Navigation – Plan du site
Une nouvelle conscience

Le coronavirus dans la cité : quand l’assurance fait place à la peur panique

CORONAVIRUS IN THE CITY: WHEN INSURANCE MADE UP FOR PANIC FEAR
Bosson Bra Djeredou

Résumés

Cette étude est une analyse lexico-sémantique et pragmatique des discours du Président de la république Française et du Directeur Général de l’OMS sur la pandémie de la covid- 19. L’étude montre que ces discours, qui révèlent la peur panique de ses locuteurs, en raison de la propagation spectaculaire et de la gravité de la maladie, ont eu pour effet de produire le même sentiment chez les populations, avec des conséquences de tous ordres. Dans sa première partie, l’étude définit la notion de peur panique, en indiquant que ce sentiment survient chez l’homme face à un grand danger. La deuxième partie analyse la peur panique des locuteurs et des populations à travers les discours, et enfin la troisième partie relève les conséquences de ce sentiment sur les populations. En conclusion, l’étude note que, même si la peur panique a engendré des difficultés insoupçonnées, elle a néanmoins amené le monde entier à marquer un arrêt pour prendre conscience de la finitude de l’homme et de la limite des systèmes, et se recentrer sur l’essentiel. Ce travail marque son intérêt par le fait qu’un locuteur doit toujours prendre toute la mesure des effets de son discours et des conséquences qui peuvent en découler avant de le livrer.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Covid-19 est le sujet principal de tous les discours, depuis la fin du mois de décembre 2019. Selon les scientifiques, c’est une maladie « causée par le SARS-CoV-2, un virus appartenant à la famille des coronavirus. Très fréquents, ils peuvent aussi bien provoquer un simple rhume comme une grave infection respiratoire de type pneumonie, à l’origine d’épidémies mortelles comme celles du Sras, du Mers, et maintenant de la Covid-19 » (www.santemagazine.fr). ‎La covid-19, très contagieuse, se propage de façon spectaculaire. En effet, depuis les premiers cas signalés à Wuhan en Chine, en décembre 2019, le nombre de personnes affectées n’a cessé de croître dans presque tous les pays du monde. On est alors passé de l’épidémie à la pandémie.
A ce jour, l’on compte dans le monde, plus de cinq millions de cas confirmés, dont plus de deux millions de personnes guéries et près de trois cent cinquante mille décès, selon les données du « Center for Systems Science and Engineering (CSSE) » de l’université Johns Hopkins (https://coronavirus.politologue.com/​).
Face à la gravité de la maladie, à son très grand potentiel de contagiosité, et à sa propagation rapide, des décisions portant sur diverses mesures pour freiner la pandémie ont été annoncées par les responsables politiques et d’organisations internationales, à travers des discours dont la tonalité et le contenu ressemblent à de véritables déclarations de guerre. « Nous sommes en guerre », a-t-on entendu ici et là ; et des « plans de riposte vigoureux » ont été élaborés en conséquence.
La question est de savoir pourquoi ces responsables ont-ils utilisé un tel lexique dans les discours, pour dire ce que la pandémie représente pour le monde ?
L’analyse lexico-sémantique et pragmatique des discours a pour objectif de mettre en évidence l’état d’esprit des locuteurs, et de relever l’effet et les conséquences de leurs discours sur les populations. Notre hypothèse est qu’un tel discours ne peut que produire la peur panique avec des conséquences insoupçonnées. L’intérêt de l’étude est de montrer qu’il faut prendre la mesure de son discours avant de le livrer. Pour vérifier l’hypothèse, nous articulons l’étude en trois parties : l’approche définitionnelle et méthodologique, l’analyse des effets des discours et l’étude des conséquences de la peur panique.

Approche définitionnelle et méthodologique

La notion de peur

2Les études faites sur les émotions de l’homme montrent qu’il est inévitable à l’être humain d’éprouver le sentiment de peur à un moment de sa vie. C’est ce que Christophe André et Muzo (2002, p. 7) confirment en disant : « l’anxiété, pour le meilleur et pour le pire, fait partie de notre identité. Nous sommes vivants, intelligents, sensibles et vulnérables…donc nous sommes anxieux ». Le Nouveau Petit Robert (2007, p. 1880) la définit comme : « un phénomène psychologique à caractère affectif marqué, qui accompagne la prise de conscience d’un danger réel ou imaginé, d’une menace. Affolement, angoisse, panique…La peur, c’est quelque chose d’effroyable, une sensation atroce, comme une décomposition de l’âme, un spasme affreux de la pensée et du cœur, dont le souvenir seul donne des frissons d’angoisse ». La peur « fonctionne comme un signal d’alarme dont la fonction… est d’attirer notre attention sur un danger, pour nous permettre d’y faire face aux mieux » (Christophe André 2005, p. 14). « Nous pouvons tous ressentir de la peur, en présence d’un danger et devant la menace de sa survenue : la peur est une émotion dite « fondamentale » (ibid., p. 13). Éprouver de la peur, lorsqu’on a une appréhension d’un danger est donc normal. Elle se présente sous différents « visages », et engendre « de nombreuses émotions dérivées : anxiété, angoisse, frayeur, panique, etc. » (idem, p. 28). En somme, on peut retenir que la peur est un sentiment vif éprouvé par un individu en situation de danger. Elle se manifeste de différentes manières et a des conséquences diverses sur l’être et l’agir de l’homme. Si le sentiment de peur change de dénomination selon son ampleur et ses manifestations, que dire de la peur panique ?

La peur panique

3La panique est définie comme « une terreur extrême et soudaine, souvent collective, devant un danger réel ou seulement possible. » (Robert 2007, p. 1791). Elle est donc une peur qui trouble l’esprit. Dans le cadre de cette étude, nous retiendrons sa valeur collective. La peur panique décrite dans l’étude est ainsi ce vent de panique qui souffle sur le monde entier, quand l’épidémie de l’infection à covid-19 devient subitement une pandémie. La pandémie se présente ici comme le danger réel qui menace les vies humaines de toute la terre. Elle sème, dès lors, la peur panique dans tous les continents, et devient « l’ennemi » commun qu’il faut combattre. D’où les déclarations : « nous sommes en guerre ».
Comment l’analyse ressort-elle cette peur panique et montre-t-elle ses effets et ses conséquences sur les populations ?

Méthodologie

4L’étude s’inscrit dans le domaine d’une linguistique textuelle. Elle fait donc une analyse pragmatique et lexico-sémantique d’extraits de quelques discours de responsables politiques et d’organisations mondiales. En effet, l’analyse pragmatique, qui permet d’étudier les différents niveaux des discours, met en exergue les éléments discursifs qui produisent l’effet de peur panique sur les populations et relève les conséquences qui en découlent. Définie par Paveau et Sarfati (2003, p. 208) comme : « la science du contexte », elle prend en compte « le contexte circonstanciel », c’est-à dire « l’environnement physique immédiat des protagonistes… Le contexte situationnel…, le contexte interactionnel caractérisé par des formes du discours et des systèmes de signes qui l’accompagnent, le contexte épistémique ou présuppositionnel ». Et, comme la sémantique, elle s’occupe aussi du sens des mots, puisqu’elle « s’intéresse aux relations des signes avec leurs utilisateurs, à leur emploi et à leurs effets » (Charaudeau et Maingueneau 2002, p. 454). Avec cette méthode, on interprète l’énoncé en contexte. L’analyse lexico-sémantique, elle, prend en compte le sens des lexèmes employés dans les discours. En effet, dire : « nous sommes en guerre » est bien différent de « nous devons faire face à une épidémie ». Les lexèmes utilisés ne produisent pas les mêmes effets. Les méthodes suscitées permettront donc d’analyser les significations des mots en prenant en compte leurs valeurs et leurs effets discursifs.

La peur panique dans les discours : quel effet ?

5L’effet se définit comme « l’impression de « réalité » produite par nos sens au contact du sens, c’est-à-dire d’une sémiotique sous-jacente » (A.J. Greimas, J. Courtés, p. 116). En d’autres termes, l’effet, c’est la prise de conscience de l’existence d’une réalité. Dans notre étude, la réalité c’est la prévalence, la fulgurance et la gravité de la covid-19 qui sont présentées par les locuteurs comme un danger. La prise de conscience de cette réalité comme un danger par les populations produit sur elles l’effet de peur panique. Et, comme la peur fonctionne tel « un système d’alarme » (ibid), ces discours sont produits pour tirer sur ce système d’alarme. Aussi, ne faut-il pas ignorer que tout discours prononcé a une visée ; puisque « la production d’un discours apparaît comme une sélection continue des possibles, se frayant la voie à travers des réseaux de contraintes » (Greimas et Courtés, p. 106). Le locuteur a donc le choix de ses mots, selon son but et ses objectifs. En considérant cette réalité, on pourrait donc penser que les responsables politiques et d’organisations mondiales, bien avisés, ont choisi les mots et les expressions nécessaires au conditionnement psychologique des populations, afin qu’elles prennent toute la mesure de la gravité de la situation, et qu’elles acceptent les mesures édictées pour faire face à la pandémie. L’analyse de l’effet de peur panique convoque donc le sens des mots, des énoncés sur les sens des populations. Ainsi, c’est l’effet produit par les discours comme « une réalité saisissable » (ibid) que l’étude analyse. Elle porte sur le discours du 16 mars 2020 d’Emmanuel Macron, Président de la république Française et les discours des 25, 26 mars 2020, des 9 et 16 avril 2020 du docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’organisation mondiale de la santé (OMS).

Des discours de déclaration de guerre. Quel effet de peur panique ?

6L’évaluation de la prévalence, du potentiel de contagiosité et de la gravité de la covid-19 a amené des dirigeants à prononcer des discours guerriers pour attirer l’attention des populations sur le danger qui menace le monde entier. Ces discours ont engendré un sentiment de peur chez tous. D’abord le 16 mars 2020, Emmanuel Macron, Président de la République Française annonce : « Je vous le dis avec beaucoup de solennité…Nous sommes en guerre !». Une fois cette expression lâchée, elle rythme tout son discours, de façon anaphorique. Il emploie (8) fois cette expression dans le même discours. En répétant : « Nous sommes en guerre », Macron invite son peuple à prendre toute la mesure des événements. Il insiste : « l’ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse … », pour montrer que la guerre est réelle (l’ennemi est là), contre un ennemi mystérieux (invisible, insaisissable) et redoutable (qui progresse). En utilisant ces mots, Macron communique, volontairement ou involontairement, la peur panique aux populations. On pourrait même penser que c’est sa manière à lui de justifier toutes les mesures et décisions inédites qu’il énonce : « les regroupements extérieurs, les réunions familiales ou amicales ne seront plus permises… Je vous le dis avec beaucoup de solennité ce soir, écoutons les soignants, qui nous disent : si vous voulez nous aider, il faut rester chez vous et limiter les contacts etc. ». Dans cet extrait, les mesures de confinement et de distanciation sociale, qu’il faut observer, sont justifiées par l’argument imparable : la guerre ; car, en période de guerre, tout le monde est appelé à consentir des efforts exceptionnels. C’est pourquoi, chaque mesure édictée est presque précédée par une piqûre de rappel solennelle : « Nous sommes en guerre », comme pour mieux sensibiliser sur l’absolue nécessité de sa stricte application.
Il dit par ailleurs : « Mais croyez-moi, cet effort que je vous demande, je sais qu’il est inédit mais les circonstances nous y obligent…Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes : nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l’ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale ». Macron est très explicite. C’est une situation de guerre ; aucune décision ne peut être prise à la légère. Ainsi, par l’emploi du seul lexème « guerre », il conditionne psychologiquement les populations à observer le confinement. La période de guerre est par essence une période de confinement pour la population générale. Seuls les combattants sont dehors, au front, sur le théâtre des opérations. Et, ce qui fait le plus peur, il le dit : « l’ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse ». Ce descriptif ne peut que produire un effet de peur panique. La dichotomie entre « l’invisible, insaisissable » // « qui progresse » provoque la peur chez le récepteur du message. La juxtaposition des qualificatifs montre l’ampleur du danger et amène ceux qui écoutent le message à prendre toute la mesure et à considérer l’enjeu du problème. Le virus est par ailleurs personnifié. Il a des aptitudes et des attitudes d’un être humain qui serait pernicieux : « Mais l’ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse ». Tout le lexique qui décrit la pandémie révèle et produit la peur panique.
Dans le même style, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus élabore son discours du 26 mars 2020 sur la covid-19. Il dit ceci : « Nous sommes en guerre contre un virus qui menace de nous déchirer, si nous nous laissons faire ». A travers ce discours, il n’y a nul doute, les auditeurs doivent prendre la pleine mesure du grand danger qui est là : la pandémie de la covid-19. Ainsi, le Directeur Général de l’OMS rejoint le Président de la République Française dans l’appréhension de la réalité du danger quand celui-ci déclare : « l’épidémie était peut-être pour certains une idée lointaine, elle est devenue une réalité immédiate, pressante » (ibid). On croyait « l’ennemi » lointain, il est là, présent. Devant ce danger qui est réel, un seul sentiment : la peur. Et, pour montrer l’ampleur du danger contre lequel il faut lutter, et comment mener cette lutte, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus précise : « Nous traversons une crise mondiale à laquelle il faut opposer une riposte mondiale. […] La première, c’est de lutter, de mener un combat acharné, de jeter toutes vos forces dans la bataille. Luttez comme si vos vies en dépendaient, parce que c’est le cas ». La dernière phrase : « Luttez comme si vos vies en dépendaient, parce que c’est le cas » ne peut que provoquer la peur chez les populations. Et, c’est ce sentiment qui devrait les conduire à une prise de conscience du danger ; car « en 100 jours, la COVID-19 nous a montré les dégâts qu’elle ‎pouvait infliger dans des nations riches » (ibid). Les termes « dégâts », « infliger » révèlent la force de frappe de « l’ennemi ». C’est pourquoi, il invite tous à une action commune : « Cette pandémie va bien au-delà de la crise sanitaire. Elle appelle ‎une riposte de l’ensemble des autorités publiques et de ‎l’ensemble de la société ». Tout est dit pour mobiliser la population et « les combattants ». Le lexique et les expressions employés montrent bien qu’il est question de guerre au-delà de la crise sanitaire. En effet, l’économie des expressions qui reviennent dans les discours indique que les plus fréquents sont : la guerre, l’ennemi, le combat, la mobilisation, première ligne, lutter, combat acharné, riposte, la bataille, les stratégies, plan stratégique.
Face à une guerre, qu’ont-ils fait ? Élaborer des stratégies de guerre. C’est l’analyse qui suit.

Des discours de stratégies de guerre pour combattre une maladie : quel effet de peur panique ?

7Après avoir déclaré : « nous sommes en guerre », les décideurs du monde échangent constamment sur les stratégies à mettre en place pour combattre l’ennemi commun : le virus de la covid-19. Dans les discours, ils emploient tous le mot stratégie, pour parler des méthodes et moyens mis en place pour maîtriser la pandémie. Pour saisir l’intérêt de l’utilisation de ce lexème, « stratégie », nous allons d’abord donner sa définition.
Selon le Robert (2007), stratégie vient de stratège du grec stratégos : « Magistrat chargé de toutes les questions militaires ». La stratégie est donc « l’art de faire évoluer une armée sur un théâtre d’opérations jusqu’au moment où elle entre en contact avec l’ennemi » (ibid). Par ailleurs, comme définie par Bosson in Revue Sciences, Langage et Communication (2018, vol. 2, N° 2) : « La stratégie est l’orientation de tout type d’action par une entreprise afin d’atteindre un but. C’est l’art de combiner, de coordonner les actions pour atteindre des objectifs précis. L’élaboration d’une bonne stratégie consiste à déterminer des objectifs d’une entreprise, à trouver les moyens d’action, en apportant des réponses concrètes à des questions simples et primordiales : des réponses qui permettent de résoudre des problèmes quels qu’ils soient ». Dès lors, c’est l’objectif qui détermine la stratégie, par conséquent, quand un locuteur parle de stratégie, c’est qu’il vise un but. Quel but peut-on assigner aux différents discours qui convoquent plusieurs fois le mot stratégie pour décrire des méthodes de lutte contre une pandémie ? L’analyse des discours permet de révéler le dessein inavoué relatif à l’emploi abusif de ce lexème.
D’abord, sans employer le lexème stratégie, au regard des discours des 25 et 26 mars 2020 du Directeur général de l’OMS, tout porte à penser qu’il décrit une stratégie de guerre. En effet, il dit dans son discours du 25 mars 2020 : « Le nouveau plan mondial d’intervention humanitaire s’inspire de ces efforts et définit un plan d’action en six points pour se préparer et riposter face à cette situation d’urgence ». Le 26 mars 2020, lors du Sommet extraordinaire des dirigeants du G20 sur la COVID-19, il déclare : « Nous sommes en guerre contre un virus qui menace de nous déchirer, si nous nous laissons faire … il faut immédiatement constituer et élargir un vivier d’agents de santé qu’il faut former et déployer afin de détecter, tester, isoler et traiter chaque cas, dont il faut également chercher les contacts ». Le corpus lexématique : « plan mondial d’intervention, se préparer et riposter, former et déployer afin de détecter, tester, isoler » s’inscrit dans le champ sémantique du mot stratégie. On se rend compte que le locuteur met en place une stratégie de combat. Les expressions qu’il utilise montrent que le combat est réel et rude : « se préparer et riposter ». Il faut prendre donc au sérieux « l’ennemi ». Le récepteur d’un tel message ne peut que ressentir la peur. De plus, pour accentuer ce sentiment de peur chez les auditeurs (la population qui l’écoute à travers les médias), il présente les chiffres qui montrent comment le virus est une menace : « Il a fallu 67 jours pour franchir le cap des premiers 100 000 cas. Il a suffi de 11 jours de plus pour franchir le cap des 200 000, de 4 jours de plus pour arriver à 300 000, et enfin, de 2 jours de plus pour atteindre les 400 000 ». C’est bien clair : le danger est présent, il est réel, et il gagne du terrain « 100.000…, 200.000…, 300.000…,…400.000 cas », rapidement « Il a suffi de 11 jours..., de 4 jours…, …de 2 jours… ».
Le 9 avril 2020 lors ‎de la réunion d’information pour les missions sur la ‎COVID-19, le mot stratégie est lâché : « Nous avons lancé le ‎premier plan stratégique de préparation et de riposte, il y a deux ‎mois…. Nous publions aujourd’hui la mise à jour de notre stratégie ‎technique pour la prochaine phase de la riposte. Elle servira de fondement à notre deuxième plan stratégique de ‎préparation et de riposte ­[…] Notre connaissance du virus a beaucoup progressé depuis que ‎nous l’avons rencontré pour la première fois au début de cette ‎année. La nouvelle stratégie tient compte de ces leçons ‎chèrement acquises. ­[…] Elle s’articule autour de cinq objectifs stratégiques […] Ces objectifs stratégiques doivent s’appuyer sur des stratégies ‎nationales […]‎ De leur côté, les stratégies nationales devront trouver un appui à ‎l’échelon international. […]‎ Notre deuxième plan stratégique de préparation et de riposte ‎donnera une estimation des ressources nécessaires pour mettre ‎en œuvre les stratégies nationales et internationales au cours de ‎la prochaine phase de la riposte. […]‎ Je souhaite remercier tous les États Membres qui ont répondu à ‎notre premier plan stratégique de préparation et de riposte… ». Dans ce discours, le locuteur emploie onze (11) fois le mot « stratégie » et sa dérivation « stratégique ». Cet emploi répétitif est certainement destiné à rassurer que le monde s’organise pour faire face au danger. Par ailleurs, ce serait une forme d’insistance pour montrer aux populations la nécessité d’accepter toutes les mesures qui sont prises. C’est dans ce sens que Macron dit : « Nous sommes en guerre. Toute l’action du Gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l’épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir ».
Cependant, cette répétition pourrait éveiller autrement la conscience des populations et produire plutôt un effet de peur, de panique. En effet, ces propos, dans la réalité de leur démesure, sont susceptibles de provoquer la peur panique des populations.
En outre, cette panique s’accentue, quand dès l’entame de son discours sur la COVID- 19, le 16 avril 2020, le Directeur général de l’OMS ne donne les chiffres qu’en termes de cas confirmés et de décès sans faire allusion aux guéris : « Ce sont désormais près de deux millions de cas de COVID-19 qui ont été ‎signalés à l’OMS depuis le monde entier, et plus de 123 000 décès. ‎Soit plus de 40 000 décès supplémentaires depuis que je me suis adressé ‎à vous il y a une semaine. Cette hausse est alarmante et tragique ». Les qualificatifs alarmante et tragique révèlent la peur panique du locuteur lui-même, et constituent des éléments discursifs déclencheurs d’une peur panique généralisée. Le lexique de guerre : « plan stratégique, stratégie de préparation et de riposte, nouvelle stratégie actualisée, des capacités de ‎détecter, tester, isoler… » est convoqué pour montrer tout ce qui est mis en œuvre pour combattre l’épidémie, cet « ennemi » redoutable. « L’ennemi », le virus, est d’ailleurs personnifié : il « se déplace vers des pays et des communautés… » (ibid). La personnification du virus est faite à travers sa capacité de mobilité. Par ailleurs, l’intensification de la peur panique pourrait se justifier aussi par le fait que les locuteurs communiquent sur les conséquences des mesures prises : « Nous sommes préoccupés par les explosions de violence dus aux ‎mesures de distanciation physique qui sont relatées par les médias. ‎Nous sommes aussi alarmés par la tendance à la hausse des violences ‎domestiques liées aux mesures de confinement qui nous est signalée, ‎Tous les pays doivent s’en préoccuper » (ibid.). Ici, cette gradation : « Nous sommes préoccupés…Nous sommes aussi alarmés » marque certes l’état d’âme du locuteur, mais surtout elle provoque la peur chez les auditeurs.
En somme, au regard des discours analysés, on peut penser et dire que ces discours sont l’expression de la peur panique des locuteurs, et produisent ce même sentiment au sein des populations. De sorte que, les conséquences se sont manifestées dans des attitudes et des actes que les mêmes discours révèlent.

Les conséquences de la peur-panique relative à la Covid-19

8L’analyse des discours sur la pandémie de la covid-19 a révélé des effets de peur panique sur les populations. Quelles sont alors les conséquences de cette peur panique sur le plan humain qu’il est possible de noter dans les discours ?
Par conséquence, l’on entend « la suite qu’une action entraine » (Robert 2007). Elle se révèle à travers des comportements.
La peur panique des populations peut produire des conséquences tant négatives que positives.

Les conséquences négatives de la peur panique sur les populations

9La psychose, créée par les discours sur la pandémie de la covid-19, a conduit certaines personnes à distiller des informations sur la covid 19, qu’elles soient fausses ou vraies. Ce comportement est dénoncé dans le discours du 16 mars 2020 de Macron, sous la forme de mise en garde : « Et, évitez l’esprit de panique, de croire dans toutes les fausses rumeurs, les demi-experts ou les faux-sachants …J’ai vu, ces dernières heures, des phénomènes de panique en tout sens. Nous devons tous avoir l’esprit de responsabilité. Il ne faut pas que les fausses informations circulent à tout va ». Par ailleurs, la peur panique a entraîné l’isolement des pays. Les États ont fermé leurs frontières et des voyageurs se sont retrouvés piégés par la fermeture de ces frontières : « nous avons pris ce matin entre Européens une décision commune. Dès demain midi, les frontières à l’entrée de l’Union européenne et de l’espace Schengen seront fermées. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-européens et l’Union européenne seront suspendus pendant 30 jours… » ibid). Et l’ironie de la situation : la solidarité a changé de visage et de sens : « Une fois encore, j’en appelle à votre sens des responsabilités et de la solidarité...il faut rester chez vous et limiter les contacts…Mes chers compatriotes, je mesure l’impact de toutes ces décisions sur vos vies. Renoncer à voir ses proches, c’est un déchirement ; stopper ses activités quotidiennes, ses habitudes, c’est très difficile » (ibid). Quelle ironie ! La solidarité, c’est éviter les autres, c’est rester chez soi, sans contact physique avec ses proches. Cette situation d’isolement a accentué la peur de sorte que des personnes se sont retrouvées dans un déchirement interne lié à leur solitude pour certains et à leur état de lassitude, de tristesse, de deuil et de chagrin pour d’autres. Alors, la peur panique et le désespoir ont conduit beaucoup à des violences diverses voire au suicide : « Nous sommes préoccupés par les explosions de violence dues aux ‎mesures de distanciation physique qui sont relatées par les médias. Nous sommes aussi alarmés par la tendance à la hausse des violences ‎domestiques liées aux mesures de confinement qui nous est signalée, ‎Tous les pays doivent s’en préoccuper » (Directeur général de l’OMS, le 16 avril 2020).
Sans être exhaustive, l’étude montre que sur le plan humain, les conséquences négatives sont énormes. La peur panique, provoquée par la covid-19, a conduit les autorités à prendre des mesures qui ont détruit des vies. Beaucoup de personnes ont perdu leur sérénité et leur lucidité. Dans tous les cas, la peur panique des populations comme celle des autorités a engendré des difficultés insoupçonnées. Néanmoins, dans les discours, nous notons quelques conséquences positives.

Les conséquences positives de la peur panique sur les populations

10Dès le début de la pandémie, en édictant les mesures de restriction, les politiques ont invité les populations à se centrer sur l’essentiel : « Lisez, retrouvez aussi ce sens de l’essentiel. […] La culture, l’éducation, le sens des choses est important » (Macron, ibid). Cet appel à l’essentiel est lui-même « essentiel ». En effet, alors que les valeurs de base se dégradent jour après jour, et que le peuple a le sentiment que les politiques ne sont plus à leur service, mais plutôt au service des multinationales et du profit, qu’un chef d’état demande, dans un discours, de retrouver le sens de « l’essentiel », est un signe d’espoir au changement. Un tel discours suggère certainement une prise de conscience de son auteur : la conscience des vraies valeurs humaines et sociales, que la peur panique permettrait donc de redécouvrir. La peur panique donne ainsi l’espoir de retrouver chez chaque être humain la pleine conscience qui « abolit les frontières inutiles… » (Christophe André, ibid). C’est le sens de l’appel du Directeur Général de l’OMS (26 mars 2020) : « Certes, nous ne parlons pas tous la même langue et nous ne croyons pas tous à la même chose, mais nous sommes tous constitués des mêmes éléments. Nous faisons tous partie de l’espèce humaine ». La peur a éveillé plus d’humanité, d’humanisme et la conscience de l’égalité de tous. Elle aurait permis ainsi à chacun d’éprouver son esprit de solidarité. C’était le souhait de l’appel de Macron : « J’appelle tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, associatifs, tous les Français à s’inscrire dans cette union nationale » ; […] Cela ne doit pas nous empêcher de garder le lien, d’appeler nos proches, de donner des nouvelles, d’organiser aussi les choses avec nos voisins, d’inventer de nouvelles solidarités entre générations, de rester, […], profondément solidaires et d’innover là aussi sur ce point » (ibid). Le Directeur Général de l’OMS note dans son discours du 9 avril que cet appel à la solidarité des populations trouve déjà échos par endroits : « D’autres récits nous viennent de quartiers pauvres, où des associations ‎communautaires installent des points de lavage des mains et de ‎distribution de savon, d’eau de Javel et de désinfectant pour les mains, et ‎combattent activement les fausses informations ». Toutes fois, il souhaite que la solidarité entre les individus et les communautés s’observe également entre les pays : « Aucun pays ne viendra à bout de cette crise tout seul. Nous sommes tous dans le même bateau, et ce n’est qu’ensemble que nous nous en sortirons » (Directeur Général de l’OMS, 26 mars 2020). « Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous parviendrons à maîtriser ‎cette pandémie‎ » (Directeur Général de l’OMS, 9 avril 2020). Ici, l’emploi de la négation positive restrictive « ne …que » montre bien qu’il n’est pas possible de vaincre cette pandémie, s’il n’y a pas l’union et la solidarité. Ce lexème « ensemble » revient dans tous les discours.
En somme, à l’analyse de ce qui est rapporté dans les discours, on serait tentée de dire que la peur panique liée à la covid 19 a amené les uns et les autres, autorités comme populations à revenir à l’essentiel qui met l’homme en priorité dans toutes les décisions. La peur a sûrement permis à chacun de prendre la mesure de la finitude de l’homme et de la limite des systèmes et à retrouver un temps, soit peu, les réflexes de la solidarité dans son sens humaniste voire en inventer de nouvelles.

Conclusion : quelles leçons pour une peur panique généralisée ?

11L’étude montre que les discours sur la covid-19, même s’ils semblaient être l’expression de la peur panique des locuteurs, ont produit le même effet de peur panique chez les populations. Ce qui a occasionné des conséquences aussi bien négatives que positives. Le politique doit donc prendre toute la mesure des effets que peut produire son discours avant de le livrer aux populations. Car, la peur a pollué les esprits et perturbé la stabilité intérieure et extérieure de l’homme. Elle s’est présentée comme l’occasion d’une remise en question de tous les systèmes : politique, sanitaire, éducationnelle, sociale, culturelle et cultuelle, organisationnelle etc. Et, comme le dit Macron : « […] Cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent ». Sur cette assertion, on pourrait donc conclure en observant que dans ce monde mouvementé et utilitaire, la peur panique liée à la codivid-19, qui a imposé une vie silencieuse à l’homme en conduisant le monde entier à marquer un arrêt, est l’occasion donnée à chacun d’entrer en lui-même, pour redécouvrir la réalité de sa vie, calme et apaisée, et voir dans son ordinaire, l’essentiel. La peur panique permettra alors à chacun nous de regarder, dans sa vie, l’invisible : ce qui ne fait pas de bruit, mais qui a de l’intérêt et de l’importance.
Dès lors, peut-on espérer que la pandémie de la covid-19 amènera-t-elle les politiques, les chefs d’État et de gouvernement, les décideurs de ce monde à repenser un monde meilleur pour tous ? Peut-on espérer que la prise de conscience de ce qui arrive réellement à l’homme et de sa véritable condition permettra-t-elle à tous de faire que « le bien en faveur du bien commun », comme le souhaite le Pape ?

Haut de page

Bibliographie

Benoît de Cornulier (1985). Effets de sens, les Éditions de Minuit, Paris, 212p.

Charaudeau Patrick (2010). Grammaire du sens et de l’expression. Paris, Hachette, 927p.

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique (2002). Dictionnaire d’analyse du discours. Paris, Éditions du seuil, 661p.

Christophe André, Muzo (2002). Je dépasse mes peurs et mes angoisses, Paris, éd. Seuil ? 263p.

Christophe André (2005). Psychologie de la peur, craintes, angoisses et phobies, Paris, éd. Odile Jacob, 368p.

Christophe André (2015). Je médite, jour après jour. Petit manuel pour vivre en pleine conscience, l’Iconoclaste, Paris

Courtés Joseph (1991). Analyse sémiotique du discours, de l’énoncé à l’énonciation. Hachette, 302p.

Dubois Jean et Al. Larousse (2012). Le Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage. Paris, Edition Larousse, 514 p.

Emmanuel Macron, Président de la République Française. Discours du 16 mars 2020.

Greimas Algirdas Julien, Courtés Joseph (1993). Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage. Hachette, 453 p.

Paveau Marie-Anne, Sarfati Georges-Élia (2003). Les grandes théories de la linguistique. De la grammaire comparée à la pragmatique, Paris, Armand Colin, 256 p.

Robert Paul (2007). Le Nouveau petit Robert, dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, édition millésime

Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé. Discours des 25, 26 mars et des 9, 16 avril 2020.

Bosson Bra épouse Djérédou (2018). Le N’zassa discursif : un outil stratégique de communication au service des circulations culturelles et du développement durable, in revue Sciences, Langage et Communication Vol 2, N° 2 (2018)

Pape François (2020). La vie après la pandémie, Libreria Editrice Vaticana 00120 Città del Vaticano, 122 pages

https://www.santemagazine.fr/ Consulté le 22/04/2020 à 10H30

Coronavirus : statistiques et évolution de l’épidémie de coronavirus/Covid 19 dans le monde et par pays. https://coronavirus.politologue.com/. Consulté le 26 mai 2020

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bosson Bra Djeredou, « Le coronavirus dans la cité : quand l’assurance fait place à la peur panique », Recherches & éducations [En ligne], HS | Juillet 2020, mis en ligne le , consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10493

Haut de page

Auteur

Bosson Bra Djeredou

Docteur en Grammaire et Linguistique du français
Université Félix Houphouët Boigny, Abidjan - Côte d’Ivoire
Tél : 225-45-92-73-03 E-mail : jacksonbrakis@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals