Navigation – Plan du site
Lectures
Notes critiques

Gonnin-Bolo Annette (dir.) (2007). Parcours professionnels. Des métiers pour autrui entre contraintes et plaisir

Paris : éditions Belin, 218 p.
Raymond Bourdoncle
p. 156-159
Référence(s) :

Gonnin-Bolo Annette (dir.) (2007). Parcours professionnels. Des métiers pour autrui entre contraintes et plaisir, Paris : éditions Belin, 218 p.

Texte intégral

1Quel sens donnons-nous à nos parcours professionnels lorsque, en situation d’entretien, nous sommes amenés à les dire et donc, non plus à les vivre, mais à les construire avec des mots et des significations ? Quelles formes de socialisation se donnent alors à voir, structurant nos récits et orientant subrepticement nos vies ? Quels mécanismes identitaires se mettent alors en œuvre ? Peut-on s’émanciper de ces diverses contraintes, qui finalement nous constituent ? Voilà les questions de fonds que pose Annette Gonnin-Bolo dès le deuxième paragraphe de cet ouvrage collectif, qu’elle dirige. Vastes questions, que cet ouvrage se propose d’approfondire non pas de manière théorique, en construisant de nouveaux modèles de socialisation ou d’identité professionnelles, mais de manière concrète, à partir de l’évocation de parcours, présentés par ceux-là mêmes qui les ont vécus.

2Pour affronter ces questions et collecter les descriptions, Annette Gonnin-Bolo a réuni, autour d’un chercheur invité, Claude Dubar, qui a fortement contribué à lancer l’intérêt pour ces questions en France, des chercheurs et doctorants du Centre de recherches en Éducation de Nantes (CREN). Tous sont partis à la fois d’une question initiale commune (quel sens donne-t-on à son parcours professionnel ?) et d’une théorisation également commune, celle de Dubar sur la construction des identités professionnelles par le jeu d’une double transaction. Rappelons que l’une, relationnelle, se joue entre l’identité que nous attribue autrui et celle que l’on revendique ; l’autre, biographique, confronte le passé à l’avenir, les identités héritées à l’identité projetée.

3Ces chercheurs et doctorants se sont intéressés à des secteurs professionnels divers, dont la quasi-totalité implique « un travail sur autrui », selon l’expression de Dubet empruntée à Tardif et Lessard. L’analyse sociologique de ce « travail humain sur de l’humain » peut certes se rationaliser en partie, mais guère se mécaniser, contrairement au travail sur les choses. En effet, basé sur l’interaction, il doit prendre en compte ses multiples aspects, souvent individualisés et contingents, toutes choses beaucoup moins centrales dans le travail industriel.

4À vrai dire le séminaire hébergé par un département de sciences de l’éducation et regroupant des chercheurs et doctorants de cette discipline ne pouvait prétendre couvrir le vaste ensemble des métiers de l’humain. Les secteurs professionnels pris en compte sont cependant divers : enseignement, travail social, éducation physique, éducateurs sportifs (voile), formateurs d’adultes, activités artistiques et, de manière particulière, le bâtiment, à travers la trajectoire particulière des femmes dans un secteur traditionnellement masculin. Annette Gonnin-Bolo regroupe ces secteurs professionnels en trois pôles.

5Le premier, représenté par l’Éducation nationale, est fortement réglementé, avec une gestion centralisée, un encadrement hiérarchisé, des programmes prescrits dans leurs contenus et dans leur temporalité et des formes de validation uniformes (les diplômes). Mais comme le montrent Guibert, Lazuech et Rimbert, ces règles du jeu apparaissent de moins en moins claires pour les enseignants. Les politiques de décentralisation favorisent les projets locaux et incitent les enseignants à y participer et à faire preuve d’initiative, alors que le cadre d’ensemble reste toujours contraignant. Comment stabiliser son identité professionnelle face à de telles injonctions paradoxales ?

6Le second pôle, beaucoup plus libéral et même quasiment déréglementé, est représenté par les métiers du spectacle. La diversité des activités et, malgré la salarisation depuis les années 1970, la multiplicité des statuts, types d’emploi et classements catégoriels, démultipliée par la fracture majeure entre permanents et intermittents, engendrent une incertitude statutaire qui rendent difficile les transactions identitaires. Le troisième pôle, celui du travail social, est dans une position intermédiaire entre les deux autres pôles, avec une assez grande diversité des secteurs d’activité, spécialisés selon les populations et les difficultés prises en charge, mais avec une codification relativement reconnue tant des secteurs que des empois, hiérarchisés selon les compétences et les responsabilités. Cependant leur prise en charge par les collectivités locales a introduit certes de la souplesse mais aussi une moindre régulation avec notamment des recrutements ne correspondant pas aux qualifications exigées, engendrant des carrières professionnelles plus diverses et inégalement bien vécues. Cela se rencontre aussi chez les formateurs d’adultes.

