Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Notes de lectureRod Dreher, Résister au mensonge....

Notes de lecture

Rod Dreher, Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents

Perpignan, Artège, 2021
Philippe Ségur
p. 158-159
Référence(s) :

Rod Dreher, Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents, Perpignan, Artège, 2021, 220 p.

Texte intégral

1Après un ouvrage remarqué (Le pari bénédictin, Artège, 2017), l’écrivain et journaliste Rod Dreher s’attache, dans cet essai, à analyser l’impact social et religieux du wokisme, courant de pensée qui se définit comme le fait d’être conscient des injustices et de l’oppression systémique dont seraient victimes certaines minorités. L’auteur constate que « les élites et les grandes institutions abandonnent le libéralisme à l’ancienne, fondé sur la défense des droits individuels, pour le remplacer par un credo progressiste dans lequel l’objet de la justice n’est pas l’individu, mais le groupe » (p. 11). Ceci est vrai pour les Églises qui paraissent dépassées par ce nouvel égalitarisme fondé sur un primat hédoniste et promouvant les notions de diversité, d’inclusivité et d’équité. Quelquefois clergé et croyants apparaissent même gagnés à sa cause au point de donner naissance, selon la formule d’Aldous Huxley, à « un christianisme sans larmes », lequel se révèle une dangereuse acculturation pour l’anthropologie chrétienne.

2Flattés dans leur narcissisme, éduqués à une sensibilité victimaire, les individus sont invités à s’identifier à des communautés ethniques, sexuelles ou autres, et à adhérer à une vision morale du monde résultant d’une dynamique de pouvoir entre les divers groupes sociaux. Cependant, du point de vue chrétien, « réduire l’individu à son statut économique, à sa race, à son sexe ou à sa sexualité est […] contraire à la vérité, donc fondamentalement injuste » (p. 80). Selon l’auteur, la religion chrétienne s’en trouverait objectivement marginalisée, car l’ensemble des institutions – administrations, médias, universités – se feraient aujourd’hui les relais de cette révolution culturelle. Le capitalisme lui-même y adhérerait comme l’atteste la réception par le monde du travail de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) avec laquelle les départements des ressources humaines seraient devenus « des commissariats de justice sociale » qui intègrent le wokisme au coût des affaires (p. 88).

3Dans une société atomisée, empreinte de solitude, de défiance et de transgressions, le pouvoir gagnerait alors à entretenir, voire à susciter cette division sociale pour mieux contrôler les populations. Ainsi se mettrait en place le Pink Police State, décrit par James Poulos : un État dans lequel les citoyens accepteraient de troquer leurs droits contre la garantie de la satisfaction de leurs plaisirs individuels. Ceci permettrait de comprendre le rétrécissement observable du sanctuaire de la vie privée et la régression de la liberté d’expression sous la pression de « crimes de pensée » tels que homophobie, islamophobie, transphobie, grossophobie, etc., tandis que la voie serait ouverte à l’instauration du capitalisme de surveillance évoqué par Shoshana Zuboff.

4En se fondant principalement sur l’histoire de l’oppression de la religion chrétienne dans les régimes communistes d’Europe de l’Est, Rod Dreher entend alors alerter sur la montée d’un totalitarisme soft qui s’avancerait sous couvert de justice sociale et de protection des victimes tout en pratiquant l’injonction, l’inquisition et la logique du bouc émissaire. Le totalitarisme s’étant partout « attelé à détruire l’essence de l’homme » (H. Arendt), l’auteur propose, pour finir, un viatique qui permette aux chrétiens de résister à cette lame de fond. Si cet ouvrage grand public se fait l’écho de quelques analyses historiques et critiques intéressantes, le juriste pourra toutefois regretter que la question centrale du conflit entre la liberté religieuse et la non-discrimination des minorités, notamment sexuelles, soit à peine abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Ségur, « Rod Dreher, Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents »Revue du droit des religions, 14 | 2022, 158-159.

Référence électronique

Philippe Ségur, « Rod Dreher, Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents »Revue du droit des religions [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rdr/2005 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdr.2005

Haut de page

Auteur

Philippe Ségur

Professeur de droit public, Université de Perpignan Via Domitia, Centre du droit économique et du développement (CDED)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search