Navigation – Plan du site

Romagny-Vial, M. (2016). La normalienne. Souvenirs d’une jeune fille pas trop rangée

Auxerre : Rhubarbe, 154 p. ISBN : 978-2-37475-011-8
Raymond Bourdoncle
Référence(s) :

Romagny-Vial, M. (2016). La normalienne. Souvenirs d’une jeune fille pas trop rangée. Auxerre : Rhubarbe, 154 p. ISBN : 978-2-37475-011-8

Texte intégral

1Voici un livre inattendu dans les notes critiques de cette revue. Certes son titre y prédispose : La normalienne. Son sous-titre est plus surprenant : « Souvenirs d’une jeune fille pas trop rangée ». Il laisse pressentir des difficultés dans la socialisation normalienne ou « normalisation », comme on a pu l’appeler positivement à certaines époques. Effectivement la lecture révèle qu’il n’est ici rien de moins normalisé que cette normalienne-là. N’oublions pas en effet que depuis le xixe siècle, on appelait normales ces écoles chargées d’inculquer les normes de comportement et d’enseignement attendues des futurs instituteurs. En 1880, pour combler le déficit de professeurs femmes dans les écoles normales de filles devenues obligatoires dans tous les départements, fut créé l’établissement qui nous intéresse ici, l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses pour les jeunes filles. Deux ans plus tard fut aussi créée l’École normale supérieure de Saint-Cloud pour les garçons, quoique l’urgence fût moindre grâce à l’action bien antérieure de François Guizot.

2Après le titre, toute la couverture. En bas, la façade austère du bâtiment de l’École, un peu caserne malgré des briques en larges bandes de deux couleurs alternées, qui l’égaient un peu. Au-dessus, des coupures de presse teintées aux titres bien lisibles : « Les normaliennes de Fontenay-aux-Roses veulent sortir le soir » ; « Les normaliennes veulent se mettre du rouge à lèvres » ; « “Nous avons le droit de flirter” affirment 105 fortes en thème que leur directrice traite en petites filles »… toutes revendications certes rédigées avec l’accroche habituelle de la presse, mais qui ne paraissent pas bien radicales vues d’aujourd’hui. Sous ces coupures teintées, en très clair et moins lisibles, une accumulation faite de quelques photos et surtout de coupures évoquant la violence de l’époque : « attentats hier en Algérie » ; « Violents heurts entre Harkis » ; « à l’armée : cessez le feu à midi dans toute l’Algérie » ; « Albert Camus est mort ». Autant de strates du souvenir dans l’épaisseur d’une époque, du plus proche, personnellement vécu par l’auteure, au plus collectif, ici très dramatique.

3Ouvrons le livre. L’époque commence en 1959, date d’entrée de l’auteur à l’ENS de Fontenay, ce qui n’empêche pas de voir apparaitre ici et là des souvenirs antérieurs de salle d’asile, école primaire, collège, lycée et même école normale d’instituteurs par où l’auteure est passée, toujours dans l’excellence. L’enfance abordée ici a été plus largement évoquée, dans ses ramifications familiales et sociales, dans le premier roman de Monique Romagny-Vial : Chronique d’une parvenue en 1986. Mais comme l’indique la dédicace d’alors, « À mes parents, toutes ces vies inventées qui pourtant nous ressemblent », l’évocation est indirecte : la parvenue, ce n’est pas l’auteure, mais Pétronille. Ici, la jeune fille pas trop rangée, c’est bien elle, l’auteure, qui se nomme et se distingue parmi ses consœurs de promotion : « Au plus bas du plus bas, dans notre panel peu relevé, un spécimen dont les lieux se passeraient volontiers : […] j’ai nommé l’élève Vial, prénom Monique ; la Momo, par chez elle, près Saint-Étienne. Loin de l’indigence véritable, mais fille de valet. Vilain canard, comme on n’en voit quasiment pas dans ces tout de même hauteurs. » (p. 7).

4Accueillant dès septembre 1959 la promotion, « un troupeau de sauvageonnes à civiliser », « Mamie directrice », dite Zoé, applique des commandements simples. Les estomacs d’abord : on mange bien à l’ENS, mais il faut discipliner les appétits, apprendre à savourer. L’hygiène ensuite : certes beaucoup n’ont pas connu, pendant leur enfance, les salles de bain alors peu fréquentes. On se lavait au baquet ou au mieux au lavabo. Elles ont cependant connu mieux entre temps que le lavabo dont leur chambre quasi monacale était dotée à l’ENS. L’esprit ensuite : on peut supposer, comme le fait un peu Zoé, quelques lacunes dans ces milieux sociaux d’origine, avec des lectures convenues, des émissions et des chansons populaires mais pas de pratique musicale ni de musée. En fait ces bonnes élèves sont de grandes lectrices qui allaient bien au-delà de leurs pratiques familiales. Le plus dur enfin, la morale et ses signes extérieurs. Faire « honneur à votre École. Vous éviterez le rouge à lèvres, l’impudeur, le débraillé… » et les contacts en dehors des sorties réglementaires. Zoé veille à cela avec une fermeté bien dosée et plutôt bienveillante. Mais nous, majeures (21 ans à l’époque ou presque) on n’en veut pas, de ce maternage. D’autant qu’on a réussi. Cela « donne tous les droits… Réussir signifie haut et fort : je fais ce que je veux. Ou, plus crûment, en notre effronterie intérieure, je vous emmerde. Mais réussir est d’abord un devoir. » (p. 28-29). À Fontenay, les conditions sont très bonnes, avec des maîtres reconnus et des préceptrices, les Caïmans, qui tutorisent en petits groupes. À la Sorbonne, avec des maîtres souvent prestigieux qui peuvent faire rêver de loin, mais qui souvent de près déçoivent, on apprend entre autres à faire semblant au moment des examens. L’auteur remonte même au début de ses études secondaires, pour évoquer ses petites vexations et adaptations. Militer aussi est un devoir, notamment envers les siens. Partie des idées plutôt droitières et anticommunistes de son père, elle prend mieux conscience avec l’aide d’une amie et d’un amant que la lutte des classes explique mieux sa blessure sociale et lui donne plus de moyens d’agir et de se mobiliser. Puis elle examine tour à tour les doctrines et idéologies alors disponibles, en s’arrêtant surtout sur les trois qui l’ont habitée : la foi religieuse abandonnée dès 14-15 ans pour cause d’insuffisance ; le communisme, dont elle est devenue une responsable locale à l’École ; les luttes anticolonialistes et les événements qui ont directement affecté cette génération, la guerre d’Algérie.

5Mais la grande affaire à cet âge, c’est la sexualité. Est d’abord évoqué le plus pénible à l’époque, l’angoisse de tomber enceinte et les difficultés engendrées par l’interdiction des avortements. Par ailleurs se sentant libre et l’égale des hommes, on se mobilise non pour des combats féministes, mais pour la lutte des classes. D’ailleurs les premiers se développeront plus après 1970 et la création du Mouvement de libération des femmes (MLF). Est ensuite évoquée l’enfance avec ses jeux d’exploration, ses émois et ses confessions, mais aussi les regards et gestes équivoques d’adultes. Puis c’est la première fois suivie, après l’arrivée à Paris, de beaucoup d’autres, qui ouvrent à la diversité des hommes et des pays. On ne peut pourtant pas dire que l’École favorise la liberté des mœurs : contrôle des sorties, interdites deux soirs par semaine et une fermeture des portes après le dernier métro ; entrée interdite des jeunes gens. Du coup, on étudie le règlement intérieur des autres ENS, dont la plus libérale, Ulm, où certains vivent même en couple avec leur dulcinée. Une inégalité insupportable doublée d’une injustice sociale, Fontenay étant plus populaire. Pour renforcer sa colère, l’auteur revient sur la véritable « garde chiourme » de l’École, l’intendante, que l’on provoque en se faisant raccompagner jusque sous ses fenêtres par un ami noir ou arabe.

6« Vivre notre vie, obliger ces dames [la directrice et l’intendante] à supporter nos personnes scandaleuses » à leurs yeux à cause de nos très faibles origines sociales et de nos provocations, voilà le but. D’abord on propose avec d’autres normaliens militants un règlement commun des ENS. Très faibles résultats : on nous octroie seulement une soirée de sortie en plus. On s’attaque alors au dernier soir de la semaine encore interdit en décidant à la quasi-unanimité de ne rentrer que par le dernier métro à la date choisie d’une soirée interdite. Tout cela sans oublier de prévenir la directrice, juste avant, qu’on renouvèlera l’infraction jusqu’à satisfaction. Nouveau flop : on n’a pas respecté la hiérarchie, il eût fallu s’adresser au directeur de l’enseignement supérieur. Ce qui est fait. Pas de réponse. On change de terrain : la presse. Le succès est divers : quelques journaux rendent compte à peu près honnêtement des infos envoyées ; beaucoup d’autres donnent dans l’accroche ironique ou rigolarde, comme on l’a vu avec les coupures sur la couverture. Outrées par les déformations, gênées et pour certaines blessées par des commentaires un peu humiliants envers la directrice, les normaliennes ne subissent, après plusieurs mois, qu’un blâme collectif et un refus de modifier le règlement intérieur, le tout sans conséquence, puisque certaines restrictions du règlement ont déjà disparu dans les faits.

7Au final, est-ce une tempête dans un verre d’eau, comme l’écrit Jacques Layani en 2008 dans Règlement intérieur, un acte d’indiscipline à l’École normale supérieure de jeunes filles de Fontenay-aux-Roses en 1961, bref ouvrage de 78 pages chez L’Harmattan. Est-ce un « summum d’égoïsme irresponsable, notre montée au créneau pour bonifier notre cage dorée », s’interroge l’auteur tout en le refusant ? N’est-ce pas plutôt et plus simplement « notre défense au quotidien, affirmation de femmes et plus encore de femmes du peuple, rien de plus, rien de moins ». Ici comme ailleurs, Monique Romagny-Vial procède très honnêtement, en confrontant plusieurs interprétations, en appuyant sa mémoire sur celles d’amis ou de témoins ou en reconnaissant son incertitude lorsqu’elle n’en dispose pas.

8Cet ouvrage a-t-il pourtant sa place parmi les comptes rendus d’ouvrages « forcément » scientifiques d’une revue qui se veut telle ? Ce sont là des mémoires et non un travail de recherche. Avec son souci d’honnêteté et sa rigueur, établit-il des savoirs ? Pas moins que les romans, mémoires ou écrits autobiographiques. Mais leurs savoirs ne sont ni décontextualisables ni généralisables. Il faudrait pour qu’ils le deviennent qu’interviennent divers spécialistes des sciences humaines les prenant comme matériaux. Des historiens pourraient confronter divers récits de socialisation normalienne pour en établir quelques figures insérées dans leur temps. Des « socioanalystes » pourraient écouter le texte à plusieurs niveaux pour y décrypter les souffrances et les dynamiques propres à ces transfuges sociaux et même y déceler des pathologies spécifiques, comme le fit Vincent de Gaulejac dans La névrose de classe. D’autres spécialistes encore pourraient établir des savoirs plus généraux à partir de tels matériaux. Encore faut-il en partie faire connaitre ceux-ci dans des revues de recherche.

9Il est une autre raison de signaler les souvenirs de cette normalienne dans ce numéro que Recherche et formation consacre à sa propre histoire. Il est en effet rappelé dans l’un des entretiens de ce numéro que Monique Romagny-Vial dirigeait le département de psychosociologie de l’éducation de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) au moment où s’y est créée la revue. À ce titre, elle a même cosigné l’éditorial du premier numéro. La revue lui doit beaucoup en ses débuts.

10Osera-t-on ajouter un autre type de raison, sans doute contestable ici, et pourtant bien agréable : le plaisir de lecture qu’engendre le style vigoureux de Monique, souvent poétique. Certes dans les sciences humaines, la psychologie en particulier, de plus en plus dominée par la biologie, mais en sociologie aussi, on semble craindre que l’adhésion à la démonstration soit acquise non par la rigueur du raisonnement, mais par la séduction du style. En histoire et dans les mémoires, la contrainte est moindre. Il faut bien utiliser les sortilèges du langage pour arriver à rendre perceptible et même vivante une époque qui n’est plus. Pour les souvenirs, on peut les revivre et même, avec l’aide des mots, essayer de faire partager les affects qui nous ont alors animés. Il est vrai que la rigueur peut alors s’éloigner et le parti pris s’approcher. On le sent un peu dans le bilan final que fait Monique Romagny-Vial de leur action. Elle y passe de l’évocation nuancée à des positions bien carrées et finalement, mais peut-on le lui reprocher, à un plaidoyer pour une jeunesse passée. La nostalgie, vous le savez, permet encore les plus belles envolées. Aussi ne saurais-je trop vous recommander la lecture de ce témoignage fort et enlevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Bourdoncle, « Romagny-Vial, M. (2016). La normalienne. Souvenirs d’une jeune fille pas trop rangée », Recherche et formation [En ligne], Notes critiques, mis en ligne le 09 mars 2018, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/2729

Haut de page

Auteur

Raymond Bourdoncle

Université Charles-de-Gaulle-Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page