Navigation – Plan du site

AccueilNuméros89DossierAutour des mots de la formationNommer les groupes discriminés po...

Dossier
Autour des mots de la formation

Nommer les groupes discriminés pour mieux combattre la discrimination : la fin d’un tabou ?

Naming discriminated groups to better combat discrimination: Breaking a taboo?
Julie Ringelheim
p. 83-94

Résumés

Longtemps, en France et dans les régions marquées par l’influence française comme la Belgique francophone, l’idée a prévalu que pour éliminer la discrimination raciale ou ethnique, la meilleure attitude était d’ignorer, dans les politiques comme dans les discours publics, les différences d’origine ou d’appartenance ethnoculturelles. L’évolution de la connaissance du phénomène discriminatoire et l’expérience acquise en matière de lutte contre la discrimination, en Europe et ailleurs, ont montré les limites d’une telle stratégie. Mais le développement d’un autre type d’approche, intégrant une démarche consistant à « nommer » les groupes discriminés, suscite certain difficultés et interrogations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Qu’est-ce que la discrimination ?
2. Lutte contre la discrimination et prise en compte des différences
3. La construction de catégories ethnoculturelles : enjeux et dilemmes

Aperçu du texte

Longtemps, en France et dans les régions marquées par l’influence française comme la Belgique francophone, l’idée a prévalu que pour éliminer la discrimination raciale ou ethnique, la meilleure stratégie était d’ignorer, dans les politiques et le discours publics, les différences d’origines ou d’appartenances ethnoculturelles. Cette approche s’inscrit dans une tradition politique française qui voit dans la reconnaissance, voire dans la simple prise en compte, de spécificités d’ordre culturel ou ethnique, une menace non seulement pour l’égalité entre les citoyens, mais aussi pour l’unité et la cohésion de la nation (Calvès, 2002 ; Schnapper, 1994). Le Conseil constitutionnel français s’est ainsi opposé, à plusieurs reprises, à la reconnaissance juridique de collectivités linguistiques ou culturelles particulières au sein du « peuple français », au nom de trois principes constitutionnels : l’égalité devant la loi, l’indivisibilité de la République et la souveraineté nationale. Par ail...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Ringelheim, « Nommer les groupes discriminés pour mieux combattre la discrimination : la fin d’un tabou ? »Recherche et formation, 89 | 2018, 83-94.

Référence électronique

Julie Ringelheim, « Nommer les groupes discriminés pour mieux combattre la discrimination : la fin d’un tabou ? »Recherche et formation [En ligne], 89 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/4483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheformation.4483

Haut de page

Auteur

Julie Ringelheim

Fonds de la recherche scientifique, FNRS et Université de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut Français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search