Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22La pauvreté, l'alimentation et le...Tout n’est pas perdu. La possibil...

La pauvreté, l'alimentation et les corps

Tout n’est pas perdu. La possibilité d’autres usages sociaux du corps parmi les populations socialement vulnérables

Mathieu Ternoy, Williams Nuytens et Camille Amoura

Résumés

L’activité physique est un outil qui a fourni de nombreuses preuves empiriques en matière d’amélioration de la santé. Néanmoins le déclenchement, la persistance et l’intensité des comportements d’engagement des individus dans des conduites favorables à une meilleure qualité de vie font encore l’objet de nombreuses recherches dont l’objectif est de dégager des connaissances pour améliorer les situations. C’est notamment ce que l’on attend quand il s’agit de populations socialement défavorisées, plus sédentaires que la moyenne et aux indicateurs de santé éloignés des standards. La présente étude exploratoire dresse le tableau d’un terrain d’intervention future sur lequel un programme d’intervention d’activité physique adaptée est possible au regard de la vulnérabilité de la population. Les données montrent que deux quartiers prioritaires de la ville (QPV) d’une commune des Hauts-de-France présentent des indicateurs a) de classe d’âge similaires aux autres villes du Nord-Pas-de-Calais, et b) socioéconomiques (emploi et éducation) spécifiques des populations vulnérables. Nous proposons de revenir ici sur les grands principes qui ont guidé la construction d’un protocole d’interventions dans une zone urbaine peuplée d’individus vulnérables et de conduire une réflexion sur la place de l’activité physique et la relation à la santé chez une population socialement, culturellement précaire de deux quartiers prioritaires de cette ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette recherche est financée par la Région des Hauts-de-France et l’UFOLEP nationale.

1Au sens sociologique du terme, les sujets vulnérables appartiennent aux milieux sociaux défavorisés où les désavantages sont nombreux (capitaux culturel et économique notablement inférieurs aux moyennes nationales, conditions sociales d’existence difficiles). La catégorie de vulnérables renvoie ainsi à une combinaison de précarités (par exemple du travail, des expériences scolaires) et à une fragilisation des supports de proximité (Castel, 1995). Elle concerne des personnes situées entre l’intégration et l’exclusion comme la pauvreté et la marginalité (Soulet, 2005 ; Thomas, 2010 ; Becquet, 2012), exposées à une plus forte mortalité que la moyenne liée à des facteurs de risque telle que la mauvaise alimentation associée à l’inactivité physique (Antero, Schipman, & Toussaint, 2018). Sur ce dernier point, une demande sociale de plusieurs acteurs (Ministère des Solidarités et de la Santé, Ministère des Sports avec la stratégie nationale sport santé, UFOLEP nationale, Région Hauts-de-France, ville de Béthune1) portant sur l’optimisation de la qualité de vie par la pratique physique d’individus vulnérables a permis la réalisation de travaux de recherche dont la partie exploratoire est exploitée dans cet article.
Aujourd’hui reconnus, les bienfaits de l’AP pour la santé sont assez bien documentés pour toutes les populations. Même si le sport et l’activité physique (AP) sont depuis longtemps la cible d’essentialisations récurrentes aussi positives que négatives, certains de leurs effets sont connus pour leurs vertus (amélioration de l’intégration, renforcement de la citoyenneté, amélioration de la qualité de vie). On sait effectivement depuis 2010 que l’inactivité physique associée à une alimentation déséquilibrée est devenue une des causes principales de mortalité évitable dans le monde. L’étude Esteban (2017) de Santé publique France, a permis d’indiquer qu’en 2015 la moitié des femmes et le tiers des hommes n’ont pas atteint les recommandations faites par l’OMS en termes d’activité physique. De même, chez les jeunes de 15 à 18 ans, seulement 18 % des filles et 28 % des garçons atteignent le niveau recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ces résultats sont inquiétants car le non-respect des recommandations participe à l’apparition de pathologies (l’obésité, le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, et même certains cancers). On constate aussi une diminution de l’AP avec l’augmentation de l’âge.
Ces chiffres montrent que la mise en place d’interventions visant à promouvoir l’AP à tout âge de la vie revêt une importance capitale. Elle l’est d’autant plus lorsqu’on s’adresse aux catégories défavorisées qui se distinguent par des usages sociaux problématiques du corps au plan de l’alimentation, du suivi médical et de l’activité physique et sportive (Boltanski, 1971). Mais encore faut-il pour cela que l’intervention soit adaptée, que les inégalités sociales de santé et d’AP (INSERM, 2014) soient précisées notamment pour éviter les obstacles à la pratique (Rostand, Simon, & Ulmer, 2011). En effet si la documentation entre l’AP et la santé est riche d’informations, celle concernant la relation entre le niveau d’AP et la position socioéconomique reste insuffisante (Inserm, 2014 ; Beenackers et coll., 2012) dans le contexte français. On s’efforcera d’expliquer le lien entre les pratiques d’activités physiques, la sédentarité et les facteurs socioéconomiques des personnes de milieux défavorisés parce qu’il constitue le point de départ d’une ambition visant à modifier les usages du corps. Ceci explique que notre étude se soit concentrée sur deux quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) situés à Béthune.
Produits d’un zonage des pouvoirs publics inscrit dans la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine promulguée le 21 février 2014, les QPV désignent un quadrillage du territoire intégrant des critères spécifiques au précariat comme le pourcentage de demandeurs d’emploi, le niveau de revenu, le taux d’échec scolaire, le nombre d’étrangers, l’indice de pauvreté (Vieille Marchiset et al., 2018). Ces lieux portent l’héritage d’un passé ouvrier et évoluent progressivement, dès les années 1960-1970 (Scharwtz, 2011), pour devenir des espaces abritant des classes populaires plus larges. Malgré l’expansion de la classe moyenne, un changement s’opère avec une identité ouvrière progressivement confondue à celle d’une classe populaire en raison du passage d’une logique de « contrats statut » à celle de « contrats utilitaristes », et la disparition de la culture de la classe ouvrière (Schultheis et al., 2009). Si la notion de classe populaire s’impose alors, son caractère unificateur et générique gêne parfois au point de déclencher de nouvelles procédures d’apprentissage de techniques et d’usages des corps inadaptées.
Nous avons donc réalisé plusieurs enquêtes de type ethnographique dans deux QPV pour renseigner la place des AP auprès de populations socialement vulnérables, notamment pour améliorer ensuite leur santé physique par l’augmentation et la pratique régulière d’AP (INSERM, 2008). Conduites sur de l’observation directe sans prise d’informations invasives, ces enquêtes aboutissent à une caractérisation de la population à partir de laquelle nous projetons de déployer une action intersectorielle par le biais d’une intervention socio-psychologique. Nous commencerons ici par justifier l’emploi de la méthode d’enquête qui a permis la lecture approfondie du terrain. Dans un second temps, nous présenterons les caractéristiques sociodémographiques des deux QPV étudiés. Enfin, nous examinerons les résultats complémentaires sur la place de l’AP et la santé, récoltés grâce à notre présence prolongée dans ces quartiers.

Adapter la méthode d’enquête aux particularités des QPV et à l’exploration

2On sait que les niveaux de diplômes et de revenus représentent des indicateurs fiables des taux de pratique d’AP (Lefevre et Thiery 2011) : les personnes ayant un niveau de diplôme équivalent au baccalauréat ou plus et les personnes aux revenus les plus élevés ont un taux de pratique plus élevé que les personnes dont les revenus sont plus faibles. On constate aussi une telle proportion au sujet de l’adhésion à une association et la participation à des compétitions (Gidlow et al., 2006). Ainsi les activités physiques -et autres loisirs inclus- suivent un gradient socioéconomique car l’éducation et les socialisations primaire et secondaire conditionnent les décisions fondées sur la connaissance des effets de l’AP sur la santé, les attitudes et comportements favorables à l’AP. On peut également noter qu’une partie des adultes les moins diplômés sont plus actifs physiquement que les adultes des milieux favorisés, en dehors du temps des loisirs, et ceci en raison de la nature des activités professionnelles (Finger et al., 2012). On sait en outre qu’il existe un gradient social s’agissant des taux d’AP, notamment lors de la transition à l’âge adulte au sujet de la sédentarité (INSERM, 2014). Ainsi des territoires carencés, tels que les QPV par conséquent, concentrent des caractéristiques, des valeurs et des normes qui façonnent de façon désavantageuse les rapports à la santé et à l’AP. Cela nécessite donc d’adapter nos manières d’appréhender le terrain, en ayant conscience que ses différentes composantes ne favorisent pas le développement de nouveaux usages sociaux des corps.
Plusieurs études ont systématisé une certaine catégorisation et l’émergence de normes à cet égard. Vieille Marchiset et Gasparini (2010) ont notamment affirmé que les classes populaires valorisent l’utilitaire et la force, avec la présence importante d’une norme de construction cognitive commune (Vieille Marchiset, 2013). On sait aussi qu’une partie de la population l’intègre davantage, notamment pour les Français d’origine magrébine (Gasparini et Knobé, 2005). L’AP représente alors un produit d’appel dans les quartiers prioritaires pour les jeunes en ruptures sociales, bien souvent par le biais de l’intégration et de l’adhésion à une institution sportive, même si des écarts subsistent entre le politiquement prescrit et le réellement en cours (Gasparini et Knobé, 2005). Ces décalages sont accentués par de puissantes résistances culturelles et sociales, authentiques ingrédients d’une régulation des manières de penser, d’être et d’agir. Des auteurs comme Rican et Vaillant (2009) se sont intéressés aux diffusions et réceptions des programmes de santé émis notamment par les acteurs locaux, et montrent une augmentation des inégalités sociales et spatiales de la santé. Ainsi l’écart entre les territoires s’accentue pour défavoriser davantage les plus démunis : c’est cela qui justifie les travaux réalisés à l’échelon local privilégiant les collaborations intersectorielles (Kohl et al. 2012) et le recours à une main d’œuvre qualifiée en AP adaptées sans laquelle une rééducation corporelle semble irréalisable (Marcellini, 2006). Ces raisons ont conduit à la nécessité d’établir un diagnostic le plus précis possible du territoire d’action avant de mener, et de développer, un programme interventionnel.
Notre recherche se fonde sur les principes de l’ethnographie impliquant une échelle d’observations locale, une immersion prenant en compte les visions indigènes (Beaud et Weber, 2003). Elle s’inscrit dans une démarche de diagnostic fin du territoire et de sa population grâce à l’immersion permettant d’obtenir une restitution des visions « d’en bas » et de renseigner assez précisément l’objet. La caractérisation des niveaux de sédentarité, de la place de l’AP et du rapport à la santé dans les deux QPV retenus n’aurait sans doute pas été possible sans le recours à la démarche ethnographique (notamment en raison de la défiance d’une partie de la population à l’égard des recommandations institutionnelles vécues comme des injonctions, et des prescriptions en matière sanitaire). Nous avons renseigné un journal de terrain dont les contenus renvoyaient à nos temps de présence sur les lieux des enquêtes notamment au Centre Rosa Luxemburg, une maison de quartier investie durant trois mois lors de différentes manifestations.
Le journal de terrain comporte deux parties. La première consigne des impressions, des descriptions datées et localisées. La deuxième correspond davantage à un ensemble de questions, de doutes, d’hypothèses, ainsi que des articulations avec des lectures. Nous avons ensuite réalisé des passations de questionnaires. La mesure du niveau d’AP a motivé l’usage du questionnaire de Ricci et Gagnon (2009 ; 31 passations du questionnaire ; Annexe n° 1), soit un test d’auto-évaluation de l’activité ayant fait ses preuves lors de plusieurs études (Ardoin & Canot, 2019 ; Bauduer, Vanz, Guillet, & Maurice, 2018 ; Favier-Ambrosini & Delalandre, 2018 ; Gasparini & Knobé, 2015). Comportant neuf items permettant d’évaluer le niveau d’activité quotidien, cet outil a donné lieu à un classement des sujets estimés « très actifs » pour un score supérieur à 35, « actifs » avec un score entre 18 et 35 et « inactifs » avec un score inférieur à 18. Dix-huit entretiens semi-directifs (Duchesne, 2000 ; Annexe n° 2) ont en outre été réalisés auprès de cette population pour construire une vision dégagée de notre objet de recherche. Nous avons également utilisé lors de nos animations l’entretien de groupe, méthode couramment utilisée dans la recherche appliquée (Haegel, 2005), et adaptée aux interventions sociologiques. Le recours à ces diverses techniques de recherche renvoie au caractère exploratoire de notre travail, et s’apparente à une première campagne d’enquêtes de terrain dont l’objectif était de situer la place de l’AP dans les deux quartiers identifiés. En effet, si nous voulons intervenir dans ces quartiers nous devons savoir où se situent l’AP et l’état de santé pour ces personnes afin de leur proposer un contenu adapté. Par exemple, à la suite de nos interventions nous savons que la relaxation n’est pas perçue comme pouvant faire partie d’une séance d’AP.

Résultats présentant les caractéristiques sociodémographiques des terrains de recherche

3Les QPV étudiés (quartier de la rue de Lille et quartier du Mont Liébaut) se trouvent dans la ville de Béthune qui comptait 24 995 habitants (INSEE) en 2015. Placés en périphérie directe de la cité, ces QPV se distinguent par des habitats collectifs de hauteurs variables excédant rarement 6 ou 7 étages, et des pavillons le plus souvent mitoyens.

4Dans cette ville où 21,6 % de la population appartient à la tranche d’âge des 15-29 ans, les deux QPV ne tranchent pas et ce en raison du fait qu’ils représentent environ un quart de la population totale (tableau 1). Cette proportion signale en outre une situation sociale assez représentative des villes nordistes appartenant à l’ancien croissant minier.

Tableau 1 : Distribution de la population des QPV par tranches d’âge.

QPV Mont Liébaut

PQV Rue de Lille

Population globale

3 083

3 347

Part des 15-24 ans dans la population

17.5 %

14.1 %

Part des 25-59 ans dans la population

42.1 %

47.6 %

Part des 60-74 ans dans la population

13.4 %

12.3 %

Part des 75 ans et plus dans la population

7.9 %

4.5 %

5La distribution de la population béthunoise par type d’activités (graphique 1, source : INSEE, RP2015 exploitation principale, géographique au 01/01/2017) laisse supposer une situation socioéconomique précaire, surtout si l’on tient compte du nombre de chômeurs et de la proportion d’emplois déqualifiés et instables contractuellement parmi les actifs occupant une activité. Cette supposition prend cependant davantage de sens si on tient compte d’autres données socioéconomiques (tableau 2).

Graphique 1 : Population de Béthune de 15 à 64 ans par type d’activité en 2015

6Évidemment une telle situation s’aggrave dès lors que l’on porte le regard sur les QPV qui concentrent, comme l’indique le tableau suivant (sources : INSEE, Recensement de la population 2010 ; France Métropolitaine et La Réunion – QPV – Mise en ligne le 21/11/2018, Découpage géographique au 14/09/2015), de nombreux indices de précarité mais de manière différenciée. En effet, à certains égards le quartier de la rue de Lille semble moins touché que le quartier de Mont Liébaut, notamment en termes de qualifications des populations et de taux d’emplois (quantitativement et qualitativement).

Tableau 2 : Caractérisation et éléments de comparaison socioéconomique

Nombre d’habitants

Indice de jeunesse

-25 ans

Ménages de 6 personnes et plus ( %)

Sans diplôme

Taux d’emploi des 15-64 ans ( %)

Taux d’emplois précaires ( %)

 % allocataires de prestations sociales

(100 %)

Quartier de la Rue de Lille

3347

2.0 %

4.2 %

67.9 %

48.1 %

21.2 %

32.0 %

Quartier du Mont Liébaut

3083

2.3 %

Nd

82.1 %

34.9 %

29.1 %

33.6 %

Béthune

24 995

1,2 %

1.9 %

18.2 %

50.3 %

16.8 %

25.4 %

Moyennes

nationales

2.1 %

5.2 %

26.57 %

47.4 %

21.4 %

26.65 %

Résultats complémentaires

L’activité physique face à une carence socioculturelle

7Un travail complémentaire a donc été mené à la suite de cette caractérisation. Il permet d’aboutir à plusieurs constats qui reposent sur un faisceau de connaissances pluridisciplinaires issues à la fois de la littérature et d’enquêtes de terrain. Nous avons commencé par vérifier si ces territoires sont sociologiquement carencés, c’est-à-dire occupés par des personnes vivant dans un milieu culturellement, socialement, économiquement précaire et vulnérable (Schwartz, 2011) malgré un tissu associatif très important sur la ville de Béthune (730 associations tous thèmes confondus). Ces constats font aussi écho aux offres discursives prononcées par les acteurs sociaux et de santé évoluant sur le QPV de la rue de Lille, à propos de leur vision de la population et des personnes qui fréquentent leur service. À la question « qui sont-ils ? » plusieurs termes reviennent au détour des échanges : « Public défavorisé », « familles en difficulté », « des bénéficiaires du RSA », « des gens qui vivent des minima sociaux », « public éloigné de l’emploi », « pas forcément de travail ou un sur les deux ».
Notre présence prolongée sur le terrain met par ailleurs en évidence que l’environnement socioculturel n’est pas le plus approprié pour la pratique de l’AP : en effet si nous recentrons notre observation sur le quartier de la rue de Lille et en empruntant les arguments de Gimbert (2019) sur l’environnement « immédiat », la visibilité des activités et l’organisation des espaces urbains, la résidence ne comporte pas « d’endroit propice » à la pratique d’AP. Cela nous amène à évoquer la disposition à la pratique des habitants et du quartier. L’environnement socioculturel du lieu d’enquête est marqué par un étiquetage dépendant d’une représentation négative du lieu de vie par les habitants et enquêtés. Du point de vue des acteurs sociaux et de santé, les descriptions concernant la population du quartier semblent sans équivoque comme l’illustrent ces quelques extraits. Un professeur des écoles : « Il y a beaucoup plus de familles recomposées qu’avant, beaucoup plus de mères isolées, donc ça a un impact. » ; « Sur une classe de 20, je dois avoir 6 parents qui travaillent » ; un acteur social : « C’est un quartier qui va en s’appauvrissant, avec beaucoup de familles monoparentales ou des gens éloignés de l’emploi. » ; un médecin : « Au niveau du milieu social, on est quand même dans la moyenne basse de la population » ; « Une population qui peut être défavorisée au plan financier ».
D’autres éléments se dégagent de cette exploration comme le fait que la catégorie des jeunes reste difficile à toucher par les acteurs sanitaires et sociaux, lesquels pointent en outre une déresponsabilisation des parents en fonction de l’âge grandissant de l’enfant. Voici un élément plusieurs fois mis en avant par des associations d’insertion sociale et professionnelle. Tout ceci amène les adolescents et les plus jeunes à grandir « sans cadre » (Professeure des écoles), et cela se répercute sur l’éducation comme sur l’hygiène. À cela s’ajoute la place réservée aux AP par les habitants et les stéréotypes qui leur sont attitrés. Si nous tenons compte encore des arguments de Gimbert (2019) à propos de l’environnement immédiat comme de la visibilité des activités et l’organisation des espaces urbains, les quartiers ne comportent pas « d’endroit propice » à la pratique d’AP.
Nous sommes ici face à un quartier où la vulnérabilité et la précarité s’imposent, avec une interaction entre le milieu et ses habitants parfois conflictuelle. On comprend donc que ces personnes se tiennent à distance de la pratique d’AP (Marchiset, Knobé, Edzard, Piombini, et Enaux, 2018) et que cela influence peut-être des indicateurs de santé traduisant un état de santé éloigné des normales (Inserm, 2014). En effet, et même si cette population a selon notre échantillon un niveau global d’AP « actif » notable (tableau 3), on note essentiellement des AP accomplies en dehors des secteurs associatifs et des temps récréatifs. Cela semble s’expliquer en raison des liens entre les habitants, le Centre Rosa Luxemburg et le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) c’est-à-dire les deux centres dans lesquels nous avons enquêté. Les enquêté(e)s voient en effet les propositions de pratique d’AP au sein du Centre Rosa Luxemburg comme des contraintes, car l’une des personnes gérant les lieux fait régulièrement remonter des informations auprès du CCAS au sujet de personnes devant effectuer des heures de bénévolat ou s’impliquer dans une association. Dans ce contexte, certains habitants croient donc que l’AP est obligatoire.

Tableau 3 : Moyennes et écart-type du niveau d’activité physique

 

Nombre

Minimum

Maximum

Moyenne

Ecart-type

Niveau d’activité physique

31

5

33

20.19

7.20

Comportements sédentaires

31

1

5

2.77

1.59

Activités physiques de loisirs/sport

31

1

18

8.06

6.02

Activités physiques quotidiennes

31

3

15

9.35

3.28

8Nous avons évoqué plus haut des indicateurs de santé alarmants qui traduisent un état de santé inférieur aux normales, et il faut savoir que ce phénomène est aussi la résultante d’un cumul des handicaps (Pegon-Machat et al., 2018) comme ceux induits par les inégalités sociales de santé (revenu, capital santé, éducation…). Même si selon le Contrat local de santé de la Communauté d’Agglomération la ville de Béthune figure parmi les villes possédant les meilleures offres de soins sur le territoire, elle cumule aussi une importante part de population en situation de précarité et notamment de personnes sans mutuelle et sans médecin traitant. Ceci s’explique par une méconnaissance des maladies, mais aussi et surtout par la définition et la représentation indigènes de la maladie : seule une perte d’autonomie semble influencer les perceptions subjectives au point de déclencher un besoin de soins, ce que confirment d’ailleurs des éléments de littérature (Pegon-Machat et al., 2018 ; Or, Jusot, & Yilmaz, 2009). À cela s’ajoute le problème associé à une méconnaissance des dispositifs sanitaires, mais aussi les refus de soins.

Un usage social de la santé corporelle

9De telles inégalités restent donc centrales et affectent de manière décisive la pratique sociale de santé, c’est-à-dire un usage social des corps. Ces éléments traduisent donc une distance aux corps, comme l’a montré notre enquête ethnographique, et en creux l’inconsistance relative des ressources nécessaires à l’acquisition des bienfaits liés à l’AP. C’est du moins ce que nous supposons, notamment parce que les entretiens contiennent cette confusion entre AP et sport qui représente un frein dans l’engagement des corps (Margaritis, 2016) en dehors de ce qui relève d’activités banales (déplacements domestiques dans l’espace public par exemple). Le rapport à ce que désigne un état de « bonne santé » appuie cet argument.
Ainsi pour les enquêté(e)s, « ne pas être malade », c’est « ne pas mourir trop tôt », ce qui revient à déterminer de manière trop tranchée et finalement anxiogène le rapport à la santé : c’est peut-être ce qui permet de comprendre comment les personnes éloignent finalement la question de la « bonne santé » de leurs quotidiens en la neutralisant (à ce sujet une professeure des écoles interrogée a déclaré : « la santé pour eux, c’est inné. On est en bonne santé, point. Et de temps en temps on est malade. Ça leur passe carrément au-dessus »). Voilà qui semble pouvoir impacter considérablement et de manière négative les conditions physiques, un niveau élevé de sédentarité (OMS, 2018) et fatalement la pratique d’AP comme une socialisation incomplète à propos des habitudes sanitaires chez les plus vulnérables (Bricard, Jusot et Tubeuf, 2010).

Discussion

  • 2 Gilles Vieille Marchiset (2019) considère qu’il s’agit d’une « appellation fourre-tout » intégrant (...)

10Nos enquêtes exploratoires consistaient à situer les rapports qu’entretiennent les habitants des QPV avec l’AP et la santé, mais aussi de caractériser les personnes qui vivent dans ces quartiers. Grâce aux données de l’INSEE et à notre travail de terrain, nous avons identifié quelques déterminants sociaux et les variables les plus actives pour souligner la diversité des modes de fonctionnement et le rapport à l’AP (Marchiset, 2009). Le croisement de nos résultats empiriques avec des éléments de littérature souligne des usages sociaux du corps contrariés c’est-à-dire situés à distance des recommandations institutionnelles, mais sans doute pas au plan des subjectivités : les modes de pratiques et de pensée semblent bel et bien ancrés. Ainsi, et même si les femmes comparativement aux hommes ont répondu plus favorablement aux séances d’AP, les loisirs et le sport demeurent effectivement en marge dans ces quartiers (Marchiset, Knobé, Edzard, Piombini, et Enaux, 2018). De nombreux freins existent, installés dans les existences et les caractéristiques territoriales. Mais nous devons aussi tenir compte du caractère fragmenté et diversifié dans lequel le « sport santé »2 peine à se faire entendre (Collinet & Schut, 2016).
Des solutions de développement émergent comme la complémentarité des actions avec les acteurs, les partenaires et les élus (Gassiot & al., 2016), la création d’un environnement propice à l’AP et la prise en compte des dimensions psychosociales de la population (Grassler et al., 2019). La mobilisation des professionnels de santé comme vecteurs de promotion de l’AP ainsi que la mobilisation des différents acteurs par le biais de comités techniques intersectoriels pour mutualiser les compétences et les savoirs (Czaplicki, & al., 2016) sont d’autres éléments décisifs. Reste par ailleurs l’épineuse question de la diffusion d’une information, c’est à dire l’usage d’outils de communication adaptés.
Que serait un programme d’AP adaptées sans cette autre adaptation ? On sait aujourd’hui qu’il convient de tendre vers des messages simples, multimodaux, avec les acteurs locaux et les sites où s’implante un programme interventionnel (Escalon & al., 2016 ; Weissland, & al., 2016). Cela constitue le cœur de nos enquêtes actuelles.

Haut de page

Bibliographie

Antero, J., Schipman, J., & Toussaint, J. F. (2018). Les sportifs jouent les prolongations. La Recherche : l’actualité des sciences, (Hors-Série n° 28).

Ardoin, A., & Canot, B. (2019). Bénéfices physiques et psychologiques de l’activité sportive adaptée dans une cohorte de malades chroniques. Science & Sports34/1, 10-15.

Bauduer, F., Vanz, E., Guillet, N., & Maurice, S. (2018). « La prescription d’activité physique par le médecin traitant : l’expérience de Biarritz Côte Basque Sport Santé ». Santé Publique30/3, 313-320.

Becquet, V. (2012). « Les jeunes vulnérables : essai de définition ». Agora débats/jeunesses, 3, 62, 51-64.

Beenackers, M. A., Kamphuis, C. B., Giskes, K., Brug, J., Kunst, A. E., Burdorf, A., & Van Lenthe, F. J. (2012). Socioeconomic inequalities in occupational, leisure-time, and transport related physical activity among European adults: a systematic review. International journal of behavioral nutrition and physical activity9/1, 116.

Boltanski, L. (1971). Les usages sociaux du corps. Annales. Histoire, sciences sociales, 26/1, 205-233.

Bricard, D., Jusot, F., & Tubeuf, S. (2010). Les modes de vie : un canal de transmission des inégalités de santé ? Questions d’économie de la santé, 154, 1‑6.

Castel, R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Paris : Gallimard.

Collinet, C., & Schut, P. O. (2016). Les modes de prise en charge du public dans la prévention du vieillissement par les activités physiques au niveau local. Santé publique1(HS), 41-49.

Czaplicki, G., Donio, V., Nossereau, C., Fikojevic, M. & Richard, D. (2016). « Bouge ta santé à Clichy-sous-Bois » : une approche intersectorielle de l’activité physique. Santé Publique, s1(HS), 175-178. doi :10.3917/spub.160.0175.

Duchesne, S. (2000). « Pratique de l’entretien dit « non-directif ». In CURAPP, Les méthodes au concret, Paris, PUF, 2000, 9‑30.

Équipe de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle (Esen). « Étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition (Esteban), 2014-2016 ». Volet Nutrition. Chapitre Corpulence. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. p. 42.

Escalon, H., Serry, A., Nguyen-Thanh, V., Vuillemin, A., Oppert, J., Sarrazin, P. & Arwidson, P. (2016). Construction d’un dispositif de communication scientifiquement fondé visant à promouvoir la marche des femmes peu actives et l’activité physique des adultes. Santé Publique, s1(HS), 51-63.

Expertise collective INSERM. (2008). Activité physique : Contextes et effets sur la santé. Paris, INSERM.

Favier-Ambrosini, B., & Delalandre, M. (2018). Les réseaux Sport Santé Bien-être : un gouvernement par le chiffre. Terrains & travaux, 32/1, 81‑106.

Finger, J. D., Tylleskär, T., Lampert, T., & Mensink, G. B. (2012). Physical activity patterns and socioeconomic position: the German National Health Interview and Examination Survey 1998 (GNHIES98). BMC Public Health12/1, 1079.

Gassiot, M., Guyard, F., Bedok, H., Héritage, Z., Hemery, C. & Saraux-Salaün, P. (2016). Pratiques quotidiennes du vélo à Nantes : approche croisée de la santé et de la mobilité. Santé Publique, s1(HS), 75-82.

Gasparini, W., & Knobe, S. (2005). Le salut par le sport ? Déviance et société, 29/4, 445-461.

Gasparini, W., & Knobé, S. (2015). Sport sur ordonnance : l’expérience strasbourgeoise sous l’œil des sociologues. Informations sociales, 187/1, 47‑53.

Gidlow, C., Johnston, L. H., Crone, D., Ellis, N., & James, D. (2006). A systematic review of the relationship between socio-economic position and physical activity. Health Education Journal65/4, 338-367.

Gimbert, V. (2019). Pratique sportive : comment faciliter l’émergence d’une « culture d’activité physique et sportive» ?. Jurisport : Revue juridique et économique du sport, 194, 42-45.

Grassler, M., Knobé, S., & Gasparini, W. (2019). Les parcours de prévention par le sport de l’obésité chez les enfants d’un quartier populaire strasbourgeois : transmissions familiales et rapports à l’activité physique. Movement Sport Sciences, 1, 75-88.

Haegel, F. (2005). Réflexion sur les usages de l’entretien collectif ». Recherche en soins infirmiers, (4), 23-27.

Recensement de la population (2013) - Limites communales au 1er janvier 2015. – Insee (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2500431 ?sommaire =2500477)

Rostand, F., Simon, C., & Ulmer, Z. (2011). Promouvoir l’activité physique des jeunes : Élaborer et développer un projet de type Icaps. Guides INPES.

IGN (2014). Carte Quartier De La Rue De Lille. Consulté sur https://sig.ville.gouv.fr/Atlas/QP/fichiers/Carte_QP062009.pdf

INSERM, (2014). « Inégalités sociales de santé en lien avec l’alimentation et l’activité physique ». Collection Expertise collective, Inserm, Paris.

Kohl 3rd, H. W., Craig, C. L., Lambert, E. V., Inoue, S., Alkandari, J. R., Leetongin, G., ... & Lancet Physical Activity Series Working Group. (2012). « The pandemic of physical inactivity: global action for public health ». The lancet380(9838), 294-305.

Lefevre, B., & Thiery, P. (2011). « Les principales activités physiques et sportives pratiquées en France en 2010 ». STAT-info : bulletin interne de liaison de la Mission de données et informations statistiques.

Marcellini, A., (2006). Déficiences et ritualité de l’interaction. Recherches & Educations, 11.

Marchiset, G. V. (2019). La conversion des corps. Bouger pour être sain. Paris, L’Harmattan.

Marchiset, G. V. (2009). Des loisirs et des banlieues. Enquête sur l’occupation du temps libre dans les quartiers populaires. Paris, L’Harmattan.

Marchiset, G. V, (2013). FICHE TECHNIQUE, « La fabrication des normes corporelles. Le cas de la promotion de la santé par les activités physiques ». (http://www.apsapa.eu/IMG/pdf/gvm_idex_apsapa.eu_normes.pdf)

Marchiset, G. V., & Gasparini, W. (2010). « Les loisirs sportifs dans les quartiers populaires : modalités de pratiques et rapports au corps ». Staps, (1), 93-107.

Marchiset, G. V., Knobé, S., Edzard, E., Piombini, A. & Enaux, C. (2018). Usages du vélo et rapports aux espaces publics des enfants : permanence de la division par sexe dans un dispositif d’apprentissage dans un quartier populaire à Strasbourg. Enfances, Familles, Générations, 30.

Margaritis, I. (2016). S’activer contre la sédentarité. Sante Publique1(HS), 7-8.

OMS aide-mémoire n° 384. (2018). Activité physique. Consulté 14 juin 2019, à l’adresse https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/physical-activity

Or, Z., Jusot, F., & Yilmaz, E. (2009). Inégalités de recours aux soins en Europe : quel rôle attribuable aux systèmes de santé ?. Revue économique, 521‑543.

Pegon-Machat, E., Jourdan, D., & Tubert-Jeannin, S. (2018). Inégalités en santé orale : déterminants de l’accès à la prévention et aux soins en France. Sante Publique, 30/2, 243-251.

Populations communales 2013 en quartier prioritaire. (s.d.). Dans Système d’information géographique de la politique de la ville. Consulté le 24 janvier 2019 sur https://sig.ville.gouv.fr/Tableaux/62119#

Rican, S., & Vaillant, Z. (2009). Territoires et santé : enjeux sanitaires de la territorialisation et enjeux territoriaux des politiques de santé. Sciences sociales et santé27/1, 33-42.

Schultheis, F., Frauenfelder, A., & Delay, C. (2009). « Les classes populaires aujourd’hui : conditions de travail et modes de vie ». (No. 14). SCALA Discussion Paper.

Schwartz, O. (2011). Peut-on parler des classes populaires ? La vie des idées13.

Soulet, M. (2005). Reconsidérer la vulnérabilité. Empan, 60/4, 24-29.

Stéphane, Beaud, S. & Weber, F. (2003). Guide de l’enquête de terrain. Paris : La Découverte.

Thomas, H., (2010), Les vulnérables. La démocratie contre les pauvres, Paris : Éditions du Croquant.

Weissland, T., Passavant, É., Allal, A., Amiard, V., Antczak, B. & Manzo, J. (2016). Fédérer les ressources régionales du sport-santé : le réseau Picardie en Forme. Santé Publique, s1(HS), 169-174.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Cette recherche est financée par la Région des Hauts-de-France et l’UFOLEP nationale.

2 Gilles Vieille Marchiset (2019) considère qu’il s’agit d’une « appellation fourre-tout » intégrant des AP très différentes, « prescription médicale et éducation physique à la santé » mêlées « dans une optique de santé et de bien-être » (p70).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation géographique QPV de la ville de Béthune.
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/11113/img-1.png
Fichier image/png, 8,9M
URL http://journals.openedition.org/rechercheseducations/docannexe/image/11113/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Ternoy, Williams Nuytens et Camille Amoura, « Tout n’est pas perdu. La possibilité d’autres usages sociaux du corps parmi les populations socialement vulnérables », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/11113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.11113

Haut de page

Auteurs

Mathieu Ternoy

Faculté des Sports et de l’Éducation Physique de Liévin
Atelier SHERPAS – équipe 3 de l’URePSS, EA 7369

Williams Nuytens

Faculté des Sports et de l’Éducation Physique de Liévin
Atelier SHERPAS – équipe 3 de l’URePSS, EA 7369

Camille Amoura

Faculté des Sports et de l’Éducation Physique de Liévin
Atelier SHERPAS – équipe 3 de l’URePSS, EA 7369

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search