur le tas, l’immersion, l’apprentissage tout au long de la vie et le savoir-apprendre.

Certains de ces concepts semblent avoir accédé au statut d’axiome du point de vue des pratiques enseignantes, comme par exemple l’autonomie ou les stratégies d’apprentissage, jouissant aussi d’un statut incontestable dans l’espace international de réflexion didactique – cf. par exemple à partir de 2004 un cycle de monographies consacrées à l’autonomie sous la rédaction de Pawlak (notamment 2004 et 2015) et publiées à la suite de plusieurs colloques internationaux organisés par l’École professionnelle supérieure d’État à Konin (Pologne). Plus récemment l’échange conduit entre Little & Thorne (2017) montre par ailleurs les évolutions conceptuelles qui ont eu lieu depuis ces définitions initiales, ce qui les conduit à convoquer désormais la notion de « rewilding » (se référant à la liberté retrouvée des apprenants dont on reconnaît les activités réalisées hors contexte institutionnel).

A la suite de ces différents apports, c’est à la fois à un élargissement et à un approfondissement de la perspective sur l’apprentissage informel que ce numéro sera consacré. Il s’agira non seulement de poursuivre les démarches de description des formes d’apprentissage informel, en lien avec des langues diverses, mais également d’interroger de manière affinée les points d’intersection potentiels entre l’apprentissage informel et l’apprentissage formel, voire de questionner la pertinence de garder une distinction entre ces deux formes d’apprentissage. Ainsi les contributions à ce numéro pourront notamment répondre aux questions suivantes :

  • Où se situent réellement les frontières entre apprentissage formel et informel, si frontière il y a ? S’agit-il plutôt d’un continuum ?

  • Comment évaluer les compétences développées dans le cadre d’un apprentissage informel ?

  • Est-il nécessaire de rendre plus explicites ou plus conscients les apprentissages conduits de manière « informelle » dans le but de les optimiser ?

  • Jusqu’à quel point peut-on « formaliser » l’informel sans lui faire perdre ses qualités premières ?

  • De quelles manières les dispositifs formels peuvent-ils intégrer les plus-values apportées par l’apprentissage informel ?

  • Comment l’apprenant gère-t-il ses apprentissages informels ? Existe-t-il une certaine forme de structuration de ceux-ci ?

  • Face à l’apprentissage informel, existe-t-il un enseignement informel ?

  • Quel peut-être le rôle de l’enseignant de langue étrangère dans un processus d’apprentissage intégrant l’informel en milieu endo- ou exolingue ?

Notre numéro visera ainsi non seulement à faire un point sur l’état des connaissances à ce jour concernant l’apprentissage informel mais également à problématiser les liens qui peuvent être faits entre apprentissage formel et informel dans le domaine des langues, notamment dans la perspective d’une exploitation didactique de l’informel, ce qui impliquera également d’interroger les enjeux socio-politiques de la reconnaissance de l’apprentissage informel.

Calendrier prévisionnel

  • envoi des propositions de contribution : 15 mars 2021

  • réponse aux propositions : 1er mai 2021

  • envoi de la première version des articles : 15 juin 2021

  • évaluation des articles : 15 septembre 2021

  • envoi de la version définitive des articles : 15 novembre 2021

  • parution du numéro : avril 2022

Envoyer les propositions à

Sophie Babault, Annick Rivens, Monika Grabowska
s.babault [at] yahoo.fr, annick.rivens [at] univ-lille.fr, monika.grabowska [at] uwr.edu.pl
en remplaçant les [at] par @.

Consignes aux auteurs

https://journals.openedition.org/rdlc/929

Comité scientifique

Marco Cappellini (Aix-Marseille Université)

Rodrigo Esteves de Lima Lopes (université de Campinas, Brésil)

Jean-François Grassin (Université Lumière Lyon 2)

Noelia Madrid Ruiz (Université Jaume I, Castellon)

Nicola Macré (Université de Lille)

François Mangenot (Université Grenoble-Alpes)

Christian Ollivier (Université de la Réunion)

Laurent Puren (Université de la Réunion)

Evelyne Rosen (Université de Lille)

Mercedes Sanz Gil (Université Jaume I, Castellon)

Maciej Smuk (Université de Varsovie)

Magdalena Sowa (Université Marie Curie–Sklodowska, Lublin)

Geoffrey Sockett (Université Paris Descartes)

Thierry Soubrié (Université Grenoble-Alpes)

Denyze Toffoli (Université Paul Sabatier, Toulouse III)

Bibliographie

Besse H. & Porquier, R. (1984). Grammaires et didactique des langues, Paris, Hatier/CREDIF, Collection LAL.

Brougère, G. & Bézille, H. (2007). « De l’usage de la notion d’informel dans le champ de l’éducation », Revue française de pédagogie : recherches en éducation 158, 117-160.

Cappellini, M., Lewis, L. & Rivens Mompean, A. (eds.) (2017). Learner Autonomy and Web 2.0. Collection Advances in CALL Research and Practice. Ohio University: Equinoxe.

Conseil de l’Europe (2018). Cadre européen de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Volume supplémentaire avec de nouveaux descriptifs, www.coe.int/lang-cecr.

Holec, H. (1988). Autonomie et apprentissage auto-dirigé : terrains d’applications actuels. Strasbourg : Conseil de l’Europe.

Holec, H., (1982). Autonomie et apprentissage des langues étrangères. Paris : Hatier.

Little, D. & Thorne, S. (2017). « From learner autonomy to rewilding: a discussion ». In M. Cappellini, T. Lewis & A. Rivens Mompean (dir.). Learner Autonomy and Web 2.0, Equinox - Advances in CALL Research and Practice, 12-35.

Little, D. (2003). « Learner autonomy and second/foreign language learning  ». In The Guide to Good Practice for Learning and Teaching in Languages, Linguistics and Area Studies. CIEL Language Support network, https://www.researchgate.net/publication/259874624_Learner_autonomy_and_secondforeign_language_learning.

Mangenot F. (2011). « Apprentissages formels et informels, autonomie et guidage ». EPAL – Echanger Pour Apprendre en Ligne, Grenoble, France. hal-02010467.

Pawlak, M. (ed.) (2004). Autonomia w nauce języka obcego [L’autonomie dans l’apprentissage des langues étrangeres]. Poznań-Kalisz: Wydawnictwo UAM.

Pawlak, M. (ed.) (2015). Autonomia w nauce języka obcego – techniki, strategie, narzędzia. [L’autonomie dans l’apprentissage des langues étrangères – techniques, stratégies, instruments] Poznań - Kalisz - Konin: Wydawnictwo PWSZ i PWSZ.

Porquier, R. (1994). « Communication exolingue et contextes d’appropriation : le continuum acquisition/apprentissage », Bulletin Suisse de linguistique appliquée, 59, pp. 159-169. https://doc.rero.ch/record/23103/files/Porquier_R_my_Communication_exolingue_et_contextes_d_appropriation_20110527.pdf.

Rivens Mompean, A. et Macré, N. (2017). « The Language Centre: A dynamic space to foster the development of multiple interactions? », Alsic [En ligne], Vol. 20, n° 3 | 2017, mis en ligne le 28 décembre 2017 : http://journals.openedition.org/alsic/3211 ; DOI : 10.4000/alsic.3211.

Schugurensky, D. « "Vingt mille lieues sous les mers" : les quatre défis de l’apprentissage informel », Revue française de pédagogie [En ligne], 160, juillet-septembre 2007, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 04 novembre 2019. URL: http://journals.openedition.org/rfp/583 ; DOI : 10.4000/rfp.583.

Sockett, G. & Toffoli, D. (2012). « Beyond learner autonomy: A dynamic systems view of the informal learning of English in virtual online communities », ReCALL 24(2), 138-151.

Sockett,G. (2011). « Les processus cognitifs de résolution de problèmes pour l'apprentissage des langues dans des environnements multimédia : Apprentissage informel et réseaux sociaux », Les Cahiers de l'Acedle, 8(1) : 29-46. http://acedle.org/spip.php?article3184.

Toffoli, D. (2018). L’apprenant.e de langue 2020 : profil, dynamiques, dispositifs. Note de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches. Université de Lille, sous la direction d’A. Rivens Mompean.

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search