7Au total, 25 biographies ont été recueillies. Certaines des personnes sont en début de vie professionnelle, ce qui informe sur l’entrée dans le métier et la première socialisation professionnelle, si importante. D’autres, rencontrées quelques années après leurs débuts, renseignent sur les dynamiques à l’œuvre. D’autres encore sont à des moments importants de réorientation de leur vie professionnelle, avec souvent un recours à la formation. Certains enfin, en fin de carrière, portent un regard rétrospectif sur leur évolution identitaire au cours de ce drame social du travail qu’est la carrière.

8Que nous apprennent ces entretiens ? D’abord, la détermination du secteur d’exercice s’affirme souvent comme un choix souverain, plus rarement comme l’effet d’un hasard, jamais comme la conséquence de déterminismes sociaux. On reconnaît là le pouvoir de l’esprit humain à se croire le maître chez soi, que l’on appelle cela rationalisation comme chez Elster, habitus inconscient chez Bourdieu ou choix rationnel sous contrainte de préférences socialement déterminées comme chez Boudon. Les parcours ultérieurs ne sont aucunement linéaires, même là où les carrières sont les plus régulées. Changements de lieu d’exercice, de rapport au travail ou même de fonction manifestent partout « la recherche récurrente de la bonne place », celle « où le sujet se sentira en harmonie entre ce qu’il est, ce qu’il souhaite être, et la place que l’autre lui attribue ». Ceci ne va pas sans difficultés ni douleur. Car l’on souhaite aussi reconnaissance et progression de carrière. Or il y a moins de « bonnes places » que ceux capables de les occuper. Ceci aboutit à des compromis d’attente, souvent accompagnés de souffrance et même parfois d’un sentiment de culpabilité de ne pas mieux réussir. Heureusement, subsiste souvent le plaisir dans l’action et les interactions de travail. Car ce qui manque, c’est la reconnaissance institutionnelle, non interactionnelle. Certes l’on voudrait évoluer et devenir autre. Mais, puisque ce n’est pas possible, on pense que l’identité présente est la seule possible et acceptable, puisque l’on a pu s’y aménager des plaisirs et s’y construire des rationalisations en partie analgésiques.

9Ainsi cet ouvrage justifie bien son sous-titre : « Des métiers pour autrui entre contraintes et plaisir ». Son grand mérite est, comme le dit Dubar dans sa postface, de lier parcours professionnels et subjectivité. Permet-il pour autant, comme il l’affirme, de révéler des dynamiques identitaires ? Oui et non, car il ne trouve pas, il retrouve. En effet, cet ouvrage n’est ni théorique, ce qu’il revendique, ni démonstratif, au sens où il chercherait à mettre à l’épreuve et vérifier une théorie. Il ressort plutôt du genre herméneutique, en ce qu’il procède d’une interprétation des matériaux symboliques collectés, les entretiens, à l’aide d’un système interprétatif choisi, ici la théorie de l’identité comme double transaction. Une telle démarche permet non de trouver, mais de retrouver ce que l’on a mis au départ dans son regard. Mais n’est-ce pas là le destin le plus fréquent des théories dans les sciences sociales : elles donnent des sens nouveaux en construisant de nouvelles réalités symboliques, elles montrent plutôt qu’elles ne démontrent. Plus l’interprétation est riche, en ce qu'elle donne du sens à plus de matériaux, plus elle est cohérente, et plus la théorie est sinon vérifiée, du moins validée et pertinente. C’est à cela que contribue pleinement cet ouvrage, en montrant dans ses nombreux exemples la puissance interprétative de la théorie de Dubar. Ce faisant, il participe pleinement au mouvement descriptif et interprétatif que suivent de plus en plus les sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Bourdoncle, « Gonnin-Bolo Annette (dir.) (2007). Parcours professionnels. Des métiers pour autrui entre contraintes et plaisir  », Recherche et formation, 56 | 2007, 156-159.

Référence électronique

Raymond Bourdoncle, « Gonnin-Bolo Annette (dir.) (2007). Parcours professionnels. Des métiers pour autrui entre contraintes et plaisir  », Recherche et formation [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 21 octobre 2011, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/1016

Haut de page

Auteur

Raymond Bourdoncle

Université de Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page