Navigation – Plan du site

20 | 2019 – Les résultats des recherches en didactique des sciences et des technologies : quelle validité et à quelles conditions ?

Date limite de réception des articles : 17 septembre 2018

Dossier

Les résultats des recherches en didactique des sciences et des technologies : quelle validité et à quelles conditions ?

Coordonné par Cécile de Hosson et Christian Orange

La recherche en didactique des sciences et des technologies est-elle fiable ? Cette question, loin de concerner les seuls travaux des chercheur.e.s en didactique des sciences, anime l’ensemble des sciences humaines et sociales dont la légitimité scientifique se voit régulièrement remise en cause. Elle se pose de manière particulière pour les recherches en éducation dont certains attendent qu’elles fassent leurs preuves en produisant des solutions « qui marchent », des exemples éprouvés de « bonnes pratiques » à suivre. En écho à ces attentes, le monde éducatif anglo-saxon se voit investi depuis près vingt ans par un courant de recherche en quête de preuve, l’evidenced-based education – EBE ou éducation fondée sur la preuve, dont l’ossature épistémologique s’offre en réponse à l’injonction probatoire. Issue à l’origine du domaine médical, l’EBE valorise des approches quantitatives indissociables d’essais contrôlés randomisés, et la recherche de causalités. Conscient des risques positivistes de telles méthodes, Develay a tôt mis en garde contre les risques de « glissements induits par la volonté de réduire les variables, de neutraliser le contexte et de focaliser le regard sur des processus étroits pour s’assurer davantage de scientificité ».

Pourtant, ébranlés par les médiocres résultats des élèves aux dernières évaluations scientifiques PISA, les pouvoirs publics français réclament des solutions « fondées sur la science ». La France n’échappe donc pas à l’engouement international pour des recherches en éducation engageant des méthodes scientifiques rigoureuses et produisant des résultats irréfutables, à l’image de ce que produisent les sciences dites « dures ». À ce titre, les sciences cognitives et les neurosciences sont souvent citées comme le modèle à suivre en la matière et occupent de plus en plus l’espace médiatique et politique lorsqu’il est question d’éducation, reléguant les sciences de l’éducation et la recherche en didactique à des discours théoriques inaudibles et sans fondement empirique rigoureux.

De telles affirmations relèvent d’une méconnaissance ou d’une incompréhension des objets, enjeux et méthodes qui fondent la recherche en didactique ; à moins qu’il ne s’agisse que d’un moyen pour prendre une place dominante dans les recherches en prenant appui sur le scientisme et l’applicationnisme de la pensée commune. Mais si nous voulons dépasser ces idées, elles obligent les didacticien.ne.s à une réflexion épistémologique et peuvent être l’occasion d’un éclairage renouvelé sur le statut, la légitimité et la fiabilité des résultats de leurs travaux.

Rappelons que la didactique s’est construite en France sur un certain nombre de refus méthodologiques : celui des méthodes externes à la classe (questionnaires, entretiens, tests, etc.), car elles ne peuvent saisir la complexité de ce qui se joue dans les relations didactiques et celui des méthodes expérimentales fondées sur une comparaison des résultats de groupes expérimentaux et de groupes témoins qui n’accèdent pas au cœur des raisons du fonctionnement ou du dysfonctionnement. Et quand Johsua discute de ce qu’est un résultat en didactique, il écrit : « Un “résultat” en didactique est un bloc qui comprend des analyses de données empiriques saisies dans un cadre théorique explicatif, et c’est ce bloc, et lui seul, qui est doté éventuellement d’une certaine stabilité dans des contextes semblables. »

Qu’en est-il aujourd’hui de la didactique des sciences et des technologies ?

Le but du dossier thématique de ce numéro de RDST est l’occasion de revenir sur la question posée par Astolfi il y a plus de vingt ans : « Qu’est-ce que “valider” en didactique ? ».

Pour ce numéro, nous attendons des articles soumis qu’ils éclairent la question du travail de la preuve, qu’ils traitent de la question de la fiabilité/de la validité et de la robustesse des résultats produits. Compte tenu de la grande variété des entrées et des méthodes possibles, les auteur.e.s pourront appuyer leurs propositions sur les questions suivantes :
– Comment les travaux donnent-ils force probatoire ?
– Que valide-t-on ? Des résultats ? Des méthodes ? Des techniques ? Des théories ?
– Finalement, quel est le rôle des approches/méthodes quantitatives et qualitatives en didactique des sciences et des technologies ? Quel statut épistémologique y prennent notamment les études de cas ?
– Compte tenu des modes de validation retenus, quels rôles peuvent avoir les résultats des recherches en didactique des sciences et des technologies.

Modalités de soumission

Date limite de réception des articles : 17 septembre 2018

Les propositions devront être adressées par courrier électronique à l’adresse : revue.rdst@ens-lyon.fr ; il vous sera retourné un accusé de réception.

Voir le document «  Consignes aux auteurs » http://rdst.revues.org/634 pour les consignes générales et techniques.

Varia

La revue reçoit toute l’année des propositions d’articles de varia dans son champ de recherche. Ces propositions qui peuvent être, soit des articles de recherche, soit des comptes rendus d’innovation, sont à envoyer à l’adresse revue.rdst@ens-lyon.fr

  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals