Navigation – Plan du site
Notes de lecture & avis de parution

Jean-Marie Boilevin. Rénovation de l’enseignement des sciences physiques et formation des enseignants

Bruxelles : De Boeck, 2013, 279 p.
Guy Robardet
p. 197-199
Référence(s) :

Jean-Marie Boilevin. Rénovation de l’enseignement des sciences physiques et formation des enseignants.Bruxelles : De Boeck, 2013, 279 p.

Texte intégral

1Le chapitre 1 est constitué d’une présentation très fouillée des différents travaux relatifs à la notion de transposition didactique tant en France qu’à l’étranger, tant en didactique des sciences et des mathématiques qu’en sciences humaines. Y est abordée de manière très complète la question des références sur lesquelles reposent les savoirs enseignés. S’y trouve également exposé l’état actuel du débat autour de la notion même de savoir (savoirs et pratiques, savoirs et connaissances). L’auteur conclut en mettant l’accent sur la question de la pertinence du rapport au savoir qui se joue en classe en soulignant notamment le fait que l’épistémologie des savoirs scolaires, généralement différente de celle des savoirs de référence, fonctionne dans le cadre artificiel des situations élaborées par l’enseignant.

2Le chapitre 2 s’intéresse aux dispositifs d’ingénierie élaborés afin de mettre en œuvre le savoir à enseigner. Après l’exposé de quelques repères épistémologiques, l’auteur présente une étude très complète des rapports et recommandations concernant les finalités d’un enseignement des sciences physiques. Sont ensuite mentionnées les différentes recherches en didactique des sciences sur les curricula, les activités expérimentales, de modélisation et de résolution de problèmes. S’ensuit un exposé très intéressant de la démarche de résolution de problème ouvert. L’auteur, visiblement très à l’aise avec cette démarche qui a nourri son travail de thèse, s’emploie ici à présenter les principales caractéristiques des tâches proposées aux élèves, des phases de travail, des rôles joués par l’enseignant. Loin de s’en tenir à une approche théorique, il montre, en référence à ses propres recherches, comment des professeurs stagiaires s’approprient ou non la démarche et quelles difficultés ils rencontrent. Il poursuit ensuite par une étude comparative des notions de problème ouvert et de situation-problème présentées comme deux outils bien adaptés au cadre d’un apprentissage par le problème.

3Mais les changements épistémologique et méthodologique qu’ils impliquent conduisent l’auteur à exposer une réflexion sur la question des interactions dans la classe  : c’est l’objet de l’étude présentée au chapitre 3. Après une rapide présentation des différents points de vue des chercheurs sur la modélisation de la relation didactique, le célèbre triangle, il s’intéresse très vite aux recherches concernant les concepts de tutelle et de médiation. L’auteur conclut alors en présentant un modèle des interactions didactiques construit à partir de ses recherches sur le terrain ; trois exemples d’observations de ces interactions sont ainsi décrits et analysés en termes de tutelle et de médiation. Une discussion finale, mise en perspective avec les nombreux travaux de recherche sur la question, permet au lecteur de bien comprendre l’intérêt de ces deux notions dans la modélisation des interactions didactiques.

4Le chapitre 4, qui termine la première partie de l’ouvrage, est dédié à la formation des enseignants. Après un rapide tour d’horizon des travaux disponibles, l’auteur présente une recherche conduite en formation d’enseignants dans le cadre de son travail de thèse. Il montre ici comment il est possible de concevoir un dispositif de formation mettant l’accent sur l’articulation théorie-pratique. Au cours de celui-ci, les enseignants doivent élaborer et mettre en œuvre en classe un enseignement de sciences ainsi que les outils d’observation et d’analyse de cet enseignement, et cela en privilégiant les outils d’analyse issus des recherches en didactique des sciences. L’hypothèse est ici que la nécessaire transformation des pratiques passe l’objectivation, par les enseignants eux-mêmes, des interactions éducatives et que la recherche en didactique est susceptible d’apporter des outils pour analyser les pratiques de classe concernant la construction des connaissances (travail sur la notion de problème ouvert, modélisation des interactions en termes de tutelle et de médiation). Ce travail de recherche est présenté et analysé par l’auteur, d’une part dans le cadre d’une formation initiale de professeurs stagiaires et, d’autre part, au cours d’un module de formation continue de professeurs de sciences physiques candidats aux fonctions de formateurs. Ces deux études constituent autant d’exemples de transposition des résultats de la recherche en didactique dans la formation des enseignants et s’inscrivent dans le cadre des travaux, largement détaillés par l’auteur, sur la construction de nouveaux savoirs professionnels et pratiques en classe.

5Dans les deux premiers chapitres de la seconde partie de l’ouvrage on trouve une présentation très complète des nombreux rapports institutionnels et des colloques internationaux relatifs à la désaffection actuelle pour les sciences et les études scientifiques (chapitre 5) et sur l’image des sciences physiques et de leur enseignement dans le secondaire (chapitre 6). Sont également présentés les différents travaux de recherches sur ces questions, tant en sociologie que dans le champ de l’éducation scientifique. En conclusion de cette étude, l’auteur met l’accent sur le rôle primordial de l’enseignant à qui revient la charge de construire des dispositifs porteurs de sens et d’en assurer le bon déroulement en classe.

6Le chapitre 7 traite de la démarche d’investigation en sciences physiques. Fidèle à sa démarche, l’auteur commence par donner une présentation très fouillée des travaux existants, tant en France qu’au niveau international. Il poursuit son exposé en proposant, en référence à ces recherches, une modélisation des séquences d’apprentissage par investigation scientifique reposant sur une liste précise de critères à destination des enseignants. L’appropriation de cette nouvelle approche d’enseignement est ainsi étudiée, dans le cadre d’un travail de recherche-formation, réalisé par l’auteur avec des enseignants sur une période de deux années. Les résultats de cette recherche sont analysés en référence aux critères de la transposition didactique élargie, appliqués ici à l’investigation scientifique.

7Dans la conclusion de l’ouvrage (chapitre 8) l’auteur reprend les principales idées soulevées dans le livre en relation avec les résultats de ses recherches. Il indique en même temps quelles perspectives s’ouvrent à l’heure actuelle pour la recherche en didactique des sciences et pour la formation des enseignants.

8J’ai lu cet ouvrage avec le plus grand intérêt. Il est manifestement le résultat d’un travail tout à fait remarquable, très complet et très documenté sur les questions abordées. L’écriture est toujours claire et agréable à lire. Toutes les questions traitées le sont toujours en référence avec les travaux de recherches disponibles tant en France qu’à l’étranger, en didactique des sciences et des mathématiques, mais aussi en sciences humaines et sociales. Les très nombreuses références à ces travaux sont toujours données de manière explicite dans le texte de l’ouvrage. Une bibliographie très complète (de 45 pages !) permet de retrouver tous les ouvrages cités et utilisés. La liste des auteurs cités (14 colonnes) est également impressionnante et témoigne d’un grand éclectisme.

9Au-delà de la présentation des recherches conduites par l’auteur ou auxquelles il a participé, ce livre constitue assurément une mine d’informations et de références pour le chercheur en didactique des sciences. Les enseignants intéressés par la mise en œuvre, dans leur classe, de la démarche d’investigation et soucieux de nourrir leur réflexion avec les résultats de la recherche en didactique des sciences, trouveront à la lecture de l’ouvrage, des indications précieuses pour élaborer et contrôler leurs dispositifs d’enseignement.

10À la lecture du livre de J.M. Boilevin, on ne peut que constater que la recherche en didactique est toujours là, bien vivante, et largement nourrie des travaux de nombreux jeunes chercheurs cités tout au long de l’ouvrage. Si certains doutent encore de la nécessité de former les enseignants à ce qui est un véritable métier, voilà qui devrait contribuer à les en convaincre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Robardet, « Jean-Marie Boilevin. Rénovation de l’enseignement des sciences physiques et formation des enseignants », RDST, 7 | 2013, 197-199.

Référence électronique

Guy Robardet, « Jean-Marie Boilevin. Rénovation de l’enseignement des sciences physiques et formation des enseignants », RDST [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rdst/735

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’École normale supérieure de Lyon

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals