Navigation – Plan du site
Dossier : Opinions et savoirs

Sciences et idéologies

Science and Ideology
Wissenschaften und Ideologien
Ciencias e ideologías
Guy Rumelhard
p. 223-240

Résumés

Le thème de ce numéro propose la notion d’opinion à mettre en regard des sciences. Avec le concept d’idéologie, nous l’intégrons comme cas particulier d’un ensemble plus vaste de notions rassemblées par une fonction commune. Les sciences biologiques et les sciences médicales ne sont pas le produit pur d’une réflexion et d’expériences totalement indépendantes de tout ancrage dans les pratiques sociales et institutionnelles, dans les mythes, les fantasmes, les idéologies, les pratiques corporelles, les recherches de signification. Un travail est à faire, non seulement pour se démarquer de ceux-ci, mais plus profondément pour rompre avec ce qui tend à les utiliser contre leur gré, avec ce qu’elles contribuent à produire, avec ce qui anticipe de bonne foi sur les connaissances scientifiques, avec ce qui résiste légitimement au caractère réducteur de leurs explications et de leurs applications. Le texte analyse deux exemples très en détails pour montrer la « compréhension » et l’intrication complexe de ces concepts, puis d’autres exemples, de manière rapide et allusive pour en montrer l’extension. Ce type d’analyse constitue une condition de possibilité pour définir des actions didactiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’appel d’offre de ce numéro de Recherches en didactique des sciences et des technologies proposait de mettre en regard des sciences la notion d’opinion. En développant le concept d’idéologie nous proposons d’intégrer cette notion comme cas particulier d’un ensemble plus vaste de notions rassemblées non pas par leur contenu mais par leur fonction commune. Les termes de doctrine, croyance, opinion, dogme, représentation sociale, idéologie ne sont pas tous équivalents par leur contenu mais ils désignent tous des discours explicites ou latents, et aussi des pratiques sociales ou institutionnelles, des organisations, des lois, des objets, des règlements, des normes qui ont en commun la même fonction, celle de menacer plus spécialement les sciences biologiques et médicales de toutes part :

  • comme ce qui peut les utiliser à des fins extérieures ;

  • comme ce qu’elles contribuent à produire ;

  • comme ce qui anticipe de bonne foi sur la connaissance scientifique ;

  • comme ce qui résiste légitimement lors de la diffusion sociale du savoir.

2Précisons ces quatre points. Ce qui importe c’est la fonction plus que l’origine ou le contenu. Les deux premières fonctions sont assez largement admises. Elles sont négatives par rapport aux savoirs scientifiques, mais elles ont une fonction sociale et politique positive à discuter. Les deux dernières, moins connues sont développées à partir de plusieurs auteurs cités en référence. Elles présentent un caractère temporairement positif d’aide autant que d’obstacle par rapport à la formation et à la diffusion du savoir scientifique. Nous les regrouperons sous le terme d’idéologie.

3Les sciences biologiques et médicales sont utilisées à des fins qui leur sont extérieures pour tenter par exemple de justifier le racisme, l’eugénisme, l’existence d’une hérédité des dons, d’une hérédité des comportements ou de l’intelligence, de justifier les rapports d’exploitation de la nature et d’exploitation de l’homme par l’homme, etc.

4Les sciences biologiques et médicales contribuent à produire ou au moins à cautionner, à leur corps défendant, le concept fallacieux de prévention de toutes les maladies sur le modèle à imiter de la prévention de certaines maladies microbiennes grâce aux vaccinations ; la représentation sociale des maladies et de la mort comme une attaque externe contre laquelle il faut se défendre ; la toute puissance du génome qui s’exprime quel que soit le milieu ; la possibilité de créer des organes de régulation sociale qui maintiennent l’ordre et évitent les conflits, sur le modèle de l’organisme qui possède une régulation de la glycémie ou de la pression artérielle, etc.

5La connaissance scientifique est précédée par un pseudo savoir qui anticipe sur les réponses attendues de la part de la science, mais de manière inversée. Par exemple la connaissance immédiate « prend la réalité comme son bien » (Bachelard, 1938, p. 211), elle « se précipite au réel » (ibid., p. 213) mais la réalité scientifique est l’inverse d’un bien et exige un détour, une prise de distance. Cette connaissance immédiate prend temporairement et par avance la place de l’explication scientifique à venir en ayant cependant parfois joué un rôle moteur dans le travail de recherche à un moment donné. Le concept de programme génétique popularisé dans les années soixante comme concept scientifique et qui est aujourd’hui vivement critiqué sinon rejeté en est un bon exemple (voir, dans le dossier de ce numéro, l’article de Julie Gobert). La conception mécanique du vivant, malgré son caractère réducteur, permet la formation de certains concepts, tel celui de réflexe, de régulation ou de circulation sanguine.

6La diffusion sociale des savoirs rencontre souvent des résistances liées au refus conservateur de la nouveauté. Mais on peut aussi donner un sens positif à ces résistances dans la mesure où les personnes peuvent éprouver l’insuffisance et le caractère réducteur du savoir scientifique établi au laboratoire, savoir qui donne par exemple une représentation mécanique de l’activité humaine à travers le concept de réflexe, et qui conduit donc à mécaniser le travail, l’apprentissage, le sport, etc. (Canguilhem, 1955, p. 165). Autrement dit, il est légitime de résister à ce qui reste et restera en permanence idéologique dans le savoir constitué et validé (Rumelhard, 2009).

7L’idéologie se présente donc, dans ces quatre cas, comme ce avec quoi les sciences biologiques et médicales doivent finalement rompre pour se constituer, se rectifier ou se préserver des dégradations. Inversement une idéologie ne saurait se concevoir indépendamment d’un savoir donné ou d’une science donnée (Conry, 1974, p. 393).

8Il peut sembler aisé d’éviter toutes ces idéologies et de tracer une limite infranchissable au niveau de la recherche et de l’enseignement entre sciences et idéologies en se limitant aux faits clairement avérés à partir d’expériences au laboratoire ou d’enquêtes géographiques ou en hôpital. Beaucoup de chercheurs s’en tiennent à la paillasse, aux outils techniques, aux manipulations, oubliant les concepts qui sont aussi des outils théoriques moteurs de leur travail. Et l’enseignement des seuls résultats expérimentaux de la science, s’il est important, n’en est pas moins une idéologie car il ne décrit pas le processus historique réel de construction du savoir scientifique comprenant sa rectification permanente, la déconstruction ou la rupture avec des idéologies et des représentations à fonction sociale. Il en donne donc une représentation falsifiée. Cette représentation est celle de l’ingénieur ou du médecin technicien, réparateur d’un mécanisme perturbé et non pas du savant. Les faits n’existent pas indépendamment des concepts, des théories mais aussi des représentations qui leurs donnent sens sinon même qui les ont produites. Le savoir scientifique n’est pas le produit supposé théoriquement pur d’opérations de connaissances libérées de tout ancrage dans le système des pratiques humaines. L’obsession de constater des faits en dehors de toute théorie, illusion empiriste par excellence, s’accommode fort bien d’une métaphysique de la contemplation. On observe dans ce cas la liaison d’un empirisme et d’une idéologie de la pureté, de la préservation, de l’isolement protecteur contre toute contamination. L’enseignement scientifique doit donc inclure une analyse des idéologies pour ne pas se dégrader lui-même, pour ne pas se dogmatiser, se transformer en idéologie.

9On vient d’évoquer plusieurs sens du mot idéologie que l’on peut rassembler à cause d’une fonction commune de déplacement et d’inversion du rapport au réel, de masque de l’intérêt réel de ce savoir scientifique. Nous allons les préciser.

1. Le concept marxiste d’idéologie

10Le mot idéologie a été créé au xviiie siècle étymologiquement et positivement comme « science de la genèse des idées ». Cette acception est restée totalement inopérante et donc oubliée. Karl Marx (1832) réactive ce mot et lui donne le sens négatif et conflictuel d’une opposition à la science. « La » science (en utilisant ici un singulier abusivement unificateur) n’est précisément pas pour lui, une idéologie et ne peut en être contaminée. L’idéologie est une représentation imaginaire des rapports que les hommes entretiennent avec les rapports de production. Elle s’exprime dans la langue religieuse, métaphysique, morale, économique, juridique, politique. Cette représentation falsifiée est volontairement diffusée pour masquer l’existence des rapports réels d’exploitation et d’aliénation de l’homme par l’homme, d’exploitation des ressources naturelles de certains pays au profit d’autres, des formes de division du travail, des formes spécifiques d’appropriation des moyens de production. Ce discours n’est pas l’invention d’un individu. Il traverse collectivement les groupes (pour ne plus dire les classes !) ayant les mêmes intérêts.

11Le concept d’idéologie reste cependant initialement au second plan car il fait partie des « superstructures », des productions théoriques qui selon Karl Marx sont déterminées « en dernière instance » par les rapports réels de production économiques. Le marxisme met l’accent sur les infrastructures c’est-à-dire la matérialité des activités de production, et des rapports de production, sur l’existence de situations sociales conflictuelles, c’est-à-dire de luttes de classes. C’est Louis Althusser (1970) qui relance le concept d’idéologie en lisant les textes de Karl Marx de manière critique, en particulier à l’aide des travaux de Gaston Bachelard. À sa suite, il admet que les rapports de production concernent également les rapports de production du savoir scientifique. L’idéologie falsifie les rapports de l’homme à la nature. Pour lui la « pratique théorique » est une pratique comme les autres « pratiques pratiques » et les concepts sont des outils comme les outils matériels. À moins que les outils ne soient des concepts matérialisés. Et cette relation conflictuelle de la théorie et de la pratique est déjà une idéologie. Pour la classe dominante, le travail purement spéculatif a une dignité supérieure qui conduit à mépriser l’activité pratique. Mais il existe aussi un racisme de l’intelligence dénoncé par Pierre Bourdieu (2002). Le conflit entre théorie et pratique désigne et masque un lieu de lutte des classes. Le simple renversement suffit-il à détruire cette hiérarchie conflictuelle ? Dans certaines représentations de la production du savoir scientifique la relation s’inverse effectivement et, cette fois, c’est le travail intellectuel qui est méprisé. La pensée commune affirme « tout cela c’est de la théorie, voyons ce qu’il en est au niveau opératoire ». On tombe d’une illusion dans une autre sans pouvoir concevoir la réalité des rapports scientifiques de l’homme à la nature et les rapports de production économiques. Faut-il expliquer l’idéologie par la structure globale de la société économique avec ses relations réciproques, ou bien la structure par l’orientation des idées ? La structure coloniale, le racisme, l’esclavage, l’eugénisme ne sauraient se réduire à être un produit des rapports économiques même s’ils y jouent un rôle important.

2. Gaston Bachelard, Georges Canguilhem, Michel Foucault

12À partir de 1968, en France, le mot idéologie est abondamment diffusé pour désigner ce que les sciences ne sont pas, ce dont elles veulent se garder à tous prix, mais aussi ce qui menace chacun dans sa vie quotidienne publique ou privée en tant que des croyances nous sont transmises de manière explicite, mais aussi de manière latente, sans discours, à travers des objets, des techniques, des institutions, des règles, des valeurs, des normes intériorisées. L’idéologie s’exprime sans discours dans les institutions, les organisations matérielles, les techniques, les objets fabriqués, et elle est alors beaucoup plus difficile à démasquer. Ces normes orientent les conduites, et les rapports avec la société. En biologie de l’évolution, le créationnisme n’est pas seulement une pseudo théorie scientifique sans aucun fondement qu’il serait aisé de rejeter, sinon même de ridiculiser. Il est au service de certains gouvernements des États-Unis pour autoriser, en milieu scolaire, un discours religieux en contournant le premier amendement de la constitution. Et ce discours religieux joue un rôle politique et économique. C’est un ciment collectif au service d’un certain type d’économie pour la faire accepter. Actuellement, le discours religieux s’est déplacé et les discours sur la Nature (avec une majuscule) et sur la santé sont en passe de le remplacer en présentant ces deux questions comme des valeurs absolues à respecter en tout premier et par dessus tout.

13G. Bachelard (1938) ne fait pas usage du concept d’idéologie, ce qui ne signifie pas que certaines situations qu’il décrit comme obstacles épistémologiques ne puissent pas être relues sans anachronisme comme idéologie en acte. L’une des fonctions d’un obstacle est de combler la rupture introduite par le nouveau concept, de masquer la révolution conceptuelle (Lecourt, 1969). Mais le positivisme de certains scientifiques (Monod, 1970), critiqué par d’autres (Salomon, 1970) et celui des enseignants de SVT qui ont lu ou non Karl Popper (1975) offre encore actuellement une forte résistance à l’usage des concepts bachelardiens au niveau de la formation des concepts, au niveau de leur enseignement et de leur assimilation, malgré les nombreux travaux d’épistémologie-historique des sciences, et malgré la diffusion de ces travaux épistémologiques par les didacticiens des SVT, comme condition de possibilité d’une didactique. Pour eux la science et la non-science (Debru, 2004) sont parfaitement séparées. Elles n’interfèrent en rien. La raison et l’envers de la raison (Daled, 2008) également.

14À partir de 1967, sous l’influence des travaux de Michel Foucault et Louis Althusser, Georges Canguilhem introduit à côté du concept d’idéologie socio-politique, le concept d’idéologie scientifique (1977) que nous allons préciser. L’idéologie ne consiste pas seulement dans ce qui est abandonné par rejet du préscientifique, elle est d’abord ce qui est anticipé. Les exigences de la vie et de l’action obligent à anticiper sur ce qu’il faudrait déjà connaître et avoir vérifié avec prudence et méfiance. Mais la connaissance commune « se précipite au réel » tandis que la connaissance scientifique implique déplacement, détour, changement de point de vue. Le rapport réel au réel de la connaissance commune est en quelque sorte inversé et masqué comme dans l’idéologie politique. Le principe de précaution est un principe d’anticipation comme l’idéologie scientifique. Il invite à prévoir les conséquences et les risques des actions humaines. C’est un principe d’inventivité normative, de créativité. Mal compris il devient essentiellement un principe de protection tourné presque uniquement vers l’interdiction. Il aboutit alors à stériliser cette anticipation indispensable mais pleine de risques.

15Disons enfin qu’il est dans la nature même de l’idéologie d’être niée dans sa fonction politique d’inversion des rapports réels au réel, donc d’illusion et de masque. L’un des procédés pour aboutir à ce résultat consiste à affaiblir, à limiter, à diluer ses usages donc sa signification et surtout sa fonction. Les mots dogmes, croyances par exemple ne sont pas exactement équivalents au mot idéologie. Ils se présentent cependant en équivalent comme de simples affirmations théoriques que l’on serait libre individuellement d’accepter ou de rejeter. L’autre façon d’annuler l’existence des idéologies consiste à déclarer qu’elles ont aujourd’hui disparu car les individus savent résister aux conditionnements les plus insidieux. Depuis la disparition du marxisme qui se présentait comme une autre pensée économique opératoire, beaucoup d’hommes politiques déclarent ainsi que l’économie relève de la pensée unique. Il n’y a qu’un seul modèle possible. Le partage entre sciences et religions ou croyances serait unanimement accepté. Le créationnisme apporte un autre démenti.

16Il ne s’agit pas ici de réifier les sciences comme productrices de vérités éternelles-universelles car les savoirs scientifiques sont toujours rectifiables.

17Analysons maintenant quelques exemples. Il sera cependant très simplificateur d’établir une correspondance biunivoque entre un exemple et l’une des quatre affirmations initiales. Chaque situation est complexe et historiquement changeante.

3. L’eugénisme, idéologie d’état ou idéologie libérale

18Nous développerons longuement l’exemple de l’eugénisme pour montrer la complexité de cette idéologie et de ses relations avec la génétique. Même si un mot n’a guère de sens en dehors du contexte dans lequel il est employé, eugénisme signifie étymologiquement « bonne naissance, naissance saine » (en grec eu = bien, genèse = naissance). À l’autre bout de la vie, euthanasie signifie « bonne mort ». Sans remonter à Platon (Morange, 1998) on peut rechercher chez Francis Galton (1822-1911) scientifique, statisticien, fondateur britannique de l’eugénisme, des propos significatifs : « comme il est facile d’obtenir par sélection soigneuse une race stable de chiens ou de chevaux doués d’aptitudes particulières à la course [...] il serait tout à fait possible de produire une race humaine surdouée par des mariages judicieux pendant plusieurs générations » (Thuillier, 1984). Cet eugénisme positif par sélection des couples s’est transformé en un eugénisme négatif imposé par des lois, et mis en œuvre de manière concrète dans de nombreux pays, par l’interdiction de certains mariages, la stérilisation des individus puis par l’extermination des populations entières dans les camps de l’Allemagne nazie. Il s’agit d’éliminer les races inférieures. L’eugénisme désormais étroitement associé au régime nazi n’est plus dissociable de l’euthanasie et du génocide. Et l’on ne cesse de se demander si cette pratique de l’eugénisme n’est pas à nouveau d’actualité (Gayon & Jacobi, 2006).

19On ne trouve plus actuellement d’état qui promulgue des lois eugénistes même si une controverse persiste à propos de la Chine et de la traduction du mot chinois « yousheng » (naissance saine) apparu dans les années 1920 au moment de la traduction des nombreux ouvrages sur l’eugénisme dont l’audience s’étendait de la Suède au Japon. Devenu tabou en Chine à partir de 1949 après l’arrivée des communistes au pouvoir, à cause de l’Allemagne nazie, l’eugénisme d’état a ressurgi en 1978 à l’occasion de la politique de l’enfant unique. Le mot « yousheng » reste inscrit dans une loi. Selon Frank Dikötter (1999), directeur de l’Institut de la Chine contemporaine à l’université de Londres, nombre de publications chinoises qui se réfèrent à F. Galton, définissent clairement l’eugénisme comme la science permettant à l’état chinois, par sélection, d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales de sa population. Cette sélection négative se fait par interdiction de mariages et stérilisation imposée. Qiu Renzong (1999), directeur du programme de bioéthique, de l’académie chinoise des sciences sociales à Beijing conteste l’existence de ces contraintes qui interdisent certains mariages ou imposent des avortements ou des stérilisations. Les lois eugéniques touchent en Chine surtout les paysans et les minorités ethniques. Le Japon fournit d’autres situations (Kakimoto, 2008).

20Il est aisé de relier ces propos avec l’idéologie raciste, mais c’est insuffisant. Le lien avec la production économique est fait par Andrew Carnegie (1835-1919) : « si la loi de la concurrence est parfois rude pour l’individu, elle est meilleure pour la race parce qu’elle assure la survie des plus aptes dans tous les domaines ».

21La génétique morganienne est postérieure aux travaux de F. Galton. Cette génétique qui redécouvre Mendel à partir de 1900 est diffusée à partir de 1907 aux États-Unis. Elle donne naissance à des « convenances pour bien se marier » et « pour améliorer la race humaine » qui sont diffusés dans les manuels scolaires américains à partir de 1914. Ces conseils diminuent à partir de 1930 et disparaissent totalement en 1940. Henri Atlan (1999) prétend que pratiquement tous les généticiens ont cependant adhéré jusqu’au milieu des années 1960 à ce type de conseils mis en œuvre individuellement et librement. Un eugénisme positif est-il soutenable ?

22Nous en chercherons un seul exemple dans le livre Biologie de la collection « La Pléiade » dirigé par Jean Rostand et Andrée Tétry (1966, p. 1153-1157). Le chapitre intitulé Eugénique devrait être reproduit en entier. Il est signé d’Andrée Tétry : « un grand nombre de maladies, de tares, d’anomalies étant héréditaires [...] il était naturel de songer à stopper la naissance d’individus inaptes à la vie normale ; pour réaliser cette prévention, il fallait empêcher la reproduction des individus lourdement tarés. Le recours à la stérilisation semblait donc nécessaire ». Et l’auteur rappelle les lois promulguées et mises en œuvre aux États-Unis à partir de 1907, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Suisse, Danemark, Suède, Norvège, Finlande, Islande, Allemagne, Estonie, sans compter les pays où elles ont été proposées mais pas votées. L’auteur admet « que ces mesures soulèvent de sérieuses objections d’ordre moral et social » sans dire lesquelles. Elle se demande surtout si leur efficacité est vraiment réelle. La réponse est différente selon qu’il s’agit de gènes dominants, ou récessifs, ou liés aux chromosomes X ou Y. Elle admet que l’élimination d’un gène indésirable n’est pas chose aisée : « sous un autre aspect, l’eugénique est susceptible d’exercer une action bienfaisante ; un médecin averti [...] donnera des conseils pertinents avant la conclusion d’un mariage... dans certains cas il le jugera dangereux pour la descendance, voir même déraisonnable ». « Les mesures coercitives, les interventions brutales de l’État seront efficacement remplacées par les prescriptions d’une eugénique éducative et persuasive. Lorsque les individus seront informés et convaincus des risques que certaines unions font courir à leur descendance, ils hésiteront à contracter semblables unions ». Il reste à donner une liste de ces gènes dangereux, ce que l’auteur ne fait pas. Par contre les exemples destinés à expliquer les modes de transmission sont l’hémophilie, le daltonisme, l’albinisme, la surdité-mutité, gènes dangereux s’il en est ! Il reste aussi à se demander si, en dehors de quelques cas qui ont permis historiquement de progresser dans la compréhension de la génétique, il existe des maladies qui ne dépendent que d’un seul gène qui s’exprime nécessairement quel que soit le milieu intérieur et extérieur. La généralisation est ici fallacieuse et a un but idéologique.

23Doit-on ranger sous la bannière de « l’eugénique responsable » les demandes de diagnostic prénatal (DPN) et de diagnostic préimplantatoire (DPI en cas de fécondation in vitro) que les progrès de la génétique moléculaire ont récemment rendu possibles ? Jürgen Habermas (2002) parle « d’eugénisme libéral » et d’autres auteurs « d’eugénisme démocratique ». S’agit-il seulement d’une dramatisation excessive destinée à faire peur et/ou à créer un effet médiatique ?

24S’appuyant sur la thèse d’Yves Grenier (1990), Anne Fagot-Largeault (1993) pense que la question est plus complexe. Bien évidemment il existe des excès comme le refus d’un sixième doigt, ou la recherche de l’enfant idéal. La plupart des couples déclarent qu’ils ne cherchent pas à fabriquer l’enfant idéal, mais à éviter de mettre au monde un enfant « hypothéqué », « frappé d’un handicap majeur », qui n’aurait « aucune qualité de vie ». Non pas élire le meilleur, mais éviter le pire : ce qui se passe lors du diagnostic prénatal (DPN) ou du diagnostic préimplantatoire (DPI) est très loin du choix d’un modèle de voiture sur catalogue. À cause de la néoténie de l’être humain (à la naissance le développement est inachevé contrairement à d’autres Vertébrés), on ne juge pas du produit fini, mais de certaines conditions nécessaires d’un résultat possible. « Il ne suffit pas de mettre au monde un beau bébé : si l’on ne s’en occupe pas tous les jours pendant des années, il ne sera ni plus réussi, ni le meilleur. On ne peut pas le choisir parfait parce qu’au moment du choix il n’est pas fini, il n’est qu’une ébauche, et toutes sortes d’accidents de développement peuvent encore se produire » (Fagot-Largeault, 1993). Deux autres enquêtes indépendantes de celles d’Yves Grenier confirment que ce qui incite les femmes à recourir au DPN n’est pas le stéréotype de l’enfant parfait, mais plutôt une volonté de procréation responsable. Elle implique une réflexion philosophique sur le concept de « normalité » initiée en 1943 par Georges Canguilhem (1966) dans sa thèse de médecine et diffusée tardivement au milieu des années 1960, et une réflexion plus récente en provenance des milieux médicaux sur la « qualité de vie » (Leplège, 1999) des patients.

25Mais pour Didier Sicard (2007), président du Comité consultatif national d’éthique, la généralisation du dépistage prénatal est en train de devenir une idéologie française car elle dérive vers une sélection des embryons. Ici, l’idéologie précède la science génétique, mais les progrès de celle-ci nécessitent aussi un progrès de la réflexion éthique c’est-à-dire philosophique pour ne pas donner prise naïvement, maladroitement, ou intentionnellement à cette idéologie.

26La question didactique sera brièvement évoquée car, en tout premier lieu, il s’agit de savoir si on développe, ou non, cette idéologie et ses relations avec l’enseignement de la génétique, et si on traque sa présence même implicite. Les programmes officiels n’en parlent pas et beaucoup de manuels ne le font pas non plus.

4. La génétique et les idéologies du racisme et de l’ordre social

27La génétique est partie prenante d’autres idéologies au sens où celles-ci l’utilisent librement à leur service. Peut-on lutter contre elles à l’aide d’arguments scientifiques ? L’idéologie ne rencontre pas le réel puisqu’elle entretient un rapport inversé au réel. Pour elle il ne s’agit pas de comprendre que le réel est conçu et construit, mais qu’il suffit de le découvrir. Ceci masque le sens réel du travail des scientifiques en créant une illusion. Il est donc inutile de tenter de détruire une idéologie avec des arguments scientifiques. Des généticiens bien intentionnés tentent cependant régulièrement de le faire. Il y a quelques années (1978) dans le journal Le Monde cinq scientifiques et historiens ont publié le texte suivant rédigé par le professeur Albert Jacquard à la demande du MRAP : « Le président du Front national vient de révéler le fond de sa pensée en déclarant comme une évidence que les diverses races humaines sont inégales et que certaines sont meilleures que d’autres. Au nom de la rigueur scientifique, nous nous élevons contre de telles affirmations. Certes tous les humains (à la seule exception des vrais jumeaux) reçoivent des dotations génétiques différentes. Ils sont donc génétiquement “non égaux”, mais cette non-égalité n’est nullement synonyme de hiérarchie. Le concept de race ne peut être défini qu’au sein d’espèces dont divers groupes ont été isolés les uns des autres suffisamment longtemps pour que leurs patrimoines génétiques se différencient. Il se trouve que, dans l’espèce humaine, cette différenciation est si peu marquée que le concept de races humaines est non opérationnel (François Jacob). Enfin, la supériorité attribuée à tel ou tel groupe humain n’est que le reflet des fantasmes de personnages qui ne trouvent leur confort intellectuel que dans le mépris de ceux qui ne leur ressemblent pas. Toutes les cultures ont contribué, chacun avec son génie propre, à la construction de notre humanité ».

28Quelques temps après, à la demande de nombreux lecteurs, Alain Rollat répondait dans le même journal : « Argumenter sur la diversité des races, au nom de la rigueur scientifique, pour prouver l’égalité des hommes, c’est déjà admettre que cette égalité peut être sujette à discussion ». Puis reprenant une longue citation de Vercors publiée 36 ans auparavant, il rappelait que « ce que nous appelons humanité se situe justement en dehors de toute biologie, absolument hors du terrain où les racistes prétendent se tenir et seraient trop heureux de nous entraîner ». Les concepts de personne humaine, d’humanité, de nature humaine, de nature ne sont en rien des concepts scientifiques. Ce sont des valeurs communes aux démocraties qui les affirment dans leur constitution, telles la déclaration des droits de l’homme de 1789 reprise et complétée en préambule de la constitution française de 1946 puis de 1958, et la déclaration universelle des droits de l’homme de 1958. La liaison du racisme avec l’économie, c’est-à-dire l’exploitation d’une main d’œuvre docile, exportable et corvéable à merci est évidente, même si cela n’épuise pas la question.

29Une autre façon d’introduire une hiérarchie entre les groupes humains ou les individus dans un même groupe consiste à attribuer de manière réductrice une « toute puissance » à certains gènes. Au mieux on se demande quelle est « la part des gènes, et la part du milieu » (Morange, 1998). Il est certain que quelques rares maladies graves dépendent d’un seul gène qui s’exprime quelles que soient les conditions physiologiques et les conditions du milieu (phénylcétonurie, mucoviscidose, hémophilie). Mais ceci n’autorise pas à généraliser à des maladies plus complexes dans lesquelles interviennent plusieurs gènes qui sont eux-mêmes polyvalents et vicariants, le milieu intérieur et le milieu extérieur, ou à des maladies mentales (schizophrénie) et a fortiori à des qualités intellectuelles (don, intelligence) ou comportementales (pédophilie, criminalité, et principalement les crimes sexuels) dans lesquelles l’intervention des gènes est purement hypothétique. Ce discours qui était resté au second plan a été réactualisé au moment de la campagne pour l’élection présidentielle en France en 2007. Il existerait des criminels nés et des fous de naissance. Cette façon de raisonner même atténuée en termes de « la part de… » est totalement contestable. On ne saurait séparer gène et milieu. Leur interaction est très étroite et l’un n’existe pas sans l’autre. On parle d’interdépendance. Après une analyse mathématique de la variance qu’il faudrait citer en entier, Albert Jacquard (1978) propose une image analogique. Supposons deux groupes de maçons chargés de faire un mur. Si l’un des groupes est chargé de faire le ciment et l’autre de disposer les briques, l’analyse en termes de « la part de… » n’a aucun sens. Ni l’un ni l’autre groupe ne peut construire le mur à lui seul. Seule l’interaction des deux est efficace. Isoler gène et milieu conduit à la thèse idéologique de la toute puissance du génome quel que soit le milieu. Et l’on peut alors parler du « gène de... ».

30Auguste Comte, créateur de l’idéologie positiviste, effrayé par les mouvements révolutionnaires du milieu du xixe siècle en France, tente de concilier « Ordre et progrès » (devise inscrite sur le drapeau brésilien). Elle imprègne l’enseignement et la représentation sociale de la science. Plus récemment, selon Dominique Lecourt (1993) l’idée de programme développée en génétique à partir du milieu des années 1960 enveloppe l’idée d’ordre. Elle se prête sous des dehors modernes à cimenter toute idéologie d’ordre à commencer par la mise en ordre des pensées. Bien d’autres éléments interviennent dans cette idéologie du contrôle social (Ramonet, 1997) en dehors des sciences, à travers les techniques du recueil d’information et de communication. Toutes les techniques de la biométrie y participent (empreintes digitales, fond d’œil, iris, empreinte génétique, etc.) et sont même mises parfois à la disposition de tout un chacun comme certains tests ADN vendus sur Internet.

5. Du concept intégrateur de réflexe au réductionnisme du taylorisme et du behaviorisme

31Nous développerons longuement cet exemple pour montrer sa complexité et en tirer des conséquences didactiques. L’investigation des réflexes s’est longtemps faite en classe sur un animal, la grenouille, que les élèves manipulaient éventuellement eux-mêmes. À la suite des nombreux interdits touchant l’expérimentation sur l’animal vivant, l’enseignement s’est orienté vers l’analyse des réflexes tendineux chez l’homme que l’on peut étudier de manière non invasive à l’aide d’électrodes réceptrices placées sur la jambe d’un élève volontaire et d’un enregistrement sur écran d’ordinateur. La volonté de commencer l’enseignement par une activité pratique des élèves a guidé ce choix mais la situation expérimentale est ici profondément différente.

