Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22Les oeuvres pédagogiques et la pa...Lille, 1945 : Fernand Deligny, l’...

Les oeuvres pédagogiques et la pauvreté scolaire

Lille, 1945 : Fernand Deligny,
l’éducateur ouvrier contre la misère de classe

Cécile Lamy

Résumés

En 1945 ouvre le Centre d’Observation et de Triage de Lille. Fernand Deligny est nommé directeur de celui-ci. Il développera en son sein une pédagogie militante, fondée sur une critique de la société qui plonge et maintient les familles dans la misère, ayant pour objectif l’émancipation des couches sociales les plus pauvres. L’éducateur ouvrier, tout comme le milieu d’origine de l’enfant, occupent une place importante dans la pratique delignienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur une approche plus globale à partir de l’ensemble de l’œuvre de la Deligny, nous renvoyons le le (...)

1Le domaine de l’enfance délinquante est marqué, dans son histoire, par des changements aussi bien idéologiques que réglementaires. D’enfant coupable, le mineur devient progressivement victime (Bourquin, 2007). Il est donc question non plus uniquement de préserver la société du danger qu’il représente, mais également de protéger les jeunes délinquants, qui constituent, suite à la défaite de 1940 contre les troupes nazies, la main d’œuvre nécessaire à la reconstruction du pays.
Comme l’explique Jurmand (2006), la loi du 27 juillet 1942 concernant l’enfance délinquante ouvre la voie aux mesures éducatives sans pour autant renoncer à une certaine forme pénitentiaire. Les centres d’observation, bien que mis réellement en œuvre à partir de 1945, sont au cœur de cette loi. Les premières expérimentations s’inspirent du centre de Moll en Belgique. En France, à compter de 1927, certaines institutions s’essaient à l’observation, à l’image de l’expérience menée à Fresnes en 1930. L’année précédente, le triage est rendu possible par décret. En 1936, le Garde des Sceaux prévoit par une circulaire la mise en fonctionnement d’institutions d’accueil, d’observation et de triage sans que de réelles suites ne soient données. La loi de 1942 prévoit deux temps : le triage et l’observation, décrits dans les détails par Sanchez (1998). Concernant le premier, les mineurs passaient d’abord par un temps de deux jours au commissariat, au milieu des adultes avant d’être au dépôt puis orientés vers les centres sur décision du magistrat. Cette première phase sera supprimée par les Ordonnances de 1945. L’observation se déroulait ensuite dans des centres fermés, qui gardaient un aspect carcéral aussi bien dans leur aspect que dans leur fonctionnement marqué par des pratiques répressives, comme en attestent les cellules d’isolement, le silence imposé et la surveillance de chaque instant.
Toutefois, certains éducateurs s’opposent aux méthodes appliquées dans les Centres d’Observation et de Triage (COT), à l’image de Fernand Deligny. Né à Bergues, dans le Nord, en 1913, il commence sa carrière auprès des enfants sur un malentendu. Deligny œuvre par tentatives : il s’agit d’une position à tenir, aussi longtemps que possible, au sein d’une institution ou en dehors. Selon lui, “une tentative est espace d’initiative” (Deligny, 2007, p. 1122), dans lequel il va s’agir de créer de nouveaux lieux, en lien avec le milieu d’origine de l’enfant, pour lui permettre de se recréer. Instituteur spécialisé à l’aube de la guerre, il entame sa première tentative en tant qu’éducateur en 1940, à l’hôpital psychiatrique d’Armentières, dans lequel il reste trois ans. En janvier 1945, soit un mois avant l’ordonnance relative à l’enfance délinquante, il est nommé directeur du premier COT du Nord, à Lille, qu’il quitte en mars 1946. Cette expérience donnera naissance à la Grande Cordée en 1948, réseau éclaté de prise en charge, constitué autour de professionnels et d’auberges de jeunesse acceptant d’accueillir les jeunes, répartis selon leurs besoins après un entretien avec Deligny. Ce dernier changera progressivement de public lors de cette expérience pour passer de l’enfance délinquante et psychotique aux jeunes autistes mutiques. Son ultime tentative, commencée à la fin des années 1960 et menée dans les Cévennes auprès de ces derniers, durera jusqu’à sa mort en 1996 et reste à ce jour l’aspect le plus connu de son travail.
Durant la première partie de sa carrière, Fernand Deligny a pris en charge l’enfance inadaptée, délinquante, issue de la classe ouvrière. Il a dénoncé les abus des institutions, qu’elles soient psychiatriques ou judiciaires. Cette contribution se propose d’interroger les dispositifs deligniens visant l’émancipation et la libération des inadaptés, de leurs familles, dans un but de transformation sociale. Pour ce faire, nous allons nous concentrer sur la tentative menée au Centre d’Observation et de Triage de Lille.
Après avoir exposé les fondements de la misère et de la délinquance pour Deligny, qu’il détaille plus particulièrement dans les ouvrages Graine de crapule (1945) et Les Vagabonds efficaces (1947), nous nous proposons, à partir de l’étude de cette tentative du COT de Lille, de mettre en lumière un certain nombre d’éléments de la pratique delignienne, mais également de l’éthique proposée par cet éducateur à la marge1. Nous explorerons la question de la place prépondérante de l’éducateur ouvrier, concept majeur chez Deligny, de l’importance que revêt le milieu d’origine de l’enfant dans sa pédagogie. Nous présenterons enfin les vertus de fraternité et d’authenticité, au cœur de l’éthique delignienne. Ces éléments nous permettront de mieux envisager la transformation sociale visée par ce pédagogue militant.

Aux origines de la délinquance et de l’inadaptation

  • 2 Cette analyse avait été menée notamment par l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement dès (...)

2Dans un premier temps, il nous paraît pertinent de nous attarder sur le regard que porte Fernand Deligny sur la misère, mis en lumière notamment par Pierre-François Moreau (1978), Yves Jeanne (2006) et plus récemment Marlon Miguel (2019). Pour Deligny, la société est responsable de la misère et de la délinquance, elle est aux fondements de l’inadaptation, et même si le jeune a aussi sa part de responsabilité, cela ne doit jamais occulter celle de la société. La misère touche les parents, puis les enfants, impliquant des choix de la part des familles, y compris celui de faire de leurs enfants des délinquants pour survivre, sacrifiant leur enfance plutôt qu’eux-mêmes. Selon lui, la société est responsable de la délinquance car elle ferme les yeux sur la misère et délaisse les enfants dont les conditions de vie sont difficiles2.
Pour Deligny donc, la responsabilité doit certes être attribuée aux enfants, puis aux parents, mais il ne faut pas s’arrêter là : il faut remonter jusqu’à la société qui impose, par la misère, des manières d’être, de vivre. Il dépeint la misère du vieux Lille, des remparts et des égouts à ciel ouvert où se baignent les enfants. Il décrit les piles de détritus, mines d’or pour ceux dans le besoin, qui viennent se servir et se battre pour ce qu’ils trouvent. Les enfants dont il s’occupe sont issus de cette misère, qui n’entraîne pas automatiquement la solidarité. A ses yeux, la plus grande aide que l’on pourrait apporter aux délinquants serait de faire disparaître cette pauvreté car peu importe le travail éducatif effectué, si celle-ci persiste, ce sera peine perdue. Il écrit cet aphorisme, issu de Graine de Crapule, qui nous semble bien illustrer ce propos :

« Quand tu auras passé trente ans de ta vie à mettre au point de subtiles méthodes psycho-pédiatriques, médico-pédagogiques, psychanalo-pédotechniques, à la veille de la retraite, tu prendras une bonne charge de dynamite et tu iras discrètement faire sauter quelques pâtés de maison dans un quartier de taudis. Et en une seconde, tu auras fait plus de travail qu’en trente ans. » (Deligny, 2007, p. 143).

3Par conséquent, la lutte contre ces conditions de vie désastreuses doit être une priorité de l’éducateur qui souhaite lutter contre la délinquance. Un milieu sain et aisé sera plus propice à un développement de l’enfant qui n’en sera que plus adapté et inversement. Dès lors, aider les enfants signifie les sortir de la misère, même si celle-ci est leur zone de confort. Les enfants ont conscience de leurs conditions sociales et ne savent qu’en faire, à part s’en éloigner. Deligny estime qu’il faut toujours prendre en compte ces aspects sociaux lorsque l’on essaie de cerner les difficultés des enfants : s’ils volent, c’est pour subvenir à leurs besoins, et si ceux-ci sont remplis, ils ne voleront pas.
Ces actes commis en réponse à la pauvreté paraissent moins graves aux yeux de l’adulte. Il met ainsi en avant les causes sociales de l’inadaptation, face aux causes dites héréditaires. Comme le précise Miguel, Deligny refuse de naturaliser aussi bien la délinquance, l’inadaptation que le milieu. Il place la réflexion sur ces aspects dans un champ socio-politique et non médical. Il critique les maisons de rééducation, qui ne prennent pas en compte la situation initiale de l’enfant, les causes sociales, pour ne regarder que les conséquences. La délinquance est prise en charge uniquement pour s’occuper des actes car ils ne correspondent pas à ce qui est accepté moralement : il n’est question que de protéger la société de ces mineurs et du danger qu’ils représentent. Les institutions, dans leur objectif d’inclusion sociale des délinquants, exercent un nouveau type de violence consistant à inculquer à tout prix les normes des classes dominantes (Miguel, 2019). Il s’oppose également à la marée d’images qui afflue sur les enfants et les amène à imaginer, à croire qu’ils connaissent le monde. Ces petits bouts de rêve installent l’enfant dans une sorte d’inactivité selon lui, et entraînent une logique d’immédiateté. Les enfants veulent atteindre ces rêves, mais n’ont ni la patience ni les moyens : ils usent alors de la délinquance, ou les abandonnent à jamais.
Pour Deligny, l’éducation ne prend pas assez en compte ce monde, cette société multidimensionnelle dans sa lecture des causes de la délinquance. Il compare cette dernière à un dessin d’enfant : ce qu’elle nous révèle du monde devrait nous amener à le repenser, à le recréer, mais pour cela, il faudrait que la société accepte d’être transformée, que l’ordre des choses soit changé. Aux yeux de Deligny, la misère et la délinquance qu’elle entraîne sont porteuses d’espoir : les jeunes ont conscience du milieu social dans lequel ils vivent et sont prêts à le changer. Il croit ainsi que la révolution sociale viendra d’eux, il croit en l’émancipation du peuple.

Le COT de Lille : une tentative pédagogique et politique

4Comme le précise Moreau (1978), Deligny s’oppose, dans la tentative menée au COT de Lille, à une vision qui érigeait certaines classes sociales en modèles : les milieux aisés, qui constituent la classe sociale dominante. Il n’est pas question d’importer des valeurs et un mode de vie issus de la bourgeoisie, étrangers à ces adolescents, mais de leur permettre de s’insérer dans le leur. Cela ne peut passer que par une certaine confiance en l’éducateur, qui ne souhaite pas modeler l’autre et n’exerce pas de jugement sur son milieu. Autrement dit, il s’agit de ne pas soumettre la classe ouvrière mais de lui permettre d’évoluer, de se transformer, par une action populaire que l’on retrouve dans les tentatives.
Deligny propose, pour éduquer ces jeunes révoltés contre une société qui ne veut pas d’eux, de créer des lieux, de nouveaux milieux dans lesquels les jeunes pourront s’intégrer, de transformer l’environnement dans lequel les jeunes se trouvent. Non pas de les couper de celui-ci, mais bien de le faire évoluer, de le modifier par une action collective. L’éducation touche de ce fait tout le monde : enfants certes, mais parents, entourage et éducateurs également, qui ensemble pourront se réapproprier les rapports sociaux pour les changer. Yves Jeanne précise qu’il s’agit ici d’une logique révolutionnaire et militante, comme on peut la retrouver dans l’éducation populaire, porteuse d’un certain nombre de valeurs, émancipatrice.
Deligny chronique la vie au COT dans son ouvrage Les Vagabonds efficaces. Dans cette tentative, il va reprendre des éléments développés auparavant à l’institut médico-pédagogique d’Armentières. Il va s’entourer d’éducateurs ouvriers, issus du même milieu que les enfants et les adolescents accueillis, refusera l’usage de la menace ou d’une certaine forme de chantage affectif, issu des idéologies paternalistes et moralistes des œuvres. Il n’est pas question de couper les jeunes de leur milieu, de les enfermer à l’écart puis d’observer des comportements qui ne seront que des réactions à l’institution. Le cadre doit être au plus proche du milieu naturel de l’enfant, afin de l’observer tel qu’il est.
Ainsi, les lieux ne sont pas fermés à l’extérieur : les liens avec les familles sont maintenus. Les enfants s’y rendent le weekend, soit dans la leur ou dans une famille d’ouvriers qui accepte de les accueillir, et reçoivent également la visite de personnes extérieures le soir. L’expression est favorisée, que ce soit à l’oral ou par le biais de dessins ou d’écrits. Ces traces constituent autant d’éléments permettant d’entrevoir l’autre. Les jeunes payent leur pension grâce à l’argent gagné en travaillant au jardin, à l’atelier, en cuisine. Plutôt que de déduire la pension du salaire, celle-ci est remise en main propre, de manière à créer un coutumier, levier de réinsertion, car c’est bien de cela qu’il s’agit, plus que de rééducation comme le précise Moreau. Insérer les jeunes dans un tissu social, par les interactions, le travail, le réseau. Ce dernier permettra également la création d’un foyer, partie prenante de la prévention, au sein d’un quartier populaire de Lille.

L’éducateur ouvrier face à l’inadaptation

5La lecture des Vagabonds efficaces nous permet de mettre en lumière un certain nombre d’éléments de la pratique delignienne. Tout d’abord, ceux que Deligny nomme les éducateurs ouvriers occupent une place importante dans son travail, d’une part pour ce qu’ils apportent à l’enfant d’authenticité et de fraternité, mais également parce qu’il s’agit de leur permettre, à eux aussi, de se redéfinir.
À l’ouverture du COT, l’administration recrute un certain nombre d’éducateurs. Parmi ces derniers, formés et diplômés, le moniteur-chef se démarque. Il est ancien ouvrier, a suivi Deligny depuis Armentières et correspond à ses attentes : il est authentique et mène bon nombre d’activités avec l’entrain nécessaire. Refusant les éducateurs qui lui ont été envoyés, dont le but est de faire correspondre les enfants à une certaine morale bourgeoise et religieuse, Deligny a préféré faire appel à des ouvriers pour les remplacer. Leur envie est marquée par la spontanéité de leur venue au COT. Deligny s’est attardé sur leur expérience de la vie, leur authenticité, leur tolérance et leur connaissance du milieu. Cela, ajouté à leur envie de transformer la société, vaut plus aux yeux de Deligny qu’une validation par des institutions qui ne cherchent qu’à se maintenir.
L’un de leurs attributs, primordial pour Deligny, est leur attitude, faite d’authenticité et de transparence, opposée aux différents masques que pouvaient porter les autres. Il leur témoigne dans ses mots autant d’affection que d’admiration et s’insurge contre une société qui les confine à une place d’ouvrier et refuse de voir leur potentiel, qui ne sera, même s’il s’exprime, jamais reconnu à sa juste valeur du fait de leur origine sociale. Il utilise un extrait d’un ouvrage de Pierre Hamp, Il faut que vous naissiez de nouveau, dont le sujet est les ouvriers du chemin de fer, pour les décrire, plus particulièrement le moniteur d’atelier. Il met en avant sa compassion, que ceux issus du milieu bourgeois ne pourront jamais égaler du fait de leur éloignement des réalités du monde ouvrier, son dévouement, sa capacité à contourner les règles si besoin et la quantité de travail fourni.
Mais si Deligny choisit ce passage, c’est également car il y est fait mention des défauts que la société moralisatrice retiendra plus volonté que les qualités professionnelles. Il est question ici d’alcool, dont les causes de la consommation ne sont jamais questionnées, mais qui est un argument ayant plus de valeur que le travail accompli. Deligny favorise la connaissance acquise par l’expérience du terrain, et préfère des éducateurs peu instruits mais aguerris à des savants pour qui la pratique est inconnue, comme il l’explique dans Les Vagabonds efficaces. Il détaille alors ce qu’il attend de ces éducateurs ouvriers. Le métier est difficile si l’on souhaite toujours tout contrôler et tout surveiller, ou encore guider à tout prix les enfants vers ce que l’on considère comme bien, valable, acceptable. Le travail de l’éducateur n’est ni de guider en imposant sa vision ni de surveiller uniquement. L’éducateur ne doit pas souhaiter façonner les enfants à son image, mais leur permettre de s’adapter et de s’insérer. Il doit comprendre les besoins et les attentes des enfants pour mener des actions adaptées, ne doit pas leur imposer ce que lui apprécie mais leur proposer des choses à leur goût.
Il s’agit ici d’une critique du moralisme, qu’il soit paternaliste ou religieux, présent dans le travail social à l’époque. Deligny considère que ce moralisme pose un jugement ferme et définitif sur l’enfance délinquante, un jugement de valeur impliquant qu’ils valent moins que les autres et méritent de ce fait moins de soin et d’attention. Ce moralisme se retrouve chez les personnes en charge de l’enfance inadaptée. Selon lui, le moralisme et le paternalisme, de par leur immobilisme, leur incapacité à recréer la société, leur manque de volonté pour le faire, et leur désir de maintenir l’ordre établi sont « les ennemis de l’enfance » (Deligny, 2007, p. 163). Il leur reproche l’instrumentalisation de l’enfance inadaptée et de la misère. Leur but, en prenant en charge les « enfants en danger « moral » » (id.) – les guillemets sont ici significatifs – n’est pas tant de les aider, de changer leurs conditions de vie, mais bien de faire perdurer « un ordre social pourri et qui s’écroule de partout » (id.), en imposant leurs valeurs, leur vision du monde et en maintenant un certain degré d’asservissement des milieux populaires. Le terme même de redressement moral est rejeté par Deligny, tout d’abord parce qu’il ne partage pas les valeurs de celui-ci, la vision de ce qui serait moral ou non, représentant un clivage entre bourgeois et ouvriers mais également par le fait que le terme redressement implique une norme à laquelle il n’adhère pas et l’uniformisation des jeunes.
Ce choix des éducateurs ouvriers est donc également politique : l’émancipation visée ne s’adresse pas qu’aux jeunes, comme nous l’avons déjà montré. Ensemble, éducateurs et enfants vont créer des liens, faire l’expérience d’une réelle solidarité (qui diffère de celle de la prison – cette dernière n’existe que parce que rien d’autre n’est possible pour survivre –), penser collectivement leur position dans la société pour la transformer, en comprenant qu’il s’agit d’une question politique. Cela est rendu possible par le fait que les éducateurs ont eu, eux aussi, à faire face aux problèmes que rencontrent les délinquants : ils peuvent alors échanger, débattre avec eux pour créer quelque chose de nouveau, d’autres manières d’exister. La position qu’ils doivent tenir face à ces jeunes doit les aider et se démarquer de celles des éducateurs moralisateurs et paternalistes : ils ne sont pas là pour aimer les enfants, les plier à une certaine morale bourgeoise ou les faire entrer dans un moule, ni même pour céder à leurs envies, uniquement pour les aider à se recréer dans leur milieu en créant des circonstances favorables à l’initiative. Ces éducateurs seront d’ailleurs l’une des raisons de la fermeture du COT : ils sont considérés comme louches, suspects. Le centre est fermé une première fois, mais les adolescents qui s’y trouvaient fuient leurs nouvelles institutions pour y revenir. Après la réouverture, il est question pour maintenir le COT d’y intégrer un directeur administratif, ce que Deligny refuse pour maintenir son indépendance. Le COT sera fermé en 1946.

Agir sur le milieu

6Le milieu d’origine de l’enfant est un thème central dans le travail et la réflexion de Deligny. Il est question ici de l’impact de celui-ci sur la vie des enfants, de l’importance de ne pas se couper de celui-ci, de ne pas déraciner le jeune. Son attitude, ses comportements et ses actes sont façonnés par le milieu social et familial dont il est issu. Tous les enfants ne partent pas avec les mêmes avantages et handicaps, et il convient de questionner ceux-ci pour envisager une action éducative. Les enfants dont s’occupe Deligny vivent dans la misère et s’imprègnent de celle-ci, qui va les transformer. Les milieux sociaux défavorisés ne peuvent rien offrir d’autre que la misère aux enfants : ainsi, tout ce qui ne correspond pas à leur milieu leur paraîtra étranger et inaccessible. Pour autant, il est important de proposer d’autres choses aux enfants. Le travail de l’éducateur va consister à faire apprécier l’ailleurs à l’enfant, pour qui il est difficile de sortir de sa zone de confort, de son milieu, de ce qu’il connaît. Pour Deligny, il est primordial que les éducateurs soient issus du même milieu que les enfants, qu’ils connaissent celui-ci car c’est cette connaissance et cette compréhension qui leur permettra d’aider les jeunes.
Bien que l’enfance délinquante soit de plus en plus perçue comme victime, la justice ne s’attarde que peu sur les conditions de vie qui ont amené l’enfant à devenir délinquant. Pourtant, la société, responsable des taudis, de la misère, ne devrait pas s’étonner de la délinquance qui est le résultat de ces milieux, qui ne peuvent qu’entrainer l’ennui, le vagabondage, la délinquance, l’inadaptation et ce d’autant plus s’ils sont violents. Deligny cite Henri Wallon, psychologue de l’enfant et homme politique dont il est proche, pour argumenter sur l’importance du milieu d’origine dans l’évolution des enfants : les priver de celui-ci les amène à changer, positivement comme négativement. Par exemple, un enfant qui dans son milieu ne pose pas de problème, est intégré et adapté pourra dévier s’il en est sorti. Ainsi, au COT, les soirées sont ouvertes pour garder un lien avec le milieu d’origine et l’extérieur. Il en est de même le weekend : les observations se font au plus proche de leur « milieu normal » (Deligny, 2007, p. 177) pour pouvoir observer l’enfant dans des conditions plus réelles.
Deligny estime, et ce dès Graine de crapule, que le monde, la misère, les injustices, poussent les jeunes, mêmes rééduqués, au délit. Dès lors, l’action doit également concerner les milieux d’origine, la pauvreté, même si cela s’avère très compliqué. Il faut donc s’occuper d’améliorer le milieu d’origine des enfants, lutter contre la misère plutôt que d’essayer d’enrayer la délinquance qui en est la conséquence. Si l’enfant est sorti de son milieu, se voit proposer d’autres possibilités, mais qu’aucun travail n’est fait sur le milieu, les problèmes de comportement ressurgiront.
Il convient ici de considérer l’inadaptation comme un problème politique, de société, comme nous avons pu le voir avec Yves Jeanne. Il n’est pas question de traiter des « cas », mais d’agir sur le milieu, en le questionnant – pourquoi les parents sont-ils absents, alcooliques, violents ? – pour transformer les circonstances, en éduquant notamment les parents et non plus uniquement les adolescents visés. L’isolement n’est pas une solution pour ces derniers, qui doivent pouvoir, dans un nouvel espace, un nouveau lieu, développer une réflexion sur leurs milieux, leurs conditions de vie, pour pouvoir les modifier. Nous revenons dès lors sur la logique révolutionnaire exposée par Jeanne, dans laquelle il est question de transformer la société et d’améliorer la vie notamment des ouvriers.

Conclusion : une pédagogie politique

7Enfin, et pour terminer notre propos, il nous semble important de dire quelques mots sur l’éthique delignienne. Nous prenons le parti de ne pas différencier éthique et morale, et il nous paraît pertinent pour commencer de rappeler les éléments de définition de cette dernière, apportés par Eirick Prairat. Elle renvoie à une manière de penser l’autre, d’agir envers autrui dans le respect de sa dignité, mais elle est également une praxis, renvoyant à des principes. Dans son ouvrage Éduquer avec tact, paru en 2017, Prairat nous indique ceci : « l’éthique et la technique ne s’opposent jamais dans le geste pédagogique, elles s’appellent l’une l’autre et se nouent pour précisément lui donner sa plénitude d’acte pédagogique » (Prairat, 2017, p. 96). Ainsi, que pouvons-nous voir dans la pratique delignienne concernant la morale ?
Nous posons l’hypothèse, à la suite du travail d’Yves Jeanne, que les vertus d’authenticité et de fraternité sont au cœur de l’éthique delignienne. Ces aspects nous semblent, chez Deligny, indissociables de sa pratique ainsi que des différentes techniques pédagogiques mises en œuvre lors des différentes tentatives, et fondateurs de celle-ci. Authenticité des lieux, du milieu, des éducateurs, pour permettre une authenticité de l’autre, de l’enfant, pour lui offrir la possibilité de se réaliser et de se libérer de la misère et de l’étiquette sociale de l’inadapté, du délinquant. Cette libération ne peut se faire que si l’éducateur se montre fraternel de l’enfant, de ses combats, que s’il se positionne en frère d’arme, avec pour volonté partagée de transformer le monde, de permettre à l’autre de s’émanciper. Authenticité et fraternité sont à la fois vertus, valeurs et techniques, et il resterait à le décrire plus précisément depuis les pratiques éducatives.
Pour conclure, nous pouvons ainsi dire que Fernand Deligny, dans sa tentative du COT de Lille, nous propose un ensemble de pratiques et de réflexions dépassant le seul cadre de la pédagogie : loin de s’arrêter à la prise en charge des mineurs délinquants, cette action éducative vise une transformation sociale, une émancipation de la classe ouvrière, des enfants autant que des adultes qui la composent. S’articulant autour de l’importance que revêt le milieu d’origine de l’enfant, d’une réflexion sur les causes sociales de la misère, et s’appuyant sur des éducateurs ouvriers, cette pédagogie nous présente des éléments clés ouvrant à la réflexion éthique. Jusque dans ses ouvrages, Deligny nous présente une pédagogie politique, ou pour reprendre les termes employés par Miguel, une “pédagogie de la révolte” (2019). Notre contribution pourrait être prolongée de deux manières. Tout d’abord, pour mieux saisir la spécificité de la dimension sociale et politique de Deligny, il faudrait la saisir en la comparant avec d’autres figures et expériences-limites de l’histoire de la pédagogie de la seconde partie du XXe siècle. Ensuite, il serait intéressant de voir l’évolution des positions deligniennes au fil de ses expériences et ses “tentatives” pour voir si ces positions ont été tenues (et tenables) jusqu’au bout et si, à un moment donné, elles n’ont pas conduit Deligny à ne plus se considérer comme éducateur.
Sandra Alvarez de Toledo aborde la dimension poétique de celle-ci chez Deligny, tout en précisant bien que les deux aspects de l’homme, militant aussi bien qu’écrivain et poète, se retrouvent dans chaque période de sa vie. Ainsi, dans Les Vagabonds efficaces, Deligny dresse les portraits et les parcours des enfants par des paragraphes et anecdotes courtes, prenant place dans un récit peu structuré, à l’image du monde dans lequel vivent ces mineurs. Devenus personnages sous sa plume, ils se font miroir de la société, donnant au discours une dimension militante et politique. Ces aspects, qu’ils soient éthiques ou pédagogiques, ne s’arrêtent pas à la seule tentative présentée dans cette contribution. Ils sont présents dans la totalité de l’œuvre de Deligny, que ce soit durant son passage à l’IMP d’Armentières ou au sein de la Grande Cordée. Une analyse de ces tentatives est dès lors nécessaire pour mieux comprendre la pensée de cet éducateur sans concessions et ses évolutions. Donnons le dernier mot à Deligny, en lisant la conclusion des Vagabonds efficaces :

« L’exaspération des êtres blessés par des conditions sociales d’une intolérable malhonnêteté et les impatiences d’enfants brimés par des adultes maladroits s’expriment par les mêmes signes.
Quand le peuple se sera délivré et osera marcher à ses pas, l’œuvre d’art se fera pour lui formes, couleurs et musiques familières. Il faudra, s’il vous plaît, délivrer du même coup les enfants et mettre auprès d’eux des éducateurs à la présence légère, provocateurs de joie, toujours prêts à repétrir l’argile ronde, vagabonds efficaces émerveillés d’enfance. Espoir. » (Deligny, 2007, p. 214)

Haut de page

Bibliographie

Alvarez de Toledo, S. (2001). Pédagogie poétique de Fernand Deligny. Communications, 71, 245-275.

Bourquin, J. (2007). La difficile émergence de la notion d’éducabilité du mineur délinquant. Revue d’histoire de

l’enfance “irrégulière”, Hors série, 111-127

Bourquin, J. (2007). Le mineur de justice : enfance coupable, enfance victime ? Revue d’histoire de l’enfance

“irrégulière”, Hors série, 129-140.

Cardoso Pinto Miguel, M. (2016). A la marge et hors champ, l’humain dans la pensée de Fernand Deligny. Thèse soutenue le 27 février 2016, Université Paris 8.

Deligny, F. (2007). Les vagabonds efficaces. In Deligny, F., Oeuvres (pp. 161-214). Paris : L’arachnéen.

Henri, P. (2014). Histoire du travail social en France, de la fin du XIXème siècle à nos jours. (Politiques et interventions sociales). Rennes : Presses de l’EHESP.

Houssaye, J. (1998). Deligny, éducateur de l’extrême. Ramonville Saint-Agne : Eres.

Houssaye, J. (2013). Fernand Deligny (1913-1996). In J. Houssaye, Pédagogues contemporains, idées principales et textes choisis (pp. 17-57). Paris : Editions Fabert.

Jeanne, Y. (2006). Fernand Deligny : liberté et compagnonnage. Reliance, 21, 113-118

Jurmand, J.-P. (2006). Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à l’Education surveillée entre 1946 et 1956. Revue d’Histoire de l’Enfance “Irrégulière”, 8, 83-117.

Miguel, M. (2019). Pour une pédagogie de la révolte : Fernand Deligny, de la solidarité avec les marginaux au perspectivisme. Cahiers du GRM [en ligne], 14.

Moreau, P.-F. (1978). Fernand Deligny et les idéologies de l’enfance. Paris : Retz.

Prairat, E. (2017). Eduquer avec tact. Paris : ESF Sciences Humaines.

Sanchez, C. (1998). Les centres d’accueil et de triage de l’Education surveillée : 1941-1950. Revue d’Histoire de l’Enfance “Irrégulière”, 1, 120-134.

Haut de page

Notes

1 Sur une approche plus globale à partir de l’ensemble de l’œuvre de la Deligny, nous renvoyons le lecteur au travail de Marlon Miguel (2019) qui a été publié après la journée d’études consacrée à la pauvreté scolaire, et donc après la rédaction de notre texte.

2 Cette analyse avait été menée notamment par l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement dès après la Grande Guerre. Voir par exemple la conférence de Meta Kraus-Fessel pour l’ouverture du Congrès pédagogique de Leipzig en 1928 (cf. Go et Riondet, 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Lamy, « Lille, 1945 : Fernand Deligny,
l’éducateur ouvrier contre la misère de classe », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/11026 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.11026

Haut de page

Auteur

Cécile Lamy

Université de Lorraine
Équipe Normes & Valeurs, LISEC UR 2310

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search