Navigation – Plan du site
Une éducation au 3ème corps

Du réel au virtuel : une éducation par le 3e corps

Gaëtan Guironnet

Résumés

La continuité pédagogique réalisée par l’ensemble de la communauté éducative à la suite de la fermeture des établissements d’enseignement français a généralisé, à marche forcée, l’enseignement à distance par le numérique. Selon les enseignants, les élèves et les disciplines scolaires cela a créé des situations inédites, démontrant tout le professionnalisme et l’adaptabilité des enseignants. Entre le virtuel d’élèves inconnus et non incarné et le cours en présentiel, s’observe un espace hybride, non pas entre le réel et le virtuel mais enrichi de ces deux entités, un tiers. Par l’expérimentation et la reliance d’informations de différents niveaux, des routines et une transmission s’installent. Reste que pour certaines disciplines ayant le corps pour support (comme l’E.P.S.) et pour favoriser la dynamique de groupe et la sécurisation pédagogique par l’empathie, la relation humaine en présentiel reste le seul moyen de créer un enseignement humaniste

Haut de page

Texte intégral

Introduction

"Nous n’avons jamais envisagé la fermeture totale de toutes les écoles de France.

1Quand vous fermez les écoles de tout un pays, cela signifie que vous paralysez en bonne partie ce pays. Quand nous fermons, ça pose des problèmes à des infirmières, des médecins, à toutes sortes de personnels de l’hôpital. C’est évidemment quelque chose qui doit être regardé avec beaucoup de finesse pour ne pas être contreproductif". (Blanquer, 2020)
Il est intéressant de notre position d’enseignant de terrain en éducation physique et sportive (E.P.S) dans un collège de la banlieue parisienne et en même temps doctorant au sein du laboratoire I3SP, d’imaginer les tenants et les aboutissants d’une telle déclaration au début de la pandémie du covid 19 et du dispositif mis en place au sein de l’éducation nationale pour assurer la « continuité pédagogique ».
Est-ce un épisode si inédit pour notre nation ? C’est en tout cas l’axe de communication des politiques répété en boucle sur les chaines d’informations en continue ?
Si l’on revient à la définition d’une pandémie, son étymologie vient du grec pan : tous et démos peuple soit littéralement qui touche tous les peuples dans une large zone géographique. Des épisodes tels que les grippes pandémiques de 1957-1958 puis 1968-1970 et plus avant la grippe espagnole de 1918-1919 ne permettent-ils pas de dépasser cette technique de préservation des populations moyenâgeuse qu’est le confinement ?
Au XXIe siècle la mondialisation des échanges et la facilité de déplacement font qu’une épidémie qui est localisée à l’échelle d’une région du monde peut évoluer en quelques jours en une pandémie.
Comment la consommation d’un pangolin en Chine peut-elle affecter le système éducatif français et le quotidien d’un habitant de la Lozère confiné pendant 60 jours sans avoir de cas au sein de ce département rural Français ? Comment un restaurateur peut-il être privé de son métier en quatre heures pour une durée indéterminée ? Comment les frontières entre pays se sont reconstituées, les mobilités envolées et les transports ainsi que l’ensemble des moyens de productions se sont arrêtés comme le montre l’effondrement de la demande énergétique : pendant quelques jours le prix du baril de pétrole a été négatif.
Notre société hypermoderne (Lipovetsky & Charles, 2004), a montré sa fragilité, sur des évènements qui montre les limites de notre modèle sociétale face à la force de la nature. Le confinement, la rupture de produit sans stock (masque), la menace invisible, l’engorgement des services de santé sous équipés, l’impossibilité de mutualiser les moyens à l’échelle du globe ou de l’Europe, la lourdeur administrative montre une société peu résiliente.
Face à cette situation inédite, tous les établissements publics d’enseignement locaux éducatif (E.P.L.E.) de France ont été fermés, de la maternelle à l’université. Plus exactement certains établissements du primaire et secondaire ont été réquisitionnés pour accueillir les enfants de personnels soignants puis ceux des forces de l’ordre afin de contribuer à la mobilisation nationale pour soigner les malades du coronavirus (covid-19 défini par l’organisation mondiale de la santé en 2019), et faire respecter le confinement et la limitation des déplacements.
Car il est à noter que cette pandémie est une maladie transmissible par proximité des voies aériennes et dont les premiers clusters (lieux de cultes, assemblée nationale et élus locaux dans le cadre de la campagne électorale des municipales) nous montrent qu’elle affecte des populations dans des zones de fortes densités et dans des milieux ou l’échange social est prépondérant, quel que soit le niveau social.
Dès lors la solution choisie par les pouvoirs public français à défaut de traitement médical est le confinement sur l’ensemble du territoire, avec en première population cible les enfants et adolescents qui, même s’ils ne sont pas victimes (à priori), sont vecteurs du virus et par extension provoquent une circulation pathogène par les déplacements qu’ils induisent à leur famille pour aller à l’école.
La conséquence pour les douze millions d’élèves français (Repères et références statistiques, 2020) a été le passage d’une éducation en présentiel (dans les bâtiments scolaires) à une éducation à distance médiée par le numérique. Les différentes plateformes mises en place depuis plusieurs années par l’éducation nationale vont ici devoir assumer une mission et une charge d’utilisation et d’utilisateurs inédites.
La notion de « continuité pédagogique » (notion absente dans le code de l’éducation) est mise en avant par le ministère pour résumer la mission dévolue aux enseignants dans cette nouvelle situation, sans préparation et sans objectif précis pour la communauté éducative dans un délai à marche forcée (un jour ouvrable) jamais connu pour la mise en œuvre nationale d’une pédagogie médiée par le numérique. Est-ce le début d’une hybridation de l’enseignement ou la fin, par l’exemple, de l’éducation par le numérique, initiée depuis 1983 dans le système éducatif français sans s’être réellement imposée dans les pratiques…
Une continuité pédagogique est mise en place pour maintenir un contact régulier entre les élèves et leurs professeurs. Comment cette injonction a-t-elle été mise en œuvre par la communauté éducative en distanciel, et plus particulièrement en E.P.S. ? Nous questionnerons les incidences de ce nouvel espace induit au travers d’un mode de fonctionnement et d’une méthode pédagogique et didactique en présentiel et des réactions et outils utilisés pour transmettre les contenus en distanciel dans un espace virtuel et dans un temps synchrone (au même moment, dans un partage direct comme en salle de classe par visioconférence ou audioconférence) et asynchrone (par des capsules vidéo ou travail à rendre par écrit ou en audio). Nous essayerons d’en discuter les limites afin d’envisager un mode de fonctionnement en hybridation (en présentiel et à distance) propice aux apprentissages du mouvement en E.P.S..

Du présentiel au distanciel : l’apparition d’un tiers :

2Cette notion de tiers (Serres, 1994) nous semble particulièrement fécond pour cette situation.
Nous reprendrons la comparaison de l’auteur en l’appliquant ici à la posture de l’enseignant puis de l’élève, par une analogie de nos deux côtés du corps en E.P.S. Le cours en présentiel symbolisé par le côté droit qui est la situation la plus habituelle et correspondant à la majorité de la population et le côté gauche pour le distanciel, là où nous somme le plus mal habille, le moins habitué comme le gaucher contrarié qu’était Michel Serres.
En effet, notre côté droit peut être symbolisé par le cours en présentiel, habituel pour les enseignants avec leurs postures, leurs routines et leur travail préparatoire calibré à la fois pour des lieux et pour des réactions d’élèves que l’enseignant peut anticiper lors de la préparation et régulé lors du travail en classe par une observation de la sémiotique de l’élève, des signaux faibles permettant une dynamique de classe, une dynamique de groupe profitable à l’ensemble des élèves.
Notre côté gauche de « gaucher boiteux »(Serres, 2015) pour la plupart des enseignants se retrouve symbolisé par cette injonction ministérielle d’assurer la continuité pédagogique, en trois jours, dès le lundi, non plus devant la classe mais devant un clavier et un écran dans une salle non plus au sein d’un E.P.L.E. mais chez soi au sein d’une « classe virtuelle » avec des élèves virtuels.
Dès lors, cette hybridation entre réel et virtuelle n’est pas à prendre comme une moyenne des deux environnements mais comme une possibilité de faire et découvrir d’autres compétences, de fonctionner au-delà des routines habituelles pour prendre le meilleur des deux mondes. L’absence de corps fait émerger des problèmes de communication dans l’acte de transmettre.

Passage d’un élève réel à un élève virtuel 

3Car même si au mois de mars les enseignants connaissent leurs élèves, ils n’ont jamais fait face à cette situation et donc ne connaissent pas leurs élèves dans cette situation. D’autre part l’un des fondements de l’éducation nationale est d’être dans le même lieu, fourni par l’état, quelles que soient les conditions matérielles de la famille de l’élève. Or ici nous demandons à l’élève de rester dans son environnement physique et matériel créant des disparités entre les élèves de niveau économique différents. Peu d’établissements ont pu fournir un équipement informatique aux élèves si bien qu’il existe une grande disparité dans les moyens de consultation matériel des élèves : smartphone, tablette, ordinateur portable, ordinateur fixe, ordinateur partagé avec la famille, connexion bas débit, haut débit, à la campagne ou en ville…(Baromètre du numérique, 2019)
Cette variété de situations est dans un premier temps méconnu de la part des enseignants. Plus précisément les conséquences dans le travail de l’élève ne peuvent pas être anticipé dans les préparations de l’enseignant. De plus la disparité de situations matérielles que nous venons de voir pour les élèves s’applique aussi pour le corps enseignant. En effet peu ont du matériel fourni par l’institution, ce qui provoque une disparité des outils ainsi que des compétences de maîtrise informatique. Dès lors, face à l’urgence, l’enjeu est dans un premier temps de transmettre les cours fait pour une séance en présentiel en classe virtuelle selon différents médias : cela peut être par mail comme une photocopie transmise en cours. L’enseignant souhaite utiliser la classe virtuelle et la visioconférence où l’audioconférence pour assurer un fonctionnement au plus proche du présentiel.
Bien entendu face à l’afflux de connexion les plateformes institutionnelles dédiées à ce type d’usage ont rapidement atteint leur capacité et elles n’ont plus été accessibles. Les problèmes de connexions liés à leurs qualités et leurs robustesses ont rapidement montré les limites de cet exercice d’autant que la coordination entre professeurs pour les plages horaires de classe virtuelle n’était pas optimale. Des chevauchements de cours et des moyens de communications et la variété des plateformes utilisées ont abouti à une grande confusion. Les enseignants, parfois conseillés par les élèves, se sont tournés vers des plateformes privées plus robustes mais pas toujours en accord avec le règlement général de la protection des données (R.G.P.D.) Enfin des élèves éloignés de l’intérêt scolaire ou de la possibilité de partager et se connecter à l’heure indiquée au matériel familial n’ont pas pu rejoindre ce format de cours. Dans un deuxième temps une entrée en communication plus asynchrone par l’envoi de cours par mail ou par plateforme d’échange présent sur les environnements numérique de travail (E.N.T.) ou sur les espaces de stockage en ligne ont permis sur le modèle des classes inversées, de prendre connaissance du cours et poser des questions beaucoup plus précises et individualisées par rapport à ses difficultés par différents médias. Les mails (qui n’ont pas la faveur des collégiens et lycéens), les tchats et pour les plus éloignés du numérique par le retour du téléphone. De nombreux enseignants notamment pour les plus jeunes où dans les territoires en zones blanches, en l’absence de contact, ont utilisé les appels téléphoniques, avec un certain succès.

La qualité de « bricoleur »

4Face aux débordements, à l’intrusions d’élèves extérieurs au groupe classe voir à l’établissement, des salles d’attente où moyen de sécuriser la connexion du logiciel (les classes virtuelles du centre national d’éducation à distance (C.N.E.D.) n’ont pas été pensé pour ce genre de problématique puisque utilisé dans un usage privé et non collectif) Au fur et à mesure que la situation de confinement s’allongeait, un certain rythme et des principes de fonctionnement s’instituèrent pour pallier aux dysfonctionnement et gagner en robustesse et en fluidité de transmission des connaissances. Ou plutôt pour garder le contact.
Comme nous l’expose Michel Serres, l’exercice d’écriture du gaucher contrarié est contraignant, malaisé aboutissant dans un premier temps à une difficulté dans la fluidité, dans l’efficience un mal-être, en perte de repères et de sensations mais qui selon l’auteur devient, pour ceux qui persévèrent, une richesse qui permet de s’adapter à une variété de situations et de réfléchir avec une ouverture d’esprit au-delà les contraintes techniques qui ne font plus obstacles. Par la force des choses, le virtuel devient réalité tangible et ce quotidien permet de créer de nouveaux scénarios pédagogiques, de nouveaux cadres de pensée, de fonctionnement avec une interactivité et une créativité différente de « l’école d’avant ».
Il est à noter que cette adaptation fait redécouvrir les qualités créatives et de concepteur du métier d’enseignant, qui exercent au quotidien leur qualité de « bricoleur » (Plantard, 2014) pour pallier les manques de l’institution et les aléas de la vie propre à tous métiers liés à l’humain. Aucun plan de formation n’avait prévu de former à ce scénario « de crise » ni même de gestion de crise pour les encadrants. L’argument de ne pas pratiquer le numérique par manque de formation est sérieusement écorné si nous nous référons aux taux de connexions et à l’explosion de la production de documents numériques. Reste au-delà de la production à en apprécier la qualité et les effets sur les missions dédiées à l’école.
Par rebond, cette situation questionne la légitimité des formateurs « numérique » qui ne peuvent former à une situation qu’ils n’ont pas vécu.
L’envie de proposer des outils connus ou à la mode pour répondre à un besoin inconnu et non identifié pose question et peut expliquer l’inefficacité d’une formation hors sol par des formateurs en rupture avec le terrain dans un domaine où les évolutions technologiques et les usages des élèves n’acceptent pas la déconnexion. Les (non) résultats depuis le plan informatique de 1983 le démontre. La construction d’un cadre collectif (ce que doit garantir l’institution), qui permet une continuité entre les disciplines pour les élèves et une méthode de fonctionnement efficiente pour la mise en œuvre et le cadre de déploiement doit permettre de retrouver une liberté pédagogique loin des prescriptions des influenceurs, inadaptées à un contexte et fondamentalement liée à ses compétences professionnelles, son établissement et l’environnement social des élèves. L’appui de la recherche peut minimiser ces biais.

Tiers et reliance

5Reste la place du corps et la capacité à observer dans les matières manuelles (lycée professionnel) ou créatives. Plus spécifiquement en E.P.S, l’enseignement, du fait des risques sanitaires, doit faire appelle à la plus grande vigilance (mais de façon aveugle puisque nous ne pouvons pas voir les actions des élèves). De plus, le format d’interaction à distance est défavorable à la vision du corps et plus encore à la pratique physique en groupe, un des piliers de la dynamique du cours. Comment s’activer dans un espace partager familialement qui n’est pas prévu pour l’activité physique ? Comment s’activer seul sans motivation sociale, sans vision corporelle direct des partenaires ? Comment regarder à la fois l’écran plus ou moins grand et son espace de pratique tout en étant attentif à sa posture corporelle ?
Cette gageure démontre les manques technologiques, très certainement les lacunes dans la réflexion pédagogique face à cette situation nouvelle, non anticipée à cette échelle.
Ce fort taux d’abandon face aux cours en ligne est largement documenté par les études sur les MOOCs (Cisel, 2014). Cette notion de tiers nous amène à introduire la notion de lien et plus exactement de reliance (Morin, 2008). Il n’y a pas une frontière imperméable entre différentes notions, différentes facettes d’un individu, mais comme l’arlequin un patchwork de carré qui compose un habit certes bigarré mais cousu de tel façon à faire un costume qui devient une identité, un métissage dont il ne peut plus se défaire. Ce manteau symbolise les différentes connaissances et expériences présentent dans une éducation ou l’apprentissage consiste en un métissage (Serres, 1994).
La reliance ou la démonstration que tout est lié et interdépendant dans un contexte global et non expérimental illustre parfaitement la métaphore du prix Nobel de physique Murray Gell-Mann dans son livre le Quark et le Jaguar(Gell-Mann & Minot, 1995) : un papillon en Amérique du sud peut provoquer une catastrophe en Europe. Qui aurait pu imaginer que la consommation d’un pangolin en Chine aurait pu aboutir à l’arrêt de l’économie mondiale et un confinement de deux milliards d’individus ? Qui aurait pu imaginer qu’une pandémie et un confinement aurait fait plus pour la numérisation de la société et le télétravail que les milliards de publicités et de lobbying dépensés par de grands groupes informatique ? Des usages nouveaux se sont avérés vitaux comme les visioconférences par tablette pour garder un contact visuel entre les personnes âgées confinés dans des Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (epadh) et les chambres de confinement des services covid des hôpitaux.
Quel lycéen, misant tout sur le troisième trimestre et le bac « pour se rattraper », aurait pu imaginer (rêver) vouloir passer le bac et réviser plutôt que confier son destin à une commission d’harmonisation des notes du contrôle continu… ?

Incidence sur les élèves et la communauté éducative 

6Cette interdépendance a émergé très rapidement dans le quotidien de la communauté éducative. Au niveau local, l’auto-organisation étant de mise et la classe ouverte, des communications ont dû se faire entre les enseignants afin d’assurer une cohérence pour l’élèves. C’est tout d’abord la charge de travail.
C’est ensuite les horaires des classes virtuelles. Le fonctionnement par groupe et non plus par classe entière pour certains enseignants, notamment en langues vivantes, doit permettre une communication plus fine que ce que propose les outils institutionnels calés sur le groupe classe et très fastidieux à modifier.
C’est enfin la variété des outils et des formats utilisés qui ont augmenté la charge de travail et l’organisation allant jusqu’à décourager les élèves les plus jeunes et les moins méthodique face à cette variété de support et de format demandé, nécessitant une adaptation au logiciel du professeur sans formation antérieur plutôt qu’à une adaptation à la compétence réelle de l’élève.
Dès lors, cet environnement virtuel, cette dévolution de l’organisation a eu des incidences sur les relations entre les acteurs de la communauté éducative. Traditionnellement, le face à face pédagogique enseignant élève à lieu dans une salle de classe au sein d’un établissement, d’un lieu dédié à l’enseignement. Le cours se fait en classe, les devoirs à la maison, minoritairement certains font la classe inversée en donnant les cours avant à la maison. Pendant le confinement la chambre de l’enfant ou le salon/cuisine familial s’est transformé en salle de classe avec le frère ou sœur comme camarade de classe et les parents comme enseignant ou plutôt comme aide à l’enseignant toujours concepteur des contenus d’enseignements mais moins dans le rapport pédagogique.

Relation élèves – enseignants

7Plusieurs interactions en fonction des âges et des environnements ont pu être observé. Une absence d’interaction, voir une absence de la part d’enseignants et/ou d’élèves pour de multiples raison. En premier lieu il faut rappeler que la pandémie est une crise sanitaire qui si elle ne touche pas les élèves physiquement, peut toucher leur proche ainsi que les enseignants. La maladie, voire pire le décès, provoque de fait une absence que le ministère n’a pas documenté à ce jour.
La cause peut être matériel par l’absence de réseau, de plateforme de communication (notamment en primaire, peu d’E.N.T. présent institutionnellement) voir de matériel permettant une consultation et un travail optimal. Le ministère a répondu par un partenariat avec la poste pour distribuer les cours et les devoirs sur papier. La poste étant elle-même en service dégradé, il faudra s’interroger sur l’utilité de faire circuler un support pouvant être contaminé, en pandémie, pour assurer la continuité pédagogique au-delà des effets d’annonces.
Une interaction descendante, de l’enseignant vers l’élève dans un fonctionnement traditionnel et rassurant : l’enseignant donne le cours par écrit (par mail ou casier numérique des E.N.T.) ou lors d’une classe virtuelle à l’oral (en mode voix ou vidéo) selon la même structure que le cours qu’il aurait effectué en classe. Il y a juste transfert du support de transmission d’un mode présentiel à un mode distanciel mais toujours synchrone. Il peut y avoir des interactions puisque la plateforme du C.N.E.D. prônée par l’institution permet à l’élève de « lever la main » pour avoir la parole ; le micro est rendu audible par une manipulation de l’enseignant.
Une interaction montante des élèves vers l’enseignant : la plus visible a été le conseil pour le choix des outils numérique de communication. Les plateformes institutionnelles n’ayant pas supportés la charge d’utilisation lors des premiers jours, les élèves ont conseillé des outils plus résilients pour communiquer et assurer la continuité pédagogique, objectifs partagés par les enseignants mais aussi par les élèves notamment ceux devant passer un examen dans quelques semaines (la communication officielle ne laisser pas présager d’une annulation d’examen). Les lycéens et autres gamers ont rapidement proposé leurs outils de communication, discord, pour le partage d’informations par la voix ou le texte et de document, zoom pour les classes virtuelle et des groupes whatsapp pour communiquer rapidement par « groupe classe ». Dans l’urgence, ce partage d’information et de bonne pratique pour atteindre le même objectif a fédéré le groupe classe, voir la communauté éducative en parallèle ou à la place de discours institutionnel éloigné des contraintes du terrain.

Elèves – parents, élèves – élèves 

8Du fait de la promiscuité spatiale et temporelle, les parents sont devenus les premiers enseignants des élèves dans une relation de partage plus ou moins subie. Les situations sont nombreuses et disparates entre la présence de frère et sœur ayant également besoin d’un accès informatique, la situation des parents (en télétravail ou pas) et la présence d’un espace de travail à la maison dédié, voir personnel.
De façon plus ou moins tacite les enseignants ont également dû compter sur les parents comme tuteur de résilience de leur enfant pour rendre les devoirs ou se connecter aux différents rendez-vous virtuel, pédagogue pour répondre à une question ou verbaliser les difficultés face à un raisonnement. Bref pour faire écho à un néologisme à la mode la pandémie a créé pour l’éducation nationale la « famille apprenante », les parents se replongeant dans les équations mathématiques et autres règles grammaticales pour assurer la continuité pédagogique.
Cela a également montré l’intérêt d’un ordinateur avec un dispositif de saisie (clavier) et de visualisation (écran) confortable. Pour produire une dissertation ou lire un texte d’une dizaine de pages type A4, un smartphone ou une tablette (type ipad) sans clavier et avec un écran inférieur à 17 pouces ne suffisent pas à lire et produire des textes sur plusieurs heures. Cela interroge sur l’équipement acquis par les familles mais aussi par les collectivités dans le cadre des plans numérique précédents mais aussi des usages réels des élèves.
Sans matériel adapté, il n’est pas étonnant de ne pas utiliser de mails ou de ne pas produire des textes de plus d’une dizaine de lignes. Certes, ce propos est à nuancer d’une part parce que l’institution demande très peu ce genre de travail, ce qui ne permet pas d’en découvrir les bienfaits et d’autres part il faut souligner le progrès de l’intelligence artificielle sur la fonction dictée des traitements de texte et autre interface de contrôle qui permet de piloter son équipement voir de dicter son texte avec une rapidité et un taux d’erreur intéressant.

Enseignants – hiérarchies

9La situation des enseignants avec la hiérarchie a également été très variable en fonction des établissements et des académies variant selon les mêmes classifications que vue précédemment : de l’absence de communications aux injonctions contradictoires, du laisser-faire à l’injonction de faire pour faire au mépris des conditions de faisabilités locales.
Plutôt que d’attendre le fonctionnement des outils officiels compatible R.G.P.D., les enseignants voir l’administration, pour combler le vide, se sont rapidement tourner vers des outils commerciaux (profitant de la gratuité de la majorité des plateformes pendant la période de confinement) au grand dam des délégués académique au numérique (D.A.N.) et autre délégué à la protection des données (D.P.D.) puisque ces outils collectent les données pour un usage commercial et sont soumis aux droits américains pour la plupart.
Seules les injonctions contradictoires et les informations apprises sur les chaines d’informations en continues plutôt que par les outils d’informations professionnelles et hiérarchiques ont exaspéré l’ensemble de la profession, sans discrimination de territoires.

Comment enseigner en E.P.S sans corps ?

10Ce problème fondamental pour nous enseignant d’ E.P.S, montre que le corps support des émotions et de la sémiotique est fondamental pour une transmission incarnée. Car au-delà de transmettre des savoirs, la classe transmet un corps social, indispensable en tant qu’animal social. Il a également été problématique pour les enseignants de l’ensemble des disciplines.
Beaucoup de civilisation et de société actuellement peuvent transmettre sans école. Aucune ne transmet sans relation directe en présentiel. C’est le cas du compagnonnage dont le projet pédagogique est la transmission de geste et de valeur par l’exemple et le partage en présentiel, quel que soit les moyens technologiques pouvant être utilisé. C’est également le fondement du programme européen Erasmus qui hybride correspondance et communication à distance et partage in situ en présentiel, pour vivre et expérimenter la culture du pays, du correspondant, pour apprendre à vivre (Morin, 2014).
Une des réponses du ministère est le dispositif 2S2C (Sport - Santé - Culture – Civisme selon le bulletin officiel n° 19 du 7 mai 2020) comme solution de tiers temps et tiers lieu dans le cadre des quatre temps et trois lieux d’accueils de dé confinement (en classe, en étude, à la maison et au sein de la commune) visant à augmenter le nombre d’élèves pris en charge dans le respect du protocole sanitaire.
Ce dispositif interroge sur la place des enseignants d’E.P.S. mais aussi d’arts plastiques et d’éducation musicale de la place et du lien entre le cours obligatoire et ce dispositif, pour l’ensemble des élèves du territoire.

Capteurs comme métrique de gouvernance de l’activité des élèves ?

11L’E.P.S se retrouve dans cette situation inédite entre le corps biologique, performant dont on peut mesurer son activité dans les pratiques sportive selon un règlement et l’éducation physique ou nous voyons un corps vivant avec ses spécificités dans un environnement plus ou moins complexe que l’enseignant autant que faire se peut construit ou baliser pour faire émerger en tant qu’éducateur des apprentissages propices à faire adapter chaque apprenant à la situation proposée, ici apparait le corps vécu, notion emprunté à l’émersiologie (Andrieu, 2018) qui prône la recherche d’explication de l’activité du sujet par une recherche de conscientisation de son action corporelle.
Aussi le manque de capteurs comme métrique de gouvernance de l’activité des élèves ne nous permet pas d’accéder à une performance objective mais la plupart du temps uniquement déclarative de l’élève. L’élève est également en droit d’attendre des repères pour évaluer son action et les indicateurs de progressions à focaliser son attention. Cela peut être un axe de recherche.
Tout comme pour le cours d’éducation physique à distance qui ne peut se concevoir matériellement par un partage d’information sur le ressenti des élèves et de leur contexte d’apprentissage, il apparait que ce mode de fonctionnement bottom up qui tient de la complexité et de la variété des situations de pratique (que l’institution tend à gommer par un lieu identique pour la pratique de tous les élèves) est valable pour la gouvernance des supérieurs hiérarchiques de l’éducation nationale. Cela est valable en France mais dans les autres pays si l’on s’en réfère au colloque en ligne Ludoviales 2020 réalisé en plein confinement par des enseignants français, suisses, belges, canadiens.

Conclusion 

12L’hybridation semble une méthode robuste déjà présente sur le terrain par des pédagogues bricoleurs (qui utilisent les instruments de leurs temps pour gagner en efficiences dans l’apprentissage de tous les élèves). Cet épisode doit permettre une institutionnalisation des outils, à harmoniser au sein de la communauté éducative, au niveau local et national mais aussi à apprendre leurs usages par les élèves pour une mise en œuvre aussi « naturelle » que la composition sur une feuille de papier.
Plus particulièrement en E.P.S. et les matières utilisant le corps, notamment en lycée professionnel et dans les disciplines artistiques, la formation hybride est à concevoir comme un continuum curriculaire dont l’autonomie sur les outils et les actions doivent permettre par les vidéos ou les capteurs d’avoir un retour sur son activité et une mise en œuvre du corps pour travailler plus précisément sur des points permettant une meilleure connaissance de soi et culturelle de la discipline.
Reste le contact social et le brassage sociologique qui ne peuvent être présent dans un environnement clôt. Ce confinement relativement court dans le temps à l’échelle d’une scolarité, d’une vie, doit permettre de faire prendre conscience à l’élève de l’instabilité d’un environnement, d’une école qui se veut la plus protectrice mais qui ne doit pas faire oublier la capacité d’adaptation d’un individu, qui à tout âge et malgré son inclusion dans une « nation apprenante » ne doit pas oublier qu’il doit garder un esprit ouvert pour apprendre (Paillard, 1991).
Le temps long de l’éducation nous dira si ce confinement a été positif pour le corps des élèves.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu, B. (2018). La langue du corps vivant, Emersiologie, Paris : Vrin

Blanquer, J.M. (2020). Déclaration du ministre de l’éducation nationale Jean Michel Blanquer à France info le 12/03/2020 au matin. Le soir même, le président de la République française ordonné la fermeture de toutes les écoles françaises à partir du lundi 15 mars 2020.

Cisel, M. (2014). MOOC  : les conditions de la réussite. 8.

Gell-Mann, M., & Minot, G. (1995). Le Quark et le jaguar  : Voyage au coeur du simple et du complexe. Paris : A. Michel.

Lipovetsky, G., & Charles, S. (2004). Les temps hypermodernes. Bernard Grasset.

Morin, E. (2008). La méthode.t6 Ethique p2215-2426, Paris : Éd. du Seuil.

Morin, E. (2014). Enseigner à vivre  : Manifeste pour changer l’éducation. Actes sud/Play bac.

Paillard, J. (Éd.). (1991). Brain and space. Oxford University Press.

Plantard, P. (2014). Anthropologie des usages du numérique. Note de synthèse HDR.

Serres, M. (1994). Le tiers-instruit. paris : Gallimard.

Serres, M. (2015). Le gaucher boîteux. Paris : Éditions Le Pommier.

Baromètre du numérique 2019 : https://labo.societenumerique.gouv.fr/2019/11/28/barometre-du-numerique-2019-principaux-resultats/

Repères et références statistiques 2020 : https://www.education.gouv.fr/reperes-et-references-statistiques-2020-1316
Ludoviales, 27-30 avril 2020 : https://ludoviales.com/

Organisation mondiale de la santé :
https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/q-a-coronaviruses

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Guironnet, « Du réel au virtuel : une éducation par le 3e corps », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10291

Haut de page

Auteur

Gaëtan Guironnet

Doctorant Institut des sciences du Sport Santé de Paris (I3SP Paris Descartes) – Ecole doctorale du Centre de Recherche Interdisciplinaire (E.D. 474 C.R.I.)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals