Navigation – Plan du site
Dossier

L’étude du discours d’un scientifique : éclairage sur le processus de dépassement d’obstacles et perspectives didactiques

The study of scientific discourse: insight into the process of overcoming obstacles and didactic’s prospect
Manel Dhouibi, Patricia Schneeberger et Maryse Rebière
p. 79-108

Résumés

La nature des obstacles ainsi que les stratégies pour les dépasser constituent l’un des centres d’intérêt des didacticiens. Cet article se base sur l’analyse de l’activité langagière du physiologiste C. Bernard pour comprendre les différentes dimensions de la création d’un nouveau savoir en dépassant les obstacles. Nous réalisons une analyse fine du discours de ce scientifique en mettant en exergue sa nature profondément dialogique et polyphonique au moment d’une découverte scientifique. Cette lecture révèle les différentes phases de progression de la pensée bernardienne en suivant l’évolution des rapports entre les voix mises en scène dans les énoncés du physiologiste. Nous montrons que l’harmonisation de ces voix dans ce dialogue interne, qui prend en considération les controverses réelles et éventuelles de la communauté scientifique, permet à C. Bernard de surmonter l’obstacle de ses anciennes conceptions du vivant. Cette étude nous conduit à esquisser quelques pistes de recherches en didactiques des sciences.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La science des scientifiques, leurs activités ainsi que leurs pratiques constituent une référence pour les sciences scolaires (M. Fuchs-Gallezot & M. Coquidé, 2010). Le didacticien des sciences ne se focalise pas seulement sur le savoir, résultat de l’activité scientifique, mais aussi sur les pratiques qui caractérisent le parcours des scientifiques. L’activité langagière des chercheurs constitue une balise de ce parcours puisque le langage joue un rôle fondamental dans la construction du savoir. M. Foucault analyse « les éléments qui doivent avoir été formés par une pratique discursive pour qu’éventuellement un discours scientifique se constitue, spécifié non seulement par sa forme et sa rigueur, mais aussi par les objets auxquels il a à faire, les types d’énonciation qu’il met en jeu, les concepts qu’il manipule, et les stratégies qu’il utilise ». (Foucault, 1969, p. 237). Ainsi le discours permet la construction des objets dont il va devoir rendre compte.

2Une connaissance tend à être objective, mais elle reste dépendante du sujet connaissant et du contexte de son élaboration : le langage qui exprime cette connaissance ne peut pas être considéré comme un simple médiateur transparent étant donné que le savoir n’est pas seulement un produit de l’activité langagière des scientifiques au sein de leur communauté discursive, il est consubstantiel à cette activité. Même un énoncé scientifique stabilisé « est nécessairement construit dans le langage, dialogique, dépendant des différents points de vue, donc tributaire de l’activité langagière » (Rebière, 2000, p. 28). Il ne peut être compris en dehors de « la toile de fond » (Bakhtine, 1981, p. 281) qui a conduit à son élaboration. La discussion qui s’établit entre le chercheur et les autres membres de la communauté discursive des scientifiques et le dialogue que conduit le scientifique avec lui-même constituent une composante fondamentale de cette toile de fond. Dans ce dialogue, le scientifique prend en considération les conceptions dominantes dans la communauté scientifique. En réalité, le chercheur doit mener deux types de controverses : une controverse réelle et une controverse virtuelle avec les autres scientifiques. Les deux controverses s’influencent et se ravitaillent mutuellement.

3L’analyse de l’activité langagière d’un scientifique constitue pour nous un instrument heuristique pour interpréter l’activité intellectuelle à l’origine du discours tenu, ceci nous donne l’opportunité de reconstruire l’itinéraire d’un savant lors de la création d’un nouveau savoir. Nous nous focaliserons essentiellement sur l’étude de sa stratégie pour dépasser les obstacles nécessairement indissociables du processus de construction du savoir.

4Au préalable, nous reviendrons sur la nature de tout discours émis par le savant lors de son activité pour montrer les différentes dimensions à prendre en considération pour étudier l’évolution de la pensée (et du discours) d’un chercheur. Nous présenterons ensuite une étude de cas de l’analyse du discours du physiologiste français Claude Bernard (1813-1878) écrit au cours de sa découverte de la fonction glycogénique du foie. Nous avancerons quelques propositions en didactique qui peuvent découler de notre analyse.

1. Les traces de l’obstacle dans le langage des scientifiques

1.1. La dialectique de l’obstacle

5Le savoir scientifique n’est pas un savoir privé mais un savoir partagé. Une connaissance sujette à consensus durable entre les chercheurs peut devenir à la longue un obstacle résistant. En effet, l’acceptation par les spécialistes d’un savoir confère à ce dernier le statut de savoir scientifique, mais le transforme en obstacle probable. Puisqu’il ferait dorénavant partie des « habitudes intellectuelles » (Bachelard, 1938, p. 14) des chercheurs, il constituerait selon G. Bachelard « un facteur d’inertie » (ibid., p. 15). En conséquence, l’un des impératifs de dépassement de l’obstacle devient, d’après cet auteur, le refus de l’argument d’autorité qui découle de l’influence des autorités intellectuelles, ce, en exerçant « sa liberté d’esprit » (Bernard, 1856, p. 68). Pour inventer, le scientifique mène un double combat contre « sa propre conviction » et « contre tous » (Grmek, 1991, p. 91). Il adopte « une attitude polémique » (Bachelard, 1938, p. 20) en prenant simultanément deux positions : il pense le phénomène selon son nouveau point de vue innovateur, qu’il légitime en raisonnant contre ses adversaires, mais à partir de l’ancien point de vue.

6Dans le processus de création scientifique, le savant élabore et développe des nouvelles idées dont certaines s’avèrent révolutionnaires et aboutissent à un changement de paradigme. Dans ce parcours, le scientifique ne peut pas échapper aux obstacles puisqu’ils sont intrinsèques à son acte même de connaître (Bachelard, 1938). Il est capable de les surmonter mais il est incapable de les écarter de son chemin. L’obstacle est un mode ou une structure de pensée qui l’empêcherait de construire d’autres modes de pensée, il représente une nécessité du fonctionnement de la pensée. Le coût mental élevé nécessaire pour leur dépassement explique leur séduction et leur résistance.

7Une découverte scientifique se présenterait ainsi comme un moment de conflit chez le savant entre ses anciennes croyances qui résistent et ses nouvelles idées qui jouent le rôle de moteur. L’obstacle est un barrage qui se dresse dans l’esprit même. On connaît en même temps contre et par les connaissances antérieures. La pensée scientifique fonctionne donc avec ses faiblesses inhérentes pour accéder à une victoire qui ne sera considérée comme telle qu’après le dépassement de l’obstacle et la reconnaissance par la communauté scientifique de la valeur du nouveau savoir. Le savoir créé doit séduire les membres de cette communauté pour qu’ils délaissent leurs anciennes convictions et l’adoptent.

1.2. Le discours scientifique est polyphonique

8Dans ses écrits internes, le chercheur essaie de se convaincre lui-même alors que « dans la publication de ses résultats, il veut convaincre les autres » (Grmek, 1991, p. 91). Dès lors, la prise en considération de la réaction des autres chercheurs est postérieure à l’acte de construction du savoir. M. Grmek place le rétrocontrôle exercé par la communauté des scientifiques en aval du processus de la découverte, après la publication des résultats. Ainsi le savant ne tient compte de l’avis des autres scientifiques que dans ses écrits à usage externe où ils deviennent destinataires du discours. Dans ces écrits, le chercheur utilise un discours différent de ses écrits internes, les preuves utilisées pour convaincre les autres chercheurs « diffèrent sensiblement de celles par lesquelles s’est formée la conviction intime de l’auteur lui-même » (ibid., p. 91). Cet avis contredit l’idée de l’existence de moments de consensus entre les chercheurs et nie la présence d’un cadre de pensée commun au sein duquel ils pensent et qui exercerait sur eux une régulation permettant la production d’un savoir, sujet d’accord.

9Nous pensons qu’il n’est pas judicieux de considérer le langage d’un scientifique « comme si celui-ci était seul, hors du rapport nécessaire aux autres partenaires de l’échange verbal ». Étant donné que, selon M. Bakhtine (1984, p. 273), tout discours, fût-il monologal, est dialogique puisqu’il se construit à partir du discours des autres et s’adresse aux autres. Toute parole est habitée par plusieurs opinions, elle n’exprime pas un point de vue unique puisqu’elle est le résultat du dialogue avec d’autres positions et discours. En fait, J. Kristeva soutient que dans toute parole ou texte, « Tout mot [est] un mot sur le mot, adressé au mot » (Kristeva, 1970, p. 13).

10Selon la vision bakhtinienne, tout discours est doublement dialogique puisque, d’une part, il se construit à partir des énoncés antérieurs et, d’autre part, il répond à la fois aux discours précédents ou envisageables du destinataire supposé. Il y a dans le discours un dialogue entre le sujet parlant et les autres destinataires de sa communauté discursive. Vu de cette manière, tout énoncé exprime l’association de plusieurs points de vue ou voix. On peut d’ailleurs entendre dans le discours le dialogue qui s’instaure entre ces voix. L’auteur russe appelle polyphonie/hétéroglossie (raznorechie) cet entremêlement de deux ou plusieurs voix dans un même énoncé. En devenant polyphonique, le discours perd en cohérence de surface.

11M. Bakhtine voit dans tout discours « un drame discursif » (Jaubert, 2000, p. 96) mettant en scène les différentes voix qui habitent le sujet parlant. En conséquence, dans ses écrits, même internes, le chercheur prend en compte l’avis des autres chercheurs dont il partage d’ailleurs l’opinion. Ainsi vue, l’activité du savant s’accompagne « d’un regard perpétuel » (Bakhtine, 1970, p. 66) sur les autres scientifiques.

1.3. L’autre dimension de l’activité du scientifique

12Ce que nous avançons plus haut ne nie pas la nette différence entre le récit de la découverte, fait a posteriori, et la réalité, telle qu’elle apparaît dans les écrits rédigés au fil du travail qui a conduit à cette même découverte. De cette dissemblance naissent les difficultés liées à l’étude de « l’embryologie » d’une découverte scientifique et des stratégies de dépassement d’obstacles déployées pour aboutir à cette découverte.

13Il y a probablement, dans l’acte de découvrir, une interférence entre la prise de conscience attentive du chercheur et les processus subconscients individuels (l’imagination et l’intuition subconscientes, Buset & Debru, 2008, p. 1), ce qui rend le parcours réalisé pour dépasser un obstacle, labile et insaisissable pour une lecture analytique qui aurait des fins de modélisation ou de transposition à l’école. Cette difficulté est d’autant plus grande si l’analyse est fondée seulement sur les communications publiques du scientifique. En effet, en essayant de rendre intelligible son expérience personnelle, le savant trahit le déroulement effectif de sa découverte en rapportant des séries d’étapes successives et rationnelles. Il n’extériorise pas ses discussions internes qui ont conduit à la métamorphose de sa pensée, il se contente d’exhiber leur dénouement. En fait, le chercheur ne rapporte pas la multiplicité et la simultanéité des points de vue ou voix dans l’espace unique qui est sa pensée. Les idées sont rapportées en « une série du devenir » (Bakhtine, 1970, p. 81) reconstruite.

14Nous perdons de cette façon une dimension fondamentale du processus de construction du savoir parce que les idées sont citées, dans les comptes rendus des scientifiques, dans leur progression linéaire et ne sont pas disposées dans leur concomitance, dans l’espace de la pensée. Il devient ainsi difficile d’accéder au développement intérieur du chercheur étant donné que même cette succession est fictive et n’exprime pas la réalité de l’acte de connaître.

1.4. L’étude de l’activité du dépassement d’obstacles dans la simultanéité et la succession

15Si nous considérons seulement la filiation des points de vue d’un scientifique, nous ne pouvons avoir qu’une vision partielle de son activité. Il faut par conséquent aborder cette activité selon deux plans différents : la progression du raisonnement du savant dans le temps et son évolution à un moment donné de l’histoire de la création du savoir. Nous pensons que par la détermination des diverses opinions synchrones et des relations existant entre ces points de vue, nous saisirons la complexité des cheminements de la pensée d’un chercheur. Indubitablement, l’étude de l’évolution des idées d’un scientifique dans leur progression, ou dans leur coexistence lors de la construction d’un nouveau savoir, constituerait un éclairage sur le processus de dépassement d’obstacles.

2. Une étude de cas : la découverte de la fonction glycogénique du foie

16Nous prenons l’exemple de la découverte de la fonction glycogénique du foie réalisée par le physiologiste français Claude Bernard au XIXe siècle. Notre choix est lié au statut de ce scientifique, innovateur dans l’histoire de la biologie. De plus, cet éminent chercheur s’est posé lui-même comme un modèle d’étude en exposant ses travaux dans son livre L’introduction à l’étude de la médecine expérimentale et en laissant à la postérité ses notes de laboratoire et ses manuscrits. Les notes de C. Bernard permettent de suivre de jour en jour son activité au laboratoire : il écrivait beaucoup et transcrivait ses idées et ses lectures dans ses manuscrits. Ses écrits sont instructifs parce qu’ils montrent la liberté d’esprit de son auteur et sa capacité à dépasser les obstacles pour créer un nouveau savoir. La découverte de la fonction glycogénique est « la plus propre à instruire par l’esprit de méthode et d’invention » comme le remarqua Pasteur dans sa présentation des travaux de C. Bernard (Pasteur, 1922, p. 489). Elle constitue l’un des fondements empiriques du concept du milieu intérieur (Holmes, 1986, p. 4). Cette découverte a introduit « une nouvelle philosophie de la nutrition animale » (Debru, 1979, p. 156).

17Nous étudions l’évolution des voix bernardiennes au stade d’une nouvelle découverte biologique, prémisse d’un nouveau paradigme en biologie en utilisant simultanément les manuscrits et les écrits publics de l’auteur afin de découvrir comment ce scientifique exerce sa liberté d’esprit et s’affranchit des obstacles.

18C. Bernard a découvert que la nutrition animale comprend des phénomènes de synthèse et pas seulement des phénomènes de dégradation chimique : les animaux fabriquent le sucre comme les végétaux. Cette thèse contredit les conceptions en vogue à son époque et concerne l’étude du vivant jusqu’au XIXe siècle.

2.1. Les données d’appui

  • 1 Chaque expérience sera répétée par le physiologiste plusieurs fois dans différentes situations. (C (...)

19Nous analysons l’interprétation par le chercheur de quatre expériences1. Elles correspondent, selon nous, à des moments fondamentaux dans la construction du savoir de la découverte de la fonction glycogénique du foie. Elles nous permettent de reconstruire l’itinéraire de naissance de ce nouveau savoir.

  • 2 Il n’y a pas d’ordre dans les manuscrits de C. Bernard. En 1962, le Collège de France fait appel à (...)
  • 3 Le cahier d’expérience de 1846 est conservé dans les archives du Collège de France : Manuscrit, Ms (...)
  • 4 Le cahier d’expérience de 1850 est conservé dans les archives du Collège de France : Manuscrit, Ms (...)
  • 5 Ce livre apporte « des éléments nouveaux fondés sur des données parfois inédites » (Debru, 2000, p (...)

20Nous nous basons dans notre étude simultanément sur les écrits externes et internes de C. Bernard (voir tableau 1). Ceci nous a permis de suivre, d’une façon journalière, l’activité discursive de ce scientifique et d’analyser les cheminements de sa pensée selon les deux dimensions déjà décrites. Nous utilisons les extraits de deux manuscrits2 : ce sont deux cahiers d’expériences utilisés par le physiologiste pour noter les résultats de ses expériences. Le premier est utilisé au cours des années 1846-18483, le deuxième contient des notes des expériences réalisées entre avril 1850 et septembre 18524. Ces manuscrits sont peu disponibles. Nous utilisons l’ouvrage Le legs de Claude Bernard (Grmek, 1997 ; désormais LL), qui contient de longues citations de ces manuscrits non publiés5.

21Nous recourons aussi aux écrits externes du physiologiste : l’ouvrage l’introduction à la médecine expérimentale publié pour la première fois en 1856 ainsi que les rapports de C. Bernard tirés des Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences et des Archives générales de médecine entre 1848 et 1856.

22Dans notre analyse, nous utilisons les résultats des expériences de Guillaume Louis Figuier, l’un des adversaires de C. Bernard, concernant la fonction glycogénique du foie. (voir tableau 2).

Tableau 1 : les expériences de C. Bernard

  • 6 Dans sa deuxième thèse Nouvelle fonction du foie considéré comme organe producteur de matière sucr (...)
  • 7 Carl August Trommer 1806-1876) a montré que le sulfate de cuivre et le potasse ajoutés successivem (...)
  • 8 Claude Bernard explique, dans les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des scien (...)
expérience date Description Références
Expérience 1 Juillet
1848
– Expérience réalisée dans le but d’étudier le mécanisme de l’intoxication par le prussiate de potasse.
– Recherche et dosage du sucre6 : test de réduction7 (voir figure 1).
Cahier d’expérience (1846-1848), cité in Grmek, Le legs de Claude Bernard (1997, p. 231-232).
Expérience 2 Août
1848
– Mesure de la teneur du sucre dans le sang entrant et sortant d’un organe donné d’un chien soumis à un régime sans aliments sucrés (exclusivement de la viande).
– C’est une expérience comparative à une série d’expériences réalisées sur des chiens soumis à un régime avec des aliments sucrés.
– Dosage du sucre : utilisation du test de réduction.
– Cahier d’expérience (1846-1848), cité in Grmek dans Le legs de Claude Bernard » (1997, p. 235-237).
– L’ouvrage Introduction à la médecine expérimentale, 1856, p. 254-255.
– Les Archives générales de médecine, 1848, 4e série, t. 18, p. 303-319. En ligne.
Les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie de France, 1848, t. 27, p. 514-515.
Expérience 3 1850 – Même expérience 2.
– Amélioration de technique de prélèvement du sang.
– expérience réalisée devant la commission de l’Académie des Sciences.
– dosage du sucre8 : utilisation du test de réduction et du test de fermentation alcoolique qui permet de déceler des concentrations de glucose supérieures à 0,8-1 g/l.
– Cahier d’expérience (1850-1852), cité in Grmek, Le legs de Claude Bernard (1997, p. 285).
– Les comptes rendus des séances de l’Académie de France, 1850, p. 471-474.
Expérience 4Expérience du foie lavé 1855 – Lavage du foie sous un courant d’eau froide par les vaisseaux hépatiques jusqu’à élimination du sucre contenu dans le foie. (voir figure 2)
– Mesure de la quantité du sucre produite le lendemain par le foie.
L’ouvrage Introduction à la médecine expérimentale, 1856, p. 232-235.

Tableau 2 : Les expériences de G.- L. Figuier

  • 9 « Nous avons cru cependant que l’on pourrait espérer mieux réussir dans cette recherche, si l’on a (...)
expérience date description Résultat Références
Expérience 1 1855 – Des expériences réalisées sur des animaux nourris et en abstinence.
– Mesure de la quantité du sucre qui traverse le tissu du foie au moment de la digestion et après la digestion.
– Dosage du sucre : utilisation du test de réduction dans des conditions expérimentales différentes (rapidité de mesure sans attendre la coagulation spontanée du sang, milieu acide en ajoutant de l’alcool acidifié9).
– Cette technique permet de déceler des valeurs inférieures à 0. 8 g/l de glucose.
– Le sucre est présent dans tout le sang du corps.
– Le sang entrant dans le foie contient du sucre.
Le mémoire de G.-L. Figuier, « Mémoire sur l’origine du sucre contenu dans le foie et sur l’existence normale du sucre dans le sang de l’homme. Du sucre dans le sang de l’homme et des animaux », 1855.

Figure 1 : le dispositif de C. Bernard pour le dosage du sucre sanguin (dessin C. Bernard ; © L. Binetes, Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, Masson, 1952, p. 16)

Figure 1 : le dispositif de C. Bernard pour le dosage du sucre sanguin (dessin C. Bernard ; © L. Binetes, Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, Masson, 1952, p. 16)

Figure 2 : l’expérience du foie lavé telle qu’elle a été réalisée par C. Bernard (© L. Binetes, Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, Masson, 1952, p. 16)

Figure 2 : l’expérience du foie lavé telle qu’elle a été réalisée par C. Bernard (© L. Binetes, Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, Masson, 1952, p. 16)

2.2. La méthode d’interprétation des écrits consultés

23La différence entre les écrits internes de la description des expériences de la fonction glycogénique du foie et la reconstruction bernardienne a posteriori a été déjà mise en évidence par M. Grmek (1997). A. Pichot (1993) a aussi critiqué les contradictions dans les écrits externes du physiologiste. Nous nous basons sur ces travaux en utilisant une méthodologie différente. Notre analyse langagière nous donne la possibilité d’avoir des résultats plus fins parfois contradictoires avec ceux présentés par ces auteurs.

24Nous avons profité des avancées des sciences du langage et des travaux en didactique (Jaubert, 2000 ; Jaubert & Rebière, 2001 ; Jaubert, 2007 ; Schneeberger & Verin, 2009; Dhouibi, 2013) pour reconnaître, dans chaque discours, les différents points de vue (ou voix) mis en scène.

25Par le « travail de langage » (Jaubert, 2007, p. 156), le physiologiste met en dialogue ces points de vue. Chaque texte « cristallise » (Jaubert, 2007, p. 156) les relations entre ces voix établies à un moment donné. Selon M. Jaubert (2007, p. 156), les formes linguistiques sont en même temps des procédures qui visent à gérer la polyphonie, et « des instructions » au destinataire pour reconstruire la signification de ces énoncés. La signification réelle du discours ne peut être comprise qu’en prenant en considération ces instructions.

26Dans chaque extrait, nous repérons : les modalités de discours, les pronoms utilisés (emploi du pronom je), les adverbes modalisateurs, le choix des verbes (les temps et modes verbaux), la ponctuation (placement des virgules), la temporalité du discours dans la linéarité du propos.

27Ces outils représentent, pour nous, des indicateurs pour suivre l’évolution de l’appropriation de chaque voix par l’auteur (Bakhtine, 1970 ; Ducrot, 1980) en étudiant la position qu’occupent les voix dans le discours (Todorov, 1981) du chercheur. Ils nous donnent aussi la possibilité de suivre l’influence des autres scientifiques (Bakhtine, 1970, 1981, 1984 ; Kristeva, 1970) sur l’avancement de ses recherches.

28Les indicateurs analysés seront mis en italiques dans les extraits du texte de C. Bernard.

3. Mise en évidence de l’évolution des conceptions de Claude Bernard

3.1. Les anciennes conceptions de Claude Bernard

29C. Bernard adhérait au départ à la conception, développée en France par Jean-Baptiste Dumas (1800-1884) et Jean-Baptiste Boussingault (1802-1887), qui consistait à penser que seuls les végétaux sont capables de synthétiser le sucre et que les animaux ne le fabriquent pas. Le sucre existerait à l’état physiologique dans l’organisme mais il ne serait pas un aliment constitutif de l’organisme. Les scientifiques croyaient que ce sucre présent dans le sang provenait seulement de la digestion. Pour eux, il n’est pas fabriqué par l’organisme animal. Sa présence dans le sang est intermittente, elle dépend des apports extérieurs. Dans cette perspective, il n’existe pas d’unité entre le monde animal et le monde végétal.

30Au cours des années 1844-1847, le physiologiste s’est focalisé sur l’étude du métabolisme du sucre sans aboutir à de nouvelles découvertes. Il cherchait le mode et le lieu de la destruction du sucre dans l’organisme animal partant de l’hypothèse que les animaux sont incapables de fabriquer le sucre.

31En 1848, C. Bernard réalise deux expériences cruciales qui vont le conduire à la découverte de la fonction glycogénique du foie. La première a été réalisée au mois de juillet pour étudier le mécanisme de l’intoxication par le prussiate de potasse. La deuxième est une expérience contre-épreuve effectuée au mois d’août dans le but de montrer que la destruction du sucre n’est pas un phénomène localisé. Cette dernière expérience est réalisée sur un chien soumis à un régime sans féculents. Les résultats de ces deux expériences ont conduit le physiologiste à changer la direction de ses recherches pour adopter à la fin un nouveau modèle du vivant. Ce modèle stipule l’existence d’une unité physiologique entre les animaux et les végétaux. L’organisme animal dégrade et fabrique le sucre.

3.2. La naissance d’une nouvelle conception du vivant

32Les historiens des sciences n’arrivent pas à déterminer avec précision quand le physiologiste adopte la nouvelle thèse. C. Debru (1979) et M. Grmek (1997) pensent que C. Bernard a fait la découverte la fonction du foie au mois d’août 1848 alors que Fredric Holmes (1974) la situe au mois de juillet 1848. Le savant lui-même affirme qu’il n’a construit cette nouvelle thèse qu’après l’expérience comparative du mois d’août, en précisant que son adoption de la théorie de Dumas a constitué un obstacle épistémologique à la découverte de la fabrication du sucre dans le sang des animaux. La construction de ce savoir par le physiologiste n’a été possible qu’en surmontant cet obstacle. Nous pensons qu’une analyse langagière microscopique nous permettra de suivre la naissance et l’évolution de ce nouveau savoir.

3.3. La création d’un nouveau savoir

33Pour mieux comprendre les cheminements de la pensée du physiologiste qui a conduit à la découverte de la fonction du foie, nous avons recours à ses écrits internes.

3.3.1. Une nouvelle hypothèse

  • 10 La recherche du XIXe siècle se fait sur l'animal sacrifié.

34Encore en mai et juin 1848, C. Bernard cherchait l’organe destructeur du sucre chez l’animal pour expliquer le diabète. En étudiant le mécanisme de l’intoxication par le prussiate de potasse, il ne perd pas de vue le problème du métabolisme du glucose. Le 3 juillet 1848, le physiologiste réalise une expérience décisive. Après avoir tué une chienne10, il cherche le prussiate et le sucre. Il observe une réduction du tartrate de cuivre dans le sérum du sang de la chienne et une absence de réduction dans les liquides de l’intestin et de l’estomac. Cette réduction signifie l’existence de sucre dans le sang. L’auteur s’étonne dans son journal de cette présence : « D’où peut donc provenir ce sucre, ou cette cause de réduction, dans le sang, le chyle, l’humeur vitrée, tandis que dans l’estomac, il n’y en avait pas ? » (C. Bernard, 1848, LL, p. 232).

35C. Bernard « voit » pour la première fois le sucre dans l’organisme d’un animal à jeun. En effet, dans cet énoncé, apparaît une nouvelle voix dans le discours du chercheur formulant l’hypothèse de la présence du sucre dans le sang de l’animal en absence d’un apport extérieur. Cette hypothèse est un nouveau possible mais qui est encore improbable.

3.3.2. La résistance des anciennes conceptions

36En réalité, la formulation de l’hypothèse de la fabrication du sucre ne signifie nullement que C. Bernard a abandonné ses anciennes convictions. Le scientifique présente dans l’interprétation de cette expérience de juillet des hypothèses en accord avec son modèle de l’animal pour expliquer les résultats de cette expérience: « Est-ce que cela pourrait provenir de ce que la chienne était nourrie il y a peu de jours et que son organisme fait du sucre du lait ? Tout cela est bien curieux et demande à être étudié par de nouvelles expériences » (C. Bernard, 1848, LL, p. 232). Il semble que dans cet énoncé s’expriment aussi d’autres voix. Elles sont liées aux anciennes conceptions du physiologiste. Ainsi il soupçonne la présence d’un autre produit qui a causé la réduction. Il énonce la possibilité du manque de spécificité du test. Il a accusé aussi le protocole expérimental qui a peut-être faussé le résultat. Le savant n’arrive pas à dépasser l’obstacle de l’idée de l’incapacité de formation de sucre chez les animaux. Il semble qu’au mois de juillet 1848 coexistent dans la pensée bernardienne deux points de vue contradictoires, incompatibles car liés à deux conceptions différentes du vivant. En effet, dans l’énoncé ci-dessus coexistent deux voix, une qui affirme la présence du sucre dans le sang alors que l’autre propose l’hypothèse de la présence d’une autre matière réduisante. Nous proposons d’étudier ce phénomène de simultanéité d’une façon plus détaillée.

4. Étude linguistique du processus polyphonique du discours tenu dans les écrits de Claude Bernard de 1848 à 1856

37Dès l’expérience du mois du juillet, le discours présente deux idées contradictoires. Dans l’énoncé « D’où peut donc provenir ce sucre, ou cette cause de réduction » (C. Bernard, 1848, LL, p. 232), l’affirmation de la présence du sucre va précéder l’expression de doute sur la sensibilité de l’expérience qui sera mise entre virgules. Une question nous semble pertinente : pourquoi l’ordre des assertions n’est-il pas inversé ? Pourquoi ne commence-t-il pas par écrire sur son doute ? La présence du sucre ne serait alors que l’une des hypothèses possibles. Tandis que dans son discours il commence par affirmer la présence du sucre puis se reprend. En mettant le groupe nominal ou cette cause de réduction entre virgules, il crée une séparation entre les deux assertions. Les voix sont placées à « des plans différents, à des distances différentes » (M. Bakhtine, cité in Todorov, 1981, p. 114). Le scientifique marque ainsi le degré de son appropriation des deux affirmations. Les termes mis entre virgules sont ressentis et utilisés comme étrangers (ibid., p. 115). C. Bernard semble être conscient de la nette différence entre les deux thèses qu’il place à deux niveaux différents, séparées par des virgules. D’ailleurs, il affirme que « tout cela est bien curieux » (C. Bernard, 1848, LL, p. 232). Nous pouvons parler de la juxtaposition de deux points de vue dans un même énoncé : un point de vue qui exprime la présence du sucre dans le sang et un autre qui en doute. Par la présentation de la thèse de la présence d’une autre matière réduisante, post-placée entre virgules, le scientifique réalise une hiérarchie de ses hypothèses, les voix ne sont pas égales. Il semblerait au contraire que la voix qui domine est celle qui exprime la présence du sucre dans le sang de l’animal, elle est mise au premier plan, énonciatif.

38L’effet de maniement des virgules est cependant partiellement brisé par l’emploi de la conjonction « ou » qui replacerait les deux voix à un même plan puisqu’elles restent toutes les deux éventuelles. La distance créée entre elles diminue. Les deux voix sont distinctes. Elles se juxtaposent dans le même énoncé sans fusionner (Bakhtine, 1970, p. 64).

39Si nous adoptons la thèse d’O. Ducrot (1980) nous pouvons discerner la présence d’un locuteur qui n’assume pas pleinement les assertions de l’énonciateur qui affirme la présence du sucre dans le sang en l’absence d’un apport extérieur de sucre.

40Puisque cette chienne était à jeun, le sucre présent dans son sang ne provient pas de l’alimentation. C. Bernard adhère à cette conception en juillet 1848. D’ailleurs, il émet à la fin de son interprétation l’hypothèse que le sucre présent dans le sang provient de l’alimentation de la chienne prise avant l’expérience : « Est-ce que cela pourrait provenir de ce que la chienne était nourrie il y a peu de jours et que son organisme fait du sucre du lait ? » (C. Bernard, 1848, LL, p. 232). L’animal selon l’auteur ne fait que dégrader le sucre. Il n’est pas capable de le fabriquer.

41Ainsi, à partir du mois juillet germe une polémique interne : le scientifique est partagé entre une conception profondément intériorisée et l’ébauche de la nouvelle conception du vivant.

4.1. La polémique des voix

42C. Bernard entame en 1848 un dialogue où, différentes relations s’établissent entre les voix mises en scène pour selon M. Bakhtine « résoudre sa pensée » (Bakhtine, 1970, p. 130).

4.1.1. Deux voix consonantes 

  • 11 La vascularisation du foie : la veine porte ramène le sang du tube digestif vers le foie. Le retou (...)
  • 12 C. Bernard a expliqué cette présence du sucre dans le sang de la veine porte à l’entrée du foie pa (...)

43Dans l’expérience contre-épreuve d’août 1848, C. Bernard utilise une chienne soumise à un régime sans féculents donc sans apport extérieur de sucre. Il réalise le test de réduction sur le sérum de sang de la veine porte11, des ventricules du cœur, d’une plaie de la nuque et dans l’intestin. Il remarque que « le chyle de la veine porte12donne une réduction énorme en le traitant directement. En précipitant par le sulfate de soude sec de façon à obtenir une liqueur incolore, la réduction se fait également très abondamment » (C. Bernard, 1848, LL, p. 236). Pour décrire le phénomène de réduction dans le sang de la veine porte, le scientifique choisit l’adjectif « énorme » et une association de deux adverbes « très » et « abondamment ». Ces termes ont sûrement été utilisés pour marquer son étonnement devant la différence de réduction entre les différents sangs. La réduction est en effet plus importante dans le sang de la veine porte que dans les autres sangs. Mais ceci ne suffit pas à expliquer ce phénomène de réaccentuation par une reformulation (Jaubert, 2007, p. 143) en utilisant des expressions de même registre d’une façon très rapprochée.

44Il est surprenant de faire ce choix des termes à tendance argumentative dans un discours destiné essentiellement à soi-même, le passage étant pris d’un journal d’expériences de C. Bernard (1850-1852). On peut penser que c’est lui-même que C. Bernard essaie d’influencer par ce discours. Chacun de ces termes : énorme, abondamment et très possède « deux significations contradictoires, deux accents » (Bakhtine, 1981, p. 305). Ces expressions dévoilent en même temps « l’assurance et l’hésitation » (Bakhtine, 1970, p. 64) de C. Bernard. D’un côté, ces mots montrent que la réduction du sel de cuivre est si importante qu’on ne peut pas nier la présence de sucre ; l’image d’abondance est très accentuée. D’un autre côté, l’usage de ces trois termes est l’expression d’une voix qui se fait persuasive, consciente de la présence d’une résistance. Ce choix révèle le refus et les doutes de l’autre voix. Ces mots représentent un moment de contact entre les deux voix. Les voix communiquent, discutent mais ne fusionnent pas. Elles sont consonantes.

4.1.2. La confrontation entre les voix

45Dans cette concomitance et cette coexistence, les deux voix ne continuent pas à évoluer séparément, la confrontation est inévitable. Ceci s’observe dans sa lecture du résultat de l’expérience d’août 1848.

Extrait 1 (C. Bernard, 1848, LL, p. 236-237)

  • 13 Souligné par C. Bernard dans son manuscrit.
« Comment se fait-il donc qu’il y a du sucre (ou une matière qui réduit) dans le sang de la veine porte ?
On cherche dans l’intestin : 1° Le liquide de l’estomac qui contenait de la viande en voie de digestion ne réduisait aucunement le tartrate de cuivre. 2  Le liquide intestinal bilieux ne réduisait pas du tout le sel de cuivre. 3° L’urine traitée préalablement par le sulfate de soude ne réduit aucunement le sel de cuivre.
Du sérum du cœur conservé jusqu’au lendemain contenait encore du sucre, c’est-à-dire réduisait le tartrate.
Cette expérience est fort singulière. C’est à n’y rien comprendre13. Il se formerait du sucre dans la veine porte. Par quel organe, par quel mécanisme ?
Il faudra prendre le sang de la veine porte d’un chien à jeun et voir si l’on y trouvera cette matière qui réduit. S’il se forme du sucre dans une autre alimentation que celle de l’amidon, la question des diabétiques est singulièrement compliquée. Il faudra voir si cette matière réduisante (sucre ou autre) disparaîtra […] Quel est l’organe qui formerait ce sucre ou cette matière réduisante. »

46Dans sa description de l’expérience du mois d’août, C. Bernard utilise les mêmes structures langagières que lors de l’expérience du mois de juillet. C’est l’affirmation de la présence du sucre qui est mise en avant. « Comment se fait-il donc qu’il y a du sucre (ou une matière qui réduit) dans le sang de la veine porte ? » L’auteur établit une séparation entre les deux thèses. L’hypothèse de la présence d’une autre matière réduisante est toujours placée en second lieu entre parenthèses. De la même façon que dans son interprétation de l’expérience du mois de juillet, C. Bernard place de nouveau les deux thèses sur deux plans différents tout en les reliant par la conjonction « ou ». La voix qui accepte l’idée de formation du sucre domine encore dans ce début d’interprétation d’expérience du mois d’août.

4.1.3. Les voix s’entremêlent

Une voix domine

47Au mois d’août, C. Bernard applique le test de réduction aux liquides de l’estomac et des intestins. Le test de réduction est négatif. Le physiologiste cherche donc l’origine du sucre de la veine cave dans l’estomac et les intestins. Il change la direction de ses recherches, il ne cherche plus le lieu de destruction du sucre chez l’animal. Il se focalise dorénavant sur le problème de formation du sucre dans l’organisme animal. Il commence par vérifier l’absence de sucre dans l’estomac et dans les intestins et on remarque son attention, dans sa description de ces expériences, à ne pas citer le terme « sucre ». Il signale juste l’absence de réductions dans ces organes.

48En réalité, sans le dire explicitement, le physiologiste semble vouloir éliminer l’hypothèse d’une origine alimentaire (c’est-à-dire végétale) du sucre présent dans le sang de la veine porte. On fait l’hypothèse qu’il est en train de fonder la thèse de la fabrication du sucre dans le sang. « D’où provient le sucre de la veine cave, s’il n’a pas comme origine le milieu extérieur ? », pourrait être sa question émise en langage intérieur.

49Dans son journal, l’exclamation soulignée « c’est à n’y rien comprendre » est suivie d’une phrase affirmant la présence du sucre dans le sang « il se formerait du sucre dans le sang ». C’est la conclusion présentée après l’application du test de réduction auquel sont soumis des liquides de l’estomac et des intestins. En réalité, C. Bernard cherchait effectivement la trace du sucre à travers ces expériences, même si le verbe de la phrase citée plus haut est mis au conditionnel dans son énoncé, ce qui traduit une hypothèse. L’auteur ne prend pas les précautions de parler d’une matière « réduisante ». De plus, l’apparition même du verbe « former » dans le discours représente une contradiction avec la conception dominante chez les scientifiques que le sucre ne se crée pas dans l’organisme animal. C’est une innovation. Le physiologiste poursuit son raisonnement interne. Il se questionne alors directement sur l’organe et le mécanisme formateur de ce sucre « Quel est l’organe qui formerait ce sucre [?] » (Bernard, 1848, LL, p. 237), comme si la question de la formation du sucre était résolue.

50L’auteur bascule aussi d’un modèle du vivant à un autre, en acceptant l’idée de formation du sucre chez les animaux, donc d’une unicité physiologique du vivant. Le physiologiste élabore le protocole expérimental d’autres expériences avec pour visée de chercher, il écrit : « S’il se forme du sucre dans une autre alimentation que celle de l’amidon, la question des diabétiques est singulièrement compliquée. Il faudra voir si cette matière réduisante (sucre ou autre) disparaîtra. » (Bernard, 1848, LL, p. 237).

51Dans son interprétation de l’expérience du mois d’août, c’est la voix croyant à la présence du sucre dans la veine cave qui régit le discours. Elle constitue le fond théorique des expériences de recherche de sucre dans l’estomac et les intestins. Elle explique et interprète les expériences. Elle propose d’autres expériences qui peuvent la consolider et la rendre incontestable.

L’autre voix résiste

52Néanmoins, à la fin de l’extrait cité ci-dessus, dans le reste du paragraphe de son interprétation de l’expérience du mois d’août, C. Bernard se reprend. Il devient plus vigilant. La présence du sucre devient seulement l’une des hypothèses possibles. La « matière réduisante » peut être « (sucre ou autre) ». On note qu’à la fin de son interprétation les deux voix ne sont pas séparées : « Quel est donc l’organe qui formerait ce sucre ou cette matière réduisante » (Bernard, 1848, LL, p. 237). Les deux propositions sont reliées par la conjonction « ou ». Le scientifique ne fait pas de séparation entre les deux voix par des virgules ou des parenthèses comme il l’a fait auparavant. Accorde-t-il le même statut aux deux voix ? Accepte-t-il enfin cette voix hésitante sceptique comme sienne ?

53Le verbe « former » est relié au début de son interprétation au sucre : « Il se formerait du sucre dans la veine porte. ». L’auteur utilise le « il » impersonnel qui signale qu’on ne sait pas d’où ça vient, le sucre se formerait tout seul. A la fin de son discours, le physiologiste énonce: « l’organe qui formerait ce sucre ou cette matière réduisante… ». Même s’il attribue la formation du sucre à un organe, il conserve de la sorte l’autre hypothèse de la présence d’une autre matière réduisante. Donc, même si la voix affirmant la présence du sucre dans le sang est très présente dans le discours, l’autre voix n’a pas complètement disparu. Elle investit le discours et module son orientation. Elle bride l’autre voix. Les deux voix coexistent toujours, signalant une contradiction dans les propos tenus par le physiologiste, malgré la cohésion de surface de son discours.

54Dans ce rapport de l’expérience d’août, C. Bernard accepte le résultat du test de réduction pour les autres sangs analysés sauf pour le sang de la veine porte. Il n’émet des réserves sur la sensibilité du test que dans le cas du sang de la veine cave en proposant l’idée d’une autre matière réduisante alors qu’il affirme sans équivoque que la réduction de tartrate signifie la présence du sucre dans le cas du sérum du sang du cœur. Même le lendemain de l’expérience, le test paraît fiable puisque C. Bernard n’émet pas de doute à son propos : « Du sérum du cœur conservé jusqu’au lendemain contenait encore du sucre, c’est-à-dire réduisait le tartrate » (Bernard, 1848, LL, p. 237). Cette affirmation est intercalée entre deux moments du discours où l’auteur exprime ses soupçons sur la sensibilité du test de réduction dans le cas de la veine cave. Deux voix s’entremêlent : l’une qui croit à la fiabilité du test de réduction et une autre qui en doute.

55Par ailleurs, l’exclamation soulignée dans le texte original « c’est à n’y rien comprendre » est inhabituelle dans les notes de C. Bernard (Grmek, 1997, p. 237). Face à une énigme, le scientifique exprime son malaise.

5. Les dialogues virtuels et réels du chercheur avec la communauté scientifique

5.1. La controverse réelle

56De nombreux savants ne partageaient pas les opinions du physiologiste. Les critiques de la nouvelle thèse n’ont commencé publiquement qu’à partir de 1855. Le premier des adversaires du physiologiste est Guillaume Louis Figuier (1819-1894) qui affirme dans ses mémoires la présence du sucre dans le sang de tout le corps même dans la veine porte d’un chien nourri exclusivement de viande, ce qui constitue une attaque à l’argument fondamental de C. Bernard. La différence entre les sangs entrant et sortant du foie n’est que quantitative pour les contradicteurs de C. Bernard, le foie ne peut pas former le sucre, il le transforme seulement. C. Bernard se garde de répéter les expériences de G.-L. Figuier et se contente de réaffirmer l’exactitude de ses propres expériences en faisant un compte rendu des expériences exactement analogues aux siennes et à celles de ses assistants, Charles Leconte (né en 1819) et Antoine Poggiale (1808-1879).

57Une commission nommée par l’Académie des sciences s’est réunie le 18 juin 1855 pour faire un rapport sur les communications de G.-L. Figuier, C. Leconte et A. Poggiale. Cette commission devait trancher entre les affirmations des physiologistes, et clore la polémique existante sur les travaux de C. Bernard sur la fonction glycogénique du foie. Après avoir effectué des expériences en suivant le même procédé que C. Bernard, la commission donne raison à C. Bernard. Ce verdict n’a cependant pas clos la controverse sur la formation du sucre dans le corps animal.

58Figuier a continué ses investigations dans le but de prouver que le foie ne forme pas de sucre. Il présente en août 1855 un écrit où il explique les conditions qui empêchent la fermentation dans le sang de la veine porte et de ce fait masquent la présence de sucre. La thèse de C. Bernard devait selon lui être changée. Il affirme que « Le foie, chez l’homme et les animaux, n’a point reçu pour fonction de fabriquer du sucre ; que tout le glucose qu’il renferme provient du sang qui gorge son tissu, et que ce glucose a été apporté dans les vaisseaux, par suite à la digestion. » (Figuier, 1855, p. 49).

59Au mois de septembre 1855, C. Bernard réalise l’expérience du foie lavé. Cette expérience spectaculaire va presque clore la controverse sur la formation du sucre dans le corps animal.

60Dans son interprétation de l’expérience du foie lavé C. Bernard annonce d’emblée les deux découvertes. Il s’agit de la fabrication du sucre par le foie après la mort : « Quand je fus en possession de cette première découverte que le sucre se forme chez les animaux après la mort comme pendant la vie » (Bernard, 1856, p. 234). Il montre simultanément la présence d’une matière intermédiaire formée dans le foie aux dépens des éléments du sang. En effet, « Le sucre se produit dans le foie à l’aide d’une matière diastasique réagissant sur une substance amylacée que j’ai isolée et que j’ai appelée matière glycogène ».  Il conclut que « Chez les animaux le sucre se forme par un mécanisme en tout point semblable à celui qui se rencontre dans les végétaux » (ibid., p. 234). Cela correspond à la nouvelle théorie de l’unité physiologique des animaux et des végétaux.

61L’expérience du foie lavé constituera le soubassement de la découverte de la fonction glycogénique.

5.2. La controverse virtuelle

5.2.1. Les contestations probables de « l’autre »

62Dès juillet 1848, C. Bernard pensait aux contestations des autres scientifiques. Il les devançait dans ses propres expériences. En fait, si le physiologiste émet des réserves sur les résultats de ses expériences, c’est qu’il anticipe probablement la réaction de la communauté scientifique. En effet, L. Figuier formulera la même hypothèse de la présence d’une autre cause de réduction dans le sang au début de ses recherches sur la glucogénie (Figuier, 1855, p. 19). Il commence par vérifier l’absence d’un produit « ayant la propriété d’opérer la réduction des sels de cuivre » dans le foie autre que le sucre (Figuier, 1855, p. 19). Ainsi, C. Bernard va au-devant des objections des autres scientifiques. Il prévoit leur refus de ses conclusions. Dans ses écrits, le physiologiste ne réalise pas seulement une conversation avec lui-même mais il dialogue aussi avec un interlocuteur absent.

63Dans ses écrits externes, C. Bernard utilise les mêmes formes linguistiques pour convaincre les autres chercheurs de sa théorie que celles employées dans ses manuscrits décrits plus haut. Il annonce, dans la première publication de sa découverte (Malloizel, 1881 p. 342), que le foie « contient toujours des proportions considérables du sucre » (Bernard & Barreswil, 1848, p. 514). Il constate « d’une manière non équivoque, la présence du sucre » (Bernard, 1848, p. 305). Cette présence constitue « la plus grande évidence » (ibid., p. 305) puisqu’elle apparaît « très nettement » (ibid., p. 308) dans le sang. Elle est « indubitable » (ibid. , p. 30) et « très notable » (C. Bernard, 1855c, p. 665). Dans le jugement énoncé sur les résultats de ses expériences, le chercheur montre qu’il a pleinement conscience des contestations probables des autres chercheurs. C’est l’ordre des modalités dites de dicto. L’énonciateur ne se contente pas de décrire ce qui est, sans s’engager lui-même. Il émet un jugement de valeur sur la vraisemblance de ses expériences et la vérité de ses thèses. Alors que le jugement de valeurs « n’a pas besoin d’être explicité (s’il l’était c’est qu’il est devenu contestable) » (Todorov, 1981, p. 74).

64« L’autre » (Bakhtine, 1970, 1984 ; Kristeva, 1970) est ainsi fortement présent dans le discours de C. Bernard soit sous forme de la théorie de Dumas que C. Bernard s’approprie, soit sous forme de l’opposition des autres scientifiques que C. Bernard prédit. Il imagine leurs questions, s’approprie leurs doutes, tente de les convaincre, ce qui renforce le dialogisme qui perce dans ses discours publics et privés. Ceci nous semble logique : ses découvertes contredisent les théories en vogue de l’époque.

65Les écrits de C. Bernard montrent ce que J. Kristeva nomme la  « double appartenance du discours à un “je” et à  “l’autre” » (Kristeva, 1970, p. 13). Le discours ne présente pas une unicité au niveau des sujets et du sens. Il y a dans ce discours au moins deux systèmes conceptuels qui se rencontrent et se définissent les uns les autres. Le discours de C. Bernard semble correspondre à ce que M. Bakhtine nomme « une construction hybride » sous forme d’« un énoncé qui appartient, par ses marques grammaticales (syntaxiques) et de composition, à un locuteur unique, mais dans lequel, en fait sont mêlés deux énoncés, deux manières de parler, deux styles, deux “langages”, deux systèmes sémantiques et axiologiques de croyances. » (Bakhtine, 1981, p. 304).

5.2.2. « L’autre » intériorisé

66Nous pouvons déceler, dans les premières publications du physiologiste de sa découverte, son fort attachement à ses anciennes conceptions. L’auteur rapporte sa perplexité devant les résultats de ses expériences : « [j]e répétais plusieurs fois ces expériences […] sans arriver à comprendre comment le sang de la veine porte pouvait contenir tant de sucre quand les intestins n’en renfermaient aucunement ». (Bernard, 1848, p. 308). Un peu plus loin, il revient sur sa réaction face aux résultats de ces expériences : « ce ne fut pas sans étonnement que je rencontrai des quantités énormes de sucre » dans le sang du foie (ibid., p. 309).

  • 14 Ce travail a été présenté par C. Bernard à la Société biologique dans la séance du 21 octobre 1848

67De plus, il considère la conception de l’absence de formation de sucre dans l’organisme animal en absence d’un apport alimentaire extérieur comme une « idée ingénieuse » (ibid., p. 30414). Cette expression semble étrange dans un texte publié pour prouver le contraire, dans lequel, il affirme que « le fait général [la présence du sucre] qui en découle [de ses expériences] est facile à saisir (ibid., p. 306). Il se dit même « surpris que ce fait soit resté si longtemps inconnu » (ibid., p. 312).

68Le 27 novembre 1851, C. Bernard réalise son expérience contre-épreuve devant une commission de l’Académie des sciences. Il s’agit de montrer la différence de la composition des sangs entrant et sortant du foie. C. Bernard décrit cet événement dans son journal de 1846-1848.

  • 15 Ultérieurement, C. Bernard expliquera cette présence du sucre par un reflux provenant du foie : «  (...)

69Cette expérience prouve que le sang de la veine cave ne contient pas de sucre alors que le sang de la veine sus-hépatique en contient : «  il n’y avait pas du tout de sucre dans le sang au-dessous du foie ; il y en avait au contraire très nettement au-dessus » (C. Bernard, 1850-1852), commente-t-il. De ce fait, le foie forme le sucre dans l’organisme animal15. En mettant en opposition le résultat d’analyse des deux sangs, C. Bernard met en évidence la différence qualitative entre les deux sangs. Pour rendre compte de cette opposition, il utilise les expressions suivantes : « pas du tout », « au contraire », « très nettement ».

70Pour enlever tout doute, il réalise aussi le test de  la fermentation : « [celle] qui ne fut pas empêchée par le sulfate de soude. Et [il] constate que le sang au-dessous du foie ne fermente pas, tandis qu’au-dessus il y eut fermentation. » (ibid., p. 285).

71Il introduit sa description du test de fermentation par : « [o]n fit même la fermentation ». Comme s’il s’adressait à un coénonciateur réticent et sceptique alors que c’est lui-même qui a douté de la sensibilité du test de réduction. Ainsi, C. Bernard essaie de persuader ce coénonciateur par une comparaison entre les deux sangs en accentuant leur différence. Le physiologiste présente le test de fermentation comme un argument d’autorité. Toute contestation éventuelle n’est plus admissible.

72Ce passage, extrait des papiers de C. Bernard, est un manuscrit qui n’a pas été publié. C’est une production langagière à usage interne. Il a peut-être servi comme préparation à d’autres ouvrages publics. Son coénonciateur représenterait dans ce cas la communauté scientifique, sans éliminer l’hypothèse que « l’autre » pourrait être lui-même.

73Ce passage révèle, selon notre interprétation, la poursuite du dialogue sous-jacent du physiologiste. Néanmoins, la voix affirmant la formation du sucre chez les animaux semble plus assurée, plus dominante en présentant ses arguments. L’expression « on fit même… » montre en même temps la résistance de l’autre « je » de C. Bernard mais aussi la progression de ses recherches qui démontrent la présence effective du sucre dans le sang. Ces assertions montrent la multiplicité des « je » de C. Bernard.

74Selon ces assertions, C. Bernard s’adresse à lui-même. Il s’adresse à un « je » qui se cache dans « l’autre ». Un « je » tellement résistant à l’idée de fabrication de sucre par un animal qu’il devient étranger aux autres « je ». Il devient « l’autre ». Nous avons dans ce cas une « division du sujet, scindé d’abord parce que constitué par son autre, pour devenir à la longue son propre autre et par là multiple et insaisissable, polyphonique. » (Kristeva, 1970, p. 13).

  • 16 C. Bernard utilise la même forme linguistique dans les « remarques à propos de la communication de (...)

75À la fin du rapport de l’expérience du foie lavé, C. Bernard conclut : « [d] e sorte que j’ai pu montrer de la manière la plus nette que chez les animaux le sucre se forme par un mécanisme en tout point semblable à celui qui se rencontre dans les végétaux » (Bernard, 1856, p. 233). La thèse de l’unité du vivant est ainsi affirmée. La désignation de la manière de démontrer la fabrication du sucre par le foie par « la manière la plus nette » vise probablement à persuader les autres scientifiques de la vérité de la fonction glycogénique. Mais avouer que l’expérience du foie lavé, ainsi que la découverte de glycogène, représentent une manière nette de prouver la fonction du foie revient à admettre que la manière précédente utilisée par C. Bernard n’était pas « la plus nette ». Il présente à la fois une évaluation négative de ses arguments antérieurs à ce qu’il a déjà annoncé, et une évaluation appréciative des résultats de l’expérience du foie lavé16.

76Il semble évident, selon nous, que C. Bernard répond aux énoncés antérieurs, essentiellement ceux de G.-L. Figuier qui conteste la thèse de la fabrication de sucre par l’animal. Il est logique de prendre en considération tous les énoncés antérieurs à cette découverte et d’être sensible aux contestations des autres scientifiques. Le discours de C. Bernard relatant les étapes de cette expérience est fortement dialogique. Il répond en même temps aux objections antérieures à cette expérience et aux contestations futures en essayant de clore le sujet en sa faveur puisque selon lui toutes « les obscurités » ont été dissipées. Le foie fabrique du sucre à partir d’une matière appelée « glycogène ».

6. L’ambivalence de la pensée et du discours chez un scientifique à partir du cas Claude Bernard

77Nous avons analysé des moments de l’histoire de la pensée bernardienne où « Le discours n’est pas encore, le sujet est en train de s’engendrer au cours de l’écriture/lecture. » (Kristeva, 1970, p. 21). Il y a une combinaison de la construction du savoir et du discours. En effet, dans le discours de C. Bernard et probablement dans sa pensée cohabitent, au moment de la découverte de la fonction glycogénique du foie, au moins deux voix contradictoires. Nous avons mis en évidence les différentes relations s’établissant entre ces deux voix qui communiquent et se confrontent.

78La voix affirmant la présence du sucre dans le sang de l’animal prend progressivement de l’assurance au cours du temps et au fil des expériences réalisées par le physiologiste pour montrer la fabrication du glucose par l’animal, comme chez les végétaux montrant ainsi l’indépendance de l’animal par rapport à son milieu extérieur.

  • 17 Conférence intitulée « la démarche expérimentale » présentée au « séminaire en hommage à Claude Be (...)

79Il se crée ainsi une polyphonie puisque le scientifique reste attaché à ses représentations antérieures tout en acceptant le nouveau modèle possible. Le discours de C. Bernard présente différentes instances énonciatives « qu’un “je” multiplié peut occuper simultanément » (Kristeva, 1970, p. 13). Selon cette vision, c’est l’expression de cette multiplicité des « je » chez C. Bernard qu’A. Pichot nomme « une indécision épistémologique ». La découverte divise le sujet. Le chercheur se dédouble dans son être, « il voudrait croire en ce qui ne lui inspire pas une foi véritable, […] il voudrait réfuter ce qui continue à l’assaillir de doutes. » (Bakhtine, 1970, p. 70). Le scepticisme de C. Bernard est encore présent même à la suite de l’expérience du foie lavé, réalisée après sept ans de recherches sur la fonction glycogénique du foie. C. Debru (2013)17 pense que le physiologiste était capable « de saisir à la fois une chose et sa complémentaire ». Cet auteur considère que « l’oscillation de la pensée » (Debru, 1998, p. 36) constitue une composante fondamentale de la recherche physiologique. Cette oscillation permet l’exploration des différentes possibilités conduisant à « l’invention d’une solution constituant une forme provisoire d’état final » (Duchesneau, 2001, p. 287) par la construction des relations « nouvelles et inattendues » (Bernard, 1856, p. 66).

80Par ailleurs, même si C. Bernard (1856) insiste sur la « nécessité du doute, [la] condamnation des idées fixes, [la] mobilité des idées, [l’] excitation de l’inconnu » (Thuillier, 2006, p. 30), notre analyse montre que la voix refusant l’idée de fabrication du sucre par l’animal représente un obstacle à l’avancement des recherches de C. Bernard. Cette voix a retardé la découverte effective de la fonction glycogénique du foie. Mais même si le scientifique arrive à surmonter cet obstacle, il ne réussit pas à l’écarter complètement de sa pensée. L’obstacle est constitué par le soi. Les voix de l’auteur incarnent l’obstacle.

7. Perspective didactique

81C. Bernard ne cache pas son étonnement devant l’augmentation du taux du sucre dans le tissu hépatique après la mort : « j[e] ne savais pas à quoi rapporter cette singulière variation obtenue avec le même foie et le même procédé d’analyse. Que fallait-il faire ? » (Bernard, 1856, p. 232). Il réalise des expériences de vérification dans le but de s’assurer de l’exactitude des résultats créés par coïncidence. Il ajoute : « pour m’en assurer, je fis une série de nouvelles expériences qui dissipèrent toutes les obscurités en me montrant que le tissu du foie va constamment en s’enrichissant en sucre pendant un certain temps après la mort. » (Bernard, 1856, p. 233). Nous avons affirmé que dans son discours C. Bernard essaie de convaincre les autres scientifiques. Mais C. Bernard écrit : « pour m’en assurer » et « dissipèrent toutes les obscurités en me montrant ». C’est lui qui a besoin d’être assuré. De plus le terme « les obscurités »  est très proche du pronom personnel « me ». On peut penser que c’est l’énonciateur qui perçoit ces obscurités. Notons aussi le choix du terme « obscurité » qui indique toute l’incertitude, la perplexité et le doute vécu par le scientifique. Donc, l’expression « dissipèrent toutes les obscurités » est ambivalente. Elle affiche la certitude et le triomphe de C. Bernard grâce à cette nouvelle expérience spectaculaire mais exprime aussi ses doutes, son débat intérieur et sa sensibilité face aux contestations de certains scientifiques concernant sa thèse de la fonction glycogénique du foie. C’est cette ambivalence qui caractérise les modulations employées et les accentuations réalisées surtout au niveau de l’évaluation des quantités de sucre remarquées.

82Son analyse de cette expérience montre qu’en réalité le physiologiste ne fait pas confiance au fait et à l’expérience. À chaque fois l’auteur exprime son étonnement devant les résultats de ses expériences. Il présente une forte résistance au changement qu’il est en train de créer. L’obstacle n’est pas encore complètement vaincu par le chercheur. Il n’arrive pas, après tant d’années de recherche sur la formation du glucose par le foie animal, à accepter l’idée de l’unité fonctionnelle des deux règnes des animaux et des végétaux. Cet obstacle constitue « un facteur d’inertie » comme dit G. Bachelard dans la pensée bernardienne.

83En réalité, l’obstacle fonctionne encore dans l’esprit bernardien, il est encore inhérent à son acte de lire, d’expliquer et d’interpréter les expériences qui démontrent le nouveau savoir. L’auteur ne cloisonne pas son usage des deux savoirs. Il les manie simultanément. Ce double usage crée une polyphonie au niveau du discours. Effectivement, le langage ambivalent employé par le scientifique n’est que le reflet de l’ambivalence de sa pensée. Le dépassement de l’obstacle ne peut être réalisé que si le scientifique résout sa pensée en orchestrant les voix qui l’habitent par l’élimination de la voix assurant l’impossibilité de formation du sucre par l’animal, soit en dialoguant avec lui-même (polyphonie), soit en important le discours des autres (dialogie).

84Dans « l’introduction à la médecine expérimentale », C. Bernard présente une reconstruction de sa découverte de la fonction glycogénique du foie.

Extrait 2 : C. Bernard, 1865, p. 286

« En effet, la théorie régnante à cette époque et qui devait être naturellement mon point de départ, admettait que le sucre qui existe chez les animaux provient exclusivement des aliments et que ce sucre se détruit dans l’organisme animal par des phénomènes de combustion […] Mais je fus immédiatement conduit à voir que la théorie sur l’origine du sucre chez les animaux, qui me servait de point de départ, était fausse. »

85Le chercheur explique dans sa reconstruction que son expérience cruciale à l’origine de la découverte était conçue comme « une expérience comparative » après avoir trouvé du sucre dans les vaisseaux sus-hépatiques d’un chien nourri par une soupe au lait sucrée.

Extrait 3 : C. Bernard, 1865, p. 318

« Il était tout naturel et, comme on dit, logique, de penser que ce sucre trouvé dans les veines sus-hépatiques était celui que j’avais donné à l’animal dans sa soupe […] Je pris donc par comparaison avec le chien à la soupe sucrée un autre chien auquel je donnai de la viande à manger. Mais mon étonnement fut grand quand je constatai que ce sang contenait également du sucre chez l’animal qui n’en avait pas mangé […] Alors j’abandonnai tout aussitôt toutes mes hypothèses sur la destruction du sucre pour suivre ce fait nouveau »

86Cet énoncé semble être le discours d’un scientifique conscient du mérite et de la justesse de sa découverte après avoir dépassé l’obstacle épistémologique. Les termes « immédiatement » et « tout aussitôt » conduiraient un lecteur naïf à une interprétation erronée : se cache le fait que plusieurs années se sont écoulées entre la première expérience et l’adoption d’un nouveau modèle du vivant par le physiologiste. La reconstruction glorifie la capacité à prendre en considération un nouveau fait expérimental qui contredit une théorie régnante à cette époque ; elle tait le laborieux parcours réalisé pour aboutir à ce succès. Ce n’est qu’à première vue, que le discours est monophonique.

7.1. De la nature du discours scientifique

87La polyphonie casse l’image d’un discours scientifique unilingue, univoque. Ce qui rompt avec « une représentation idéalisée » du discours scientifique, qui est une « conception idyllique [de ce discours], sorte de parangon ou de joyau brillant de mille feux : monosémie, objectivité, précision neutralité, logique, rigueur de l’argumentation » (Jacobi, 1987, p. 112). Le concept scientifique, comme la langue naturelle, peut être entouré « d’une zone mal définie » (Grize, 1992, p.44).

88A.-M. Moulin (1990, p. 167) affirme que « La communauté scientifique et les différents groupes professionnels qui la composent baignent, quoiqu’ils s’en défendent souvent, dans l’univers du langage quotidien et des transcriptions antérieures de leur propre science ». En réalité, le discours scientifique apparaît « trop plein de sens » (ibid., p. 167). Il n’est pas lisse. Il est surpeuplé de doutes et d’incertitudes puisqu’il garde les empreintes des obstacles dépassés. Il est habité par la voix vaincue et mise à distance des connaissances antérieures.

7.2. Perspectives pour penser l’apprentissage des concepts scientifiques à partir de l’extériorisation du dialogue intérieur

89La compréhension de la nature dialogique et polyphonique du discours scientifique constitue à notre avis une condition de possibilité dans la mise en œuvre des séquences d’apprentissage ; sa prise en considération posséderait différents avantages dans la construction par l’élève du concept scientifique.

90L’analyse microscopique du discours du physiologiste confirme l’entrelacement de la construction du savoir et de la production du discours. Nous montrons ainsi la pertinence des travaux de l’équipe de Bordeaux dans leurs recherches sur l’appropriation des élèves de nouvelles stratégies cognitivo-langagières efficaces pour construire un savoir scientifique (Jaubert & Rebière, 2000).

91À l’exemple de C. Bernard qui avait une activité langagière à usage interne intense, « les pratiques discursives d’élaboration » (Rebière, 2000)  comme « les écrits ou les oraux réflexifs » (Jaubert, 2000) permettent d’extérioriser le débat interne des élèves. Ces pratiques donnent l’occasion de gérer les différents points de vue qui habitent les discours des élèves pour construire une nouvelle voie porteuse d’un savoir scientifique.

7.2.1. Construire un nouveau langage

92L’étude du discours du physiologiste français a constitué l’un des fondements d’un travail de thèse consacré à l’étude de l’enseignement apprentissage de la régulation de la glycémie (Dhouibi, 2013). Nous avançons dans ce mémoire que la construction d’un modèle formel de la régulation de la glycémie (Schneeberger & Dhouibi, 2006) nécessite la création par les élèves d’un nouveau langage spécifique et précis qui peut rendre compte d’un phénomène complexe comme la régulation.

93L’enjeu, dans les différentes activités de modélisation mises en œuvre dans la stratégie d’apprentissage proposée, est de construire un nouvel objet de discours exprimant un savoir scientifique. Il se trouve qu’il n’existe pas de termes neutres même dans le discours des scientifiques et des manuels. Chaque énoncé est habité par la voix des autres. Chaque mot contient la trace de ses utilisations antérieures quotidiennes ou scientifiques. Il est entouré par une zone de flou. Ainsi, des élèves de troisième année section mathématiques (âgés de 17 à 18 ans) ont dû négocier les significations des termes comme « stable », « variation », « constance » par exemple, pour aboutir à la construction de nouvelles significations pour ces mots spécifiques du phénomène de la régulation.

7.2.2. Les choix d’une transposition didactique

94L’introduction de l’histoire de la découverte de la fonction glycogénique du foie dans les programmes doit prendre en compte les obstacles rencontrés par les élèves lors de leur construction du concept de la régulation de la glycémie. En effet, actuellement on admet que les deux théories avancées par L.-F. Figuier et C. Bernard sont correctes. Celle de Figuier correspond à la glycogenèse ou synthèse de glycogène à partir de sucre alors que la théorie bernardienne de la formation du glycogène à partir des éléments de sang différents du sucre, concorderait avec les mécanismes de la néoglucogenèse. Les phénomènes de glycogenèse et de néoglucogenèse coexistent dans le foie. Toutefois notre analyse montre qu’au début ces deux phénomènes ont été liés à deux conceptions différentes du vivant. Une utilisation sans précaution de l’expérience du foie lavé construirait ou peut-être consoliderait un obstacle épistémologique. Un obstacle qui empêcherait la construction du rôle du foie dans la régulation de la glycémie (Dhouibi, 2013). La présentation de l’expérience en dehors d’une vision systémique peut conduire l’élève à croire que c’est le foie qui régule la glycémie comme l’a fait C. Bernard.

Conclusion

95Sur le plan de l’étude des manuscrits de C. Bernard, l’attention du scientifique dans ses recherches ne se focalise pas seulement « à la seule direction consciemment définie de son travail » (Grmek, 1991, p. 88). Il modifie la direction de ses recherches, guidé par la nouvelle hypothèse. Ainsi le physiologiste montre une tendance à bouleverser le paradigme régnant à cette époque basé sur une rupture entre le règne animal et le règne végétal. Ses recherches sur le sucre l’amènent à élaborer la théorie de l’unité du vivant et, par la suite, à la création du concept du milieu intérieur qui constitue un nouveau paradigme en biologie. Le physiologiste parle de cette part de l’irrationnel dans la recherche scientifique dans l’Introduction à la médecine expérimentale en l’appelant « le sentiment ». Il pense que le chercheur doit être ouvert aux nouvelles idées même si elles ne sont pas en accord avec les théories régnantes. La raison ne fait que vérifier par la suite ces idées.

96L’analyse du journal du laboratoire nous révèle un aspect complémentaire du processus plus réaliste de la construction du savoir chez C. Bernard. Les préoccupations théoriques sont sous-jacentes, en fait, au discours du physiologiste ; même quand il semble emporté par la coïncidence de ses expériences. La rupture qui permet le passage vers un nouveau savoir n’est pas aussi immédiate que le jaillissement de nouvelles hypothèses. Les idées chez le chercheur ne se succèdent pas en tant « qu’étapes de devenir » (Bakhtine, 1970, p. 81). L’adoption d’un nouveau point de vue ne signifie nullement le renoncement à l’ancien. Les deux savoirs cohabitent dans sa pensée, donnant lieu à une polyphonie discursive.

97Au plan didactique, notre contribution ouvre sur le fait que la prise en considération, en classe, de la nature polyphonique du discours scientifique et de la pensée dialogique des élèves semble être intéressante pour accompagner une construction du cheminement de pensée. Relier pensée élaborée et discours permet de doser le temps qu’il faut pour introduire les élèves aux circonvolutions liées au travail d’obstacles. Au cours de ce travail, les obstacles sont à faire émerger, suivre puis dépasser. C’est ce que l’étude des écrits de C. Bernard nous a conduites à considérer.

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD G. (1938/1971). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin.

BAKHTINE M. (1970). La poétique de Dostoïevski. Paris : Seuil.

BAKHTINE M. (1981). The Dialogic Imagination. Austin : University of Texas Press.

BAKHTINE M. (1984). Esthétique de la création verbale. Paris : Gallimard.

BINETES L. (1952). Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard. Paris : Masson.

BUSET P. & DEBRU C. (2008). Synthèse du colloque « L’imagination et l’intuition dans les sciences », 7-8 novembre 2008, Académie des sciences, à la Fondation Simone et Cino Del Duca, Paris. En ligne : ˂http://www.academie-sciences.fr/activite/conf/colloque_071108_synthese.pdf˃ (consulté le 8 septembre 2014).

CATTELAIN E. (1938). Histoire d’un réactif : La liqueur de Fehling. Revue d’histoire de la pharmacie française, volume 18, n° 69. En ligne : ˂http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_1930_num_18_69_9880_t1_0124_0000_4˃ (consulté le 10 janvier 2014).

DEBRU C. (1979). Claude Bernard et l’idée d’une chimie biologique. Revue d’histoire des sciences, t. 32, n° 2, p. 143-162. En ligne :

˂http://www. Jstor.org/stable/23631633˃ (consulté le 18 octobre 2014).

DEBRU C. (1998). Philosophie de l’inconnu. Le vivant et la recherche. Paris : Presses universitaires de France.

DEBRU C. (2000). Mirko D. Grmek, Le Legs de Claude Bernard (Paris, Fayard). Revue d’histoire des sciences, vol. 53, n° 53-1. En ligne : ˂http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhs_0151-4105_2000_num_53_1_2080_t1_0175_0000_2˃ (consulté le 14 juillet 2014).

DEBRU C. (2013). La démarche expérimentale. Séminaire en hommage à Claude Bernard, Collège de France, 15-16 mai 2013. En ligne : ˂http://www.college-de-france.fr/site/alain-prochiantz/seminar-2013-05-16-09h15.htm˃ (consulté le 17 octobre 2014).

DUCHESNEAU F. (2001). Philosophie de l’inconnu. Le vivant et la recherche. History and philosophy of life sciences, vol. 23, n° 2, p. 286-289. En ligne :

˂http://www. Jstor.org/stable/23332309˃(consulté le 18 octobre 2014).

DHOUIBI M. (2013). Enseignement et apprentissage de la régulation de la glycémie : modélisation et activité langagière. Thèse de doctorat, université Bordeaux 2.

DUCROT O. (1980). Le dire et le dit. Paris : Minuit.

FUCHS-GALLEZOT M. & COQUIDÉ M. (2010). Génétique, génomique et post-génomique dans les programmes des SVT, une discipline scientifique scolaire. Recherches en didactique des sciences et des technologies, n° 2, p. 17-52.

FOUCAULT M. (1969). L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard.

GRIZE J.-B. (1992). Sur la nature du discours d'information scientifique. Aster, n° 14, p. 41-52.

GRMEK M. (1991). Claude Bernard et la méthode expérimentale. Paris : Payot.

GRMEK M. (1997). Le legs de Claude Bernard. Paris : Fayard.

HOLMES F.-L. (1986). Claude Bernard. The « milieu intérieur » and Regulatory Physiology. History and philosophy of life sciences, vol.  8, n° 1, p. 3-25. En ligne : ˂http://www.jstor.org/stable/23328847˃ (consulté le 28 octobre 2014).

JACOBI D. (1987). Quelques formes du savoir savant dans les discours de vulgarisation scientifique. Aster, n° 4, p. 91-118.

JAUBERT M. (2001). Fonctions et fonctionnement du langage dans la construction des savoirs scientifiques : Hétéroglossie et contextes d’apprentissage scolaire. Thèse de doctorat, université Victor-Ségalen-Bordeaux 2.

JAUBERT M. (2007). Langage et construction de connaissance à l’école. Un exemple en sciences. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux.

JAUBERT M. & REBIÈRE M. (2000). Observer l’activité langagière des élèves en sciences. Aster, n° 31, p. 173-195.

JAUBERT M. & REBIÈRE M. (2001). Pratiques de reformulation et construction de savoirs. Aster, n° 33, p. 81-110.

KRISTEVA J. (1970). Une poétique ruinée. In M. Bakhtine, La poétique de Dostoïevski, Paris : Seuil, p. 5-21.

MALLOIZEL G. (1881). Bibliographie des travaux scientifiques et bibliographie biographique de Claude Bernard ». In E. Renan et al., L’œuvre de Claude Bernard, Paris : librairie J.-B. Baillière, p. 337-400. En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k77330v/f349.image˃ (consulté le 5 octobre 2014).

MOULIN A.-M. (1990). Le récepteur en immunologie, polysémie-polyphonie historique. Aster, n° 10, Lyon : INRP. En ligne : ˂http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/aster/RA010.pdf˃ (consulté le 15 novembre 2014).

PASTEUR L. (1922). Claude Bernard. Idée de l’importance de ses travaux, de son enseignement et de sa méthode. In Œuvres de Pasteur réunis par Pasteur Vallery-Radot, t. 2, Paris : Masson, p. 487-494. En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7357p/f496.image˃ (consulté le 4 novembre 2014).

PICHOT A. (1993). Histoire de la notion de vie. Paris : Gallimard.

REBIÈRE M. (2000). Langage, posture et cognition. Thèse de Doctorat, université Victor-Ségalen-Bordeaux 2.

SCHNEEBERGER  P. & DHOUIBI M. (2006). La régulation de la glycémie : une étude de cas en première S. Aster, n° 42, p. 135-158.

SCHNEEBERGER P. & VÉRIN A. (dir.). (2009). Développer des pratiques d’oral et d’écrit en sciences. Lyon : INRP.

THUILLIER G. (2006). Les principes de l’introduction de la médecine expérimentale (1856) de Claude Bernard. La Revue administrative, n° 59, p. 27-30. En ligne : <http://www.jstor.org/stable/41942294˃ (consulté le 18 octobre 2014).

TODOROV T. (1981). Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique. Paris : Seuil.

Les références du corpus analysé

BERNARD C. (1846-1848). Des extraits du cahier d’expérience de 1846-1848. In M. Grmek, Le legs de Claude Bernard, Paris : Fayard, p. 231-232-235-236- 237.

BERNARD C. (1848). De l’origine du sucre dans l’économie animale. Archives générales de médecine, 4e série, t. 18, p. 303-319. En ligne : ˂http://web2.bium.univ-paris5.fr/livanc/?cote=90165x1848x18&p=303&do=page˃ (consulté le 20 octobre 2014).

BERNARD C. & BARRESWIL C. (1848). De la présence du sucre dans l’économie animale. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 27, p. 514-515. En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29840/f518.image˃ (consulté le 15 octobre 2014).

BERNARD C. (1850). Sur une nouvelle fonction du foie chez l’homme et les animaux. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 31, p. 571-574.  En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29887/f571.image> (consulté le 15 octobre 2014).

BERNARD C. (1850-1852). Des extraits du cahier d’expérience de 1850-1852. In M. Grmek, Le legs de Claude Bernard, Paris : Fayard, p. 285.

BERNARD C. (1853). Nouvelle fonction du foie considéré comme organe producteur de matière sucrée chez l’homme et les animaux. Thèse pour le doctorat en sciences naturelles, Paris. En ligne : <http://jubilotheque.upmc.fr/ead.html?id=TH_000079_001#!˃ (consulté 1e 1er août 2014).

BERNARD C. (1855a). Remarques sur la sécrétion du sucre dans le foie, faites à l’occasion de la communication de M. Lehmann. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 40, p. 589-592. En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29976/f589.image> (consulté le 15 octobre 2014).

BERNARD C. (1855b). Note sur la présence du sucre dans le sang de la veine porte et dans le sang des veines hépatiques. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 40, p. 716-717. En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29976/f716.image˃ (consulté le 15 octobre 2014).

BERNARD C. (1855c). Remarques à propos de la communication de M. Lehmann. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 41, p. 665-666. En ligne : ˂http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2998h/f669.image˃ (consulté le 15 octobre 2014).

BERNARD C. (1856/1984). Introduction à la médecine expérimentale, Paris : Flammarion.

FIGUIER L.-F. Mémoire sur l’origine du sucre contenu dans le foie, et sur l’existence normale du sucre dans le sang de l’homme et des animaux. Annales des sciences naturelles, 4e série, t. 3, p. 1-54. En ligne : ˂http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?p=1&cote=clber079&do=page˃ (consulté le 07 octobre 2014).

Haut de page

Notes

1 Chaque expérience sera répétée par le physiologiste plusieurs fois dans différentes situations. (C. Bernard, 1853).

2 Il n’y a pas d’ordre dans les manuscrits de C. Bernard. En 1962, le Collège de France fait appel à l’historien de la médecine Mirko Drazen Grmek (1924-2000) pour réaliser un catalogue des travaux du physiologiste.

3 Le cahier d’expérience de 1846 est conservé dans les archives du Collège de France : Manuscrit, Ms, 7c, Collège de France, cote C VIII e.

4 Le cahier d’expérience de 1850 est conservé dans les archives du Collège de France : Manuscrit, Ms, 8j, Collège de France, cote C VIII e.

5 Ce livre apporte « des éléments nouveaux fondés sur des données parfois inédites » (Debru, 2000, p. 175).

6 Dans sa deuxième thèse Nouvelle fonction du foie considéré comme organe producteur de matière sucrée chez l'homme et les animaux, C. Bernard explique qu’il a utilisé trois procédés pour mettre en évidence le glucose : la fermentation alcoolique provoquée par la levure de bière, la réduction par le liquide bleu (liqueur de Fehling) et l’analyse optique par la lumière polarisée (C. Bernard, 1853, p. 16-30). Mais dans son journal d’expérience, le physiologiste insiste sur le résultat du test de réduction. Ce test a une grande sensibilité, « il décèle les moindres traces de glucose » (C. Bernard, 1853, p. 22). En plus, la réduction « constitue dans tous les cas un caractère négatif absolu » (C. Bernard, 1853, p. 22).

7 Carl August Trommer 1806-1876) a montré que le sulfate de cuivre et le potasse ajoutés successivement dans une solution sucrée provoquent une réduction du sel du cuivre et une précipitation colorée. C. Bernard a collaboré avec le chimiste Charles-Luis Barreswill (1817-1870) qui a mis au point en 1844 un réactif chimique dans lequel le sulfate de cuivre est maintenu en dissolution, en même temps que la potasse à la chaux avec l’ajout de crème de tartre (bitartrate de soude). La présence du glucose réduit l’hydroxyde de cuivre et provoque ainsi la précipitation de l’oxydule de cuivre. Ce liquide porte le nom de liqueur de Fehling après avoir été perfectionné par Hermann Von Fehling (1812-1885) (Cattelain, 1938 ; Grmek, 1997).

8 Claude Bernard explique, dans les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, qu’il a utilisé deux procédés pour mettre en évidence le sucre : la fermentation alcoolique et le test de réduction (C. Bernard, 1850, p. 471).

9 « Nous avons cru cependant que l’on pourrait espérer mieux réussir dans cette recherche, si l’on avait égard aux deux précautions suivantes : ne pas attendre la coagulation spontanée du sang, comme on l’a fait jusqu’ici, croyant simplifier les opérations de l’analyse chimique ; opérer sur des liqueurs rendues légèrement acides, afin de se mettre à l’abri de l’action que doit exercer le carbonate alcalin qui existe dans le sérum du sang, sur la petite quantité de glucose qu’il peut renfermer » (Figuier, 1855, p. 40).

10 La recherche du XIXe siècle se fait sur l'animal sacrifié.

11 La vascularisation du foie : la veine porte ramène le sang du tube digestif vers le foie. Le retour du sang du foie s’effectue par les veines sus-hépatiques qui se jettent dans la veine cave.

12 C. Bernard a expliqué cette présence du sucre dans le sang de la veine porte à l’entrée du foie par un simple reflux du sang sucré du foie provoqué par la pression intra-abdominale lorsqu’on ouvre le ventre de l’animal. En octobre 1848, le physiologiste montre que la veine porte liée sur l’animal avant d’ouvrir le ventre ne contenait pas le sucre alors que le foie en contenait beaucoup. (Grmek, 1997).

13 Souligné par C. Bernard dans son manuscrit.

14 Ce travail a été présenté par C. Bernard à la Société biologique dans la séance du 21 octobre 1848.

15 Ultérieurement, C. Bernard expliquera cette présence du sucre par un reflux provenant du foie : « Le reflux du sang des veines sus-hépatiques dans la veine porte est chose très facile » (Bernard, 1848, p. 309).

16 C. Bernard utilise la même forme linguistique dans les « remarques à propos de la communication de M. Lehman » en disant « Toutefois nous devons reconnaître que la discussion, en appelant de nouveau l’attention des chimistes et des physiologistes sur la question, les a amenés à fixer définitivement les conditions de l’investigation chimique et physiologique, et a rendu désormais impossible toute contestation au sujet de l’existence de la fonction glycogénique du foie. » (Bernard, 1855c, p. 665). Lehmann a soutenu C. Bernard contre ses opposants en expérimentant sur les quantités du sucre dans les sangs entrant et sortant du foie. (Debru, 1979).

17 Conférence intitulée « la démarche expérimentale » présentée au « séminaire en hommage à Claude Bernard », au Collège de France , 15-16 mai 2013. En ligne : <http://www.college-de-france.fr/site/alain-prochiantz/seminar-2013-05-16-09h15.htm>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : le dispositif de C. Bernard pour le dosage du sucre sanguin (dessin C. Bernard ; © L. Binetes, Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, Masson, 1952, p. 16)
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 : l’expérience du foie lavé telle qu’elle a été réalisée par C. Bernard (© L. Binetes, Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, Masson, 1952, p. 16)
URL http://journals.openedition.org/rdst/docannexe/image/996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manel Dhouibi, Patricia Schneeberger et Maryse Rebière, « L’étude du discours d’un scientifique : éclairage sur le processus de dépassement d’obstacles et perspectives didactiques », RDST, 11 | 2015, 79-108.

Référence électronique

Manel Dhouibi, Patricia Schneeberger et Maryse Rebière, « L’étude du discours d’un scientifique : éclairage sur le processus de dépassement d’obstacles et perspectives didactiques », RDST [En ligne], 11 | 2015, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rdst/996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rdst.996

Haut de page

Auteurs

Manel Dhouibi

Université de Bordeaux, équipe Épistémologie et didactique des disciplines du laboratoire Culture, éducation et société

Patricia Schneeberger

Université de Bordeaux, ESPE d’Aquitaine, équipe Épistémologie et didactique des disciplines du laboratoire Culture, éducation et société

Articles du même auteur

Maryse Rebière

Université de Bordeaux, équipe Épistémologie et didactique des disciplines du laboratoire Culture, éducation et société

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’École normale supérieure de Lyon

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals