Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18-3Didactique des langues & plurilin...

Didactique des langues & plurilinguisme(s) : 30 ans de recherches

Volume 2
Chantal Dompmartin et Stéphanie Galligani

Texte intégral

1Sous la direction de Stéphanie Galligani et Chantal Dompmartin

Introduction

  • 1 Notre choix vis-à-vis de l’écriture inclusive est de décliner uniquement ici l’appartenance genrée (...)

2Le laboratoire Lidilem (Linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles) de l’Université Grenoble Alpes a organisé les 14 et 15 novembre 2019 en collaboration avec l’Acedle (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères) un colloque international qui a réuni des chercheurs, des enseignants, des formateurs du terrain éducatif et/ou associatif, des étudiants, tous et toutes acteurs et actrices1 du champ de la didactique des langues pour faire un point sur les recherches menées durant les trois dernières décennies.

3Nous sommes heureuses de pouvoir présenter aujourd’hui une sélection d’articles qui vont refléter la diversité et la qualité des communications données à entendre, dans un numéro double et copieux, dont voici le deuxième volume.

4Indéniablement, ce colloque et les deux jours de tranches de vie qu’il a représentés, resteront dans notre souvenir comme un grand moment de partages, de rencontres intergénérationnelles rassemblant plus de 200 personnes et 70 intervenants, où les échanges ont été chaleureux et toniques, formels et informels et les débats foisonnants, à la hauteur de ce que nous avions mis comme attentes dans cet événement.

5Celui-ci avait été pensé avec une vaste ambition, à la fois comme un anniversaire associatif d’ampleur et un temps d’hommage particulier à une pionnière du champ de la didactique des langues, Louise Dabène – figure fondatrice du Lidilem et de l’Acedle – qui a dans cette position inauguré une histoire de liens qui perdurent.

6Les différentes communications de ce colloque ont ainsi contribué à éclairer les grands moments de la construction du champ de la didactique des langues et du plurilinguisme, ses évolutions et ses perspectives à venir, ainsi que les apports d’autres disciplines, en particulier la sociolinguistique.

  • 2 Expression empruntée au titre de la communication de Daniel Coste présentée lors du colloque.

7« Coup d’œil dans le rétroviseur »2... En 1974, Louise Dabène crée à l’Université Stendhal de Grenoble, le Centre de Didactique des langues (CDL) et va contribuer ainsi à légitimer la « jeune » discipline didactique. Ses initiatives multiples et innovantes au sein du CDL l’amène à fonder avec Michel Dabène le laboratoire Lidilem, marquant une étape décisive pour la reconnaissance internationale non seulement des recherches en didactique des langues, mais aussi de celles en linguistique et en sociolinguistique comme en témoignent encore aujourd’hui la vitalité́ et la taille de ce laboratoire rassemblant plus de 90 membres et une soixantaine de doctorants.

8Le Lidilem réunit dans son sigle ce qui était déjà cher à Louise Dabène : la transversalité des problématiques traversant le champ de l’enseignement/apprentissage des langues maternelles et étrangères. L’unité et la spécificité du laboratoire résident dans un intérêt partagé pour l’étude des usages et des représentations linguistiques, en lien ou non avec les situations d’apprentissage et d’enseignement des langues (formel ou informel) et les types d’enseignement (présentiel, à distance, hybride). Ouverts sur la Cité, les membres du Lidilem mènent ainsi leurs recherches en étant attentifs aux enjeux sociétaux des pratiques langagières et de leur transmission dans une société globale marquée par la diversité linguistique. C’est ainsi que les travaux menés au sein du Lidilem relèvent de plusieurs domaines des sciences du langage et de la didactique des langues, en particulier, et s’inscrivent dans quatre axes qui structurent ce laboratoire : le premier vise un double objectif de description et de modélisation, dans une démarche empirique résolument ancrée dans la perspective d'une linguistique de corpus outillée ; le second est centré sur les dispositifs, les pratiques d’enseignement, la formation des enseignants et les processus d’apprentissage, que ceux-ci soient formels ou informels ; le troisième étudie l’acquisition des langues premières et secondes en relation avec le contexte et enfin, le quatrième regroupe des actions qui ont comme point commun d’analyser des phénomènes socio-langagiers en contexte, qu’ils soient de nature linguistique, discursive, interactionnelle, multimodale ou encore représentationnelle/idéologique (https://lidilem.univ-grenoble-alpes.fr/​).

  • 3 La revue publie deux numéros par an et a rendu, depuis 2017, tous les numéros en accès libre et int (...)

9Toujours sous l’impulsion de Louise Dabène, voit le jour en 1989 la revue Lidil3 comme support à la publication et à la diffusion des recherches en didactique des langues. Elle en devient rédactrice en chef, et le restera jusqu’en 1998, date qui marque son départ à la retraite.

10En lien avec le Lidilem depuis toujours, l’Acedle (https://acedle.org) a été fondée en 1987 (officialisée le 14 novembre 1989) grâce aux efforts concertés d’une petite équipe d’aficionados autour de Louise Dabène, qui en a été présidente de 1987 à 1999. Comme son nom l’indique, cette association a été envisagée comme un espace d’échanges, de dialogues et de réflexions scientifiques sur la didactique de différentes langues, ouverte aux enseignants et aux chercheurs encouragés à se rencontrer et à travailler ensemble. Les colloques réguliers et les publications de l’Acedle ont, par ailleurs, contribué à documenter et à problématiser – sous la plume de Louise Dabène avec d’autres didacticiens engagés – les évolutions du domaine.

11Le projet au fondement de l’association avait pour originalité un projet diversement transversal :

  • transversal aux langues, à la différence d’autres associations, généralement focalisées sur l’enseignement/apprentissage d’une langue particulière ;

  • transversal aux publics et aux situations géographiques et/ou d’enseignement/apprentissage, à la différence d’autres associations, plus spécifiquement constituées autour d’un public et/ou d’une situation spécifique (scolaire notamment) ;

  • transversal aux acteurs, puisque l’association a toujours eu pour vocation de rassembler tous types d’acteurs de la didactique des langues, engagés dans la recherche et la formation des enseignants de/en langues, par-delà̀ leurs statuts dans une perspective articulant recherche, intervention et réflexion ;

  • international, puisque l’association a accueilli et accueille toujours, des chercheurs et des formateurs venus de différents pays européens et extra-européens.

  • 4 https://journals.openedition.org/rdlc/.

12Depuis 1989, l’Acedle s’adresse aux didacticiens, quelles que soient leur épistémologie, leur méthodologie de recherche et/ou leurs manières de concevoir la didactique et/ou la didactologie des langues et s’adresse également aux praticiens, prenant à cœur la question de la diffusion des résultats de recherche sur les différents terrains d’éducation socio-langagière. L’Acedle a œuvré à créer des synergies avec d’autres associations, devenues des « associations amies » mais aussi, et surtout, elle a largement contribué à alimenter la réflexion et les débats en didactique des langues et à former les enseignants et les jeunes chercheurs, par le biais de ses diverses actions : colloques internationaux, colloques de jeunes chercheurs, journées d’études Notions en questions. Sa revue Les Cahiers de l’Acedle créée en 1989 est devenue Recherches en didactiques des langues et des cultures (RDLC)4, dont la particularité a été d’être, dès sa création, intégralement disponible en ligne et gratuite, dans le souci d’un accès libre aux travaux de la recherche du domaine.

  • 5 En tout, ce sont 180 propositions au colloque, 72 communications retenues, plus de 40 propositions (...)

13C’est donc dans cet organe de diffusion, la revue RDLC, que nous avons le plaisir de publier aujourd’hui un florilège des travaux présentés en novembre 2019 lors du colloque « Didactique des langues et plurilinguisme(s) : 30 ans de recherches », regrettant de ne pouvoir donner un espace aux nombreuses propositions reçues5.

14Dans ce deuxième recueil de textes, Danièle Moore s’élance d’abord sur les traces de Louise Dabène et de quelques créatures étranges de la didactique et/du plurilinguisme pour souligner la fécondité des travaux de la première, son audace et son esprit pionnier. Elle montre comment Louise Dabène a traversé des frontières et inscrit ses travaux dans des espaces de continuité interreliés aux plans des pratiques, des représentations/croyances et idéologies, ainsi qu’aux plans épistémologique, éthique et politique. Posant un regard rétrospectif sur les chantiers privilégiés de Louise Dabène, Danièle Moore montre ensuite comment les thématiques qu’elle problématisait s’incarnent dans les recherches actuelles et à venir.

15Isabelle Cros et Dominique Macaire restituent l'engagement associatif de l’Acedle depuis sa création il y a 30 ans et soulignent sa contribution à l’émergence du domaine de la didactique des langues-cultures. Elles mobilisent le discours des membres actuels sur leur association pour illustrer la vitalité du collectif, « sa couleur », son « humanité » et son originalité.

16Marie-Claire Simonin et Nathalie Thamin nous emmènent dans la réalité sociolinguistique des familles mahoraises en Franche-Comté. Enquêter auprès de ces familles en « situation transculturelle et postcoloniale », leur permet d’engager un processus d’interactions entre elles et l’école, processus dont les fruits sont exposés.

17Claire Langanné et Michael Rigolot se mobilisent au sein de leur réseau des professeurs de Français Langue Seconde et de formateurs du CASNAV (Centre académique pour la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs) de l’académie de Besançon pour « munir les démunis », à savoir les professeurs en situation d’accueillir des élèves allophones. Il s’agit de « mieux s’emparer des questions de médiation » dans la perspective inclusive de l’école avec d’une part des groupes de parole, et d’autre part, un appui sur des pratiques numériques.

18Sandrine Escoffier s’intéresse aux modalités d'apprentissage en didactique du français langue étrangère auprès de migrants scolarisés en dispositif UPE2A (Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants) en collège. Elle observe comment l'hétérogénéité est gérée avec des outils et des techniques mais aussi comment apparaissent des processus de co-construction, des ethnométhodes, des rituels et des variations transformés, révélant une « didactique invisible ».

19Gabriela Steffen et Audrey Freytag Lauer thématisent des « ilots bilingues » mis en place en Suisse allemande dans le secondaire pour l'enseignement en L2 de disciplines dites non linguistiques. Elles décrivent la meso-alternance ainsi créée pour des ilots de géographie en anglais et d'histoire en français.

20Cécile Poussard s’intéresse au contexte des Langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad) en enquêtant auprès des tuteurs et tutrices d’ateliers de remédiation. Leur point de vue sur le dispositif pédagogique qu’ils animent permet de mettre en lumière les points de convergence et les écarts entre les dimensions « idéelle, fonctionnelle de référence » et celle du vécu des acteurs de la situation didactique.

21Michel Candelier étudie la contribution de l’association française multilingue d’enseignants de langues vivantes APLV à la propagation de points de vue didactiques, qui ont ensuite servi de point d’appui au développement d’idées actuelles dans le domaine de la didactique du plurilinguisme. Ces points de vue ont pu se modifier, les prises de position évoluer à propos d’aspects de la didactique et de la politique éducative des langues, incluant l’éveil aux langues, la didactique intégrée des langues, la diversification de l’offre scolaire en langues, les buts de l’enseignement des langues ainsi que la conceptualisation, au sens de réflexion sur la langue.

22En Nouvelle-Calédonie, Elatiana Razafimandimbimanana, Stéphanie Geneix-Rabault et Véronique Fillol tirent parti de dynamiques plurilingues locales et des « ressources plurisensorielles » de leurs étudiants pour créer des espaces formatifs au sein de l’Université auxquels ils pourront s’identifier afin d’améliorer l’accès à « des sentiments d’accomplissement académique », avec potentiellement des « déclics » personnels, favorisés par la mobilisation de ces liens avec l’environnement sociolinguistique.

23Camille Vorger exemplifie et analyse des alternances codiques mises en voix dans le slam et le « rap lyrique » de Gaël Faye. Elle en explore les potentialités didactiques dans des ateliers d’écriture plurilingues en contexte d’enseignement du FLE, où ce type de créativité « lexico-phaséologique mais aussi sonore, voire corporelle » peut-être mise à profit.

24Quant à Joanna Lorilleux, elle s’appuie sur la figure du Maître ignorant, imaginée par Jacotot au XIXème siècle, dans une expérience formative menée en master de Didactique des langues et des cultures, alors qu’une approche artistique est mise en œuvre. C’est de « levier d’émancipation » dont il est question.

25Mariana Fonseca croise les regards des concepteurs et des usagers de MOOCs, de différents domaines disciplinaires, sous-titrés en plusieurs langues. Elle montre que, aussi bien pour les concepteurs que pour les usagers, le langage est surtout perçu dans sa fonction véhiculaire. Elle invite à réfléchir aux MOOCs à partir d'une perspective plurilingue et contextualisée pour apporter plus de diversité à ces dispositifs et plus de densité et de pertinence aux savoirs qu’ils dispensent.

26Daniel Frost, Alice Henderson, Jordan Wilhelm & Laura Abou Haidar s’intéressent aux problèmes de compréhension dans le contexte académique entre les enseignants non natifs qui enseignent une matière en anglais et leurs étudiants. Leur projet de recherche en cours a pour but d’« améliorer les pratiques pédagogiques en matière d’enseignement de la prononciation et de la compréhension orale » en formation d’enseignants, espérant avoir « un impact positif sur la qualité de l’EMI (English Medium Instruction) » et sur la perception de l’accent dans la communication académique.

27Elisa Ravazzolo, Carole Étienne et Biagio Ursi partent de la conception de ressources pour l’enseignement du français oral et de la linguistique française, effectuée au sein de leur équipe de recherche à Lyon, qui a entre autres développé l’application CLAPI-FLE. Les auteurs montrent comment ces ressources permettent de sensibiliser les apprenants aux différentes composantes d’une interaction orale pour que la compréhension de son organisation et l’acquisition de stratégies de communication soient facilitées.

28Et Érica Sarsur, pour finir le voyage dans ce volume, nous emmène à Belo Horizonte au Brésil où elle a mobilisé dans son travail de thèse des approches plurielles, afin d’ouvrir vers l'inconnu des élèves préadolescents d'un collège public situé dans une favela. Son projet « Lire le monde » basé notamment sur l'éveil aux langues et l'intercompréhension lui a permis de mesurer des retombées positives, notamment au plan de l’amélioration de l’estime de soi des participants.

29Avec ce deuxième volume, reflet des contributions du colloque « Didactique des langues et plurilinguisme(s) : 30 ans de recherches », le lecteur aura un aperçu complémentaire de la diversité des terrains sur lesquels peut et doit se décliner une didactique des langues vraiment plurielle. Louise Dabène insistait sur la nécessité de « partir du terrain pour revenir au terrain ». Nous espérons que la lecture de ce numéro double permettra d’illustrer tout particulièrement ce repère, parmi tous les repères didactiques et sociolinguistiques qu’elle a construits pour baliser nos chemins de recherche actuels.

30Chantal Dompmartin & Stéphanie Galligani

Haut de page

Notes

1 Notre choix vis-à-vis de l’écriture inclusive est de décliner uniquement ici l’appartenance genrée (les acteurs et les actrices). Dans les articles qui suivent, la liberté à ce sujet a été entièrement laissée aux auteurs et autrices.

2 Expression empruntée au titre de la communication de Daniel Coste présentée lors du colloque.

3 La revue publie deux numéros par an et a rendu, depuis 2017, tous les numéros en accès libre et intégral dès leur parution (https://journals.openedition.org/lidil/).

4 https://journals.openedition.org/rdlc/.

5 En tout, ce sont 180 propositions au colloque, 72 communications retenues, plus de 40 propositions d’articles et au final, 31 articles répartis dans les deux volumes. Nous remercions chaleureusement les 32 membres du comité scientifique pour leur travail d’expertise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Dompmartin et Stéphanie Galligani, « Didactique des langues & plurilinguisme(s) : 30 ans de recherches »Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], 18-3 | 2021, mis en ligne le 30 septembre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/8900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdlc.8900

Haut de page

Auteurs

Chantal Dompmartin

Articles du même auteur

Stéphanie Galligani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Recherches en didactique des langues et des cultures is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License

Haut de page
  • Logo Acedle - Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search