Navigation – Plan du site
Télésoin, travail social et transparence digitale

Le mouvement physique et la mobilité psychique lors du confinement
Les consultations en ligne dans le maintien de la dynamique psychoaffective

Aleksandra Pitteri

Résumés

Lors de l’épidémie de Covid 19, le confinement nous a interrogé sur l’adaptation de l’humain à « l’espace-temps hyper-composé » de notre époque dont l’une des caractéristiques principales, la mouvance corporelle sans limite, a été brusquement mise à mal. Cette restriction des déplacements corporels s’est traduite par trois aspects physiques : la limitation des mouvements dans l’espace, la réduction de leur variété et le surinvestissement du domicile. On observe en corollaire un amoindrissement des mouvements psychiques qui se manifestent par : la réduction de l’espace de la mouvance psychique, la compulsion de répétition et le surinvestissement du monde interne. Cependant, nous avons observé, dans certains cas, que la mouvance psychique peut-être portée par l’espace numérique lors des consultations en ligne, offrant ainsi un support-relais aux mouvements physiques réduits.

Haut de page

Texte intégral

Vous osez penser à partir de ce lieu en mouvement que vous êtes devenu.
Vous osez innover. Peut-être découvrir
(Kristeva J., Je me voyage, p. 180,)

1Le mouvement fait à tel point partie de nos vies que nous ne lui prêtons guère attention. Or, avec l’apparition du Covid19 et l’entrée brusque dans le quotidien de la distanciation physique et de sa forme radicale, le confinement, nous réalisons à quel point le déplacement géographique s’inscrit au cœur de l’humanité et reste en lien étroit avec le fonctionnement psychoaffectif de tout un chacun.
En effet, nous avons relevé, lors de cette période d’immobilité physique, l’émergence de certaines singularités du fonctionnement psychique que nous supposons en lien avec le corps privé de son activité habituelle.
Nous avons également observé que celles-ci entrent en lien particulier avec les outils numériques que nous utilisons de manière accrue en période de confinement et qui, bien souvent, constituent le seul lien possible avec nos patients. Dans ces circonstances, le monde digital semble constituer un support-relais intéressant pour la dynamique psychique portée jusqu’alors par les mouvements physiques.
En nous appuyant sur ces observations, nous aborderons tout d’abord dans ce texte la compréhension de l’implication du corps en mouvement dans la construction de la vie psychique, pour appréhender ensuite les particularités du déploiement de ce lien en période d’immobilité corporelle. Enfin, nous discuterons les possibilités de prise en charge clinique de ces singularités émergées avec l’aide des outils numériques.

Le corps en mouvement et la construction psychoaffective

2Jusqu’alors, le monde n’a jamais paru aussi ouvert. Par sa dimension « hyper-composée » (Kristeva, 2016a) où nos temps présents se mêlent à ceux de nos ancêtres ou ceux de nos différents environnements physico-cybernétiques, d’hyperconnexion technologique et de sa promesse post-humaniste d’éternelle jeunesse, le temps semble immédiat et infini à la fois. Et ce d’autant qu’il se déploie dans des territoires aux frontières de plus en plus estompées, dans lesquels la potentialité de déplacement semble ne pas avoir de limites, nous faisant rebrousser chemin vers la période de l’humanité nomade. Celle qui se mouvait au gré de ses besoins et de ses limites internes. Alors, comme jadis, l’itinérance des corps devient une réelle évidence.
Cependant, ayant à l’esprit les spécificités du monde moderne, nous pourrions rajouter aux « lieux d’être » terrestres tous les espaces se prêtant au déplacement, comme le numérique et, pourquoi pas bientôt, l’entre-planétaires, créant une espèce d’« hyper espace ». Et si l’humain devait se reconnaitre dans une appartenance précise et stable, elle serait constituée de l’ensemble des autres individus nomades pourvus également de l’expérience du déplacement dans cet « espace-temps-hyper-composé », constituant une unité en soi.
Cette démarche engendrerait sûrement une certaine plasticité psychocorporelle. Peut-être comme celle à laquelle songeait Frédéric Tordo (Tordo, 2019) en créant la symbolique d’une « pieuvre » dans le contexte de l’hybridation cybernétique à laquelle nous sommes tous soumis. Dans cette perspective, ladite plasticité nous inscrirait dans le genre humain, suffisamment fragile et sensiblement vigilant, pour s’ajuster continuellement à l’environnement entourant, tant sur le plan corporel que psychique.
En effet, le processus d’accommodation constante à l’« espace-temps hyper-composé » nous conduit vers les changements fondamentaux de la construction interne dans laquelle, comme le relève Serge Tisseron, un « Moi unifié » et « fort », qui réprime « d’autres identités possibles », devient une illusion (Tisseron, 2012 p. 101). Dans ce contexte, le refoulement, si cher à la psychanalyse du XX siècle, cèderait la place à la multitude, la richesse, et la fluidité de la construction psychique (Idem).
Cependant, il serait trompeur de comprendre ce type d’identité comme une construction par défaut, s’inscrivant dans la dynamique de « so so », ni d’ici ni d’ailleurs. Penser que nos ancrages viennent uniquement des territoires définis par les frontières géométriques serait quelque peu réducteur et donnerait l’impression de s’inscrire dans une dynamique d’allure fétichiste. Un territoire, une matière, un objet ne sont pas suffisants pour créer la vie psychique. Il faut encore qu’ils soient investis d’une certaine manière et qu’ils prennent sens dans nos interactions. Ainsi, pour créer l’intériorité psychique, le corps seul n’est pas satisfaisant. Pour ce faire, il nous faut un corps vivant. In fine, un corps en mouvement.
D’ailleurs, Freud a évoqué le fait que les représentations psychiques s’appuient sur ce qu’il a appelé les « images motrices » (Freud, 1923) même si, à l’époque, elles constituaient pour lui un investissement secondaire dans l’explication des agissements psychiques.
Toutefois, la prégnance du corps en mouvement dans la constitution de l’inconscient prend ensuite toute son importance dans le développement de la psychanalyse des enfants. Ainsi, ces rapports nous enseignent tout d’abord que l’enfant crée les premières mises en forme des perceptions corporelles à travers les interactions sensori-motrices avec son environnement (Haag, 2002). Puis, avec le développement psychomoteur, l’apparition du verbe et de la marche, l’enfant adopte une position plus active dans l’appropriation du monde environnant. Comme cela a été déjà relevé par Freud dans la description du jeu à la bobine (Freud, 1920) dans lequel l’enfant a besoin de mettre en action symbolisante un évènement surprenant pour lui.
En somme, ce sont « les possibilités des mouvements dans l’espace qui assurent son appropriation », et qui nous permettent d’intérioriser les objets « par la relation corporelle et physique que nous avons avec eux » (Tisseron,2016, p. 197).
Ainsi, la vie psychique se fonde sur le corps en mouvement et la rencontre des objets investis que nous intériorisons pour devenir un être humain à part. C’est sur nos déplacements organiques, la marche, la dance, les rencontres corporelles, que nos pensées se déploient.
Or, soudainement ce « moyen de transport » de l’intériorité humaine est mis à mal avec l’apparition de l’épidémie de Covid 19 et l’installation de la mesure de protection inédite qui est la distanciation physique et dont la forme radicale nous confine au sein de nos demeures.

La mouvance psychique lors du confinement

3La protection, l’isolation, le retirement, l’enfermement, l’astreinte, autant de termes posés quotidiennement pour maintenir à flot la compréhension du confinement. La prolifération des sens de la situation à laquelle nous sommes tous soumis répond en écho à la multitude des ressentis se déployant dans la temporalité commune à nous tous, comme celle particulière à tout un chacun.
En effet, si au début du temps de l’épidémie, nous goutions bien volontiers aux joies de la vie en retrait, profitant des cocons protecteurs de nos logis, l’installation insidieuse du confinement dans le temps a creusé un chemin indicible vers les alcôves de nos intérieurs les plus profonds.
Leurs éclosions observables à la lumière du jour sont diverses, et semblent apparaitre en miroir des constructions psycho-affectives singulières qui s’inscrivent dans la manifestation de l’impensable.
Par exemple, nous relevons une fatigue psychique, le gel des mouvements psychiques réduisant la capacité de création de liens entre les pensées, le repli sur soi, ou encore l’émergence de symptômes somatiques, de passages à l’acte.
Pourtant, même si la multitude des émanations internes s’avère riche, elle est reliée à un point crucial qui est leur force d’apparition car nous avons communément l’inéluctable impression de nous regarder dans un miroir grossissant.
Face à ce constat palpable, comment expliquer le sens de notre amplification psychique ? Pourquoi sommes-nous confrontés à l’émergence plus directe de nos constructions intimes ? Trois perspectives de compréhension se référant à la dynamique du mouvement paraissent ici envisageables. Tout d’abord, il s’agit de la restriction du déplacement dans l’espace, due à une réduction significative du périmètre géographique à investir et/ou à explorer. Intervient ensuite sa conséquence directe, à savoir un appauvrissement de la richesse des mouvements, qui peut par la suite engendrer leur certaine répétitivité. Et, finalement, l’installation de l’investissement accru de l’endroit de notre présence puisque c’est ici que nos diverses activités se centrent désormais.

La réduction du déplacement dans l’espace

4Si nous revenons à nos réflexions sur le mouvement, celui-ci apparait comme une particularité pathognomonique du confinement puisque la privation des mouvements géographiques semble déclencher, avec force, certaines manifestations psychiques. Tout se passe comme si, face à la réduction des actions corporelles, nos éléments psychiques véhiculés jusqu’alors par celles-ci se cristallisaient et, dépourvus de leur force de déplacement, se manifestaient avec une double intensité au niveau interne. En d’autres termes, avec l’immobilisation physique, la structure du fonctionnement psycho-affectif pourrait se figer en se centrant dans un contenant intérieur. Dans ce cas, les agencements internes se manifesteraient davantage dans leur aspect « cru », dépourvu de l’habillage des actions externes. In fine, nous nous trouverions à les côtoyer d’une manière plus immédiate, sans étalement dans l’espace.
Cette observation surligne la valeur symbolique des mouvements physiques que nous pouvons envisager ici selon deux perspectives générales.
Tout d’abord, pour certains, les déplacements géographiques s’inscrivent dans une démarche de cohabitation harmonieuse avec les connections internes. Cette symbiose heureuse ouvre sur tous les possibles de la créativité humaine, mais avant tout sur le plaisir de « se voyager », pour reprendre l’expression de Julia Kristeva (2016b), dans la richesse de « l’espace-temps hyper connecté ». Pour ces individus, la suspension de la traversée des territoires terrestres est devenue juste une parenthèse acceptable, qui peut être parfois propice à l’investigation des agencements psychiques encore peu connus. Dans cette perspective, le confinement des corps se présente comme une nouvelle expérience de soi, souvent fortifiante.
Or, au second plan, il existe également des êtres humains pour qui le mouvement physique s’emploie davantage comme une solution ultime aux tumultes affectifs. Pour eux, se déplacer géographiquement devient une nécessité absolue dans la préservation de l’intégrité psychique. Le mouvement physique devient souvent, dans ce cas, un remède immédiat aux émois affectifs restant en lien avec la notion de spatialité interne.
A titre d’exemple, bouger peut permettre de préserver le désir narcissique de conquête des espaces afin d’échapper à la réalité douloureuse d’en être juste une infime partie. L’angoisse de l’anéantissement de l’espace psychique nous fait planter des drapeaux aux quatre coins du globe terrestre, marquer nos initiales sur les bancs publics ou même débourser des sommes « astronomiques » pour prêter nos noms à une exoplanète, comme l’indique l’International Astronomical Union (2018).
En outre, se mouvoir peut également s’inscrire dans la recherche, invariablement insatisfaite, de l’objet d’amour jamais trouvé et tant espéré, de cet Autre, qui donnerait de la consistance à un espace interne en attente d’intériorisation d’un objet bienveillant. Alors, poussé par le dicton « l’herbe est toujours plus verte ailleurs », la course éternelle derrière un idéal nous fait parcourir le monde.
Par ailleurs, changer d’« endroit d’être » peut refléter le besoin irrépressible de s’exiler de l’espace intime trop envahissant, au risque de se retrouver face à ses inacceptables blessures internes. Comme chez cet analysant qui, après avoir insulté sa compagne, souhaitait faire une pause dans ses séances pendant la période du confinement. La confrontation avec une partie agressive de soi-même, échappée au sentiment de contrôle et sans distractions physiques pour « l’accueillir », (la pratique sportive intense arrêtée), apparait comme trop diffractante.
Effectivement, se déplacer n’entre pas forcement en résonnance paisible avec le voyage interne mais peut parfois constituer une manifestation visible de « l’exil subjectif » (Melman, 2010) en souffrance. Charles Melman reprend cette idée de la « division subjective » à Lacan et précise qu’au fond de nous, nous occupons tous, sans exception, la position d’un exilé. Car pour se construire, nous avons besoin tout d’abord d’intérioriser une représentation mentale de notre première figure d’investissement. Et c’est à partir et autour de cet Autre en Moi que la subjectivité de tout un chacun se met en place. Alors, nous resterons à jamais en exil dans notre propre espace psychique par rapport à l’Autre intériorisé, et serons soumis à l’oscillation permanente entre la position d’inclusion et d’exclusion interne. L’essentiel de ce « lieu en mouvement » étant de préserver l’ancrage dans notre propre intériorité afin de nous aventurer dans « l’espace -temps hyper connecté ». Cependant, cette position naturelle de l’exil interne peut s’avérer, pour les être humains dotés d’une construction interne fragile, trop difficile à « su-porter ».
Ainsi, nous observons que le confinement des mouvements physiques ôte à quelque uns une voie d’issue aux tensions internes débordantes et les confronte, par la force des choses, à leur espace interne en difficulté.

La répétitivité des mouvements

5David Le Breton écrit dans l’« Eloge de la marche » : « La marche est une expérience sensorielle totale ne négligeant aucun sens » (Le Breton, 2000, p. 31) pour préciser ensuite que lors de nos parcours pédestres, « Les perceptions sensorielles sont lavées de leur routine, elles inventent un autre usage du monde » (Idem, p. 35). Peut-être celui de l’expérimentation du corps et de l’espace en mouvement à travers la diversification de la sensorialité.
Or, l’assignation à nos domiciles nous impose une restriction de la variabilité des déplacements physiques et, par lâ-même, appauvrit l’éventail des perceptions sensorielles. Nous nous trouvons alors rapidement confrontés au périmètre exigu de nos excursions terrestres et rentrons instinctivement dans une dynamique de répétition sensori-motrice.
Et nous n’y voyons aucun mal puisque réitérer continuellement le même mouvement peut s’apparenter à une espèce de rythmicité rassurante. Comme celle qui prend part à la construction du sentiment de sécurité nécessaire dans l’exploration du monde. Ce fait est largement souligné par les psychanalystes des bébés (Haag, 1986 ; Tustin, 1986). Effectivement, ayant à l’esprit la perspective d’un réinvestissement accru de nos domiciles « étroits », l’installation d’une rythmicité des occupations pourrait encadrer l’angoisse sous-jacente au sentiment de perte de liberté des mouvements.
Cependant, chez les sujets aux représentations objectales fragiles ou manquantes, la dynamique du recommencement imposée par le dispositif du confinement peut déclencher l’entrée inopinée dans la compulsion de répétition autoérotique, dans laquelle la douleur de l’ennui ou l’esseulement du vide interne devrait être rapidement rassasiée par une rencontre avec un objet de remplacement rassurant. Ainsi, nous revenons précipitamment à nos anciens démons, au recours compulsif à la nourriture, tout comme aux substances psychoactives ou encore au monde numérique.
Nous sommes conscients que ces divers exemples d’aménagements psychoaffectifs mis en place en période du confinement se présenteront bientôt dans nos prises en charge cliniques. Et il s’agit ici tant de la montée en puissance de leur extériorisation que d’un certain gel dans la plasticité de leur mouvance. Nous nous posons alors la question de savoir dans quelle mesure nous pourrions les envisager lors des suivis psychanalytiques qui souvent, en cette heure de confinement, ont pris une forme numérique.
Certaines réponses à ces interrogations semblent justement apparaitre dans les spécificités-mêmes du fonctionnement des objets digitaux qui, depuis quelques décennies, constituent déjà le terrain de réflexion de psychanalystes sensibles à ce sujet.

L’investissement accru du « lieu d’être »

6Si nous poursuivons cette réflexion, dans le contexte du confinement, le rester-chez-soi physique entraine également le réinvestissement intensifié de nos logis. Et nous renvoie, par l’effet de superposition du l’externe et de l’interne, à l’amplification de l’investissement de ce qu’Alberto Eiguer appelle l’« habitat interne » (Eiguer, 2004). Paradoxalement, l’interdit des déplacements physiques nous renvoie avec une force redoublée aux mouvements psychiques de notre « appartement interne ».
Autrement dit, garder nos domiciles nous confronte symboliquement à cette ambivalence de notre position psychique à l’entre-deux (interne-externe) et interroge la qualité de nos représentations mentales, tout comme la souplesse des frontières entre moi-même et l’Autre. Et nous renvoie enfin à la période archaïque de la création de l’espace interne soumise bien souvent à la pulsionnalité débordante.
Ainsi, en cette période d’assignation aux lieux de vie, nous remarquons chez certains la peur saisissante de se trouver dans la position d’exclu (en référence à la position psychique d’exilé) du cercle de nos proches ou de nos collègues de travail que nous ne pouvons plus côtoyer. A l’instar de cette patiente qui interprétait le manque de réponse des membres de son équipe à ses mails par son rejet certain, ce qui ravivait chez elle le vécu anéantissant de ne jamais se sentir à sa place.
Si nous restons dans la même dynamique de superposition des espaces (externe et interne), l’astreinte au domicile peut éveiller également le sentiment d’être soudainement submergé par un désir irrépressible de retrouver la sensation quasi fœtale du corps plongé dans la tiédeur d’une enveloppe entourante. Comme si elle s’inscrivait dans l’horizon « de la fusion dans un corps plus vaste » ou du désir de « s’abandonner dans un contenant » rassurant (Quinard, 2002, p. 153). Nous sommes nombreux, en cette période, à être pris d’envies inopinées d’entourance, comme celui de prendre un bain, de se plonger dans la fumée englobante du cannabis ou de retrouver une sensation d’immersion numérique, à l’instar de ce « sentiment océanique » expliqué par Romain Rolland comme une volonté de se ressentir en unité avec l’univers (Rolland, 1927).
Ainsi, investir notre domicile en tant que contenant nous renvoie symboliquement au premier lieu entourant, le ventre maternel.

Les consultations en ligne en tant que support du lieu psychique en mouvement

7Lors de la période du confinement, la majorité des « spécialistes de la psyché » a été confrontée à un dilemme cornélien : suspendre les suivis analytiques, par souci de manque d’implication corporelle dans le déroulement des séances, ou garder la continuité des « soins » avec l’implication des outils numériques, au risque de l’estompement de la créativité psychique ancrée dans la présence physique.
Finalement, nous avons été nombreux à relever le défi de l’écoute à « distance » et à ressentir le besoin de partager cette expérience avec nos collègues, comme le propose notamment la Société Psychanalytique de Paris ou certaines plateformes mises en place expressément dans ce but. Le site CyberpsyCO, fondée par Serge Tisseron et Frédéric Tordo, et dont j’ai été invitée à faire partie, en fait exemple. Suite aux échanges que nous avons eus, dans ce cadre, avec les collègues psychologues, psychiatres, psychothérapeutes, quelques observations cliniques émergent quant au lien entre les spécificités du monde numérique et la dynamique du « lieu psychique en mouvement » à l’heure de l’astreinte physique à laquelle nous sommes tous soumis.
Je tenterai d’illustrer ces observations avec des exemples cliniques rencontrés personnellement lors de cette période. Afin de préserver l’intimité de ces personnes, dont le suivi est toujours en cours, je donnerai seulement quelques informations nécessaires à l’illustration de mes propos.
Tout d’abord, nous avons été fréquemment confrontés au désir de certains de mettre en pause leur suivi, et il est naturel que chacune de ces décisions ait été comprise dans sa singularité. Toutefois, en ces temps de restriction de déplacements physiques, quelques particularités se référant à la volonté de ces arrêts inopinés ont été souvent relevées, telles que des difficultés à réfléchir, à se concentrer ou à pouvoir se « laisser aller » aux associations libres. A l’instar d’un arrêt sur image, d’une cristallisation de la vivacité psycho-affective. Il faut préciser également que cette fixation s’est accompagnée bien souvent de l’envie de rester dans sa « bulle », de se « réfugier dans l’intime », pour reprendre l’expression d’Alain Braconnier (2020). Tout s’est passé comme si la restriction des déplacements physiques impactait sur les possibilités de la mouvance psychique et fermait la porte au pouvoir porteur des résonnances intersubjectives.
Par ailleurs, le plaisir de ce lâcher-prise non réflexif nous a extraits quelquefois de la dynamique désirante et s’est accompagné du besoin de retrouvailles immédiates avec un objet protecteur. Ainsi, la restriction des mouvements physiques a progressivement donné lieu au retour vers une dépendance esclavagiste, celle dans laquelle le recours compulsif aux objets de satisfaction instantanée était souvent évoqué.
Comme dans le cas de ce jeune patient, nommons-le Pierre, suivi à mon cabinet et qui ne souhaitait pas continuer les séances en cette période inédite. Or, finalement, à l’annonce du déconfinement, nous avons repris, à sa demande, les entretiens par téléphone. Pierre dit avoir profité de cette période de confinement pour se réfugier dans le cocon protecteur des séances cannabiques, restant dans la dynamique de superposition des espaces interne et externe. L’augmentation significative de la consommation de ce produit lui procurait une agréable illusion de voyages libérateurs au-delà du sentiment d’enfermement et mettait à distance le désir d’une sensible observation de la mouvance interne.
Cependant, un événement majeur est survenu pendant cette période. Pierre a réussi à organiser une rencontre avec son père. Celle-ci n’arrivait pas à se mettre en place de manière physique depuis fort longtemps. Il s’avère donc qu’un « aller-vers » le paternel n’a pu se réaliser que lorsque les éventualités de déplacements corporels lui ont été ôtées et remplacées par la possibilité d’une traversée numérique à travers l’application WhatsApp. 
Nous supposons que la rencontre avec le père s’est avérée réalisable par le biais digital grâce à sa particularité virtuelle. Autrement dit, grâce à la potentialité de la créativité infinie qu’elle offre dans cet espace d’hyper-connexion sans limites.
Ainsi, si la virtualisation numérique, entendue comme une « anticipation en tension vers l’actualisation » (Tordo, 2014), rencontre le « virtuel psychique » (Tisseron, 2012), à savoir la potentialité psychique de réalisation de désirs peu ou prou inconscients, leur accomplissement s’avère finalement possible.
Dans notre cas, le désir de rencontre avec le père n’a pas pu être véhiculé par le déplacement physique (pour des raisons que je n’aurai pas l’occasion de développer ici) mais a finalement trouvé son moyen de transport à travers le monde numérique. Il est possible que le jeune homme, en tant que « digital natif », se soit senti suffisamment familiarisé avec la virtualité cybernétique pour en faire son support de déplacement psychique. Par la suite, nous avons pu prolonger ce chemin d’aller vers « le père » à travers nos entretiens téléphoniques que le patient associait aux conversations à distance avec celui qui lui était à la fois si important et tellement absent.
Par ailleurs, dans les échanges avec les collègues cliniciens, un autre élément a été souvent relevé. Il s’agit du sentiment d’accès plus direct au monde interne des patients, comme si un esprit avait « fusionné avec l’esprit de l’autre » (Suler, J., Allouche E.,2012, p. 36). Frédéric Tordo l’a conceptualisé sous l’appellation de la « transparence digitale » (Tordo, 2020). Celle-ci se trouve, selon l’auteur, au croisement de trois processus. A savoir l’« extimité » qui, selon la compréhension de Serge Tisseron (Tisseron, 2002), se caractérise par un désir de dévoiler une partie de l’intime pour mieux l’apprivoiser grâce aux échanges avec les autres. Celle-ci est accompagnée de la « désinhibition en ligne ». L’expression est employée par John Suler (2012) pour décrire un phénomène psycho-sociétal s’exprimant par une expression de soi-même plus désinhibée et davantage ouverte dans la sphère numérique, grâce aux possibilités de l’anonymat ou de l’invisibilité qu’il offre. Et enfin, la création du « Moi-cyborg », conceptualisé par F. Tordo (2019) à travers l’élargissement de l’instance psychique du Moi aux éléments numériques. En côtoyant le digital, le Moi l’introjecte en son sein et crée de nouvelles représentations de soi-moi et des objets externes élargies par ces composantes cybernétiques.
Il va de soi que ladite « transparence digitale » peut concerner autant les patients que les analystes. En effet, quelques collègues relèvent, en séance « numérique », la rapidité d’installation d’une sorte de « fusion » psychique se manifestant par la pensée quasi synchronisée. Nous remarquons également que certains patients semblent particulièrement sensibles à ce processus. Notamment ceux pour qui l’implication corporelle peut être ressentie comme de trop, trop séduisante, trop envahissante, trop impliquée dans la pulsionnalité débordante et, paradoxalement, faisant barrage au « vrai » discours, à la parole incarnée.
Ce phénomène peut être illustré par le déroulement des séances avec Anna, une femme d’âge mûr, que je recevais jusqu’alors dans mon cabinet une semaine sur deux. Un fait important à préciser puisque Anna associe cette prise de distance avec une sorte d’étrangeté qui l’habite depuis toujours et qui lui a fait subir pendant toute son enfance un sentiment de différence douloureuse. Elle se sentait souvent à part, ou plutôt nulle part. Sans ancrage. En effet, le parcours de vie d’Anna a fait que son Autre interne ne lui offrait pas les points d’ancrage nécessaires pour se sentir chez soi. Dans ce sens, une prise de distance lui était vitale.
Cela étant dit, après l’annonce du confinement, Anna a souhaité poursuivre les séances à distance à condition de le faire par téléphone, donc sans utilisation de la caméra. Puisque cette celle-ci était assimilée par elle à une image « coquette » et « apprêtée » qu’elle avait l’habitude de soigner mais dont l’ambiguïté (être belle ou être vraie) était actuellement trop difficile à porter. Lors des entretiens, Anna a souligné combien il lui était important de devenir invisible, de se libérer du pouvoir d’un regard happant de son analyste. Cela lui a permis progressivement de se déprendre de son image séductrice et surtout d’ouvrir une brèche à la parole incarnée. Elle a enfin pu se sentir, comme elle l’a précisé, un peu plus libre de parler « vrai » et d’aller vers cet intime bien souvent encore douloureux.
L’installation dans l’espace-temps de ces entretiens à distance a également permis à Anna de suffisamment apprivoiser la peur de la rencontre avec l’Autre pour qu’elle puisse enfin demander à rapprocher ses séances. Désormais, nous nous « rencontrons » à distance, hebdomadairement.
Quant au vécu contre-transférentiel, il s’apparente à ce que Geneviève Haag (Haag, 2004) appelle « l’ancrage au fond de la tête » de l’analyste. Je sens qu’Anna y a sa place et nous nous y retrouvons dans une complicité intime. Nos pensées s’y croisent et parfois même se suivent, toutes proches l’une contre l’autre. Il arrive même que lorsque je pense à quelque chose, Anna exprime aussitôt à voix haute la pensée.
Il est fort probable que nous avons obtenu cet état de grâce transférentielle grâce à l’introduction en séances de cet intervalle numérique qui a permis à Anna de se promener sur les chemins de l’inconscient avec l’illusion protectrice de la dissolution corporelle. Ainsi, le numérique lui a facilité l’approche de l’Autre sans se perdre dans la pulsionnalité débordante.

Quelques mots de conclusion

8La période de confinement liée à la propagation du virus Covid19 marquera pour toujours nos souvenirs s’inscrivant dans cette tragédie épidémique, parce que nous y avons appris de notre humanité et de nos capacités psychocorporelles d’adaptation aux situations extrêmes.
Elle restera également gravée dans nos mémoires sur ce qu’elle nous a révélé de notre rapport au numérique qui a pris, en ce temps de retrait physique, une envergure inédite. La vie sociale, physique, psychique s’est réorganisée autour de ce que le digital nous a apporté sur le maintien des relations intersubjectives et l’animation de la mouvance psychique.
Il est fort probable que cette mutation persistera en dehors de la période de confinement et aura tendance, à l’avenir, à s’amplifier.
Il nous sera alors nécessaire, en tant que spécialistes de la psyché, d’envisager cliniquement la mise en place progressive de l’hybridation humaine. Et, pourquoi pas, de nous ouvrir davantage à ce que le digital peut nous procurer dans l’accès et la compréhension de l’intime de nos patients.

Haut de page

Bibliographie

Braconnier A. (2020). Le refuge de l’intime. De l’objet affolant à l’objet apaisant, Cliniques, 1 (19), p. 117-125.

Eiguer, A. (2004). L’inconscient de la maison. Paris : Dunod, (2013).

Freud, S. (1920). Au-delà du principe de plaisir. Paris : PUF (2013).

Freud, S. (1923). Le moi et le ça, in Essais de psychanalyse. Paris: Payot, (1951), p. 256-264.

Haag, G. (1986). Hypothèses sur la structure rythmique du premier contenant, Gruppo, n° 2, p. 45-53.

Haag, G. (2002). L’acte création/représentation de formes dans le jeu de la transformation, Revue française de psychanalyse, 5(66), p. 1779-1787.

Haag, G. (2004). Le moi corporel entre dépression primaire et dépression mélancolique, Revue française de psychanalyse, 4(68), p. 1133-1151.

International Astronomical Union (2018). https://www.iau.org/public/themes/buying_star_names/

Kristeva J. (2016a). La vie psychique en temps de détresse. http://www.kristeva.fr/la-vie-psychique.html

Kristeva, J. (2016b). Je me voyage. Mémoires. Entretiens avec Samuel Dock. Paris : Fayard.

Le Breton, D. (2000). Eloge de la marche. Paris : Métailié.

Melman, CH. (2010). Heureux exil, Le Bultin Freudien, janvier, n° 55, p. 123-133.

Rolland, R. (1927). Lettre à Sigmund Freud, 5 décembre 1927, in, Un beau visage à tous sens. Choix de lettres de Romain Rolland (1866-1944). Paris : Albin Michel, (1967), p. 264-266.

Quignard, P. (2002). Les ombres errantes. Paris : Gallimard.

Suler, J., Allouche E. (1012). Effet de désinhibition. Le Journal des psychologues8 (n° 301), p. 34 à 36.

Tisseron (2002). L’intimité surexposée. Paris : Hachette.

Tisseron, S. (2012). Rêver, fantasmer, virtualiser. Du virtuel psychique au virtuel numérique. Paris : Dunod.

Tisseron, S. (2016). Comment l’esprit vient aux objets. Paris : PUF.

Tordo, F. (2014), Le virtuel psychique, une anticipation en tension vers l’actualisation,

Psychologie clinique, 1(37), p. 25-37.

Tordo F. (2019). Le Moi-Cyborg. Psychanalyse et neurosciences de l’homme connecté. Malakoff : Dunod.

Tordo, F. (2020, avril). Cadre technique des consultations en ligne en temps de confinement. Communication présentée au webinaire de la chaire Diament, UQAM, Montréal.

Tustin, F. (1986). Le trou noir de la psyché. Paris : Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aleksandra Pitteri, « Le mouvement physique et la mobilité psychique lors du confinement
Les consultations en ligne dans le maintien de la dynamique psychoaffective », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10171

Haut de page

Auteur

Aleksandra Pitteri

Psychologue clinicienne, Membre de CyberpsyCO, Réseau Eutelmed, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals