Navigation – Plan du site

Demazure, G. et Huys, V. (2018). Enseignement et handicap

Fontaine : PUG, 208 p. ISBN : 978-2-7061-4193-5
Valérie Radawiec
Référence(s) :

Demazure, G. et Huys, V. (2018). Enseignement et handicap. Fontaine : PUG, 208 p. ISBN : 978-2-7061-4193-5

Texte intégral

1En France, de plus en plus d’élèves sont considérés comme inadaptés au système scolaire. L’enseignement spécialisé a déjà fait la preuve de sa capacité à adapter ses pratiques pédagogiques aux besoins éducatifs particuliers des élèves. Ces pratiques pédagogiques devraient inspirer l’enseignement ordinaire, afin qu’il s’adapte à la singularité de tous les élèves accueillis. En ce sens, l’école inclusive a entrainé un changement de paradigme : c’est désormais au système éducatif de s’adapter aux besoins des élèves.

2Dans leur premier chapitre, les auteurs procèdent à la recension des théories pédagogiques qui se sont révélées fécondes dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement. De Johann Heinrich Pestalozzi à Célestin Freinet, de Maria Montessori à Antoine de La Garanderie, ces théories, fondées sur la prise en compte des besoins spécifiques de l’enfant, ont influencé positivement les pratiques pédagogiques. Au xxie siècle, Philippe Meirieu a proposé le modèle d’une pédagogie différenciée, centrée sur l’identification des besoins de l’élève. Avec la loi de 2005, le processus d’inclusion des enfants en situation de handicap dans le milieu scolaire ordinaire s’accélère. Les établissements spécialisés mettent en œuvre des pratiques pédagogiques adaptées aux besoins éducatifs particuliers des élèves. Dans ce premier chapitre sont donc abordées différentes méthodes pédagogiques plaçant l’enfant au centre des apprentissages, dans le respect de sa singularité et de ses besoins spécifiques.

3Le deuxième chapitre est consacré aux dispositifs et aux démarches pédagogiques adaptés aux besoins des élèves. Le mode de gestion des élèves scolarisés en établissements médico-sociaux est basé sur l’individualisation de l’accompagnement de l’enfant. Au sein de l’établissement, toutes les dimensions de l’enfant sont appréhendées grâce au travail pluridisciplinaire (éducatif, pédagogique et médical). Le parcours de soins est proposé par l’équipe médicale et paramédicale, puis contractualisé avec la famille. Le partage d’informations essentielles à la compréhension des besoins de l’enfant est réalisé entre les différents professionnels de l’établissement. Ceux-ci proposent des dispositifs adaptés visant l’acquisition d’une autonomie minimale par les jeunes, afin d’envisager une future intégration sociale réussie. Le jeune a des besoins éducatifs particuliers qu’il convient de bien identifier sur le plan pédagogique. Dans ce chapitre sont présentés différents troubles (trouble des apprentissages, trouble de l’attention, trouble mnésique et trouble du comportement). Les auteurs soulignent la nécessité d’identifier les besoins de l’élève, afin de mettre en œuvre des pratiques pédagogiques adaptées. La lecture, les mathématiques, les sciences et les arts doivent faire l’objet d’une réflexion sur la proposition de démarches pédagogiques adaptées. Enfin, l’évaluation positive doit être généralisée, mettant en valeur les réussites et les progrès de l’élève, afin de lui permettre de devenir acteur de son parcours de scolarisation. Ce deuxième chapitre met en lumière la possibilité de repérer des similitudes entre les difficultés des élèves du milieu spécialisé et du milieu ordinaire. Les pratiques pédagogiques adaptées proposées au sein des établissements spécialisés ont toute légitimité à être mises en œuvre en milieu scolaire ordinaire.

4Dans ce troisième chapitre, les auteurs développent la dynamique psychoaffective des apprentissages. Dans les années soixante, la théorie des stades de développement cognitif de l’enfant est venue éclairer les relations entre la pédagogie et la psychologie. Dans les années quatre-vingt, le courant néostructuraliste a permis d’appréhender le fonctionnement neurocognitif de l’enfant. Pour les auteurs, la dimension affective dans la relation enseignant-élève est à prendre en compte, afin de trouver la « bonne distance » propice à l’investissement serein des apprentissages. À ce titre, l’empathie et la considération positive inconditionnelle sont des facteurs fondamentaux permettant l’instauration d’une relation équilibrée entre l’enseignant et l’élève. L’enseignant doit également être en mesure de transformer une motivation extrinsèque en une motivation intrinsèque, en permettant au jeune de saisir le sens des apprentissages proposés. Les auteurs évoquent ensuite les effets des interactions entre les émotions et les apprentissages. En effet, le développement de l’intelligence émotionnelle des enfants, ainsi que la confiance en soi, sont des facteurs essentiels à la réussite des apprentissages. Une structuration ritualisée et adaptée de l’espace et du temps de la classe est ensuite envisagée, afin de permettre à tous les élèves d’investir positivement les apprentissages. Pour les auteurs, la scolarisation des enfants handicapés en milieu « ordinaire » pourrait donc permettre de développer des pratiques pédagogiques adaptées aux besoins de tous les élèves du système éducatif.

5Le dernier chapitre évoque la scolarisation des élèves handicapés en milieu ordinaire. Une logique inclusive, centrée sur les besoins de l’enfant, est désormais prônée. Les enseignants spécialisés doivent faire preuve d’inventivité et de créativité pour proposer des pratiques pédagogiques adaptées. La scolarisation des élèves handicapés dans leurs classes de référence résulte d’un processus inclusif ; le dialogue avec les enseignants du milieu ordinaire est une nécessité. L’enseignement spécialisé s’appuie sur le principe d’une adaptabilité du système scolaire aux besoins singuliers de l’élève, adaptabilité qui pourrait être généralisée à l’ensemble du système éducatif. Ainsi, tous les enfants, handicapés ou non, pourraient bénéficier d’un parcours de scolarisation individualisé en fonction de leurs besoins. Les auteurs soulignent la confusion existante entre les notions d’égalité et d’équité. L’école, en visant une stricte égalité des chances, a creusé les inégalités. Il est essentiel que l’institution scolaire propose des pratiques pédagogiques adaptées aux singularités des élèves. Les équipes pédagogiques ont donc à réfléchir ensemble sur la mise en œuvre d’une pédagogie différenciée. La conception universelle des apprentissages propose des outils, des supports et des méthodes différenciés, rendant possible l’investissement des apprentissages par tous les élèves. En fin de chapitre, les auteurs soulignent l’importance des apports des recherches universitaires dans l’évolution des pratiques pédagogiques, au service d’une école plus inclusive.

6Le processus inclusif constitue une opportunité pour aborder les questions pédagogiques sous l’angle de la singularité. La mutualisation des pratiques des enseignants des écoles, des collèges et des lycées, et de celles des enseignants spécialisés, pourrait permettre de relever le défi éducatif actuel. La complémentarité entre milieu ordinaire et milieu spécialisé se verrait alors renforcée, au bénéfice de la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers.

7La contribution majeure de cet ouvrage est l’inventaire de pratiques pédagogiques adaptées aux élèves à besoins éducatifs particuliers, scolarisés dans le secteur de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés. Cet état des lieux des pratiques enseignantes, sans viser l’exhaustivité, est bien réalisé. Il devrait permettre aux enseignants des écoles, collèges et lycées de nourrir leur réflexion afin de proposer des pratiques pédagogiques adaptées aux besoins de tous les élèves scolarisés. Cet ouvrage évoque également l’importance d’une réflexion partagée entre les différents professionnels accompagnant le parcours de vie de l’enfant. Cette approche mériterait cependant d’être davantage développée, afin de proposer des pistes de réflexion pertinentes et fécondes pour les équipes enseignantes des établissements scolaires du milieu ordinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Radawiec, « Demazure, G. et Huys, V. (2018). Enseignement et handicap », Recherche et formation [En ligne], Notes critiques, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/3791

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page