Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22Les oeuvres pédagogiques et la pa...La machine Freinet et l’éducation...

Les oeuvres pédagogiques et la pauvreté scolaire

La machine Freinet et l’éducation de l’enfance prolétarienne

Pauvreté, politique et éducation
Henri Louis Go et Xavier Riondet

Résumés

Des pans entiers d’histoire ont parfois été négligés par celles et ceux qui ont écrit sur la pédagogie d’Élise et Célestin Freinet. Notre contribution esquisse la genèse de l’École Freinet et de la pédagogie des Freinet tout en soulignant que l’actuelle “pédagogie Freinet“ est une pédagogie génétiquement modifiée, afin de mettre en lumière non seulement un autre Freinet, et mais surtout la machine Freinet, c’est-à-dire la machine pédagogique élaborée par Célestin Freinet et Élise Lagier-Bruno qui est à la fois une machine de pensée et une machine de guerre. L’éducation du prolétariat fut un marqueur essentiel des positionnements idéologiques des Freinet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est une synthèse de plusieurs articles et chapitres d’ouvrage que nous avons consacrés (...)

1D’innombrables publications ont abordé l’histoire du pédagogue Célestin Freinet et de ses camarades du Mouvement Freinet (Barré, 1997 ; Bruliard et Schlemminger 2000 ; Vergnioux, 2005 ; Acker, 2006 ; Peyronie, 2013 ; Ueberschlag, 2015 ; Saint-Fuscien, 2017). Différentes productions portent actuellement sur l’actualité de la “pédagogie Freinet“.Mais aussi, un certain nombre de termes extérieurs à cette pédagogie ont proliféré, notamment dans le vocabulaire de certains militants et pédagogues (Riondet, 2017) : ainsi peut-on entendre parler en “pédagogie Freinet” de compétences, d’apprenant, d’insertion, mais également de bien-être et d’épanouissement. On peut également observer que des pans entiers d’histoire ont été négligés par celles et ceux qui ont écrit sur cette pédagogie : l’histoire de Freinet a été décrite en prenant peu en compte Élise Lagier-Bruno (avec qui Freinet se maria) (Go, 2020 ; Riondet, 2018) et en ne s’intéressant ni à l’épisode naturiste des Freinet dans les années 1930 (Riondet, 2013, 2019) ni à l’unique école créée par Élise et Célestin Freinet (l’École Freinet, à Vence) et à ses spécificités pédagogiques (Go, 2006, 2007b, 2016 ; Riondet, 2016). Le travail en binôme que nous menons depuis une dizaine d’années (Go & Riondet, 2018, 2020 ; Riondet & Go, 2013, 2017, 2019) vise à relire cette histoire et saisir de quoi il est question lorsque l’on parle de “pédagogie Freinet”. Alors que la pauvreté reste un fléau de notre société, notre contribution souhaite rappeler comment les pédagogues Élise et Célestin Freinet pensaient ce problème ainsi que l’éducation des enfants issus du prolétariat1.

Remarques introductives

  • 2 Il faut entendre « machine de guerre » au sens deleuzien du terme.
  • 3 Nous reprenons à notre compte une formulation de Jacques Rancière (Go & Riondet, 2020).

2Ce qui nous a intéressé, et ce qui distingue notre apport, c’est de travailler sur la genèse de l’École Freinet et de la pédagogie des Freinet tout en étant attentifs au fait que l’actuelle “pédagogie Freinet” est une pédagogie génétiquement modifiée (Go & Riondet, 2020). Cette démarche intellectuelle a exigé de nous des choix théoriques et pratiques concrets. L’objet de notre travail a constitué à aborder l’à côté de la grande figure Célestin Freinet en travaillant sur l’expérience matérielle et concrète de l’École Freinet créée en 1934, afin de mettre en lumière non seulement un autre Freinet, et mais surtout la machine Freinet, c’est-à-dire la machine pédagogique élaborée par Célestin Freinet (1896-1966) et Élise Lagier-Bruno (1898-1983), qui est à la fois une machine de pensée et une machine de guerre2 (Go & Riondet, 2020). Pour cela, nos travaux ont donc respecté un principe de discontinuité en distinguant l’objet de l’histoire des sciences pédagogiques (ce qu’ont écrit et fait les Freinet, à l’heure où les sciences pédagogiques se développaient pendant l’Entre-deux-guerres) de l’objet actuel des sciences de l’éducation et de la formation (ce qu’on entend actuellement par « Freinet » et la manière dont on l’utilise dans le contexte actuel). D’une certaine façon, nous avons pris l’histoire de l’éducation à revers en nous concentrant sur les « vaincus de l’histoire », celles et ceux que l’Histoire pédagogique n’a pas retenu comme étant dignes d’être mentionnés. Faisant cela, nous avons cherché à prendre en compte l’apport des gens ordinaires de la pédagogie (Riondet, 2019) et comment ces derniers ont envisagé, à leur manière, de libérer la philosophie et le politique des livres d’histoire et de philosophie de l’éducation3. C’est à partir de ce chantier global que nous allons montrer, dans cet article, non pas comment les Freinet parlaient des enfants pauvres mais plus globalement comment ils abordaient cette question d’un point de vue à la fois philosophique, politique et pédagogique.
Il est nécessaire aujourd’hui d’examiner à nouveau frais cette question dans l’histoire des Freinet tant cet aspect a été caricaturé puis enseveli. Rappelons-nous les critiques formulées par les intellectuels de la revue La Nouvelle Critique. En ayant à l’esprit Freinet, Georges Snyders avait écrit : « les méthodes pédagogiques dites “nouvelles” ne peuvent pas avoir une fonction révolutionnaire » (Snyders, 1950, p. 82). Pour plusieurs figures du Parti Communiste Français de l’époque, comme Snyders ou Georges Cogniot, le problème fondamental était lié aux contenus. Pour Cogniot, c’est à la fois le problème de l’école publique, car l’État prescrit des contenus qui desservent les intérêts du peuple (Cogniot, 1951), et le problème de l’École Freinet qui n’envisagerait pas des contenus réagissant à cet état de fait. À l’issue de ces attaques, Cogniot pensait avoir réglé la question de l’École Freinet en la jetant dans les oubliettes de l’histoire aux côtés du socialisme utopique : « dans la cadre du régime capitaliste, l’école ne saurait être ni un céleste oasis à l’abri des influences de classe et de la lutte de classe, ni un îlot de socialisme bénignement toléré par la bourgeoisie régnante » (ibid., p. 112). Qu’en était-il vraiment ?

Genèse de la machine Freinet

  • 4 L'Imprimerie à l'École fut réédité à Vence en 1935 dans une version très enrichie et fort intéressa (...)

3Élise et Célestin Freinet ont créé une véritable « machine ». Parler de machine, c’est sous-entendre une collaboration dense et c’est également avoir à l’esprit le contexte de la rencontre, les débuts d’une incroyable association, les apports possibles des acteurs à cette machine et l’objectif assigné à cette machine. C’est en 1925 que se rencontrèrent Célestin Freinet et Élise Lagier-Bruno. De nombreux points communs reliaient leurs trajectoires : tous deux étaient instituteurs, engagés dans l’évolution de l’éducation scolaire ; ils partageaient des convictions révolutionnaires, et se distinguaient par leur caractère, des origines rurales et une appétence pour la lecture. Néanmoins, dans cette grande proximité, des aspects les différenciaient : Élise était déjà sensible aux questions de santé et d’insalubrité (Go & Riondet, 2020), sa vie était très centrée sur les questions artistiques (Go, 2016), là où Freinet avait déjà mis un pied dans le mouvement de l’Éducation Nouvelle et surtout avait acquis une certaine audience par son expérience syndicale (Go, 2018, 2020 ; Robert, 1997).
L’arrivée d’Élise auprès de Freinet fut alors concomitante de la mise en place de L’Imprimerie à l’École au printemps 1926. L’Imprimerie était à la fois une expérience pédagogique commencée en 1925, une circulaire adressée à neuf collègues en juillet 1926, un bulletin et une “coopérative d’entraide” créés en octobre 1926, un petit livre publié sous ce titre4, et au final un véritable mouvement pédagogique à partir de 1927 (Go & Riondet, 2020). Freinet et les imprimeurs laissèrent une empreinte durable dans le paysage de l’Éducation Nouvelle. Porteur d’un espoir de transformation du système d’enseignement public en France, alors que la plupart des expériences pédagogiques se trouvaient parfois isolées dans le secteur privé, Freinet souhaitait développer un mouvement de masse sur le modèle ouvrier syndical et prolétarien tirant profit de l’expérience du syndicalisme révolutionnaire et de l’Éducation Nouvelle (Riondet, 2020). Durant ces années, Freinet commençait à se faire un nom au niveau national puis international. Élise joua un rôle essentiel (Go et Riondet, 2020).
Dans l’histoire des Freinet, l’année « 1932 » est une année particulièrement importante. Au début des années 1930, Freinet, instituteur en poste à Saint-Paul-de-Vence, engagé politiquement et cherchant à systématiser des pratiques pédagogiques nouvelles à l’intérieur de l’école publique, jouissait d’une réelle notoriété. Alors qu’il apparaissait comme l’une des têtes d’affiche du congrès de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle tenu à Nice en 1932, éclata l’ « affaire Saint-Paul-de-Vence ». Sa pédagogie mais surtout ses engagements politiques furent l’objet d’une campagne de dénigrement locale et nationale. Cependant, Élise connaissait dans le même temps d’autres difficultés : atteinte de la tuberculose, qu’elle considérait comme une maladie professionnelle au vue de l’exposition des enseignants à cette maladie, elle dut renoncer à l’enseignement alors qu’elle avait dénoncé dès les années 1920 l’insalubrité de l’école républicaine (Go & Riondet, 2020). Les Freinet firent à leurs frais la douloureuse expérience de l’impossibilité de faire changer l’institution scolaire de l’intérieur pendant cette période d’entre-deux-guerres car les conditions idéologiques et matérielles n’étaient pas réunies pour mener à bien ce projet (Go & Riondet, 2018).
Les commentateurs de l’œuvre des Freinet n’ont pas suffisamment insisté sur les événements qui ont précédé l’ouverture de l’École Freinet à Vence. Isolés, déprimés et physiquement diminués, les Freinet se réfugièrent dans l’arrière-pays vençois et s’imprégnèrent de réseaux de sociabilité naturistes, dans lesquelles on retrouvait des anarchistes individualistes, des théosophes, des adeptes de médecine alternative (Riondet, 2016, 2019). Cette socialisation était en partie déterminée par la maladie d’Élise qui recevait des soins auprès d’un naturiste local, Vrocho, qui soignait plusieurs institutrices atteintes de la même pathologie. Pour les Freinet, la découverte de cet univers culturel fut décisive, car Élise fit l’expérience de la maladie et de la guérison grâce, selon elle, aux pratiques de soin et au mode de vie naturiste (alimentation spécifique, soins par l’eau et par le soleil, exercices physiques, etc.), mais également parce que d’autres pédagogues, comme le suisse Adolphe Ferrière, furent séduits et questionnés par le thérapeute naturiste et ses collègues (Riondet, 2016, 2019). Cet épisode permit aux Freinet d’aller plus loin dans leur problématisation de la société capitaliste et de son école, mais également dans les pratiques de résistances à ces mécanismes.
Dans l’édition du 7 juin 1933 de L’Écho de Paris, quotidien conservateur et patriotique, le journaliste Maurice Lefevre évoquait Freinet en parlant d’un « instituteur freudien » et d’un « maître d’école bolchevik ». Il écrivait : « Décidément, […] l’instituteur communiste de Saint-Paul-de-Vence, ne consentira jamais à se laisser oublier » (p. 2). Il ne croyait pas si bien dire. C’est dans ce contexte où l’extrême-Droite se durcissait et se développait que les Freinet lancèrent une nouvelle revue L’Éducateur prolétarien. Ce titre témoigne du marxisme des Freinet et de leurs liens avec les réseaux syndicalistes et communistes, et dès les premiers numéros, l’articulation entre éducation, politique et naturisme, était explicitement mise en avant. La conception marxiste qu’avaient Élise et Célestin Freinet de la société capitaliste et de l’appareil scolaire allait se compléter par une lecture naturiste critique des modes de vie de l’aliénation du quotidien. Cette problématisation donna lieu à la notion de naturisme matérialiste prolétarien (Riondet, 2013, 2019) qui constituait à la fois une grille de lecture sociétale, une problématisation des questions éducatives et une stratégie. Le naturisme prôné par les Freinet était matérialiste, car il se distinguait des développements idéalistes du naturisme appelant à revenir à un état primitif, en refusant de prendre tout ce que produisait le capitalisme et la science pour évident. Reprenant au naturisme politique la critique civilisationnelle des modes de vie, des conceptions médicales et des pratiques de consommation, les Freinet estimaient que le naturisme s’adressait d’abord au prolétariat, car si les malades étaient de tous milieux, la dégénérescence touchait bien plus durement le prolétariat.
Le problème auquel répondaient les Freinet était d’abord politique, et sa mise à jour pouvait contribuer à problématiser les enjeux concrets de l’éducation scolaire et de la pédagogie (Riondet & Go, 2017). Pour les Freinet, la situation de domination est acceptée par les exploités parce que leur mode de vie ne leur permet pas de s’en extraire, et même d’y penser. Freinet faisait le constat suivant : « Avec des élèves anormaux, retardés, malades, sous-alimentés, vivant dans des taudis sans air et sans soleil, notre action scolaire est nulle » (Freinet, C., 1934, pp. 25-26). L’école publique capitaliste restait dans la dénégation des conditions de vie des enfants du prolétariat. Avant que l’élève ne passe la porte de la classe d’une école vétuste, il est déjà aliéné. C’est incontestablement l’impensé de l’École républicaine mais également de l’Éducation Nouvelle et des pédagogues : c’est en améliorant les conditions de vie des enfants et en contribuant à leur tonus vital que l’action éducative pourrait gagner en efficacité, mais c’est ce qui permettrait également à la classe prolétarienne de lutter contre la classe dominante (Riondet, 2016 ; Go & Riondet, 2020).

Le naturisme prolétarien matérialiste : une aventure et un programme

4Les Freinet n’en restèrent pas à une problématisation ou à une théorisation, ils étaient à la recherche d’effets concrets. Tout d’abord, ils envisagèrent d’autres formes de vie et d’organisation sociale. L’ancien mouvement militant l’Imprimerie à l’école devint rapidement une coopérative d’entraide favorisant la circulation de produits alimentaires (comme le riz non décortiqué, le couscous, les bananes, etc.), délivrant des menus naturistes, rendant possible l’achat de matériel pour faire des produits spécifiques, posant la question du logement, et faisant la promotion des pratiques respiratoires et de méditation (Riondet, 2016). Les Freinet et leurs proches, s’inspiraient de ces « micro-sociétés naturistes », se composant d’un foyer et d’un dortoir, mais également d’un restaurant et d’une librairie, et « dans lesquels on mange, on boit, on lit, on s’instruit, on bouge, on soigne en tant que naturiste » (Riondet, 2016, p. 156). À partir de ces expériences sociales et culturelles, ce sont des formes de vie alternatives auxquelles pensaient les Freinet, des formes de vie articulées à d’autres types de rapport à la nature, d’autres rapports de production, et permettant de gagner en santé, en énergie, en lucidité.
Un autre aspect consista pour Freinet à assumer la fonction d’« éducateur d’avant-garde ». Celui-ci se devait de « montrer la voie » et de créer « au sein du capitalisme », « les organismes d’études et de répartition », futurs « embryons de la société nouvelle » (1935d, pp. 449-450). Les Freinet occupaient donc conjointement le terrain éducatif et social, car l’un ne va pas sans l’autre. Chez les Freinet, la critique de l’école en régime capitaliste se joint à une critique économique et politique de la société française et de la civilisation occidentale. Ils se souciaient de ceux qu’ils appelaient les enfants malades issus du prolétariat. Ce souci et cette formulation étaient explicitement liés à une problématisation politique : ces enfants n’étaient pas malades et par ailleurs issus du prolétariat : ils étaient malades en ce qu’ils étaient issus du prolétariat (Riondet & Go, 2019). En d’autres termes, les pathologies récurrentes observables chez certains enfants étaient socialement déterminées. Militer pour la régénération de l’enfance prolétarienne passait pour les Freinet par la sensibilisation des parents issus du prolétariat. Nous faisons ici référence à une série de discours aux parents au sujet de la pédagogie nouvelle prolétarienne publiés en 1935 (Freinet 1935a, 1935b, 1935c). Dans ces textes, les Freinet précisaient leurs griefs contre l’éducation familiale, l’école de classe, ils évoquaient également les voies possibles pour le progrès.
Plusieurs objectifs présidaient à cette campagne. Tout d’abord, un objectif idéologique : il fallait faire acquérir des notions marxistes et révolutionnaires aux parents prolétariens. Freinet expliquait alors ce qu’il en était de la lutte des classes, et en quoi l’école était justement « une école de classe » au service de la bourgeoisie. Ensuite, il y avait un objectif stratégique : il s’agissait de fédérer les forces ouvrières et paysannes dans la lutte des classes. Dans le contexte local, si l’ouvriérisation avait en général renforcé l’implantation du Parti Communiste dans le monde du travail, le département des Alpes-Maritimes ne se distinguait pas pour autant par une véritable classe ouvrière (Olivesi, 1996, p. 55). Le fait de relier bloc ouvrier et monde paysan était déjà un enjeu en soi, qui nécessitait un travail de terrain et un investissement idéologique. En juin 1934, Freinet était conscient des enjeux liés au contexte syndical et politique et du bénéfice potentiel de convaincre idéologiquement, pour unir différents groupes sociaux, éduquer les masses et les éveiller à l’action locale (Riondet, 2019). Enfin, il restait un objectif socio-éducatif à cette sensibilisation des parents : il était urgent d’améliorer les conditions de vie du prolétariat et les conditions d’éducation des enfants issus du prolétariat. Les mentalités devaient changer pour faire évoluer l’éducation familiale dans le prolétariat, mais il fallait songer à des milieux éducatifs particuliers. Pour les Freinet, le proléta­riat était conjointement la victime des conditions de vie qu’occasionnaient le régime capitaliste tout étant coupable d’avoir abdiqué. La stratégie de Freinet consistait à mobiliser les paysans et les ouvriers en les sensibilisant à une problématisation marxo-naturiste de la société capitaliste, mais il s’agissait de concevoir une résistance à ces mécanismes, par des réseaux d’entraide mais également par des milieux éducatifs spécifiques. Depuis le sixième congrès du Komintern en 1928 avait émergée la stratégie « classe contre classe » manifestant non seulement une méfiance à l’égard de la social-démocratie mais cherchant à organiser les intérêts de la classe prolétarienne contre les intérêts de la classe bourgeoise (Go & Riondet, 2020).
La conception matérielle d’une école de classe était donc au cœur des stratégies de résistance des Freinet. Cette école devait permettre aux enfants issus du prolétariat de se régénérer, d’intégrer d’autres formes de vie et de pratiques du quotidien, et d’acquérir lucidité, force, vitalité et culture pour déjouer la domination et l’exploitation de la bourgeoisie et de l’État (Riondet, 2016). Si Freinet revendiquait d’être un « disciple de Marx », l’asservissement du prolétaire à l’exploitation capitaliste était idéologique et physiologique. La grande leçon du naturisme était que si le mode de vie est la clef de voûte de l’exploitation, il en est une forme de résistance possible. Tout en se reconnaissant dans la critique des structures du marxisme, les Freinet avaient intégré le problème de la réforme de soi, dont l’enjeu concret est de libérer l’être humain de ses chaînes, de ses faux besoins, de ses habitudes aliénantes, qui condamnent sa volonté et détournent son énergie. Dans l’esprit des Freinet, cette libération ainsi que de nouvelles formes relationnelles, notamment coopératives, per­mettront de vivre, de reprendre du pouvoir sur soi, de résister dans la société et de faire émerger d’autres types d’organisation sociale.
Les enfants accueillis lors des premières années à l’École Freinet étaient peu nombreux et vivaient réellement sur place. Les conditions locales étaient évidemment précaires : les Freinet contournaient le problème des moyens par un mode de vie épuré de faux besoins, en cultivant ce dont la communauté locale avait besoin, en autoproduisant et en bénéficiant occasionnellement d’un système de parrainage par lequel des bienfaiteurs sympathisaient avec l’expérience en jeu (Go & Riondet, 2020). L’emploi du temps d’une journée dans cette école assurait l’imbrication et la superposition des différentes références (méthodes actives, pratiques corporelles, naturisme, vie communautaire, etc.) (Riondet, 2016 ; Go & Riondet, 2020). Il s’agissait, certes, de former à la coopération et de mettre en activité les élèves, mais cela consistait plus globalement à initier ces enfants du prolétariat à des techniques de vie. Pour « former des lutteurs » parmi les enfants du prolétariat, cela exigeait que ces derniers soient instruits, solidaires et organisés.

Conclusion

5Ce projet s’inscrivait dans une conjoncture politique. Dans les milieux communistes, l’heure était à la tactique de la lutte classe contre classe, et les enjeux de cette nouvelle école n’était pas seulement d’éduquer ou d’instruire les enfants du prolétariat. Pour que le prolétaire pût lutter, se révolter, encore fallait-il qu’il en ait la volonté et la lucidité ; or, le drame dans la domination capitaliste est que le prolétaire, lui-même, se complet et accepte la situation dans laquelle il se retrouve. La société de classe agit sur les corps, depuis la réalité physiologique.
L’éducation du prolétariat fut un marqueur essentiel des positionnements idéologiques des Freinet. En 1937, à l’occasion du Congrès de Cheltenham, Freinet rappelait à ses interlocuteurs de l’Éducation Nouvelle cette question des conditions de vie du prolétariat : « Ce qui vient d’être dit est pris dans l’idéal, bien éloigné de ce qui est possible dans un grand nombre de familles, aujourd’hui. Comment parler d’harmonie, d’orchestre familial, lorsque cinq ou six enfants, garçons et filles, vivent dans une seule chambre ? […] » (in Rawson, 1937, p. 86). Les Freinet ne cessèrent d’adopter un positionnement marxiste permanent au sein de l’Éducation Nouvelle, critiquant son idéalisme, les innovations de façade et la non-prise en compte des conditions matérielles de l’école et des enfants du prolétariat. Il faut également souligner comment les Freinet se sont toujours battus, pour ne pas oublier cet épisode. Ils l’ont fait parfois « contre eux-mêmes », lorsque Freinet chercha à développer autour de lui un mouvement pédagogique de masse avec la création de l’ICEM en 1947. En 1949 sortait le film de propagande, L’école buissonnière, avec un personnage évoquant Freinet mais bien loin du lutteur effectif qu’il fut. C’est la raison pour laquelle Élise Freinet, en 1949, avec l’ouvrage Naissance d’une pédagogie populaire, rappela « les faits » et contribua à ne pas oublier la nature réelle de l’expérience référence que devait constituer Vence dans le mouvement.
Dans nos recherches, nous n’avons pas jugé souhaitable de considérer que l’actualité constituait le point optimal de réalisation du “progrès”, c’est-à-dire de l’idée selon laquelle l’actuelle “pédagogie Freinet” aurait concrétisé la pensée originelle des Freinet ou que le système éducatif aurait incorporé les meilleurs apports de cette pédagogie. Il est fondamental à nos yeux de retrouver ces expériences alternatives ensevelies et d’interroger nos contemporains à l’aune de certains épisodes historiques, comme celui de la création de l’École Freinet.
Alors que la santé et l’alimentation sont souvent vues comme des aspects individuels liées à des choix d’ordre privé, ce détour par l’École Freinet nous rappelle que la prise en compte de la santé et de l’équilibre des publics issus de milieu populaire est une attention que l’école pour tous doit à ces populations tout en interrogeant plus largement nos modes de vie et notre manière d’habiter le monde dans cette course effrénée pour s’insérer d’un point de vue socio-économique.

Haut de page

Bibliographie

Acker, V. (2006). Célestin Freinet. L’histoire d’un jeune intellectuel. Paris : L’Harmattan.

Barré, M. (1997). Compagnon de Freinet. Vauchrétien : Ivan Davy.

Bruliard, Luc et Schlemminger, G. (2000). Le mouvement Freinet des origines aux années quatre-vingt. Paris : L’Harmattan.

Cogniot, G. (1951). Après la discussion sur l’ « Éducation moderne ». La Nouvelle Critique, 27, 110-123.

Freinet, C. (1934). Contre le fascisme à l’école. L’Éducateur Prolétarien, 2, 25-27.

Freinet, C. (1935a). Premier discours à des Parents sur la Pédagogie nouvelle prolétarienne. L’Éducateur Prolétarienne, 10, 217-222.

Freinet, C. (1935b). Deuxième discours à des parents sur l’éducation nouvelle prolétarienne. L’Éducateur Prolétarienne, 11, 241-247.

Freinet, C. (1935c). Dernier discours à des parents sur l’éducation nouvelle prolétarienne. L’Éducateur Prolétarienne, 12, 265-269.

Freinet, C. (1935d). Avez-vous lu : Principes d’Alimentation rationnel ? L’Éducateur Prolétarien, 19, 448-450.

Go, H. L. (2006). Vers une reconstruction de la forme scolaire : l’institution du paysage à l’école Freinet de Vence. Carrefours de l’éducation, 22(2), 83-93.

Go, H. L. (2007a). Construction du rapport social dans la classe : la réunion coopérative, une institution de régulation ?. Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, vol. 40(3), 97-113.

Go, H. L. (2007b). Freinet à Vence. Vers une reconstruction de la forme scolaire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Go, H. L. (2016). Élise Freinet, une pédagogue de l’art enfantin. Carrefours de l’éducation, 41(1), 223-240.

Go, H. L. (2018). Henri Louis Go, « Itinéraire de construction d’une pensée pédagogique : le jeune Célestin Freinet ». In X. Riondet, R. Hofstetter et H. L. Go, (dir.), Les acteurs de l’Éducation Nouvelle au XXe siècle, op.cit., 45-61.

Go, H.L. (2020). Célestin Freinet (1896-1966). Un pédagogue révolutionnaire en marge de l’Éducation nouvelle (52-62). In : R. Hofstetter, J. Droux, M. Christian (Éds), Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie. Neuchâtel : ALPHIL

Go, H. L. & Riondet, X. (2018). Reconstruire la forme scolaire d’éducation : l’alternative freinetienne. In J.-Y. Seguy, (dir.), Variations autour de la "forme scolaire" : Mélanges offerts à André D. Robert, pp. 65-80. Nancy : Presses Universitaires de Nancy / Editions Universitaires de Lorraine.

Go, H. L. & Riondet, X. (2020). A côté de Freinet. Tome I et Tome II. Nancy : Presses Universitaires de Nancy / Editions Universitaires de Lorraine.

Lefevre, M. (1933). L’anarchie universitaire. L’Echo de Paris, édition du 7 juin, 2.

Olivesi, D. (1996). Virgile Barel 1889-1979. De Riquier à la Crimée française. Nice : Serre.

Peyronie, H. (2013). Le mouvement Freinet : du fondateur charismatique à l’intellectuel collectif : Regards socio-historiques sur une alternative éducative et pédagogique. Caen : PUC.

Rawson, W. (1937). A la recherche de la liberté. Paris : Fustier.

Riondet, X. (2013). Élise Freinet : des pratiques naturistes aux pratiques de l’École Freinet. Recherches & Éducations, 8, 133-146.

Riondet, X. (2016). Une expérience d’éducation régénératrice : l’École Freinet à Vence (1934-1939). Les Études Sociales, 163, 151-171.

Riondet, X. (2017). Voir l’envers des politiques éducatives, l’idéologie néolibérale et l’assujettissement des alternatives. In E. Prairat, M. Fabre et H. L. Go, (dir.), Éthique et politiques éducatives, pp. 205-222. Nancy : Presses Universitaires de Nancy / Éditions Universitaires de Lorraine.

Riondet, X. (2018). Lire, voyager par la pensée, citer, se construire. Retour sur l’itinéraire intellectuel de la pédagogue Élise Lagier-Bruno (1898-1983). In X. Riondet, R. Hofstetter, H. L. Go, (dir.), Les acteurs de l’Éducation Nouvelle au XXe siècle, pp. 63-88. Grenoble, PUG.

Riondet, X. (2019). L’expérience Vrocho à Nice. Controverses et résistances du quotidien au coeur de l’évolution des normes. Rouen : Presses Universitaires de Rouen - Le Havre.

Riondet, X. & Go, H. L. (2013). Freinet et les phobies scolaires : une conception écologique des problèmes. La Nouvelle Revue de l’Adaptation et de la Scolarisation, 62, 23-33.

Riondet, X. & Go, H. L. (2017). Le corps chez les éducateurs marxo-naturistes pendant l’Entre-deux-guerres. Une écologie corporelle et une politique de l’ordinaire ? Corps, 15, 45-56.

Riondet, X. & Go, H. L. (2019). De l’absence ou non de contrainte dans l’École Freinet. L’Évolution Psychiatrique, vol. 84/2, 307-314.

Robert, A. D. (1997). Freinet et le syndicalisme enseignant. Les années École Émancipée. Penser l’éducation, 3, 99-108.

Saint-Fuscien, E. (2017). Célestin Freinet. Un pédagogue en guerres 1914-1945. Paris : Perrin.

Snyders, G. (1950). Où va la pédagogie « nouvelle » ? À propos de la méthode Freinet. La Nouvelle Critique, 15, 82-89.

Ueberschlag, J. (2015). Le groupe d’Éducation nouvelle d’Eure-et-Loir et l’essor du mouvement Freinet (1927-1947). Caen : PUC.

Vergnioux, A. (2005). Cinq études sur Célestin Freinet. Caen : PUC.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une synthèse de plusieurs articles et chapitres d’ouvrage que nous avons consacrés à l’histoire de l’École Freinet ainsi qu’à la philosophie et la pédagogie d’Élise et Célestin Freinet (Go & Riondet). Il s’agit d’un texte d’intervention dans un contexte où certaines expériences pédagogiques historiques sont régulièrement assujetties et déformées par des jeux de langage, ce qui empêche parfois les contemporains de tirer profit de l’extrême richesse de ces expériences.

2 Il faut entendre « machine de guerre » au sens deleuzien du terme.

3 Nous reprenons à notre compte une formulation de Jacques Rancière (Go & Riondet, 2020).

4 L'Imprimerie à l'École fut réédité à Vence en 1935 dans une version très enrichie et fort intéressante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Louis Go et Xavier Riondet, « La machine Freinet et l’éducation de l’enfance prolétarienne », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/10846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.10846

Haut de page

Auteurs

Henri Louis Go

Université de Lorraine
Équipe Normes & Valeurs, LISEC UR 2310

Articles du même auteur

Xavier Riondet

Université de Lorraine
Équipe Normes & Valeurs, LISEC UR 2310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search