Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Notes critiques & lecturesBouzeriba, R., Cellier, H. et Kou...

Notes critiques & lectures

Bouzeriba, R., Cellier, H. et Kouadria, A. (dir.). (2018). L’approche par compétences dans l’enseignement supérieur

Paris : L’Harmattan, 250 p. ISBN : 978-2-343-11567-2
Christian Michaud
p. 137-139
Référence(s) :

Bouzeriba, R., Cellier, H. et Kouadria, A. (dir.). (2018). L’approche par compétences dans l’enseignement supérieur. Paris : L’Harmattan, 250 p. ISBN : 978-2-343-11567-2

Texte intégral

1L’ouvrage porte sur l’approche par compétences (APC) comme outil et pratique de formation et d’enseignement dans l’enseignement supérieur, sur l’environnement socio-économique et sur l’assurance qualité. L’objectif est de montrer comment une APC est perçue, acceptée et intégrée dans la pédagogie et d’amener les personnes formées à l’université à articuler savoir et action. Cet ouvrage est le fruit du colloque international organisé à Skikda en Algérie (2015) par de nombreuses universités et établissements d’enseignement supérieur.

2L’ouvrage comporte trois parties, une première sur l’APC comme outil et pratique de formation des enseignants, une seconde sur l’environnement économique et l’APC, et la dernière sur l’APC en lien avec l’assurance qualité.

3Dans la première partie, Bernard Rey expose les tensions d’une université porteuse de savoirs qui ne serait pas en adéquation avec la demande de l’environnement socio-économique. L’ouvrage montre comment ce lien peut se faire à travers l’APC. Bernard Rey définit la compétence comme « la faculté de juger de ce qui est opportun dans des situations toujours quelque peu inédites même si elles appartiennent à un domaine circonscrit ». Il compare également la compétence et les actions automatiques et introduit la notion de schème qui explique les aspects importants de la construction de compétence. Dans la pratique professionnelle, la réussite de ces schèmes en respectant les normes de qualité, de sécurité, d’environnement contribue à l’apprentissage des compétences. Mais l’immersion dans la pratique ne suffit pas. Une confrontation aux savoirs enseignés à l’université offre une extériorité par rapport à la situation que le professionnel compétent a à traiter en s’appuyant sur un ensemble cohérent d’énoncés, validés scientifiquement.

  • 1 Voir Coulet, J.-C. (2011). La notion de compétences : un modèle pour décrire évaluer et développer (...)
  • 2 Association PREMA : Protection, Résilience, Éducation, Médiation, Art-thérapie.

4Cette première partie comporte également six autres contributions sur l’APC dans différents environnements culturels ; dans le contexte algérien en proposant un référentiel de dix compétences à partir du modèle théorique de Coulet1, (Radja Bouzeriba et Ali Kouadria) ; dans le contexte tunisien avec des élèves professeurs en activités physiques et sportives (Anouar Bettaib), et des enseignants débutants se formant aux compétences pédagogiques à partir d’un référentiel et d’un portfolio (Ahmed Chabchoub et Anouar Bettaib) ; dans le contexte sénégalais avec la mise en place de l’Institut supérieur d’enseignement professionnel (Mamadou Moustapha Fall) ; dans le contexte français pour l’utilisation d’outils d’évaluation dans une institution à visée thérapeutique PREMA2 (Estelle Gavrand), et les Ateliers pédagogiques personnalisés de l’association de formation pour la coopération et la formation méditerranéenne (Mireille Jourdan et Nadia Gasmi-Hedroug).

5Dans le chapitre 2, sur le cadre de l’environnement économique en lien avec l’APC, Antonio M. Magalhaes propose une recension théorique sur la reconfiguration de l’éducation dans l’enseignement supérieur européen pendant les deux dernières décennies. Il développe le processus de Bologne, le système de crédits, le Project Tuning médié par des compétences instrumentales, relationnelles et systémiques, le cadre européen des certifications donnant le cadre de référence des niveaux d’apprentissage. Il conclut à la nécessité de modifier la centralité de la connaissance dans l’idéal moderne de l’enseignement supérieur vers une éducation par des compétences et des acquis d’apprentissage sans pour autant lier la mission stratégique de l’enseignement supérieur à de simples rôles économiques et professionnels.

6Dans la suite de ce chapitre, cinq autres contributions sont proposées. Amina Mekhelfi, Lynda Bouali et Ahmed Boutarfaia présentent l’expérience de l’Institut de technologie (IT) algérien à l’université de Ouargla, IT transposé du modèle français des IUT (institut universitaire de technologie) en 2014. Ali Mouhouche s’intéresse à la formation à distance à travers les nouvelles technologies comme une occasion pour former aux compétences du xxie siècle en insistant sur le changement de paradigme du formateur qui passe du rôle de soliste à celui d’accompagnateur. Georges Lemoine, qui fut maître de conférences associé et directeur de l’ANPE (Agence nationale pour l’emploi) des Deux-Sèvres s’interroge sur le décalage croissant entre diplômes et emplois. Il s’appuie sur un référentiel d’habilités à introduire dans une offre d’emploi. Il a mis en place les modèles réduits dans les grandes entreprises afin de simuler les compétences demandées par celles-ci en vue de l’embauche. Hervé Cellier, à travers son parcours professionnel qui l’a conduit de la fonction d’instituteur à celle de maître de conférences, s’interroge sur la pertinence des formations construites sur la base de référentiels pour les métiers de l’enseignement et de la santé. Dans la dernière contribution, Laurent Jourdan propose un inventaire de l’APC dans l’enseignement professionnel français en s’appuyant sur les diplômes, et les différents référentiels.

7Le troisième chapitre, qui se compose de quatre articles, porte sur la garantie de la qualité de l’enseignement supérieur en relation avec l’APC. Selon Christian Chauvigné, l’enjeu de la qualité dans l’enseignement supérieur « concerne la reconnaissance des qualifications, la transparence des contenus et des effets des offres de formation, l’ajustement de la formation aux besoins professionnels, la validité des certifications ». Cette garantie doit aller sur le plan synchronique au-delà des besoins du référentiel et doit sur le plan diachronique remettre à plat le référentiel pour l’adapter aux besoins futurs. La garantie de l’évaluation de l’anglais comme deuxième langue dans le cadre européen commun de référence pour les langues dans l’article de Barbara Eizagar-Rebollar et David Trevor Levey montre qu’il reste de nombreuses recherches à entreprendre pour obtenir une épreuve fiable et objective. Abdalllah Loucif, dans les programmes scolaires de deuxième génération (P2G) en Algérie (2008), insiste sur le projet du renouveau pédagogique qui confirme l’APC comme entrée pédagogique pour l’élaboration et l’organisation des apprentissages. Le P2G constitue un atout majeur, en matière de curricularité avec des situations d’apprentissage prototypiques à la discipline, de transversalité aux différentes disciplines, d’intégration de l’évaluation dans le processus d’apprentissage. Enfin, dans le cadre d’une formation internationale entre l’université Cadi-Ayyad (Maroc) et le Forem (Belgique), un projet a été élaboré pour améliorer l’employabilité des lauréats universitaires à bac + 3 par l’élaboration de lignes référentielles du cursus, en mettant en place un référentiel métier, un référentiel de formation, un référentiel d’évaluation, et une méthodologie qui prône la mise à l’emploi.

  • 3 Voir Poumay, M., Tardif, J. et Georges, F. (2017). Organiser la formation à partir de compétences. (...)

8La contribution de cet ouvrage à la recherche porte principalement sur des témoignages de l’APC comme outil et pratique d’enseignement dans le supérieur, en lien avec les contextes socio-économiques en vue de l’employabilité des diplômés dans les pays du Maghreb. Il s’agit d’un travail encore peu abordé dans la revue Recherche et formation et qui pourtant relève d’une importance capitale dans un monde où la formation a du mal à s’adapter aux besoins socio-économiques. Pour rester compétitive, l’industrie doit innover en permanence en proposant des métiers nouveaux pour lesquels les jeunes générations n’auront pas été formées. L’APC comme outil et pratique de formation et d’enseignement dans le supérieur peut faciliter l’entrée dans le métier de jeunes diplômés capables de s’adapter aux évolutions socio-économiques en s’appuyant sur les concepts théoriques appris à l’université et les concepts en « acte » construits dans la pratique. Le travail de synthèse du colloque de Skikda, expérimenté à partir de plus d’une quinzaine de cas concrets, témoigne de la richesse et de la variété des contextes internationaux et professionnels. Cet ouvrage, qui se veut pragmatique, peut servir utilement une institution qui ferait le choix d’organiser sa formation par l’APC dans le supérieur en lien avec l’employabilité des formés. Il complète utilement l’ouvrage Organiser la formation à partir de compétences3.

Haut de page

Notes

1 Voir Coulet, J.-C. (2011). La notion de compétences : un modèle pour décrire évaluer et développer les compétences. Le travail humain, 74(1), 1-30.

2 Association PREMA : Protection, Résilience, Éducation, Médiation, Art-thérapie.

3 Voir Poumay, M., Tardif, J. et Georges, F. (2017). Organiser la formation à partir de compétences. Louvain-la-Neuve, Belgique : De Boeck Supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Michaud, « Bouzeriba, R., Cellier, H. et Kouadria, A. (dir.). (2018). L’approche par compétences dans l’enseignement supérieur »Recherche et formation, 90 | 2019, 137-139.

Référence électronique

Christian Michaud, « Bouzeriba, R., Cellier, H. et Kouadria, A. (dir.). (2018). L’approche par compétences dans l’enseignement supérieur »Recherche et formation [En ligne], 90 | 2019, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/3671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheformation.3671

Haut de page

Auteur

Christian Michaud

Université Claude-Bernard-Lyon 1, ESPE de l’académie de Lyon, Laboratoire sur les vulnérabilités et l’innovation dans le sport (L-Vis Lyon, EA 7428)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut Français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search