Navigation – Plan du site
Varia

Les raisonnements classificatoires de futurs enseignants de SVT sur le groupe des végétaux

Preservice biology teachers’ classificatory thinking about plants
Robin Bosdeveix
p. 57-92

Résumés

Cette recherche porte sur le raisonnement classificatoire d’étudiants en master, futurs professeurs de sciences de la vie et de la Terre. La pluralité des classifications biologiques (fonctionnelle et phylogénétique) est mise au travail avec l’exemple des végétaux dans le cadre d’une reconstruction didactique fondée sur l’histoire des sciences. L’activité de problématisation des étudiants est étudiée grâce à une analyse argumentative dans des moments de débat portant sur une sélection d’articles scientifiques et de sources historiques primaires. Cette étude a révélé une difficulté à articuler les différentes situations de classification avec leurs logiques spécifiques. Le débat concernant la définition des végétaux dans une approche cladistique a donné lieu à un épisode fortement argumentatif. Cet épisode a conduit les étudiants à délimiter le champ des possibles et à construire des nécessités : redéfinir le terme de végétal à la lueur de l’arbre phylogénétique actuel ou abandonner le terme de végétal, en raison du polyphylétisme des Eucaryotes photosynthétiques. Au cours du débat, la mise en jeu d’une pensée essentialiste a constitué un obstacle à la construction de ces nécessités pour plusieurs étudiants. Cette recherche ouvre des perspectives concernant notamment les relations entre les activités de classification et de définition, ainsi que sur l’accompagnement de sources historiques primaires pour un usage didactique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Yann Lhoste et Stéphane Schmitt, directeurs de la thèse qui a donné lieu à cet article, ainsi que les deux experts de RDST dont les suggestions ont permis d’améliorer la qualité de ce texte. Nos remerciements vont également à Vincent Chassany, qui a animé la séance de biologie, ainsi qu'à Martine Pernodet et Nathalie Octo ayant piloté la séance d’anglais.

Introduction

1Nous cherchons à comprendre les raisonnements classificatoires de futurs enseignants de sciences de la vie et de la Terre (SVT) engagés dans un dispositif de formation qui repose sur une reconstruction didactique fondée sur l’histoire des sciences. Dans ce dispositif, l’analyse d’articles scientifiques et l’étude historique de sources primaires sont envisagées comme un levier pour l’apprentissage conceptuel. La pluralité des classifications biologiques est mise au travail avec l’exemple du groupe des végétaux, particulièrement adapté en raison de la polysémie du concept de végétal selon les classifications (fonctionnelle et phylogénétique).

2Après avoir rapidement indiqué le contexte et les enjeux de la recherche, nous présenterons le dispositif expérimental mis en place auprès d’étudiants de master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) parcours SVT et la méthode de traitement des données. Nous pourrons alors dégager les principaux raisonnements classificatoires des étudiants face au concept de végétal.

1. Contexte et enjeux de la recherche

3Classer le vivant est un objet d’étude scientifique que l’on retrouve à tous les niveaux de la scolarité. Travailler sur les raisonnements classificatoires des futurs enseignants constitue donc un enjeu de formation important, qui a déjà donné lieu à publication, notamment chez de futurs professeurs des écoles (Orange Ravachol & Ribault, 2006) dans le registre phylogénétique. Nous proposons ici d’envisager l’articulation de différents registres explicatifs.

4Après avoir rappelé rapidement les enjeux scientifiques des classifications, nous montrerons comment travailler les classifications des végétaux avec des étudiants permet également d’interroger leurs représentations du concept de végétal. Nous pourrons alors formuler nos questions de recherche.

1.1. Les classifications biologiques et l’exemple du groupe des végétaux : quelles difficultés pour les étudiants ?

1.1.1. Les classifications

5Classer est à la fois une activité quotidienne et une activité scientifique. Elle permet de s’y retrouver dans la vie de tous les jours et d’embrasser une diversité d’objets ou de phénomènes en leur donnant une cohérence synthétique. Les classifications biologiques sont le fruit de l’histoire sociale et culturelle de communautés de spécialistes. Établir une classification implique de faire des choix qui justifient la nature des attributs ou propriétés utilisés pour établir des regroupements. Plurielles, les classifications se distinguent suivant le cahier des charges, qui correspond à l’usage que l’on veut en faire, au type de problème auquel elles répondent (Deleporte, 2014 ; Lecointre, 2008 ; Lhoste & Le Marquis, 2016 ; Mayr & Bock, 2002).

6Sur le plan historique, les premières classifications sont de type utilitaire (Lecointre & Le Guyader, 2001). Elles visent à répondre à des problèmes pragmatiques : comment ne pas confondre une plante médicinale avec une plante toxique par exemple. Nous nous focaliserons dans cette recherche sur les classifications scientifiques, possédant une visée explicative, puisque « construire une classification scientifique, c’est donc s’installer dans une explication du monde vivant » (Orange Ravachol, 2007, p. 53). Les deux approches fonctionnelles et phylogénétiques de la classification du vivant sont en relation avec les deux dimensions distinctes et cependant complémentaires de la biologie (Mayr, 1989), qui est à la fois une science fonctionnaliste et une science historique. La première cherche à comprendre le fonctionnement des êtres vivants, la seconde l’histoire évolutive des organismes. Les classifications étant plurielles, la recherche d’une unique classification du vivant est un mythe qui gomme la diversité des problèmes biologiques auxquels la pluralité des classifications répond, et qui aplatit les spécificités des caractères utilisés et des logiques propres à chacune (Deleporte, 2014), logiques que nous détaillerons ultérieurement. Notre recherche se focalise donc sur la pluralité des classifications en choisissant d’étudier le groupe biologique des végétaux. Nous entendons à présent expliquer en quoi l’exemple des végétaux nous paraît particulièrement adapté pour mettre en relation les différents systèmes classificatoires.

7Les végétaux, comme les animaux ou tout autre groupe biologique, désignent des concepts scientifiques qui n’ont de sens qu’au regard des problèmes auxquels ils répondent. Il n’en existe pas une unique acception puisque le groupe des végétaux présente un contour variable selon le type de classification. De plus, ce concept a profondément évolué avec l’histoire des sciences et en particulier l’histoire de la systématique. Examinons successivement la nature du groupe des végétaux selon les deux types de classification scientifique fonctionnelle et phylogénétique.

1.1.2. Les végétaux comme groupe fonctionnel

8L’étude de la nutrition des êtres vivants permet de constituer un groupe réunissant les êtres vivants qui, par photosynthèse oxygénique, produisent leur propre matière organique à partir de matière minérale en convertissant l’énergie lumineuse. Ce groupe correspond aux végétaux, au sens fonctionnel du terme. Ce mode de nutrition confère à ces organismes un rôle essentiel dans les écosystèmes, celui de producteurs primaires à la base des réseaux trophiques. Pris dans cette acception fonctionnelle, les végétaux ne comprennent pas les champignons, non photosynthétiques, mais ils incluent les cyanobactéries (également appelées « algues bleues ») qui réalisent le même type de photosynthèse oxygénique. Le concept fonctionnel de végétal désigne alors une stratégie trophique (Selosse, 2008) et permet de répondre à des problèmes physiologique (de type nutritionnel) et écologique.

1.1.3. Les végétaux dans la classification phylogénétique actuelle

9Sur un plan phylogénétique, les végétaux définis fonctionnellement par le partage de la photosynthèse ne forment pas un groupe valide mais constituent un groupe polyphylétique, à savoir plusieurs lignées non étroitement apparentées, ne partageant pas un ancêtre commun exclusif. L’arbre phylogénétique (cf. figure 1) montre que les groupes photosynthétiques (encadrés) appartiennent à différentes branches de l’arbre du vivant.

Fig. 1 : arbre phylogénétique du vivant, modifié à partir de Adl et al. (2012) et Burki (2014)

Fig. 1 : arbre phylogénétique du vivant, modifié à partir de Adl et al. (2012) et Burki (2014)

10Les analyses phylogénétiques révèlent que la photosynthèse, réalisée au sein des plastes chez les Eucaryotes, est convergente, c’est-à-dire apparue plusieurs fois au cours de l’évolution (Keeling, 2013). Ainsi le traditionnel règne végétal n’existe plus. Face à ce constat, le terme « végétal » n’a plus d’usage dans un contexte phylogénétique, à moins de restreindre le groupe des végétaux à une seule lignée monophylétique de l’arbre du vivant. Il peut s’agir du groupe Archaeplastida, nommé « lignée verte » par certains auteurs (Lecointre & Le Guyader, 2001), ayant acquis un plaste à deux membranes par endosymbiose primaire. Il peut également s’agir d’un groupe plus restreint, tels que les Chlorobiontes également nommés Viridiplantae et formés des Chlorophytes et des Embryophytes, sur la base du partage de la chlorophylle a et b. Il est enfin possible de définir au plan phylogénétique les végétaux comme les seuls Embryophytes, qui possèdent un embryon se nourrissant à partir de l’organisme maternel, et qui désignent les plantes terrestres : mousses, fougères, conifères, plantes à fleurs. Dans un contexte phylogénétique, « il faut donc s’entendre sur ce qu’on appelle ‟les végétaux” » (Lecointre, 2010, p. 5).

11Ainsi, suivant le contexte scientifique, le terme « végétal » est utilisé dans des sens différents, auquel s’ajoute le sens commun pour lequel le concept quotidien des végétaux désigne des organismes immobiles et insensibles. Outre cette diversité contemporaine de significations, l’histoire des idées éclaire la polysémie du terme de végétal et permet de mieux saisir l’épaisseur du concept.

1.1.4. Une polysémie du concept de végétal, trace de l’histoire de ce concept

12Durant les deux derniers siècles, la systématique a évolué profondément et avec elle le groupe des végétaux. Si la dualité du vivant, distinguant les règnes animaux et végétaux, a perduré pendant plusieurs siècles, elle n’a cependant pas résisté au développement de la biologie au xixe siècle, marqué par l’essor de la théorie cellulaire et de la théorie de l’évolution. Le questionnement relatif à la place des micro-organismes, aux caractéristiques mi-végétales et mi-animales, a largement contribué à la remise en cause de la vision duale du monde vivant (Sapp, 2009). Dans la seconde moitié du XXe siècle, le développement de la cladistique et l’utilisation de méthodes moléculaires sont responsables de changements importants de la systématique.

13L’histoire de la systématique révèle que le nombre de grandes divisions taxonomiques a varié de façon conséquente. De deux règnes du vivant dans le système linnéen au XVIIIe siècle, ce nombre s’élève à dix règnes dans la classification de T. Cavalier-Smith (1981). La nature du groupe des végétaux, les espèces qu’il englobe et leurs caractères communs diffèrent fortement d’une classification à l’autre, de façon corrélée au nombre de règnes (Bosdeveix, 2016, p. 233). Aussi comprendre les sens successifs accordés au groupe des végétaux nécessite d’étudier les changements de la systématique du vivant ainsi que leurs fondements théoriques et méthodologiques. Différents exemples seront présentés ultérieurement (cf. section 2.1.) par l’analyse des articles de systématique proposés aux étudiants.

14Nous pourrions penser que l’évolution du concept n’a pas laissé de trace particulière aujourd’hui et qu’elle serait sans influence pour les étudiants de biologie à l’université. Pourtant certains systèmes classificatoires ont été fortement popularisés, comme la classification du vivant en cinq règnes proposée par R. H. Whittaker (1969). Dans ce système, les végétaux, nommés Plantae, forment le règne des organismes eucaryotes photosynthétiques multicellulaires. Bien que ce système soit remis en cause, des vestiges de la pensée de ce biologiste existent dans des manuels de biologie actuels, comme l’explique J. Hagen (2012). De plus, nous avons pu montrer dans une précédente étude par questionnaire (Bosdeveix, Regad & Lhoste, 2013) que des étudiants, futurs professeurs de SVT, mobilisent une conception des végétaux présentant des similitudes avec le groupe des Plantae de Whittaker.

1.1.5. Les difficultés anticipées au regard d’une précédente enquête et les enjeux de formation

15L’existence d’une pluralité de conceptions des végétaux, dont plusieurs sont valides scientifiquement dans un contexte donné, nous conduit à dégager un enjeu majeur de formation : construire une polysémie réfléchie du concept de végétal en relation avec la pluralité de classifications biologiques. Ce qui implique que les étudiants réussissent à articuler les différentes conceptions des végétaux et identifier leur domaine de validité ainsi que leur contexte d’utilisation.

16L’objectif de la construction d’une polysémie réfléchie est à confronter avec les résultats d’une recherche antérieure mettant en jeu un questionnaire (Bosdeveix, Regad & Lhoste, 2013). Cette étude a permis de mettre au jour la difficulté de nombreux étudiants, futurs enseignants de SVT, à associer un type de classification (fonctionnelle ou phylogénétique) avec le mode de raisonnement qui lui est spécifique.

1.2. Problématique et questions de recherche

17Notre étude vise à caractériser le raisonnement classificatoire des étudiants préparant le CAPES SVT dans le cadre du master 1 MEEF. Nous souhaitons réaliser cette étude dans le cadre d’un débat relatif aux différentes classifications biologiques et aux conceptions des végétaux en relation avec chaque système classificatoire. Plus précisément, nous entendons caractériser les raisonnements et les difficultés des étudiants relativement aux principes spécifiques des différentes classifications biologiques et des difficultés documentées ci-dessus.

18Dans le cadre théorique qui est le nôtre, celui de l’apprentissage par problématisation (Fabre & Orange, 1997 ; Orange, 2002), accéder au raisonnement des étudiants implique d’analyser leur activité de problématisation, c’est-à-dire la façon dont ils explorent et délimitent « le champ des possibles pour les solutions » (Orange, 2012, p. 132). Le dispositif de formation dans lequel prend part le débat entre étudiants relève du cadre méthodologique de la reconstruction didactique fondée sur des matériaux historiques, proposé par C. de Hosson (2011). L’usage de matériaux historiques dans la reconstruction didactique y est explicite. Postulant que l’histoire des idées pourrait constituer un levier didactique pour percevoir la multiplicité d’usage du concept de végétal en relation avec les différentes classifications, nous tenons à ce que les étudiants travaillent à partir de matériaux historiques explicites. De plus, des recherches s’intéressant à l’usage didactique de la littérature scientifique primaire (par exemple Koeneman, Goedhart & Ossevoort, 2013) mettent en avant le rôle de ce type de littérature pour accéder aux pratiques épistémiques en science et étudier la manière dont les scientifiques construisent leur argumentation. Aussi le raisonnement classificatoire des étudiants sera étudié dans des moments de débat portant sur une sélection d’articles scientifiques à travers les argumentations mises en œuvre qui jouent un rôle central joué dans la construction des explications (Buty & Plantin, 2008). Étudier l’argumentation des étudiants en classe pourra nous donner accès à la manière dont ils justifient leurs explications, ainsi qu’à la dynamique de la problématisation.

19Nos questions de recherches sont alors les suivantes. Comment les étudiants articulent-ils les différentes situations de classification avec leurs logiques spécifiques ? Autrement dit comment différencient-ils les principes spécifiques des classifications fonctionnelles de type écologique et phylogénétique ? Formulé en terme de problématisation, quelle est la nature des problèmes construits par les étudiants concernant le groupe des végétaux dans des articles scientifiques mobilisant différents types de classifications biologiques ? Existe-t-il des écarts entre la problématisation de référence développée par les auteurs des articles étudiés par les étudiants et celle qui est construite par les étudiants à propos de ces mêmes articles ? Si oui comment peut-on les interpréter ? D’éventuels écarts de problématisation pourraient en effet donner à voir le raisonnement des étudiants et en particulier la mise en jeu d’obstacles.

2. Le dispositif de formation, support au recueil de données

20Au regard de l’importance que nous accordons, dans le dispositif de recueil de données, aux articles étudiés et aux raisonnements classificatoires qu’ils concrétisent, nous expliciterons, dans un premier temps, les raisons qui fondent les choix des articles sélectionnés. Dans un second temps, nous présenterons le dispositif de formation vécu par les étudiants.

2.1. Choix des articles

21Compte tenu de la polysémie du concept de végétal et de sa relation avec les différents types de classification, nous avons retenu deux types d’articles. Le premier se situe dans le champ de l’écologie où la classification fonctionnelle est présente implicitement. Le second type porte sur la systématique des Eucaryotes et permet d’envisager l’évolution historique du groupe des végétaux. La classification y est explicite puisque c’est l’objet de la recherche.

2.1.1. Articles d’écologie et classification fonctionnelle

22L’étude de l’article d’écologie (Sabine, 2014) vise à faire comprendre que les différents modes de nutrition permettent d’établir plusieurs groupes d’organismes en fonction de la place qu’ils occupent dans les réseaux trophiques et donc dans les cycles de la matière. En effet, construire un cycle biogéochimique implique d’élaborer une classification fonctionnelle, outil pour penser les transferts d’un réservoir à un autre selon les processus biochimiques impliqués.

  • 1 « Le CO2 est prélevé depuis l'atmosphère et transformé en matière végétale par la photosynthèse » (...)

23Comme l’enjeu pour les étudiants se situe dans la mise en relation d’un cycle écologique avec une classification fonctionnelle et ses conséquences sur la conception des végétaux, seul un paragraphe de l’article est sélectionné comprenant un schéma fonctionnel sur lequel les flux de carbone sont représentés entre les différents réservoirs. La citation ci-après permet de comprendre que la photosynthèse est la ressemblance fonctionnelle conduisant au regroupement des organismes assurant une même fonction dans le cycle du carbone : « CO2 is removed from the atmosphere and turned into plant material through photosynthesis » (ibid., p. 1)1.

24Afin d’expliciter davantage la diversité des organismes regroupés au sein des végétaux dans une conception fonctionnelle, nous pensons intéressant d’ajouter un second extrait d’article développant cet aspect, sachant que l’article de Sabine (2014) ne présente pas les organismes inclus dans le groupe nommé végétaux. C’est la fonction de l’article sur le plancton, issu de l’Encyclopédie Universalis (Gasparini, n.d.). Il mobilise une dichotomie classique entre animaux et végétaux en distinguant zooplancton et phytoplancton. Le critère qui permet l’élaboration de ces deux groupes est fonctionnel : « le mode de vie ». La fraction végétale du plancton est regroupée selon la photosynthèse. Les cyanobactéries sont indiquées comme explicitement végétales.

2.1.2. Articles portant sur la systématique des Eucaryotes et classification phylogénétique

  • 2 Whittaker a une ambition évolutive mais ne construit pas une classification phylogénétique, accept (...)

25Trois articles majeurs du XXe siècle sont retenus pour permettre aux étudiants de construire les raisons de l’évolution du groupe des végétaux par l’analyse des problèmes auxquels se sont attaqués plusieurs systématiciens ainsi que le type de caractères étudiés et de méthodes classificatoires. Le nombre d’articles de systématique a été limité à trois pour des raisons pratiques de durée de la séquence. Les articles sont ceux de Whittaker (1969), Cavalier-Smith (1981) et Burki (2014). Ils balaient quarante-cinq ans de systématique : il s’agit donc d’une histoire très contemporaine de la systématique qui s’inscrit dans le paradigme évolutionniste2.

Fig. 2 : raisons majeures du choix des trois articles de systématique des Eucaryotes (détails en annexe 1)

Fig. 2 : raisons majeures du choix des trois articles de systématique des Eucaryotes (détails en annexe 1)
  • 3 « The use of nutritional adaptive zones as the basic criterion (Whittaker, 1969, 1977) leads to a (...)
  • 4 « When I first argued that the kingdoms of life needed reclassifying on phylogenetic principles to (...)

26La classification construite par R. H. Whittaker (1969) nous a semblé incontournable. Sa classification éclectique à cinq règnes consacra la séparation des champignons des végétaux sur la base du mode de nutrition. L’article de T. Cavalier-Smith (1981) donna lieu à l’éclatement du règne végétal. Unique jusque-là, le règne végétal est scindé en quatre règnes indépendants dans ce système comportant neuf règnes eucaryotiques, que l’auteur propose de regrouper en cinq ou sept règnes dans une section finale de l’article. Cet article présente l’intérêt de se positionner par rapport aux classifications antérieures, en particulier le système à cinq règnes de R. H. Whittaker, mettant en relief une controverse intéressante à douze ans d’intervalle3. T. Cavalier-Smith rejeta en effet la classification de Whittaker en raison de la nature polyphylétique des règnes qu’il proposait. Pour le travail didactique qui est le nôtre, un des aspects fondamentaux est la position théorique de T. Cavalier-Smith. Il s’inscrit en continuité avec la systématique évolutionniste (ou nouvelle systématique), développée à partir de la théorie synthétique de l’évolution par des auteurs comme J. Huxley (1940) ou E. Mayr (1942). Cette école de systématique considère comme valide des grades, ou groupes paraphylétiques, c’est-à-dire des taxons partageant un même niveau évolutif et adaptatif, un même degré de complexité. Ainsi la comparaison entre l’article de T. Cavalier-Smith et celui de F. Burki (2014) permet d’analyser les conséquences de la cladistique (Hennig, 1966) sur l’évolution de la classification phylogénétique. La systématique évolutionniste, acceptant les grades, faisait un usage de l’homologie sans polarisation, c’est-à-dire sans distinguer les états ancestraux et dérivés des caractères. La cladistique a provoqué un renouveau important en proposant un nouvel usage de l’homologie qui aboutit à rejeter les groupes paraphylétiques, basés sur le partage de caractère à l’état ancestral, pour ne retenir que les groupes monophylétiques fondés sur le partage de caractères à l’état dérivé (synapomorphies). Sur un plan historique, il est important d’indiquer que la systématique évolutionniste et la cladistique se sont opposées avec vigueur. E. Mayr, tenant de la systématique évolutionniste, s’est opposé à W. Hennig, en 1974, dans le cadre d’une vive controverse sur la classification cladistique qui marquera durablement l’histoire de la systématique moderne (Fischer & Tassy, 2014). À la suite de Mayr, dans un article de 1998, T. Cavalier-Smith affirma, haut et fort, son opposition à Hennig4.


