Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Notes de lectureBrigitte Feuillet-Liger et Auréli...

Notes de lecture

Brigitte Feuillet-Liger et Aurélien Rissel (dir.), Corps et religion. Panorama international

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021
Marie Féméli
p. 152-154
Référence(s) :

Brigitte Feuillet-Liger et Aurélien Rissel (dir.), Corps et religion. Panorama international, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 321 p.

Texte intégral

1Cette riche étude menée sous la direction de Brigitte Feuillet-Liger et d’Aurélien Rissel apporte un bel éclairage quant au « vaste » sujet des rapports au corps et aux religions (p. 295). Le corps qui touche à l’intimité des individus se singularise par son rôle central au sein des religions. Or, la place accordée à celles-ci tombe sous le joug des autorités étatiques. La question est alors de déterminer le degré de régulation de la religion par l’État et la légitimité de son intervention sur le « corps-façade » et le « corps-intégrité » (p. 48). Le choix a été fait d’opter pour une approche « internationale » dans l’objectif de tendre vers « une certaine rationalité » (p. 295). Les États sujets de l’étude n’effectuent pas de distinctions entre les différentes religions à l’exception de l’Égypte, voire de la Belgique au regard des vestiges de son « consociationalisme » (p. 44).

2Les autorités étatiques garantissent la liberté religieuse qui peut être unie à trois modes de fonctionnement. Il peut s’agir d’une séparation des Églises et de l’État pour laquelle ont opté, notamment, quelques cantons suisses, le Japon, l’Italie en dépit d’une histoire marquée par une forte prégnance de la religion catholique (p. 297), le Brésil et la France. La conception stricte de la séparation des autorités étatiques et religieuses au sein de ce dernier pays tend à le rapprocher de la vision d’Aristide Briand d’un État « a-religieux » (p. 297). La reconnaissance des religions s’opère dans des pays caractérisés par l’absence de séparation des Églises et de l’État. La Tunisie, Israël et dans une certaine mesure l’Angleterre s’inscrivent dans ce cadre. D’autres États entretiennent quant à eux une position ambivalente (p. 299). Il en va ainsi du Canada, des États-Unis et de la Grèce. Néanmoins, cette catégorisation n’expose que de façon imparfaite la réalité des pratiques et la pluralité des systèmes juridiques. Les pays qui réalisent cette séparation ne l’appliquent que partiellement, quand la religion n’« imprègne pas le droit positif » (p. 300). Les pays qui a contrario s’abstiennent d’effectuer une séparation « s’éloignent substantiellement des prescriptions religieuses dans certains domaines » (p. 300-310). L’adaptation du système juridique va alors se traduire dans l’appréhension du « corps-apparence » (p. 55) et du « corps-intégrité » (p. 47).

3Le contentieux lié à l’apparence du corps a trait majoritairement au port du voile islamique tant en Occident qu’en Orient. Les exemples turc (p. 221-222) et tunisien (p. 159-160) sont à cet effet parlants. Les solutions rendues par les différentes juridictions quant à son admission ne sont pas univoques quand bien même elles sont prises sur un même fondement. Ces hésitations concernent dans une moindre mesure le port du turban des sikhs ou du poignard rituel – le kirpan au Canada (p. 176) et aux États-Unis (p. 192).

4Le contentieux relatif au corps-intégrité qui vise quant à lui le refus d’actes pratiqués sur le corps met en exergue la problématique de l’atteinte à l’intégrité physique et de l’autonomie de la volonté. La pratique de la circoncision rituelle est d’autant plus révélatrice qu’elle s’effectue largement sur des mineurs. Les États qui ont officiellement pris position sont rares alors qu’elle existe dans nombre d’entre eux. Or, elle implique, au-delà de la question de l’atteinte à l’intégrité, l’absence de consentement du principal intéressé. L’intervention est de surcroît « irréversible » et non dénuée de « risques » (p. 307) en dépit de ses vertus « prophylactiques » (p. 308). La circoncision est en outre parfois étrangère à un motif religieux et pratiquée sous l’effet de la pression sociale comme en Turquie (p. 225). Elle semble cependant être considérée comme licite par les magistrats en France alors que le pays est réputé pour appliquer une séparation stricte des Églises et l’État (p. 82). L’autonomie de la volonté peut ainsi prendre le pas au point de justifier aux États-Unis l’excision, considérée comme une mutilation sexuelle par presque l’ensemble des autres États (p. 310).

5L’autonomie de la volonté est également centrale dans l’arbitrage juridique relatif à l’admission du refus des transfusions sanguines par les Témoins de Jéhovah. Les positions divergent là encore. La volonté est supérieure en Allemagne, au Canada, en Belgique et aux États-Unis face à un majeur capable. L’urgence vitale peut prendre le pas sur la volonté, en France, en Suisse, et en Angleterre. Le droit à la vie est, quant à lui, considéré comme supérieur au Chili, au Brésil et en Chine. Il est également surprenant de constater que l’accès à la contraception, la pratique de l’IVG, de la PMA et de la GPA peuvent être tolérés en l’absence de séparation des Églises et de l’État (p. 236-244) alors qu’elle est parfois condamnée par l’autorité religieuse (p. 166).

6Il semble alors plus adéquat de classifier les États en fonction de leur degré d’adaptation. Il est ainsi possible de distinguer les États libéraux qui n’interfèrent qu’« en dernier recours » (p. 313), à savoir le Canada, l’Angleterre, voire l’Allemagne. Les États qui ont opté pour un fonctionnement « directif » se divisent en deux groupes au regard de l’objectif poursuivi (p. 315). Les premiers, tels que l’Égypte, la Tunisie et la Turquie, cherchent à se conformer aux « préceptes rituels ou religieux » (p. 315). Les seconds, comme la Belgique, la Suisse, la France et la Chine, agissent afin de répondre à la « nécessité » de « la vie en société » (p. 315). En définitive, le constat opéré au terme de cette étude demeure celui d’un inextricable décalage entre la règle de droit et la pratique (p. 316).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Féméli, « Brigitte Feuillet-Liger et Aurélien Rissel (dir.), Corps et religion. Panorama international »Revue du droit des religions, 14 | 2022, 152-154.

Référence électronique

Marie Féméli, « Brigitte Feuillet-Liger et Aurélien Rissel (dir.), Corps et religion. Panorama international »Revue du droit des religions [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rdr/1979 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdr.1979

Haut de page

Auteur

Marie Féméli

ATER en droit public, Université de Perpignan Via Domitia, Centre du droit économique et du développement (CDED)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search