Navigation – Plan du site

AccueilNuméros90Notes critiques & lecturesRobin, V., Ramelot, P., Soldevila...

Notes critiques & lectures

Robin, V., Ramelot, P., Soldevila, S., Vieujean, A.-C. et Miron, M. (dir.). (2017). Formation des enseignants : répondre aux défis de l’internationalisation

Louvain-la-Neuve, Belgique : EME Éditions, 163 p. ISBN : 978-2-8066-3621-8
Antoine Mudry
p. 139-142
Référence(s) :

Robin, V., Ramelot, P., Soldevila, S., Vieujean, A.-C. et Miron, M. (dir.). (2017). Formation des enseignants : répondre aux défis de l’internationalisation. Louvain-la-Neuve, Belgique : EME Éditions, 163 p. ISBN : 978-2-8066-3621-8

Texte intégral

1Ce livre présente l’ensemble des tenants et aboutissants du Programme d’étudiants et enseignants-chercheurs en réseaux sociaux (PEERS), créé par la Haute école pédagogique de Vaud (HEP Vaud) et mis en œuvre en 2011. Il en explicite la méthodologie spécifique et rend compte des résultats des travaux, particulièrement ceux menés en 2016-2017 par quatre institutions européennes de l’enseignement supérieur, actives dans le domaine de la formation des enseignants : l’École supérieure du professorat et de l’éducation d’Aquitaine (ESPE d’Aquitaine) – université de Bordeaux (France), la Haute école de la Ville de Liège (HEL, Belgique), l’université Alexandru-Ioan-Cuza de Iași (Roumanie) et la Haute école pédagogique Vaud (Suisse). Adopter, éprouver, documenter et évaluer une nouvelle forme de mobilité courte et ciblée, à même de favoriser l’atteinte de l’objectif de l’Union européenne : 20 % d’étudiants européens en mobilité à l’étranger d’ici 2020, tels étaient les objectifs de ce projet financé par ERASMUS + et AEF-Europe. Les auteurs ont eu la volonté de mettre un « guide » à disposition des institutions intéressées à implémenter ce type de projet. Organisé autour de cinq chapitres, celui-ci, après avoir relaté les enjeux de l’internationalisation de la formation des futurs enseignants (1), présente la stratégie et la méthodologie des projets PEERS ainsi que leur application durant ses six premières années de vie (2), puis analyse les résultats de l’évaluation de la satisfaction des participants au programme PEERS en 2016-2017 (cadre du programme stratégique) (3), ainsi que les résultats de l’évaluation de l’impact du programme PEERS auprès des enseignants-chercheurs depuis son lancement (4). Une synthèse vient conclure l’ouvrage.

2Présentées comme aidant à l’acquisition de compétences professionnelles sociales et interculturelles intéressantes sur le marché de l’emploi par la Commission européenne, les périodes d’étude ou de formation à l’étranger sont également facteurs de développement personnel et de construction de son identité, d’apprentissage et de perfectionnement des langues, ainsi que d’acquisition de compétences interculturelles. Elles favorisent par ailleurs la reconnaissance de la diversité/similarité des pratiques et l’instauration de représentations positives de l’autre, à l’intérieur de rapports d’équité entre les groupes afin de renforcer les échanges et la communication. La Commission a également précisé (2010) que ces éléments devaient s’inscrire dans le domaine de la recherche. Il s’agissait donc pour la HEP Vaud de mettre en place un programme permettant de disposer des contextes et processus à même de favoriser l’atteinte de ces objectifs, en y ajoutant un élément considéré comme central par l’institution : la collaboration à distance, tant pour les enseignants participant aux divers projets que pour les enseignants-chercheurs, sur le moyen et le long terme. Le PEERS pouvait naître.

3Ce chapitre met l’accent sur le développement constant des programmes PEERS de la HEP Vaud depuis 2011. D’une collaboration exclusivement hors Europe de 2011 à 2013, ils ont rapidement intégré un projet européen sous la coordination de la HEL et obtenu ainsi le partenariat stratégique qui allait leur permettre d’évoluer dans un contexte favorable à une démarche d’amélioration en continu et de dissémination. Les supports privilégiés de l’analyse de cette démarche qualité ont consisté en deux études de cas (2014-2016) : un partenariat européen avec l’ESPE d’Aquitaine – université de Bordeaux et un partenariat hors Europe avec la Humbolt State University, États-Unis (p. 69-86). Cette phase de retour réflexif sur l’organisation et le déroulement des programmes a permis aux auteurs de mettre en exergue les points donnant satisfaction pour les étudiants (acquisitions personnelles et professionnelles, organisation temporelle, réalisation de mémoires professionnels, de travaux personnels dans la matière travaillée et présentations de posters lors d’un colloque) et pour les enseignants-chercheurs (présentations des effets des projets lors de divers colloques et implications multiples dans leur rôle de facilitateur). D’autres éléments nécessitaient un suivi d’amélioration (la collaboration à distance et l’utilisation des outils relatifs, l’appréhension d’approches pédagogiques différant fortement d’un pays à l’autre). Les auteurs ont organisé leurs observations selon les axes des six points principaux de vigilance préétablis : logistique, méthodologique, travail collaboratif à distance, recherche, dynamique interculturelle, effet surgénérateur du projet.

4Cette organisation leur a permis de traiter les données et observations en cohérence et complémentarité avec celles de la satisfaction des participants au programme PEERS en 2016 et 2017 dans le cadre du partenariat stratégique. Concernant cette dernière, l’ouvrage présente les résultats de l’analyse des réponses obtenues (52 % ou 75/144) à un questionnaire destiné aux étudiants qui ont participé à l’un des 20 projets en Europe ou à l’un des 4 projets hors de l’Europe. Les axes étudiés ont montré une très forte satisfaction des acteurs sur quatre des cinq dimensions analysées au niveau macro et corroborent ainsi les observations réalisées lors des études de cas : une satisfaction élevée (indice de performance de 4,03 sur une échelle de 5) dans les domaines cumulés de la logistique, de la méthodologie, de la recherche, de la dynamique interculturelle et de l’appréciation globale, mais un résultat un peu mitigé concernant la collaboration à distance (3,33/5). Ces résultats poussent donc les auteurs à proposer un point de vigilance prioritaire concernant la collaboration à distance. Cet axe n’était malheureusement couvert que par 3 items, ce qui rend difficile l’analyse des causes, seul moyen de décider des mesures à mettre en œuvre. Le site internet de la HEP Vaud indique la tenue prévue d’un séminaire début juin 2019 pour définir des pistes d’amélioration. Il faut relever ici la qualité globale du questionnaire ainsi que l’analyse fine et pertinente des données recueillies, tant aux trois niveaux (macro, méso, micro) qu’à celui des profils des répondants.

5L’évaluation de l’impact du programme PEERS auprès des enseignants-chercheurs, depuis son lancement, a obtenu un excellent taux de réponse (82 %). Elle a porté sur la mesure d’impact aux niveaux professionnel et personnel. Pour chacun de ces niveaux, les auteurs ont construit un questionnaire permettant de mesurer l’écart entre performance et importance données à chacun des items afin de procéder à diverses classifications selon les indicateurs attendus et de fixer les priorités, tant au niveau des points de satisfaction (découverte d’autres systèmes d’enseignement, de cultures, d’approches pédagogiques, résultats obtenus par les étudiants dans leur posture réflexive, leur dynamique…) qu’à celui de points de vigilance à questionner, voire de pistes de mesures à mettre en œuvre. Ainsi, sur les plans professionnel et/ou personnel, les auteurs mettent en exergue des points méritant d’être mieux valorisés dans la recherche : l’amélioration de la communication et de la prise en compte de l’interculturel, le développement du recours aux outils numériques pour en renforcer l’impact dans le projet. Ce ne sont là que quelques éléments de l’enquête et des analyses réalisées. Le livre les présente de façon fort intéressante et complète.

6Les données et analyses contenues dans cet ouvrage représentent une mine de renseignements qui à coup sûr donnent une impulsion forte au PEERS, tant pour sa phase de dissémination que pour la gestion de l’amélioration en continu. La clarté de la présentation de l’ensemble permet à chaque institution intéressée de dresser le paysage particulier à partir duquel elle pourra construire son propre cadre de réalisation en décrivant ses contextes, conditions cadres, processus et résultats attendus.

7Un programme utile et bienvenu. Un « guide » précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Mudry, « Robin, V., Ramelot, P., Soldevila, S., Vieujean, A.-C. et Miron, M. (dir.). (2017). Formation des enseignants : répondre aux défis de l’internationalisation »Recherche et formation, 90 | 2019, 139-142.

Référence électronique

Antoine Mudry, « Robin, V., Ramelot, P., Soldevila, S., Vieujean, A.-C. et Miron, M. (dir.). (2017). Formation des enseignants : répondre aux défis de l’internationalisation »Recherche et formation [En ligne], 90 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/3715 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheformation.3715

Haut de page

Auteur

Antoine Mudry

Haute école pédagogique du Valais

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut Français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search