32Dans l’étude des réflexes, le fait que la grenouille soit spinale, c’est-à-dire que l’on a détruit le cerveau en ne maintenant que la moelle épinière n’appelle en général aucun commentaire théorique. L’enseignant indiquait les stimulations à porter sur les pattes, et les observations étaient laissées à l’initiative de l’élève. Le réflexe observé était celui des mouvements de flexion et d’extension coordonnés des jambes. L’animal est suspendu dans une position artificielle de façon que le poids du corps ne pèse pas sur les muscles des jambes pour observer des flexions. Le rôle des différentes parties du cerveau pouvait alors être isolé, pourvu que l’anatomie en soit connue. Par la suite, le fait de travailler sur les réflexes tendineux de l’homme qui n’est bien évidemment pas anesthésié, n’appelle non plus aucun commentaire théorique.

33Faut-il avoir lu le chapitre de la thèse de Georges Canguilhem sur « les animaux décapités » dans sa publication intitulée La formation du concept de réflexe au xviie et xviiie siècle publiée en 1955 et complétée en 1968 par un article sur le xixe siècle, pour réfléchir sur les animaux décapités et sur l’obstacle épistémologique qu’ils représentent ? C’est une rupture, une révolution : la décentration du centre de commande. La moelle seule suffit pour réaliser un mouvement. Et ceci est observable chez la grenouille dont les fonctions nerveuses sont moins bien coordonnées que chez les mammifères. Cette décentration est inconcevable pour tous ceux qui pensent la commande nerveuse sur le modèle anthropomorphique hiérarchique centralisé partant nécessairement du cerveau. Mais comme bien souvent en biologie, les grandes révolutions sont inaperçues scientifiquement et donc pédagogiquement. C’est l’historien des sciences armé d’une réflexion épistémologique qui le met en lumière.

34Le réflexe myotatique exploré chez l’homme à partir d’un choc sur le tendon achilléen ou rotulien est actuellement un geste médical. Il est maintenant utilisé à des fins pédagogiques d’investigation et de « découverte » du concept de réflexe. Mais il faut se demander si ce simple geste médical est le produit d’une observation empirique, ou bien le produit du concept de réflexe préalablement établi au laboratoire sur les animaux et transposé à l’homme. Autrement dit, le concept décalque-t-il l’observation empirique, ou bien à l’inverse l’observation est-elle le produit du concept. Ici réside bien souvent le contresens pédagogique : de l’observation au concept (ce qui justifie la méthode par investigation), ou bien du concept à l’observation (ce qui contredit le caractère spontané de la soi-disant découverte par investigation). Dans le premier cas, comprendre c’est seulement voir (Rumelhard, 1979). L’histoire des sciences a immédiatement une traduction pédagogique, dans la mesure où elle peut permettre de rectifier une inversion des relations entre faits et concepts à fonction idéologique. Mais l’histoire des sciences n’est pas immédiatement une aide car elle peut elle-même être écrite de deux façons. Revenons à l’invention du concept de réflexe pour l’illustrer.

35Dans la conclusion de sa thèse sur La formation du concept de réflexe au xviie et xviiie siècle, Georges Canguilhem (1955, p. 169) précise que « la notion de réflexe met cent soixante-trois ans, entre le De motus musculari de Willis (1670) et le premier Mémoire de Marshall Hall (1833) à devenir un fait ». Cette phrase peut sembler paradoxale à ceux qui pensent qu’un concept ne peut naître qu’à partir d’un fait, et non l’inverse. Ils pensent que ce n’est pas le concept qui guide la recherche d’une observation. Quelques pages auparavant il précisait : « il nous faut rechercher jusqu’à l’hôpital, jusqu’à la clinique, la trace du réflexe 1850 […] La valeur sémiologique du signe de Babinski fondé sur l’inversion de sens du réflexe cutané plantaire achève, à la fin du xixe siècle, de donner au réflexe le statut d’un fait biologique dont on ne sait plus désormais si son existence réalise un concept ou si son concept décalque, en quelque sorte, son existence. Les réflexes existent puisque, en somme, le médecin traite et guérit parfois des maladies du système nerveux dont le diagnostic inclut, au titre de symptôme, les effets de leurs troubles ou de leur disparition ».

36Dès lors deux façons d’écrire l’histoire des sciences et d’enseigner les sciences s’opposent. Commencer par les intuitions de Willis et les images purement analogiques (réflexion de la lumière) utilisées à l’époque afin d’apprécier leur rôle inventif ( = heuristique) et réellement moteur dans le développement du savoir. Ou bien commencer au moment ou le concept fait la preuve de sa validité, en rupture avec tout verbalisme, grâce à des expérimentations de laboratoire, des observations cliniques, et des explications proposées pour un grand nombre de faits construits ou simplement donnés. Commençons dans ce deuxième cas avec les travaux de Johannes Müller et Marshall Hall au début du xixe siècle et rejetons Willis dans la préhistoire.

37Ce réflexe myotatique également nommé réflexe tendineux donne, apparemment, l’épaisseur d’un fait d’observation empirique au concept de réflexe. En fait ce sont deux allemands, Erb et Westphal en 1875 (Canguilhem, 1955, p. 162), qui inventent ce test médical. En France, c’est Charcot qui l’introduit en 1880. Mais le concept de réflexe est à peu près établi au laboratoire sur les animaux dès 1850, même s’il sera complété par la suite. Ce test permet de détecter, en dehors des accidents graves directement observables, une neuropathie sensitive ataxique des membres inférieurs liée au diabète, à l’alcoolisme ou à d’autres causes inconnues. Autrement dit, cette neuropathie se traduit par la disparition des réactions sensitives de la peau, des muscles et des tendons par destruction irréversible des axones des différents nerfs sensitifs allant vers la moelle épinière.

38Mais ce réflexe peut également être absent non pas à cause d’une destruction des axones mais parce qu’il est inhibé. En cas d’absence, avant de conclure à une neuropathie, Jendrassik propose de demander au patient de serrer les deux mains et de tirer fortement vers l’extérieur pour le faire réapparaître, ce qui conduit à lever une inhibition. Cette situation peut se produire en classe. J. Dewaele (2000) a fait un long article sur ce concept auquel nous renvoyons le lecteur. Notons encore que pour de nombreuses personnes cette disparition de la régulation de la tension du muscle à partir des récepteurs est incompréhensible puisque la commande motrice persiste et permet de marcher. Or, selon une représentation commune largement partagée, toute commande provient du cerveau et permet de réaliser correctement l’ordre sans qu’il soit nécessaire de l’ajuster à partir d’une information en retour. Que la sensibilité de la peau ait disparu est admissible, mais le concept de régulation est incompréhensible. D’autant que la marche reste possible en utilisant les repères visuels appris depuis l’enfance. En fermant les yeux on risque de tomber. Ce qui est devenu impossible (et impossible à admettre), c’est l’impossibilité de mouvements fins de coordination des deux jambes tel que faire patiner un embrayage de voiture par exemple.

39Dernière remarque, chez l’individu normal le médecin ne cherche pas à tester l’existence du réflexe myotatique, mais bien au contraire l’influence des autres centres nerveux sur ce réflexe et le fait qu’il est plus ou moins inhibé. Dans une optique positiviste ce réflexe est conçu comme un mécanisme élémentaire isolé juxtaposé aux autres. En fait il est intégré dans l’organisme et interagit avec lui. L’investigation en classe de ce réflexe est donc loin d’être simple et de conduire de manière spontanée et sans rupture vers l’idée de régulation de la tension du muscle ayant pour but le maintien d’une posture ou d’un équilibre. Ce travail implique donc l’assimilation préalable du concept de régulation. L’investigation en classe risque un double contresens sur les deux concepts de réflexe et de régulation. Grâce à ce mécanisme le réflexe myotatique participe donc au maintien de la posture. Et la question du maintien de la posture implique plusieurs problèmes à résoudre : repérage dans l’espace, détection de la verticale ou de la résultante des forces en un lieu donné, modification coordonnée des tensions des divers muscles impliqués, mécanisme de régulation permettant d’ajuster finement le mouvement et de corriger les perturbations éventuelles.

40Quelques mots sur la diffusion sociale du savoir et sur la signification populaire du mot réflexe dont les élèves ont eu éventuellement connaissance avant le travail scolaire. C’est l’un des mots scientifiques le plus largement vulgarisé. Tout le monde peut dire, dans diverses situations, « j’ai de bons réflexes ». Son application dans la physiologie du travail c’est le taylorisme, la mécanisation des gestes de fabrication. La résistance des ouvriers à cette mécanisation montre l’insuffisance de ce concept au niveau même de son analyse biologique. On ne peut réduire le fonctionnement de l’organisme à un ensemble de mécanismes juxtaposés automatisés. Il est légitime de résister car chacun se vit comme une totalité intégrée et non comme une juxtaposition de mécanismes.

41Et le taylorisme est en accord avec le béhaviorisme (mot traduit par comportement par Henri Piéron au début du xxe siècle). Et les travaux pédagogiques sur les savoirs à enseigner décrits à partir des années soixante par les termes de capacités et d’aptitudes, se nomment désormais comportement et compétences. Voilà jusqu’où doit aller un enseignement de biologie qui se veut une pièce d’une culture générale. Mettre en relation un savoir purement physiologique avec des savoirs psychologiques (béhaviorisme), et psychosociaux (taylorisme), ce que nous ne pouvons développer ici.

6. Déplacer les idéologies est un travail sans fin

42Les médicaments, lois, règles, pratiques médicales et chirurgicales, techniques de mesure des constantes physiologiques, d’imagerie non invasives rétroagissent sur la représentation sociale de chaque science biologique ou médicale. Tant que les applications sont positives, la science et les scientifiques sont globalement valorisés, mais les effets négatifs risquent en retour de créer soupçon, crainte, angoisse, rejet, sinon même des actions politiques de destruction (champs et laboratoires expérimentant les OGM) ou de mise à l’écart (absence d’experts scientifiques dans les commissions sur les antennes relais). Les concepts de technoscience, de science hybride, de complexe militaro-industriel, décrivent-ils la nouvelle réalité du travail des scientifiques ou une nouvelle idéologie (Ramonet, 1992) ? D’après ces trois concepts ce sont la technique, l’économie, le politique, le militaire qui sont les véritables moteurs de la recherche scientifique. La lutte contre les biotechnologies est-elle une lutte légitime contre l’exploitation capitaliste libérale ? Doit-elle s’étendre à une lutte contre les recherches scientifiques faites en laboratoire et en plein champ expérimentaux dans ce domaine ? Si la science tend à s’affranchir de tout lien avec l’économie, la politique, le militaire, la sociologie, la psychologie, le génie propre des individus, ce n’est pas un état donné a priori ni définitivement acquis au départ. « Rationalistes nous tentons de le devenir » disait G. Bachelard. Il est donc aisé de réaliser des enquêtes de sociologie, d’économie, de psychologie, montrant qu’il n’en est rien actuellement dans tel ou tel domaine de recherche. Il faut certainement toujours dégager les sciences de leur gangue positiviste. Et ce travail est sans fin car l’idéologie politique est sans fin ou plutôt elle se recrée en permanence dans un langage et des situations renouvelées. Mais il faut aussi admettre avec G. Canguilhem (1961) que « la science est cette lumière de l’intelligence qui institue savant un homme qu’elle dépasse comme homme. En ce sens, la science n’a pas de maître, pas même le savant, et à plus forte raison le politique, le militaire ou l’industriel ».

43Le travail d’analyse critique des idéologies est donc immense et toujours à refaire « ici et maintenant ». Concernant les sciences du vivant il devrait comporter de manière centrale les concepts de nature et de progrès (Canguilhem, 1987 ; Lecourt, 1997). La nature est une fiction philosophique (Lecourt, 1993) et non pas l’objet d’étude des sciences de la nature, tandis que de nombreuses découvertes scientifiques ont apporté simultanément, y compris en médecine, avancées et reculs, améliorations et aggravations sur le plan matériel et humain. De nombreuses autres questions à analyser concernent les rapports de la technique et de la vie, la question de la santé, la question des normes, du normal et du pathologique, de la normalisation et de la normativité. Voilà des thèmes que le travail d’analyse puis de traduction didactique doit entreprendre à la lumière des quatre significations énoncées au début de cet article et qui s’entrecroisent dans les diverses sciences biologiques et médicales.

Haut de page

Bibliographie

ALTHUSSER L. (1970). Idéologie et appareils idéologiques d’état. Québec : Édition électronique de l’université du Québec : UQAC.

ATLAN H. (1999). La fin du tout génétique. Paris : INRA.

BACHELARD G. (1938). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin.

BOURDIEU P. (2002). Interventions 1961-2001. Marseille : Agone, 487 p. [texte paru en 1983 sous le titre Classe contre classe].

CANGUILHEM G. (1955). La formation du concept de réflexe aux xviie et xviiie siècles. Paris : PUF. [2e édition augmentée : 1977. Paris : Vrin.]

CANGUILHEM G. (1955/2002). Le problème des régulations dans l’organisme et dans la société. In Écrits sur la médecine. Paris : Éd. du Seuil, p. 101-125.

CANGUILHEM G. (1961). Nécessité de la diffusion scientifique. Revue de l’enseignement supérieur, n° 3, p. 5-15.

CANGUILHEM G. (1966). Le normal et le pathologique. Paris : PUF.

CANGUILHEM G. (1968). Le concept de réflexe au xixe siècle. In Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie. Paris : Vrin.

CANGUILHEM G. (1968). Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie. Paris : Vrin.

CANGUILHEM G. (1974). La question de l’écologie. La technique ou la vie.

CANGUILHEM G. (1977). Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie. Paris : Vrin

CANGUILHEM G. (1987). La décadence de l’idée de progrès. Revue de Métaphysique et de Morale, n° 4 p. 437-545.

CONRY Y. (1974). Introduction du darwinisme en France au xixe siècle1. Paris : Vrin.

CONRY Y. (1983). De Darwin au darwinisme. Science et idéologie. Paris : Vrin.

DAGOGNET F. (2000). Considérations sur l’idée de nature. Paris : Vrin.

DALED P. (éd) (2008). L’envers de la raison. Alentour de Canguilhem. Paris : Vrin.

DEBRU C. (2004). Georges Canguilhem, science et non-science. Paris : Éd. ENS.

DEWAELE J. (2000). Activité de modélisation dans l’enseignement du réflexe myotatique. In La régulation en biologie. Approche didactique : représentation, conceptualisation, modélisation. Paris : INRP, p. 107-130.

DIKÖTTER F. (1999). Des décisions imposées. Le courrier de l’Unesco, septembre, p. 31.

FAGOT-LARGEAULT A. (1993). Normativité biologique et normativité sociale. In J.-P. Changeux (éd.). Fondements naturels de l’éthique. Paris : Odile Jacob, p. 195-198.

FAGOT-LARGEAULT A. (2002). Diversité humaine et qualité de vie. Université de tous les savoirs. 440e conférence.

GAYON J. & JACOBI D. (éd.) (2006). L’éternel retour de l’eugénisme. Paris : PUF.

GRENIER Y. (1990). Le diagnostic prénatal – ses implications psychologiques et éthicophilosophiques. Une étude comparée France-Québec. Thèse doctorat de philosophie, université Créteil-Paris 12.

HABERMAS J. (2002). L’avenir de la nature humaine. Vers un eugénisme libéral ? Paris : Gallimard.

JACQUARD A. (1978). Éloge de la différence. Paris : Éd. du Seuil, p. 81-108, p. 154-162.

KAKIMOTO Y. (2008). L’ancienne loi de protection eugénique : c’était le contrôle gouvernemental de la qualité populaire ou le choix de la société ? Intervention au colloque Autour du corps humain. Bioéthique comparée France – Japon 4-5 septembre 2008. Disponible sur le site du centre Georges Canguilhem : <http ://centrecanguilhem.net/>.

LECOURT D. (1993). La notion de « programme » s’applique-t-elle à la pensée ? In À quoi sert donc la philosophie ? Des sciences de la nature aux sciences politiques. Paris : PUF, p. 125-135.

LECOURT D. (1993). De la nature comme fiction. In À quoi sert donc la philosophie ? Des sciences de la nature aux sciences politiques. Paris : PUF, p. 103-114.

LECOURT D. (1997). Ordre et progrès. In Déclarer la philosophie. Paris : PUF.

LEPLEGE A. (1999). Les mesures de la qualité de vie. Paris : PUF.

MARX K., ENGEL F. (1832). L’idéologie allemande.

MONOD J. (1970). Le hasard et la nécessité2. Paris : Seuil.

MORANGE M. (1998). La part des gènes Paris : Odile Jacob.

Popper K.R. (1959/1973/1989). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot.

QIU RENZONG (1999). Réduire les anomalies congénitales. Le courrier de l’Unesco, p. 30.

RAMONET I. (éd.) (1997). Culture idéologie et société. Le Monde diplomatique. Hors série.

RAMONET I. et al. (1992). L’homme en danger de science ? Le Monde diplomatique, Manière de voir, n° 15.

ROSTAND J. (éd.) (1965). Biologie. Paris : Gallimard.

RUMELHARD G. (1979). Le processus de dogmatisation. Actes des JIES n° 1, Chamonix.

RUMELHARD G. (éd.) (2000). La régulation en biologie. Approche didactique : représentation, conceptualisation, modélisation. Paris : INRP.

RUMELHARD G. (2006). Éthique du risque, éthique de la protection et de la peur. La bonne santé c’est prendre des risques, les assumer et en triompher. In M. Coquidé, J.-M. Lange & S. Tirard (éd.). Épidémiologie. Pour une éducation raisonnée à l’incertitude. Paris : Vuibert-ADAPT.

RUMELHARD G. (2009). Le caractère inévitablement réducteur des connaissances biologiques et médicales : le cas de l’hypertension. Revue Recherches et Ressources en Éducation et en Formation, RREF, p. 65-73.

SALOMON J.-J. (1970). Sciences et politique3. Paris : Seuil.

SALOMON J.-J. (1999). Survivre à la science. Une certaine idée du futur4. Paris : Albin Michel.

SICARD D. (2007). La France au risque de l’eugénisme. Le Monde, 5 février, p. 14.

THUILLIER P. (1984). La tentation de l’eugénisme. Galton et la naissance de l’eugénisme. La Recherche, n° 155, p. 735-748.

Haut de page

Notes

1 Ce livre contient un chapitre sur Darwinisme et idéologies : p. 393 sv.

2 Ce livre est un bon exemple de vision positiviste.

3 Ce livre critique du positivisme est contemporain de celui de Jacques Monod. Il n’aura pratiquement aucun écho.

4 Écrit trente ans après le précédent, ce livre aura plus d’échos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Rumelhard, « Sciences et idéologies », RDST, 1 | 2010, 223-240.

Référence électronique

Guy Rumelhard, « Sciences et idéologies », RDST [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rdst/221 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdst.221

Haut de page

Auteur

Guy Rumelhard

guy.rumelhard@wanadoo.fr
UMR STEF (ENS Cachan, INRP, PRES-UniverSud Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’École normale supérieure de Lyon

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals