Navigation – Plan du site

Zaid, A. (2017). Élaborer, transmettre et construire des contenus. Perspective didactique des dispositifs d’éducation et de formation en sciences et technologie

Rennes : PUR, 254 p. ISBN : 978-2-7535-5502-0
Denis Lemaître
Référence(s) :

Zaid, A. (2017). Élaborer, transmettre et construire des contenus. Perspective didactique des dispositifs d’éducation et de formation en sciences et technologie. Rennes : PUR, 254 p. ISBN : 978-2-7535-5502-0

Texte intégral

1L’ouvrage d’Abdelkarim Zaid traite de la conception et de la production des dispositifs d’enseignements scientifiques et technologiques, depuis l’école primaire jusqu’à l’enseignement supérieur. L’auteur propose de renouveler les approches didactiques classiques, en adoptant un « point de vue didactique curriculaire » (p. 88), qui évite de prendre les savoirs comme des contenus réifiés et déjà là à l’intérieur des disciplines académiques. Les savoirs académiques sont en effet étudiés dans leurs relations avec les contextes socio-éducatifs, à travers les fonctions attribuées aux enseignements par les acteurs. Abdelkarim Zaid replace ainsi la didactique dans une perspective large, parfois proche de la sociologie du curriculum, pour mettre en lumière les processus de sélection et de construction des savoirs à transmettre. Le contenu d’enseignement est ainsi envisagé de manière « complexe », « selon différentes dimensions (institutionnelle, technique et subjective) ». Même si le titre de l’ouvrage ne la rend pas très visible, c’est autour de la notion de dispositif que s’organise la réflexion, offrant une perspective de recherche originale.

  • 1 Habilitation à diriger des recherches.

2Issu d’une note de synthèse rédigée pour l’HDR1, l’ouvrage repose sur un étayage théorique assez important, appuyé sur de nombreuses références, citations, notes de bas de page, ainsi que sur une importante bibliographie, qui démontrent un grand souci de précision. Il s’ouvre sur un chapitre dédié aux différentes théories du dispositif, selon des approches épistémologiques variées (philosophiques, anthropologiques, sociologiques, etc.), qui font notamment référence à la tradition de pensée installée autour de Michel Foucault. Le deuxième chapitre présente une revue de littérature sur les articles mobilisant le terme de dispositif dans le registre de l’enseignement, pour étudier ce que les recherches en éducation disent sur les dispositifs, en particulier les catégorisations ou typologies proposées. Les chapitres suivants mettent en œuvre l’appareil théorique sur différents terrains de l’enseignement technologique, allant de l’école primaire au supérieur. Il s’agit tout d’abord de deux dispositifs de formation d’ingénieurs par alternance, plus particulièrement des « semaines thématiques » d’une troisième année de formation d’ingénieurs, et d’un « parcours professionnalisant en alternance » (chapitre 3). Le chercheur s’intéresse aux savoirs développés par les ingénieurs en conception et aux temporalités telles qu’organisées et vécues. Il livre ensuite les résultats d’une étude sur l’agrégation de mécanique (chapitre 4), visant à mettre en lumière, dans une perspective historique, la manière dont s’élaborent les contenus du programme en fonction des conceptions véhiculées à différentes époques, depuis les connaissances de « cœur » de la mécanique (les sciences de base), les connaissances de « service » (applications), jusqu’aux connaissances d’« ouverture ». La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux enseignements de sciences et de technologie à l’école primaire, avec un cadrage théorique sur les spécificités de cet environnement (chapitre 5). Le chapitre 6 est consacré à l’étude de trois dispositifs, le carnet d’expérience et d’observation, un partenariat entre des enseignants et des élèves ingénieurs, et enfin une série d’exercices conçue par un enseignant pour évaluer les apprentissages. Le chapitre 7 est consacré à la formation des enseignants et il s’intéresse à la conception de dispositifs visant à les professionnaliser. La quatrième partie de l’ouvrage est consacrée aux pratiques d’écriture : elle s’ouvre sur un cadrage théorique concernant la relation entre pratique d’écriture et dispositifs (chapitre 8). Ce thème nous ramène à l’agrégation de mécanique (chapitre 9) et en particulier à l’épreuve « automatique informatique industrielle », de même qu’aux formations d’ingénieurs par alternance (chapitre 10). Ces allers-retours entre les divers terrains de recherche et les recadrages théoriques successifs ne facilitent pas la tâche du lecteur mais, derrière cette complexité, un cheminement rigoureux vient organiser les différentes études autour de la question centrale du dispositif didactique, de sa conception et de sa mise en œuvre dans différents contextes de l’enseignement technologique. L’objectif est à chaque fois de mettre en lumière ce que cette approche par le dispositif permet d’éclairer, à différents niveaux des processus éducatifs et à des niveaux de formation variés. Avec cette approche théorique, l’auteur montre comment il est possible de rendre compte des processus d’élaboration des offres de formation. L’usage des dispositifs en général est donc vu comme une norme grandissante pour l’action éducative, mais la notion de dispositif didactique, telle que construite par l’auteur, est également proposée comme un outil d’analyse.

3La définition du dispositif didactique se précise et s’enrichit au cours des pages, pour se fixer ainsi : « un dispositif didactique est un ensemble (prescrit ou en cours d’actualisation) de composants hétérogènes, agencés en réseau considérés par des acteurs comme pertinents ou nécessaires pour réaliser une fonction dominante d’élaboration, de transmission ou de construction des contenus » (p. 65). Il est donc regardé comme le prescrit, préexistant à l’activité, mais également comme ce qui se reconfigure dans la situation. Cette double perspective permet d’étudier ensemble les visées éducatives, les finalités et les modalités d’enseignement. À la suite de Foucault, le dispositif est envisagé comme le réseau créé à dessein autour d’un ensemble d’éléments hétérogènes, comme des objets techniques, des symboles, des valeurs, des savoirs, des formes instituées, etc. Pour autant l’auteur est soucieux de préserver l’hétérogénéité des dispositifs, sur laquelle il insiste au fil des pages, pour signifier la singularité des contextes socio-éducatifs, des contenus de savoirs et des circonstances.

4C’est ce qui explique la diversité des terrains d’études proposés, qui lui permettent de mettre en valeur ce qu’il appelle les « problématiques » spécifiques et les « constructions conceptuelles d’ancrage » (p. 41). Son ambition constante est de repérer des principes mais de ne pas écraser les faits sous une théorie trop systématique qui alignerait l’ensemble. Sur une base théorique très approfondie et prudemment construite, Abdelkarim Zaid nous offre ainsi des outils d’intelligibilité pour penser le travail de conception des offres éducatives. Les principes et les méthodes qu’il met en pratique sont généralisables bien au-delà des seuls enseignements scientifiques et technologiques.

Haut de page

Notes

1 Habilitation à diriger des recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Lemaître, « Zaid, A. (2017). Élaborer, transmettre et construire des contenus. Perspective didactique des dispositifs d’éducation et de formation en sciences et technologie », Recherche et formation [En ligne], Notes critiques, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/3149

Haut de page

Auteur

Denis Lemaître

École nationale supérieure de techniques avancées Bretagne (ENSTA Bretagne), Centre de recherche sur la formation

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page