Navigation – Plan du site
Note(s) de lecture et avis de parution

Emiliano Sfara, Georges Canguilhem inédit. Essai sur une philosophie de l’action

Paris : L’Harmattan, 2018
Patricia Schneeberger
p. 199-206
Référence(s) :

Emiliano Sfara, Georges Canguilhem inédit. Essai sur une philosophie de l’action, Paris : L’Harmattan, 2018

Texte intégral

  • 1 Thèse de philosophie sous la direction d’Anastasios Brenner, université Montpellier 3 et de Danièle (...)

1Ce livre est une version intégrale de la thèse de doctorat de l’auteur, intitulée La philosophie de Georges Canguilhem à travers son enseignement, 1929-1971 : examen du concept d’action1 (2015). La thèse d’Emiliano Sfara s’appuie sur la lecture de textes inédits de Canguilhem, accessibles depuis peu (2008), qui correspondent aux nombreux cours préparés par le philosophe pendant la période où il a enseigné, de 1921 à 1971, dans les lycées et les universités. Son travail permet de mettre à jour des liens entre ces écrits et les thèses défendues dans ses ouvrages consacrés à l’histoire des sciences. L’ouvrage, comme la thèse, montre l’importance de la pensée de Canguilhem, qui met la philosophie de l’action au centre de ses réflexions.

2Sfara part du thème de la technique, à propos de laquelle il montre comment Canguilhem conçoit le rapport de celle-ci à la science et à la connaissance et relève un ensemble d’analyses qui se rapportent à l’action en tant que concept philosophique. L’étude de l’intégralité des œuvres de Canguilhem permet de repérer l’influence de la philosophie d’Alain (dont Canguilhem a été l’élève) notamment pour ce qui concerne la théorie de l’action canguilhemienne. Cette théorie, que l’auteur de l’ouvrage a pu identifier dans plusieurs textes inédits, irrigue les textes publiés à partir de 1943, c’est-à-dire après la thèse de médecine de Canguilhem sur le normal et le pathologique.

3Dans cette note de lecture, nous reprendrons seulement quelques problèmes que Sfara relie au concept d’action et qui nous serviront à baliser l’étude de l’apport théorique de Canguilhem : le rapport de la technique à la science, la relation théorie-pratique, le problème du langage, la question de l’histoire des sciences, le lien entre création et action.

4Plutôt que de paraphraser le texte de Sfara, nous donnerons de larges extraits de sa thèse, où il cite lui-même de nombreux autres auteurs qui ont analysé avant lui l’œuvre de Canguilhem.

Le rapport de la technique à la science

5Dans deux brefs textes (« Descartes et la technique », 1937 et « Activité technique et création », 1938), Canguilhem aborde un problème philosophique :

« l’activité technique est-elle un simple prolongement de la connaissance objective […] ou bien est-elle l’expression d’un “pouvoir” original, créateur en son fond, et pour lequel la science élaborerait […] un programme de développement ou un code de précautions" ? ».

6Canguilhem rapporte que, selon Descartes, l’action de l’ingénieur relève de la mise en pratique d’une série de règles prédéfinies par la connaissance objective. Ainsi, le modèle cartésien postule l’antériorité de la science (ensemble de lois, principes et règles abstraites) sur la technique. En opposition à cette thèse, Canguilhem propose un renversement des relations entre science et technique en plaçant, la technique avant la science, sur un plan chronologique et théorique.

7Canguilhem développe le concept d’action créative pour caractériser le processus technique dont le résultat est une création, dans la mesure où l’activité pratique ne débouche pas sur un produit conforme aux finalités initiales. Sfara montre comment ce concept, transporté dans le domaine biologique-médical, permet à Canguilhem de comprendre les dynamiques biophysiologiques de l’organisme et de construire le concept de normativité (Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique, 1943) défini comme infraction persistante à une norme. Dans un écrit ultérieur (« Machine et organisme », 1952) Canguilhem dénonce l’assimilation de la machine à l’organisme en postulant que la normativité est l’apanage du fonctionnement de l’organisme, alors que le fonctionnement de la machine répond à un ensemble de règles, sans régulation interne (auto-construction, auto-réparation, etc.). Plus tard, dans un écrit intitulé « Le problème des régulations dans l’organisme et dans la société » (1955), Canguilhem s’intéresse au fonctionnement des organismes sociaux, dans lesquels les fonctions de régulation, inhérentes à l’organisme, sont absentes.

8Plus de vingt ans après les écrits des années 1930, cités ci-dessus, Canguilhem revient, à l’occasion de séminaires, sur le thème de la technique et sur l’équivalence technique-action. Certains aspects de l’action humaine, déjà présents dans les premiers écrits, sont à nouveau examinés, à travers le caractère imprévisible de l’issue de l’action. L’opposition entre science et technique, qui tient à la nature créative de la technique, est alors réaffirmée en postulant que celle-ci ne peut être subordonnée à une règle préliminaire. Canguilhem prend pour exemple (à la suite de Descartes) la fabrication des lunettes d’approche qui sont le produit de l’expérience et non de la connaissance de la propagation de la lumière dans différents milieux.

9Ainsi, en cherchant à établir une sorte de filiation entre les différents écrits de Canguilhem, Sfara s’empare du développement de la thèse de l’antériorité de la technique sur la science, pour expliquer comment le concept d’action se déploie dans l’ensemble de l’œuvre du philosophe.

10On peut lire page 109 :

« la technique, à savoir l’activité de fabrication d’un nouvel outil, d’une nouvelle machine (ce qu’on appelle généralement invention ou découverte), est une activité créative en tant qu’activité pratique et non théorique (création due au hasard qui accompagne le moment purement pratique, et non application passive d’une règle préalable) ».

Le rapport théorie/pratique

11Dans l’extrait précédent, nous voyons que (dès ses écrits de 1937 et 1938) Canguilhem remet en cause la relation linéaire théorie-pratique telle qu’elle apparaît dans les conceptions comtiennes et cartésiennes, qui font naître la pratique d’une théorie préexistante. Il ne sépare pas pour autant les deux entités mais précise ce qui les distingue. Ainsi, il associe la théorie à la rationalité et à la preuve alors que la pratique est liée au jugement de valeur, lui-même en lien avec la volonté, la décision.

12Selon Sfara (p. 278), la notion d’idéal, de perfectibilité est, d’après Canguilhem, également inhérente à la science :

« Mais dans ce dernier texte [L’action, inédit, datant de 1966-67], nous avons vu que la théorie est interprétée comme dépositaire de l’idéal moral, poussant une théorie donnée à passer par la pratique afin de tenter de réaliser (tout en n’y arrivant jamais) son idée de perfectibilité. »

13Cet extrait de l’ouvrage montre comment Canguilhem met en tension théorie et pratique, faisant ainsi apparaître la complexité de leurs relations. Sfara poursuit en affirmant que, pour Canguilhem, l’antériorité de la pratique sur la théorie n’implique pas pour autant l’absence d’une connaissance initiale. Au contraire, l’action pratique qui « procède d’une théorie, mais d’une théorie qui n’est pas connaissance exacte (mathématique, physique) ou achevée des choses », constitue un acte de « compensation » de l’incomplétude inhérente aux postulats constitutifs de la théorie initiale.

14Par ailleurs, Sfara relève (p. 25) que dans le manuscrit « Activité technique et création », Canguilhem précise que,

« Intellect et rationalité entrent en revanche en jeu lorsqu’un acte pratique originaire, soit un acte technique, échoue, dans la mesure où il ne correspond pas aux finalités qui avaient déclenché l’acte pratique lui-même ».

15Il ajoute que Canguilhem étaye cette thèse par des exemples, et cite le cas de la thermodynamique et celui des théories pasteuriennes :

« la thermodynamique est née de recherches relatives au rendement de la machine à vapeur ; [...] les théories pasteuriennes ont été formulées et vérifiées à propos de mécomptes techniques ».

Le problème du langage

16Le discours de Canguilhem fait également intervenir le langage, à différentes occasions, que l’ouvrage de Sfara a relevées. Ainsi, page 48, pour expliciter le décalage qui existe entre théorie et concept dans la théorie de Canguilhem, il se réfère à l’ouvrage de Quarta (1974), philosophe italien qui s’est intéressé à la philosophie des sciences. Nous reprenons la citation suivante, traduit de l’italien par Sfara :

« L’histoire des concepts, en revanche, a comme point de départ un concept à savoir un problème, et comme but celui d’enquêter sur sa naissance, entendue comme commencement absolu, et sur son affirmation, c’est-à-dire lorsque sa définition apparaît comme définitivement achevée. Elle [sa définition] ne consiste en fait, initialement, qu’en un mot et en une définition, qui a pour but d’identifier le problème, mais qui le spécifie, de sorte que le mot devient notion. Le langage devient ainsi l’instrument de l’invention du concept, comme l’instrument est la pratique scientifique, en tant qu’ensemble d’observations et expérimentations dirigées, d’une certaine façon, par des exigences souvent externes à la science elle-même ».

17Plus loin (p. 49), Sfara précise le rôle que Canguilhem fait jouer au langage dans l’histoire d’un concept, en citant un extrait de l’ouvrage de D. Lecourt (1972), qui s’intéresse à la problématique du concept et du mot.

« il faut savoir faire la distinction entre la présence du mot et celle du concept. G. Canguilhem le rappelle souvent : un mot n’est pas un concept. Faisant écho aux thèses de Bachelard, il montre qu’aucune déduction mécanique n’est possible de la présence du mot à celle du concept. Qui plus est : un même mot peut recouvrir des concepts différents ; c’est pourquoi le langage des œuvres scientifiques doit être scruté de près. Les métaphores et les analogies doivent être analysées et rapportées à leur terrain d’origine. Dans le cas du réflexe, nous venons de voir que la métaphore optique, ignorée des historiens, suscite d’emblée l’interrogation. Inversement, l’absence du mot n’est pas nécessairement l’indice de celle du concept : si le concept est essentiellement “problématique”, il se peut que la formulation du problème ait été effectuée avant que le mot ne soit inventé, ou importé d’un autre domaine théorique. » (Lecourt, 1972, p. 79).

18Ces différents passages illustrent la pensée de Canguilhem relative à l’histoire d’un concept scientifique, qui ne peut se réduire à l’usage d’un mot, souvent importé d’un autre domaine que celui des sciences, ou une définition. Nous ajoutons que cette thèse est défendue dans différents ouvrages de Canguilhem à propos du concept de réflexe (1956), celui d’hormone (1959), celui de cellule (1992).

19Nous retenons également que Canguilhem table sur une relation entre concept et problème alors que la théorie renvoie à des solutions. En ce sens, sa conception est proche de celle de Bachelard qui considère que toute connaissance scientifique « vient en réponse à une question » (1938). Sfara rappelle cependant que Canguilhem n’a rencontré les œuvres de Bachelard qu’assez tardivement, en tenant pour preuve la citation suivante (extraite d’une lettre de 1987 de Canguilhem adressée au chercheur hollandais Kees Hertog) :

« Je n’ai connu personnellement Bachelard qu’après la soutenance de médecine, en 1943. Ma conception normative de la vie ne doit rien à la lecture des œuvres de Bachelard, pourtant connues de moi, à la fois par goût, et par obligation professionnelle. [...] Je fais seulement des réserves sur la parenté, exposée par vous, de ma conception de la “vie” et de son étude d’une part, et de ma conception épistémologique de l’histoire des sciences d’autre part ».

20Sfara fait référence (p. 43 et suivantes) aux travaux de Macherey (1974) pour qui le problème des rapports entre langage, théorie et pratique, constitue « l’âme de la doctrine canguilhemienne ». Selon cet auteur, la distinction entre d’abord le concept et ensuite la théorie est capitale en histoire des sciences. Quant à l’expérimentation, elle doit « être interprétée en concomitance avec l’idée de concept et de théorie ». Sfara rapporte comment Macherey envisage la façon dont Canguilhem aborde la question du langage :

« Tandis que le concept indique l’état d’un problème, ce problème n’étant défini que grâce au langage, lequel à son tour permet le transport de sens d’un champ du savoir à l’autre, la théorie coïncide avec une chaîne de mots, dont la valeur n’est plus mise en discussion. Le langage, donc, permettrait l’évolution et le changement d’un problème dans le temps ; le simple mot, au contraire, donne au problème une réponse qui prétend rester stable dans le temps : déceler l’apparition d’un problème ou d’une notion, c’est ramener la science à sa matière première immédiate ».

21Macherey affirme que pour Canguilhem « Le mot lui-même peut changer, en même temps qu’il déplace le concept, et ce travail du langage sur lui-même précède peut-être en fait, aide à coup sûr, la mutation du sens ».

22Et il poursuit en indiquant que, dans les textes de Canguilhem, le langage adopte une double facette. D’une part le langage constitue un obstacle, de l’autre un guide, ce qui est finalement la fonction même de l’imagination :

« Cette plasticité des mots, ce pouvoir presque “spontané” qu’ils ont de bouger pour accueillir, à l’avance le concept neuf, trouve évidemment sa raison essentielle dans l’image que le concept n’ensevelit en lui que pour l’exposer dans les moments cruciaux de l’histoire des idées. L’étude des variations du langage conduit donc à une méditation sur la fonction de l’imagination. Cette fonction est ambiguë : corps préparé pour toute anticipation, l’image s’offre à la fois comme un obstacle et comme un guide ».

L’histoire des sciences telle que la voit Canguilhem

23Pour Sfara (p. 45), Macherey cherche à comprendre la manière dont Canguilhem conçoit l’histoire des sciences :

« l’histoire des découvertes n’est pas une histoire de fondations réussies (comme une ligne qui se poursuit sans cesse et à l’infini dans un certain espace, par exemple), mais une histoire composée d’accidents, de toute une série de tentatives qui ont échoué (qui s’expliquent, précisons-le, soit parce que c’est l’image, l’idée elle-même qui est fausse au départ, soit parce que c’est le moment de l’expérimentation qui démontre la non-validité du projet, idée, image initiale) ».

24Pour un autre auteur, Quarta (1974), la conception de Canguilhem n’est pas seulement liée à la science ou à un groupe de sciences, mais aussi à tout ce qui est non-science, idéologie, c’est-à-dire à la pratique sociale et politique. Pour Sfara (p. 47), une histoire des concepts ainsi conçue, qualifiée d’histoire critique, bouleverse complètement l’histoire traditionnelle, « histoire qui se déroulait fictivement tout au long d’un supposé mouvement ininterrompu du progrès linéaire, créant des nouvelles périodisations selon les ruptures réelles produites pendant l’histoire, ces ruptures étant bien cachées par la “vieille” méthode du philosophe des sciences ».

25Cette lecture de l’histoire des sciences, orientée vers la recherche des ruptures (concepts) qui naissent le long de cette histoire, se soucie du contexte historique, social et politique qui a donné naissance à un problème spécifique ainsi qu’à sa relative réponse. En ce sens, le discours de Canguilhem rejoint celui de Bachelard à travers l’idée de « cité scientifique » :

« Ce qui, manifestement, intéresse Canguilhem dans ces premières pages du Statut social de la science moderne c’est d’insister sur son idée fondamentale de la science moderne, fondamentale par rapport aux conceptions antiques de “science” : le fait, justement, qu’elle est sociale, non l’apanage d’âmes solitaires » (p. 204).

26Une autre marque de convergence avec les travaux de Bachelard réside dans la place importante attribuée à l’erreur dans l’histoire des concepts. Sfara consacre au problème de l’erreur toute une partie de sa thèse, où il commente les textes de Canguilhem qui portent sur cette notion, notamment La science et l’erreur (1955-1956), titre du premier cours donné à la Sorbonne. Nous retiendrons que Canguilhem défend l’idée d’une relation étroite entre savoir et erreur, la seconde étant intrinsèque au premier, tout en prenant en compte les problèmes spécifiques qui singularisent les sciences de la vie par rapport aux autres sciences (comme la maladie, l’anomalie, la mort). En consacrant son travail à l’histoire de la biologie et à celle de la médecine, c’est-à-dire à des sciences moins déductives que les autres sciences (mathématiques, astronomie, mécanique, etc.), Canguilhem a développé une réflexion sur la norme qui a façonné sa façon d’appréhender l’histoire de la biologie. Sfara s’appuie sur Foucault (1978), lui-même élève de Canguilhem, pour expliquer que la notion d’erreur, inhérente à la biologie, est une composante fondamentale de la doctrine canguilhemienne, dès lors que l’erreur intrinsèque à l’activité vitale de l’être humain « est la racine de ce qui fait la pensée humaine et son histoire ».

Le lien entre création et action

27Une partie de la thèse de Sfara est consacrée à la théorie de l’action. Celle-ci est déjà abordée, notamment page 16 où il fait référence à une autre thèse de doctorat (Roth, 2010), qui considère que « le problème des rapports de la connaissance à l’agir » se situe au cœur de la pensée de Canguilhem. Il souligne que, dans un texte inédit intitulé « L’action », qui correspond à des notes d’un cours de 1966-1967, Canguilhem affirme :

« agir, c’est être en situation de mouvoir, ou de changer, quelque chose ou quelqu’un sans être soi-même agi, c’est faire commencer le mouvement au lieu de le recevoir et de le transmettre. »

28Dans la doctrine de Canguilhem, il s’agit du mouvement créatif et intrinsèque à l’être humain de dépassement d’une norme imposée, de surpassement de la norme théorique par la pratique. Pour reprendre les propos de Sfara (p. 17) :

« la théorie de l’action n’est après tout qu’une revendication de l’affranchissement de l’individu, au sens autonome et singulier, par rapport aux normes dictées par les habitudes, les coutumes ou les appareils sociaux externes à l’individu lui-même ».

29En somme, comme nous l’avons vu à propos du processus technique, la créativité serait dans la pratique c’est-dire dans l’action, conçue comme un mouvement susceptible de changer la règle censée la précéder. En effet, Canguilhem considère qu’à l’origine de l’action il y aurait un motif, soit une fin de l’action, un idéal, une valeur, un jugement, une décision qui soutient l’anticipation du résultat final d’une action, lui-même soumis à l’imprévu de l’action pratique accomplie.

30Sfara cite des passages de L’Action qui soulignent la nécessité d’une anticipation de l’action alors que le résultat de son accomplissement est inconnu.

« Agir, c’est tirer de soi son motif, trouver en soi son motif. […]
Le motif […] c’est l’image ou l’idée ou le jugement - disons la représentation – qui est déterminant de l’acte à venir quant à son terme (à son effet prévu) et à sa valeur (à sa fin voulue). Une action n’est pas seulement prévue, elle est préméditée.
[…] Une fin de l’action est nécessairement au commencement. Si je ne puis me représenter à l’avance la fin d’une action, de quoi y a-t-il, à proprement parler, commencement ? Ne peut réellement commencer que l’action dont la fin n’est sans doute pas connue d’avance (elle sera connue quand elle sera là), mais est du moins, nécessairement, pensée d’avance ».

31Pour Canguilhem, l’anticipation de l’action n’est pas exempte d’imperfection, même si elle relève du prolongement de connaissances objectives préalablement admises. Cependant, la réalisation d’une action suppose l’ignorance de cette imperfection, pour autant qu’elle ne soit pas consciente. Ce paradoxe apparent provient de l’écart entre anticipation de l’action et produit de l’action concrète, qui peut s’expliquer par la possibilité d’erreur inhérente à toute expérience pratique, sujette au hasard. Au lieu d’envisager cet écart comme un « échec » au regard des règles qui prétendent déterminer l’action, Canguilhem considère, au contraire, que la différence entre le but recherché et l’issue de l’action représente une source de nouveauté qui, de ce fait, intervient dans le processus de création. Canguilhem estime qu’il en va ainsi des découvertes y compris en sciences.

32Sfara (p. 230) pense que cette argumentation est capitale dans la philosophie de Canguilhem. Il la résume ainsi : « l’acte précède la puissance ; autrement dit, l’action, la pratique (pendant sa production) peut changer, modifier la règle qui prétendait la commander ».

33À partir de 1955, devenu professeur d’histoire des sciences à la Sorbonne (succédant à Bachelard), Canguilhem a développé le concept d’action selon un point de vue général de l’histoire des sciences, en continuant à avancer l’argument de la créativité humaine, mais au moyen des instruments théoriques de l’historien des sciences. Sfara montre comment Canguilhem tente de justifier l’action, à savoir la créativité, par le biais de l’histoire des sciences. Il prend en particulier en considération quatre manuscrits datant de la période « histoire des sciences » de la carrière de Canguilhem : La vision comme modèle de la connaissance (1956-1957), La science et l’erreur, (1955-1956), Le statut social de la science moderne (1961-1962), Science et technique, titre d’un cycle de séminaires tenus à l’I.H.P.S.T. (Institut d’histoire des sciences et des techniques de Paris) et d’un cours pour l’agrégation de philosophie. Dans ces différents textes, Canguilhem envisage l’action selon différents points de vue (physiologique pour la vision, perspective pratique et gnoséologique pour l’erreur, question du social, etc.). Sfara note que, durant toutes ces années consacrées à l’étude de l’histoire des sciences, Canguilhem poursuit ses réflexions sur la créativité humaine, en mettant en jeu une conception de la création comme dépassement de la règle, à travers l’imposition d’une nouvelle règle née de l’issue imprévisible de l’action.

Conclusion

34Nous avons compris que l’auteur de cet ouvrage s’applique à rechercher les racines du concept d’action entendu comme dépassement pratique (infraction) d’une norme initiale abstraite. Pour autant, loin de nier l’évolution des idées du philosophe, il montre que la reprise des thèmes abordés dans les premiers écrits s’accompagne d’un enrichissement de l’argumentation, reposant sur une documentation plus précise.

35Dans cette note de lecture, nous ne prétendons pas reprendre tous les problèmes que Sfara a choisi de développer dans sa thèse et qui intéressent autant le philosophe que l’historien des sciences. Nous avons pris le parti de retenir les points qui peuvent intéresser les didacticiens des sciences en laissant de côté d’autres thématiques comme la création artistique, à laquelle Canguilhem s’est intéressé.

36Nous avons peu abordé la thématique de l’influence de certains auteurs sur la pensée de Canguilhem, en particulier celle de Bachelard qui, traditionnellement, est souvent avancée, et souvent considérée comme capitale par les didacticiens des sciences. Le travail de Sfara permet de réexaminer les liens supposés entre les deux auteurs :

« Comme on le sait, l’opinion d’un Canguilhem continuateur de l’œuvre de Gaston Bachelard est répandue encore aujourd’hui, dans les milieux académiques. Cette sorte de descendance philosophico-scientifique a été remarquée par exemple dans les essais, déjà analysés, de Macherey, Lecourt et Foucault. Mais nous disions quelques pages plus tôt que la source inspiratrice de Canguilhem est plutôt Alain (et aussi Bergson, relativement à l’aspect de la philosophie pratique), et non Bachelard ».

37Nous terminerons cette note de lecture par les considérations de Lecourt (1972), qui, dans son étude de l’œuvre de Canguilhem, reconnaît que la base « révolutionnaire » de l’œuvre de Canguilhem vient de sa tentative d’instaurer une unité organique entre histoire des sciences et épistémologie :

« G. Canguilhem […] croit pouvoir fonder cette unité entre épistémologie et histoire des sciences sur une autre unité qu’il découvre au terme de son travail, celle du concept et de la vie ».

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD G. (1938/1970). La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective. Paris : Vrin.

LECOURT D. (1972). Pour une critique de l’épistémologie (Bachelard, Canguilhem, Foucault). Paris : Maspero.

MACHEREY P. (1964). « La philosophie de la science de Georges Canguilhem, Épistémologie et histoire des sciences », présentation par Louis Althusser. La Pensée, nouvelle série, no 113, février 1964, p. 50-74.

QUARTA G. (1974). Georges Canguilhem storico della scienza. Il protagora, no 95-96.

ROTH X. (2013). Georges Canguilhem et l’unité de l’expérience. Juger et agir, 1926-1939. Paris : Vrin.

Écrits de Canguilhem

CANGUILHEM G. (1937). Descartes et la technique. Travaux du IXe congres international de philosophie (congrès Descartes, Paris, 1er-6 Août 1937), Paris : Hermann.

CANGUILHEM G. (1938). Activité technique et création. Communications et discussions, 2e série, société toulousaine de philosophie, années 1937 et 1938.

CANGUILHEM G. (1943/1950). Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique. Paris : Les Belles Lettres.

CANGUILHEM G. (1952/1980). Machine et organisme. La connaissance de la vie, Paris : Vrin, p. 101-127.

CANGUILHEM G. (1952/1992). La théorie cellulaire. La connaissance de la vie, Paris : Vrin, p. 43-80.

CANGUILHEM G. (1955. La formation du concept de réflexe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris : Presses universitaires de France.

CANGUILHEM G. (1955). Le problème des régulations dans l’organisme et dans la société. Cahiers de l’Alliance universelle, no 92, septembre-octobre 1955, p. 64-73.

CANGUILHEM G. (1959). Pathologie et physiologie de la thyroïde au XIXe siècle. Thalès, no 9, p. 77-92.

CANGUILHEM G. (1961-1962). Science et technique [cycle de séminaires tenus à l’I.H.P.S.T. et d’un cours pour l’agrégation de philosophie].

CANGUILHEM G. (1966-1967). L’action [transcription du cours du même nom que Canguilhem tient à la Sorbonne pendant les années 1966 et 1967].

Haut de page

Notes

1 Thèse de philosophie sous la direction d’Anastasios Brenner, université Montpellier 3 et de Danièle Gambarara, università della Calabria, soutenue le 24 octobre 2015 à l’université Paul Valéry-Montpellier 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Schneeberger, « Emiliano Sfara, Georges Canguilhem inédit. Essai sur une philosophie de l’action », RDST, 20 | 2019, 199-206.

Référence électronique

Patricia Schneeberger, « Emiliano Sfara, Georges Canguilhem inédit. Essai sur une philosophie de l’action », RDST [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rdst/2882

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’École normale supérieure de Lyon

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals