Navigation – Plan du site

AccueilNuméros91Notes critiques & lecturesAdé, D. et Piot, T. (dir.). (2018...

Notes critiques & lectures

Adé, D. et Piot, T. (dir.). (2018). La formation entre universitarisation et professionnalisation : tensions et perspectives dans les métiers de l’interaction humaine

Mont-Saint-Aignan : PURH, 156 p. ISBN : 979-10-240-0885-1
Jean-François Marcel
p. 112-114
Référence(s) :

Adé, D. et Piot, T. (dir.) (2018). La formation entre universitarisation et professionnalisation : tensions et perspectives dans les métiers de l’interaction humaine. Mont-Saint-Aignan : PURH, 156 p. ISBN : 979-10-240-0885-1

Texte intégral

1Initiée, en France, dans le secteur de la formation des enseignants au début des années 1990, l’universitarisation de la formation professionnelle s’est étendue à nombre d’autres secteurs, en particulier aux métiers du travail social, de l’animation ou de la santé et du soin, ceux que le présent ouvrage regroupe sous le vocable de « métiers de l’interaction humaine » ou « métiers adressés à autrui ». Son objectif est de mettre au jour les enjeux et les dilemmes d’une « formation professionnelle supérieure » (désormais FPS) qui, dans un contexte de changement brûlant, se trouve soumise à deux dynamiques différentes, l’une adossée à une logique d’universitarisation, l’autre adossée à une logique de professionnalisation.

2Pour ce faire, un « avant-propos » de l’ouvrage (David Adé et Thierry Piot) présente son thème et sa structure. Il précise qu’au-delà d’approches théoriques plurielles, l’ensemble des textes renvoie à une même recherche consacrée aux « nouvelles conditions de professionnalisation et de développement professionnel ». Dans l’introduction, Emmanuelle Annoot effectue une problématisation à partir d’une analyse de la professionnalisation des études supérieures puis de l’universitarisation des formations et, par le repérage de leurs tensions, pose la question d’un possible dialogue entre ces deux dynamiques.

3Les cinq chapitres suivants illustrent bien la diversité de contextes et d’approches annoncée. Le premier (Thérèse Pérez-Roux et Xavière Lanéelle), en mobilisant une sociologie compréhensive, étudie cette tension au travers des « épreuves » que vivent les enseignants du secondaire, de disciplines différentes, à leur entrée dans le métier. Le deuxième (David Adé et John Komar), à partir du programme du « cours d’action », cible des professeurs stagiaires d’éducation physique et sportive, et analyse, au travers de la notion d’expérience, les tensions entre universitarisation et professionnalisation. Le troisième chapitre (Richard Étienne, Emmanuelle Annoot et Paule Biaudet) mobilise une approche clinique de l’activité pour étudier l’entrée dans le métier des enseignants-chercheurs. Dans ce cas, les tensions précédentes sont compliquées par celles existant, notamment en termes de temporalités, entre le temps long de la recherche et l’urgence de la pédagogie. Le chapitre quatre (Thierry Piot) propose une analyse, ancrée dans la didactique professionnelle, de l’activité d’infirmiers (débutants et chevronnés). Il aborde les tensions à partir d’un conflit de légitimité des savoirs, légitimité faible pour ceux de la formation universitaire et légitimité haute pour les savoirs professionnels. Enfin, le cinquième chapitre (Corinne Chaput-Le Bars) étudie le secteur du travail social au travers de l’analyse des ressources (humaines, pragmatiques ou académiques) mobilisées par des néo-professionnels comme révélateur de la gestion de ces tensions.

4Le chapitre de conclusion (Richard Wittorski) rappelle d’abord les rapports ambigus entre professionnalisation et universitarisation, l’une et l’autre renvoyant à deux visions quasiment opposées, l’une identifiée comme « l’universitarisation des formations professionnelles » et l’autre comme « la professionnalisation des formations universitaires ». Il reprend les enjeux pointés par l’ouvrage (épreuves, ressources, expérience, dialogue entre savoirs de légitimités différentes, identité) avant de formuler une proposition de repères pour la formation reposant sur la spécificité des situations de travail des métiers adressés à autrui, des situations de travail co-construites entre professionnels et « autrui » (élève, étudiant, formé, patient, client, etc.). Il termine en relevant l’enjeu du développement d’une politique de FPS qui reposerait sur « une conception intégrative ou itérative de l’alternance et des rapports travail-formation en lien avec un nouveau paradigme (qui reste à construire) susceptible de penser la continuité et la complémentarité entre les deux espaces de travail et de formation » et demanderait de « penser les articulations entre culture universitaire et culture professionnelle sans opposer les deux ».

5Cet ouvrage, riche et stimulant, nous invite à partager trois réflexions de niveaux assez différents.

6La première concerne la catégorisation sur laquelle s’appuie l’ouvrage, celle des métiers de l’interaction humaine (ou adressés à autrui). Elle est largement illustrée (enseignants, enseignants-chercheurs, infirmiers, travailleurs sociaux), même si la phase « d’entrée dans le métier » est assez priorisée. Cette catégorie de métiers, peu théorisée jusqu’à présent en tant que catégorie, nous paraît heuristiquement féconde. Il faudra toutefois poursuivre sa conceptualisation qui, pour l’instant, semble très dépendante de métiers de l’interaction dont les formations professionnelles se sont universitarisées. Or, il existe d’autres métiers de l’interaction, comme ceux de la coiffure (ou plus généralement de l’esthétique) ou les métiers des arts du spectacle (stand-up, clowns, etc.) et leur intégration dans cette catégorie permettrait de faire avancer sa définition. En effet, plutôt que de faire évoluer la visibilité des champs de recherche par accumulation de « et » successifs, ne serait-il pas plus stratégique d’utiliser cette catégorie pour rendre lisible le périmètre de nos travaux ?

7Notre deuxième réflexion part d’un constat, celui de l’importance économique que représentent les formations professionnelles pour l’équilibre des budgets de nos universités. En quelques années, et cela s’est accéléré avec la disparition de la distinction des masters (entre masters recherche et masters professionnels), ces formations (relayées à un niveau moindre par les licences professionnelles) sont devenues majoritaires (notamment dans les universités de sciences humaines et sociales), ce qui a largement modifié les conditions d’accès au doctorat (et sont en train d’infléchir aussi les orientations de ce doctorat). Ces transformations du travail, et même du métier, impactent nécessairement la FPS.

8La troisième réflexion la concerne directement et la focalisation sur l’activité qu’a choisie cet ouvrage renforce la nécessité de penser cette FPS au sein du trinôme « recherche-formation-action » dont les trois termes seraient envisagés en interdépendance (recherche-formation, recherche-action, formation-action). Les transformations que les politiques néo-libérales font subir au travail et aux métiers n’inviteraient-elles pas à complexifier un peu ce trinôme, par l’introduction d’un quatrième terme, celui de « secteur professionnel » avec ses logiques, ses évolutions, ses stratégies mais aussi, précisément, les politiques spécifiques qui le façonnent ? La prise en compte inévitable du secteur professionnel dans la réflexion va venir bousculer le pilotage de l’articulation des dynamiques d’universitarisation et de professionnalisation et, sans doute, les positionnements institutionnels réciproques des universités et des partenaires professionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Marcel, « Adé, D. et Piot, T. (dir.). (2018). La formation entre universitarisation et professionnalisation : tensions et perspectives dans les métiers de l’interaction humaine »Recherche et formation, 91 | 2019, 112-114.

Référence électronique

Jean-François Marcel, « Adé, D. et Piot, T. (dir.). (2018). La formation entre universitarisation et professionnalisation : tensions et perspectives dans les métiers de l’interaction humaine »Recherche et formation [En ligne], 91 | 2019, mis en ligne le 25 novembre 2019, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/4206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheformation.4206

Haut de page

Auteur

Jean-François Marcel

UMR Éducation, Formation, Travail, Savoirs, Université Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut Français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search