Navigation – Plan du site
Télésoin, travail social et transparence digitale

Le psychisme à l’épreuve du confinement

L’inconscient mis à nu et la transparence digitale
Frédéric Tordo

Résumés

Les premiers temps du confinement ont été des moments de sidération, mettant à l’épreuve les capacités d’adaptation de la personne. Pour tenter de dépasser cette première phase du confinement physique, les individus ont commencé à adopter un mode de vie confiné, grâce au travail de représentation. Cependant, et dans certains cas, l’activité de représentation a été mise en déroute, l’individu se refermant sur sa vie psychique même. C’est le temps du confinement mental. Au sein de celui-ci, nous observons, avec certains patients, des phénomènes de transparence psychique : un abaissement des défenses, conduisant au surgissement de fantasmes et/ou de souvenirs, habituellement inconscients. Pour s’en dégager, des patients vont chercher une forme d’échappatoire qu’ils trouvent, du fait même du confinement spatial, dans le monde numérique – au risque de déployer dans l’espace psychique un confinement numérique. Or, ce monde semble organiser lui-même une transparence digitale, que nous définissons comme un état psychique de transparence du sujet à son Moi lui-même.

Haut de page

Texte intégral

1La pandémie 2020 du coronavirus est une épreuve pour le psychisme. Épreuve, au sens d’un événement douloureux, ou de malheur, mais épreuve également dans la mesure où le psychisme a été mis au travail, et notamment pour ce qui concerne ses capacités de contenance et de résilience. Il l’a été de multiples façons, et en suivant plusieurs étapes. Nous déclinerons le confinement en trois dimensions : physique, mentale et numérique. Puis nous aborderons les phénomènes qui nous semblent spécifiques en ces temps de confinement, et notamment la transparence psychique et son prolongement dans le numérique que nous nommons comme transparence digitale (Tordo, 2020) – et que nous verrons définie comme un état psychique de transparence du sujet à son Moi lui-même.

Confinement physique et activité de représentation

2Les premiers temps du confinement de mars 2020 en France ont été des moments de sidération pour les individus, et pour les patients. Sidération devant un impensé, voire un impensable : que le monde ne s’arrête de tourner en l’espace d’une semaine. C’est pourquoi nous avons pu observer des réactions de déni par rapport à cette réalité : comme par exemple des individus qui sortent dans la rue, se regroupent dans des parcs, dans la bonne humeur, l’insouciance, voire dans l’euphorie hypomaniaque.
Cependant, rapidement, et pour la plupart des patients, ce premier choc de l’impensable a laissé la place à de fortes angoisses, et à la peur, qui sont venues dépasser les capacités d’adaptation de la personne. Ce qui nous renvoie d’emblée au travail de Jean Rivolier qui a développé la notion de « syndrome mental d’hivernage » (1989), pour décrire la réaction des hivernants et leur évolution, composée de symptômes psychologiques et de manifestation de stress. Ce syndrome comprend une stratégie d’adaptation généralement utile, et qui évolue en suivant différentes étapes au cours de l’hivernage. Cette phase anxieuse que nous évoquons à propos du confinement, en relation avec un contexte sanitaire difficile à appréhender, correspond à ce que Rivolier nomme, en accord avec la description du syndrome général d’adaptation de Selye, la « phase d’alarme ». C’est une phase de stress aigüe, liée ici à l’absence de préparation à la nature de la crise sanitaire que rencontre la société.
Ainsi, le confinement semble avoir créé un sentiment d’impuissance à agir sur l’environnement. C’est aussi pourquoi, parmi bien d’autres raisons, les soignants sont pourvus de tous les attributs des héros : ce sont parmi les seuls dans l’espace social qui ont encore le pouvoir d’agir avec leur corps. Aussi, le confinement physique crée un clivage inédit : entre ceux qui font quelque chose de symbolique avec leur corps, et ceux qui sont limités dans ses actions.
Comme une tentative de dépassement, ou d’opposition, à cette première phase, l’individu confiné va chercher à sortir de ce stress aigu. C’est la « phase de résistance » dans le schéma proposé par Rivolier, où chacun reprend ses habitudes, en adoptant un mode de vie confiné. Dans ce cadre, nous semble-t-il, c’est l’activité même de représentation, et de fantasmatisation, qui va aider à ce travail de dépassement, et d’adaptation.
Reprenons pour illustrer cette activité mentale l’image à laquelle nous avons été confrontée en regardant les informations, à la télévision par exemple, de personnes qui sortent d’une manière insouciante, et dans les premiers temps (ou lors du dé-confinement). Cette image paradoxale d’individus nageant dans le bonheur (artificiel), tandis que le monde est en train de se tordre dans quelque chose qui n’a jamais été représenté auparavant, se retrouve dans les films de la pop-culture. C’est ainsi que, devant ces images, un patient avait été saisi par une esthétique de film qu’il avait bien voulu me raconter : la scène du rêve dans Terminator 2, lorsque l’on voit Sarah Connor s’accrocher au grillage, hurlant pour avertir les enfants insouciants qui jouent dans un parc, et qui se voient en un instant réduits en cendre par une explosion nucléaire. De nombreux autres films et/ou séries sont venus en complément, dans ses rêveries et dans ses rêves. Ce recours interne à la culture a été protecteur dans son cas, dans la mesure où cela lui a permis de construire des images psychiques, organisant progressivement un faisceau de représentations permettant de sortir de l’impensé, et de la sidération de départ.
Ce recours à la culture a également été protecteur pour d’autres patients : « C’est génial ce qui arrive. On est complètement dans un scénario postapocalyptique de film », m’exprimait un autre patient. Ce qui permet par ailleurs de souligner quelque chose d’inavouable en temps de crise sanitaire : que le désir propre ne rejoigne le réel de la situation de crise sanitaire, comme une curiosité malsaine, ou comme un désir de rencontre avec des fantasmes qui trouvent résonance dans une culture de science-fiction, ou encore comme un désir inconscient de destruction qui vient ici se rependre dans le champ des représentations. Avec certains patients, nous assistons encore à une réassurance de se retrouver confinés, parce qu’ils se sentent déjà eux-mêmes confinés.
Comme nous le voyons, la culture sert ici l’activité de représentation : elle permet de mettre du sens, de soutenir le travail de représentation. Il semble que la majorité des patients se situe dans ce cadre : ils ont dû faire face à quelque chose d’impensable, avec angoisses, puis ils ont constitué des cadres internes pour s’adapter à la nouvelle situation. Dans un travail thérapeutique, le rôle du psychologue va alors consister à soutenir ce travail de représentation, et finalement d’assurer les conditions de pensée pour qu’une telle activité soit possible. C’est aider à ce que le patient se rassemble, et qu’il puisse sortir de quelque chose d’irreprésentable par la construction du représenté. On travaille donc avec le patient à soutenir la construction d’un cadre interne qui offre pour le patient un espace de contenance, et de résilience, qui borde en quelque sorte les angoisses, liées au réel actuel de la situation, mais aussi à ce qui peut advenir dans ces temps troublés.

Confinement mental et transparence psychique

3Cependant, dans certains cas, et avec une minorité de patients, l’impensable n’est pas dépassé. Au contraire, il charrie de fortes angoisses (peur pour sa santé, peur pour la santé de ses proches, etc.), en alimentant ou en réveillant des souffrances passées, voire même des fonctionnements du passé. Le patient peut décompenser psychiquement sur ses vulnérabilités. Au sein du travail thérapeutique, on assiste parfois à une régression, en quelque sorte. Aussi, ce travail consiste à contenir et/ou continuer à soutenir le processus thérapeutique, et de rappeler le patient à ce travail. On doit être particulièrement attentifs : à tous les patients qui ont des fragilités au niveau de l’organisation de leur moi et/ou de leurs assises identitaires, notamment. Car chez ces patients, cette absence de dépassement peut faire rupture.
Et dans un certain de nombre de cas, la peur envahit l’espace psychique même : le patient devient comme confiné à l’intérieur de lui-même. C’est ce que l’on pourrait appeler le confinement psychique. La vie psychique est refermée sur les événements, et sur les angoisses qu’ils engendrent. Ce confinement mental correspondrait peu ou prou à la dernière phase du syndrome d’hivernage de Rivolier : facilité par les fragilités mentales des individus, les manifestations anxieuses prennent un caractère plus franchement pathologique, correspondant à un échec des mécanismes d’adaptation et de l’activité de représentation. Cette étape peut conduire à l’impuissance, à la passivité, voire à l’épuisement psychocorporel.
Pour autant, nous devons souligner que le modèle en trois étapes de Rivolier ne permet pas de rendre compte de certains phénomènes psychiques en ce temps de confinement lié à la maladie du coronavirus, et notamment parce qu’ils apparaissent propres à notre société numérique. Attachons-nous maintenant à rendre compte de ces particularités.
Au sein de ce confinement mental en effet, nous observons, et avec certains patients, des moments de transparence psychique. Revenons sur ce concept élaboré par Monique Bydlowski (1991) à propos de la femme enceinte : dès les premières semaines de grossesse, l’équilibre habituel de la femme est ébranlé. Un état relationnel particulier va se faire jour, avec une certaine authenticité du psychisme (Bydlowski, 2001). Sous ce terme, l’auteure décrit ainsi un fonctionnement psychique maternel singulier, caractérisé par l’abaissement des résistances habituelles de la jeune femme face au refoulé inconscient, et marqué par un surinvestissement de son histoire personnelle et des conflits psychiques avec une plasticité importante des représentations mentales (Bydlowski, Golse, 2001).
Ainsi, cette transparence psychique réactive le passé d’une manière remarquable, avec des réminiscences et des fantasmes habituellement oubliés qui affluent à la mémoire, sans être barrés par la censure. Ce passé revient sous la forme d’images psychiques, de rêves, de rêveries, ou simplement d’affects. La résurgence traumatique lors de ces effets de transparence se manifeste, pour exemple, sous l’apparence de l’irruption intempestive d’affects douloureux, ou des traces de représentations douloureuses. Aussi, l’action du refoulement apparaît comme en « crise » lors de l’attente d’un enfant, il n’assure plus sa fonction protectrice. Dans le cours habituel de la vie, au contraire, les souvenirs qui pourraient embarrasser le moi, sont ancrés dans l’inconscient. La transparence psychique expose, sous une forme ou sous une autre, les souvenirs, et les laisse flotter en surface (Bydlowski, 1997, 2001). Des souvenirs inavouables, ou scabreux, peuvent être distribués en parole, sans censure. En outre, la plupart de ces femmes enceintes vont vivre un retrait du monde extérieur : l’activité professionnelle, même fortement investie, est en perte de vitesse, ainsi que les relations affectives, y compris les plus passionnelles (Bydlowski, 2001). En réalité, la grossesse inaugure l’expérience d’une rencontre intime avec soi-même, qu’on pourrait aussi qualifier de narcissique. La transparence psychique organise une indéniable polarisation narcissique (Bydlowski, Golse, 2001).
Or, dans cette période de confinement, certains individus se trouvent dans cette même situation de transparence psychique, pour laquelle nous pourrons avancer plus avant quelques hypothèses. Nous observons cette transparence dans de nombreuses situations cliniques, et sous de multiples formes. Nous pensons par exemple à une patiente qui a été ramenée, en temps de confinement et en l’espace de quelques jours, à des traumatismes enfouis : le rêve d’un abcès, qui renvoyait à l’épreuve traumatique de son cancer du sein ; une image fugitive, en pleine journée, concernant la disparition de sa jeune sœur, morte dans des circonstances pénibles, et jusque-là encryptée ; ou encore le retour en mémoire, sous la forme d’une rêverie anxieuse, d’un cambriolage dans son appartement. Plus largement, et sous une forme mineure dans le cadre de cette transparence psychique, on rencontre également la personne qui se saisit de ce temps pour s’attaquer au travail de conflits psychiques douloureux. À l’opposé, nous rencontrons les manifestations d’une forme de lutte contre la transparence psychique : avec un évitement de la dimension relationnelle avec l’autre, dans le même temps qu’un évitement de la transparence par l’hypertrophie rigide des barrières contre le surgissement du retour du refoulé, du clivé et du traumatique au sens large. Par exemple, chez une patiente qui retenait désespérément la part psychotique de sa personnalité, qui déployait une très importante haine pour son parent présent avec elle dans le temps du confinement. Cette rétention de la transparence psychique la protégeait d’une décompensation.
Tentons maintenons de faire quelques hypothèses concernant cette transparence psychique en temps de confinement. Nous voyons d’emblée trois raisons pour expliciter ce phénomène. La première est inhérente au contexte de l’impensable : la crise sanitaire nous confronte à la mort, à la fragilité de la vie, ou encore à l’autoconservation. Nous sommes avec le Covid-19 dans un contexte (réel ou imaginaire) de survie, qui nous recentre sur nos besoins fondamentaux (par exemple alimentaires), et donc également sur des archaïsmes. Aussi, les capacités de défense de la personne sont décentrées, et mobilisées ailleurs. La seconde raison est liée à l’intimité du cadre, donc ici de l’habitat dans lequel nous nous trouvons confinés. Comme le souligne Alberto Eiguer (2004) : quel lieu plus propice pour le déploiement de notre être intime que le logis ? On sait que le refoulement intervient pour aider à circonscrire l’aire de l’intime, et à la séparer de l’espace extérieur. Ainsi, nous pouvons refouler parce que la civilisation nous offre des espaces où nous donnons libre cours à un exhibitionnisme de faible portée, et habituel lorsque nous nous retrouvons seul face à nous-mêmes dans le miroir. Or, avec le confinement, l’espace extérieur est aboli, ce qui donne toute la place à l’espace intime. Enfin, la troisième raison qui explicite cette transparence nous semble liée au numérique, et ce que nous allons présenter maintenant en tant que transparence digitale.

Confinement numérique et transparence digitale

4En effet, les individus vont chercher à se dégager du confinement mental, en trouvant des échappatoires dans le numérique, parfois vécus comme des équivalents fantasmatiques d’agir physique. C’est ainsi que les personnes trouvent refuge : en jouant à des jeux vidéo, en regardant des séries, en parcourant le fil d’actualité de leurs réseaux sociaux, etc. Mais c’est au risque de connaître une dernière forme de confinement, par l’immersion mentale que le numérique oblige. Ce que l’on pourrait appeler le confinement numérique : une plongée dans le digital sans possibilité d’une saine traversée vers la réalité physique, dans la mesure où celle-ci est contrainte (confinement obligatoire) et/ou par trop angoissante (risques sanitaires).
Or, il semble que ce confinement numérique soutienne également la transparence psychique que nous venons d’évoquer, et dans la mesure où le numérique organise une seconde forme de transparence digitale (Tordo, 2020) que nous définissons comme un état psychique de transparence du sujet à son Moi lui-même. Observons ensemble que la transparence digitale s’organise suivant trois principales dimensions psychiques. En temps de confinement, elles se manifestent en particulier dans le cadre d’une utilisation accrue des technologies, c’est-à-dire d’une plongée dans le digital, qui vient modifier le rapport du patient au monde, et à son monde psychique.
La première dimension de la transparence digitale est liée à ce que Serge Tisseron (2001) a nommé comme une « extimité », c’est-à-dire un « mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique ». Aussi, l’individu partage sur Internet des parties intimes de lui-même, qui concernent aussi bien des fragments à valence positive qu’à valence négative, permettant éventuellement de mieux se les approprier dans un second temps en les intériorisant sur un autre mode grâce aux réactions (par exemple sous la forme de commentaires) qu’ils suscitent chez les autres internautes. En temps de confinement, notamment, le risque étant la dégradation de ce désir d’extimité en exhibitionnisme (Tisseron, 2018), en particulier parce que l’individu est en relation plus proche avec sa vie psychique, dans une transparence psychique.
La seconde dimension est liée à ce que John Suler (2004) a nommé l’effet de désinhibition en ligne : c’est-à-dire que les internautes tiennent des propos dans le cyber-espace qu’ils ne tiendraient pas dans le monde physique. Cette désinhibition en ligne, sur Internet, serait liée à plusieurs facteurs qui interagiraient entre eux :
1. L’anonymat : qui met l’identité sous le sceau du secret. Il est alors plus facile de parler, et de manifester son intimité, parfois brute et crue, clivée d’une partie de son individualité ;
2. L’invisibilité : sur internet, le plus souvent, les internautes ne peuvent pas se voir, de sorte qu’ils n’ont pas à se soucier de la réaction non-verbale de leur interlocuteur ;
3. Les réactions retardées : sur les réseaux sociaux, les relations sont asynchroniques, dans la mesure où les individus peuvent prendre le temps qu’ils souhaitent pour répondre ;
4. Enfin, l’introjection solipsiste : qui qualifie une impression de fusion soi-autre des identités en ligne, de sorte que l’internaute peut parler aux autres internautes comme il dialoguerait avec lui-même.
Envisageons enfin une troisième dimension concernant la transparence digitale, et que l’on pourrait résumer ainsi : l’individu se trouve (ou se représente) sur Internet comme à lintérieur de son propre Moi. En suivant ainsi le fantasme d’une forme de prolongement du Moi sur Internet, par exemple sur les réseaux sociaux, et que nous avons appelé pour cette raison Moi-cyborg (Tordo, 2019). Pour comprendre ce concept, envisageons une hypothèse : dans notre inconscient, la technologie prend (comme) le relais de notre peau (et plus largement, de notre corps). Aussi, la peau ne serait plus représentée (dans notre imaginaire) comme la limite ultime de notre corps, et donc également de notre moi. Au contraire, la technologie constituerait une seconde limite extensible et étirable, pour notre corps comme pour notre moi (ou plutôt, pour sa surface). Autrement dit, nous étirons la surface de notre Moi à la périphérie d’une technologie qui devient cette surface même.
Pour illustrer cette extension de notre Moi, envisageons ce qui se déroule sur les réseaux sociaux. Imaginons d’abord une situation de dispute entre deux personnes, en dehors des réseaux sociaux. Chez ces deux individus vont émerger des fantasmes (« J’ai envie de le frapper... de le tuer celui-là ») mais qui vont rester cantonnés à l’intérieur du Moi, c’est-à-dire à l’intérieur de sa surface (délimitée par la peau). Envisageons maintenant cette même situation dans laquelle deux personnes se disputent, mais maintenant via les réseaux sociaux. Considérons, comme un préalable, que les deux individus étendent la surface même de leur Moi à la technologie : autrement dit, ils sont d’une manière inconsciente dans les réseaux sociaux comme en leur propre Moi (Tordo, 2019, 2020). Pour le dire autrement, ils sont à l’intérieur des réseaux sociaux comme à l’intérieur de la surface de leur propre moi et dans ce cas, ainsi, la surface du Moi n’est plus (seulement) délimitée par la peau mais elle l’est également par la technologie. Du coup, les fantasmes qui étaient contenus dans le Moi de la première situation vont maintenant se déverser sur les réseaux sociaux (assimilés imaginairement au Moi) dans la seconde situation. C’est pourquoi on retrouve une violence parfois débridée (et « ordinaire ») sur les réseaux sociaux, qu’il faut donc envisager la plupart du temps comme l’expression de fantasmes (et donc, comme une violence fantasmatique dans notre exemple, pour celui chez qui elle émerge).
 Aussi, à l’ère des mondes numériques, on peut tout à la fois être à l’extérieur de son corps tout en restant (en son inconscient) à l’intérieur de son propre moi. Pour cette raison, nous nommons cette intimité, ou cette subjectivité, paradoxale (en dehors du corps mais au dedans du Moi) (Tordo, 2020), constituant un bouleversement majeur dans l’expression du moi. Pour autant, ce processus d’extension du Moi ne saurait être exclusivement attaché aux réseaux sociaux, mais à toutes les formes de relations aux technologies qui nous contiennent : la voiture semble une telle technologie, que nous vivons en quelque sorte comme « confinant » notre intimité, ce qui permet d’y faire vivre notre vie pulsionnelle (nos pulsions agressives, par exemple) dans une forme de transparence psychique, par certains côtés semblables à celle que l’on retrouve sur Internet.
Aussi, en regard de cette transparence digitale, plus nous nous immergeons dans le numérique, plus nous nous immergeons dans notre propre moi. Notre hypothèse étant de poser que les effets de la transparence digitale se conjuguent avec ceux de la transparence psychique en temps de confinement : l’individu plonge dans son moi grâce à l’immersion numérique, et il y trouve les contenus inconscients qui avaient réémergés du fait de la transparence psychique - contenus qu’il peut éventuellement faire se vivre sur Internet en retour. Aussi, nous observons une situation inédite de transparence, qui manifeste de nouvelles modalités de présentation aux autres, comme par exemple avec cette patiente qui me racontait qu’elle retrouvait dans ses réseaux numériques professionnels, et d’une manière exceptionnelle, des propos qui relevaient auparavant du privé : on raconte sa vie, ses déboires, sa sexualité, sa vie intime, et dans la mesure où la situation sanitaire fait émerger des archaïsmes. Dès lors, en temps de confinement, on se sent moins seul, moins confiné, mais dans une intimité paradoxale, hors-cadre, qui manifeste un flou entre l’intime et le professionnel. Par ailleurs, ces transparences conjuguées permettent dans certains cas, comme l’observe de nombreux psychologues, d’accélérer le processus thérapeutique, ou a minima d’apercevoir la nécessité de commencer un travail sur soi. Aussi, cette double transparence, digitale et psychique, est posée pour évoquer une situation singulière, et en temps de confinement, qui marque un flou des limites entre le dedans et le dehors, l’intime et le public, l’intime et l’extime, le physique et le numérique, le moi et le non-moi.

Haut de page

Bibliographie

Bydlowski, M. (1991). La transparence psychique de la grossesse. Etudes freudiennes, 32, 2-9.

Bydlowski, M. (1997). La dette de vie. Itinéraire psychanalytique de la maternité. Paris : PUF.

Bydlowski, M. (2001). Le regard intérieur de la femme enceinte, transparence psychique et représentation de l’objet interne. Devenir, 13(2), 41-52.

Bydlowski, M., & Golse, B. (2001). De la transparence psychique à la préoccupation maternelle primaire. Une voie de l’objectalisation. Le Carnet Psy, 63(3), 30-33.

Eiguer, A. (2004). L’inconscient de la maison. Paris : Dunod, 2013.

Rivolier, J. (1989). L’homme stressé. Paris : PUF.

Suler, J. (2004). The online disinhibition effect. Cyberpsychology and behavior, 7(3), 321-6.

Tisseron, S. (2001). L’intimité surexposée. Paris : Hachette littératures.

Tisseron, S. (2018). Petit traité de cyberpsychologie. Paris : Le Pommier.

Tordo, F. (2019). Le Moi-cyborg. Psychanalyse et neurosciences de l’homme connecté. Paris : Dunod.

Tordo, F. (2020). Cyberviolence et cyberharcèlement. Une violence fantasmatique pour l’agresseur, une violence traumatique pour la victime. Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 68(4), 185-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Tordo, « Le psychisme à l’épreuve du confinement », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10138

Haut de page

Auteur

Frédéric Tordo

Psychologue clinicien, Docteur en psychologie, CRPMS, Université de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals