Navigation – Plan du site

AccueilRecherches & Éducations22De la fabrique des cancres à l'in...La fabrique de l’urgence Réflexio...

De la fabrique des cancres à l'inclusion éducative

La fabrique de l’urgence
Réflexion sur l’accompagnement socio-éducatif d’un MNA

Maxime Dauphin

Résumés

Cet article expose la problématique de la pauvreté scolaire en s’orientant plus spécifiquement sur une population accueillie en France : les mineurs non-accompagnés. L’analyse critique met en évidence une priorité politique sécuritaire dans la gestion d’une telle population « à risque » face à des enjeux éducatifs relevés par les travailleurs sociaux au travers notamment la problématique de la pauvreté scolaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Mineur Non Accompagné est pris en charge dans le dispositif de la protection de l’enfance. Les articles L112-3 et L221-2-2 du CASF précisent que s’agissant de jeunes « privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille », ils peuvent entrer dans le droit commun de la protection de l’enfance. Le texte qui suit est une manière de prendre la thématique du dossier d’un point de vue plus pratique. Il cherche à analyser le traitement spécifique qui conditionne les pratiques socio-éducatives et une souffrance observée chez une grande partie de ces jeunes que je côtoie en tant qu’éducateur spécialisé. Mon expérience professionnelle me permet de mettre en lumière la complexité de l’accompagnement d’un jeune MNA, pris dans un maillage administratif aliénant la capacité d’action éducative. La « protection » de cette enfance s’effectue en effet systématiquement au travers de procédures : la conséquence première est l’occultation, pour ces jeunes de la dimension sociale et du soin. En effet, la prise en compte du statut de jeune en situation de danger car isolé sur le territoire français se mêle à une question administrative épineuse car profondément normative concernant le devenir du jeune. Il faut savoir qu’une grande majorité de ces jeunes arrivant sur le territoire national sont âgés de plus de 16 ans. C’est à partir de cet âge qu’ils peuvent obtenir de titre de séjour de plein droit à leur majorité. En conséquence, il est proposé presque automatiquement à ces enfants MNA des formations en apprentissage : car pour déposer une demande de régularisation à titre exceptionnel il faut, pour un jeune pris en charge par une institution relevant de l’Aide Sociale à l’Enfance, justifier de six mois de formation qualifiante. Une course effrénée s’installe alors au travers un paradoxe : protéger l’enfance tout en le faisait au travers des procédures qui relèvent d’une véritable fabrique de l’urgence.
Au cours de mon expérience professionnelle, notamment en foyer d’urgence sur Paris relevant de la protection de l’enfance, j’ai rencontré des jeunes malmenés par leurs parcours institutionnels. Beaucoup d’entre eux avaient multiplié les parcours d’exils, qu’ils soient migratoires mais aussi institutionnels, et ne savaient tout simplement pas s’il fallait qu’ils déplient leurs affaires dans leurs chambres. Nous représentions alors « qu’un éducateur de plus » … Ma réflexion repose sur la possibilité d’un lien entre la logique de gestion des enfants abandonnés et le processus actuel de l’enjeu qui serait, hier comme aujourd’hui, de fabriquer un corps utile à la société française. Ainsi, la protection de l’enfance se connecterait dès son origine à une gestion sécuritaire, l’enfant étant envisagé avant tout selon le danger qu’il pourrait faire peser sur la société.

La protection de l’enfance pour le mineur isolé, une suite de procédures

  • 1 Aide Sociale à l’Enfance.

2Cette fabrique serait indubitablement liée à la logique du parcours. A la différence de l’enfant de l’ASE1 français traditionnel, l’enfant de nationalité étrangère doit, dès son arrivée dans les institutions françaises, passer une batterie de tests pour prouver sa minorité comme des entretiens sociaux voire des tests osseux. Ce parcours du combattant est relaté par Eugénie Barbezat dans le journal l’Humanité. Elle évalue à 80 pour cent la part des Mineurs Étrangers Non Accompagnés qui vivent dans la rue durant plusieurs mois dans l’attente d’être reconnus officiellement comme tels. Entre l’affichage universaliste de la protection de l’enfance et la réalité sociale, il y aurait ainsi une grande différence :

« Les conditions d’existence que leur propose l’Aide Sociale à l’enfance (ASE), censée les prendre en charge comme n’importe quel enfant vivant sur le territoire français, sans distinction de nationalité, sont loin de leur permettre. Logés dans des hôtels bon marché ou dans des appartements partagés, sommairement meublés, quand ils ont la chance d’avoir été reconnus mineurs, ils sont souvent à la rue en attendant qu’un juge les reconnaisse comme tels. » (Barbezat,s 2020, p. 2)

  • 2 Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués.

3Ainsi, les mineurs étrangers, parce que d’abord soupçonnés de ne pas être réellement mineurs et parce qu’initialement isolés, ne seraient pas traités de la même manière que le sont les mineurs français passant un parcours plus traditionnel au sein de l’ASE. Violaine Husson, responsable des mineurs non-accompagnés à la CIMADE2 en témoigne :

« L’authenticité de leurs papiers d’identité est systématiquement contestée et l’enquête les concernant est souvent menée à charge. On n’hésitera pas à déclarer un adolescent majeur au vu de sa stature, de sa capacité à se débrouiller, à parler français … » (Husson, 2020, p. 4)

4L’attente de l’obtention d’un statut de minorité laisse donc certains jeunes dans une situation d’extrême marginalité ce qui aggrave leur situation personnelle, qu’elle soit d’ordre psychique, que du domaine de l’insertion sociale. Pourtant, il existe pour ces tests une marge d’erreur importante (Gaubert, 2019). Cette marge d’erreur est problématique si l’on considère les conséquences que ces tests ont sur le devenir du jeune migrant. La loi 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfance insiste pourtant sur le caractère subsidiaire de cet examen, lequel ne peut être réalisé qu’en l’absence de documents d’identité valables et lorsque l’âge allégué n’est pas vraisemblable. (Parinet, 2019). Il faut ainsi ajouter à ces tests la justification de la minorité par des papiers administratifs et le détail du parcours migratoire. A la suite de ces procédures de « triage », les jeunes déclarés mineurs sont pris en charge dans le cadre de la protection de l’enfance. Ils sont répartis à l’échelle du territoire par le système de la péréquation. L’entrée dans le dispositif de Protection de l’Enfance procède ainsi au découpage d’une population ciblé.
Il faudrait déduire de cette première description que la Protection de l’Enfance commence par une logique sécuritaire, celle du contrôle d’une population jugée « à risque ». Nous pouvons retrouver dans ces procédures la logique biopolitique de Michel Foucault (Foucault M., 2004) : l’exercice du pouvoir vise à trier, marquer le corps puis le distribuer à l’échelle nationale. Cette logique distributrice distincte du traitement des enfants français de l’Aide sociale à l’enfance intensifie une gestion spécialisée d’une population « à risque ». Si j’ai pu accompagner ces jeunes dans des institutions relevant de la protection de l’enfance, ce n’est pas le cas pour tous, comme l’explique Violaine Husson :

« Ces enfants doivent être logés, nourris correctement, scolarisés, avoir accès à des soins et à une vie sociale et culturelle. La réalité est tout autre, notamment pour ceux qui ont plus de 16 ans. Ils sont souvent seuls, dans des hôtels vétustes ou en appartement partagés, sans accompagnement, ni scolarisation, l’État considérant qu’il n’y a plus d’obligation scolaire après 16 ans. Une minorité est même laissé à la rue. » (Husson, 2020, p. 4)

5Le statut de « migrant » a une conséquence non négligeable dans le traitement de ce type d’enfant, car le jeune étranger ne relève pas seulement du dispositif juridique de la protection de l’enfance mais aussi du cadre légal qui régit l’entrée et le séjour des étrangers en France et des dispositions évolutives des politiques migratoires. Ainsi d’emblée, le jeune et son éducateur doivent travailler dans un environnement de suspicion systématique.

L’enfant MMA, le vagabond des temps modernes ?

6Intéressons-nous donc à la nature légale du statut de protection. La vulnérabilité d’un enfant MNA est reconnue par le fait même qu’il est « non accompagné ».

L’enfant trouvé

7Un détour généalogique sur la manière dont l’État Républicain se représente l’enfant-abandonné peut permettre la compréhension des pratiques du présent. En effet la réponse dans la prise en charge de l’enfant abandonné de l’Assistance publique de la fin du XIXème siècle est disciplinaire (Foucault, 1975). L’étude d’Ivan Jablonka sur le projet politique qui guide l’action de l’Assistance publique républicaine semble attester une telle lecture : « Son projet, qui se veut libérateur, est indissociablement normatif. C’est pour être affranchis de maux ancestraux que les enfants sont d’abord encadrés et contrôlés. » (Jablonka 2005). La logique de répartition décrite plus haut n’est pas sans rappeler le sort réservé aux enfants orphelins, abandonnés ou trouvés au XIXème siècle. Cette qualification du vivant dans un domaine d’utilité ramène à la mise en place d’un dispositif datant du décret impérial du 19 janvier 1811concernant les enfants trouvés ou abandonnés :

« Comme l’Empire napoléonien voulait des pupilles aptes à servir dans les régiments d’infanterie et sur les navires de guerre, la République défendue par Jules Méline et administrée par le Parti radical s’est efforcée de transformer les pupilles en petits paysans, piliers d’une France terrienne immunisée contre l’exode rural et l’industrialisation.» (Jablonka 2005).

8Face à l’exode rural, une nouvelle force de travail pouvait servir à résorber le manque de main d’œuvre à la campagne. De la même manière que le décret de 1811 vient établir à l’échelle du territoire national un dispositif de redistribution des corps, l’enfant mineur-non-accompagné aujourd’hui se voit « balloté » d’institution en institution au nom du système de péréquation. Ceci explique l’argumentaire de désengorgement de régions saturée par l’accueil de tels jeunes comme celle de l’Ile de France, encore une fois très louable car on peut y retrouver l’intérêt de l’enfant. Toutefois la politique de 1811 répond à une commande sanitaire mais aussi utilitaire par cette volonté d’en faire de futurs citoyens utiles à la société.
Yvan Jablonka, dans son ouvrage Ni père, ni mère : Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939) explique qu’au XIXème siècle et au début du XXème siècle, l’Assistance publique n’encourageait pas les pupilles à poursuivre l’école après treize ans. Le certificat d’étude finalisait en quelque sorte le parcours scolaire de ces enfants. Dès 1880, l’Assistance publique de la Seine favorisa la mise en place d’une politique d’apprentissage dans le but de « produire un corps d’élite ouvrier aussi bien dans l’agriculture que dans l’industrie » (Jablonka , 2009, p. 190). La visée utilitaire se joignait ainsi à un sentiment d’opprobre social à leur égard, ce qu’Alexis Danan dénonça dans son reportage « la ronde des enfants perdus » dans les années 1930 :

« Avant la guerre, raconte le journaliste, un directeur d’école intervient « de façon pressante » en faveur de deux jumeaux de l’Assistance publique qui viennent d’être reçus au certificat d’études : « Ces enfants, dit-il au directeur d’agence, ont d’étonnantes facilités. Si vous ne voulez les pousser aux études, au moins mettrez-les en apprentissage. -Ta, ta, ta, répliqua le fonctionnaire. L’agriculture manque de bras. Ils seront vachers. » (ibid., p. 184) 

9Si, selon Yvan Jablonka, les enfants-trouvés et abandonnés représentent les grands oubliés de la démocratisation scolaire (ibid., p 187), ce qui m’anime dans ma réflexion c’est cette logique économique du pouvoir qui vient déterminer l’avenir de l’enfant :

« L’apprentissage auquel sont destinés les pupilles méritants de l’Assistance publique vise à les doter d’un métier qualifié, mais aussi à les détourner d’un savoir trop abstrait. Certains historiens jugent que cette orientation promeut une « anesthésie sociale par l’enseignement. » (ibid., pp. 189-190) 

L’enfant vagabond

  • 3 La loi du 24 juillet 1889 sur la protection judiciaire de l’enfance maltraitée.

10Pour autant une comparaison avec la figure de l’enfant trouvé peut s’avérer insuffisante car l’expérience de la gestion des mineurs isolés étrangers se rattache à une figure de l’enfance moralement abandonnée : le vagabond. En France le personnage type de la grande marginalité́, le désaffilié social par excellence, c’est le vagabond et non l’enfant trouvé, abandonné ou orphelin. Qualifié « d’errant », cet étranger présent sur le territoire national n’est reconnu par personne et suscite le rejet voire l’indignation de la société. Au milieu du XIXe siècle des pratiques de contrôle des familles populaires par la mise en place de méthode d’élevage et d’éducation de leurs enfants se développe, un vaste plan qui est celui de la protection de l’enfant moralement abandonné concomitant à une police des familles (Donzelot, 2005), populaires. Donzelot montre que ces processus permettent le transfert progressif de la souveraineté, de la famille « moralement insuffisante » vers le corps des notables philanthropes, des magistrats et des médecins spécialisés dans l’enfance (ibid., p. 80). L’établissement des lois de 1889, 1898 de protection de l’enfance et de 19123, des tribunaux pour enfants, légitiment une telle analyse. Ces lois sont conduites dans un profond mépris à l’égard de la puissance paternelle, voire une normalisation de la conduite éducative. Une archive partagée par Jacques Donzelot, extraite d’une brochure de l’Union pour le sauvetage de l’enfance, datant de 1885, l’atteste :

« Ces parents qui avaient considéré leurs enfants comme des bouches inutiles ou des choses à exploiter les abandonnent volontiers à des sociétés qui voulaient bien se charger de les élever. Mais quand ils jugeaient qu’ils avaient un âge suffisant, ils les revendiquaient pour les exploiter, les livrer au vagabondage et à la prostitution. (ibid., p. 80)

11La conséquence en fut l’avènement d’une politique préventive de protection de l’enfance par production d’un portrait type du délinquant futur, le prédélinquant, que Donzelot définit comme un enfant en danger de devenir dangereux. Il explique :

« Sur lui, on va alors mettre en place une infrastructure de prévention, déclencher une action éducative qui puisse opportunément le retenir en deçà du délit. Objet d’intervention, il sera du même coup, et à son tour, objet de savoir. On étudiera finement le climat familial, le contexte social qui fait que tel enfant devient un « à risques » (ibid., p. 80)

12La figure de l’enfant « vagabond », moralement abandonné, inquiète car elle échappe aux cadres législatifs en vigueur sur l’âge minimum du travail, l’obligation scolaire, la puissance paternelle, le contrôle de la prostitution. S’ajoute à cela le problème de l’identification d’enfants vagabonds étrangers sur le territoire national. S’il est de plus en plus improbable d’échapper sur le territoire national aux dispositifs d’enquêtes, menées notamment par la police et les assistantes sociales de l’époque, faute de carte d’identité, d’état civil et de contacts avec les familles d’origine, le flou demeurait souvent sur leur nom, leur lieu de naissance, et même leur âge.

« Or, du fait de leur statut de mineur - irresponsable civil et pour partie pénal - l’absence de tuteur légal s’avère problématique. Qui répondra alors des actes commis par le mineur interpellé ou qui prendra en charge sa protection ? » (Gardet, s.d)

13Malgré le progressisme qu’elle constitue, l’affirmation d’un souci de protection pour toute catégorie d’enfant universellement reconnue comme vulnérable s’inscrit néanmoins dans une gestion d’un « risque » face à cette figure du danger. Cette logique sécuritaire trouve sans doute son origine généalogique dans l’essence même du fondement de Protection de l’enfance qui, dès la fin du XIXème siècle, institue une approche préventive par la gestion d’un risque de danger pour l’enfant mais aussi la société. La répression du vagabondage a été une des grandes obsessions des sociétés traditionnelles et c’est autour de cette figure du vagabond exclu de partout et condamné à errer dans une sorte de no man’s land social, que se fondent des appareils disciplinaires censés contrôlés et mesurer au mieux le degré de déviance (Gajac, 2015).
Mathias Gardet détaille l’histoire des relations entre la Justice et les jeunes dits « non accompagnés » :

« De la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, les dossiers judiciaires, les affaires et faits divers reportés par les médias et les rapports des œuvres habilitées font mention de jeunes de moins de 16 ans ou de moins de 18 ans qui seraient « vagabonds », sans foyer, loin de leur famille, parfois même en rupture avec cette dernière ; des jeunes désignés alors comme « isolés » car sans attache familiale de proximité. Ils ne sont pas forcément orphelins, sont trop âgés pour être considérés comme des enfants abandonnés mais trop jeunes pour être considérés comme autonomes. En plus de leur isolement se pose le problème de leur assimilation nationale ou au contraire de leur rapatriement. Doit-on, comme a eu coutume de le faire l’Assistance publique pour les enfants étrangers nés en France, les adopter d’office et les considérer comme français ou au contraire les renvoyer chez eux ? » (Gardet, s.d)

14Foucault explique la manière dont les disciplines distinguent, classent et répartissent chaque individus (Foucault, 1975). Le cas du MNA ne dérogerait pas à la règle : ainsi, la vulnérabilité nécessite légalement une prise en charge dans le cadre de la protection de l’enfance au nom d’un risque de danger pour sa sécurité, sa moralité et sa santé ; mais la prise en compte de cette vulnérabilité, juxtapose, voire disparaît avec le « facteur de risque » qu’il représente pour la société.
Selon cette lecture, nous pourrions voir ainsi, dans la prise en charge de ce vagabond des temps modernes, une logique sécuritaire (politique migratoire) prenant le pas sur l’une énoncée comme humanitaire (protection de l’enfance). Ainsi, ce n’est pas le sentiment de protection de l’enfance qu’il faudrait interroger mais plutôt la sémantique de celui-ci, tout en le liant avec cette production qui s’exerce depuis un siècle d’un prédélinquant soumis à des mécanismes de contrôles disciplinaires et d’une gestion globale voire biopolitique d’une population « à risque ». Ceci générerait une véritable pauvreté scolaire des jeunes accompagnés.

Une pauvreté scolaire des jeunes

15L’enfant MNA semble être désaffilié principalement en raison de son exil migratoire, mais aussi de sa situation et de son statut social. Comment penser que ces mécanismes et ces procédures n’aient pas de conséquence avec l’éducation et la scolarisation de ces jeunes hommes et de ces jeunes femmes ? Le parcours de ces jeunes a nécessairement un impact sur leur scolarité que chaque professionnel et praticien peut observer au quotidien : la majorité des jeunes originaire du Mali du service où je travaille actuellement par exemple, nous narrent au cours de leur récit de vie, une vie faite de vagabondage et d’un parcours scolaire sporadique (école coranique donc apprentissage de l’arabe pour la plupart) pour les plus chanceux. Des situations sociales plus que préoccupantes, auxquelles s’ajoute la situation traumatique (voire dramatique) du parcours d’exil et le processus normatif d’intégration dans la société française, en font des jeunes désaffiliés. Ils sont ainsi écartés des réseaux de reconnaissance sociale de mécanisme d’ascension sociale traditionnelle. Ils n’ont ainsi peu de choix : intégrer des CAP et devenir de « bons artisans ». Tout un travail de recherche devrait rendre compte, analyser, ces situations sociales et scolaires complexes tout en permettant de ne pas « invisibiliser » ces situations lorsque l’on débat sur l’école et la scolarisation aujourd’hui. Que donnerait par exemple une analyse bourdieusienne de la reproduction des inégalités devant l’école, à l’école et par l’école, qui travaillerait sur ces populations spécifiques que l’on retrouve parmi les MNA ? Qu’en est-il de la bienveillance et de l’hospitalité dans ces situations complexes ?
La visée utilitaire en jeu institutionnellement a certes le mérite de favoriser l’insertion-sociale de jeunes socialement et économiquement démunis. Cependant, elle reflète aussi d’autres difficultés : l’urgence à administrer le corps en priorité, et le rendre utile pour la société, plutôt que le protéger. Le phénomène de pauvreté scolaire est un constat éducatif qui révèle une contradiction entre une fabrique de l’urgence administrative, d’obédience sécuritaire, et des missions relevant de la protection de l’enfance. « C’est la galère ! ! » me disent fréquemment des jeunes dépités face au décalage entre cette pression administrative, leur peu de maitrise de la langue française, et leurs méconnaissances des institutions. De plus, l’école républicaine peut parfois être vécue comme le symbole de leur propre échec scolaire… La pression affective est très forte à leur arrivée (« tu vas me faire mes papiers » : ils ont souvent une représentation tronquée de la société française, d’autant que la pression administrative accentue sans doute cette déformation pour satisfaire ainsi une politique migratoire dans une intégration contrôlée et viable économiquement pour la société.

Conclusion

16L’enfant MNA accueilli dans le giron de protection de l’enfance s’inscrit dans une généalogie de la politique d’assistance aux enfants-trouvés du XVIIème siècle et de l’enfant moralement abandonné du XIXème siècle. Il n’est sans doute pas illégitime d’estimer que la logique de l’exercice du pouvoir serait la même, à savoir la dépossession du corps par un souci de gestion et d’administration de celui-ci. Ce pouvoir biopolitique (Foucault 2004), permettrait une gestion de la vie de l’enfant en danger et donc de le considérer comme un enjeu politique à part entière. En effet, la condition du MNA renvoie à un maillage complexe, mêlant politique de protection de l’enfance et enjeux sécuritaires. Cette problématisation issue de la pratique et de plusieurs travaux nécessiterait à la fois des enquêtes historiques au sujet de ces généalogies complexes en jeu dans l’histoire du MNA et des enquêtes sociologiques sur le contexte et les pratiques effectives de la prise en charge de ce public aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Barbezat, E. (2020), « Le parcours du combattant des mineurs isolés » ». L’Humanité, édition du mardi 28 Juillet 2020, n° 22981.

Bourdieu, P. et Passeron, J-C, (1970). La reproduction, éléments pour une théorie du système d’enseignement. Paris : Éditions de Minuit.

Donzelot, J. (2005). La police des familles. Paris : Éditions de Minuit.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Paris : Gallimard.

Foucault, M. (2004). Naissance de la biopolitique. Paris : Seuil.

Gajac, O. (2015) La notion de désaffiliation chez Robert Castel. Consulté à l’adresse : http://www.journaldumauss.net/?La-notion-de-desaffiliation-chez-1250

Gardet, M. (s. d) Jeunes isolés. Consulté à l’adresse : http://enfantsenjustice.fr/?jeunes-isoles-617

Gaubert, C. (2019) Jeunes migrants : pourquoi les tests osseux ne peuvent pas suffire, Science Avenir. Consulté à l’adresse : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/os-et-muscles/jeunes-migrants-pourquoi-les-tests-osseux-ne-suffisent-pas_132404

Husson, V. (2020), « Les jeunes étrangers sont abandonnés par les services de l’État ». L’Humanité, édition du mardi 28 Juillet 2020, n° 22981.

Jablonka, Y. (2009). Ni père, ni mère : Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939) (XXe siècle T.1). Paris : Seuil.

Jablonka, Y. (2005), Les Abandonnés de la République. L’enfance et le devenir des pupilles de l’Assistance publique de la Seine placés en famille d’accueil (1874-1939). Consulté à l’adresse : https://journals.openedition.org/rh19/2402.

Parinet, P. (2019) « La constitutionnalité des tests osseux : pas de printemps pour les mineurs non accompagnés ! ». Dalloz 2019, 13, 742.

Haut de page

Notes

1 Aide Sociale à l’Enfance.

2 Comité Inter-Mouvements Auprès Des Evacués.

3 La loi du 24 juillet 1889 sur la protection judiciaire de l’enfance maltraitée.

La loi du 19 avril 1898 sur la répression des violences, voies de fait, actes de cruauté et attentats commis envers les enfants

La loi du 22 Juillet 1912 sur les tribunaux pour enfants et adolescents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Dauphin, « La fabrique de l’urgence
Réflexion sur l’accompagnement socio-éducatif d’un MNA », Recherches & éducations [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le , consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rechercheseducations/11256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rechercheseducations.11256

Haut de page

Auteur

Maxime Dauphin

Université Paris 8
EXPERICE

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search