Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22Introduction

Texte intégral

  • 1 Il faut ici mentionner la participation de Jacqueline Descarpentries et d’Alix Garnier à cette orga (...)
  • 2 Citons par exemple Rapport : Les dimensions cachées de la pauvreté, Recherche participative interna (...)
  • 3 Nous renvoyons le lecteur au Rapport sur la pauvreté en France, édition 2020-2021, sous la directio (...)
  • 4 Sur les questions liées à la pandémie et aux expériences de confinement liées à la COVID, nous renv (...)
  • 5 Cet article se présente comme une synthèse de plusieurs textes que nous avons consacrés à l’histoir (...)

1Ce dossier se présente comme le prolongement d’une journée d’études initialement organisée par la Société Binet-Simon en novembre 2019. Il s’agissait alors d’associer cette manifestation à la publication des deux tomes de l’ouvrage intitulé À côté de Freinet (Go et Riondet, 2020). Cette publication est le fruit d’un travail à quatre mains sur l’histoire de l’École Freinet à Vence, dont les explorations archivistiques sont à relier aux synergies de recherche et de formation liées à la pédagogie de cette école déployées depuis plusieurs années. Peu de collègues le savent, mais les liens entre la Société Binet-Simon et les Freinet (Élise et Célestin Freinet) datent de plusieurs décennies. Plusieurs numéros de la revue ont abordé les Techniques Freinet et le Mouvement Freinet. Georges Piaton, ancien secrétaire général de la Société Binet-Simon consacra sa thèse puis un ouvrage à la pensée pédagogique de Freinet (1974), dont la préface fut signée par Élise Freinet. On se souviendra d’un numéro intitulé « L’avenir du Mouvement Freinet », publié en 1976 à l’occasion du 10ème anniversaire de la disparition de Célestin Freinet, dans lequel deux acteurs importants de l’École Freinet de cette époque s’étaient exprimées : Élise Freinet et Charles Rauscher. Guy Avanzini, grande figure de la Société Binet-Simon et des sciences de l’éducation, est toujours resté lui-même en contact avec Madeleine Freinet depuis les années 1990 lorsque l’École Freinet fut rachetée par l’État et que la fille des Freinet cherchait à obtenir la présence d’un universitaire dans son conseil d’école. Pourquoi consacrer cette journée d’études de la Société Binet-Simon, en lien avec l’œuvre des Freinet, à la question de la pauvreté scolaire ? C’est au professeur Bernard Andrieu que l’on doit cette idée. Un groupe issu du comité de rédaction1 a participé à la rédaction de l’appel à communication et à l’organisation concrète de la journée d’études.
Qui plus que Binet et les Freinet ont été confrontés à la pauvreté scolaire, que ce soit la pauvreté devant l’école, la pauvreté à l’école ou la pauvreté par l’école ? Dans l’histoire de la Société Binet-Simon (Binet, 1910 ; Katz, 2015 ; Kohler, 1988 ; Schick, 2015 ; Wiesinger, 1974), la question de la pauvreté scolaire a toujours été centrale ; Binet évoquait à cet égard la psychologie des cancres (Andrieu, 2013). Par cette terminologie, Binet désignait des enfants affaiblis physiquement, souvent esseulés, sinon marginalisés, et issus de milieux défavorisés. Dans l’histoire de la pédagogie, nombreux ont été les pédagogues qui furent au contact de ces populations et élaborèrent des réflexions et des dispositifs en lien avec ces enjeux et contextes éducatifs. À l’image de l’emblématique publication L’école du peuple, Élise et Célestin Freinet s’engagèrent sur ces questions durant l’Entre-deux-guerres, c’est d’ailleurs l’objet d’un texte dans ce dossier où nous rappelons ces mobilisations dans la trajectoire des Freinet et dans l’histoire de l’École Freinet (Go & Riondet). Par ailleurs, il faut reconnaître que la pauvreté scolaire reste malheureusement une question d’actualité. La manière dont Binet rendait compte de la pauvreté scolaire et les réflexions produites par les Freinet et leurs camarades sur les liens entre l’École et les inégalités ne sont donc pas obsolètes pour nous, contemporains, qui réfléchissons aux questions d’éducation dans une conjoncture toujours traversée par les inégalités sociales, l’échec scolaire, les sorties sans diplômes, les discriminations en tout genre, et différentes autres situations, telles qu’en témoignent les multiples rapports et enquêtes sur les inégalités sociales2. Dans les années 1970 le philosophe de l’éducation Georges Snyders rappelait que l’on ne pouvait plus penser la pédagogie sans prendre en compte Bourdieu/Passeron, Baudelot/Establet et Ivan Illich, ainsi que les publications abordant de manière critique la question scolaire et celles des inégalités. Indéniablement l’année 2020 est venue nous rappeler que la pauvreté scolaire n’était pas uniquement un objet historique, un élément d’un passé éloigné de « nous »3. Avec le contexte actuel de pandémie et les différents types de confinement qui ont été mis en place de façon autoritaire, qui n’a pas observé le cas de ces enfants confinés dans des conditions précaires et dont le peu de scolarisation se résumait dorénavant à quelques minutes sur un smartphone à partager entre plusieurs mains ? Qui n’a pas entendu parler de ces étudiants ne pouvant plus boucler leur fin de mois et sautant des repas dans leurs résidences universitaires en essayant de suivre des cours à distance ?4
Beaucoup de travaux ont porté sur la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale (Adolino-Bordiez, 2013 ; Berthoud et al., 1995 ; Bourguignon, 2015 ; Bruggeman, 2009 ; Cohen, 2010 ; Damon, 2010 ; Desquesnes, 2011 ; Fassin, 2012 ; Fusco, 2012 ; Gueslin, 2013 ; Katz, 2015 ; Kohler, 1988 ; Ogien, 2013 ; Paugram, 2013 ; Zay, 2005). La particularité du dossier en présence repose sur l’articulation et le dialogue entre plusieurs éléments en lien avec la question globale de la pauvreté : le développement de l’école et de la scolarisation, mais également de son dehors ; l’influence des conditions de vie (corps, alimentation) dans les phénomènes éducatifs et dans le processus de reproduction sociale, les rapports de forces à l’œuvre dans la société et les situations complexes que l’on peut retrouver dans le champ de l’éducation, et la possibilité de puiser dans l’histoire de la pédagogie des problématisations oubliées, ensevelis et parfois trop rapidement disqualifiées, mais susceptibles d’éclairer les incertitudes et les problèmes de notre actualité.
Dans le prolongement de la journée d’études, le projet de publication collective sur la pauvreté scolaire a mobilisé principalement deux communautés de chercheurs (18 contributeurs s’inscrivant en sciences de l’éducation et/ou en STAPS). Tous les textes de ce dossier ont été expertisés mais chaque contributeur-trice reste évidemment responsable de ces propos et ces choix d’analyse et d’écriture. Dans sa version finale, le dossier se compose de plusieurs parties.
Une première partie est consacrée à la pauvreté scolaire dans l’histoire de la pédagogie. La singularité des textes concernés est de mettre en exergue les dispositifs éducatifs et pédagogiques mobilisés par des acteurs et des réseaux pédagogiques en insistant sur la dimension sociale, et parfois politique, de certaines œuvres pédagogiques. Dans ces contextes pluriels, il est fondamental de relever que ces pratiques pédagogiques spécifiques reposaient sur des conceptions théoriques et des arrière-plans épistémologiques divers (parfois parfaitement opposés à certains raisonnements institutionnels), ainsi que sur des stratégies de mobilisation sociale. Cet aspect est d’autant plus important à souligner en ces temps où non seulement la tentation de l’applicationnisme guette (avec une approche descendante de certaines conceptions scientifiques de la connaissance des enfants en direction des praticiens) et où les pédagogies dites « alternatives » sont parfois associées à la volonté de quelques familles favorisées souhaitant rester dans un « entre-soi » en évitant la scolarisation publique. Outre le texte sur la machine Freinet (Go & Riondet)5, les lecteurs pourront découvrir (et re-découvrir) avec Bérengère Kolly l’engagement social de Maria Montessori et sa manière de penser ces questions de pauvreté scolaire. Marc Derycke, spécialiste de Joseph Jacotot, revient sur la pensée de ce pédagogue rendu célèbre par Le maître ignorant de Jacques Rancière. Cécile Lamy, quant à elle, s’intéresse à l’action éducative de Fernand Deligny, le contexte de celle-ci et cette manière très singulière de penser l’éducation dans le contexte éducatif social précaire après 1945. L’enjeu de cette partie est double : faire émerger des problématisations singulières au sujet des relations entre éducation, école et pauvreté, et observer comment l’action pédagogique a été envisagée dans certains contextes éducatifs complexes et précaires.
Une deuxième partie du dossier aborde la question de la pauvreté scolaire à partir du corps, des activités et pratiques physiques et de l’alimentation. La contribution de Caroline Bernal, Léna Lhuisset, Nicolas Fabre et Julien Bois rend compte des enjeux, des constats et propositions de leviers d’intervention possibles pour développer l’activité physique à l’école primaire pour les enfants de milieux défavorisés. Mathieu Ternoy, Williams Nuytens et Camille Amoura développent une réflexion sur la place de l’activité physique et la relation à la santé chez des personnes en situation de précarité. Enfin, Quentin Courcier, Florian Lebreton et Christophe Gibout mettent en évidence dans leur contribution la tension existant entre la « santéisation » des consommations alimentaires et des conduites corporelles et les usages sociaux des populations précarisées dans un contexte de gouvernementalité des corps. L’enjeu de cette partie consiste à mettre au cœur des processus de fabrique de la pauvreté les questions du corps et des activités physiques, à la fois en mettant en exergue les conditions de vie de certaines populations mais également comment certaines logiques liées à la santé peuvent également s’inscrire dans des formes complexes de gouvernementalité.
Une troisième partie regroupe sous l’intitulé « De la fabrique des cancres à l’inclusion éducative » des textes mettant en intrigue et en abîme l’enseignant-chercheur et le praticien dans ces processus et mécanismes sociaux, économiques et scolaires dans lequel se construit, se densifie et se reproduit la pauvreté scolaire. La pauvreté scolaire n’est pas un objet que l’on pourrait décrire et analyser comme s’il existait en soi, de manière réifiée, comme si nous n’en faisions pas l’expérience et que nous n’y étions pas impliqués. « Auto-analyse » bourdieusienne davantage qu’une égo-histoire ou une autobiographie, l’analyse de Bernard Andrieu montre comment ce chercheur reconnu a lui-même été confronté à ces questions à travers tout un maillage de dispositifs spécifiques donnant lieu parfois à des résistances. Le travail de Maxime Dauphin propose pour sa part une problématisation de l’accompagnement du Mineur Non Accompagné, un contexte institutionnel traversé par les questions de pauvreté scolaire, un contexte dans lequel il officie professionnellement et qui est en lien avec ses objets de recherches. Enfin, Sandra Chavaria revient sur une action de terrain dans un cadre associatif, au Franc-Moisin, en Seine-Saint-Denis, dont l’enjeu était l’intégration psychosociale de femmes migrantes par la pratique d’un « loto-santé ».
Ce dossier n’ambitionne évidemment pas de dévoiler l’ensemble des mécanismes de fabrique de la pauvreté par l’École par une approche théorique globale ou de faire découvrir la question de la pauvreté. Les praticiens et les gens ordinaires de la pédagogie n’ont pas attendu les chercheurs pour œuvrer à une amélioration de la situation des personnes concernées. Ce dossier constitue en réalité une modeste trace qui, faisant suite à une journée d’études, s’inscrit dorénavant dans une conjoncture dans laquelle il n’est plus possible de sous-estimer l’essaimage et la diversité des formes de pauvreté auxquelles nous, contemporains, allons faire face maintenant. En effet, cet ensemble de contributions paraît dans un contexte où les milieux éducatifs fonctionnent avec de nombreuses contraintes pendant qu’un nombre conséquent de lieux culturels, de pratiques physiques ou de soin du corps ne sont plus accessibles au grand nombre. À cet égard, la publication de ce dossier constitue à la fois un rappel à ne pas sous-estimer cette production et cette prolifération de la pauvreté et une invitation à penser collectivement comment peut s’incarner en actes, et au niveau des territoires, la responsabilité sociale de l’université (Annoot, 2020) sans que celle-ci ne se restreigne à la question de l’insertion économique, de la professionnalisation et de l’emploi. Formulons donc ici une dernière question : en quoi l’université française peut-elle être un acteur social et culturel (et pas uniquement un acteur économique) dans la conjoncture actuelle ?

Haut de page

Bibliographie

Adolino-Bordiez, Axelle (2013). Combattre les pauvretés, Vulnérabilités sociales et sanitaires de 1880 à nos jours. Paris : Editions CNRS.

Andrieu B., (2013). Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet. Recherches et Éducations, 8, 167-183.

Annoot, E. (2020). La responsabilité sociale des universités en France : un concept en émergence ? Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edso/812;DOI: https://doi.org/10.4000/edso.812

Berthoud, A., Lengaigne B., Mardellat P. (1995). Figures et énigmes de la pauvreté. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.

Binet, A. (1910). Les signes physiques de l’intelligence chez les enfants. L’Année Psychologique,16, 1-30.

Bourguignon, F. (2015). Pauvreté et développement dans un monde globalisé. Paris : Fayard. 

Bruggeman, D. (2009). Camions-écoles. Une école nomade. Le sociographe, 1/28, 81-92.

Cohen, D. (2010). Richesse du monde, pauvretés des nations. Paris : Flammarion

Damon J. (2010). Eliminer les pauvretés. Paris : PUF.

Desquesnes, G. (2011). Pauvreté des familles et maltraitance à enfants : un état des lieux de la recherche, une question non tranchée. Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 3/Vol. 44, 11-34.

Fassin, E. (2012). Démocratie précaire, chroniques de la déraison d’Etat. Paris : La Découverte.

Fusco, A. (2012). Les pauvretés : un concept multidimensionnel. Paris : L’Harmattan.

Gueslin, A. (2013). Une histoire de la grande pauvreté dans la France du XXe siècle. Paris : Fayard.

Go, H. L. (2007). Freinet à Vence. Rennes : PUR.

Go, H. L. et Riondet, X. (2020). À côté de Freinet (Tome I et Tome II). Nancy : PUN/EDULOR.

Katz M.B. (2015). The Undeserving Poor : America’s Enduring Confrontation with Poverty. Oxford University Press.

Kohler J. (1988). Une pauvreté de notre temps : l’échec scolaire. Autres temps, 17, 27-29.

Ogien, R. (2013). La guerre des pauvres commence à l’école. Paris : Grasset.

Paugam, S. (2013). Les formes élémentaires de la pauvreté. Paris : PUF.

Piaton, G. (1974). La pensée pédagogique de Célestin Freinet. Toulouse : Privat.

Riondet, X. (2016). Une expérience d’éducation régénératrice : l’École Freinet à Vence (1934-1939). Les Études Sociales, 163, 151-171.

Riondet, X. et Go, H. L. (2019). De l’absence ou non de contrainte dans l’École Freinet. L’Évolution Psychiatrique, vol. 84/2, 307-314.

Zay, D. (dir.). (2005) Prévenir l’exclusion scolaire et sociale des jeunes. Paris : PUF. 

Rapport : Les dimensions cachées de la pauvreté, Recherche participative internationale, ATD Quart Monde et Université d’Oxford, Mai 2019.

Schick T. (2015). Young Minds Wasted : Reducing Poverty by Enhancing Intelligent Behavior, Library of Congress.

Wiesinger Smith M. (1974). Alfred Binet’s remarkable questions : A cross-national and cross-temporal analysis of the cultural biases built into the Stanford-Binet Intelligence Scale and other Binet tests.  Genetic psychology monographs · April

Haut de page

Notes

1 Il faut ici mentionner la participation de Jacqueline Descarpentries et d’Alix Garnier à cette organisation, à l’animation de cette manifestation scientifique, et au préalable à la rédaction de l’appel à communication initial.

2 Citons par exemple Rapport : Les dimensions cachées de la pauvreté, Recherche participative internationale, ATD Quart Monde et Université d’Oxford, Mai 2019.

3 Nous renvoyons le lecteur au Rapport sur la pauvreté en France, édition 2020-2021, sous la direction d’Anne Brunner et Louis Maurin, Observatoire des inégalités, publié en novembre 2020.

4 Sur les questions liées à la pandémie et aux expériences de confinement liées à la COVID, nous renvoyons les lecteurs au dossier spécial consacré par la revue à ces questions, sous la direction de Jacqueline Descarpentries et de Bernard Andrieu : Quelle éducation avec la Covid-19 ? (2020).

5 Cet article se présente comme une synthèse de plusieurs textes que nous avons consacrés à l’histoire de l’École Freinet, à la philosophie et à la pédagogie d’Élise et Célestin Freinet. L’objectif de cette synthèse est de remettre au cœur des réflexions sur Freinet la question de l’éducation des enfants du prolétariat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Louis Go et Xavier Riondet, « Introduction », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10844 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.10844

Haut de page

Auteurs

Henri Louis Go

Université de Lorraine
Équipe Normes & Valeurs, LISEC UR 2310

Articles du même auteur

Xavier Riondet

Université de Lorraine
Équipe Normes & Valeurs, LISEC UR 2310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search