27Afin de ne pas dénaturer ces trois articles et proposer des sources primaires aux étudiants, nous avons fourni aux étudiants l’intégralité de ces articles. Cependant, pour ne pas imposer un trop lourd travail de lecture des textes écrits en anglais, certains paragraphes jugés hors sujet par rapport à notre problématique ont été indiqués.

2.2. Séquence structurant la reconstruction didactique : les données recueillies

28La reconstruction didactique a été expérimentée avec une promotion de 30 étudiants du M1 MEEF SVT des universités Paris-Diderot et Paris-Est-Créteil (ESPE de l’académie de Créteil). Elle prend place après un cycle d’enseignement sur les thèmes de la classification phylogénétique et de l’écologie. La position tardive de la séquence est nécessaire afin de permettre aux étudiants de remobiliser leurs connaissances écologiques et phylogénétiques dans le contexte de la situation-problème qui est la nôtre. De plus, ces étudiants ont eu en amont des enseignements d’épistémologie et d’histoire des sciences où ils ont analysé des textes historiques. Ils sont donc déjà habitués à un travail d’analyse de textes. Enfin, soulignons que ce sont les professeurs d’anglais du master et de biologie qui ont mis en œuvre les séances d’anglais et de biologie de la reconstruction didactique.

29La figure 3 présente les cinq séances constituant la séquence de notre reconstruction didactique.

Fig. 3 : organisation de la reconstruction didactique en cinq séances

Fig. 3 : organisation de la reconstruction didactique en cinq séances
  • 5 Nous avons utilisé le même questionnaire que celui que nous avions utilisé pour réaliser une enquê (...)

301- La séquence débute par la passation d’un questionnaire sur les végétaux5.

312- La séance d’anglais permet de faciliter le travail de lecture des articles. À la fin de cette séance, les articles sont répartis entre les étudiants travaillant en dyade.

323- Chaque binôme doit analyser les deux extraits d’écologie (classification fonctionnelle) et un des trois articles portant sur la systématique des Eucaryotes (classification phylogénétique, s.l.). La consigne suivante est donnée aux étudiants et leur permet de positionner le problème :

« Dans le questionnaire que vous avez rempli il y a quelques jours, certains d’entre vous ont répondu que la diatomée et l’euglène sont des espèces végétales. D’autres n’étaient pas de cet avis. D’autres encore ne se sont pas prononcés. Vous n’avez pas défini les végétaux de la même manière. À partir des articles scientifiques et des documents proposés, montrer qu’il n’existe pas une unique manière de répondre à cette question. Caractériser les différentes conceptions des végétaux selon les problèmes travaillés. De plus, la place de ces espèces au sein des classifications du vivant a changé au cours du XIXe et XXe siècle avec l’évolution historique des classifications. Vous présenterez comment a évolué le groupe des végétaux dans les différentes classifications biologiques et expliquerez ces changements. Vous justifierez vos propos en citant des extraits des textes proposés afin de pouvoir discuter de votre position lors de la séance ».

33Pour réaliser ce travail, les étudiants sont outillés par une grille d’analyse et une frise chronologique.

34La grille d’analyse élaborée comprend les huit items suivants :
- Objectif(s) de la classification et type de caractères utilisés ;
- Que sont les végétaux dans la classification ?
- Euglène végétale dans la classification ?
- Diatomée végétale dans la classification ?
- Opposition à des classifications antérieures (éléments de controverse scientifique) ;
- Justifications des choix de classification ;
- Usage de l’homologie dans la classification ;
- Méthodologie : quelle méthode est utilisée pour construire la classification ?

35Pour chaque item, les étudiants doivent justifier leur analyse par des citations de l’auteur. Les citations jouent un rôle didactique essentiel puisqu’elles permettent l’étude fine de l’argumentation sans dénaturer les propos du scientifique. Cela devrait également soutenir l’échange entre étudiants durant le travail de groupe pour étayer leurs affirmations et retourner plus rapidement à la source.

36Dans le but d’aider les étudiants à contextualiser chaque article, une frise chronologique leur est distribuée en même temps que les articles à analyser (cf. annexe 2). La frise permet de positionner les connaissances par rapport aux techniques aux théories disponibles au moment de l’écriture des articles.

374- La séance de TD de biologie (de 4 h) est centrale dans la reconstruction didactique. Elle débute par une phase en petit groupe de travail associant des étudiants ayant lu des articles différents, de manière à mettre en commun leur analyse, ce qui permettra ensuite de s’engager dans un débat collectif, divisé en deux phases. La première phase concerne les quatre articles afin de travailler la dualité de classification : fonctionnelle et phylogénétique ; puis la seconde phase laisse de côté la classification fonctionnelle pour se focaliser sur les trois articles de systématique des Eucaryotes afin de travailler les raisons de l’évolution du groupe des végétaux au sein de la classification phylogénétique. La séance est filmée et constitue le corpus de données de cette recherche.

385- La dernière séance consiste en la création d’une carte conceptuelle par binôme et permet de réaliser un bilan de la séquence. Elle ne sera pas présentée dans cet article.

3. Méthode d’analyse

3.1. Description synoptique

39La figure 4 présente la méthode d’analyse des données.

Fig. 4 : méthodologie d’analyse des données

Fig. 4 : méthodologie d’analyse des données

40Le corpus majeur de notre analyse correspond au débat collectif, dont les échanges sont intégralement transcrits avec le logiciel Transana. La transcription est tout d’abord analysée de façon macroscopique en découpant le débat en épisodes thématiques. Un épisode est un regroupement d’unités sémantiques portant sur un même thème. Les thèmes principaux sont abordés successivement au cours du débat selon l’ordre des items de la grille d’analyse d’articles, constituant ainsi la macrostructure du débat. Les épisodes fortement argumentatifs sont identifiés par l’opposition entre différentes thèses. L’analyse microscopique focalise sur les épisodes les plus intéressants au regard de nos questions de recherche. Une analyse épistémologico-langagière permet de dégager les fondements de l’argumentation développée. Concernant les épisodes fortement argumentatifs, l’élaboration de la structure argumentative permet d’en modéliser la dynamique. Afin de mieux comprendre les positions argumentatives des étudiants durant ces épisodes fortement argumentatifs, est identifiée la phase du travail en petit groupe dans laquelle est discutée la thèse faisant l’objet de l’épisode fortement argumentatif (étape 2). L’analyse des échanges durant le travail de groupe préliminaire permet ainsi d’éclairer le débat collectif (étape 3), comme l’analyse du questionnaire (étape 1) qui permet de caractériser les conceptions des étudiants et le type de raisonnement classificatoire avant la séquence.

41Présentons les outils d’analyse mobilisés pour comprendre les argumentations produites par les étudiants.

3.2. Analyses monologale et dialogale de l’argumentation des étudiants

42Nous reprenons ici des outils régulièrement utilisés pour comprendre les processus argumentatifs en lien avec une activité de problématisation (Lhoste, 2008 ; Orange, 2015 ; Orange, Lhoste & Orange Ravachol, 2008).

43Le modèle d’argumentation monologale de S.E. Toulmin (1993) est particulièrement adapté pour comprendre comment est fondée une argumentation scientifique. Dans ce modèle, la conclusion (C) s’appuie sur des données (D). Cette relation s’appuie sur un principe, une règle que Toulmin nomme garantie. Cette dernière repose elle-même sur un fondement (F). Nous cherchons donc à reconstruire les garanties et fondements argumentatifs souvent implicites dans le discours des étudiants.

44Le modèle dialogal proposé par C. Plantin est adapté dans le cas où plusieurs thèses s’affrontent. C. Plantin fonde le modèle qu’il nomme trilogue argumentatif en distinguant trois modalités discursives fondamentales : un discours de proposition ; un discours d’opposition ; une question (Plantin, 1996, p. 12). À ces modalités correspondent trois rôles discursifs (trois actants) : le Proposant tient le discours de proposition, l’Opposant tient le discours d’opposition et le Tiers prend en charge la question.

4. Résultats et discussion

45L’analyse complète des données (Bosdeveix, 2016) nous permet de dégager deux résultats principaux. Le premier est en lien avec les difficultés que nous avions prévues suite à notre première enquête : nous pouvons préciser la nature et les raisons des difficultés rencontrées par les étudiants pour articuler conception du végétal et type de classification. Le second est relatif aux difficultés rencontrées par les étudiants pour raisonner dans un cadre phylogénétique.

4.1. Difficulté à articuler les différentes situations de classification avec leurs logiques spécifiques

4.1.1. Usage de l’homologie

46Nous analyserons successivement les épisodes du débat relatifs à l’usage de l’homologie dans les classifications fonctionnelle puis phylogénétique (s.l.). En effet, le recours à l’homologie (ressemblance héritée d’un ancêtre commun) distingue la classification phylogénétique de la classification fonctionnelle.

47Le tableau 1 présente l’analyse de l’épisode 6 relatif à l’homologie dans l’extrait d’article écologique (Gasparini, n.d.).

Tableau 1 : analyse de l’épisode lié à l’homologie dans l’extrait d’article d’écologie sur le plancton

Locuteur Verbatim Analyse
97 Professeur alors est-ce que l’homologie est utilisée dans cette classification ?

Énoncé du problème du recours de l’homologie dans la classification écologique

98 Thomas B1 on sait pas Modalisation logique : doute
99 Valentino W1 oh non c’est pas explicite Caractère non explicite du recours à l’homologie
100 Florent W1 c’est pas mentionné Caractère non explicite
101 Thomas B1 c’est pas mentionné/après peut-être mais Caractère non explicite + doute
102 Professeur peut-être peut-être pas qu’est-ce que vous en pensez ? est-ce que vous pourriez détailler un petit peu pourquoi est-ce que l’homologie aurait été oui ou non mobilisée dans cette classification ? Demande de positionnement
103 Valentino W1 il regroupe le phytoplancton sous la/photosynthétique donc sous-entendu peut être un organisme ancestral
photosynthétique du coup qui est à l’origine
/mais c’est vraiment
Prise de position sur l’usage de l’homologie
Caractère non explicite + doute
Définition de l’homologie : photosynthèse héritée d’un ancêtre commun
104 Thomas B1 c’est nous qui en tirons c’est Inférence
105 Professeur est-ce que ça c’est sous-entendu est-ce que explicitement ou pas/ce serait bien que les autres groupes se prononcent par rapport à ça qu’on puisse/qu’on puisse trancher de manière Appel au positionnement des autres étudiants
106 Benoît W3 c’est pas explicite je pense que le texte n’est pas assez long pour le coup on ne sait pas s’il a voulu expliquer cette dimension-là on pense que oui [puisque Caractère non explicite
Explication du caractère implicite texte trop court)
Doute
Prise de position sur l’usage de l’homologie
108 Benoît W3 on ne sait pas vraiment s’il se repose là-dessus on pense que oui parce qu’il regroupe tous ces organismes dans la photosynthèse et après c’est/on ne sait pas vraiment s’il se repose là-dessus/c’est pas assez long c’est pas assez explicite pour Doute
Prise de position sur l’usage de l’homologie Si regroupement sur la base d’un caractère, il est nécessairement hérité : principe utilisé pour conclure
Explication du caractère implicite (texte trop court)

Codage utilisé dans la transcription : / : silence ; [ ] : chevauchement entre deux prises de parole ; ? : forme interrogative. ( ) : indication non verbale. Le prénom des étudiants est suivi d’une lettre indiquant l’article de systématique lu (B : Burki ; C : Cavalier-Smith et W : Whittaker) et d’un numéro indiquant le groupe auquel appartient l’étudiant : 1, 2 ou 3. L’annotation du verbatim (à gauche) est destinée à faciliter son interprétation (à droite).

48L’analyse de cet épisode met en relief qu’il n’est pas du tout évident pour les étudiants que l’utilisation de caractères homologues ne soit pas dans le cahier des charges d’une classification fonctionnelle (ici écologique). L’usage répété de modalisateurs logiques de doute (« peut-être », « on ne sait pas ») indique que les étudiants sont hésitants et ne veulent pas répondre de manière affirmative pour valider ou invalider le recours à l’homologie pour définir les végétaux dans les articles écologiques. Le caractère non explicite du recours à l’homologie dans les articles contribue à faire douter les étudiants. L’implicite est attribué au fait que le texte analysé (extraits d’articles) soit trop court et sans références bibliographiques (pour l’article sur le plancton issu d’une source encyclopédique). La nécessité de références pointée par Thomas indique qu’il a conscience de l’importance du positionnement d’un auteur au sein d’une communauté scientifique. Cet épisode témoigne d’une confusion entre les principes des classifications phylogénétique et fonctionnelle. Aucun étudiant n’argumente pour s’opposer à la thèse du recours à l’homologie. Dans cette partie du débat, seul le rôle de proposant est explicitement présent.

49Pour les trois articles de systématique des Eucaryotes, les étudiants n’ont pas eu de difficulté à identifier l’importance du recours à l’homologie dans un contexte clairement évolutif ou phylogénétique. Les étudiants ont su mettre en relation l’importance de l’homologie, citée explicitement dans l’article de R. H. Whittaker, pour établir des groupes monophylétiques. Bien que l’homologie ne soit pas citée explicitement dans l’article de T. Cavalier-Smith, les étudiants associent facilement la volonté de l’auteur de former des groupes monophylétiques avec la nécessité de n’utiliser que des caractères homologues. Il convient de souligner que Thomas accorde à l’homologie le statut d’hypothèse, en décalage avec la méthode mise en œuvre par T. Cavalier-Smith, qui ne distingue pas l’homologie primaire et secondaire comme le ferait la cladistique. Concernant l’article de F. Burki, les étudiants n’ont pas rencontré de difficulté à déceler l’implicite du recours à l’homologie. Cette conclusion est mise en relation avec, cette fois, deux données complémentaires : l’objectif phylogénétique de la classification, mais aussi le recours à l’alignement de séquences moléculaires.

50Un autre élément permet de différencier les raisonnements liés aux classifications fonctionnelle et phylogénétique : les conséquences de la perte secondaire d’un caractère. Étudions comment est problématisée par les étudiants l’absence de photosynthèse chez certaines espèces considérées comme végétales.

4.1.2. Les conséquences d’une perte secondaire

51Le débat portant sur l’article de Cavalier-Smith (1981) a conduit à un épisode intéressant concernant la non-monophylie des végétaux (tels que définis précédemment par R. H. Whittaker). Le tableau 2 permet d’analyser le raisonnement mobilisé par les étudiants en lien avec l’absence de chlorophylle et de photosynthèse. Le modèle d’argumentation monologale de Toulmin (1993) sera mobilisé pour accéder aux fondements de l’argumentation des étudiants.

Tableau 2 : analyse de l’épisode lié à la non-monophylie des végétaux pour Cavalier-Smith

Locuteur Verbatim Analyse
459 Professeur alors que sont alors que sont les végétaux dans cette classification ? Est-ce que vous avez réussi à voir comment il les définissait dans cette classification/ouais (en s’adressant à Manuella qui se porte volontaire pour prendre la parole)
460 Manuella B3 oui euh/donc j’ai dit que/ils sont majoritairement autotrophes mais pas tous donc euh on ne peut pas dire que c’est un groupe monophylétique/si c’est ça Développement d’une thèse
Donnée : les végétaux ne sont pas tous autotrophes
Conclusion : les végétaux ne sont pas monophylétiques
461 Professeur alors majoritairement autotrophes mais comme ils ne le sont pas tous on peut pas dire que c’est un groupe monophylétique
462 Manuella B3 euh/ouais c’est un peu/c’est un peu rapide mais Modalisateur de nuance/d’atténuation du propos (« un peu »)
463 Professeur est-ce que tu peux préciser un peu ce que tu viens de dire
464 Héloïse C3 ils ne font pas tous forcément de la photosynthèse Donnée : les végétaux ne sont pas tous autotrophes
465 Professeur ouais
466 Héloïse C3 donc en ce sens là il ne les classe pas comme un groupe monophylétique/c’est pas un caractère qui pourra/qui pourra les regrouper dans un groupe monophylétique Connecteur logique établissement le lien entre la donnée et la conclusion
Conclusion : les végétaux ne sont pas monophylétiques
Garantie : un caractère doit être partagé par tous les organismes d’un groupe monophylétique
467 Professeur alors est-ce que dans un groupe monophylétique tous les représentants de ce groupe possèdent forcément le caractère/possèdent forcément tous le même caractère ? Questionnement sur la validité de la garantie
468 Thomas B1 (chuchotant au sein de son groupe) non Opposition à la thèse précédente (mais discrète, restant au sein du groupe 1)
469 Valentino W1 (chuchotant au sein de son groupe) non pas forcément Confirmation de l’avis de Thomas par Valentino (au sein du groupe 1)
470 Thomas B1 (chuchotant au sein de son groupe) non des fois/[il peut y avoir des réversions/non je dis des conneries Autre explication : réversion (perte secondaire de la photosynthèse)
Modalisateur de doute
471 Aude C1 il ne peut pas se baser sur/en tous les cas sur le caractère de la photosynthèse qui est celui qu’on voit] souvent chez les végétaux déterminant/comme tous ne le font pas on ne peut pas se baser exclusivement dessus pour créer le groupe monophylétique des végétaux qui selon lui/enfin qui selon lui est le sens qui a un sens dans la phylogénie Reprise de la thèse énoncée 1 par Manuella et Héloïse
Donnée : les végétaux ne sont pas tous photosynthétiques
Garantie : un caractère doit être partagé par tous les organismes d’un groupe monophylétique
472 Professeur d’accord donc il cherche à faire un groupe monophylétique il cherche à faire des groupes monophylétiques
473 Aude C1 il aimerait mais euh
474 Professeur il aimerait
475 Aude C1 mais il se rend compte que par rapport à la photosynthèse qui est le point de départ du groupe il ne peut pas le faire Reprise de la thèse
476 Professeur d’accord donc finalement pour lui végétaux ils sont photosynthétiques
477 Aude C1 globalement
478 Professeur mais il ne peut retenir ce groupe là
479 Aude C1 euh/ils sont globalement photosynthétiques et du coup il ne peut pas se baser dessus/d’où après l’utilisation du coup des/des données cellulaires et moléculaires Donnée : les végétaux ne sont pas tous photosynthétiques
Garantie : un caractère doit être partagé par tous les organismes d’un groupe monophylétique
480 Professeur d’accord/alors est-ce que juste pour revenir là-dessus est-ce que vous pourriez préciser en quoi/le fait que les végétaux soient globalement photosynthétiques mais pas tous ça ferait qu’ils ne pourraient pas faire un groupe monophylétique/qu’est-ce que vous me dites/qu’est-ce qui est bloquant ? parce que vous avez l’air de dire les végétaux c’est photosynthétique mais je ne peux pas faire un groupe monophylétique parce qu’ils ne le possèdent pas tous/c’est ça ? Questionnement sur la validité de la loi de passage (ici la garantie) justifiant la relation entre données et conclusion
481 Plusieurs étudiants oui Confirmation de la thèse par plusieurs étudiants en même temps
482 Manuella B3 c’est ce qu’il dit Confirmation de la thèse par Manuella

52Nous assistons au développement d’une thèse expliquant pourquoi les végétaux ne forment pas un groupe monophylétique, aux yeux des étudiants. La figure 5 modélise l’argumentation développée durant cet épisode.

Fig. 5 : analyse monologale de la thèse argumentative expliquant la non monophylie des végétaux

Fig. 5 : analyse monologale de la thèse argumentative expliquant la non monophylie des végétaux

53Manuella, qui initie l’argumentation (460-462), ne formule pas explicitement la garantie. Ce sont Héloïse (464-466) et Aude (471-479) qui prennent la suite de Manuella et qui la formulent sous une forme négative. En effet, Héloïse dit (466) :

« comme tous ne le font pas [parlant de la photosynthèse] c’est pas un caractère qui pourra/qui pourra les regrouper dans un groupe monophylétique ».

54Cela sous-entend que pour former un groupe monophylétique, tous les organismes, sans exception, doivent partager un caractère commun. Le fondement de l’argumentation consiste vraisemblablement en la transmission d’un caractère homologue d’un ancêtre à ses descendants. Il n’est pas formulé explicitement dans cet épisode mais il avait fait l’objet d’une discussion précédente.

55Au cours de cet épisode, Thomas (468-470) remet en cause cette thèse mais de façon très discrète (chuchotement avec son voisin, décelé par le dictaphone posé sur la table du groupe). En évoquant un processus de réversion comme solution possible pour répondre à la question de l’enseignant (467), Thomas pense qu’au sein d’un groupe monophylétique un caractère peut être perdu secondairement au cours de l’évolution (470). Il prend pendant un court instant le rôle discursif d’opposant, mais de façon confidentielle. N’étant pas versée au débat collectif, la thèse proposée par Thomas ne permet pas d’engager une controverse dans le groupe. De plus, Thomas réfute immédiatement son propos par une modalisation appréciative (« non je dis des conneries »), traduisant un manque de confiance dans la thèse qu’il avance. Malgré deux questions du professeur portant sur la validité de la loi de passage (467 et 480), les étudiants la confirment (481, 482).

  • 6 « These and other similarities among the three phylogenies arise because they have been constructe (...)

56Notons le décalage entre l’argumentation développée par les étudiants dans cet épisode et celle développée par l’auteur lui-même (Cavalier-Smith, 1981, p. 466-467). En mobilisant le cadre théorique de l’apprentissage par problématisation, il apparaît que les étudiants construisent la nécessité théorique de la non-monophylie des végétaux au regard de la contrainte empirique de l’absence de chlorophylle, et donc de photosynthèse, chez certains organismes appartenant au groupe des végétaux. Si les étudiants n’intègrent pas la temporalité et la question des pertes secondaires dans leur raisonnement (dans cette situation bien spécifique), T. Cavalier-Smith intègre évidemment cette préoccupation puisque son objectif est de reconstituer l’histoire évolutive des végétaux6.

57Le tableau 3 compare la problématisation des étudiants et de T. Cavalier-Smith.

Tableau 3 : comparaison de la problématisation de Cavalier-Smith et des étudiants

T. Cavalier-Smith Étudiants
Contraintes empiriques Présence de chlorophylle et de plastes dans des groupes très variés et non apparentés (au sein des procaryotes et des Eucaryotes) Absence de photosynthèse [en lien avec l’absence de chlorophylle bien que non explicitée en tant que telle] chez certaines espèces du groupe Plantae (au sens de Whittaker)
Contraintes théoriques Les groupes systématiques doivent être monophylétiques (au sens large et non au sens cladiste)*
Les convergences ne doivent pas être utilisées
La photosynthèse est convergente
Un caractère doit être possédé par tous les membres d’un groupe monophylétique
Registre explicatif Registre phylogénétique mais non cladistique Mélange entre les registres phylogénétique (RP) et fonctionnel (RF)
- Former uniquement des groupes monophylétiques (RP)
- Regrouper des organismes partageant tous la même fonction (RF)

* Rappelons que T. Cavalier-Smith n’utilise pas le terme « monophylétique » dans le même sens que les cladistes. Il y inclut les groupes holophylétiques (ie monophylétiques au sens cladiste) et les groupes paraphylétiques.

58Nous expliquons le décalage entre les problématisations construites par les étudiants et par T. Cavalier-Smith par la mise en relation de contraintes différentes avec la même nécessité de remise en cause du règne Plantae au sens de Whittaker, non monophylétique. La différence des contraintes mobilisées peut s’expliquer par une différence concernant le registre explicatif. Là où T. Cavalier-Smith mobilise strictement un registre phylogénétique, les étudiants utilisent quant à eux un registre explicatif mêlant principes phylogénétiques (« ne créer que des groupes monophylétiques ») et principes relevant d’une classification fonctionnelle (« regrouper des espèces partageant toutes une même fonction »). Le recours à un registre fonctionnaliste est attesté par l’utilisation répétée d’expressions décrivant une fonction, telle que « faire la photosynthèse » :

« ils ne font pas tous forcément de la photosynthèse » (Héloïse, 464).

59Dressons à présent un bilan de la compréhension des distinctions entre classifications fonctionnelle et phylogénétique en prenant en compte l’usage de l’homologie ainsi que les conséquences de la perte secondaire d’un caractère, la chlorophylle, associée à la perte d’une fonction, la photosynthèse.

4.1.3. Bilan sur la compréhension des distinctions entre classifications fonctionnelle et phylogénétique

  • 7 Au sens de Bakhtine (1984).

60L’analyse de l’épisode 16, relatif à la non monophylie des végétaux dans l’article de Cavalier-Smith, révèle l’attachement des étudiants à ce qu’un caractère soit présent chez tous les membres d’un groupe monophylétique. Mobilisé dans le contexte d’un problème historique, ce raisonnement – valide pour une classification fonctionnelle – témoigne de la difficulté de mobiliser la dimension temporelle propre à une classification phylogénétique, permettant de conduire un raisonnement sur l’évolution de l’état des caractères (apparition, modification, disparition). Au cours de l’épisode concernant l’article écologique sur le plancton, le recours inopportun à une hypothèse d’homologie a été mis en évidence dans un contexte fonctionnel. Ces deux épisodes témoignent d’une dissonance7 qui fonctionne dans les deux sens (cf. figure 6), dissonance qui signale la difficulté des étudiants à prendre en charge les principes spécifiques de chaque classification dans le contexte approprié.

Fig. 6 : schéma montrant une dissonance concernant le recours aux principes classificatoires

Fig. 6 : schéma montrant une dissonance concernant le recours aux principes classificatoires

Les caractéristiques propres aux différentes méthodes phylogénétiques n’ont pas été spécifiées pour en rester à la distinction de premier ordre entre classifications fonctionnelle et phylogénétique.

4.2. Le problème de la définition des végétaux dans une classification phylogénétique mobilisant des fondements cladistiques

61L’épisode 23 du débat collectif est l’objet d’une controverse importante qui met au travail le problème de la définition d’un groupe dans une approche phylogénétique moderne, mobilisant des fondements cladistiques. Autrement dit que veut dire définir un groupe dans une approche cladistique ?

4.2.1. Les trois thèses débattues et la mise en jeu d’obstacle épistémologique

62Au cours de ce débat, trois thèses ont été débattues. L’épisode étudié ici (631-706) présente les caractéristiques d’interactions fortement argumentatives, notamment par le fait que le différend « n’est pas réparé instantanément au fil de l’interaction où il est apparu ; il est thématisé dans l’interaction » (Plantin, 2005, p. 56). La modélisation (cf. figure 7) est réalisée à partir des arguments développés au cours du débat (cf. annexe 3).

Fig. 7 : les trois thèses avancées concernant le problème de la définition des végétaux dans l’article de Burki

Fig. 7 : les trois thèses avancées concernant le problème de la définition des végétaux dans l’article de Burki

La thèse (encadrée à gauche) est en relation avec des données empiriques ou théoriques. Nous pouvons la mettre en relation avec un registre explicatif (à droite).

63Une première thèse (notée A) consiste à plaquer une définition a priori des végétaux, pourtant absente de l’article de Burki. La définition proposée correspond à la conception fonctionnelle et cellulaire des végétaux (« Eucaryotes photosynthétiques »). Les deux étudiantes qui défendent cette théorie (Helena et Manuella) avaient elles-mêmes mobilisé cette conception dans le questionnaire réalisé en début de séquence. Manuella justifie explicitement cette définition par ses connaissances et la description des plastes dans l’article (641, 647). Il nous semble que cette thèse se fonde sur une réification des groupes systématiques en lien avec une pensée essentialiste. « L’essentialisme consiste à penser que les objets naturels sont intrinsèquement porteurs d’une essence idéelle qui les transcende. L’idée, ou les concepts, ont une existence indépendante qui préexiste aux objets auxquels ils se rapportent » (Lecointre, 2009, p. 18). Ce mode de pensée exerce ici la fonction d’obstacle épistémologique. L. Sève précise que cette tradition philosophique considère que « l’essence existe objectivement comme réalité spirituelle à part des choses » (Sève, 1980, p. 676). Il peut être mis en lien avec un idéalisme philosophique, idéalisme en rupture avec le matérialisme méthodologique de l’activité scientifique.

  • 8 « Le nominalisme consiste à considérer que les concepts sont des constructions humaines et que les (...)

64Les deux autres thèses mobilisent, quant à elles, une approche nominaliste8. Elle est utilisée par « la plupart des phylogénéticiens pratiquant l’analyse cladistique […], fut celle de Darwin, aux antipodes de l’essentialisme » (Lecointre & Le Guyader, 2001, p. 18). Sève, quant à lui, envisage le nominalisme comme la « réduction de l’idée générale, du concept à un nom » (ibid., p. 695). Mais un tel raisonnement qui consiste à penser que les concepts ne sont que des mots indépendants de toute réalité biologique, pourrait conduire à un autre écueil de la pensée, une autre forme d’obstacle idéaliste.

  • 9 « C’est au point qu’on pourrait parler d’une loi psychologique de la bipolarité des erreurs. Dès q (...)

65De l’opposition entre essentialisme et nominalisme, la pensée pourrait alors basculer dans une autre opposition entre réalisme et idéalisme. À titre d’exemple, le rejet de l’idée d’une « essence » a priori du cheval ne signifie pas pour autant que l’espèce « cheval » n’a aucune réalité biologique et n’est qu’un mot déconnecté de toute réalité. Ces deux couples philosophiques : essentialisme contre nominalisme, d’une part, et réalisme contre idéalisme, d’autre part, nous conduisent à mettre en avant l’idée que « la pensée fonctionne de telle façon que les obstacles vont presque toujours par paire. À chaque obstacle repéré, on peut associer un obstacle symétrique, qui pourrait en prendre la succession dans la pensée, ou entre lesquels celle-ci oscillerait », idée formulée par B. Peterfalvi (2008, p. 113), à la suite de G. Bachelard (1993)9.

66Les deux thèses nominalistes se distinguent par le fait que la thèse B est animée par la volonté de conserver le groupe des végétaux, mais en l’actualisant à la lueur des nouvelles données phylogénétiques. Les végétaux sont alors réduits à une lignée monophylétique valide, les Archaeplastida (ou Plantae, dans une extension restreinte non équivalente à celle utilisée par Whittaker). Cette thèse fait écho à la conception phylogénétique réduite (CPR) dégagée de notre enquête nationale. Enfin, la dernière thèse (notée C) ne s’attache pas au maintien du terme « végétaux » dans un contexte phylogénétique et accepte qu’il n’existe plus dans la classification phylogénétique actuelle.

4.2.2. Dynamique argumentative et problématisation

  • 10 Le principe de la schématisation est le suivant : « Sur l’axe du déroulement du débat orienté du h (...)

67Afin de suivre la dynamique de l’argumentation au cours de l’épisode, nous proposons de construire une structure argumentative de l’épisode, basée sur le modèle de C. Plantin (cf. figure 8)10.

Fig. 8 : structure argumentative de l’épisode 23 sur le problème de définition des végétaux dans l’article de Burki

Fig. 8 : structure argumentative de l’épisode 23 sur le problème de définition des végétaux dans l’article de Burki

68L’épisode débute par la formulation de la thèse A d’existence des végétaux pour Burki. Manuella endosse le rôle de proposante défendant cette thèse. Puis, Thomas s’oppose à Manuella en avançant la thèse C. D’autres étudiants défendent cette thèse de non-existence des végétaux relativement tôt au cours du débat. Il s’agit tout d’abord de Laurène (ayant analysé l’article avec Thomas avant cette séance) et Romina (659-664) puis d’Héloïse et Benoît (678, 680). En reformulant à leurs manières et à plusieurs reprises la thèse C, ils jouent le rôle de tiers et contribuent ainsi au développement de cette thèse. À plusieurs reprises, des propos de Manuella indiquent qu’elle n’arrive pas à comprendre que l’on puisse remettre en question l’existence des végétaux.

« forcément les végétaux existent pour lui on est en 2014 » (668)

« c’est bizarre d’hésiter parce que c’est tellement » (676)

69Thomas formule par la suite du débat la thèse B (réduction des végétaux aux Archaeplastida) mais en réfutant aussitôt cette thèse (689, 695). Afin de comprendre le faible développement de la thèse B, nous avons décidé de croiser ce débat collectif avec le débat interne au groupe 1 de Thomas. Lors de ce débat interne, les trois thèses ont été avancées successivement (A, B puis C). Nous pouvons donc supposer que le basculement vers la thèse C à la fin du débat interne joue probablement dans la mise en avant très précoce de cette thèse lors du débat collectif par Thomas, qui ne laisse pas vivre la thèse B qu’il avait pourtant largement défendue lors du débat interne à son groupe.

70Il est essentiel de souligner qu’à l’issue du débat collectif la thèse C ne sera pas adoptée par la totalité des étudiants. Le problème de définition d’un groupe en cladistique ne semble donc pas construit par tous les participants. À la fin du débat (701), Manuella semble à nouveau mobiliser une conception fonctionnelle des végétaux alors que le débat portait sur un article phylogénétique : « ben euh c’est les/c’est les organismes photosynthétiques/après ». C’est sur un désaccord que resteront les étudiants à la fin de cet épisode (702).

71L’analyse de la dynamique argumentative du débat nous renseigne sur la problématisation mise en œuvre par les étudiants. Les trois thèses avancées par les étudiants leur ont permis d’explorer le champ des possibles en relation avec le problème travaillé. Les objections formulées et le rejet de certaines thèses permettent de délimiter le champ des possibles et d’identifier des nécessités. En l’occurrence la thèse B permet de construire la nécessité de restreindre les végétaux à un groupe monophylétique, comme les Archaeplastida. La thèse C permet quant à elle de construire la nécessité d’abandonner le terme de végétal dans le champ de la systématique en relation avec la contrainte théorique de ne définir des groupes qu’a posteriori de la construction de la phylogénie.

Conclusion

Synthèse des résultats majeurs

72La reconstruction didactique fondée sur des articles scientifiques, dont certains sont de nature historique, a permis d’étudier le raisonnement classificatoire des étudiants en situation de débat. Elle a révélé une difficulté à articuler les différentes situations de classification avec leurs logiques spécifiques, à travers le recours inopportun à une hypothèse d’homologie dans un contexte écologique et à l’attachement à ce qu’un caractère soit présent chez tous les membres d’un groupe en contexte phylogénétique.

73Cette étude soulève l’importance de la construction du contexte de pertinence (Lhoste, 2016) d’usage des classifications écologique ou phylogénétique. Bien que les contextes d’usage des classifications nous semblaient manifestes dans les deux types d’articles mobilisés, ils n’ont pas été perçus par les étudiants au cours du débat. Ce résultat suggère la nécessité d’une intervention de l’enseignant afin de mettre en scène cette dissonance et d’aider les étudiants à poser le problème relatif au type de classification en lien avec la logique dont il relève. Clarifier les principes spécifiques à chaque type de classification semblerait être une condition de possibilité didactique permettant, dans un second temps, de mieux articuler problèmes fonctionnels et historiques. Si la question de l’héritage d’un caractère n’est pas utile pour établir une classification fonctionnelle, il peut être fécond, dans un second temps, de questionner sur un plan historique l’origine évolutive des caractères fonctionnels utilisés.

74Le débat concernant la définition des végétaux dans une approche cladistique a donné lieu à un épisode fortement argumentatif avec une opposition entre trois thèses, dont l’une convoque la pensée essentialiste. Elle se constitue, dans cette situation spécifique, en obstacle épistémologique. L’étude de la dynamique argumentative a permis de caractériser la problématisation mise en œuvre par les étudiants. En effet, par la mise en débat des trois thèses, les étudiants ont délimité le champ des possibles et construit des nécessités : redéfinir le terme de végétal à la lueur de l’arbre phylogénétique actuel ou abandonner le terme de végétal, en raison du polyphylétisme des végétaux au sens fonctionnel.

Définir et classer

75Définir et classer constituent deux activités distinctes mais toutefois connexes. Notre recherche montre les difficultés rencontrées par les futurs enseignants de SVT pour clarifier la relation entre ces deux processus. Un véritable enjeu de formation se dégage donc de ce constat. En leur qualité d’enseignant, ils auront à faire travailler les classifications biologiques à leurs élèves et à définir de nombreux concepts. L’activité de définition occupe une place importante dans l’enseignement. Il nous semble primordial que les futurs enseignants acquièrent un certain recul face à la diversité des définitions et à leur place dans l’activité scientifique. Si dans une approche cladistique, la définition des groupes résulte de la classification, il n’en est pas toujours ainsi. Dans certains cas, la définition des concepts devient première pour conduire un raisonnement dans lequel ce concept est un outil pour penser un réseau conceptuel plus vaste. Le processus de définition n’est pas neutre. Il se trouve orienté par le problème dans lequel le concept sera utilisé. Ainsi, dans certaines situations, la définition est la solution du problème alors que dans d’autres, la définition permet de poser le problème. Un enjeu de formation pourrait alors consister à questionner le statut de certaines définitions dans des ouvrages, qui associent un ensemble d’éléments descriptifs de statuts variés, rassemblant ce que l’on sait sur un concept sans que l’on comprenne réellement ce qui fonde cette association éclectique d’éléments définitoires.

L’histoire des sciences comme levier d’apprentissage conceptuel

76L’analyse de matériaux historiques s’est révélée féconde pour mettre au travail la polysémie conceptuelle et elle a donné l’occasion de débattre du contexte d’utilisation et du domaine de validité de chaque type de classification. Elle a permis de dégager différents aspects de la nature de la science (Maurines et al., 2013) dans sa dimension épistémologique, principalement le lien au problème des savoirs scientifiques et leur dimension construite et provisoire. La comparaison des différents arbres phylogénétiques a permis aux étudiants de discuter de l’obstacle gradiste et de prendre conscience de la volonté manifeste de rupture avec la pensée gradiste de l’approche cladistique.

77Nous pouvons cependant souligner la difficulté posée par la contextualisation historique. En effet, les articles comportent une part d’implicite que les étudiants doivent repérer afin d’identifier les positions théoriques et méthodologiques de chaque auteur. Si l’article de R .H. Whittaker n’a pas posé de difficultés particulières aux étudiants, il n’en a pas été de même pour celui de T. Cavalier-Smith. En effet, le positionnement de ce biologiste par rapport à la cladistique n’a pas été perçu. Il est resté trop implicite et requiert une expertise importante pour l’identification de la façon dont se positionne théoriquement l’auteur. Il apparaît donc nécessaire de contextualiser davantage le débat entre la systématique évolutionniste et la cladistique afin de permettre la conduite de l’analyse de cet article. Ce résultat soulève donc la question de la nature de l’accompagnement des sources historiques primaires pour un usage didactique.

Haut de page

Bibliographie

ADL S. M., SIMPSON A. G. B., LANE C. E. et al. (2012). The revised classification of eukaryotes. Journal of Eukaryotic Microbiology, vol. 59, n° 5, p. 429-493.

BACHELARD G. (1938/1993). La formation de l’esprit scientifique : contribution à une psychanalyse de la connaissance. Paris : J. Vrin.

BAKHTINE M. M. (1984). Esthétique de la création verbale. Paris : Gallimard.

BOSDEVEIX R., REGAD L. & LHOSTE Y. (2013) Les conceptions des végétaux chez des étudiants de master 2, futurs professeurs de sciences de la vie et de la terre. In Actes du congrès de l’actualité de la recherche en éducation et formation (AREF - AECSE), laboratoire LIRDEF – EA 3749 - Universités de Montpellier, août 2013.

BOSDEVEIX R. & LHOSTE Y. (2014) Problématisation relative à la classification et l’évolution des végétaux chez des étudiants de master 2 se destinant à l’enseignement des SVT. Les Cahiers d’Esquisse, n° 5, p. 21-30.

BOSDEVEIX R. (2016). Entre classifications fonctionnelle et phylogénétique : Le groupe des végétaux. Une reconstruction didactique basée sur l’histoire des sciences dans le cadre de la formation des enseignants de sciences de la vie et de la terre. Thèse de doctorat, université Paris-Diderot-université Sorbonne Paris Cité. En ligne : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01372907>.

BURKI F. (2014). The eukaryotic tree of life from a global phylogenomic perspective. Cold Spring Harbor Perspectives in Biology, vol. 6, n° 5, p. 1-17.

BUTY C. & PLANTIN C. (dir.). (2008). Argumenter en classe de sciences. Du débat à l’apprentissage. Lyon : INRP.

CAVALIER-SMITH T. (1981). Eukaryote kingdoms: Seven or nine? BioSystems, vol. 14, n°3-4, p. 461-481.

CAVALIER-SMITH T. (1998). A revised six-kingdom system of life. Biological Reviews of the Cambridge Philosophical Society, vol. 73, n° 3, p. 203-266.

DELEPORTE P. (2005/2014). Taxons, classifications : de la théorie au cahier des charges. In P. Deleporte & G. Lecointre, Biosystema 24. Philosophie de la systématique. Paris : Éditions matériologiques, p. 67-83.

FABRE M. & ORANGE C. (1997). Construction des problèmes et franchissements d’obstacles. Aster, n° 24, p. 37-57.

FISCHER M. S. & TASSY P. (dir.). (2014). Analyse cladistique : le débat Mayr-Hennig de 1974. Biosystema, n° 29, 2014.

GASPARINI S. (n.d.). Plancton. Encyclopaedia universalis. En ligne : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/plancton/> (consulté en août 2014).

HAGEN J. B. (2012). Five kingdoms, more or less: Robert whittaker and the broad classification of organisms. BioScience, vol. 62, n° 1, p. 67-74.

HENNING W. (1966). Phylogenetic systematics. Urbana : University of Illinois Press.

HOSSON C. (de) (2011). L’histoire des sciences, un laboratoire pour la recherche en didactique et l’enseignement de la physique. Note de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches. Paris : université Paris-Diderot.

HUXLEY J. (1940). The new systematics. Oxford : Oxford University Press.

KEELING P. J. (2013). The number, speed, and impact of plastid endosymbioses in eukaryotic evolution. Annual Review of Plant Biology, n° 64, p. 583-607.

KOENAMAN M., GOEDHART M. & OSSEVOORT M. (2013). Introducing pre-university students to primary scientific literature through argumentation analysis. Research in Science Education, vol. 43, n° 5, p. 2009-2034.

LECOINTRE G. (dir.). (2008). Comprendre et enseigner la classification du vivant. Paris : Belin [2e éd.].

LECOINTRE G. (2009). Guide critique de l’évolution. Paris : Belin.

LECOINTRE G. (2010). Préface. In La planète fleurs (G. Guillot). Paris : Quae.

LECOINTRE G. & LE GUYADER H. (2001). Classification phylogénétique du vivant. Paris : Belin.

LHOSTE Y. (2008). Problématisation, activités langagières et apprentissage dans les sciences de la vie. Étude de quelques débats scientifiques dans la classe dans deux thèmes biologiques : nutrition et évolution. Thèse de doctorat. Nantes : université de Nantes.

LHOSTE Y. (2016). Épistémologie & didactique des SVT. Langage, apprentissage, enseignement des sciences de la vie et de la terre. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux.

LHOSTE Y. & LE MARQUIS H. (2016). Enseigner la classification des êtres vivants dans le premier degré dans la logique d’une investigation scientifique : ressources didactiques. In C. Marlot & L. Morge, L’investigation scientifique et technologique. Comprendre les difficultés de mise en œuvre pour mieux les réduire. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 231-253.

MAURINES L., GALLEZOT M., RAMAGE M-J. & BEAUFILS D. (2013). La nature des sciences dans les programmes de seconde de physique-chimie et de sciences de la vie et de la Terre. Recherches en didactique des sciences et des technologies (RDST), n° 7, p. 19-52.

MAYR E. (1942). Systematics and the origin of species. New York : Columbia University Press.

MAYR E. (1989). Histoire de la biologie : Diversité, évolution et hérédité. Paris : Fayard. (Ouvrage original publié en 1982).

MAYR E. & BOCK W. J. (2002). Classifications and other ordering systems. Journal of Zoological Systematics and Evolutionary Research, vol. 40, n° 4, p. 169-194.

ORANGE C. (2002). Apprentissages scientifiques et problématisation. Les Sciences de l’éducation. Pour l’ère nouvelle, vol. 35, n° 1, p. 25-42.

ORANGE C. (2012). Enseigner les sciences. Problèmes, débats et savoirs scientifiques en classe. Bruxelles : De Boeck.

ORANGE C. (2015). Pratiques d’argumentation et construction de savoirs en classe de sciences : Une étude de cas concernant le concept d’articulation en biologie à la fin de l’école primaire. In N. Muller Mirza & C. Buty, L’argumentation dans les contextes de l’éducation. Berne : Peter Lang, p. 227-265.

ORANGE C., Lhoste Y. & ORANGE RAVACHOL D. (2008). Argumentation, problématisation et construction de concepts en classe de sciences. In C. Buty et C. Plantin, Argumenter en classe de sciences. Lyon : INRP, p. 75-116.

ORANGE RAVACHOL D. (2007). Classifications biologiques et problématisations. Recherche en éducation, n° 3, p. 51-67.

ORANGE RAVACHOL D. & RIBAULT A. (2006). Les classifications du vivant à l’école : former l’esprit scientifique ou inculquer la “bonne” solution ? Grand N, vol. 77, p. 91-107.

PETERFALVI B. (2008). Comprendre la théorie de l’évolution, une course d’obstacles ? In M. Coquidé & S. Tirard, L’évolution du vivant. Un enseignement à risque. Paris : Vuibert-ADAPT-SNES, p. 109-121.

PLANTIN C. (1996). Le trilogue argumentatif. Présentation de modèle, analyse de cas. Langue française, vol. 112, n° 1, p. 9-30.

PLANTIN C. (2005). L’argumentation. Histoire, théories, perspectives. Paris : Presses universitaires de France (Que sais-je ?).

SABINE C. L. (2014). Global carbon cycle. In Encyclopedia of Life Science, Chichester: John Wiley.

SAPP J. (2009). The new foundations of evolution: On the tree of life. New York : Oxford University Press.

SELOSSE M. A. (2008). Que sont devenus animaux, végétaux et champignons ?. In R. Prat, A. Raynal-Roques & A. Roguenant, Peut-on classer le vivant ? Linné et la systématique aujourd’hui. Paris : Belin, p. 225-233.

SÈVE L. (1980). Une introduction à la philosophie marxiste. Suivie d’un vocabulaire philosophique. Paris : Éditions sociales.

TOULMIN S. E. (1958/1993). Les usages de l’argumentation. Paris : Presses universitaires de France.

WHITTAKER R. H. (1969). New concepts of kingdoms of organisms. Science, vol. 163, n° 3863, p. 150-160.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Comparaison des articles choisis

Type de classification Éléments importants Que sont les végétaux pour l’auteur ?
Extraits d’articles d’écologie
Sabine (2014) et Gasparini (n.d.) (2 pages)
Classification fonctionnelle de type écologique - Derrière la modélisation du cycle biogéochimique du carbone correspond une classification fonctionnelle
- Le groupe fonctionnel des végétaux inclut des organismes de structures cellulaires variées dont des cyanobactéries
Tous les organismes photosynthétiques
Whittaker (1969)(8 pages à lire) Classification éclectique (évolutive, écologique et niveaux d’organisation) - Décalage entre une ambition évolutive et des compromis pour mettre en avant d'autres critères fonctionnels jugés essentiels
- Méthodologie de construction de l’arbre non rigoureuse. Usage ponctuel de l'homologie
- Éléments de controverse scientifique (notamment la classification traditionnelle à deux règnes, le système de Copeland à 4 règnes avec la critique du groupe Protoctista et de la place des champignons)
Règne Plantae : organismes multicellulaires photosynthétiques
Groupe polyphylétique (alliance de groupes séparés) réunis par une même « direction » évolutive
Cavalier-Smith (1981)
(13 pages à lire)
Classification phylogénétique mais pas cladistique - Critique explicite de Whittaker (controverse très saillante) : attachement à des groupes monophylétiques au sens large (pas au sens d'Hennig) incluant la paraphylie
- Critères cellulaires et biochimiques
Mise en avant de l'importance technique du microscope électronique. Ouverture sur l'importance des données moléculaires à venir : conditions de possibilité techniques de l’évolution de la classification
- Polyphylie des végétaux en lien avec de multiples endosymbioses : conditions de possibilité théoriques d'évolution de la classification
- Méthodologie : homologies supposées mais non testées. Pas de recours à la cladistique
Végétaux séparés en 4 groupes monophylétiques (« Four separate plant kingdoms ») : Viridiplantae; Biliphyta (tous deux rassemblés en Plantae) ; Cryptophyta ; Chromophyta (tous deux rassemblés en Chromista)
Classification avec plusieurs règnes « végétaux »
Burki (2014)
(8 pages à lire)
Classification phylogénétique de type phylogénomique - Méthodologie utilisant de très nombreux caractères (phylogénomique) et des fondements cladistiques (indiqué par des termes comme « synapomorphy »)
conditions de possibilité techniques et théoriques d'évolution de la classification
- Multiples endosymbioses et polyphylie des eucaryotes photosynthétiques
- Éclatement des protistes et des végétaux des anciennes classifications
- Irrésolution de plusieurs groupes
- Émancipation du gradisme
Les végétaux n’apparaissent pas dans l’arbre phylogénétique proposé. Ils ne sont évoqués que dans la partie initiale de critique des anciennes classifications.

Annexe 2

Frise chronologique fournie en accompagnement des articles

Frise chronologique fournie en accompagnement des articles

Annexe 3 : analyse d’extraits du débat collectif relatifs aux trois thèses A, B et C concernant le problème de la définition des végétaux dans l’article de Burki (2014)

Thèse A « Les végétaux existent nécessairement. Ce sont des organismes eucaryotes photosynthétiques avec des plastes, uni ou pluricellulaires ».

Locuteur

Verbatim

Analyse

631 Manuella B3 c’est les organismes photosynthétiques qui possèdent des plastes/unicellulaires ou pluricellulaires Proposition d’une thèse (A) correspondant à la conception fonctionnelle et cellulaire (que Manuella avait d’ailleurs mobilisé dans le questionnaire pré-séquence)
644 Professeur d’accord donc pour toi pour que tu dises ça/tu te bases par rapport à [quoi
647 Manuella B3 oui bah oui de nos connaissances mais aussi de certains termes qu’il utilise du coup/parce qu’il parle de plastes donc tout de suite effectivement je vais mettre cela dans la définition Données : les connaissances préalables
Reconstruction de la définition non explicite sur la base des connaissances et de l’utilisation du terme plaste dans l’article
668 Manuella B3 forcément les végétaux existent pour lui on est en 2014/mais il n’en parle pas/enfin explicite/voilà Affirmation de la thèse de l’existence des végétaux pour Burki : « Forcément les végétaux existent pour lui »
670 Manuella B3 un groupe monophylétique non/mais les végétaux existent/enfin je pense [petit rire] Ils existent même si leur statut phylogénétique a évolué et ne sont pas monophylétiques
676 Manuella B3 c’est bizarre d’hésiter parce que c’est tellement Manuella n’arrive pas à comprendre que l’on puisse remettre en question l’existence des végétaux

Thèse B « Les végétaux forment le groupe monophylétique des Archaeplastida (ou Plantae), définis pas leur synapomorphie : le plaste à deux membranes issu d’une endosymbiose primaire ».

Locuteur Verbatim Analyse
689 Thomas B1 bah je sais pas mais pour moi les végétaux il n’en parle absolument pas et euh/il a un groupe qui peut/enfin si on globalise/il y a un groupe qui ressemble le plus aux végétaux c’est les archaeplastida/mais comme il parle pas de végétaux/on ne peut pas dire que ce sont les végétaux en tant que tel on a envie c’est sûr on a envie/la branche elle est verte on voit qu’il y a un maximum de choses qu’on appelle les végétaux là dedans il y a les gymnospermes les angiospermes les bryophytes ceux qu’on connaît le plus Formulation d’une thèse B :
Le terme « végétaux » est absent mais il y a une lignée valide (Archaeplastida) comprenant beaucoup
de groupes appartenant aux végétaux (au sens plus ancien) => les végétaux seraient réduits à la lignée des Archaeplastida (cf. débat interne du groupe 1)
« Mais… on ne peut pas dire » : modalisation appréciative : qui permet d’introduire une nuance. Il énonce une thèse mais en même temps dit qu’« on ne peut pas dire »
693 Thomas B1 mais non mais non j’vous arrête pas à ça/non mais c’est vrai que la façon dont c’est mis ça donne envie Envie de réduire les végétaux à une lignée monophylétique

Thèse C « Les végétaux n’existent pas dans l’arbre phylogénétique actuel. La question de leur définition ne se pose plus ».

Locuteur Verbatim Analyse
649 Thomas B1 bah le terme végétaux étant pas utilisé/par rapport à Burki lui-même c’est un peu étonnant/après c’est sûr vis-à-vis de nos connaissances/enfin on peut dire c’est un groupe polyphylétique étant donné que/mais après enfin après ça dépend des caractéristiques qu’on lui donne à ce groupe aussi enfin c’est un peu/effectivement si on dit un organisme photosynthétique qu’a des plastes blablabla on va retrouver/dans ces cas-là des végétaux on va en retrouver partout que ce soit chez les SAR que ce soit chez les excavates enfin on va en retrouver partout Terme non utilisé : donnée

Nos connaissances, sous-entendu groupe de végétal tel qu’il était défini antérieurement => recherche de la position dans l’arbre => déduction de la nature polyphylétique de l’ancien groupe végétalFormulation d’une position indiquant qu’il n’existe pas un groupe des végétaux de manière absolue
653 Thomas B1 bah après c’est sûr que si on compare par rapport à Whittaker et à ses trois grands règnes supérieurs qui sont animaux fungi et plantae/les animaux et les fungi on les retrouve chez les opisthocontes mais les végétaux ils sont complètement éclatés maintenant/si on se base là-dessus/dans les végétaux de Whittaker il y avait/enfin je peux voir l’image/(tourne les pages de l’article de Whittaker)/par exemple dans les plantae de Whittaker il y avait les phéophytes par exemple qu’on retrouve aujourd’hui chez straménophiles Reprise de l’argumentation expliquant le polyphylétisme des végétaux tels que Whittaker les définissait.







Donnée précise, exemple pour illustrer l’éclatement des végétaux (tels qu’ils étaient définis par Whittaker
658 Professeur mais là ils ne sont pas expressément mentionnés
659 Laurène B2 ah s’ils ne sont pas mentionnés [c’est que Thèse alternative C à la thèse A formulée par Manuella : les végétaux n’existent pas pour Burki
660 Romina C2 pour lui ça n’existe pas]
661 Laurène B2 pour lui ça n’existe pas oui
664 Laurène B2 pour moi ce serait rien Pas de définition car plus d’existence du groupe des végétaux
665 Thomas B1 ouais pour moi aussi
678 Benoît W3 justement il disait que/les végétaux c’était fini quoi Soutien de la thèse alternative de non-existence des végétaux dans la classification actuelle
680 Héloïse C3 ils ont quitté du vocabulaire en fait] Soutien de la thèse : le mot « végétal » n’existe plus dans le vocabulaire de la systématique actuelle
697 Benoît W3 je pense que ce que tu voulais dire c’est que d’un point de vue classement phylogénétique machin les végétaux ça ne peut pas exister scientifiquement parlant mais lui il sait qu’il y a des groupes qui qui Début de construction des raisons de la non-existence des végétaux en rappelant que c’est dans un contexte phylogénétique moderne
Fin de l’explication incomplète et floue. Interprétation possible : mais Burki sait que les végétaux peuvent exister dans un autre registre que phylogénétique (par exemple fonctionnel)
703 Benoît W3 en fait il a voulu le redéfinir donc en fait il part de ce que l’on appelait avant les végétaux et il sait que/euh comment dire/pour lui ça s’appelle plus les végétaux par ce que ce qu’on appelait végétaux avant c’était des groupes polyphylétiques/donc ça peut pas pour lui ça n’a pas de valeur scientifique/ça n’a pas de valeur de classification Soutien de la thèse de non-existence des végétaux pour Burki
Raison : les végétaux au sens ancien sont maintenant polyphylétiques
Loi de passage (implicite) : un groupe n’existe en phylogénie que s’il est monophylétique. Un groupe non monophylétique n’existe plus (c’est le cas des végétaux)
704 Professeur d’accord
705 Héloïse C3 c’est pour ça qu’il n’en parle pas/mais du coup ouais/j’suis assez d’accord Soutien de la thèse et de la raison présentée par Benoît
706 Thomas B1 et c’est un peu aussi la base de de sa méthode dans ce que dit Benoît quand il dit il part de ce qu’on sait avant/c’est vrai qu’il s’est beaucoup basé sur les classifications antérieures et ensuite il les a modifiées par rapport aux données phylo comme il dit phylogénomiques qu’il a Mise en avant de l’importance de la méthode pour définir des groupes.
On construit une phylogénie et on nomme et définit ensuite les groupes => approche nominaliste (opposée à une approche essentialiste)
Haut de page

Notes

1 « Le CO2 est prélevé depuis l'atmosphère et transformé en matière végétale par la photosynthèse » (traduction de l’auteur).

2 Whittaker a une ambition évolutive mais ne construit pas une classification phylogénétique, acceptant des groupes polyphylétiques. Cavalier-Smith et Burki se distinguent sur un plan théorique par le recours aux fondements cladistiques hennigiens pour le second, refusant les groupes paraphylétiques.

3 « The use of nutritional adaptive zones as the basic criterion (Whittaker, 1969, 1977) leads to a system where kingdoms are polyphyletic and organisms are not grouped together on the basis of relatedness, which is contrary to the established principles of taxonomy » (Cavalier-Smith, 1981, p. 462). C’est nous qui soulignons. « L'utilisation de zones adaptatives nutritionnelles comme le critère de base (Whittaker, 1969, 1977) mène à un système où les règnes sont polyphylétiques et les organismes ne sont pas regroupés sur la base de leur apparentement, ce qui est contraire aux principes établis en taxonomie » (traduction de l’auteur).

4 « When I first argued that the kingdoms of life needed reclassifying on phylogenetic principles to make them monophyletic (Cavalier-Smith, 1978), I was complimented by certain cladists who mistakenly thought I was applying the principles of Hennig (1966) because I was using cladistic reasoning and advocating a phylogenetic classification with strictly monophyletic taxa. However, I had not then even heard of Hennig or his confusing redefinition of the term monophyletic, which I do not accept. Like classical phylogeneticists, I use the word monophyletic to include both holophyletic (Ashlock, 1971, i.e. monophyletic sensu Hennig, 1966) and paraphyletic » (Cavalier-Smith, 1998, p. 210). C’est nous qui soulignons. « Lorsque j'ai défendu pour la première fois l'idée que les règnes du vivant devaient être reclassés selon des principes phylogénétiques afin de les rendre monophylétiques (Cavalier-Smith, 1978), j'ai été complimenté par certains cladistes qui pensaient à tort que j'appliquais les principes de Hennig (1966) parce que j’utilisais le raisonnement cladistique et que je préconisais une classification phylogénétique avec des taxons strictement monophylétiques. Cependant, je n'avais alors même pas entendu parler de Hennig ou de sa redéfinition du terme monophylétique, définition qui prête à confusion et que je n'accepte pas. Comme les phylogénéticiens classiques, j'emploie le mot monophylétique pour inclure à la fois holophylétique (Ashlock, 1971, c'est-à-dire monophylétique au sens de Hennig, 1966) et paraphylétique » (traduction de l’auteur).

5 Nous avons utilisé le même questionnaire que celui que nous avions utilisé pour réaliser une enquête à l’échelle nationale (Bosdeveix, Regad & Lhoste, 2013).

6 « These and other similarities among the three phylogenies arise because they have been constructed on the same principles: placing structurally related organisms as close as possible to each other, eliminating the independent origin of complex characters, and minimising the number of symbiotic events or losses of major characters » (Cavalier-Smith, 1981, p. 472-473). C’est nous qui soulignons. « Ces similitudes entre les trois phylogénies découlent du fait qu'elles ont été construites sur les mêmes principes : placer le plus proche possible les uns des autres les organismes ressemblants d’un point de vue structural, éliminer l'origine indépendante de caractères complexes et minimiser le nombre d'événements symbiotiques ou de pertes de caractères majeurs » (traduction de l’auteur).

7 Au sens de Bakhtine (1984).

8 « Le nominalisme consiste à considérer que les concepts sont des constructions humaines et que les noms qui s’y rapportent ne sont que conventions de langage. Les êtres ne sont pas intrinsèquement porteurs des concepts par lesquels nous les appréhendons » (Lecointre, 2009, p. 24).

9 « C’est au point qu’on pourrait parler d’une loi psychologique de la bipolarité des erreurs. Dès qu’une difficulté se révèle importante, on peut être sûr qu’en la tournant, on butera sur un obstacle opposé. […] À notre avis, elle provient de l’attitude polémique de la pensée scientifique devant la cité savante. […] Peu à peu nous sommes amenés à réaliser nos objections en objet, à transformer nos critiques en loi » (Bachelard, 1993, p. 20).

10 Le principe de la schématisation est le suivant : « Sur l’axe du déroulement du débat orienté du haut vers le bas, chacune des thèses et les argumentations en sa faveur sont placées sur la même verticale. Les argumentations peuvent être des appuis à une thèse, des objections à une thèse, ou des contre-objections, c’est-à-dire des tentatives pour dépasser une objection. Les liens dynamiques entre ces différents éléments sont signalés par des traits, qui sont barrés lorsque la relation correspond à une opposition » (Orange, 2012, p. 55-57).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : arbre phylogénétique du vivant, modifié à partir de Adl et al. (2012) et Burki (2014)
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Fig. 2 : raisons majeures du choix des trois articles de systématique des Eucaryotes (détails en annexe 1)
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 3 : organisation de la reconstruction didactique en cinq séances
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 4 : méthodologie d’analyse des données
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 5 : analyse monologale de la thèse argumentative expliquant la non monophylie des végétaux
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 6 : schéma montrant une dissonance concernant le recours aux principes classificatoires
Légende Les caractéristiques propres aux différentes méthodes phylogénétiques n’ont pas été spécifiées pour en rester à la distinction de premier ordre entre classifications fonctionnelle et phylogénétique.
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 7 : les trois thèses avancées concernant le problème de la définition des végétaux dans l’article de Burki
Légende La thèse (encadrée à gauche) est en relation avec des données empiriques ou théoriques. Nous pouvons la mettre en relation avec un registre explicatif (à droite).
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Fig. 8 : structure argumentative de l’épisode 23 sur le problème de définition des végétaux dans l’article de Burki
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Frise chronologique fournie en accompagnement des articles
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/1564/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Bosdeveix, « Les raisonnements classificatoires de futurs enseignants de SVT sur le groupe des végétaux », RDST, 16 | 2017, 57-92.

Référence électronique

Robin Bosdeveix, « Les raisonnements classificatoires de futurs enseignants de SVT sur le groupe des végétaux », RDST [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rdst/1564 ; DOI : 10.4000/rdst.1564

Haut de page

Auteur

Robin Bosdeveix

Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, LDAR (EA4434) , UA, UCP, UPD, UPEC, URN – robin.bosdeveix@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’École normale supérieure de Lyon

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals