Navigation – Plan du site

Nogry, S., Boulc’h, L. et Villemonteix, F. (dir.). (2019). Le numérique à l’école primaire. Pratiques de classe et supervision pédagogique dans les pays francophones

Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 173 p. ISBN : 978-2-7574-2366-0
Marine Roche
Référence(s) :

Nogry, S., Boulc’h, L. et Villemonteix, F. (dir.). (2019). Le numérique à l’école primaire. Pratiques de classe et supervision pédagogique dans les pays francophones. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 173 p. ISBN : 978-2-7574-2366-0

Texte intégral

1L’ouvrage fait suite au deuxième colloque ÉTIC (École et technologies de l’information et de la communication) et s’intéresse à l’utilisation des technologies informatisées à l’école primaire. Il est composé de neuf chapitres que l’on peut organiser en deux parties. Les quatre premiers chapitres ont pour sujet l’utilisation des objets tactiles et mobiles par les enseignants et les élèves à l’école primaire. Les cinq derniers sont issus de la recherche SUPERE-RCF (Supervision pédagogique et ressources, recherche coopérative francophone) et réunissent des contributions des chercheurs du Burundi, du Cameroun, du Sénégal et de France.

2L’introduction de George-Louis Baron situe l’ouvrage dans la continuité des recherches traitant de « la manière dont on pourrait apprendre (respectivement enseigner), mieux ou différemment » (p. 11) avec les dispositifs techniques. L’auteur rappelle également que ces recherches permettent de comprendre ce qui est en jeu lorsqu’on étudie l’école, le numérique et les technologies.

3Les auteurs du premier chapitre questionnent l’intérêt d’utiliser les applications sur tablette, par rapport au papier et aux approches multisensorielles, pour l’apprentissage du nom et de la forme des lettres. L’enquête réalisée auprès d’élèves de moyenne section de maternelle nuance l’efficacité du recours aux tablettes. En effet, les résultats des élèves concernés ne sont pas systématiquement plus élevés que ceux des élèves utilisant d’autres supports. Le deuxième chapitre s’intéresse à l’utilisation des tablettes à l’école primaire dans des activités de production d’écrit en français. Les résultats mettent en évidence que les fonctionnalités de la tablette peuvent interférer avec l’activité d’écriture des élèves. Par exemple, l’écriture prédictive proposée par l’application interrompt la rédaction de l’élève et peut favoriser des corrections superficielles. La réflexion autour de l’usage de tablettes se poursuit dans le chapitre suivant, en abordant l’initiation à la programmation informatique à travers le logiciel ScratchJr pour les élèves de 5 à 7 ans. Si l’utilisation des tablettes n’a pas été un frein aux activités, on découvre que certaines actions sur le logiciel ont posé des difficultés aux élèves. Cette expérience, comme les chapitres précédents, encourage la poursuite d’observations et de réflexions sur le sujet. Le quatrième chapitre s’appuie sur l’étude de l’intégration de tablettes en contexte scolaire. À partir d’un modèle synthétique de l’intégration des TIC (technologies de l’information et de la communication), l’auteur interroge l’utilisation des tablettes par des enseignants issus des écoles du Québec. Les différentes étapes du processus d’intégration sont développées et les résultats aboutissent à cinq niveaux d’intégration en salle de classe : tâtonnement, expérimentation, adaptation, généralisation et transformation.

4Cette contribution conclut la première partie de l’ouvrage traitant de la question de l’efficacité des objets tactiles et mobiles. Pour l’essentiel, les auteurs s’interrogent sur ce que ces objets permettent ou ne permettent pas. Les recherches présentées soulignent également la part importante de l’enseignant dans l’accompagnement des élèves et dans la conception des séances pour le bon déroulement des activités. Comme il est rappelé en introduction, la formation et l’accompagnement de ces derniers ne peuvent être que favorables à une utilisation efficace de ces outils numériques.

5La seconde partie de l’ouvrage débute avec un chapitre de François Villemonteix sur le contexte de la recherche SUPERE-RCF. Cette recherche s’intéresse à différents points : « organisations techniques et configurations locales permettant l’intégration d’ordinateurs dans les salles de classe ; trajectoires professionnelles et rôles des acteurs de la supervision pédagogique dans leur soutien à l’utilisation des ressources ; formes d’accompagnements mis en place dans les différents contextes étudiés ; processus d’adoption des instruments et des ressources disponibles » (p. 82). Dans cette seconde partie, l’attention se porte principalement sur les superviseurs.

6La première étude présentée dans l’ouvrage et issue de la recherche SUPERE-RCF se situe sur le territoire français. Les auteurs interrogent des néo-IEN (nouveaux inspecteurs de l’Éducation nationale) sur la place qu’ils accordent aux technologies numériques dans leur mission et sur la manière dont ils abordent leur nouvelle profession. L’originalité de l’enquête tient au fait d’avoir interrogé des néo-IEN ; elle permet d’appréhender leur entrée dans le métier avec une focale sur un dispositif de formation à distance (M@gistère) et sur les outils de communication numérique. Le chapitre suivant repose sur une enquête menée au Cameroun. Les résultats mettent en évidence la diversité des réponses des enseignants à propos de l’utilité des TIC à l’école, de leur formation aux TIC et des contenus d’enseignement renvoyant aux TIC dans leur établissement. À partir des données recueillies, les auteurs proposent une réflexion sur les parcours de formation aux TIC des enseignants et sur le système de supervision pédagogique. Le huitième chapitre nous amène au Burundi et concerne les missions et les activités de supervision pédagogique (directeurs d’école et inspecteurs). L’enquête questionne notamment le recours aux formations hybrides et au tutorat pour former les enseignants dans le cadre de la formation continue. Si les différents acteurs (enseignants, directeurs d’école et inspecteurs) sont favorables à ce type de formation, l’utilisation des TIC reste modérée. Le manque d’infrastructures et d’informations explique en partie ce résultat. Enfin, le neuvième et dernier chapitre de l’ouvrage analyse l’évolution de la place des TIC dans le système scolaire sénégalais. Les discours des inspecteurs en élémentaire soulignent le développement des usages et leur importance dans les pratiques de formation et de supervision. L’enquête rend ainsi compte des évolutions de leur métier dans l’accompagnement des enseignants et de leur rôle dans la diffusion des TIC.

7Cette seconde partie de l’ouvrage aborde principalement la diffusion de l’innovation au sein des systèmes éducatifs et le rôle des superviseurs dans cette diffusion. Les résultats mettent en évidence une tension entre les attentes institutionnelles et la réalité locale de leur contexte d’exercice. Elle révèle également l’état des infrastructures, des équipements et des formations dans ces différents pays, ainsi que la disparité du rôle des superviseurs.

8La postface de Jacques Wallet conclut l’ouvrage avec une discussion critique autour des politiques en faveur des TIC dans le système éducatif.

9L’ouvrage collectif rend compte des travaux de chercheurs francophones (Burundi, Cameroun, France, Québec et Sénégal) et permet d’obtenir un état des lieux sur l’arrivée des objets tactiles et mobiles, et plus largement des TIC, dans la sphère scolaire. Les recherches mobilisent des méthodologies et des théories différentes, interrogent la pluralité des acteurs au cœur du sujet (élèves, professeurs des écoles, directeurs d’école ou encore inspecteurs de l’Éducation nationale). L’ouvrage tient ses promesses en abordant d’un point de vue critique l’utilisation de ces outils. Il questionne plus particulièrement leurs plus-values. On notera que certaines des recherches exposées débutent ou sont au stade exploratoire et présentent par conséquent certaines limites. Néanmoins, les lecteurs trouveront à travers les différents chapitres des pistes de réflexion sur l’appropriation, les usages et la diffusion du numérique à l’école primaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Roche, « Nogry, S., Boulc’h, L. et Villemonteix, F. (dir.). (2019). Le numérique à l’école primaire. Pratiques de classe et supervision pédagogique dans les pays francophones », Recherche et formation [En ligne], Notes critiques, mis en ligne le 19 février 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheformation/4676

Haut de page

Auteur

Marine Roche

Université de Nantes, Centre de recherche en éducation de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page