Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22De la fabrique des cancres à l'in...Ma pauvreté scolaire, 1971

De la fabrique des cancres à l'inclusion éducative

Ma pauvreté scolaire, 1971

Classification, évaluation et sélection du cancre
Bernard Andrieu

Résumés

Dans cet article nous montrons comment mon état de cancre a pu être établi, en 1971, tant du point de vue d’une intelligence très concrète, distraite et imaginative, à ce moment-là, et un caractère émotif, non actif et sentimental. C’est l’occasion de comprendre à quels tests j’ai été soumis pour justifier, malgré mon capital culturel, de ma classe sociale, mon orientation scolaire en cycle 2 au Collège puis mon redoublement de 4eme II en I pour espérer passer en seconde et poursuivre au lycée dans un baccalauréat littéraire.

Haut de page

Texte intégral

Pour mes parents

1En classe de 6ème, et devant des résultats plus que moyens notamment dans les matières abstraites comme les mathématiques ou dans le respect des consignes méthodologiques et opératoires, l’inquiétude de mes parents s’exprima dans une série d’examens psychologiques et intellectuels pour en trouver la raison, sinon la cause. Bernard Lahire précise : « C’est pour la même raison que le passage historique, au sein du système scolaire français, du latin aux mathématiques comme moyen de sélection scolaire privilégié contribue à faire de la culture lettrée classique « humaniste » une culture collectivement moins enviable, socialement moins désirable qu’auparavant » (Lahire, 2019, p. 40).
Étais-je un cancre d’intelligence ou de caractère telle est la question :

« Il y a dans toute classe nombreuse un certain nombre de cancres qui sont invariablement les derniers dans les compositions, et qui ne profitent pour ainsi dire jamais de l’enseignement donné en classe ; ils y restent aussi étrangers que les mendiants qui vont l’hiver se chauffer dans notre musée du Louvre restent indifférents à la beauté des Rembrandt. Rien n’est plus intéressant que de connaître la psychologie de ces cancres ; il faut les examiner l’un après l’autre, savoir pour quelle raison ils occupent ce rang inférieur, si c’est par défaut d’intelligence ou de caractère, et si leur état peut être amendé. C’est une question qui a une grande importance sociale ; et on doit se préoccuper constamment de diminuer le nombre de ces déchets, afin qu’ils ne deviennent pas définitifs » (Binet, 1909, pp. 9-10). 

2Dans cet article nous montrons comment mon état de cancre a pu être établi, en 1971, tant du point de vue d’une intelligence très concrète, distraite et imaginative, à ce moment-là, et d’un caractère émotif, non actif et sentimental. C’est l’occasion de comprendre à quels tests j’ai été soumis pour justifier, malgré mon capital culturel de ma classe sociale, mon orientation scolaire en cycle 2 au Collège puis mon redoublement de 4ème II en I pour espérer passer en seconde et poursuivre au lycée dans un baccalauréat littéraire. En 1971 c’est encore une organisation en filières qui précède le collège unique : trois filières existent, I, II et II dite de transition : « Les élèves de la filière I (type lycée) poursuivaient en général leurs études dans le second cycle long ; les élèves de la filière II (type CEG Collège d’Enseignement Général) dans le second cycle court après la classe de troisième ; ceux de la filière III (classes de transition, CPPN, CPA etc.), s’ils ne parvenaient pas à réintégrer les filières I ou II, ou à intégrer une filière de l’enseignement professionnel, sortaient du système éducatif »(Bulle, 2008, 39). Comme l’affirme justement en 1971 Baudelot et Establet, le but de ce collège d’une école capitaliste est de diviser, depuis l’école primaire, les classes sociales : à la bourgeoisie la scolarité longue au prolétariat la scolarité courts. Etant fils d’instituteur et de professeure agrégée et en cycle II, menacé de sortie en 5eme pour un Certificat d’Aptitude professionnel, je devais trahir mon héritage de classe sociale si je restais dans le cycle II qui ne passait pas en seconde au lycée.

Le contexte 

3Le 10 mars 1971, le Directeur du Centre d’Orientation Scolaire et Professionnelle adresse à mon père un « résumé de mes observations à la suite de l’examen de Bernard » ; et d’ajouter « je serais assez heureux si mon intervention pouvait vous avoir été utile ». Je suis à ce moment-là en classe de 5e II.b du C.E.S de Rodrigues à Agen. La question se pose de savoir si je peux poursuivre mes études après le collège, car si je passe en 4ème 2 et non en 4ème 1 il ne sera pas possible d’aller au Lycée ; mais à cet instant la question est de savoir si je dois quitter le système dès la 5ème pour aller vers une formation professionnelle (Palheta, 2011) de type CA¨P (Certificat d’Aptitude Professionnel) (Legrand, Solaux, 1992) ou BEP, dans la mesure où je n’aurais pas manifesté les qualités d’abstraction suffisantes en mathématiques notamment : « Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) préparé en 3 ans à l’issue de la classe de 5e , et dont le remplacement avait été prévu en 1963 par le brevet d’études professionnelles (BEP), sera provisoirement maintenu et recréé par les lois du 16 juillet 1971 » (Bulle, 2008, 39). Je me souviens de mon intérêt dans le CES Rodrigues (Lebeaume,1997) pour le cours de TME (Travail manuel éducatif) où je fabriquais des maquettes en Balsa, notamment une aile d’avion fuselé que j’ai longtemps gardé accrochée au plafond avant qu’elle ne se rompe ; il fallait s’y rendre en traversant la cour vers des préfabriqués à côté justement des classes de cycle III, la disposition spatiale en bas de la cour devait sans doute correspondre à l’ordre des disciplines, en haut les disciplines nobles et symboliquement valorisées.
Avant la réforme Haby, le collège est structuré en trois niveaux. Le niveau 1 assure en classe de troisième le passage au Lycée d’enseignement général. Le CES (Le Collège d’Enseignement secondaire) « se définit comme un cycle d’observation de 2 ans, suivi d’un cycle d’orientation de 2 ans, mais il fonctionne selon trois filières très cloisonnées et ayant de fortes spécificités. En réalité, l’orientation prise à l’entrée même de la classe de 6ème est irréversible pour au moins 80 % des élèves »1. Le Niveau 2, celui dans lequel je suis placé en 5ème doit arrêter les études, sinon à la fin de la 5ème vers une formation courte professionnelle du type CAP, au mieux en 3ème par l’obtention du BEPC. En 1971, les CAP en 3 ans après la 5ème sont rétablis officiellement (mais les CAP en 2 ans qui ont été expérimentés sont maintenus). Le niveau 3, classe de transition, sont réservés aux enfants en difficultés psycho-sociales plus qu’au déficients intellectuels qui étaient déjà orientés vers des classes spécialisées. Je suis donc dans l’entre deux, pas encore dans la classe de transition issue des travaux d’Alfred Binet lors de la création en 1907 des classes dites spécialisées, mais pas non plus dans les classes d’excellence de niveau 1 dans laquelle j’aurais dû être au regard de l’origine sociale de mes parents et de mon capital culturel : mon père est alors surveillant général de l’École Normale d’Agen dans laquelle ma mère Suzanne Andrieu née Pendanx (1930-2017)2 agrégée d’Anglais enseigne.
Je suis l’aîné des enfants, sans doute avec une charge symbolique et une place à conquérir très investie de la part de mes parents qui ont des origines très modestes : mon père a perdu le sien très tôt, René Andrieu (1902-1954) comme représentant de commerce mort accidenté sur la route en voiture, laissant mon père Jean Andrieu (1932-)3 dans la nécessité de subvenir aux besoins de sa mère couturière à la maison, en passant le concours d’instituteurs de l’École Normale d’Agen et en abandonnant ses études de philosophie4, comme il me le confia, le soir où j’ai obtenu le concours du CAPES de Philosophie en 1988, dans un restaurant parisien, études qu’il avait commencées à Bordeaux là même où je devais faire les mêmes.
Nommé membre du Conseil économique et social par le président de la République en 1984, il est renouvelé en 1989 jusqu’en 1994. Il fait partie également du Comité d’évaluation des universités de 1985 à 1989 et de 1991 à 1995. Il est Président national de la FCPE entre 1980 et 19865 et défend Alain Savary6. Il est élu en 1992 président de la section des Affaires sociales du Conseil économique et social (CES)7, en remplacement de René Teulade, devenu ministre des Affaires sociales. Il est élu au deuxième tour à la majorité relative devant Paulette Hoffman (Force ouvrière) et Jean Mandinaud (Mutualité). Il devait participer, au regard de ce qu’il aura vécu avec moi en 5ème dans la question de l’orientation professionnelle, à la création du bac professionnel.
Ma mère, de 1946 à 1949 en classe Philosophie au Lycée Clauzel de Toulouse, est nommée au prix d’excellence dès la classe de seconde moderne et obtient un prix d’honneur avec des premiers prix en composition française, lecture exercice récitation, géographie, en anglais et en espagnol. Elle est décrite comme un « esprit fin qui fait bien augurer de l’avenir ». C’est confirmé en classe de première : « Esprit fin et solide. Elève très sûre. Elève intelligente et travailleuse. Ne se contente pas d’un à peu près. Elève brillante aux aptitudes très bien équilibrées » conclut le chef d’établissement. Avec 16 en anglais (« Excellente élève, Esprit de finesse ; Résultats brillants ») et un 1er prix en Dissertation philosophique8, Suzanne ne pouvait que réussir à la faculté de Toulouse en anglais jusqu’à l’obtention, elle, de l’agrégation. Elle était promise après son agrégation d’anglais à une carrière universitaire à l’Université de Toulouse, qu’elle avait arrêtée pour se marier avec mon père et me faire naître (Andrieu, 2016) seule à Agen, mon père étant conscrit en plein guerre d’Algérie (Andrieu, 2018) le 24 décembre 1959. Elle devait poursuivre en un Master d’histoire de l’Art à l’Université de Bordeaux plus tard ses études (Andrieu S., 1998). Le père de ma mère, Marcel Pendanx (Andrieu, 2014) amputé à la guerre de 14-18 et décédé en 19719, coiffeur avant-guerre, sera postier et Président de la Section Régionale des amputés de guerre de Toulouse et du Sud-Ouest, vice-président de la Fédération et président honoraire de l’UFAC (Union des Fédération des Anciens de Combattants) comme en témoigne l’impasse Marcel Pendanx, 31400 Toulouse.

L’évaluation de mon Q.I.

  • 10 Enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire réalisée en 1965 par l’Inst (...)

4Je passe le 26 octobre 1970 – j’ai 10 ans et 10 mois étant né le 24 décembre 1959 – un premier test ECNI IV. Le cahier IV conçu pour le cycle d’observation (CO1, CO2), qui compte 8 sous-tests de douze items chacun (total 96 items) , est mis au point pour dépister dans ces classes de 6ème qui sont dans le cycle de transition10, sinon la dyslexie, du moins le niveau de compréhension en lecture :

« André Bertin (1982), qui a participé à ce groupe, lui aussi directeur de centre d’orientation, met au point au cours des années 1970, une batterie d’épreuves de dépistage des difficultés en lecture que quelques conseillers d’orientation placés sous sa responsabilité appliquent dans les collèges dont ils ont la charge dans les districts scolaires de Juvisy, de Brunoy et de Montgeron. Les séances collectives – auxquelles J.-C. Sontag, conseiller d’orientation au C.I.O. de Montgeron, a participé – se déroulent de la manière suivante. Les élèves de sixième répondent à trois types d’épreuves : l’échelle collective de niveau intellectuel (E.C.N.I., Cahier IV), une épreuve standardisée d’orthographe et les feuilles D, E et F du test de lecture silencieuse (Pelnard, 1981 ; Aubret & Blanchard, 1991b). Le mode d’évaluation repose sur l’écart observé, chez chaque élève, entre ses résultats aux épreuves de type scolaire (orthographe et lecture) et ses résultats à l’épreuve de niveau intellectuel » (AubretBlanchard, Sontag, 2006, 447).

5Comme indiqué dans le rapport du compte rendu psychologique en page 1, ci-dessous, trois écarts sont soulignés :

L’écart entre capital culturel et classe sociale : Dans la série verbale « le vocabulaire et la compréhension verbale paraissent très insuffisants (compte tenu surtout de l’origine sociale de l’enfant) ».

6La misère de mon vocabulaire paraissait en contradiction avec ce que Pierre Bourdieu appelle une « rente de distinction » (Bourdieu 1966) correspondant au niveau et habitus de ma classe sociale d’intellectuel. Ce type de comparaisons avec l’origine sociale tient à l’enquête familiale, très proche de ce qu’Alfred Binet met en œuvre dans sa psychologie des cancres (Andrieu, 2013) :

  • 11 Enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire réalisée en 1965 par l’Inst (...)

« L’autre enrichissement offert par le bulletin familial concerne les faits, puisqu’on demande aux parents des renseignements plus précis que ceux connus habituellement par le maître. D’abord sur le passé de l’élève : fréquentation antérieure de la maternelle, et sur le lieu de naissance (d’où une identification des enfants d’origine étrangère, avec une question sur l’ancienneté de présence en France). Ensuite l’information sur le lieu de résidence de la famille permet des ventilations géographiques originales ; d’ordinaire, on ne connaît que le lieu de l’établissement scolaire. Un troisième apport est la liste détaillée des enfants de la famille : sexe, date de naissance détaillée, situation scolaire ; le résumé succinct est évidemment la taille de la fratrie et le rang de naissance de l’élève membre de l’échantillon. Sur le père et la mère de l’élève, le bulletin familial donne l’année de naissance, la nationalité et le pays d’origine des naturalisés, la profession. Le niveau d’instruction des parents n’était pas demandé »11.

  • 12 « Dans la décennie 1950, le calcul d’un QI aurait été difficile, à une époque où, sans ordinateur, (...)

7Même si le niveau d’instruction n’est pas demandé, la référence à la classe sociale12 de mes parents (Surveillant général de l’École Normale d’Agen et Agrégée d’Anglais dans le même établissement ; les Écoles Normales forment les institutrices et instituteurs, mes parents sont donc formateurs de formateurs) est autant institutionnelle que culturelle. Le capital culturel et sa reproduction aurait dû suffire pour garantir un même niveau de vocabulaire et de compréhension verbale. Selon la thèse de la reproduction sociale (Draelants, Ballatore, 2014) de Bourdieu et Passeron

« le capital culturel peut exister sous trois formes : à l’état incorporé, c’est-à-dire sous la forme de dispositions durables de l’organisme ; à l’état objectivé, sous la forme de biens culturels, tableaux, livres, dictionnaires, instruments, machines, qui sont la trace ou la réalisation de théories ou de critiques de ces théories, de problématiques, etc. ; et enfin à l’état institutionnalisé » (Bourdieu, 1979b, 3).

8Les livres ne manquaient pas à la maison, la bibliothèque de mon père trônait dans le salon et je devais, plus tard adolescent, y puiser des livres qui furent déterminants pour mon orientation vitale et philosophique. Pourquoi je ne lisais pas suffisamment ? Je n’ai pas de photographie dans l’album familial où j’aurais lu, à part sans doute les livres de la bibliothèque verte que j’ai pu conserver de cette période ; les ai-je lu à 10-12 ans ? Je n’ai pas de souvenir du moment de ces lectures : Alain Bombard Naufragé Volontaire (Ed 1969), Jules Verne Cinq semaines en ballon (Ed 1969) Jacques-Yves Cousteau et Frédéric Dumas, Le monde du silence (Ed 1971), Jules Verne, Superbe Orénoque (ed. 1973). Aussi la collection Le livre de poche, Jules Verne notamment De la Terre à la Lune (Ed 1969). Que des livres d’évasion et d’imagination comme le confirmera l’autre test de caractérologie.

Une rapidité irréfléchie : Beaucoup de réponses « mais visiblement sans avoir suffisamment réfléchi, de sorte que le pourcentage d’erreurs est élevé ».

9La volonté de bien faire s’accompagne ici d’une multiplication de réponses dans un temps vécu comme contraint par la rapidité de l’épreuve, la durée de passation du test est de 30 minutes (après lecture des consignes), peut être un affolement pour les 96 items, soit un peu moins de 18 secondes par item. En 1971 la psychologie cognitive de Piaget (Reginensi, 2014) ne parle pas encore de la dyscalculie dans les acquisitions numériques et/ou du calcul, de dyslexie‐dysorthographie (trouble de la lecture), de dyspraxie (trouble du geste et de l’orientation spatiale), de dysphasie (trouble du langage oral) ou de trouble de l’attention « avec ou sans hyperactivité » (TDA/H). Ici « l’observation est très rapide mais trop superficielle » et l’explication se trouverait à 11 ans sur mon maintien dans le stade des opérations concrètes. L’enjeu est mon « évolution intellectuelle » dans la mesure où selon une épreuve spéciale, je serais parvenu « au stade concret supérieur ». Car je suis bloqué dans le développement de l’intelligence aux opérations concrètes : « l’enfant semble très près du concret ». Cette évaluation piagétienne correspond au stade opérations concrètes (7-11 ans), ce qui correspond à mon âge lors de la passation à 11 ans et 10 mois puis 12 ans pour la passation du WISC ; mais « un ensemble de résultats un peu trop moyens. Une affectation en 6ème de type II semble donc justifiée ».
Car la question demandée par mes parents au Centre d’Information et d’orientation (CIO)Iétait de savoir si cette orientation en 6ème II, suite au CM2 était justifiée et s’il ne fallait pas la corriger, mon père ayant ressenti cette orientation comme injuste surtout dans la connaissance qu’il avait des processus de sélection. Pour être en 6ème II et pas I, il faut donc n’avoir que ces résultats si moyens et sans doute peu d’avance par rapport à la pensée catégorielle que j’aurais dû posséder si, comme l’a établi Binet, mon âge mental avait été en avance sur mon âge biologique. La sélection scolaire, démocratique dans l’accessibilité de tous au collège (Girard, Bastide, Pourcher, 1963), est en fait sociale en assurant aux enfants des cadres supérieurs un passage du triple au simplex par rapport au salariés agricoles. Comment légitimer mon maintien dans le type II, puisque j’appartiens à la classe sociale qui devrait à 95 % assurer mon passage dans le type I, sinon par une objectivation des réponses erronées, des fautes d’attention : c’est-à-dire le cas individuel de l’élève, singulier au regard de son appartenance de classe, trouverait toute sa justification par les résultats de l’évaluation.

Un manque de concentration « avec une insuffisante concentration de pensée », « une observation très rapide mais trop superficielle », « Labilité de l’attention, fatigabilité possible ».

10Ici la preuve est apportée par l’épreuve de mémoire d’un autre examen, complémentaire le 7 janvier 1971. Le Wechsler Intelligence Scale for Children ou WISC est un test de quotient intellectuel développé en 1949 par David Wechsler pour les enfants de 6 ans à 16 ans et 11 mois sur la base de ces travaux sur les adultes (Wechsler,1939). Comme l’a démontré Jacques Grégoire

« Tout comme A. Binet, l’objectif de D. Wechsler est d’obtenir un indicateur de l’efficience intel­lectuelle globale des sujets. Et, comme A. Binet, il considère que la meilleure méthode pour y parvenir est de confronter les sujets à un ensemble de tâches diversifiées dont on retient la tendance moyenne. La logique suivie est similaire à celle du sondage d’opinion. De même que le sondeur peut se faire une idée de l’opinion dominante au sein de la population à travers les réponses d’un échantillon de sujets, le psychologue peut estimer la compétence d’une personne à travers ses réponses à un échantillon de tâches. Tout comme les individus interrogés par le sondeur, le choix de ces tâches est arbitraire. L’essentiel est qu’elles soient suffisamment nombreuses et variées. Dans cette perspective, la mesure de l’intelligence n’est pas la somme de mesures d’aptitudes spécifiques. Aucune des épreuves sélectionnées par D. Wechsler ne mesure, en effet, une aptitude ciblée. Au contraire, toutes les épreuves nous fournissent des mesures composites. Leur rôle est d’être les témoins de la capacité globale et complexe d’un individu d’agir avec intelligence » (Gregoire, 2005).

11Le manque de concentration dans l’épreuve de mémoire repose sur ce qu’on appelle aujourd’hui l’indice de mémoire de travail : « Mémoire des chiffres : répéter une série de chiffres prononcés oralement, d’abord à l’endroit, puis à l’envers. Séquence lettre-chiffres : on donne une séquence de lettres et chiffres mélangés et en désordre comme 3-G-2-A ; l’enfant doit les séparer et les mettre dans l’ordre, ce qui donne : 2-3-A-G ; le tout sans papier ni crayon »13. L’observation très rapide, constatée dans mon cas, indique un bon indice de vitesse de traitement mais sans conservation suffisante de l’information d’où la labilité de l’attention et la fatigabilité interprétées. Voir rapidement dans une intuition immédiate ne garantit pas la conservation dans la mémoire de travail de l’ordre initial des séquences :

« Un enfant ayant de faibles capacités de mémoire à court terme / mémoire de travail va décrocher très rapidement dans ce type de situations, et sans aménagements de la part de l’enseignant, ne pourra pas suivre le rythme d’apprentissage moyen. Les tâches de mémoire à court terme, et surtout de mémoire de travail, comptent d’ailleurs parmi les plus puissants prédicteurs de nos capacités d’intelligence fluide (facteur g). Les capacités de la mémoire à court terme verbale sont également de bons prédicteurs des capacités d’apprentissage du langage oral (vocabulaire de la langue maternelle et de langues étrangères) et du langage écrit (surtout pendant les premiers mois d’apprentissage du code écrit et le processus de lecture par décodage). Les capacités de la mémoire à court terme verbale et visuelle et de la mémoire de travail sont de bons prédicteurs des aptitudes de calcul mental et de résolution de problèmes » (Majerus, 2014).

12Le lien entre observation rapide et manque de concentration pose la question de la distraction qui sera confirmée par le test de caractérologie que mon père me fera passer à 12 ans et 6 mois. Comme nous l’avons montré en publiant les notes d’Alfred Binet sur l’Étude expérimentale de l’intelligence (Andrieu, 2011), la distraction révèle une émotivité et une cognition plutôt imaginative comme le révèle l’étude d’Alice par rapport à sa sœur. Madeleine Binet distingue dans son article de 1902 sur les distraits, et qui porte sur une étude sur ses filles, la différence entre la distraction par fixation de l’attention et la distraction, celle d’Alice, par interruption et l’attention :

« Marguerite fixe son attention sur les calculs, et elle est en état de distraction par les contacts ; et ce qui le prouve, c’est qu’elle n’attend pas le contact, c’est qu’elle n’interrompt pas le calcul, c’est qu’elle oublie de répondre de temps en temps ; au contraire, Armande ne fixe pas régulièrement son attention sur les calculs ; son attention oscille ; tantôt elle se fixe sur les contacts, tantôt sur les calculs ; elle n’est pas en état de distraction pour les contacts, puisqu’elle les attend, puisqu’elle interrompt le calcul pour les juger, puisqu’elle n’oublie jamais de répondre relativement au nombre des pointes » (Binet, 1902).

13Certes ma distraction devait être plus imaginative que mentale. La définition de mon QI est évaluée à partir d’un QI de 130 (une précocité intellectuelle, pour un enfant) sur l’échelle de Wechsler qui repose sur une échelle à deux dimensions, comprenant deux sous-échelles : une sous-échelle de QI verbal, correspondant à l’intelligence cristallisée (mise en œuvre de connaissances existantes, issues de l’éducation), et une sous-échelle de QI de performance, similaire à l’intelligence fluide (capacité de raisonner face à des problèmes nouveaux, sans utiliser de connaissances antérieures) :
QI Verbal : 105
QI Performance : 95
Avec 100 de QI Total, je restais dans la moyenne du normal mais pas dans la catégorie des Bon QI qui commence à 120, justifiant ainsi ma pauvreté scolaire.
Suite à mon évaluation intellectuelle et psychologique, on me donna des cours privés de mathématiques, par un collègue, professeur à l’Ecole normale d’Agen, de mes parents Gérard Vinrich (1979) auteur spécialiste de la question de résolution de problème à l’IREM14. Le 10 janvier 1973 il me fit passer une épreuve de deux heures en six questions 
- « Que penses-tu des ensemble An(BuC) et (AnB)uC ? Aides toi d’un schéma
- Si tu veux expliquer la notion de réflexivité à un camarade. Que va tu lui dire ? Peux-tu donner des exemples ?
- Sais-tu à quoi sert une relation d’équivalence ?
- L’application n’est pas une bijection. Pourquoi ? Que faut-il faire pour se ramener à une bijection ?
- N est il un groupe pour l’addition ? Z est-il un groupe pour l’addition ? Z est-il un groupe pour la multiplication ?
- Effectuez les calculs suivants ! »
Ces questions relèvent des mathématiques modernes dont la réforme va être intégralement appliquése avec la réforme du collège en 1975. La réforme dite des mathématiques modernes fut conçue par la Commission ministérielle d’étude pour l’enseignement des mathématiques, plus connue sous le nom de Commission Lichnerowicz, d’après le nom de son président de 1967 à 1973. La théorie des ensembles doit ainsi être acquise au collège : Mon examinateur précise : « légère confusion entre intersection et réunion. La réunion semble plus difficile au niveau du dessin (liaisons topologiques). Après réflexion, raisonnement correct », les résultats à la question 1 précise que la différence entre intersection et réunion est comprise. Il y a encore pour la question 2 une « idée a priori que toutes les relations sont réflexives. (Il en est même sûr !). De bonnes idées pour inventer des exemples ». Pas de réponse à la question 3 sur la relation d’équivalence. A la question 4 « La bijection est une notion à reprendre depuis le début (énorme confusion). Après discussion, il semble que la notion soit pratiquement acquise ». Pour la question 5 « mauvaise connaissance des ensembles N et Z d’où difficultés pour faire les exercices. Une centaine de secondes pour résoudre 2 x 0,5 ».
Cette lenteur réflexive est constatée par déjà une centaine de secondes ici. Face même à mes erreurs de calcul dans la question 6, il écrit « Inadmissible ! ! (circonstances atténuantes après 1h45 de travail » Et de conclure « il faut travailler la rapidité du calcul mental. Attention aux étourderies ». Alfred Binet, en s’intéressant aux calculateurs prodiges, avait pu démontrer que cette vitesse repose sur une grande mémoire augmentée par l’entrainement et des stratégies de calcul (Nicolas, 1994, 264).

L’évaluation de mon caractère

14Pour distrait et peu attentif que je sois, la question se pose, alors que je reste dans une moyenne faible en fonction de mon âge, de mon caractère en recherchant des raisons psychologiques à une posture d’échec : une attitude de refus de la réussite pour se faire remarquer, se rendre aimable à défaut d’être aimé et attirer l’attention, ce qui semble avoir assez bien réussi avec cette batterie de tests mise en œuvre par mes parents et le psychologue conseiller d’orientation du CIO.

A) Un sentiment d’infériorité

15Le psychologue dresse des hypothèses sur ma personnalité :

  • 15 Et non pas « par »

« une petite investigation dans le domaine de la personnalité montre que cet enfant ressent très fortement (et sans doute plus qu’il ne le laisse paraître) ses difficultés, ses demi-succès, ses insuffisances (ou ce qu’il croit être). Peut-être le fait que ces réponses manquent de nuances peut-être a-t-il exagéré les tendances qui se manifestent ? Le désir d’être plus intelligent qu’il n’est, d’être mieux aimé de ses camarades, d’accéder au statut d’adulte, etc… montre un sentiment d’infériorité marqué qui trouve peut-être une compensation dans une fuite dans la rêverie, mais qui est heureusement contre balancé pour15 une adaptation familiale très sécurisante ».

16Même si deux « peut-être » soulignent le caractère hypothétique de l’interprétation psychologique, trois jugements sur ma personnalité sont affirmés : 1. Un ressenti très fort de l’échec ; 2. La volonté intentionnelle d’exagérer l’échec ; 3. Un sentiment d’infériorité marqué. Les enquêtes démontrent la difficulté, aujourd’hui, et sans doute davantage hier, pour les enfants en échec d’exprimer (Mabilon-Bonfils, 2011) leur ressenti tant à l’école que dans leur famille. La sous-évaluation de mes capacités aurait précipité un comportement à la fois de défi bravache et une tentative désespérée de compensation.

B) E.NA.S : Sentimental

17À 12 ans et 6 mois je passe ce test de caractère, test-diagnostic du caractère de Roger Gaillat (Gaillat., 1973) avec les synthèses indiquées au crayon à papier. Mais en fait en regardant de près il s’agit d’un texte rempli par mon père sur moi, sa représentation de ce que je suis à cet âge : je reconnais en haut à gauche de la première page son écriture. Le 28 aout 2016 mon père me répond à la question “est-ce bien ton écriture“ : « Oui c’est bien mon écriture. Je ne sais plus dire en quelles circonstances, peut être s’agissait-il de la scolarité en 6ème ». Donc c’est la perception de mon père de mon caractère puisque le test ne note pas des réponses du sujet à des questions, mais établit une quotation sur une succession d’items. Il s’agit de mesurer l’attitude naturelle et habituelle de l’élève normalement par un professeur afin d’établir une analyse caractérielle des élèves d’une classe par leur maître.
Rene Le Senne fonde en France l’école de caractérologie suite aux travaux des psychologues hollandais Enno Wiersma (1858-1940) et Gerardus Heymans (1852-1930). Ils établissent en 1909 trois types de caractère au moyen de trois facteurs qui sont l’émotivité, l’activité, et le retentissement. Roger Gaillat, dans le test que j’ai passé, a ajouté un quatrième facteur qui est l’ampleur du champ de conscience. Selon les travaux de Gerardus Heymans on peut catégoriser le caractère en additionnant les trois facteurs :

« L’examen des réponses suggère à Heymans l’existence de deux composantes fondamentales du caractère : l’émotivité et l’activité ; et que ces dispositions peuvent être dites primaires, c’est-à-dire spontanées, naturelles et plus ou moins fluctuantes ; ou bien secondaires, c’est-à-dire provoquant un retentissement plus profond et plus durable, mais aussi plus de cohérence et d’intégration au comportement5. Il résume ces observations suivant trois axes7 :
- activité (axe des abscisses), notée A : énergie et importance de la réaction physique à un stimulus
- émotivité (axe des ordonnées), notée E : intensité et fréquence de la réaction émotionnelle à un affect ou stimulus
- « secondarité », notée S : intensité des affects à long terme »16.

18Ces trois axes se traduisent sur le document annoté par mon père ; on voit en haut à gauche la formule : ENAS Emotivité Non Activité Secondarité. Et en fonction des résultats je suis dans le sommet Sentimental.
- passionné : E+ A+ S+
- phlegmatique : E- A+ S+
- colérique : E+ A+ S-
- sanguin : E- A+ S-
- sentimental : E+ A- S+
-
apathique : E- A- S+
- nerveux : E+ A- S-
- amorphe : E- A- S-
Selon les interprétations une synthèse de caractère pur sentimental pourrait être conçue :

« Sentimental (Émotif non Actif Secondaire) : Ambitieux qui restent au stade de l’aspiration. Méditatifs, introvertis, schizothymes. Souvent mélancoliques et mécontents d’eux-mêmes. Hésitants, réservés, scrupuleux, ils alimentent leur vie intérieure par la rumination du passé. Ils savent mal entrer en relations avec les autres et tombent aisément dans la misanthropie. Maladroits, ils se résignent d’avance à ce qu’ils pourraient cependant éviter. Individualistes, ils ont un vif sentiment de la nature. Terrain : Anergique = Eau Yin (Rein) ou Dystonique = Feu Yin (Cœur) »17 !

19Sur la partie Émotivité, les résultats notés + (soit 6 item sur 10) par mon père sur mes attitudes à 11 ans :

« laisse voir facilement son trouble intérieur, a le rire et les larmes faciles, s’impatiente dès que quelque chose ne va pas comme il veut, très susceptible et facilement irritable quand on le taquine ou le plaisante, a des sautes d’humeur pour un rien, s’enthousiasme ou s’indigne aisément, sympathise ou s’oppose avec vivacité ».

20La cohérence de ce nombre de + dresse le portrait de ce qu’affirmait le psychologue « cet enfant ressent très fortement ». Ainsi tant dans la sphère scolaire que dans la sphère familiale et privée, il semble que l’expertise psychologique, qui précède pourtant le test de caractérologie, soit confirmée par l’examen de ce qui serait mon caractère. Ma pauvreté scolaire serait ainsi un excès d’émotivité et non un déficit d’intelligence ce qui a pu apparaître rassurant pour la poursuite de ma scolarité. La pauvreté de caractère remplacera la pauvreté scolaire.
Sur la partie Activité qui conclura à ma NA Non Activité avec 5 items sur 9 (avec des +- et des - dont un non rempli par mon père) :

« Se met à l’ouvrage lentement ou péniblement ; aime ajourner ce qu’il doit faire ; préfère changer de tâche, fait peu de travail utile en peu de temps ».

21Les questions de l’absence de motivation pour le travail utile et l’opiniâtreté, voire l’accomplissement du devoir semblent exprimer une absence de volonté assez caractéristique de ce que Binet appelle le cancre très peu investi et intéressé par les tâches obligatoires, et sans doute scolaires. Pour autant la difficulté de quotation + et – prouvent que sans doute, déjà enfant, je devais trouver des activités plus passionnantes que je réalisais sans doute avec joie, quoi que rien n’en indique la matière et que je n’en ai pas de souvenirs. Être Non Actif est une perception en 3ème personne à ce moment-là.
Sur la partie Retentissement, 4 items sur 10 sont soulignés en – ce qui semble confirmer le premier test qui avait conclu

« une petite investigation dans le domaine de la personnalité montre que cet enfant ressent très fortement (et sans doute plus qu’il ne le laisse paraître) ses difficultés, ses demi-succès, ses insuffisances (ou ce qu’il croit être). Peut-être le fait que ces réponses manquent de... a-t-il exagéré les tendances qui se manifestent »,

22surdéterminant aussi sans doute la quotation et confirmant ce qui serait mon caractère :

« Très vite réconcilié après une réprimande., Oubli très rapidement cette impression pénible, Transgresse volontiers les interdictions, incapable de résister aux sollicitations extérieure (bavardage…). La manque d’attention pourrait trouver une raison ici à mon manque d’attention, la volatilité centripète tourné vers l’extérieure et le monde ».

23La partie Ampleur du champ de conscience, qui est un item supplémentaire, tend à confirmer le caractère désordonné de ce qui serait ma personnalité, le cancre émotionnel devenant ici un cancre social par les défauts : « se contente d’une finition grosso-modo, négligent, désordonné, peut travailler avec un certain bruit, ne montre pas de préférence pour une matière en particulier… ». Ce désordre, qui me permettra plus tard de faire du switch et de travailler sur plusieurs projets en même temps, était perçu comme un manque de discipline et de contrôle de l’environnement.

Conclusion

24Mon parcours scolaire de 6ème à la 4ème II, avec ces tests intellectuels, si critiquables rappelle Michel Tort (1974) quand ils sont appliqués comme cela, psychologique et de caractère conduiront à mon redoublement de 4ème II en 4ème I, sans lequel je n’aurais jamais pu passer au Lycée, avoir mon baccalauréat (nous étions 65 % de ceux et celles passés au lycée à l’obtenir en 1978 dont 80 % d’enfants de cadre18), aller à l’université passer une thèse puis une HDR, devenir Maître de conférences et maintenant professeur d’Université. Dans ma génération 1959 combien ont-ils pu le devenir ?
Mais ma pauvreté scolaire m’a poursuivi aussi en passant 14 fois l’agrégation externe de philosophie, et même si j’ai été admissible la première fois avant de partir au service militaire, pour 4 admissibilités dont trois fois de suite, j’ai pu obtenir un Capes, donc bi-admissible, en étant sur la liste supplémentaire et rattrapé l’été. Peut-être suis-je resté ce cancre scolaire diagnostiqué dans ce que j’ai pu appeler le corps du chercheur (Andrieu, 2011) ? L’attachement aux travaux d’Alfred Binet et à la psychologie des cancres nous a rendu sensible, moins à cette idiosyncrasie de notre parcours et créativité, qu’à la double influence de ce que Binet appelle les causes intrinsèques et les causes extrinsèques.
Je remercie ici mes parents, qui, malgré ces diagnostics, ont cru en moi et m’ont toujours soutenu ainsi que ceux et celles qui m’ont tendu la main pour progresser et structurer le déploiement des idées de mon corps (Andrieu, 2020). Le jour de ma mort j’espère avoir pu rendre à tous et à toutes et à chacun.e ce qu’ils/elles m’ont donné.

Haut de page

Bibliographie

Andrieu B. (2011). Les notes d’Alfred Binet sur L’étude expérimentale de l’intelligence (1899-1902) », Recherches & éducations [En ligne], HS | octobre.

Andrieu B., ed., (2011). Le corps du chercheur, Une méthode immersive. Nancy : P.U. Nancy.

Andrieu B. (2013). Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet », Recherches & éducations, 8, 167-183.

Andrieu B. (2014,). La Guerre en 1er personne. Le carnet de dessins de Marcel Pendanx, 1917-1918, Corps, 12, 143-155, Paris : Ed CNRS

Andrieu B. (2016). Dans le corps de ma mère, Ed Bilingue, Trad et Préface P. da Nobrega, Natal : Ed UFRN

Andrieu B. (2018) La carte du père, Ed. Bilingue, Trad P. da Nobrega, Natal : Ed UFRN

Andrieu B. (2020) Avant moi. Les idées de mon corps, 1959-1969, tome 1, Paris : L’harmattan.

Andrieu S. (1998). Le théâtre Ducourneau d’Agen, dans Delpon H., Koscieilnak J.P., Lachaise B., eds., Regards sur l’histoire du Lot-et-Garonne au XXe siècle : actes du colloque organisé par les Amis du vieux Nérac : Agen, 18 octobre 1997, Nérac, 19 octobre 1997, Ed Les Amis du vieux Nérac.

Anonyme. (1971). Mort de Marcel Pendanx, Le grand Invalide, n° 507, 1er mars.

 Aubret J., Blanchard S., Sontag J.C., (2006). Évaluer les compétences en lecture des collégiens en 6e/5e , L’orientation scolaire et professionnelle, 35/3, 446-473.

Baudelot C., Establet R., (1971). L’école capitaliste en France, Paris, François Maspero.

Binet A. (1902). Les distraits, L’Année psychologique, 9, 169-198.

Binet A. (1909). Les Idées modernes sur les enfants. Paris : Flammarion.

Bourdieu P. (1966). Condition de classe et position de classe, Archives européennes de sociologie, t. VII, n° 2, pp. 201-229.

Bourdieu P. (1979). Les trois états du capital culturel, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 30, 3-6.

Bulle N. (2008), Vers un renouveau du collège unique ?, Cahiers français « Le système éducatif et ses enjeux », n° 344, p. 37-42.

Draelants H., Ballatore M. (2014). Capital culturel et reproduction scolaire. Un bilan critique, Revue française de pédagogie, 186, 115-142.

Gaillat, R. (1973) Clefs pour la caractérologie, Paris : Ed. Seghers.

Girard A., Bastide H., Pourcher G. (1963). La facteur social, Enquête nationale sur l’entrée en sixième et la démocratisation de l’enseignementPopulation, 18-1, 9-48.

Gregoire J. (2005). Les métamorphoses des échelles de Wechsler, Journal des psychologues, https://www.jdpsychologues.fr/article/les-metamorphoses-des-echelles-de-wechsler

Lahire B. (2019). Le poids des inégalités, Dans B. Lahire ed., Enfances de classe. De l’inégalité parmi les enfants, Paris, Seuil.

Lebeaume J. (1997). Des travaux manuels à la technologie : reconversion et reconstruction d’identité. Recherche & Formation, 25, 23-32.

Legrand L., Solaux G. (1992). Du CAP et de ses usages... (1959-1992). Revue française de pédagogie, 100, 47-58.

Majerus S., (2013). Apprentissages scolaires et mémoire de travail / mémoire à court terme, https://www.fondation-lamap.org/fr/page/51365/apprentissages-scolaires-et-memoire-de-travail-memoire-a-court-terme

Majerus, S. (2014). L’évaluation de la mémoire à court terme. In X. Seron & M. Van der Linden (Eds.), Traité de neuropsychologie clinique – 2ème édition (pp. 166-177). Marseille : Solal.

Mabilon-Bonfils B. (2011). Les élèves souffrent-t-ils à l’école ? Des souffrances « ordinaires » qui ne peuvent se dire, Adolescence, 3, n° 77, 637-664.

Nicolas S. (1994). La mémoire dans l’œuvre d’Alfred Binet (1857-1911), L’Année psychologique, 94-2, p. 257-292.

Palheta U. (2011). Le collège divise. Appartenance de classe, trajectoires scolaires et enseignement professionnel. Sociologie, 4, vol. 2, 363-386.

Reginensi L. (2014). Du statut de la logique chez Jean Piaget, Revue Internationale des sciences sociales, 3 ; n° 181, 491-505.

Tort M. (1974). Le quotient Intellectuel, Paris, Maspero. 

Vinrich G. (1979). La Résolution des problèmes de division au C.E. dans deux types de situations didactiques, Bordeaux : Irem.

Wechsler D., (1939). The measurement of adult intelligence, London: Williams & Wilkins.

Haut de page

Notes

1 http://www.parisschoolofeconomics.com/grenet-julien/Memos/Institutions%20scolaires.pdf

2 https://www.dansnoscoeurs.fr/suzanne-andrieu/1998941

3 https://www.persee.fr/doc/inrp_1295-1234_2000_ant_1_2_3204

4 http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/archoral/temoins/112.htm

5 https://www.lemonde.fr/archives/article/1980/05/28/m-jean-andrieu-succede-a-m-cornec-a-la-tete-de-la-federation-des-conseils-de-parents-d-eleves_2820962_1819218.html

6 https://www.lemonde.fr/archives/article/1984/06/12/m-jean-andrieu-parents-d-eleves-m-savary-joue-les-pompiers-de-service_3025101_1819218.html

7 https://www.lesechos.fr/1992/04/ces-jean-andrieu-925067

8 Les textes expliqués étaient : Descartes, Discours de la méthode ; A. Comte, Cours de Philosophie positive ; Cl. Bernard Introduction à la médecine expérimentale.

9 Mort de Marcel Pendanx, Le grand Invalide, n° 507, 1er mars 1971.

10 Enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire réalisée en 1965 par l’Institut National d’Études Démographiques (INED) et l’Institut National d’Étude du Travail et d’Orientation Professionnelle (INOP) http://nesstar.ined.fr/other_docs/IE0100_T2.pdf

11 Enquête nationale sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire réalisée en 1965 par l’Institut National d’Études Démographiques (INED) et l’Institut National d’Étude du Travail et d’Orientation Professionnelle (INOP) http://nesstar.ined.fr/other_docs/IE0100_T2.pdf, op. cit., p. 7.

12 « Dans la décennie 1950, le calcul d’un QI aurait été difficile, à une époque où, sans ordinateur, les exploitations ont été faites en trieuse mécanique. Une autre raison est l’orientation psycho-sociale des analyses faites après 1944. René Gille voulait non seulement écarter l’effet de l’âge des élèves, mais aussi l’effet de leur appartenance sociale. Deux élèves de même âge mais de milieux sociaux différents, et qui ont des performances brutes différentes, peuvent être jugés équivalents si l’on écarte l’effet attendu de la différence des milieux d’origine. L’enquête de 1965, en utilisant le QI, a montré directement les différences entre catégories socioprofessionnelles à âge égal. Mais sans créer un score qui serait "à âge égal et à milieu social égal", Op. cit., p. 31.

13 https://www.laubeduchene.fr/precoces-surdoues-haut-potentiel-test-qi/

14 https://data.bnf.fr/fr/12055493/gerard_vinrich/

15 Et non pas « par »

16 https://fr.wikipedia.org/wiki/Gerardus_Heymans

17 https://www.drnature.fr/caracterologie-portrait-resume-des-8-caracteres/

18 https://www.inegalites.fr/L-inegal-acces-au-bac-des-categories-sociales ?id_theme =17

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Andrieu, « Ma pauvreté scolaire, 1971 », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/11211 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.11211

Haut de page

Auteur

Bernard Andrieu

URP 3625 I3SP, Université de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search